Enfin une bonne nouvelle!

Nous sommes partis quelques jours pour nous changer les idées et profiter des conditions optimales pour skier: enneigement exceptionnel et soleil étincelant! C’est alors que nous avons appris une bonne nouvelle: à 2000 mètres d’altitude, à l’abri des vieilles pierres d’une bergerie, et par – 12 degrés la nuit, l’o Micron ne passe pas. Sans doute ne supporte-t-il pas les paysages immaculés, la solitude des sommets, l’air pur et glacé. Il se meurt semble-t-il en haute altitude… Ici, les loups et les chamois ne portent pas de masque et ne connaissent pas le QR code. Quant aux marmottes, elles dorment toujours. On n’entend parler ni des sondages bidonnés, ni des provocations politiciennes. Les rumeurs de la campagne électorale la plus misérable de l’histoire, avec ses scandales, ses crises d’hystérie, ses lynchages, ses grossièretés, ses mensonges, ses ronds de jambe, ses trahisons, ses calculs et ses coups tordus, ses polémiques, son abyssal néant, ne montent pas jusqu’ici. Le soir, on entend que le ronronnement des flammes dans la cheminée et le roulement des eaux d’un torrent.

MT

Publicité

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

74 commentaires pour Enfin une bonne nouvelle!

  1. Citoyen dit :

    Comment ça, Maxime !… L’Ô.micron meurt à 2000 mètres ?!?… Et vous n’y avez pas pensé ?..
    Il fallait l’inviter avec vous !…. Vous avez raté une occasion unique d’entrer au Panthéon, comme sauveur de la France !..
    Il faut savoir saisir les opportunités, payer de sa personne, pour rebattre les cartes, et recevoir les lauriers …
    Là, les français pourraient dire : « Enfin une bonne nouvelle! »

    J’aime

    • Valukhova dit :

      Citoyen ! Qui êtes-vous donc, pour ne pas accorder quelques jours de vacances à quelqu’un qui en a bien besoin… et qui fait face depuis longtemps, soit à des sacarsmes, soit à des reproches et… sans doute, à un peu de jalousie. Je ne le connais pas plus que vous, mais franchement si vous n’avez pas les moyens de vous offrir des vacances, je peux vous donner la main : perso c’est 365 jours de présence auprès d’un très grand invalide de la guerre d’Algérie (GIG). Boulonnée à la maison, à ne même pas pouvoir profiter « de ma belle montagne », seulement pour les yeux et la contemplation quotidienne. Ce qui est, en effet, un sacré privilège ! Merci.
      M

      J’aime

  2. Monique dit :

    A ceux qui trouvent cette campagne décevante, songez qu’elle n’a jamais été aussi innovante, il faut savoir noter les détails de la nouvelle politique ! ….après le don d’ubiquité par hologramme d’un Mélenchon en 3D (déjà un c’est dur !) innove avec un meeting « immersif et olfactif »… pour ce qui est de l’odeur, il a un indice avec M. Macron. Nous avons aussi une candidate guyanaise, indépendantiste acharnée qui n’a aimé la France qu’une fois la gamelle avancée(cela s’appelle un reniement alors ne tombez pas tous sur Peltier !) et qui nous a récompensés avec la multiplication de récidivistes, une Hidalgo nommée maintenant « la débâcle sondagière » qui va faire la manche pour un dernier ticket de métro… un faux vert qui ne démarre qu’au feu rouge… l’Inconnu métallurgiste qui attend des vents favorables pour faire décoller sa campagne mais qui a ses signatures dans la boîte à lettres (merci Olivier).
    M. Tandonnet, vous avez raison d’admirer les sites encore purs et vierges de toute éolienne, j’ai traversé la Beauce (le grenier de la France) j’ai relu Péguy qui n’est plus là pour voir son cher paysage et sa cathédrale, hérissé d’éoliennes, défiguré, avec ce que la modernité a de plus laid. Il est bon de se ressourcer et prendre de la hauteur.

    « « Étoile du matin, inaccessible Reine,
    Voici que nous marchons vers Votre illustre cour,
    Et voici le plateau de notre pauvre amour,
    Et voici l’océan de notre immense peine.

