Le désastre annoncé

Attention: ceci n’est en aucune façon une critique du président de la République, M. Macron, mais une réflexion sur l’évolution à long terme de la politique française.

Nous vivons dans une bulle de mensonge, d’illusion, de fausseté qui prend des proportions hallucinantes. Nous serions donc en train de vivre une révolution politique, comparable à celle de 1958, dominée par l’arrivée au pouvoir d’une nouvelle génération et l’éradication par les urnes de l’ancienne: le dégagisme. Les visages changent, certes, en surface, mais sur le fond, les événements  actuels traduisent la quintessence de l’effondrement en cours depuis au moins vingt ans de la vie publique nationale. La puissance publique, l’autorité, la politique au sens du « gouvernement des choses » ne cesse de s’anéantir comme un cadavre en décomposition. Le culte médiatique de la personnalité, qui prend des proportions toujours plus vertigineuses, ne sert qu’à voiler, couvrir  cet anéantissement.  Le monde médiatique veut nous faire croire à une vague de fond, un vaste engouement populaire qui s’exprime dans un triomphe aux législatives. La vision est mensongère. LREM s’apprête à obtenir quatre cinquièmes des sièges de députés, une majorité absolue. Un triomphe? De fait, le niveau d’adhésion populaire véritable est équivalent à 16% du corps électoral (32% avec une participation de moins de 50%). 16% des électeurs donnent 80% du pouvoir législatif. Oui, triomphe, apothéose de l’absurdité. De fait, 84% des électeurs manifestent leur hostilité ou leur indifférence: l’immense majorité des Français. Derrière un visage transfiguré par la lumière médiatique, nous assistons en ce moment à une étape supplémentaire dans l’effondrement de l’ensemble des piliers, des outils de l’autorité publique : un gouvernement zéro, déjà en pleine déchirure; une Assemblée nationale totalement soumise, donc inexistante; une Nation plus réservée et distante que jamais, l’absence de toute assise et de confiance populaire. Le conformisme bêlant de la quasi totalité des commentaires de presse, de radio, de télévision, plongées dans l’extase, fait peine à voir. Je songe à cet expert en pleine béatitude sur Europe 1, ce matin, nous expliquant doctement comment M. Macron préparait déjà sa réélection en 2022… Les mois qui viennent donneront lieu à une nouvelle vague de manipulation de masse. Ainsi, ils vont ressortir par tous les moyens la famille le Pen afin de replonger la France dans sa bataille de titans entre le « bien et le mal ». La fuite dans l’irréel va encore s’accélérer violemment et les drames de la société s’accumuler derrière l’écran de fumée d’une jubilation médiatique sans précédent: chômage de masse, pauvreté, violence quotidienne, communautarisme et repli sur soi, crise migratoire européenne, désindustrialisation, terrorisme. Le dégoût, le découragement, le désespoir d’une nation vont s’amplifier jusqu’au vertige. Le drame est avant tout intellectuel: il tient à la crétinisation, non pas du pays dans son ensemble, mais de ses élites dirigeantes et médiatiques. La France roule à l’abîme.  Sans doute reste-t-il aujourd’hui une poignée de Républicains lucides sur la nature des évènements en cours et préoccupés, non par eux-mêmes, mais par l’avenir de leur pays. Il est temps qu’ils s’unissent, établissent les responsabilités dans le naufrage en cours, qui ne date pas d’hier, et réapprennent à parler le langage de la vérité, du désintéressement, du courage, de la confiance, de l’intelligence.

Maxime TANDONNET

Publicités

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

49 commentaires pour Le désastre annoncé

  1. Colibri dit :

    « Nous sommes moroses parce que la situation est terrible. En fait, la situation est terrible parce que nous sommes moroses. » Ce n’est pas de moi bien entendu. Je me suis permis de triturer la phrase de quelqu’un qui avait lui-même trituré une phrase de Sénèque.

  2. Sganarelle dit :

     » Abêtissement géneral  » ? Annick Danjou dit « après l’école la télé  » . Je suis bien d’accord .. Et pour faire bonne mesure vous pouvez ajouter les fêtes populaires dont parle Murray avec le sexe porno qui est une manière de contrôler un peuple mieux que les miradors ( Soljenitsyne)
    Big Brother en marche ? Sans doute .
    Les jeunes au bac se demandent à quoi sert la philo.. Et un prof répond :  » A penser par soi -même ».

