La fin du « nouveau monde » ouvre une ère d’incertitude

Voici mon article, publié ce matin par le Figaro (papier) J’y ai puisé beaucoup dans nos échanges et je profite de sa parution pour remercier vivement tous les intervenant sur ce blog qui par leur lucidité et leur modération, m’ont permis d’enrichir mes réflexions sur la politique française.

 

La fin du « nouveau monde » ouvre une ère d’incertitude

Par Maxime Tandonnet, essayiste, auteur de « Histoire des présidents de la République » (Perrin)

Lors de son interview au Point, le 29 août 2017, le président Macron dénonçait « les forces du monde ancien» qui « font échouer la France ». En mai-juin 2017, l’accession au pouvoir des nouvelles équipes dirigeantes, à l’Elysée, à Matignon comme au Palais Bourbon, fut le fruit de l’élection présidentielle la plus chaotique de l’histoire. Le succès électoral d’En Marche est donc né d’un vertigineux scandale. Il s’inscrivait dans le contexte d’un pays traumatisé par la succession d’affaires et de drames mettant en cause ses dirigeants, à l’image de l’emblématique « affaire Cahuzac ».

En réaction contre le naufrage de la politique française dans un climat à la fois délétère et explosif, tournant le dos aux personnalités et aux partis traditionnels, en 2017, les Français, assoiffés d’exemplarité, ont porté au pouvoir des hommes et des femmes incarnant le renouvellement. La transformation de la vie publique française dans le sens de la vertu, s’est imposée comme la clé idéologique de la nouvelle équipe dirigeante.

Ce contexte explique l’ampleur prise par l’affaire Benalla qui a accaparé l’actualité nationale pendant trois semaines. Les faits eux-mêmes sont certes accablants pour l’auteur des violences, mais sans commune mesure avec les séismes qui ont ébranlé l’histoire politique française (Rainbow Warrior par exemple). En revanche, ils ont profondément choqué par les révélations en cascade qui en sont issues, soulignant les phénomènes de clanisme, de dissimulation, de courtisanerie et d’obséquiosité, qui imprègnent, aujourd’hui comme hier, l’exercice du pouvoir.

2017 fut l’été d’une espérance pour une partie de l’opinion publique, 2018 celui d’une désillusion. Cette affaire marque une étape supplémentaire, et sans doute décisive, dans la prise de conscience, par une majorité des Français, du caractère trompeur de la thématique d’un « nouveau monde ». Au fond, rien n’a changé. Ils ont l’impression d’avoir été mystifiés comme ils le furent en 1981 par le discours assimilant la victoire de François Mitterrand à un passage de la « nuit à la lumière ». Ils retiennent de l’affaire Benalla que rien ne ressemble plus à l’ancien monde que le soi-disant nouveau.

La fin des illusions met en évidence les constantes de la vie politique française, qui depuis des années, entraînent le pays sur une pente fatale. Le culte de la personnalité d’un autre âge ne fait qu’occuper le vide laissé par la mort du débat d’idées et l’absence de solutions aux difficultés de la France. L’image personnelle des dirigeants s’impose comme la motivation suprême de l’engagement politique, au détriment du bien commun. L’élection ou la réélection justifie toutes les démagogies. La communication se substitue toujours davantage à l’autorité de l’Etat, aux choix de gouvernement et à l’action authentique. La fracture démocratique ne cesse de se creuser entre une minorité dirigeante, déconnectée des réalités quotidiennes, et la population – infiniment plus lucide que ne le pensent les hommes et femmes de pouvoir –, qui se sent abandonnée avec ses difficultés et ses inquiétudes.

La vie politique continue à sombrer dans le spectacle nihiliste, dominé par les polémiques, les crises d’hystérie, les phénomènes d’idolâtrie et de lynchage. Le discours sur la « transformation » de la France ne suffit plus à masquer la réalité d’une aggravation continue des maux dont elle souffre: vertigineux déficit du commerce extérieur ; explosion de la dette publique ; poids des prélèvements fiscaux et sociaux; chômage qui, en comparaison avec les autres puissances comparables,  ne connaît guère d’amélioration; violence quotidienne ; situation préoccupante du système scolaire et universitaire ; haut niveau de pauvreté ; absence de réponse crédible à la crise migratoire européenne ; une société toujours plus déchirée et conflictuelle. Sur les grands sujets de préoccupation des Français, aucune amélioration n’est en vue.

