C’est toujours le même refrain

M. Paty, professeur d’histoire à Conflans-Sainte-Honorine est la 267e personne tuée par un islamiste. Avant la France a connu le massacre d’enfants juifs à Toulouse,  les attentats de Charlie Hebdo, le magasin casher de la porte de Vincennes, et  Montrouge, Villejuif, Saint-Quentin-Fallavier, Magnanville, Nice, Saint-Etienne-du-Rouvray, à nouveau Paris, Marseille, Carcassonne, Trèbes, Paris, Strasbourg, Romans-sur-Isères.

Outre la banalisation de la barbarie en France, ce qui est sidérant, c’est le caractère attendu, sans surprise, routinier des réactions de la société française. Chacune de ces tragédies donne lieu au même spectacle, au même naufrage dans la gesticulation impuissante:

  • La prolifération des coups de menton : on va voir ce qu’on va voir, nous allons éradiquer, détruire, abolir l’islamisme, ils ne passeront pas, la peur va changer de camp, etc. Bien sûr…
  • L’appel solennel au « vivre ensemble ».
  • Annonces – après coup – aussi martiales et grandiloquentes que stériles: après le Bataclan, six mois d’illusionnisme autour d’une « déchéance de la nationalité » qui bien évidemment, n’a jamais vu le jour.
  • Tapis rouge médiatique offert aux extrémistes islamo-gauchistes et autres démagogues de droite radicale pour étouffer, de leurs vociférations, les vraies questions.
  • Fuite en avant dans l’ émotionnel, les manifestations solennelles, petites bougies au fenêtres (après les drapeaux de 2015), les bouquets de fleurs, les marches blanches et autres défilés.
  • Tout passe: demain, après-demain, nul n’en parlera plus et retour au covid19.

Une fois de plus, l’enfumage ne sert qu’à interdire d’aborder les vrais sujets, ouvrir les vrais débats, poser les questions de fond. Le pays est largement ingouvernable et privé de leviers d’action en raison notamment des transferts de la souveraineté politique du Parlement élu aux juridictions non élues. Qui a parlé, par exemple, des deux décisions récentes du Conseil constitutionnel, l’une du 19 juin 2020, qui annule « le délit de recel d’apologie du terrorisme » (sur Internet), au nom d’une supposée liberté d’expression, et l’autre du 7 août qui censure des mesures de sûreté envers les terroristes après leur libération? Et les innombrables décisions de la Cour européenne des droits de l’homme interdisant les expulsions de terroristes quelle que soit la gravité de leurs actes (ex, CEDH, 1er février 2018).

Et le rôle d’Internet dans cette montée de la violence sanguinaire? On sait que les djihadistes diffusent leur propagande sur le toile, y compris les appels aux attentats et leur mode opératoire. Pourquoi laisse-t-on proliférer de telles abominations? Pourquoi, ce qui est impossible sur un média traditionnel le devient-il sur Internet? Les outils de contrôle des sites criminels existent et font leur preuve dans d’autres domaines (pédophilie). La décision du CC est incompréhensible. Quelle liberté d’expression doit-on à des tortionnaires pour leur permettre de massacrer et de torturer?

Autre tabou absolu: l’impact de la société post frontières, de l’ouverture mal  maîtrisée, et les conséquences du multiculturalisme. Bien sûr que l’immense majorité des populations issues de l’immigration n’est pour rien dans la tragédie et partage le sort de tous les Français. Il n’empêche que le djihadisme en France est aussi le fruit d’une partition communautariste qui tient à des décennies de flux migratoires insuffisamment assimilés. Le constat fait mal, intolérable, car il touche au cœur des valeurs contemporaines, de l’idéologie dominante. Donc, il faut fermer les yeux. L’hypocrisie et le déni de réalité ont planté leur drapeau noir aux côtés de celui de daesh. Chacun, sans exception, sait parfaitement ce qu’il en est, mais une infinie lâcheté, un infini aveuglement volontaire interdisent, ne serait-ce que de formuler la question.

Et puis l’air du temps, le climat de haine de soi qui imprègne les esprits depuis trente ans, la repentance, la colonisation française et ses supposés « crime  contre l’humanité », les crachats contre le « mâle blanc »… On dit qu’on « aime la France » mais on déteste le corps de la France, son histoire, sa langue et sa littérature, sa culture, ses principes, ses habitants. La nouvelle idéologie post nationale est elle aussi une incitation au meurtre.

