Les larmes de M. Obama

134104328_B977497712Z.1_20160105204058_000_GJO5TVP55.5-0Il est des larmes qui font pitié, celles des enfants ou des hommes ou des femmes qui ont tout perdu et sont en deuil. Il en est d’autre qui mettent mal à l’aise, agacent, inquiètent… Celles de M. Obama, qui ont ému le monde entier, me laissent de marbre. Pleurer est un signe de faiblesse. Bien sûr que le président des Etats-Unis est un homme comme un autre. En privé, seul, dans son jardin de camp David,  il a le droit de s’effondrer. Mais devant les médias, sa démonstration lacrymale prend une connotation emblématique. Il pleure en pensant aux victimes d’une tuerie dans un lycée américain. Ses larmes ont une signification immédiate. Elle soulignent l’impuissance de son gouvernement face à une tragédie. Face à un problème insoluble, les pleurs servent de contre-feu à la colère. Ils visent à susciter la pitié, l’émotion. Les larmes d’Obama ont en outre une signification planétaire. Elles nous montrent l’homme le plus puissant du monde dans un étrange état d’abandon, de soumission, de désespoir, d’infantilisation. Elle sont à l’image d’un monde occidental qui  perdu la clé de la puissance, de l’avenir, de la maîtrise de son destin, face aux drames du Moyen-Orient, au recul de sa puissance économique, de sa volonté, et qui se replie dans le culte de l’émotion. Les larmes de M. Obama ne font pas pitié. Elles font peur…

Maxime TANDONNET

Advertisements

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

23 commentaires pour Les larmes de M. Obama

  1. Ping : Maxime Tandonnet – Ouagadougou… — Union Républicaine

  2. Anonyme dit :

    Comediante….

  3. François dit :

    Bonsoir Maxime,

    Ce ne sont que des larmes de crocodile, elles ne visent qu’à masquer leur lâcheté, leur incompétence, etc. Nous partageons au moins une chose avec les États-Unis : nos présidents respectifs sont les plus mauvais de toute nos histoires respectives !

    Au regard de son indéniable propension lacrymale, je propose la création, à la Maison blanche, d’une cellule de soutien psychologique permanente. Ce président pourra alors pleurer tout son soûl sur des épaules réconfortantes et en plus, c’est très tendance.

  4. Suzanne dit :

    Bonsoir,

    Bien que sachant que c’est un fake, j’ai beaucoup aimé l’information qui se balade sur le web, expliquant que les larmes de M Obama étaient dues à du jus d’oignon volontairement appliqué sur ses doigts pour pleurer sur commande.

    Sans aller jusque là, sa démonstration lacrymale me fait penser à de la comédie plutôt que de l’émotion.
    Bien que le qualifiant ainsi d’hypocrite, mon interprétation est plus valorisante pour lui que la vôtre (« l’homme le plus puissant du monde dans un étrange état d’abandon, de soumission, de désespoir, d’infantilisation »)

    Je crois sincèrement que les « grands » de ce monde nous prennent pour des imbéciles et jouent avec nos émotions, que nous devrions être capables de maîtriser si nous étions un peu plus évolués.

  5. Frederic_N dit :

    Je ne sais s’il faut en rire ou en pleurer, mais vous ne loupez jamais de dire les vérités qui ne sont pas bonnes à dire. Mais hélas vous avez mille fois raison : mais le coupable c’est pas Obama, c’est le système médiatique qui met ces choses là en scène au lieu des les discréditer
    Plus le temps passe, plus je me demande s’il ne faut pas généraliser la démarche du club Orwell. Le problème est que N Polony a voulu lier la dénonciation du journalisme actuel à ses propres positions politiques ( elle a pas perdu ttes les habitudes de son ancien bord politique)
    Je rêve mais je me demande si vous n’avez pas les moyens de lui demander d’ouvrir son comité de façon à être efficace ?
    Ce serait super

  6. Mildred dit :

    Monsieur Tandonnet,
    Vous avez vu juste ! Il n’y a plus qu’à imaginer que, comme à l’habitude, les chefs d’état occidentaux suivent Obama, leur modèle, dans cette voie, pour déjà se tenir les côtes de rire !