Aujourd’hui, la question fondamentale est celle de l’avenir de la politique française sur lequel un épais brouillard est tombé. Après la dissipation du rêve d’un « nouveau monde », que reste-t-il à espérer ? La France est entrée dans une ère d’incertitude. Tout est possible: une radicalisation, portant au premier plan des partis ou personnalités « antisystème » ; la poursuite indéfinie, au-delà de 2022, de l’expérience actuelle ; une alternance et le retour au pouvoir d’un parti classique ayant su se moderniser et élargir son assise électorale ; ou encore une prise de conscience de la tragédie de la politique française, une remise à plat d’un régime à bout de souffle pour en finir avec la dictature des chimères et renouer avec la notion de gouvernement, de vérité, de destin collectif, d’intérêt général et de res publica. Cette dernière alternative n’est hélas pas la plus vraisemblable…

Maxime TANDONNET

Publicités

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

41 commentaires pour La fin du « nouveau monde » ouvre une ère d’incertitude

  1. aldo dit :

    Exemple significatif de la fin du nouveau monde et du début du futur monde qui nous attend :

    Le bilan de teufs de cet été et la réaction du pouvoir illustrent bien cette léthargie qui se répand dans tous les pans de la société

    Tout le consensus multivivrensembliste gauchiste nauséabond a volé en éclats , surtout les vitrines, les abribus , les bus , et tout le matériel urbain dans toutes les villes de la Ceufran black – beur ; les fumigènes de la police et les flammes des bagnoles cramées ont surpassé en intensité les feux d ‘ artifices officiels .

    Record de bagarres , rixes , attaques de passants pour parfaire ce scénario habituel de réjouissances qui font partie désormais de notre patrimoine culturel islamogauchiste .

    La seule réponse de notre premier ministre :  » il y a eu moins de voitures brûlées qu ‘en 2017″.

    J'aime

  2. Janus dit :

    La perspective d’une liste commune Raffarin-Juppe représentant la droite dite humaniste (ou maçonnique ?) pour les prochaines européennes ne semble pas bien augurer de notre futur : La restauration des valeurs du gaullisme originel n’est pas pour demain et une fois de plus les vieux has been du centrisme UDF ex MRP vont faire le travail pour la gauche. Hier, je ponctuais mon commentaire par un Vae Victis, aujourd’hui, je conclurai par la formule biblique : Nous boirons le calice jusqu’à la lie !

    J'aime

  3. Georges dit :

    Ce fut tout de même curieux de constater que l’accession à la présidence d’un illustre inconnu ,qui débarquait de je ne sais où sans avoir fait ses preuves ,paraissait tout de même interpellant .

    J'aime

    • Anonyme dit :

      L’élection présidentielle de 2017 a été un coup particulièrement bien préparé. Macron avait été choisi par des personnalités influentes pour être le président qui défendrait leurs intérêts. Restait à monter la supercherie… que tout le monde connaît !!!

      J'aime

  4. Radu Portocala dit :

    Monsieur,
    Y a-t-il moyen de vous faire parvenir un livre?
    Avec mes remerciements, bien à vous,
    Radu Portocala

    J'aime

  5. Colibri dit :

    Bonjour à toutes et à tous, voici deux liens ci-dessous pour participer aux échanges en cours. Je réagis à l’expression « nouveau monde » en partageant ces deux liens:

    https://lejournal.cnrs.fr/articles/nouveaux-regards-sur-lasie

    https://lejournal.cnrs.fr/articles/la-chine-trace-les-nouvelles-routes-de-la-soie

    Il paraît que les Chinois sont excellents au jeu de Go.

    Le monde nouveau est-il un jeu de Go? Y aurons-nous notre place?

    J'aime

    • l'étrange rengaine dit :

      En effet, les Chinois veulent nous niquer, et ils ont des chances d’y arriver puisqu’au milieu de toutes leurs affaires de corruption, ils semblent néanmoins avoir une vision de plus long terme que les néolibéraux occidentaux.

      Il est possible qu’ils aient une dent particulière contre la France (et l’Angleterre) du fait du sac du palais d’été, et on trouvera naturellement pléthore de littéraires hexagonaux pour dire qu’ils ont bien raison.

      Il y a quelques années, sous Sarkozy, un article du Figaro nous informait de la volonté de ce dernier de « transmettre la technologie nucléaire » à la Chine, c’est à dire de nous créer des concurrents. Un commentateur du Figaro avait remarqué qu’il était bien dommage que Sarkozy n’ait pas plutôt commencé par leur transmettre la technologie politique…

      Enfin, au moment des attentats de 2015, le quotidien officiel en anglais de ce pays s’était clairement placé du côté de ceux qui essaient d’agiter les minorités pour nuire à l’unité de notre pays. Et cela m’étonnerait qu’ils arrêtent.
      De mon point de vue, une raison supplémentaire de considérer que la politique migratoire actuelle est mauvaise.

