Au paroxysme de la barbarie et de l’impuissance

images (4)Selon une information de la presse britannique, l’Etat islamique daesh aurait franchi un nouveau palier dans l’horreur en ordonnant l’exécution d’enfants trisomiques ou handicapés. Comment imaginer pire, dans l’ordre de la barbarie? Que dire, que penser devant un tel niveau d’atrocité? A quels souvenirs abominables de l’histoire cette information renvoie-t-elle et à quel mot?  Je l’ai trouvée par hasard sur Internet, dans l’indifférence absolue de notre glorieuse classe politique, tout à ses calculs élyséens, et de notre sublime monde médiatique qui a bien d’autre chats à fouetter. Le silence des défenseurs des droits de l’homme, les intellectuels humanistes, des chantres du droit d’ingérence, a quelque chose de glaçant, de monstrueux. Outre-Atlantique, M. Obama ne cesse de répéter « je vais écraser daesh ». Il n’écrase rien du tout. Plus il fanfaronne et plus il est impuissant. C’est toujours pareil, je me méfie comme de la peste des politiciens qui ânonnent « je » du matin au soir. Poutine non plus n’est guère convainquant, depuis le temps qu’il roule des mécaniques et que la Russie bombarde en Syrie, le résultat n’est guère probant et l’Etat islamique est toujours en place. Nous vivons une tragédie inouïe, qui dépasse l’imagination. Une force de terreur s’est imposée en deux ans, et tient tête aux deux méga-puissances militaires qui se sont partagé le monde pendant un demi siècle. Daesh est une sorte de miroir inversé de l’humanité, comme la face obscure de la « mondialisation »  bienheureuse. L’Etat islamique, que le monde occidental a tant contribué à engendrer, bénéficie de l’argent du pétrole, du double-jeu, de la complicité des puissances régionales. A qui profite la barbarie absolue? Hier, une amie qui voyage beaucoup, spécialiste du Moyen-Orient et de l’Afrique, m’expliquait que les salafistes, soutiens de l’Etat islamique, prospéraient, à la vitesse de la lumière, sur le terreau  de la misère, démultipliant les lieux de propagande, les écoles, les  centres de soin et de secours, prenant l’ascendant sur une partie de l’humanité. Que faire? La coopération, l’aide au développement, bien sûr. Mais ce sentiment, d’écoper la mer avec une petite cuiller… Au fond, elle n’en savait rien. Moi non plus d’ailleurs.

Maxime TANDONNET

Advertisements

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

39 commentaires pour Au paroxysme de la barbarie et de l’impuissance

  1. Suzanne dit :

    Bonsoir M Tandonnet,

    Juste avant de regagner mon lit (je suis malade, mais je me soigne!), une petite précision.

    Vous écrivez :
    « bien sûr que l’agression américaine contre l’Irak en 2003 est à l’origine directe du chaos actuel, cela ne prête même pas à discussion, c’est un simple constat »

    Puis je me permettre de vous informer que l’origine du chaos actuel est la volonté de méconnaissance du contenu d’un certain bouquin, soit disant incréé et interdit d’exégèse par nos élites bienpensantes et par tous ceux et celles qui n’en ont lu que quelques tronçons soigneusement découpés et sortis de la phrase entière, voire du contexte (c’est à dire sans le verset du dessus ni du dessous, ce qui, pourtant, permettrait de comprendre pourquoi nous en sommes là) afin de justifier le s crimes et la violence de ceux qui adorent les kalachnikovs et autres joyeusetés occidentales?

    Cordialement
    (La fatigue et la maladie m’ôtent toute parcelle de tolérance, je n’arrive même plus à en être confuse)

  2. CLAIRVAUX dit :

    Cher monsieur Tandonnet,

    Voici un extrait du dernier article de mon blog sur le refus de certains politiques et intellectuels de qualifier purement et simplement de génocide (ou alors du bout des lèvres) l’extermination des chrétiens d’Orient et des Yézidis :

    « La gauche, imprégnée par une idéologie chritianophobe et irritée contre la Manif pour tous (voir les paroles haineuses d’un Bartolone) répugne à reconnaître les persécutions spécifiques menées contre les chrétiens et encore moins un génocide. Mais la raison principale réside ailleurs : en désignant les responsabilités islamiques, elle craint de culpabiliser la communauté musulmane de France (un de ses viviers électoraux de remplacement) et d’être taxée d’islamophobie. Elle préfère donc le génocidement correct.