    Ainsi nous naviguons vers Votre cathédrale.
    De loin en loin surnage un chapelet de meules
    Rondes comme des tours, opulentes et seules
    Comme un rang de châteaux sur la barque amirale.

    Deux mille ans de labeur ont fait de cette terre
    Un réservoir sans fin pour les âges nouveaux.
    Mille ans de Votre grâce ont fait de ces travaux
    Un reposoir sans fin pour l’âme solitaire.

    Vous nous voyez marcher sur cette route droite,
    Tout poudreux, tout crottés, la pluie entre les dents
    Sur ce large éventail ouvert à tous les vents
    La route nationale est notre porte étroite.

    Nous allons devant nous, les mains le long des poches,
    Sans aucun appareil, sans fatras, sans discours,
    D’un pas toujours égal, sans hâte ni recours.
    Des champs les plus présents vers les champs les plus proches…

    Nous sommes nés pour Vous au bord de ce plateau,
    Dans le recourbement de notre blonde Loire,
    Et ce fleuve de sable et ce fleuve de gloire…… »

    J’aime

    • Valukhova dit :

      Monique, oh ! je n’avais pas lu votre beau commentaire. Une véritable leçon de beau français, un vrai retour dans la France profonde et la Beauté surtout. Lorsque faisant étape à Chartres, nous visitâmes la cathédrale, ce fut une grande, grande émotion. Puis le labyrinthe étant dégagé, sans doute pour quelle qu’initiation, nous avions déambulé tous les deux, c’était extraordinaire comme ressenti : les dalles blanches nous élevaient, les dalles noires nous aspiraient. Tous les deux, amoureux du temps et des sites sacrés, nous nous rendions en Bretagne et Brocéliande nous accueillit, en compagnie de gens extrêmement instruits. Quel privilège sur le chemin de notre tourisme personnel, loin des voyages organisés et visites calculées. Les portes nous étaient ouvertes. Et je contemplais, en suite, le Mont Saint-Michel pour la première fois de ma vie. J’étais en lévitation, l’attirance fut si forte, que j’eus l’impression que mes pieds ne touchaient plus terre. C’était en plein mois d’août, les ruelles subissaient un tsunami, si je puis dire, de gens venus de tous les coins du monde : touristes pour la plupart, mystiques et pélerins. Tout y était pour être très impressionnés.
      Quel privilège, avant que l’un de nous deux mourut trois ans plus tard !
      Bien à vous, Madame,
      M

      PS. J’habite en montagne, mais je suis née en Berry, près de Bourges, en pleine guerre: 1943. Quelle histoire, ma vie !!

      Aimé par 1 personne

  3. cyril dit :

    Vous avez tout à fait raison ,cher Maxime, profitez bien en prenant de la hauteur. En effet cette hystérie autour du virus , la loghorrée mediatico-journalo-politico-médicalo- bref, vous m’avez compris, tout cela incite à hiberner !

    J’aime

    • Valukhova dit :

      C’est bien Cyril d’avoir un peu de compréhension pour quelqu’un qui se donne de la peine, parfois avec de bons commentateurs et commentatrices, de nous instruire. Nous sommes décidément divers et variés, par ici. J’aime bien.
      M

      J’aime

  4. E Marquet dit :

    « Mens sana in corpore sano » !!
    Profitez des sommets immaculés et du silence des hauteurs, pour vous oxygéner et secouer les scories de votre intellect face au chaos créé par un virus et une campagne présidentielle dont on ne sait qui des deux sera le plus mortifère.
    Ce qui est certain c’est que ces deux sujets vampirisent vos billets depuis des semaines, suscitant des commentaires répétitifs et des liens internet plus ou moins éclairés et rationnels.
    Vous êtes devenu la « Praefica » du « choeur des pleureuses », qui, dans l’ancestral rite funéraire, donnait le ton des lamentations qui avaient à l’époque pour but d’éloigner les mauvais esprits, et de rassurer l’âme des défunts.
    A notre époque du TPMG, on aime à savourer seul son bonheur, mais quand arrive un désagrément on se répand partout en jérémiades et on aime à chercher des responsables aux misères du temps, tout en s’exonérant bien sûr de la moindre part de responsabilité. Et on voudrait que les choses aillent bien ! On rêve !
    « Tous les discours n’avancent point les choses : il faut faire et non pas dire » écrivait Molière.