  7. Infraniouzes dit :

    On ne va pas pleurer ! Nous on a les bougies… On est très fort en « bougies ». On en sort à tout bout de champ. On va finir par s’éclairer et se chauffer à la bougie. Des fleurs, des dessins d’enfants et hop ! le mauvais sort est conjuré. Dommage que Claude Levi-Strauss soit mort. Il nous aurait fait une brillante analyse de la société française et sans doute prédit le sort qui l’attend….

  8. michelbonte dit :

    Vous n’êtes pas seul !

  9. Tracy LA ROSIÈRE dit :

    C’est la démocratie qu’on assassine !
    Par delà les émois, bien légitimes, du président américain qui occupe votre quotidien, permettez d’évoquer des faits beaucoup moins importants, je veux parler des événements de Cologne et d’ailleurs. Ces événements nous remplissent d’effroi mais ce qui nous consterne surtout, c’est l’attitude affligeante, criminelle, révoltante des autorités en place : la racaille couvrant la barbarie.
    Après un attentat suicide perpétré il y a deux jours, à Istanbul, le gouvernement turc a  » interdit aux médias de diffuser des informations sur l’explosion » (Le Figaro.fr). L’attitude des autorités turques ne saurait nous indigner : si la Turquie était une démocratie, ça se saurait…
    En revanche, la rétention d’informations dont se sont rendues coupables les autorités de pays européens après des agressions de masse, probablement « concertées » (M. Heiko MAAS, ministre allemand de la Justice – Bild – 10/01/2016) ne manque pas de laisser les populations dans la perplexité, l’incompréhension, voire la révolte. Plusieurs faits doivent retenir notre attention qui, bien qu’étrangers, n’en concernent pas moins des pays voisins et amis, aux modes de vie et de démocratie proches des nôtres. Le premier concerne la Suède. La police suédoise a révélé , ce lundi, avoir dissimulé des informations sur une quinzaine d’agressions sexuelles, commises par des hommes d’origine étrangère, lors d’un festival de musique en 2015 (Valeurs Actuelles – 11/01/2016).
    « Nous aurions certainement dû révéler cette information, ça ne fait pas de doute. Pourquoi ça ne s’est pas fait, nous ne le savons tout simplement pas. Nous savons que près de cent hommes ont été à l’époque placés en garde à vue pour avoir agressé une quinzaine de jeunes filles », a déclaré à l’AFP un porte-parole de la police, Varg Gyllander. La Suède est une « démocratie ».
    L’autre fait à rapport avec la vague d’agressions dont plusieurs centaines de femmes ont été victimes en Allemagne pendant la soirée du Jour de l’An. Il faudra plusieurs jours avant que les faits soient révélés (Der Spiegel et le Bild font état d’un procès-verbal de police rédigés le 4 janvier, soit trois jours après les faits !). On évoque de la rétention d’informations et de la dissimulation. La Maire de Cologne s’interroge sur les motifs « politiques ou tactiques » de cette rétention d’informations. Tout citoyen libre, épris de démocratie se pose la même question, a les mêmes doutes et porte un regard inquiet sur les violations de la vérité. Tout citoyen libre regarde cette inconscience, ces incompétences, bref ces inconséquences avec effroi. L’Allemagne est une « démocratie ».
    Là ne s’arrête pas le constat du chaos amorcé puisque des faits similaires sont signalés en Autriche, en Suisse et à Helsinki en Finlande ou des scènes de harcèlement sexuel de masse se sont produites avec, toujours, la même tentation de la dissimulation… Autriche, Suisse, Finlande sont des pays « démocratique ».
    Cependant, « cet épisode a l’intérêt de placer au centre du débat la question du déni et des tabous » (Éric Verhaeghe). Au registre du déni et des tabous on inscrira qu’il est interdit de dire que, dans la représentation musulmane, une femme qui n’est pas voilée est perçue comme une prostituée qui ne mérite pas le respect.
    Voila, peut-être, une explication…
    Ainsi s’étiole la démocratie. Elle subit en effet un triple outrage : celui des faits scandaleux commis par des barbares introduits avec notre complicité ; celui des mensonges des dominants chargés du respect de ses principes et, en premier lieu de la protection des citoyens ; celui des inversions que les dirigeants infligent au peuple en cherchant à le culpabiliser sur un vivre ensemble aux exigences pernicieuses.
    C’est la démocratie qu’on assassine !
    Tracy LA ROSIÈRE – 14/01/2016
    Titulaire du Certificat d’Etudes Primaires.
    Titulaire du BCG avec rappel.
    Membre du mouvement de lutte contre la bière tiède.

