La misère politique croissante

images (3)Est-ce une vue de l’esprit ou le constat lucide d’un phénomène bien réel? Merci de me détromper si je suis dans l’erreur… Jamais je n’ai éprouvé aussi fortement, en ce mois de juillet 2015, l’impression d’une plongée de la vie publique française dans l’absurde, le néant et la manipulation sans vergogne. J’en ai identifié treize symptômes qui me paraissent flagrants.

– La négation radicale des sujets de préoccupation des citoyens dont plus personne ne parle: le chômage massif, la désindustrialisation, l’exclusion des jeunes, la crise de l’Education nationale et de l’université, l’insécurité, le communautarisme.

– L’asservissement quasi généralisé du monde médiatique (radio, télévision, une partie de la presse écrite), du matin au soir, à la propagande quotidienne du pouvoir en place.

–  La personnalisation à outrance de la vie politique, accaparée jusqu’à l’obsession par les facéties, coups de com’, flambées narcissiques d’une poignée de figures médiatisées.

-Un détournement généralisé, banalisé, de l’intérêt public – en principe la raison d’être de la vie politique – au profit des intérêts personnalisés d’une caste politique qui ne s’intéresse plus qu’à la conservation et la conquête des mandats, fonctions, privilèges. La course à la présidentielle de 2017 en est la quintessence.

-Un nouvel ordre idéologique et moral: sur tous les sujets, il n’existe plus qu’une et une seule approche tolérable, socialement acceptable, et celui qui s’en éloigne est satanisé (sur l’immigration ou l’euro par exemple).

-Un manichéisme débilitant: droite et gauche présentées comme des ennemis irréductibles, engagés dans une guerre mortelle, un sectarisme haineux qui n’est pas autre chose que le cache misère de la mort des débats de société.

-La technique de la table rase dont se nourrit la vie politique: tout doit s’oublier, le passé vichyste d’untel, les paroles ignobles d’un autre, les fautes monstrueuses, les échecs lamentables, les bilans désastreux…  D’où le sabotage de l’enseignement de l’histoire.

-Le goût du lynchage public, la quête permanente du bouc émissaire médiatique, sur lequel convergent toutes les haines, toutes les fureurs, toutes les frustrations, la personne que l’on jette par terre pour la rouer de coups de pieds (M. Buisson par ex).

-L’ivresse de l’anecdote, de la petite polémique minable présentée comme événement  (apparition de la petite culotte d’une actrice au festival de Cannes).

-la dictature de l’émotion au détriment de la raison: le monde politique et médiatique ne cesse de jouer sur l’émotion collective pour déclencher autour d’elle de vastes mouvements d’adhésion et de consensus parfaitement artificiel et provisoires (« l’esprit du 11 janvier »).

– L’occultation à peu près complète des grands enjeux planétaires par lesquels se joue l’avenir des futures générations, l’essor de l’Asie, la démographie africaine, la poussée de violence fanatique au maghreb et en Afrique, l’enjeu pétrolier, le déclin du monde occidental… Cela au profit d’une vision strictement franchouillarde de l’actualité.

-Le mépris de la « vile multitude », du peuple, de la populace mal pensante, du populisme en somme, d’où la contradiction fondamentale entre des sociétés qui s’affichent démocratiques (pouvoir du peuple) et méprisent souverainement le peuple.

-L’anti élitisme, la crainte du savoir, de l’intelligence, de la culture, qui permettent de disposer d’outils de résistance face à une tendance à la médiocrité. D’où la politique de nivellement par le bas, la guerre menée aux enseignements des humanités, aux grandes écoles, et la volonté assumée de noyer l’université dans la masse.

Maxime TANDONNET

 

 

 

Publicités

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

52 commentaires pour La misère politique croissante

  1. michel43 dit :

    ET VOILA ,que beaucoup de politiciens ,rejoigne LA LEPEN ;pour que la GRECE, sorte de L. .euros , Chevènement ND-Aignan Myard , un vrais républicains; et tant d’autres Bruxelles, fait tout pour que l »EUROPE, n’implose pas ,Mais a quelle prix ? et jusqu’à quand…? jamais, je n’ai vu ,une gauche et une droite,, qui font TOUT ..pour que le troisième larrons , remporte les futurs élections ,

  2. Anonyme dit :

    Bonjour Maxime
    Ne serait-ce pas tout simplement ce que l’on appelle la dêliquescence ?