    Aimé par 3 personnes

    • Valukhova dit :

      « Tous les discours….. » disait Molière. Et nous, qu’est-ce qu’on fait sur le Blog de Maxime Tandonnet, on fait des discours, mais ils sont aussi le témoignage d’un temps, voire d’une civilisation entière, que nos descendants transformeront à leur tour….. ou disparaîtront ! Nous devrions tous avoir notre Brevet de Secourisme… car il va y avoir encore des catastrophes… elles se multiplient dans le Monde. Prions plutôt pour que les volcans d’Auvergne ne se réveillent point. Et surtout, soyons humbles dans nos discours !

      J’aime

  5. Madzi dit :

    Et la pauvreté qui touche 13,1 % de la population (environ 9 millions de personnes) au sens de « privation matérielle et sociale » tandis que le nombre des bénéficiaires du RSA approche des deux millions ?
    Mais enfin une bonne nouvelle ! ici. Le soir, on entend que le ronronnement des flammes dans la cheminée et le roulement des eaux d’un torrent.

    J’aime

    • there dit :

      @madzi dites vous que le tourisme de montagne a considérablement amélioré la vie des montagnards , leur donnant mille opportunités de nouveaux métiers et rendant rentable les produits de leur terre. On voit bien que vous n avez aucune attache dans ces lieux .

      J’aime

    • Anonyme dit :

      Madzi,,,de tout temps ,il y a eu des pauvres et des riches ,les gouvernements font ce qu  » il peuvent ,en ce moment les dettes exploses ,faudrait une vrais réforme de fond ,,,mais prendre encore aux riches ou aux gens aisée ,je dis STOP michel 43

      J’aime

    • Madzi dit :

      @there, d’accord avec vous, sauf pour la dernière phrase car vous n’en savez rien.

      J’aime

  6. fraternel dit :

    profitez en au maximum avant de rentrer dans notre tourbillon de société qui va dans le mur
    bonnes vacances!
    une idée de lecture de Christian SIGNOL là ou vivent les hommes éditons Albin Michel
    je n’en dit pas plus une belle histoire entre un parisien dégouté de sa vie à 100 à l’heure et un berger et une femme qui se passe en Lozère sur les causses
    une évasion salutaire

    J’aime

  7. roturier dit :

    C sympa, nous parler d’air pur et de « soleil étincelant », de blancheur neigeuse immaculée et de marmottes.
    Mais pourquoi tout gâché par une récupération propagandiste simpliste et primitive du genre « sondages bidonnés…provocations politiciennes…la campagne électorale la plus misérable de l’histoire » ?

    Lorsqu’on se voudrait historien on se doit d’éviter l’amnésie et les approximations.

    Quid de la campagne de 2012 qui a propulsé Hollande à l’Elysée vus les goûts bizarres de DSK ?
    Quid de celle de 2017 qui a ratatiné Fillon ? Quid de la déchéance de Sarko (dont on n’a pas encore tout vu) ? Et de la guerre à mort intra-UMP ?

    J’en passe. Car, en vérité, c’est le contraire des prétentions de MT.
    La campagne actuelle se déroule surtout sur des visions du monde différentes (parfois diamétralement opposées mais pas toujours).
    C’est COMME CELA qu’une campagne électorale doit se dérouler.
    Elle est, au moins pour l’instant, assez peu « ad hominem ». Ni ad feminem d’ailleurs.

    Sans oublier la notion « c’était mieux avant » véhiculée volontiers pas MT et bien d’autres, à peine cachée derrière sa tonitruante « plus misérable de l’histoire ».

    OUI. C’était mieux avant. Car nous étions plus jeunes. Et c’est tout.
    La campagne, elle, n’est pas pire que les précédentes. Plutôt le contraire.

    J’aime

    • Furax dit :

      Non! c’était mieux avant, pas parceque nous étions plus jeunes, mais parceque c’était vraiment mieux avant! et ceci d’avant 1981! ensuite la descente n’a pas cessé!