  3. Anonyme dit :

    beaucoup de généralités, beaucoup de poncifs répétés ad nauseam… finalement, bien qu’étant loin d’être un « partisan », le dégagisme ne vaut-il pas mieux que l’attentisme?

  4. Frederic_N dit :

    Encore une fois je trouve votre présentation outrancière et avec des effets de rhétorique qui empêchent toute discussion sérieuse. Votre discours c’est : je suis seul à voir juste, tous les autres sont dans leur bulle. Mon courant de pensée n’a pas gagné les élections, donc nous courons au désastre. ON ne va pas loin avec cela ( en tout cas à court terme on va vers une relance de l’emploi ).
    Alors encore une fois : . IL n’est pas VRAI que les médias sont devenus des adorateurs de MACRON. C’est FAUX, vous vous racontez des histoires. Le ton dans les médias et donné par le Couple BERGE ( le Monde and cie) / ERNOTTE ( la télé et la radio publiques) : ces gens là ne font aucun cadeau à Macron car ils sont de gauche, ils ont fait la campagne de la gauche et la gauche a été écrasée.IL y a déjà eu deux pétitions de rédactions contre Macron : vous appelez cela de l’adoration ????
    Quant à la comparaison avec 58, elle est légitime au moins à titre d’hypothèse Je me permets de vous faire remarquer que cela fait 100 ans depuis la fin des années 20, que la politique en France est structurée par la gauche « ouvrière » : socialiste et communiste. Et si de gaulle a pu gouverner il ne l’a fait que par un Yalta avec le parti communiste ( bien sûr je sais on peut toujours réécrire l’histoire ..) . Il pouvait pas faire autrement, certes . Il n’avait donc PAS ASSEZ recomposé
    Macron que je sache a fait exploser cette gauche .. Il a enfin les moyens d’une politique d’intérêt national
    Alors peut-être qu’il n’ira pas jusqu’au bout , que son bras tremblera, qu’il aura peur des médias ,lesquels n’attendent qu’un signe pour faire l’article des syndicats. On a besoin d’une opposition de droite . D’accord avec vous .
    Mais en attendant, Macron s’est donné les moyens d’une vraie recomposition. ..
    Cela mérite autre chose que du ressentiment .

    • FrédéricN, c’est triste, vous vous offusquez sur un ton hargneux de la moindre dissidence au regard du matraquage quotidien. Voyez la grande euphorie sur tf1, F2, Europe 1, RTL, et même le Monde! certes avant les lynchages à venir… Ce billet montre le décalage croissant entre l’euphorie actuelle de la France dite d’en haut et l’absence de soutien populaire dans les profondeurs dont témoignent les résultats des législatives (16% d’adhésion) et l’absurdité d’un système politique fondé entièrement une grande illusion, celle d’une majorité absolue à l’Assemblée qui n’existe pas dans le pays. Un tel décalage, de mon point de vue, conduit au désastre. Je le dis parce que je le pense et que c’est mon devoir et ma liberté. Vous pouvez ne pas être d’accord bien sûr mais pourquoi ce ton de donneur de leçon offusqué?
      MT

  5. Octave dit :

    Si je suis bien vos expertises depuis 1 an, vous devez à peu près faire un sans faute dans l’erreur. Félicitations, c’est remarquable. Et je devine chez vous une légère tendance à la dépression. Bonne continuation dans le monde de M. Macron… Vous êtes une vraie anti-boussole.

    • Octave, l’intérêt de venir bêler ici?
      MT

    • Octave dit :

      Quel intérêt de publier un blog ? Je suis juste mediocre. Et crois que mon avis est essentiel. Je ne bêle pas !!!? Je ne comprends pas la métaphore… Ça n’a pas d’intérêt.

