« Droite émissaire »

Les mots droite et gauche ne veulent pas dire grand chose selon moi. Ces notions sont très relatives dans le temps, ainsi l’idée de nation était une idée de gauche, voire d’extrême gauche jusqu’au début du XXème siècle, avant de passer plutôt à droite. Et ce constat est valable pour beaucoup de choses (les notions de peuple, de liberté, etc.) La gauche qui a favorisé la colonisation (Jules Ferry, Gambetta) est devenue anti colonialiste) l’histoire coloniale étant défendue par la droite qui lui était plutôt défavorable au XIXème siècle. La gauche a repris à son compte le post-frontiérisme, l’argent roi, l’ultra narcissime alors qu’elle était autrefois collectiviste. On est bien d’accord: tout cela ne vaut pas dire grand chose car tout est relatif dans le temps.

Je parle de « droite » par convention, pour qualifier un courant politique qui traverse les deux derniers siècles. Dans l’Entre-deux-Guerres, ce courant s’appelait communément les « Modérés » plutôt que la Droite. Le nom du parti était « l’Alliance démocratique » dont les leaders étaient Poincaré puis Tardieu. En 1945, ce courant s’est identifié au Général de Gaulle. Il s’est recomposé entre MRP (parti de la fidélité) et les Indépendants (conservateurs). Puis après 1958, il s’est confondu avec le gaullisme et ses nuances pompidolienne puis giscardienne. Voici pour une très brève historique. Tout cela pour dire que je préférerais une autre appellation que « droite » mais c’est le terme qui s’impose aujourd’hui.

Ce courant se caractérise sur le principe, par quelques traits qui le distinguent à la fois de la gauche socialiste, écologiste et communiste et de la droite nationaliste maurrassienne: le libéralisme économique (au sens du respect de l’entreprise, de la concurrence et des équilibres financiers nationaux, la rigueur de la gestion des comptes publics), l’attachement à une Nation ouverte sur le monde et sur l’Europe (ce qui ne signifie pas forcément européisme au sens de bureaucratique), l’intransigeance sur l’autorité de l’Etat et l’ordre public (sécurité, maîtrise de l’immigration et des frontières), la priorité absolue à la préparation de l’avenir par l’excellence scolaire et le mérite, le prestige de la France dans le monde, la défense rigoureuse des libertés… Je parle ici des principes.

Voilà, ce courant est gravement malade aujourd’hui, pour avoir perdu ses repères et sa boussole. Il est victime de multiples lâchetés, renoncements, trahisons. Il est donc en perdition. Il s’est trop fourvoyé idéologiquement, écartelé entre les extrémismes, et se laissant intimider par les idéologies dominantes. Fondé sur une vision de la politique qui s’ancre dans le réalisme économique et social, il est débordé par le naufrage de la politique dans la grande esbroufe hystérique, qu’elle s’exprime sous la forme l’ivresse narcissique ou la démagogie extrémiste sous toutes ses formes au détriment du bien commun.

On n’a le droit de le haïr, de le détester, de le maudire, de le vomir. C’est presque normal. Malgré son état de grave délabrement, il reste le dernier grain de sable qui empêche la monopolisation totale de la politique française par les trois formes de démagogie hystérique: l’exaltation narcissique comme cache-sexe du chaos et de l’échec et le retour des utopies totalitaires nationalistes et marxisantes qu’on croyait éradiquées en France.

En revanche, on a le droit aussi d’essayer de résister à la propagande qui déferle, issus notamment de ces courants extrémistes qui rêvent de l’achever. L’idée que cette droite dont je parle est la seule ou principale responsable de l’élection de M. Coquerel à la présidence de la commission des finances s’est imposée comme une trainée de poudre dans tout le pays. Or, cette idée est mensongère.