Bref rien ne change et la France continue sur la même pente tragique et sanglante.

Maxime TANDONNET

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

90 commentaires pour C’est toujours le même refrain

  1. charles902 dit :

    Grand merci Monsieur Tandonnet pour ce retour à la réalité. Votre clairvoyance est essentielle en ces tristes journées.
    Islam, même si son fondement -la soumission à Dieu- est incompatible avec les valeurs de la République, n’est pas que terrorisme. Mais vos élèves, abasourdis qu’ils sont comme nous le sommes tous par les crimes commis au nom de ce qui fait partie de leur stock culturel, sont ils prêts à faire savoir leur opposition de principe, au risque de se voir agresser à leur tour? Car il y a malheureusement beaucoup de grands frères ou de pères fouettards dans cet Islamo-fascisme là.

    J'aime

  2. there dit :

    Nous n’avions pas regardé la télé depuis longtemps. Hier soir nous avons regardé Cnews (l’heure des pros de 20h). Côté politiques c’est toujours le même refrain. Mais côté journaliste le refrain a sérieusement changé de braquet. Nous avions peine à en croire nos yeux et nos oreilles. Bien sûr on peut penser que ces paroles n’auront que peu d’effet. Mais moi j y vois un frémissement de reprise de contrôle de notre pays. Paris ne s’est pas fait en un jour et nous ne nous débarrasserons pas de l’islam politique en quelques années , ce sera long . Cette crise est d’abord l’occasion de nous réapproprier nos valeurs. Trop longtemps nous les avons crues acquises , universelles , indiscutables. Quels fous ! . Nos valeurs sont uniques, rares , si nous y tenons il nous faut les défendre, vigoureusement. Notre vigueur, notre intransigeance à les défendre nous ralliera ceux qui ont perdu espoir.

    J'aime

    • Pheldge dit :

      oui, mais c’est sur C-News, avec Zemmour et Praud, une exception dans le PAF, qui d’ailleurs irrite le microcosme au plus haut point !

      J'aime

    • Citoyen dit :

      L’erreur, there, serait de croire qu’il y a un islam politique, et un autre qui ne le serait pas … Non, il y a un islam, et un seul … Ensuite, il y a l’usage que chacun en fait, en fonction de ses propres convictions … Il y a ceux qui en font un usage rigoureux, parce qu’il en est de leur intérêt, et d’autres qui y picorent ce qui leur convient, en fonction de leur besoin du moment … Mais l’important, est que tous puisent leurs références à la même source … Ce qui fait qu’il est impossible de présumer, ce que tel ou tel en fera, d’autant qu’à tout moment chacun peut basculer d’un côté à l’autre, sans le laisser paraitre, ni signe avant coureur …
      Les exemples ne manquent pas, de ceux que l’on aurait pas soupçonné la veille, qu’ils fassent partie des plus malades !
      Il serait naïf de croire que l’on peut simplement se débarrasser d’un islam qui se montre politique, pour que le sujet soit réglé. Pour comprendre, il suffit d’écouter Erdogan …
      De fait, les seuls qui puissent être crédibles, dans ceux qui ont baigné et qui proviennent de cette culture, sont ceux qui ont résolument tourné le dos à cette religion … Et qui n’hésitent pas à le faire savoir, en expliquant pourquoi … justement parce qu’ils savent de quoi ils parlent …
      Et sur ce sujet, nos politicards sont des traitres à la nation … Il serait bon qu’un jour, ils soient traités comme tels …

      J'aime

  3. Bernderoan dit :

    J’ai fait mienne cette définition de Chantal Delsol: « Ma Liberté s’arrête où commence ma responsabilité ». Plus philosophique que la formule d’Albert Camus (ou de son père): « Un homme ça s’empêche ».
    Si chacun à sa place pouvait venir y puiser son eau…

    J'aime

  4. Bernderoan dit :

    J’ai fait mienne cette définition de la liberté de Chantal Delsol: »Ma liberté s’arrête où commence ma responsabilité ». C’est une forme plus philosophique que la formule d’Albert Camus (ou son père): « Un homme, ça s’oblige ».
    Si chacun pouvait puiser à cette eau…

    J'aime

  5. Cordouan dit :

    Je corrige : »s’il leur est arrivé… »