    A droite, Sarkozy et surtout Jean d’Ormesson n’ont pas craint d’utiliser le terme de génocide, ce dernier s’appuyant sur le fait que, depuis la première guerre du Golfe en 1991, la population assyro-chaldéenne a été réduite des deux tiers : « Ce sont les plus anciens chrétiens du monde. Les chrétiens d’Irak sont presque des contemporains du Christ. Aujourd’hui, on peut dire que les communautés chrétiennes d’Orient sont génocidées. »

    «Serait-ce la vieille haine de la religion chrétienne qui s’exprime dans cet abandon?», écrit dans Le Figaro Maxime Tandonnet. On n’est pas loin de le croire.

    Mais s’agit-il vraiment d’un génocide ? Selon certains, bien que chassées, martyrisées, les populations chrétiennes du Moyen-Orient, menacées de disparaître, ne ferait pas l’objet d’une extermination de masse, seule base de l’incrimination de génocide. On pourrait juste évoquer un « crime contre l’humanité » : telle est, par exemple, la position du journaliste Patrick de Saint-Exupéry, spécialiste du génocide au Rwanda, entendue sur France-Info.

    A tout le moins, certains intellectuels de gauche consentent à parler de « génocide culturel », car ils sont obligés d’admettre que le véritable objectif de Daesh est bien l’extermination de la minorité chrétienne. Mais le génocide culturel passe inévitablement par un génocide ethnique.

    En tout état de cause, l’extermination des minorités chrétiennes ou yézidies correspond fort bien à la définition donnée dans l’article 69 du Statut de Rome du 17 juillet 1998, acte fondateur de la Cour pénale internationale : l’extermination d’un groupe humain peut être totale et partielle. Cette caractéristique a été avalisée par le nouveau Code pénal français (article 211-1) : »

    La suite sur : danielclairvaux.blogs.nouvelobs.com

    Merci pour votre attention et excellentes fêtes de fin d’année.

    Daniel CLAIRVAUX

  3. Robert Marchenoir dit :

    Cher Monsieur,

    Je vois que le conformisme se porte à merveille un peu partout en France, y compris chez les anti-conformistes professionnels. Je prends la peine d’expliquer en long, en large et en travers pourquoi il me paraît fallacieux, naïf (dans le meilleur des cas) et en tous cas voué à l’échec de mettre le djihad sur le dos des Américains, et tout ce que vous trouvez à m’objecter, c’est que « cela ne prête même pas à discussion ».

    Ajoutons donc, à la longue liste des maux français que tout le monde affecte de déplorer — mais que tant et tant de gens alimentent — le sectarisme, défini comme un lot de vérités d’évidence qu’il est interdit de contester, chaque groupe, chaque mouvement, chaque tendance pour ne pas dire chaque individu ayant le sien.

    Au passage, je vous signale que votre réaction serait absolument inimaginable sur un blog américain, tenu par l’équivalent d’une personnalité comme la vôtre là-bas, mutatis mutandis, etc. Même d’authentiques nazis américains (et il y en a, qui défilent avec leurs insignes tous les ans, de façon parfaitement légale), se sentent obligés de justifier leurs positions, de les étayer sur des faits, et de façon un peu plus sérieuse que « Machin a dit que ».

    (Pour éviter tout malentendu, je ne suis pas en train de suggérer une quelconque proximité entre vous et le nazisme ; je dis simplement que même des nazis américains sont plus ouverts d’esprit et plus respectueux de la vérité qu’un Français moyen, car en l’occurrence votre réaction n’est pas différente de celle du Français moyen, qu’il soit de droite, de gauche, du milieu, du dessous, royaliste, anarchiste, socialiste, lepéniste, bayrouiste, bouliste ou tout ce que vous voulez).

    Peut-être ce trait de caractère n’est-il pas pour rien dans la puissance américaine qui défrise tant de gens en France (ainsi que dans le monde musulman), puissance qui contribue beaucoup à l’anti-américanisme réflexe qui est le réglage par défaut de tant de Français.

    • Marchenoir, je ce qu’essayais de vous dire, c’est qu’on peut discuter des idées, pas des faits. Dire que la guerre de 1914-1918 a fait 15 millions de morts (sans compter la grippe espagnole), que la Convention a produit la Terreur et le massacre vendéen, que l’Algérie est indépendante depuis 1962, etc, c’est du même ordre que de constater que l’intervention américaine en Irak a déstabilisé ce pays et produit le chaos qui y règne actuellement, ce sont des faits du même ordre. Vous n’avez pas besoin de me traiter de nazi pour autant, car c’est bien ce que vous faites dans votre commentaire.
      MT

  4. Robert Marchenoir dit :

    « Ne pas oublier que ce projet barbare, l’Etat islamique daesh, a été engendré par les démences du monde occidental (pas la France). » (Maxime Tandonnet)

    On n’en sort pas… Pas étonnant que vous n’arriviez pas à concevoir comment nous pourrions nous défendre contre l’Etat islamique. D’où sortez-vous donc que « Daech a été engendré par les démences du monde occidental » — dont la France, au passage, serait hermétiquement séparée ? Qu’est-ce qui vous permet de dire que l’Etat islamique n’aurait pas existé si (cochez ici votre point de ressentiment favori) : les Etats-Unis n’avaient pas envahi l’Irak, Bernard-Henri Lévy n’avait pas envahi la Libye (il n’est pas français, Bernard-Henri Lévy ?), les « Occidentaux » n’avaient pas « fait des guerres pour le pétrole », Barack Obama avait embrassé Vladimir Poutine sur la bouche, « Pépère » n’avait pas été voir sa fiancée rue du Cirque, les « Occidentaux » avaient acheté moins « d’écrans plats », etc, etc ?