  3. Renaud Vignes dit :

    Bonjour Maxime, après une expérience (riche mais qui se termine mal chez Nous Citoyens), nous sommes un petit collectif qui souhaitons nous engager pour changer les règles d’un jeux politique qui nous apparait à bout de souffle. Dans cette perspective, nous créons des communautés citoyennes sur l’ensemble du territoire et notre projet se définit par notre slogan : OSONS LA DÉMOCRATIE. Au vu de votre dernier blog, nous serions ravis d’échanger avec vous.

  4. Koufra dit :

    Bonjour Maxime

    Gouvernement de la zone euro : le piège à souveraineté…

    L’Europe est paranoïaque, elle reproche aux nations son impuissance, tout en enlevant à ces mêmes nations les moyens de résoudre des crises qui, pour certaines, n’auraient jamais existée sans elle.

    Si le projet de M. Hollande est de mettre en œuvre une extension à toute l’Europe de la perte de souveraineté qu’a connue la Grèce, alors nous serions dans le devoir de mettre en œuvre l’article 35 de la déclaration des droits de l’Homme de 1793.

    http://unionrepublicaine.fr/gouvernement-de-la-zone-euro-le-piege-a-souverainete/

    Amitiés

    Koufra

  5. sdm94 dit :

    M Tandonnet, vous êtes mûr pour demander l’élection d’une assemblée constituante qui fonde avec les citoyens la 6e République…

  6. BENTY dit :

    Bonjour Maxime.
    A moins de créer mon propre blog, je ne savais pas trop où poster ce qui va suivre ci-dessous. Alors je le poste ici…
    Si vous trouvez cela hors de propos, supprimez. Si vous souhaitez en faire un sujet à part ou le laisser… A vous de voir.

    Interview simple, claire et Intéressante :
    http://blogs.rue89.nouvelobs.com/rues-dafriques/2015/07/21/la-grece-est-mise-au-meme-regime-sec-que-lafrique-234810

    Et, dans cet interview, ce texte contenant un lien vers le « Semestre Européen »
    « …
    QUESTION : A long terme, ce qui se passe en Grèce se produira-t-il en France ?

    RÉPONSE : A long terme, nous serons tous morts ! A court terme, ces réformes vont en effet s’appliquer. Les mécanismes sont déjà en place : depuis deux ans, le « semestre européen » permet à la Commission européenne d’envoyer une délégation pour approuver ou non la loi de finances en cours de préparation, avant son vote à l’Assemblée nationale. Si l’extrême gauche gagnait les élections en France, elle ne pourrait pas faire voter le budget qu’elle voudrait… Voilà pourquoi je dis que la technocratie financière a pris le pouvoir.
    … »
    LIEN : http://www.regards-citoyens.com/article-comprendre-mieux-ce-qu-est-le-semestre-europeen-120784962.html
    (Ou plus d’infos sur http://www.ec.europa.eu ou avec Google).

    Après la possibilité de destitution du président de la république par le sénat (novembre 2013, voici également la possibilité pour la Commission Européenne de ne pas approuver la loi de finance en France.
    Je n’aime pas du tout le système Français (j’ai vécu trop longtemps en Suisse), et j’apprécie beaucoup trop, justement, le système Suisse, pour pouvoir accepter que le Sénat puisse défaire ce que le peuple à fait et l’ingérence de l’Europe dans les comptes de la France, avec son aval.
    Si TSIPRAS n’a ni cerveau ni couilles (dixit un certain Delamarche), celles et ceux qui nous dirigent (droit au chaos) n’en ont pas plus. Et les peuples (vous et moi) n’avons une valeur que tant que l’on peut nous prendre quelque-chose.