    J'aime

  6. Cordouan dit :

    Cher Maxime, j’imagine que vous classez JM le Pen parmi les démagogues vociferants. Mais reconnaissez quand même que sur la question de l’immigration et de l’islam, il a fait preuve depuis plus de 30 ans d’une lucidité que vos amis de la droite republicaine n’ont jamais eue. Et s’il leur arrivé d’avoir quelques éclairs, la soumission au politiquement correct a vite repris le dessus. Le peuple français ou ce qu’ il en reste, va, ces jours à venir, amèrement constater combien, en matière de régulation des flux migratoires et de lutte anti terroriste, nous nous sommes ligotés les mains du point de vue juridique, notamment à cause de nos engagements européens et du renoncement à la souveraineté que manifestent clairement quelques arrêts ou décisions célèbres des juges administratifs et constitutionnels. La vérité est bien qu’une « élite », formée au même moule, et aux commandes de l’exécutif, de l’administration et du Conseil d’Etat, a construit un « État de tous les droits » naturellement incapable de répondre au tragique de l’histoire..

    J'aime

    • Pheldge dit :

      Ouh la la, malheureux, surtout, surtout, ne pas faire le jeux de l’extrême droite ! c’est le credo de la droite depuis 40 ans, avec néanmoins quelques rares soubresauts …

      J'aime

  7. Freddie dit :

    Darmanin raconte que les Français ont été sidérés par l’attentat. Personnellement, je suis consternée, très triste, mais pas sidérée. Dès que j’ai su que Macron passait son temps à débiner les Français à l’étranger et à faire de la repentance, j’ai pensé que son quinquennat serait particulièrement plein d’horreur puisque le président lui-même validait indirectement la conviction que nous sommes mauvais et que nous méritons d’être punis. Ce qui m’a sidérée, c’est que les Français votent pour lui.

    Aimé par 5 personnes

  8. Freddie dit :

    Je regarde Zemmour sur Cnews. C’est un devoir civique pour le soutenir. Il est justement en train de parler de la responsabilité des hautes juridictions, comme vous M. Tandonnet.
    A part ça, je me demande quel serait le résultat si nos élus se mettaient à raconter que la violence est consubstantielle à l’Islam au lieu de dire qu’on peut l’en extirper (avec nos petits bras musclés)… Imaginez un moment la réaction des uns et des autres.

    Aimé par 3 personnes

  9. Coucou dit :

    Bonsoir à vous tous,

    Discours de BOUALEM SANSAL, President de la cérémonie de remise des prix aux journalistes 2016 de la Fondation Varenne du 13 décembre 2016. L’écrivain algérien a livré son regard sur l’islamisme et les drames qui ont touché la France récemment. « Personne ne peut mieux qu’un Algérien comprendre ce que vous vivez, ce que vous ressentez, l’Algérie connaît l’islamisme, elle en a souffert vingt années durant ». Sa prise de recul sur les événements, sa mise en perspective historique, beaucoup dans son discours a pu rappeler aux participants les lignes de force d’un article de fond.

    Fondation Varenne

    Aimé par 3 personnes

    • Anonyme dit :

      souvenez vous ce que disait le ROI du Maroc ?

      J'aime

    • Pheldge dit :

      Apparemment très peu s’en souviennent. Et ceux qui ont regardé l’entretien étaient hypnotisés par Anne Sinclair qui l’interviewait …

      J'aime

    • Annick Danjou dit :

      Et bien coucou je n’avais pas eu connaissance de ce discours et je vous remercie vraiment. Je vais envoyer le lien à toute ma famille et amis et tout ce que dit cet homme est exactement ce que je pense depuis longtemps. C’est effarant, je vais y penser toute la nuit comme je epnse sans cesse à cet enseignant décapité, pour moi c’est insoutenable, je ne parviens pas à me retirer cela de la tête, mais je voudrais surtout que tous ceux qui nous ont amenés là où nous sommes soient jugés sévèrement et il y en a à foison.
      Merci encore Coucou, même si vous me gâchez ma soirée!!!! Il faut que ces choses là se sachent.