      J'aime

    • Colibri dit :

      l’étrange rengaine, merci de votre commentaire.

      Je suis allé écouter dernièrement une conférence de Rémi Castets, voir lien suivant: https://u-bordeaux3.academia.edu/R%C3%A9miCastets.

      Je n’ai pas pris de notes, je n’en ai pas fait un enregistrement. Volontairement pour essayer de voir ce que j’allais en retenir.

      Oui il semblerait que les Chinois se projettent au moins jusqu’en 2040.

      Oui leurs dirigeants se souviennent de l’Histoire de leur pays et de leurs déboires face aux occidentaux et aux Japonais.

      Oui ils ont la nostalgie de leur grandeur passée.

      Ils considèrent les USA comme la première puissance mondiale sur le plan économique, politique, militaire, et ils s’en méfient. Et cherchent pour le moment à la contourner en espérant un jour pouvoir la dépasser.

      La Chine s’est réveillée.

      J'aime

    • Colibri, merci bien sincèrement
      MT

      Aimé par 1 personne

  6. Citoyen dit :

    « La transformation de la vie publique française dans le sens de la vertu, s’est imposée comme la clé idéologique de la nouvelle équipe dirigeante. »
    Haha !…. Bayrou, Ferrand …. pour ne citer que ceux-là, dès le départ …
    Il faut dire que le renouvellement de la politique démarrait sur les chapeaux de roues, avec le « nouveau monde » de Jupiter …. La suite s’est révélée cocasse …

    « La fracture démocratique ne cesse de se creuser entre une minorité dirigeante, déconnectée des réalités quotidiennes, et la population  »
    La seule imposture du racket à 80 sur les routes, suffit à illustrer la profondeur de la fracture …

     » … aucune amélioration n’est en vue » …. Et comment le pourrait-elle, quand on prend délibérément la direction opposée ?

    J'aime

  7. BOIS dit :

    Bonsoir,
    Comme vous et bien d’autres compatriotes, je me demande vers où nous allons; M.Wauquiez appelle les militants de L.R. à gravir avec lui un site!!!! Singer le Miterrand, est-ce digne du patron de la Droite? il n’a pas mieux à proposer aux militants? Que ne propose-t-il pas à ceux-ci d’amorcer un programme avec l’appareil de L.R. ,digne de ce nom?. N. Sarkozy l’avait fait en
    2007, Les mass médias sont inquiétants, faisant leur choux gras de vétilles, passant de polémique
    en polémique, oubliant le débat démocratique.

    J'aime

    • Bois, « gravir un site? », je n’avais même pas vu, oui, ça ne s’arrange pas visiblement…
      MT

      J'aime

    • IRIS dit :

      Bonsoir Monsieur Tandonnet, bonsoir à tous,
      Il s’agit en effet de la fête traditionnelle départementale de la fédération des Républicains de Haute-Loire autour du Président Laurent Wauquiez.
      Le Mézenc, est une frontière, lieu de clivage ou de communication. Frontière géographique entre l’Ardèche au Sud et la Haute-Loire au Nord, entre la Région Rhône-Alpes et la Région Auvergne, plus loin dans le temps entre les Helviens romanisés et les Vellaves clients des Arvernes, entre les catholiques du Velay et les protestants du plateau du Lignon.
      Beau symbole donc des rapprochements possibles, ou des antagonismes encore prégnants.
      Une ascension, une prise de hauteur, une vision étendue, une variété de points de vue, une situation élevée au-dessus d’un cirque, une roche solide au son clair et sonore garantissant un retentissement dans la durée, mais aussi la réalité du volcanisme et de ses éruptions possibles… comment ne pas faire le lien entre cette magnifique réalité montagnarde et les aspirations politiques pour demain ?
      Laurent Wauquiez qui connait bien sa région suit la parole transmise de génération en génération : « Montarem tant que Poirem».
      « Nous monterons tant que nous pourrons ». Plusieurs revues l’utilisent en exergue, par exemple les Cahiers du Mézenc.Dans la langue d’Oc cela signifie, qu’on reviendra sur les pentes du Mézenc ou des monts ardéchois environnants tant qu’on en aura la force…

      Bien cordialement.