  10. Tracy LA ROSIÈRE dit :

    Sans vouloir vous offenser, M. TANDONNET, des larmes du président des Etat-Unis, on s’en fout ! On peut juste compatir au malheur du peuple américain en raison du fait que ce pays part en sucette comme l’ensemble du monde occidental faute de chef capable de l’emmener dans un projet commun. C’est pathétique, c’est tout. Imaginons CHURCHILL s’adressant à son peuple en 1940 avec la larme à l’œil… Que serait-il advenu ?

  11. Sergio dit :

    Bonjour a tous.
    Vous avez raison Maxime,un tel spectacle fait froid dans le dos,
    en plus d’etre pathétique.
    D’ici que ça donne des idées au Roi des commémorations,
    y a pas des kilomètres..!!
    Décidément,nous vivons une époque formidable…

    Sergio

  12. Timéli dit :

    Je suis 100% d’accord avec vous, Maxime : les larmes de Barack Obama ne m’ont pas ému, non plus. Au risque de paraître dur, j’ai même cru que c’était une mise en scène destinée à masquer les failles ou faiblesses du système existant et à occulter ces dernières aux yeux de l’opinion publique. Je refuse ce spectacle, ses larmes n’étant en aucun cas un remède à la situation. Désormais, Obama va devoir pleurer à chaque tragédie qui va affecter son pays. Pourquoi pleurerait-il pour certaines et pas pour d’autres ?
    Les femmes vivent de leurs larmes, mais les hommes en meurent.

  13. berdepas dit :

    A reblogué ceci sur Tempus Fugit….et a ajouté:
    J’ai ressenti le même malaise en voyant celui qui dirige la Première Puissance Mondiale pleurer. Je sais que la mode est aux anti-machos, et qu’il est de bon ton, quand on est un homme d’aujourd’hui, d’étaler sa « sensibilité ». Certes !!! Mais pas quand on est Chef d’Etat, et que l’on porte les plus lourdes responsabilités mondiales….
    Affligeant.

  14. Gerard Bayon dit :

    Bonjour à toutes et à tous,
    Voilà encore un président qui ne tient pas ses promesses !
    Son bilan à la fin de son 2ème mandat est très mauvais et il a échoué sur des sujets pourtant stratégiques :
    – L’Irak, l’Afghanistan, la Syrie signent ses principaux échecs militaires avec des milliers de morts parmi ses armées et aucun résultat positif sur le terrain sans compter quant à sa responsabilité partielle face à la montée de daech
    – Le camp de Guantanamo qui devait être fermé est toujours ouvert…
    – Le désastre concernant l’environnement et l’écologie,son pays reste l’un des tout premiers pollueurs du monde. Et en plus il a le culot de venir fanfaronner à la COP 21 !
    – Sa perte totale d’autorité et de sa stature de président face aux 2 chambres du Congrès qui ne tiennent même plus compte de ses avis et ne le respectent plus.
    – La non reconnaissance du génocide arménien qu’il avait pourtant promis de faire reconnaître.
    – sur le plan économique et même si le chômage a baissé, beaucoup d’américains lui reprochent la baisse du niveau des salaires et des retraites pourtant déjà faibles.
    Bref la liste de ses échecs est encore bien longue face à son seul succès: la mise en place de l’assurance maladie pour tous.
    Obama, prix Nobel de la paix (décerné par anticipation ! on devrait même lui retirer face à ses échecs) est un piètre président qui devra être vite oublié.
    Malheureusement pour les américains, la relève s’avère à l’heure actuelle plus qu’improbable entre la candidate démocrate qui a cautionné pendant les deux mandats sa politique désastreuse et qui ne rêve que d’occuper le bureau oval pour faire comme son mari et le fou furieux candidat actuel des républicains qui est pire que notre représentante du FN (ce n’est pas peu dire).
    Obama peut pleurer sur son bilan, moi cela m’a fait plutôt rire de voir un tel spectacle de clown triste.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s