      Aimé par 1 personne

  10. Madzi dit :

    Refrain……..
    Et si en plus y’a personne
    par Alain Souchon

    Abderhamane, Martin, David
    Et si le ciel était vide
    Tant de processions, tant de têtes inclinées
    Tant de capuchons tant de peurs souhaitées
    Tant de démagogues de temples de synagogues
    Tant de mains pressées, de prières empressées

    Tant d’angélus
    Qui résonne
    Et si en plus
    Y’a personne

    Abderhamane, Martin, David
    Et si le ciel était vide
    Il y a tant de torpeurs
    De musiques antalgiques
    Tant d’anti-douleurs dans ces jolis cantiques
    Il y a tant de questions et tant de mystères
    Tant de compassions et tant de révolvers

    Tant d’angélus
    Qui résonne
    Et si en plus
    Y’a personne

    Arour hachem, Inch Allah
    Are Krishhna, Alléluia

    Abderhamane, Martin, David
    Et si le ciel était vide
    Si toutes les balles traçantes
    Toutes les armes de poing
    Toutes les femmes ignorantes
    Ces enfants orphelins
    Si ces vies qui chavirent
    Ces yeux mouillés
    Ce n’était que le vieux plaisir
    De zigouiller

    Et l’angélus
    Qui résonne
    Et si en plus
    Y’a personne

    Aimé par 1 personne

  11. de Noirmont dit :

    La règle de droit international « Pacta sunt servanda, rébus sic stantibus » (Les traités doivent observés, pour autant que les conditions au moment de leur signature soient pérennes) permet à un état souverain d’emettre des « réserves » et/ou de dénoncer un traité si les choses ( rébus) au moment de sa signature ont changé.
    Dans ces conditions, compte tenu des «  choses nouvelles » il est licite d’émettre Des réserves ou de dénoncer le traité liant la France à la cour des droits de l’homme

    Aimé par 3 personnes

  12. Bernard Allouche dit :

    « Bien sûr que l’immense majorité des populations issues de l’immigration n’est pour rien dans la tragédie et partage le sort de tous les Français »
    Par cette phrase vous abdiquez une fois de plus
    Avez vous vu l’immense majorité des musulmans dans la rue pour dénoncer ce carnage ou les précédents ?

    Aimé par 1 personne

    • Bernard Allouche, dans le cours où j’enseigne en banlieue populaire (UPEC Créteil), il y a une soixantaine d’étudiants de 20 ans dont 80% issus de l’immigration, asiatique, est européenne, maghrébine, africaine, beaucoup de jeunes filles, largement représentatifs de l’immigration du dernier demi-siècle. La plupart viennent du 93, d’un milieu très populaire, avec 1H 30 de transports en commun pour venir à mon cours et essayer d’obtenir un métier. Tous étaient abasourdis, effondrés, atomisés par la tragédie de Conflans. Que faut-il d’après vous que je leur dise: allez vous faire foutre! vous êtes tous des djihadistes, terroristes et des égorgeurs en puissance??? Est-ce cela que vous me suggérez? On parle toujours des salauds d’islamistes qui manifestent ou passent à la télé appellent au meurtre sur les réseaux sociaux et à la racaille de nazillons qui agressent les gens dans la rue, mais il faut penser aussi à l’immense majorité silencieuse des autres, les 2/3 ou les 3/4, qui partagent notre vie quotidienne sans histoires et sans bruit.
      MT

      Aimé par 5 personnes

    • Pheldge dit :

      Non, pas « allez vous faire … » mais « vous avez un rôle essentiel, et vous avez des choix à faire ! »
      C’est trop facile ! les « bons » connaissent les « méchants » et ont le pouvoir de faire quelque chose, au lieu de rester silencieux, faisant preuve d’une complicité passive ! Vous devez les aider à comprendre ça !

      Aimé par 5 personnes

    • Gribouille dit :

      Il faut que vous vous repreniez, et que vous vous rappeliez que la sympathie pour les personnes n’a rien à voir avec la détermination de politiques.
      Si une politique migratoire plus raisonnable avait été suivie, et était suivie, nous n’aurions pas ce problème religieux.
      Nous n’aurions pas non plus de problème de repentance.

      Un sondage de l’institut Montaigne parle de 75% de lycéens « issus de » préférant l’islam à la loi commune, et un autre sondage de l’IFOP au moment des déclarations de Macron sur l’Algérie montre que les Français par acquisition et les étrangers (mis dans le même item de sondage pour l’occasion) étaient les plus favorables des catégories citées à la repentance et à des excuses.

      Donner la citoyenneté avec des résultats pareils, merci bien. Donc il ne fallait pas le faire, il ne faut toujours pas le faire et si vous (LR) n’êtes pas en mesure de le concevoir vous ne serez pas en mesure de produire une politique migratoire évitant la poursuite du suicide.