      Aimé par 1 personne

    • Valukhova dit :

      Ha ! Roturier, toujours aussi amer, pour ne pas dire cynique envers notre Maxime Tandonnet (je le répète, qui a la bonté, la bienveillance, de nous accueillir quel que soit notre genre, sur son Blog… c’est du travail quand même).
      Et puis, à mon sens, décrire un agréable moment de « fraicheur d’âme » ne peut absolument pas faire de mal à personne. Bien au contraire. Malheureusement, c’est ce que vous ne comprenez pas bien. Si vous n’étiez pas si acide, nous pourrions aussi vous accueillir, en montagne, pour pas trop de sous… si vous n’en avez pas assez !! Mais sans profiter, malgré tout !!
      Allons, restons sage, garçon !!

      J’aime

    • Pradault Louise dit :

      @roturier
      Pour dénigrer ceux qui disent «  c’était mieux avant » il faut avoir vécu «  avant »
      La jeunesse n’est pas une panacée et redevenir jeune n’est pas toujours le souhait des vieillards. Bon nombre d’entre-eux ne voudraient pas être jeunes de nos jours , c’est vrai que cela peut paraître insultant pour ceux qui se font une religion de la jeunesse et n’ont rien connu d’autre que la pollution , on ne regrette pas ce qu’on ignore et c’est tant mieux.

      J’aime

    • Valukhova dit :

      Très juste Louise, et dit avec élégance !

      J’aime

  8. Ping : Le système peut repartir la seringue entre les jambes comme Leclerc qui doit être boycotté ad vitam. Les vaccinés très esquintés. 59% des Français enfin mécontents de la politique sanitaire liberticide de l’ogre-gouvernement ; les instituti

    • Valukhova dit :

      Magnifique texte de Claire Béranger. Merci Nicolas. Mais vous savez, il y a plein de gens qui attachent plus d’importance à la Beauté d’un Instant, quand d’autres spéculent à l’Ombre de l’Ombre des circonférences endormies… ou qui finissent par bailler d’ennui…
      Oui, il y a plein de monde qui vient s’agglutiner autour des sources de Beauté de la montagne, de la neige, et savourer une certaine liberté qui peut leur permettre…. un instant… de ne plus penser à rien, sinon à leur sécurité ! Il y a énormément d’accidents de ski chez nous, car bien souvent les gens ne prennent pas le temps d’un bon échauffement. Hélico et ambulances en font un profit certain. Mais c’est très dur et demande beaucoup de bienveillance !
      Bien à vous

      J’aime

  9. Nicollo dit :

    M.Tandonnet, si je peux me permettre, allez-y doucement avec les bonnes nouvelles et les enflammades optimistes ; ce n’est bon ni pour vous, ni pour nous, lecteurs et talentueux contributeurs de ce blog qui attendons des choses plus noires et plus désespérantes. Respectueusement, Nicollo

    J’aime

    • Pheldge dit :

      vous voulez des « choses noires » ça tombe bien, en plus au propre comme au figuré : Taubira candidate !

      J’aime

    • Valukhova dit :

      On verra bien à son retour, l’air pur lui aura fait du bien, et peut-être chassera-t-il vos idées noires et votre désespérance, car évidemment il y a tellement de raisons pour que cette, pourtant Existence, nous supporte….
      Maxime Tandonnet ne diffuse pas que des idées noires, il nous montre le chemin de la réalité politique : le mauvais et le bon ; le meilleur et le pire. Et ça aide des gens comme moi, à mieux comprendre « comment qu’c’est qu’on est gouvernés »… dans un pays comme le nôtre …

      J’aime

  10. Mildred dit :

    Monsieur Tandonnet,
    Il est certain qu’à tous ces Français de la France profonde qui découvrent qu’on en est arrivé à s’écharper sur le prix de la baguette de pain, cet article leur mettra indiscutablement du baume au coeur !

    J’aime

    • Anonyme dit :

      ce CONS, ,,,tu le reconnais , il ose tout ,même a ruiner les centre villes, ,plus de boulangers , alors tout ferme ,voila le résultat de cette idiot ,michel43

      J’aime

    • Valukhova dit :

      Et les fautes d’orthographe, Michel 43, ce n’est pas con, c’est con !! Je vous dis cela gentiment, relisez-vous !