  6. yves Doran dit :

    Pour répondre à Annick Danjou et Sganarelle, très succinctement , j ‘entrevois des réflexions autour des grands thèmes moraux, politiques, culturels qui génèrent presque automatiquement des questions de plus en plus précises recouvrant tous les domaines de la « res publica ». Pour donner une ligne directrice philosophique : respect de l’être humain dans sa nature ontologique .
    2 autres lignes qui ouvrent de larges perspectives , et qui ont bouleversé les français : Souveraineté et Identité. Pris dans leur acception la plus large , Elles recouvrent tous les domaines de questionnement .
    Enfin , l’économie sociale de marché qui là , aussi, à y bien réfléchir ouvre de larges voies de réflexion et d’action..
    Ce n’est qu’à mon modeste niveau! Je gage que le réseau de Mr Tandonnet est riche de compétences …. Yves Doran

    • Yves Doran, créer un think tank se réunissant physiquement? excellente idée, mais si vous aviez comme je suis débordé avec 100 000 choses à faire en même temps…
      MT

  7. yves Doran dit :

    Alors, Monsieur Tandonnet , que faisons nous ? Le sentiment général de votre blog laisse apparaître ce besoin de se ressourcer. . je suppose que ce sont des gens comme moi, sans aucune appétence politique, mais attachés à la France..
    Créez un Think tank , en rassemblant des compétences et en faisant progressivement tâche d’huike. Personnellement, j’ai passé l’âge des ambitions mais mon besoin de France est immense. Alors , dites ! Yves Doran

  8. Duff dit :

    Bonsoir à tous,

    Pour une fois, je suis plutôt en désaccord. Les tares des médias qui s’accrochent à l’instantanéité des choses tandis que l’art de la politique devrait se mesurer sur le moyen et le long terme est connu, et n’est pas nouveau. Je ne vais pas défendre le président Macron puisque durant la campagne, ce qui m’a le plus heurté, c’est le matin du premier tour, le fait de n’avoir toujours pas compris pourquoi il avait décidé de s’engager et quelle était sa vision de la France à horizon 10/20 ans. Mais nous aurions pu faire ce constat également pour Mme Le Pen ou M. Fillon.

    En revanche j’ai trouvé fort éclairantes les réactions, plutôt, voire totalement, déplacées de certains députés sortants le soir et le lendemain de leur défaite au premier tour des législatives. Ils pensaient que tout leur était dû. La politique ne pouvait pas leur être ôtée par des inconnus, des novices, que les électeurs étaient à vomir. Personne ne va les pleurer, en plus de leur probité douteuse et leur bilans minables, ce que l’on décelait vaguement il y a encore quelques années fut lumineusement exposé enfin : leur vanité insupportable, un mépris de classe. Quoi, il va me falloir trouver un travail?

    Le bulletin « LREM » c’est du dégagisme en effet, mais encore plus subtile, voter pour les populistes FN ou FI, ça salit les doigts, ça donne des scrupules. Voter « LREM » c’est du populisme aimable, autorisé par les médias, vous pourrez oser l’avouer en publique. Le résultat est le même on a dégagé les partis qui se sont emparés de la Vème république comme de la précédente constitution trahissant les objectifs de 1958. Quand De Gaulle a introduit l’élection du président au suffrage universel direct, dans les années 60, il a commencé à affaiblir la constitution, le quinquennat l’a tuée.

    Au PS et chez LR, un gros ménage et des clarifications idéologiques devenaient indispensables. On voit comment Fillon n’aurait jamais pu réformer le pays avec les nuls qu’on appelle « cadre » de LR. Finalement Macron aura plus de latitude. Malgré des options contraires à mes convictions (UE, €, fonction publique) je vais attendre de voir avant de jouer les Cassandre. C’est le meilleur démarrage de mandat depuis des lustres.

    Bonne fin de semaine,
    cdlt

    • Duff, meilleur démarrage de mandat? Non, c’est toujours un peu pareil, souvenez vous l’enthousiasme sous NS, l’euphorie de la « présidence normale » dans les premiers jours,etc. C’est parce que la mémoire collective est bien courte que nous éprouvons cette sensation.
      MT

    • Duff dit :

      Maxime je ne suis pas en désaccord mais en dehors des « affaires » je sens une vraie volonté réformatrice que je n’ai pas ressenti même en 2007. Je vais donc attendre avant de dire du mal de ce gouvernement et de la manière d’incarner la fonction par le président.