      Aimé par 5 personnes

    • there dit :

      @bernard « Avez vous vu l’immense majorité des musulmans dans la rue etc » non effectivement et c’est bien normal . Pour ceux qui vivent dans ce qu’on nomme pudiquement les « quartiers » ils savent trop bien l’abandon de la république. Eux sont touchés dans leur quotidien par cette gangrène qu’est le clientélisme , les gangs, les salafistes et les fréristes. Ils sont entre le marteau et l’enclume (molle l’enclume) . Les salafistes les voient comme des traîtres et vous les voyez comme des salafistes en puissance. Leur situation est intenable. Pour avoir parlé à pas mal d’entre eux ils rêvent que la république fasse enfin sont travail au lieu de collaborer avec l’ennemi commun : les intégristes et les malfrats . Bien sûr les jeunes sont attirés plus que les anciens par l extrémisme, quand on voit la veulerie et la complaisance rampante de nos institutions ça ne fait pas envie , non ?

      Aimé par 1 personne

    • Pheldge dit :

      l’abandon de la république dans les quartiers ? non, ça suffit ce mensonge, avec les milliards qui y ont été régulièrement déversés, pour acheter la paix sociale, on ne peut pas dire ça ! par contre
      Il y a en qui s’assimilent très bien. Pourquoi est-ce que l’on victimise en permanence ceux qui ne font aucun effort et viennent en France, mais n’ont pas envie de vivre en France, juste envie de continuer leur vie d’avant mais sur un territoire moins hostile, plutôt que de présenter en modèle ceux qui font l’effort de l’assimilation ?

      J'aime

    • there dit :

      @pheldge je parle du vrai abandon pas de l’argent que l’on jette pour s’excuser : la loi de la république , pas celle des caïds, les écoles et tout le reste qui faute du point 1 est parti en fumée .

      J'aime

    • Pheldge dit :

      alors pardon, j’avais mal compris, car habituellement, quand on parle « d’abandon de la république » c’est pour réclamer plus de moyens …

      J'aime

    • Annick Danjou dit :