    En 1928, quand Hassan Al-Banna, le grand’père de Tariq Ramadan, a fondé en Egypte les Frères musulmans, lançant le mouvement de résurgence du djihadisme conquérant et de haine de l’Occident qui s’épanouit aujourd’hui, ils étaient où, George W. Bush ? et Nicolas Sarkozy ? et Barack Obama ?

    J’en ai un peu ma claque du long sanglot de l’homme blanc, qui est né à gauche il y a des décennies chez des communiste enragés ou pire encore, et qui maintenant fleurit à droite et même à l’extrême-droite, ou présumée telle.

    Que les Occidentaux fassent de l’introspection, qu’ils s’interrogent sur leur rôle, qu’ils auscultent leurs propres défauts en vue de se perfectionner sans cesse, fort bien : c’est justement l’une des caractéristiques exclusives de la civilisation occidentale, qui n’a pas peu contribué à son succès planétaire. Les musulmans, au passage, sont dramatiquement dépourvus de cette capacité, ce qui est pour beaucoup dans leurs échecs perpétuels qu’ils adorent imputer aux autres.

    Mais il y a un temps pour tout, comme dit l’Ecclésiaste.

    • Robert Marchenoir, bien sûr que l’agression américaine contre l’Irak en 2003 est à l’origine directe du chaos actuel, cela ne prête même pas à discussion, c’est un simple constat, ouvrez les yeux, même Tony Blair qui l’a soutenue à l’époque l’a reconnu!
      MT

  5. Georges dit :

    L’aide au développement consiste à offrir 3 milliards à la Turquie comme le firent des souverains romains faiblards en couvrant d’or des germains belliqueux dans l’espoir de calmer leurs ardeurs mais le résultat escompté fut la chute de l’empire car il était pourri de l’intérieur-à l’image de l’Europe actuelle.

  6. Simon dit :

    Maxime, Je ne l’oublie pas. Les Américains se sont comportés comme les Romains pour apporter la pax romana. Nous nous avons laisser tomber notre Armée et nos petits chefs décident de qui doit diriger les pays du Moyen-Orient, avec la technique du doigt mouillé, se foutant des droits des peuples à décider d’eux-mêmes. Il semble qu’ils aient une méconnaissance parfaite de ce qu’est l’Islam, système politique. Nous pourrions à défaut de réparer ce que nous avons commis, contenir l’avancée de l’horreur vers l’Europe. Mais nous-mêmes ne sommes pas irréprochables en terme d’humanité, ainsi en est-il de l’avortement, de l’euthanasie, du respect du plus petit, du plus faible que soi. Pourtant, après la seconde guerre mondiale, et ses horreurs, nous avions dit « plus jamais ça »…et on continue. Les minorités, les faibles souffrent et nous ne pouvons rien faire pour eux, du moins individuellement.

  7. Simon dit :

    Mon cher Maxime
    Comme vos contributeurs ont très bien dit ce que je pense, merci Suzanne, Robert Marchenoir notamment. Je ne peux qu’ajouter que nous vivons dans un monde de consommateurs, irresponsables et individualistes. Il y a plus de 6 mois je tenais des propos allant contre l’Islam et non pas les musulmans. Il m’a été reproché les croisades, l’inquisition, d’être contre le mariage pour tous et contre l’avortement ! Effectivement il s’agit d’une belle avancée pour les femmes, de même que le divorce dont les enfants ne portent jamais aucun stigmate. Défendre les valeurs familiales, la fidélité, l’engagement, est passé de mode.Ces valeurs pourtant nous rendaient plus humains et plus forts. Il est certain qu’il est plus facile de taper sur les chrétiens.
    Je rigole lorsque je vois les « résistants » en terrasse de café ou en mode shopping du genre « même pas peur ». Personnellement j’admire mon jeune fils de 21 ans qui a choisi d’être réserviste et à la fin de ses études d’entrer dans l’armée. Il est déjà présent pour protéger les « connards » des terrasses…. Et j’admire les parents qui acceptent l’enfant quel qu’il soit pour l’élever et le chérir.
    Cette horreur qui se produit à 5 000 km de chez nous n’est que la suite logique de ce qu’ont mis en place ces psychopathes depuis deux ans. A l’époque on aurait peut être pu tuer dans l’oeuf ce projet barbare, mais tout a été fait pour lui permettre de s’exprimer.Ces quinze derniers jours nos médias et nos politiques ont lutté contre le FN et contre le réchauffement climatique, mais au rythme où vont les choses , que restera-t-il de nous ?