Il suffit de regarder la composition de la fameuse commission au moins pour se poser la question. Elle est composée de 73 membres au total. LR en avait 8. Le RN avait 11 membres. Le parti présidentiel en avait 32. La Nupe en avait 21 et il restait en plus M. de Courson (centriste). La majorité présidentielle, fortement dominante, a refusé de prendre par au vote soi disant par un principe républicain totalement imbécile et qui n’est gravé nulle part et n’a aucune existence solide. Ponce Pilate se lavait ainsi les mains. M de Courson, ne voulait en aucun cas se salir en mêlant ses voix à celle du RN. Dans ces conditions, même au pire, en mêlant artificiellement les voix RN et LR, il était mathématiquement impossible d’éviter l’élection de M. Coquerel. Faire de ces 8 membres LR (sur 73 membres), les principaux voire seuls responsables de cette issue dramatique – comme beaucoup de personnes en sont persuadées – est mensonger.

Une confidence? Je n’ai jamais eu de carte LR et n’ai jamais foutu les pieds au siège de ce parti (ni d’aucun parti), sauf une fois pour une opération de promotion d’un livre. Je me moque du parti LR et je souhaiterais d’ailleurs qu’il se transforme complètement à commencer par son nom. Je trouve juste qu’en dehors de la poignée de félons qui l’ont abandonné pour un fromage (et d’ailleurs, certains en payent chèrement le prix, comme tous les traitres finissent mal tôt ou tard), les hommes et femmes qui continuent à défendre ce courant politique en voie de marginalisation en ce moment, malgré les trahisons, les mensonges, l’avalanche de propagande, les catastrophes électorales, la déferlante des haines extrémistes, ont au moins ce mérite. Et mon espoir, modeste il est vrai, mais espoir quand même, est que dans le chaos politique, économique, social, l’explosion de violence inévitable, c’est à eux que l’avenir donnera raison, comme ces résistants fidèle qui ne sont qu’une poignée à l’origine à ne pas céder, avant que le cours de l’histoire tourne en leur faveur.

MT

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

64 commentaires pour « Droite émissaire »

  1. Jordi dit :

    Pourquoi tant de haine pour les alliances de circonstances et les ralliement légèrement opportunistes? Etes vous un apparatchik du RN, tendance utra-Marine en charge de vérifier que les militants embrassent le sol où la dame aux chats à marché ?

    Il y a une droite historique, celle de Zemmour. Lorsque Sarko a été élu en 2007, ses discours avaient des parfums de reconquête. Et à coté de celle-ci, il y a un centre-droit, jamais opposé au camp du bien, chouchouté par les médias, et dont les apôtres font souvent de belles carrières (quand il ne se font pas pincer pour des scandales sexuels).

    Je m’intéresse moins aux organes de parti que aux citoyens et aux électeurs. Qu’est ce qui est plus grave : un fonctionnaire besogneux genre Eric Woreth qui passe de l’aile centriste de l’UMP à l’aile « économiste » de LREM en gardant à peu près la même ligne (et une carrière confortable) ? Ou une NKM qui se fait élire à droite pour tenter d’imposer l’écotaxe ?

    La vraie trahison, c’est le traité de Lisbonne imposé en violant le vote de Français. C’est ce karcher resté au garage, remplacé par la suppression de la l’éloignement des étrangers délinquants.

    Pour reconstruire un parti de droite sur les ruines de LR, il faut commencer par mettre en place un service d’Inquisition interne. En charge d’évaluer les jeunes talents, et de ralentir la carrière de ceux qui à la première occasion suivront les sirènes de la gauche.

    J’aime

  2. cyril dit :

    entre droite et gauche , il y a le modem et l’équilibriste et très influent Bayrou qui mène la danse, depuis une vingtaine d’années, puis à noter l’entrée au gouvernement de JN Barrot, fils de J Barrot, décédé, qui fut ministre de Chirac et commissaire européen

    J’aime

  3. Nemrod dit :

    Merci pour ces éclaircissements.
    Le problème est que le courant dont vous parlez est incapable de faire émerger un leader qui ne le trahisse pas.
    Comment voulez vous que l’on puisse lui faire confiance ?
    Quand à espérer un Libéral…ne rêvons pas.