  9. Gérard Bayon dit :

    Bonjour à toutes et à tous,
    Vu la vague de soutien à E. Macron, le PS et LR qui crèvent tous les deux d’avoir voulu gérer différents courants incompatibles avec leurs idées n’ont plus d’autre choix que de se saborder pour recréer de nouveaux partis. Ce sera difficile pour le PS de se repositionner entre Macron et Mélenchon/Laurent. Pour la droite il faut revenir à un vrai parti de droite clairement positionné, sans état d’âme et écarter les Raffarin, NKM et Juppé… plus proches des idées centristes.
    Aucune personnalité forte et expérimentée de droite ou de gauche ne semble aujourd’hui être en capacité de reprendre en mains ces partis devenus ingérables car sans vrais chefs. Il faut se rendre à l’évidence et se résoudre à se séparer des vieux leaders politiques de tous les partis qui continuent de s’accrocher à leur pouvoir alors qu’ils ont montré depuis des décennies qu’ils étaient incapables de manager leurs troupes et de trouver des idées neuves et intelligentes. Ils ne semblent même pas avoir compris le phénomène du « dégagisme » ambiant.
    Si l’on veut être en capacité de lutter contre le pouvoir jeune en place, il ne faut pas garder les vieux de la vieille dans les Etats-Majors des partis mais uniquement comme conseillers, on voit d’ailleurs ce que cela donne avec par exemple Bayrou et de Sarnez qui continuent de faire de la politique comme en 1970 sans s’apercevoir que la majorité des Français souhaite voir de nouvelles têtes.
    Bien sûr, je n’ai absolument aucune animosité vis à vis de ceux que j’appelle les « vieux de la vieille », ils ont eu le pouvoir, ils ont souvent bien servi la France sans oublier quelquefois de se servir mais ils ont oublié une chose importante : savoir passer le relais et mettre le pied à l’étrier à leurs successeurs qui le méritent tout autant qu’eux et qui eux sont l’avenir.

    • Gérard Bayon, oui, mais changer les têtes, cela fait partie de l’image, cela ne préjuge en rien du fond: changer pour que rien ne change, ni l’état d’esprit ni les politiques..
      MT

  10. annick danjou dit :

    Et oui c’est un vrai désastre quant on écoute certains candidats(es) qui vont être élus(es) et nous représenter.

  11. M.H. dit :

    « une poignée de Républicains lucides »

    Qu’ont-ils fait depuis la défaite de FF ?

    Tant que ces «Républicains lucides » seront prisonniers de l’aile centriste leur lucidité ne servira à rien. Je me rappelle les paroles de NS après la victoire de FF aux premier tour des primaires. Félicitant Fillon de sa victoire il a déclaré que FF était son choix pour le second tour, car « FF avait le mieux compris les défis qui attendaient la France ».
    Je suis toujours persuadée que NS avait raison…

    Jamais je n’oublierai ni ne pardonnerai à ceux des Républicains qui se sont empressés de prendre la fuite quand la meute s’est déchaînée contre FF. Pire, après la défaite de FF, son programme, auparavant approuvé par une large majorité de militants et sympathisants a été dénaturé, « ramolli », on distribuait subitement hypocritement des cadeaux aux c..s d’électeurs !
    Pour empêcher la droite molle de partir vers EM ! ?
    Mais combien « d’électeurs lucides » ont alors abandonné la bataille et se sont abstenus dimanche dernier et s’abstiendront dimanche prochain ?

    Les « Républicains lucides » devront enfin faire preuve de courage s’il veulent un jour récupérer les électeurs d’une véritable droite partis à la pèche ou chez MLP…

  12. Gilles dit :

    Nous étions dirigé par des énarques et des « youngs leaders » nous le sommes encore plus! L’hypocrisie est totale …

  13. Curmudgeon dit :

    Pourriez-vous à l’occasion, sur un ou deux des thèmes que vous avez énumérés (désindustrialisation, communautarisme, par exemple) suggérer quelques orientations qui permettraient de progresser dans le bon sens ?