      J'aime

    • IRIS, jolie prose, bravo!
      MT

      J'aime

  8. pier21 dit :

    « Il n’est pas nécessaire d’espérer d’espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer! »
    A vous lire on croirait entendre Guillaume d’Orange, d’autant que je vous crois posséder « cette forme suprême de l’honneur qui est la fidélité dans l’infortune »!
    Cher Maxime (vu mon âge, j’ose le prénom de compassion et d’affection), sauf accident (mais « Dieu joue-t-il aux dés »? ), notre avenir est tout tracé: Macron est en place pour longtemps, car à la différence de l’Espagne, nous n’avons pas (et c’est tant mieux) une majorité de gôche (de Poutou à Valls), quant à une alliance à droite est tout aussi illusoire!
    Aussi Macron, même s’il mérite davantage le qualificatif de « Monsieur Quart » (voire moins) plutôt que « Monsieur Tiers », battra son adversaire au 2d tour, même si ce dernier le devançait au 1er! Puis par un scrutin adéquat (je vous fiche mon billet qu’on verra revenir intégralement le scrutin uninominal majoritaire à tours, après une éphémère expérience de semblant de proportionnelle, trop risquée pour l’Exécutif) remplira les travées de bon députés godillots car sans Jupin, ils ne seraient rien (comme quoi, ils n’y a pas des gens de rien que dans les gares)!
    Comment cela finira-t-il?
    Je relis La chute de l’Empire Romain de M. de Jaeghere , et j’y retrouve .. » l’influence germanique se lit….dans le vocabulaire militaire, les arts…les costumes…Les braies et les tuniques à manches longues se répandent dans l’Empire… ». Remplacez l’Empire par la République , l’influence barbare par celle de l’Islam, ajoutez y un zeste de démographie et vous connaitrez la fin de l’Histoire.
    Mais un autre Michel l’a déjà raconté: « Soumission », car comme termine « Janus, « vae victis »!!

    J'aime

    • Cher Pier 21, je suis d’accord avec vous mais il y a la « force de l’histoire » (Péguy) qui se réveille parfois comme un grand fauve et balaye toutes nos prédictions…
      MT

      J'aime

  9. Jean-louis Michelet dit :

    La République, notre royaume de France
    C’était et c’est encore un ouvrage de Charles Péguy, mais au-delà de l’auteur, le titre en lui-même est très évocateur sur la perception que lui et tant d’autres avaient de la France…dans un passé encore assez proche, celui de nos grands-parents, notamment.
    Etait-ce le monde ancien comme certains voudraient nous le faire penser et pire encore, nous le faire admettre…on peut, tout au plus leur concéder qu’en certains domaines, notamment ceux de la technologie, de la science etc., c’était effectivement, l’ancien monde …mais vouloir balayer d’un revers de main l’âme d’une nation …il fallait quand même oser. Demain sera aussi un ancien monde en comparaison à celui d’aujourd’hui…On n’en finit donc pas et ce n’est sans doute pas dans cette direction qu’il faut aller pour comprendre les problèmes cruciaux et actuels de notre pays.
    La classe politique sortie des urnes en mai / Juin 2017 veut à elle seule et exclusivement à elle seule vouloir incarner « le nouveau monde » ne fera pas l’économie de comprendre celui d’hier.
    Faire un meilleur avenir sur les bases élargies du passé, il me semble bien que c’est Goethe l’auteur…il y a quelques siècles.

    J'aime

  10. drazig dit :

    « …l’affaire Benalla…..ces faits sont certes accablants… » dites-vous.
    Certes, certes, mais allez donc demander l’avis d’un gradé de la gendarmerie ou de la police. Les accablés, c’est eux. A ce propos, je voudrais leur suggérer de regarder dans le dictionnaire, le mot « mutinerie ». Mais, pas de panique, nous n’aurons pas de grabuge à l’image de la population et de toutes ses couches sociales: inertie et je-m’en-foutisme. Et vite, vite, un match de foot et/ou une compétition et/ou un festival, etc..international. Passons à autre chose…

    J'aime

  11. michel43 dit :

    BON,,,arrêtons de rêver a un monde meilleur ,Osons la vérité ,si Macron est la,,,c’est tout bêtement que les Français on eu peur de Mme LE,PEN Beaucoup le regrette ,trop tard, il va continuer a nous vider nos poches ,comme Hollande et le chômage va continuer a augmenter ,ainsi que notre dette ,alors 2022 ,une inions des droites s’impose avec LR, qui avec 8% a aucune chance de revenir au pouvoir ,d’ailleurs on va voire son score pour l » Europe les Italiens sont t »il plus intelligeant que nous ? peut être,,,,alors attendons tranquillement 2022 je pense que les Français auront compris que le Macron est une idiotie,,,,alors COURAGE,,,,,,,,