      J’aime

    • Anonyme dit :

      connerie de plus de ce triste nantie ,,,pauvre type michel43

      J’aime

    • Valukhova dit :

      Ben oui ! Quand on n’est pas content, on fait son pain soi-même. Rien de plus facile, et pétrir sa pâte avec les mains, est le meilleur échappatoire pour ne penser qu’à sa pâte. Sorte de bonne méditation. Faire lever toute la nuit, si possible, et là, je n’aurais jamais cru qu’un jour sur un Blog politique, je vante la pâte à pain personnelle !!
      Il y en a bien un, parmi nous, qui va dire : c’est un privilège !!
      Oui, bien sûr que c’est un privilège de savoir se servir de ses mains, ça encourage sa tête !
      M

      J’aime

  11. Sganarelle dit :

    Voilà pourquoi il y a une catégorie de la société qui est hors sol..on les appelle «  les privilégiés » en espérant qu’ils ont ces privilèges grâce à leurs mérites . Ce sont ceux pour les quels une troupe de subalternes apportent propreté du gîte avec couvert gastronomique assuré, ceux qui n’ont pas de problèmes financiers et qui sont assurés d’avoir une entrée à l’Hôpital en cas de surcharge. (Ce qui fait qu’on ne s’inquiète pas outre mesure pour monsieur Veran)
    Et c’est tant mieux car le malheur des uns ne fait pas toujours le bonheur des autres et tout est relatif , ceux qui ont un jardin en cas de confinement peuvent partir à la campagne ou s’isoler en pleine montagne s’ils sont privilégiés , ils ne sont pas pour autant enviés et détestables, on leur demande simplement de ne pas considérer tout le monde à l’aune de leur vision facilitée par leur position.
    Merci mr Tandonnet de partager ce moment de grâce et de beauté qu’offre la nature quand elle est sauvage, vous remettez les pendules à l’heure en pointant ce qui vaut la peine de vivre , savourez. chaque minute parce que rien ne dure en vieillissant , même pas les souvenirs et rappelez vous qu’«  On mesure son bonheur au bruit qu’il fait quand il s’en va »

    J’aime

    • Monique dit :

      Citation magnifique de Louis Jouvet ! c’est pourquoi on dit toujours : « c’était mieux avant ».

      Aimé par 1 personne

    • Valukhova dit :

      Bonsoir Monique,
      Oui, bien sûr il y a toutes sortes de privilégiés, voir même des privilégiés qui ont choisi de se sentir privilégiés, lorsqu’ils décident d’opérer un « riturn at the nature » avec le maximum d’autonomie, car cela est devenu possible, mais les zones sont rares. Personnellement, je le conseille le plus possible, en donnant des enseignements concernant la permaculture, l’artisanat, le respect des bestioles, et surtout n’utilise pas Monsanto… qui est le privilège des vastes étendues agricoles, dans le monde entier où il peut y en avoir, où ne poussent plus une herbe sauvage et de la « panique », une herbe haute qui est très envahissante, bien sûr !!
      Le privilège d’avoir fait un choix et de pouvoir vivre, soit à la montagne, soit à la campagne, au lieu de choisir une mégapole irrespirable. A moins qu’Anne Hidalgo puisse faire quelque chose de sensé… Vous voyez bien ce que je veux dire !! Et puis, prendre des vacances lorsqu’on le peut, c’est un bienfait gagné. C’est tout un monde, bien sûr, car il y a des vacanciers qui souillent les plages, ou nos montagnes : il faut voir après la fonte des neiges ! L’horreur ! Et ce sont peut-être des milliardaires !.. Oui !… Alors nos privilèges fondent comme neige au soleil printanier, la plupart du temps et on est obligés de se grouper pour ramasser leurs détritus !! Nous sommes vraiment privilégiés, même les enfants y participent !
      Je déplore que l’écologie soit devenue tellement politisée, que simplement ce mot qui était un privilège vertueux au départ, soit devenu un mot qu’on n’ose même plus prononcer, sans se méfier de la réac d’en face !!
      Ha ! Oui, je parlais de privilèges !!! Y’en a un paquet !!
      Bien à vous
      M