    J’ai bien aimé la franchise de la réponse ci-dessous, faite dans l’interview dont j’ai mis le lien plus haut :
    « … Un dignitaire africain qui veut maintenir son niveau de vie, dans un tel contexte, va doubler son niveau de corruption. Quand la rente est divisée par deux, la petite minorité au pouvoir en Afrique a les moyens de coopter la rente – sur le dos des populations paysannes… »

    Ben

  7. François dit :

    Maxime,

    L’hystérie ira grandissante : acculés à n’être qu’une minorité, ils chercheront à par tous les moyens à se passer de l’avis des citoyens. D’ailleurs, ils ne s’en cachent même plus : regardez en replay l’émission C dans l’air intitulée « Hollande redessine l’Europe ». À la 30e minute, cela devient très intéressant. Christophe Barbier, sur une question concernant les référendums (modifications des traités européens afin de permettre les abandons de souveraineté), répond : « On est fichu, on est fichu. Il faut que l’intelligence des puissants qui nous dirigent nous évite ce passage, sinon ce sera le non probablement […] Il faut sortir la construction européenne de cette illusion démocratique qui veut qu’après un grand débat et un grand référendum, cela va bien fonctionner. »

    Il ne fait, hélas ! que refléter l’opinion très répandue parmi nos dirigeants, qu’il est des sujets sur lesquels il est interdit de se prononcer, de sortir de la doxa. Un référendum sur le diamètre des tuyaux d’évacuation des WC, pourquoi pas (et encore), mais sur le mariage, sur la construction européenne, etc., surtout pas ! Je suis, nous sommes, trop cons, sans doute !

  8. Vu du Mont dit :

    avec vous sur ce constat tragi-comique

  9. H. dit :

    Bonjour,

    Vous exprimez tout haut et avec clarté ce que beaucoup ressente. Le fait que vous ayez été proche du Château (rien que l’utilisation de ce terme en dit long sur notre inconscient collectif) donne un écho particulier à vos propos. Je soumets donc à votre sagacité ainsi qu’aux lecteurs de ce blog ce texte de Bruno Bertez tout à fait d’actualité et qui apporte, du moins c’est ce que je pense, un début d’explication à la situation actuelle. Il fait référence à un essai de Chantal Delsol, professeur de philosophie politique à l’Université de Marne-la-Vallée, publié chez PUF,  » « La république : une question française » dans lequel elle fait une analyse philosophique de la république à la française. ». Extrait: « …. Une des thèses essentielles de cet ouvrage est que le régime politique français n’est pas réellement une démocratie mais qu’il s’apparente à une république nobiliaire,… » ( http://brunobertez.com/2015/07/20/contre-la-republique-a-la-francaise-a-lire-absolument-ainsi-que-le-livre-la-republique-une-question-francaise/)
    Un excellent professeur d’histoire que j’ai eu la chance d’avoir il y a bien longtemps nous disait que le révolution avait eu lieu parce qu’il existait un décalage trop important entre les aspirations de la population et les institutions en place. Plutôt d’actualité, non?

    Bonne fin de journée

  10. Georges dit :

    Si personne n’a encore compri que nous sommes à la veille d’un conflit majeur..

  11. Ferjac dit :

    Bonjour Maxime,
    Le constat est fait pas tous ceux qui aiment la France, il est identique chez tous ceux-là. mais lorsqu’il s’agira d’ agir, il n’y a plus personne et la place est laissée à des pitres (Sarko) , des ratés sans doctrine (Juppé) , des ambitieux sans vergogne (NKM) et autres Lemaire , incolore, inodore et sans saveur. Dès qu’un homme politique de bonne tenue se présente au suffrage , il est tout de suite descendu en flamme par toute la clique médiatique et politique de peur que leur néant n’apparaisse par contraste. Il semblerait que les personnalités politiques susceptible de présen ter le programme adéquat et de l’incarner n’aient pas assez de vigueur ou de conviction pour accepter et gagner le combat politique et seul le cycliste semble avoir assez d’énergie, mais il n’a aucune conviction et se fout de la France (il n’en est pas réellement) comme de sa dernière soquette de sport…
    Le programme des hommes politiques de « droite » n’existe pas, aucun d’entre eux n’ayant le courage de décrire les mesures brutales et impératives, d’essence libérale qu’il faut mettre en oeuvre. Alors laissons la France courrir vers son destin sans chougnier : Il n’y aura pas de Jeanne d’arc et Louis IX ou de de Gaulle cette fois là, mais un Quisling … Et le jour de la grande empoignade, je me ferai le plaisir de contempler tout cela en sirotant mon dernier apéro…

  12. Philippe de Lestapis dit :

    je suis dans l’imposibilité de vous répondre ; que se passe t’il ?

  13. Philippe de Lestapis dit :

    je comprends bien votre point de vue sur la situation actuelle tant en france qu’en europe….. ces manifestations des eleveurs en normandie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s