  14. raimanet dit :

    A reblogué ceci sur Boycottet a ajouté:
    http://tiny.ph/lSK6 -> le langage politique
    http://tiny.ph/zuKG -> le théorème Pasqua

  15. jfbonnin dit :

    Vous écrivez :
    « Sans doute reste-t-il aujourd’hui une poignée de Républicains lucides sur la nature des évènements en cours et préoccupés, non par eux-mêmes, mais par l’avenir de leur pays. Il est temps qu’ils s’unissent, établissent les responsabilités dans le naufrage en cours, qui ne date pas d’hier, et réapprennent à parler le langage de la vérité, du désintéressement, du courage, de la confiance, de l’intelligence. »
    J’ai lu il y a quelque jours, de Ivan Rioufol, un propos allant dans ce sens.
    Si la « poignée de Républicains » se décidait à créer un Conservative movement – assurément adapté à notre psyché nationale mais assumant sans la moindre honte le terme « Conservateur » (cf excellent livre de Roger Scruton « How to be a conservative ») en le documentant et explicitant, je crois vraiment que « la poignée de Républicains » cesserait d’être un petit nombre.
    Sinon, ben, euh : « Courage fuyons ! » …mais où ?

  16. Jean-louis Michelet dit :

    Première élection à la proportionnelle.
    Pour les gagnants de ces élections législatives et notamment pour le PM et ses porte- paroles, le peuple français s’est exprimé. Il a donc choisi ceux et celles qu’il estime être le plus à même de les représenter à l’Assemblée Nationale ainsi que pour appuyer et mettre en place la politique du gouvernement.
    Pour ces mêmes gens, le peuple français l’a fait en parfaite légalité et en conformité avec nos institutions, il n’y a rien à redire sur ces élections…sauf, peut être et à la marge, une abstention un peu plus importante que d’habitude, mais rien qui ne puisse remettre en cause le résultat du vote.
    Il se dit jusqu’ à plus soif que certains n’ont que peu d’expérience politique( mais pas tant que ça), que d’autres sont « des recyclés », des opportunistes, d’autres aussi « pas très honnêtes » que d’autres sont des « anciens voir très anciens » dans la politique, que d’autres députés « les Constructivistes » cherchent à rejoindre tout ce joli monde .
    Oui et alors ? Le peuple est souverain et possède son libre arbitre. Ils sont tous députés à part entière.
    Tout va bien dans le meilleur des mondes, alors, silence dans les rangs ou circulez, il n’y a rien à voir (au choix)
    Néanmoins, il ne se dit pas ou très peu, car cela pourrait passer pour de l’envie ou pire, pour de la délation, qu’ils ont pratiquement tous un point commun et non des moindres, pour 70 %, ces nouveaux ou anciens députés font partie des classes supérieures. Où sont vraiment les classes populaires et moyennes ? Il ne faudrait surtout pas y voir comme une ressemblance avec l’ancienne assemblée …. (Et on ne rit pas) Cela n’est, bien sûr, que le fruit du hasard….
    Il n’y a pas de fausse note, c’est logique et cohérent.
    Vous avez dit « Révolution » ?
    Cette nouvelle assemblée sera bien représentative de l’ensemble du peuple français ……en proportionnelle …inversée.
    Vous avez dit abstention ?

    • JL Michelet, c’est toujours pareil, le débat qui n’aura pas lieu à l’AN aura lieu dans la rue et la violence…
      MT

    • Jean-louis Michelet dit :

      Quelques doutes, Mr Tandonnet.
      Oui, c’est ce que l’on lit et ce que l’on entend mais je n’en suis pas du tout sûr, tout du moins, dans l’immédiat.
      Une très grande majorité de ces classes populaires et moyennes sont groggy, elles accusent le coup et ont perdu leurs illusions de changement notamment dans cette élection présidentielle et le 18 Juin au soir, elles recevront un dernier uppercut qui les mettra définitivement KO pour le compte.
      Seule une partie d’entre elles, appartenant à « ces catégories protégées » pourra encore un peu compter sur les syndicats pour faire entendre leur voie.
      D’autre part, ces mêmes catégories protégées ne seront pas ou que très peu, concernées par la nouvelle loi travail, qui pour beaucoup, pourrait être l’étincelle qui mettra le feu aux poudres…
      J’en doute beaucoup.
      Il serait sans doute très utile que cette « fameuse droite républicaine » devienne enfin populaire en proposant à tous ces oubliés de la Nation ce que j’appelle un contrat social, un plan Marshall, un New deal , et complété par de vraies valeurs non de droite mais gaulliennes et surtout pas celles revendiquées par les extrêmes et d’autres encore.
      Et là, j’en doute énormément. L’imagination, le courage, l’engagement et le risque n’est pas dans l’ ADN de la Droite comme on dit aujourd’hui.
      Que de temps perdu .

