Covid 19 ne doit pas dicter le calendrier électoral de la France (pour Figaro Vox)

La sécurité des personnes est la mission fondamentale de l’Etat comme le souligne Thomas Hobbes dans Leviathan. Protéger les Français contre l’épidémie de covid relève donc, en effet, de son premier devoir. Ce constat débouche sur une interrogation fondamentale : jusqu’où la protection des citoyens justifie-t-elle une remise en cause d’un modèle de société fondé sur le respect des droits et des libertés et la démocratie libérale. A travers le confinement, puis le couvre-feu, le choix d’une suspension de la liberté d’aller-et-venir a été accompli, dans un climat de résignation. Or, la liberté d’aller-et-venir, selon le célèbre professeur de droit Georges Burdeau « est le signe extérieur des régimes libéraux » par opposition aux systèmes totalitaires. Jusqu’où la préférence pour la sécurité sanitaire justifie-t-elle la remise en question du modèle de liberté fondateur des sociétés occidentales ? La question se pose d’autant plus que, malgré la gravité évidente de la situation, la progression de l’épidémie, l’encombrement dramatique des urgences, les statistiques de l’INSEE ne font pas, pour l’instant, état d’une spectaculaire poussée de la mortalité générale.

Le raisonnement qui vaut pour la liberté s’applique tout autant à la démocratie. La presse rend compte des cogitations en cours, dans les coulisses du pouvoir politique, pour reporter les élections régionales et départementales, prévues en mars 2021. Le covid 19 doit-il dicter le calendrier électoral de la France ? Un tel report, serait difficilement explicable. Les transports où s’entassent les usagers, les commerces, grandes surfaces et autres, les services accueillant du public, les écoles, les universités, fonctionnent, avec d’infinies précautions. Des élections peuvent être organisées, elles aussi, dans la plus absolue sécurité (protections, files organisées, etc.), et des conditions au moins aussi sûres que celles des transports. En outre, à l’heure où une partie de la vie sociale se développe en « distanciel », des solutions existent pour permettre la participation de personnes à risque : le vote par procuration mais aussi le suffrage électronique.  Les réticences de la démocratie française face à une pratique offrant toutes les garanties de sécurité est incompréhensible : les Français achètent, réservent, payent, déclarent leurs impôts, travaillent avec leur ordinateur. Pourquoi ne voteraient-ils pas de la même façon ?

79% des Français sont tentés par l’abstentionnisme ou le vote protestataire selon un sondage Figaro du 26 octobre. A l’heure où une forte majorité est gagnée par le dégoût de la politique, le report de l’élection régionale et départementale, après 2022, apparaîtrait comme une manœuvre politicienne. Changer un calendrier électoral n’est jamais neutre. A tort ou à raison, une partie des électeurs soupçonnera une opération liée à l’approche du vote présidentiel. Certains l’analyseront comme destinée à éviter une nouvelle débâcle de LaREM à un an des élections nationales. D’autres la liront comme une tentative d’empêcher le succès emblématique aux régionales de candidats potentiels de droite républicaine (M. Bertrand, M. Wauquiez ou Mme Pécresse), susceptibles de leur servir de tremplin pour la présidentielle. Un tel report, au prétexte d’une épidémie, peut justifier à l’avenir toutes les manipulations de calendrier y compris relatives aux élections nationales.

De fait, l’électorat déteste les manipulations et un tel report des élections régionales ne peut qu’alimenter la suspicion, et, dans un climat de défiance généralisée, une atmosphère explosive, se retourner contre ses auteurs. La France vit une période de trouble profond, et de déstabilisation liée à la conjonction de la vague de terrorisme islamiste et de l’épidémie. La classe d’âge de 18 à 35 ans, jetée dans l’enfer du chômage de masse et du désœuvrement, est plus particulièrement frappée par cette vaste dépression. A l’heure du grand ébranlement collectif et d’une crise de défiance dont l’ampleur est sans précédent, faut-il prendre le risque d’affaiblir encore la confiance des Français en la démocratie?

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

63 commentaires pour Covid 19 ne doit pas dicter le calendrier électoral de la France (pour Figaro Vox)

  1. En mars ou plus tard… Élections, piège à cons.

    La démocratie représentative qui n’est pas la démocratie doit-être repensée.

    Amitiés!

    Aimé par 1 personne

    • cgn002 dit :

      D accord, toutefois ici nous parlons du piège spécial (election présidentielle forcée) qui se rajoute au piège général (toutes élections) que vous évoquez à juste titre.

      J'aime

  2. Gribouille dit :

    « Les réticences de la démocratie française face à une pratique offrant toutes les garanties de sécurité est incompréhensible : les Français achètent, réservent, payent, déclarent leurs impôts, travaillent avec leur ordinateur. Pourquoi ne voteraient-ils pas de la même façon ? »

    Non, car le risque de fraude serait trop grand.
    La situation n’est pas la même que celles que vous citez, entre deux personnes ou entités, où une contestation est facile à étayer.

    J'aime

  3. Sganarelle dit :

    Pour qui voter ? Quel programme?
    Vous pensez sérieusement alors que le pays croule sous les dettes et qu’économiquement nous sommes dans le noir ..vous pensez sérieusement que le gouvernement empêtré dans une crise sanitaire dramatique ( et je pèse mes mots) pense à des manœuvres politiciennes pour rempiler encore cinq ans ?
    Personne ne semble se bousculer au portillon.
    Qui veut prendre la tête d’un pays en ruine ?

    J'aime

    • Sganarelle, oui hélas, je pense qu’ils ne pensent qu’à ça.
      MT

      Aimé par 1 personne

    • Cela dit, vous avez bien raison: pour avoir envie de reprendre le fardeau d’un pays dans cet état, il faut un brin de folie. Mais justement, c’est bien le cas…

      J'aime

    • cgn002 dit :

      Le goût du pouvoir (totalitaire) se gausse bien des échecs passés !
      Par ailleurs faudrait il être digne pour vouloir le bien d autrui (celui de la nation France en général)
      De plus le chaos est tout à fait favorable pour se placer en sauveur (ou en guide si vous voulez, etc)
      N avez vous pas noté qu en fausse démocratie, les pyromanes excellent à jouer les (faux) pompiers ?

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.