      J’aime

    • Pheldge dit :

      pourquoi s’inquiéter pour M. Véran ? il est triplement vacciné, vous savez, avec ce vaccin, magique, garanti 95 % d’efficacité, c’est lui même qui le disait. Bon, allez au pire « il sera protégé contre les formes graves » … 😉

      J’aime

    • Anonyme dit :

      les privilégies ,,surtout les haut fonctionnaires et les autres de la fonctions publics ,cars nous ,le priver on paye tout pour avoir que des embêtements ,ou sont nos 35 H ,,,nous faisons le double ,plus les contrôlés en tout genres ,bon , nous avons des compensations ,mais cela se réduit de jours en jours dans un état socialiste michel43

      J’aime

  12. Fredi M. dit :

    … Et ça vous rend lyrique comme un étudiant d’hypokhâgne… 🙂

    J’aime

    • Valukhova dit :

      Et alors ???

      J’aime

    • Valukhova dit :

      Et alors !!! garçon, vous vous prenez pour un adulte ? Ne savez-vous pas que, dans l’Univers, nous sommes les habitants d’une planète qui n’en est qu’à la période, même pas pré-adolescence ! Un peu d’humilité, je vous en prie ! Et comme le dit, avec une certaine subtilité tranquille, notre ami Sganarelle, n’oublions pas « que l’on apprécie le bonheur au bruit quand il s’en va !! ». J’aime trop cette analogie criante de lucidité et de vérité.
      Réfléchissons, en choeur, et profitons du moindre micron de bonheur…. car chaque jour, il y en a plein… mais il faut savoir les capturer. Ils s’évanouissent, comme un nuage, dans le ciel, en un clin d’oeil….

      J’aime

  13. A la fin de son discours à l’université d’Oxford le 25 novembre 1941 le Général De Gaulle termine son propos par la citation suivante: « Homme pourquoi gravis-tu la colline? Pour mieux comprendre la plaine ».

    https://www.france-libre.net/le-discours-doxford-du-general-de-gaulle-25-novembre-1941/

    Pour votre retour parmi nous voici un autre lien plus d’actualité:

    https://www.lantieditorial.fr/episode/etats-unis-la-fin-de-la-democratie/

    Aimé par 1 personne

    • Valukhova dit :

      Le Général de Gaulle avait raison, celui qui gravit la montagne, c’est encore bien supérieur à la colline, car il pouvait voir le monde en réduction…
      Pardonnez-moi tous, d’être philosophiquement vôtre,
      M

      Aimé par 1 personne

  14. charles902 dit :

    Bonjour Monsieur Tandonnet,
    Voici que vous nous faites le coup du bon sauvage…ou plutôt du bon eskimo.
    Je vous rassure: dans la vallée, chez les civilisés, ça vole toujours à raz le sol et à vue. Et il en restera bien quand vous reviendrez.
    Bonnes vacances

    J’aime

    • Valukhova dit :

      Bonsoir Charles, je pense que vous aurez du bonheur à lire et relire ce que nous a transmis, mémoire infaillible des belles choses vraies, en égrenant les paroles intégrales que chantait Jean Ferrat, qui devint Maire d’Entraigues en Ardèche, dans des conditions tellement authentiques, naturelles et belles. Nous ici, pas coco, mais franchement ces paroles font réfléchir ceux qui, pour se faire voir, se déguisent en gilets jaunes, dans n’importe quelles conditions, et abusent d’une couleur qui, il y a quelques années, ne permettait que de se faire voir sur une route ou d’une auto-route, lors d’un accident.
      Les choses ont bien changé, n’est-ce pas ?
      De la simple sécurité, nous sommes passés à l’insécurité la plus sombre et la plus stupide qui soit !
      Bien à vous.
      M

      J’aime

    • Valukhova dit :

      Au fait, Charles, est-ce que vous nous prenez pour de « bons sauvages », en Haute-Tarentaise ou ailleurs, où nous vivons en altitude et que le niveau de la mer nous ferait aussi beaucoup de bien !!! Seulement, pour l’instant, nous côtoyons des gens qui vivent au niveau des pâquerettes… Voir FB où je décline le profond respect que j’ai pour les vraies pâquerettes !!!

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.