  17. Jean-louis Michelet dit :

    Un seul enjeu.
    Au soir du 18 Juin, le président aura battu tous ses adversaires politiques à plate couture, certes, et beaucoup pourront applaudir et sabler le champagne, mais ce même soir, se présentera à lui, un défi autrement plus redoutable et féroce que personne n’a et n’avait prévu : Celui de l’adversité.
    Que ce soit au sommet de l’état, au gouvernement, dans cette nouvelle assemblée, dans les médias , chez beaucoup de commentateurs , bien sûr, personne n’en parle car personne ne la voit , tous aveugles ou plutôt aveuglés et grisés par un simili de victoire et par l’illusion du renouveau.
    Les résultats de toutes ces élections ont un immense mérite : Ils ne font que valider une fracture sociale, latente hier, évidente aujourd’hui, dans tous les domaines : sociaux, économiques, éducatifs, identitaire, sécuritaire et culturel.
    Quel visage a t- elle cette adversité ? : Elle a les traits profondément marqués de la désunion nationale, ceux des forces contraires qui vous sapent les plus belles et plus solides constructions des meilleurs compagnons, avec tout son corollaire de conséquences négatives.
    Dorénavant, une seule question s’impose à la Nation dans son ensemble : Comment rétablir au plus vite ce déséquilibre social entre cette France d’en haut et cette France d’en bas .Comment ramener dans le giron de la Nation cette très grande majorité de français désabusés, déboussolés, perdus ne faisant plus confiance à personne et surtout pas aux hommes politiques d’aujourd’hui.
    Et contrairement aux apparences, il ne faudrait pas croire que cette France d’en haut, cette France qui va bien ou pas trop mal, est exemptée de tout et passe allègrement sur les difficultés de notre société actuelle. Il y a les apparences et la réalité. Sauf exceptions, comme toujours, Il ne faudrait pas la voir déshumanisée, insensible et à mille lieues de cette France d’en bas.
    Retrouver l’unité perdue de la Nation, voilà bien l’enjeu pour demain, le seul qui vaille.
    Le véritable caractère de l’homme d’état, de l’homme d’action s’affirme, se démontre, s’accroît, se fortifie uniquement dans l’adversité.
    N’est pas de Gaulle qui veut.
    Mais faut-il encore en prendre conscience. J’en doute.

    • JL Michelet, votre avant dernière phrase, à dire et redire…
      MT

    • Jean-louis Michelet dit :

      Il me semble plus utile de parler de l’unité de la nation « que de sauter sur ma chaise comme un cabri » en criant : de Gaulle, de Gaulle !!
      Pour cela , je laisse volontiers ma place à d’autres beaucoup plus qualifiés que moi.

  18. Colibri dit :

    Peut-être que nous assistons à la fin de 200 ans de républicanisme comme d’autres ont assisté à la fin du monarchisme. Peut-être y a-t-il en Macron du Louis XV « le Bien Aimée »? Je zappe beaucoup les médias, j’ai capté au vol sans savoir de qui c’est ni sur quelle chaîne de télé c’était le bout de phrase suivant: « Les médias lèchent, lâchent et lynchent ». Les peuples aussi parfois. Avant la révolution française le mot révolution était peu utilisé, on parlait plutôt d’émotions populaires. Et les émotions populaires sont souvent volatiles et changeantes. En définitive nul ne sait vraiment ce qui va se passer. Une seule certitude: « Partout où il y a des hommes il y a de l’hommerie. »

  19. yves Doran dit :

