Liz Truss et l’étrange faillite du leadership politique occidental

Bon. Il paraît que la nouvelle première ministre britannique s’inspire de Mme Thatcher. Elle est de la « droite dure », nationaliste. C’est son choix de posture. en dehors de cela, on ne sait pas grand chose d’elle. Elle était une farouche adversaire du Brexit jusqu’à 2016 (pour le maintien dans l’UE). Après le référendum britannique en faveur de la sortie, du jour au lendemain, elle a opéré un revirement radical, devenue ardemment favorable au Brexit. Cela s’appelle sans doute avoir des convictions. Elle se dit prête à assumer une guerre nucléaire avec la Russie, jusqu’à l’anéantissement réciproque. Il faut croire qu’au parti conservateur britannique, les rodomontades, coups de menton virils ont du succès (un peu comme chez nous). Rien n’est jamais certain mais a priori, tout cela n’est pas très bon signe. Cela rejoint d’ailleurs les difficultés du leadership politique en occident. Olaf Scholz en Allemagne venu du SPD, est un personnage terne et flou dont on retient qu’il a voulu imposer l’obligation vaccinale covidesque en Allemagne avant d’échouer et achever le programme de dénucléarisation pour maintenir la coalition avec les verts. Et maintenant, pépère, tu es content? En Italie, démission de Mario Draghi en pleine tourmente et opacité totale sur les solutions gouvernementales à venir. Espagne, un vague socialiste Pedro Sanchez qui ne paye pas de mine mais régularise les migrants illégaux à tour de bras. Et puis en France, le grand naufrage dans l’hystérie narcissique comme masque de l’inaction et de tous les désastres (financier, sécuritaire, éducatif, sanitaire, énergétique, etc.) Aux Etats-Unis, un chef d’Etat qui donne de graves signes de fatigue et dont on retient la catastrophe de Kaboul et la perte d’influence dans le monde. Sans doute faut-il relativiser la responsabilité des institutions (Constitution): ni le système parlementaire ni le système présidentiel ne garantissent un bon gouvernement. Le mal est plus profond, plus pervers. Il tient sans doute (c’est une hypothèse) au déclin intellectuel du monde occidental, la perte des repères de la civilisation. Le phénomène se double d’un violent discrédit, un peu partout, de la fonction politique: désormais les esprits créateurs choisissent en général (sauf exception) d’autres voies que celle de la politique (entreprise, sciences). Le dieu argent écrase le sens de l’intérêt général qui devrait être au cœur de la vocation des meilleurs envers la politique. Et on se retrouve, un peu partout dans le monde occidental, avec des médiocres au pouvoir dans les circonstances les plus complexes ou les plus tragiques.

MT

Publicité

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

30 commentaires pour Liz Truss et l’étrange faillite du leadership politique occidental

  1. Citoyen dit :

     » … on ne sait pas grand chose d’elle. »
    Je confirme. En ce qui me concerne, il y a quelques jours, je ne savais même pas quelle existait …

    Aimé par 1 personne

  2. Gribouille dit :

     » Il tient sans doute (c’est une hypothèse) au déclin intellectuel du monde occidental, la perte des repères de la civilisation. »

    Parmi ces repères perdus, l’un deux, et sans doute le principal, est celui de la différence entre soi-même et autrui. Si on n’a plus une idée claire de cette différence, comment pourrait-on en effet défendre, de manière rationnelle et modérée, ses propres intérêts ?
    Le gouvernement de Liz Truss illustre d’ailleurs cette perte de repère. Car c’est une chose d’avoir un Gaston Monnerville ou un ministre représentant une part d’un ensemble de pays (appelé empire).
    C’en est une autre, très différente, de se féliciter de l’absence d’hommes blancs aux postes principaux, parce qu’on a distribué de manière irréfléchie la citoyenneté à tout un chacun, et parce qu’une idéologie à la mode, dont les énarques ne sont pas exempts, veut que ce soit très bien de nommer des minorités (une nuance se faisant, parmi les tenants de cette idéologie, entre ceux qui veulent le faire à marche forcée et ceux qui veulent qu’on laisse les choses se faire à leur rythme).

    « Le phénomène se double d’un violent discrédit, un peu partout, de la fonction politique: désormais les esprits créateurs choisissent en général (sauf exception) d’autres voies que celle de la politique (entreprise, sciences). « 

    Les hommes politiques ont sans doute une moindre envergure que par le passé, mais est-ce bien d’esprits créateurs dont nous avons besoin ?
    Vous-même n’avez pas apprécié la réforme de l’ENA et la disparition des grands corps, parce que cela vous touche directement. Pourtant, c’est une réforme très innovante (comme toute réforme).
    J’y suis opposé parce que je ne fais aucune confiance au milieu politique-technocratique (un peu moins)- médiatique actuel pour faire des changements opportuns. Mais je note que vous êtes vous-même favorable aux fabuleuses réformes qui ont des conséquences identiques à des niveaux moins élevées de la hiérarchie, et plus généralement aux réformes en elles-mêmes.

    Il me semble au contraire que nous avons besoin de moins d’esprits créateurs, et de plus d’esprits conservateurs.
    Dans le domaine de l’éducation nationale, en tout cas, la chose est d’une grande clarté : le système scolaire français, en 1990, dans un contexte déjà très massifié, fonctionnait nettement mieux qu’actuellement.
    Or, personne ne songe à y revenir progressivement. Votre camp lui-même ne jure que par de nouvelles réformes, naturellement créatrices et d’une grande intelligence, destinées à améliorer le fonctionnement du système en bottant le train de telle ou telle CSP le composant (tantôt les enseignants, comme d’habitude ; et, plus récemment, le personnel administratif…).
    Puisqu’on avait un système qui marchait bien, qui est connu et assez bien documenté, pourquoi ne pas y revenir ? Le préjugé en faveur des esprits créateurs est-il, dans le champ administratif, si justifié que cela ?

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.