    J'aime

    • michel43, le Pen fut le tremplin qui a fait élire Macron, la marionnette du système, vous le savez aussi bien que moi, et peut-être qui le fera réélire en 2022. Rien de nouveau sous le soleil, la famille le Pen, pure créature du système médiatique, hante la vie politique depuis un demi siècle comme outil de la désintégration de la France.
      MT

      J'aime

    • michel43 dit :

      OUI Maxime ,mais notre droite très faible a toujours refuser de discuter officiellement avec tout les partis de droite ,pour battre Macron , il faut des alliances ,attendons les élections Européenne ,après des décisions s » imposerons,,,,,

      J'aime

    • IRIS dit :

      Bonsoir,
      Non michel 43, on ne fait pas de compromis, de tambouille politicienne avec des partis qui veulent votre mort !
      Il n’y a pas si longtemps la présidente du parti d’extrême droite souhaitait la disparition des Républicains. Ce parti n’a rien à voir avec notre passé, il vaudrait mieux qu’il n’ait rien à voir avec notre avenir.
      Ces deux partis n’ont rien en commun !

      Aimé par 1 personne

    • michel43 dit :

      premièrement – combien avons nous de gens de l » ex FN chez nous,,,deuxièmement- Wauquiez avec plus de 8% a aucune chance de revenir au pouvoir – troisièmement -seul des alliances a droite ,peuvent battre Macron ,une question IRIS , êtes vous pour Macron en 2020,,,,,,,,

      J'aime

  12. CLAUDE MARECHAL dit :

    Cher Maxime Tandonnet
    – Vous faites plus que de simplement transmettre, vous donnez le battement de la vie à vos lecteurs face à cette sécheresse politique ambiante .. Cette interprétation, sans irrégularité ayant sa source dans votre sentiment personnel, témoigne que la vie politique ne marche pas à vitesse constante, que l’expérience et le recul nécessaire, vous commandent autre chose que la résignation.

    J'aime

  13. Janus dit :

    Quelles que soient les options, il faudra bien que le renouveau s’incarne dans un groupe d’individus motivés et prêts a prendre des coups sans espoirs de gloire et de prébendes : C’est impossible à l’heure actuelle, ce groupe d’individus n’existe pas et s’il existait, il serait démoli par les médias à la solde de ceux que la situation actuelle arrange ou indiffère. La forte probabilité est la poursuite en 2022 de l’expérience actuelle, sauf explosion des banlieues, mais celle-ci est improbable les qataris et autres sponsors n’y ont pas intérêt pour le moment tant que le rapport de force réel n’est pas en leur faveur, ce qui sera le cas aux alentours de 2040.
    Vae victis !

    J'aime

    • Janus, personnellement, je n’ai pas de « forte probabilité », si la dégringolade de Macron se poursuit au rythme de cette année, sa réélection en 2022, dans 4 ans quand même, sera quasiment impossible et nous aurons des surprises…
      MT

      J'aime

  14. Gérard Bayon dit :

    Bonjour à toutes et à tous,
    « une prise de conscience de la tragédie de la politique française, une remise à plat d’un régime à bout de souffle » : voilà bien une chimère qui n’est pas prête de se réaliser !
    A quoi assistons-nous aujourd’hui, en fait depuis plusieurs décennies ? Au spectacle de femmes et d’hommes politiques au pouvoir ou trépignant devant les marches des palais de l’Etat voire léchant les bottes de tous ceux qui y pénètrent en espérant qu’un jour peut-être….A l’exception de quelques individualités malheureusement trop rares et trop isolées, toutes et tous n’ambitionnent que d’occuper un poste en vue, inscrire leur nom dans l’Histoire pour les plus mégalomanes ou à une loi ou une réformette pour les moins ambitieux, se donner l’illusion même passagère du pouvoir, de l’autorité, de la suzeraineté alors qu’ils ne sont que les laquais, les caméristes de la haute fonction publique et des lobbies bien plus puissants qu’eux mais bien plus discrets et surtout bien plus efficaces parce que disposant du temps long.
    Quant à la relève que tous les Français attentent depuis si longtemps et qu’ils avaient pour les moins lucides, envisagé en mai 2017, je ne l’entrevois même pas. Là encore, à quel mauvais spectacle assistons-nous ? Dans tous les partis politiques sans aucune exception, les conflits ouverts plus ou moins affichés entre les membres des instances dirigeantes qui font entendre à l’envie leur petite musique personnelle pour bien se démarquer de la ligne du leader en place, dès fois que….
    L’absence consternante de tout projet, de vision d’avenir voire même plus simplement d’idées nouvelles ou encore plus prosaïquement d’esprit de combat politique honnête et franc au lieu des clowneries auxquelles nous assistons publiquement jour après jour sur n’importe quel sujet.
    Non, décidément ce ne sont pas ces gens-là qui seront en capacité d’effectuer une remise à plat de notre régime politique.
    Une chose me parait de plus en plus certaine, comme nombre d’entre nous, je suis convaincu que le règne d’E. Macron est maintenant très gravement compromis, les Français encore crédules ou naïfs ne peuvent plus ignorer les travers et les mensonges de ce pouvoir autocratique. Je n’ai aucune idée sur les circonstances qui mettront fin à l’agonie de cette prépotence mais elle sera très certainement douloureuse pour tous les « gens qui ne sont rien » et les « sans dents » !