    Tant que nous ne nous poserons pas la question de la nature du régime politique et du système qu’il engendre, nous tournerons en boucle notre désespérance. Pourquoi sommes nous arrivés à une telle détestation de notre patrimoine historique, culturel, sociologique ? La France a été constituée en 800 ans par une famille et sa descendance, pas à pas, au milieu de drames sans nom , de guerres, d’alliances,..Morceaux par morceaux , les principautés, les provinces ont été rassemblées autour du noyau originel l’Île de France, berceau des Capétiens. Ce territoire est devenue la France avec une langue unificatrice depuis François I , le français…
    Ainsi s’est constituée la Nation française dont le rayonnement a atteint son apogée au XVII e siècle, le Siècle Français . Mais comme toute chose, la Monarchie Capétienne a amorcé son déclin, faute de se réformer. A sa place, enfantée par l’idéologie des Lumières, la république avec une parenthèse, l’empire napoléonien, est devenue le nouveau régime politique des français. Ce système qui se voulait totalement à l’opposé du précédent, et qui perdure encore s’est installé dans la terreur, dans la vindicte avec un virus mortifère : l’égalité qui engendre l’envie, la jalousie, de l’autre. De plus, il n’a cesse depuis son origine de vouloir éradiquer le passé d’avant 1789 et pour certains d’avant 1793.
    Comment voulons nous que la France contemporaine qui vit dans ce déni de réalité et de justice retrouve une unité civilisationnelle .? Au contraire, une bonne partie des institutions « républicaines  » veulent accélérer ce mouvement de désintégration historique et culturelle du pays en le poussant vers la mondialisation, le multiethnique , la perte de tous ses repères originels , et en niant même l’existence de la Culture Française, qui jusqu’ici a été un des facteurs unificateurs de la Nation.
    C’est cette idéologie là qu’il faut combattre avant de se poser la question de le réforme du système dont tout souligne sa complète soumission à cette idéologie. N’en doutons pas , la victoire politique de la nouvelle faction qui sera totale Dimanche prochain en est la traduction la plus impitoyable . Si nous ne faisons pas notre travail de reconstruction philosophique, doctrinal , social pour asseoir solidement nos principes d’action , que vaudront nos incantations? Des canards sans tête, à la mode des survivants des LR ou du FN qui offrent le spectacle pitoyable, humiliant de leur vacuité, de leur ignorance , de leur stupidité. Ne pas penser, ne pas réfléchir, voilà quel fut leur mode d’action « . Je crois m’être déjà exprimé sur ce point, il ne manque pas de références solides pour nous reconstruire intellectuellement. Il faut simplement remettre la pyramide sur sa base …. Alors, Monsieur Tandonnet créez un Think tank  » Résurrection » pour cristalliser ce besoin essentiel , si nous voulons que notre Nation ne se meure . Bien que n’étant pas aussi « républicain » que vous, j’y adhérerai volontiers, en dépit de mes capacités limitées !

    • Curmudgeon dit :

      La langue unificatrice (français de Paris) depuis François Ier, c’est dans le monde officiel. La France a été globalement plurilingue (dans les huit langues, avec des dialectes à l’intérieur) jusqu’à une date assez récente, en réalité.

      Ce n’est que dans la seconde moitié du XIXe siècle que s’est réalisé de façon accélérée l’effritement des langues dites « régionales », qui a abouti presque totalement au XXe siècle. Mes propres grands-parents ne parlaient pas le français entre eux.

      Il y a une présentation standard de l’unification de la France par les rois et la République qui est en partie une simplification historiographique assez poussée.

    • annick danjou dit :

      Quel beau message, je vais le faire suivre à toute ma famille si vous le permettez.
      Une seule question et pas des moindres comment y arrive t’on à ce « travail de reconstruction philosophique, doctrinal , social pour asseoir solidement nos principes d’action » ? A notre niveau que pouvons nous faire? Comme vous dites il nous faut un meneur, alors Maxime serait un bon choix évidemment.

    • Sganarelle dit :

      Merci monsieur Yves Doran j’adhère totalement à votre réponse à l’article de Maxime Tandonnet et dans tous ses termes jusqu’aux deux dernières lignes incluses . Il est certain que nous ne sommes pas isolés à penser dans ce sens alors comment se fait-il que rien ne bouge?
      J’ai l’impression que le jeunisme triomphant de notre époque est en partie responsable du « dégagisme » en politique comme dans les entreprises , le besoin de faire table rase par la force ou les révolutions au lieu d’aménager , améliorer, perfectionner ce qui existe déjà. Cette mode du  » jetable » qu’on ne sait réparer m’est odieuse ,( c’est sans doute un signe de vieillesse. ) on veut du nouveau , de l’inconnu et on « revisite » nos classiques comme on « arrange » notre Histoire pour qu’elle s’adapte à notre inculture , ne sait-on plus créer rien de nouveau hormi des robots?