  8. Robert Marchenoir dit :

    « La guerre est finie M. TANDONNET. Ce n’était qu’un mauvais rêve. On avait cru déceler un ennemi islamiste qui nous voulait rien que du mal, aux confins du désert (les journalistes, vous savez…). Ce n’était que malveillances pour créer la confusion. » (Tracy LA ROSIÈRE)

    Exactement. Et à l’instant, j’apprends une nouvelle qui renforce ce que je disais précédemment : pour trouver le moyen de se défendre contre l’Etat islamique, encore faut-il avoir la volonté de se défendre.

    Face à l’horreur du 13-Novembre (qu’il faut appeler ainsi à l’instar du 11-Septembre), nos dirigeants, et François Hollande au premier chef, avaient enfin paru renoncer à la chape de plomb du politiquement correct, annoncer que nous étions en guerre, désigner l’ennemi et manifester leur résolution de le détruire.

    Ces martiales résolutions ont vite laissé la place aux chimères du « vivre-ensemble ».

    Qu’a fait François Hollande ce matin même ? Il a inauguré, à Neuville-Saint-Vaast, dans le nord, un monument aux fraternisations de la Première guerre mondiale.

    http://www.lavoixdunord.fr/region/francois-hollande-inaugure-le-monument-des-fraternisations-ia29b6460n3224861

    http://www.lexpress.fr/actualite/monde/europe/l-artois-inaugure-un-monument-aux-fraternisations-des-tranchees-il-y-a-100-ans_1745940.html

    Il s’agissait bien d’un acte délibérément symbolique dans le cadre de la polémique autour du Front national et de l’Etat islamique, et non d’un hasard de calendrier.

    http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/2015/12/17/25001-20151217ARTFIG00188-au-cote-de-xavier-bertrand-francois-hollande-en-appelle-a-la-concorde.php

    Etait-ce bien le moment de célébrer la fraternisation avec l’ennemi, en somme de faire l’éloge d’actes de trahison, aussi minimes furent-ils, même si l’on peut s’accorder à déplorer aujourd’hui la boucherie absurde de la Première guerre mondiale, même si l’on peut se réjouir rétrospectivement de tels moments d’humanité passagère ?

    Oui, répond François Hollande, c’est précisément au moment où les Français doivent abandonner leurs illusions pacifistes pour simplement survivre, qu’il convient de leur saper le moral et de tuer dans l’oeuf leurs résolutions guerrières, en répandant derechef la mythologie criminelle selon laquelle il suffirait de se montrer sympa envers son ennemi, pour qu’aussitôt il dépose les armes.

    Faut-il absolument un second petit massacre de quelques centaines de personnes dans les rues françaises pour que nos « élites » arrêtent de rêver et reviennent dans le monde réel ?

  9. Tracy LA ROSIÈRE dit :

    La guerre est finie M. TANDONNET.
    Ce n’était qu’un mauvais rêve.
    On avait cru déceler un ennemi islamiste qui nous voulait rien que du mal, aux confins du désert (les journalistes, vous savez…). Ce n’était que malveillances pour créer la confusion.
    En réalité, l’ennemi est maintenant clairement identifié et neutralisé. Il portait même un nom : le FN. On murmure que la « chef » de ce redoutable groupe sanguinaire ne serait du pareil au même à Daech ! Vous vous rendez compte ? Et tout ça au pas de notre porte !

  10. walter dit :

    Cher Maxime je ressens tout comme vous l’horreur de la situation. La lucidité est cruelle lorsque l’on n’ a pas de prise et qu’il nous faut subir. Ce totalitarisme islamique monstrueux avance et séduit.
    Ici nous en sommes aux misérables manoeuvres politiciennes et je crains les prochains attentats.
    C’est dans notre pays que nous simples citoyens pouvons oeuvrer à la défense de notre mode de vie et remettre à leur place ceux qui le menace.
    Notre pays est double, en guerre à l’extérieur dans une sorte de secret honteux, qui pour arborer un badge équivalent à « Support our troups »?
    A l’intérieur on padamalgamise excessivement.
    Nous y verrons plus clair quand le mercato sera terminé. Le P.S. se tourne vers la gauche des L.R. pour former un « front républicain » et faire élire Juppé ou Hollande en 2017, à mon désespoir cela pourrait réussir.
    Bonne journée,
    Walter

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s