    J'aime

  15. artofuss dit :

    Vous avez entièrement raison en tous points. Je me permets d’insister sur l’impact négatif des « écarts » commis par le couple présidentiel à l’occasion de la fiesta baroque dans la cour de l’Elysée ou l’hystérie de la coupe du monde: ces images auront, de ce que je perçois autour de moi, été aussi nocives que l’affaire Benalla car les Français ont de leur représentation nationale une idée bien plus décente que ces démonstrations infantiles et vulgaires qui ne sont que la suite des épisodes en scooter du locataire précédent de l ‘Elysée. Ainsi se voit mis au jour l’écart croissant entre la vision des professionnels de la « com » vivant en circuit fermé à Paris qui conseillent nos dirigeants et la réalité nationale (le « pays réel », comme aurait dit quelqu’un que je n’ose même pas citer ). Dans le fond, nous sommes tous un peu « gaulliens » quand il s’agit de notre pays, et c’est une excellente chose.

    J'aime

    • artofuss, oui, mais ce qu’il y a de pire, à mon avis, est la prise de conscience de l’écart entre la communication (réforme, transformation) et la réalité du néant politique et de l’absence de toute politique courageuse.
      MT

      J'aime

  16. Mildred dit :

    « Cette dernière alternative n’est hélas pas la plus vraisemblable… » Et pourtant il suffirait que les Français le veuillent pour que cela devienne possible. Encore faudrait-il qu’on leur explique la marche à suivre pour obtenir cette « remise à plat » de leur « régime à bout de souffle » qui n’est déjà plus un régime démocratique, ce qu’ils ont compris et qui leur est de plus en plus intolérable.

    J'aime

    • Mildred, je suis absolument d’accord, in fine, tout dépendra du bon sens populaire et de l’aptitude des Français à déjouer les manipulations dont il font l’objet (ex l’affaire Fillon, le piège du second tour sans choix Macron/le Pen et de l’abolition des élections législatives). L’expérience récente montre que ce n’est pas du tout évident…
      MT

      J'aime

  17. Xavier .de Fürst dit :

    Pour moi la question fondamentale n’est pas l’avenir de la politique française mais l’avenir de la France. Le spectacle de guignol joué tant par la gauche que la droite et relayé par des médias malfaisants et malhonnêtes est sur le fond insignifiant, mais la trahison répétée des dirigeants politiques face aux caprices de minorités complexées et agressives, la lâcheté face à la menace invasive et islamique voilà où sont les vrais danger pour notre avenir. La vision exclusivement budgétaire de la conduite de notre pays le conduit inévitablement vers un gouffre d’immoralité d’égoïsme et de dépravation.

    J'aime

    • X de Fürst, oui, bien sûr, la seule chose qui compte est l’avenir de la France, mais il dépend de la politique dès lors qu’un pays a besoin d’être bien gouverné ce qui n’est évidemment plus le cas aujourd’hui.
      MT

      J'aime

  18. Anonyme dit :

    Il est certain que les institutions françaises sont à bout de souffle et qu il y a une prise de conscience de ses dérives actuelles .La question est quel parti ou quels responsables sont icapables à l heure actuelle de proposer et de porter un nouveau projet politique ou la France pourrait retrouver une certaine autonomie par rapport à l Europe de Bruxelles et surtout par rapport à la financiarisation mondiale qui nous enlève toute autonomie par rapport aux décisions politiques .

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.