    • Yves Doran, vous avez raison.
      MT

    • annick danjou dit :

      merci Curmudgeon pour ces précisions mais pas d’affolement, je viens d’écouter quelques candidates en marche via des twitts qui sont arrivées en marche et en tête au premier tour. Il y aura bientôt avec ces personnes une nouvelle langue, complètement étrangère au français, le bafouillage, des mots qui ne veulent rien dire, des hésitations et des reprises de phrase complètement incompréhensibles, des répétitions apprises par coeur etc…une nouvelle langue qu’on pourra appeler la « languedanmarche » ce sera un nouveau dialecte et je pense que comme vos grands-parents (que je respecte), contrairement à ces arrivistes incultes, les enmarche se comprendront entre eux.

    • SIMON dit :

      Merci de votre belle intervention ! Je suis en accord avec vos convictions….vraiment cela fait du bien. La royauté a subi bien des crises, mais il y avait une union charnelle entre le roi et son royaume. Depuis deux cents ans la République s’essouffle ! Le roi était un terrien, c’est important d’être attaché à sa terre… les répoublicains actuels sont « hors sol » , tout comme les Parisiens qui « ont fait » le roi ! Notre roi actuel a usité des symboles royaux que sont le Louvre et Versailles, mais à la différence du roi qui aimait son bon peuple, notre roitelet voit des populations…tout est dit !

    • Tracy LA ROSIÈRE dit :

      Un des sujets du bac de ce jour était :
       » Peut-on se libérer de sa culture ?  »
      Est-ce bien innocent ?

  20. H. dit :

    Bonjour Maxime,

    Une des causes de ce naufrage est le PAF national. Nos voisins suisses s’en sont rendus compte: http://www.courrierinternational.com/article/vu-de-suisse-une-semaine-regarder-la-fange-televisuelle-francaise
    On y ajoute la décohérence programmée et zélé de notre système éducatif (aujourd’hui, on nous ressort les sempiternels articles sur le BAC, le stress qu’il génère alors que même en rendant copie blanche, on a des chances de l’avoir), le narcissisme imbécile du personnel politique et ce qu’il faut bien appeler la nullité sans nom de la classe journalistique, parfaite passeuse de plat pour les narcisses tartuffiens. En cela, une certaine forme de dégagisme est salutaire. Elle dégage certes l’horizon mais je n’en ferai pas la panacée. Je ne partage pas l’horizon grandiose de notre nouveau président et, bien qu’européen convaincu philosophiquement parlant, je crois de moins en moins que l’Europe politique actuelle puisse rendre un quelconque service à notre pays. Un exemple parmi tant d’autres de sa nocivité imbécile est le permis tronçonneuse: http://www.lafranceagricole.fr/actualites/gestion-et-droit/permis-tronconneuse-vous-nallez-pas-y-couper-1,1,2785810891.html.
    C’est ce que j’appelle la démarche socialiste pur sucre: où peut-il y avoir un problème? créer le problème et apporter la solution (onéreuse forcément). Je ne veux pas, je ne veux plus de cette Europe là.

    Bonne journée

    • Curmudgeon dit :

      Une partie du monde journalistique est composée de militants pas très compétents professionnellement, et qui se sont mis dans la tête que leur métier consiste à favoriser la venue d’un monde meilleur.

      Mais cette calamité est répandue dans tout le monde occidental.

      Prenez l’exemple du site de la BBC : il est pitoyable. Le New York Times est orienté idéologiquement à un point qui en devient comique. Les agences de presse sortent certains bulletins qui sont manifestement biaisés : il suffit d’examiner la structure du papier et le choix lexical.

      Les journalistes courants se rêvent en éditorialistes.

    • H, excellent l’exemple suisse!
      MT

    • annick danjou dit :

      Pour moi qui ne regarde plus la télé c’est une découverte ahurissante. Maxime vous vous étonnez de l’abêtissement général? Après l’école, la télé!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s