    J’aime

  4. fraternel dit :

    evidemment je parle de tous les partis et non des lr en particulier

    J’aime

  5. Raymond dit :

    QUI ET/EST QUOI ?

    Bonjour monsieur,
    Bonjour à toutes et à tous.

    Droite !? Gauche !? Encore un sujet qui déchaîne les débats de bords de comptoirs !
    Pourtant, quand on prend un peu de recul ! ¿¡¿
    Pour faire descendre les pressions mentales et verbales, je prends volontairement un exemple loin, maintenant, des passions actuelles.
    Monsieur, une simple question en guise de réflexion :《la Résistance Française 》était elle J. Moulin, puis G. Bidault ou les centaines d’anonymes qui ont silencieusement démontrés (parfois dans un ultime et unique murmure) le paroxysme de leur Vérité et leur Amour ?
    Ramené au cas de ce jour, un parti, une idée (quelle qu’elle soit) est elle, le corps qui la représente par le je/jeu de langue, ou, l’invisible esprit qui lui donne silencieusement vie et la fait évoluer ?

    La Droite Franchouillarde, (comme la Gauche et tout autre mouvement), se limite t’elle au cinéma de ses représentants, effectivement, mortel physiquement & publiquement,ou peut-on encore (un tant soit peu) imaginer, que le petit peuple de neurones qui le compose et lui donne un potentiel d’adaptation permanent, soit le véritable et éternel courant qui l’anime.

    Par ailleurs et partant de ce principe, n’est-il pas possible, alors, de voir et d’envisager, l’abstention comme le nouveau hall de la chambre nuptiale de la  politique Française ?
    Et en son sein, le paisible, mais fondamental, attachement à l’expression de la respectueuse et constructive diversité unitaire de la Nation.
    La route reste ouverte et nous réserve encore bien des surprises et déconvenues, mais cela, votre référent nous à prévenu !
    La flamme ne s’éteindra pas •••▪︎

    Cordialement

    《 Celui qui conservera sa vie la perdra, et celui qui perdra sa vie à cause de moi la retrouvera 》comme l’a dit l’ami Matthieu.

    Aimé par 1 personne

  6. Droite bouc émissaire? Et islamophobe-fascistes boucs émissaires? Des écrans de fumée pour ne pas parler des vrais problèmes? De l’engagement de la France dans le conflit Ukraine Russie?

    J’aime

  7. Fredi M. dit :

    Qu’importe les chiffres :
    M. de Courson a voté pour la Nupes.
    C’est tout et c’est déjà trop.

    J’aime

    • fraternel dit :

      et celà aurait été mieux en votant pour le rn?

      J’aime

    • there dit :

      @Fredi c’est gravé dans notre histoire : la préférence pour le communisme, ça remonte à loin. On est même dans le déni car le parti de MLP n’est rien d’autre qu’un socialisme nationaliste . J’en conclus que le schisme français est entre les souverainistes et les autres (une fois de plus bien analysé par M Onfray) , plus que sur l’économie puisque tout le monde ou presque semble gouter de l’étatisme forcené dépensier (MO ne fait pas exception) . L’autre schisme est le progressisme . Mais la plupart des français s’assoient dessus au profit du biberon étatique. Nous allons droit vers la banqueroute et d’autres que nous siffleront la fin de la fête.

      J’aime

    • Sganarelle dit :

      Mr de Courson «  ne voulait aucunement se salir les mains en votant RN’ »
      Fort bien alors il a fait le jeu des NUPES .
      Il va quand même bien falloir un jour choisir son camp.

      J’aime

  8. Ping : Maxime Tandonnet. Droite émissaire - Citron IL

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.