      Et bien Maxime je ne suis pas d’accord avec vous et je rejoins le commentaire de Bernard Allouche qui exprime ce que je vous ai déjà dit auparavant.
      En insistant sur le fait que « la majorité des populations issues de l’immigration n’est pour rien dans la tragédie et partage le sort de tous les français », vous les mettez inconsciemment à part, tout simplement parce qu’ils le sont.
      Et je le répète: c’est faux, cette majorité, même silencieuse (trop souvent muette dans ces circonstances) comme vous le soulignez, a une part de responsabilité énorme.
      Il y a bien sûr des jeunes, issus de l’immigration maghrébine (je le souligne car avec les autres nous n’avons pas les mêmes problèmes) qui veulent s’en sortir et dans le 93 comme dans bien d’autres départements ou régions de France. Heureusement d’ailleurs et il n’est pas question de leur dire « allez vous faire foutre », je ressens très bien votre colère quand vous dites cela. J’ai enseigné, mon mari était prof à la fac avant de changer de carrière, il avait lui aussi des jeunes issus de l’immigration qui voulaient s’en sortir. Moi j’ai eu des petites filles au CM2 qui aussi étaient des travailleuses (plus que les garçons) et qui n’étaient certainement pas aidées à la maison avec des parents qui, la plupart du temps, parlaient à peine le français.
      Maintenant vous parlez de 2/3 ou 3/4 qui partagent notre vie quotidienne sans histoires et sans bruit. Je crois que là aussi vous pourriez vérifier vos chiffres car à mon avis, vous les gonflez.
      J’ai vécu dans beaucoup d’endroits de la région parisienne, mes enfants sont allés à l’école publique, au collège et au lycée publics. Déjà à cette époque ils se faisaient raquéter, traités de sales bourges et menacés par les grands frères qui allaient venir du quartier pour défendre les petits. Vous savez les grands frères qu’on a embauchés dans les quartiers pour faire le loi? on a vu le résultat. J’ai connu des tas de petites villes tranquilles bien françaises qui sont devenues arabes et musulmanes: Trappes petite ville ouvrière, maintenant dirigée par un arabe et dont le marché agréable à l’époque est devenu le souk, St Denis où je suis allée au lycée Paul Eluard, le fameux lycée où on poignarde les copains à présent, ville très agréable à l’époque où sont enterrés nos rois, dans laquelle on pouvait se promener en toute tranquillité et qui est devenue arabe et musulmane ( ce qui est intéressant ce sont les photos d’époque comparées à celles d’aujourd’hui, je faisais le centre aéré à St Denis, ville communiste et socialiste), Stains dont le maire arabe communiste a placardé l’immense banderole à la gloire des traoré et qui s’enorgueillit d’avoir 80 ethnies différentes dans sa ville où les filles ont intérêt à ne pas mettre des jupes trop courtes dans la rue et où fleurissent les garages et commerces illégaux, nous ne reconnaissons plus cette ville étrangère. J’aurais bien d’autres exemples à ajouter comme les Ulysses par exemple où j’ai enseigné également, Palaiseau, des tas d’endroits dans les Yvelines, la vallée de Chevreuse, qui étaient considérées à l’époque comme des endroits idylliques.
      Donc tout cela pour dire que tous ces concitoyens dont vous parlez ne vivent pas comme nous, loin s’en faut, ils vivent à côté de nous en profitant de tout ce que ce pays leur à offert sur un plateau.
      Les parents n’ont rien fait pour que leurs enfants suivent le droit chemin, quand des gosses rentraient avec un blouson ou des baskets volés, ils les punissaient ?quand ils avaient des billets plein les poches, ils se demandaient d’où venait l’argent? Non ils cautionnaient en ne disant rien et en laissant toute cette jeunesse traîner dans la rue.
      J’ai vu tout cela , je suis intervenue, j’ai écrit aux maires ou aux proviseurs des lycées qui préféraient fermer les yeux plutôt que d’intervenir.
      Si ces gens étaient comme nous, s’ils se fondaient dans le paysage, s’ils n’avaient pas voilé leurs filles et fait de leurs garçons des caïds ou des barbus, on n’aurait pas besoin de mentionner spécialement « ces citoyens issues de l’immigration » on dirait « les français » tout simplement. Mais justement depuis des décennies ils ne se sont pas intégrés parce qu’ils ne l’ont pas voulu, ils vivent à part et se regroupent en communautés religieuses.
      Quant on nous a demandé de retirer les signes religieux dans les écoles, le voile a continué à fleurir. J’avais une chaîne de mon baptème au cou, je l’ai retirée mais à côté de cela, Jospin était prêt à accepter des filles voilées au collège, d’autres n’ont pas voulu interdire le voile à l’université (maintenant on y retrouve des tapis de prière dans les placards),la MNEF avec sa vice présidente voilée et la défense des sans papiers à chaque rentrée universitaire, les Hamon, Juliard et tous les autres qui se retrouvent ensuite à des postes de responsabilité, les repas confessionnels qui n’avaient rien à faire à l’école publique, des salles de prière dans les entreprises, la femme voilée qui a fichu le bazar à la Crèche Baby-Loup :
      « Le Comité des droits de l’Homme de l’ONU a critiqué le licenciement d’une salariée voilée de la crèche française Baby-Loup, estimant qu’il s’agit d’une « atteinte à la liberté de religion », et a invité la France à l’indemniser. »

      Et à chaque fois on a baissé les bras et accepté l’inacceptable. Les politiques qui se sont succédés n’ont rien fait pour endiguer cette vague qui aujourd’hui nous submerge. Car malgré toutes leurs promesses et leurs grandes paroles, ils n’auront pas le courage d’aller au bout de leurs promesses. Il faut vraiment attaquer et ne plus attendre d’être attaqué.
      Et pour terminer car je pourrais continuer encore mais cela ennuierait les lecteurs, venez faire un tour à Marseille, je vous invite tous, vous aurez un aperçu de ce qu’est devenue la France, cher pays de notre enfance…!!

      Aimé par 2 personnes

    • Pheldge dit :

      Attention, attention, vous rendez-vous compte que vous parlez comme le RN ?
      Pardon pour cette remarque ironique, mais c’est également la lâcheté de la droite UMP puis LR qui est responsable de cette situation ! La droite a fui ses responsabilités, abandonné le terrain, laissant la place au RN, et aujourd’hui fait dans sa culotte, rien qu’à l’idée d’oser émettre des idées qui pourrait la faire assimiler au RN … Lamentable !

      Aimé par 1 personne

    • Annick Danjou dit :

      there, ils sont touchés dans leur quotidien parce qu’ils ont laissé faire à une époque où cela les arrangeait. Maintenant il est trop tard pour eux comme pour nous, mais ils sont coupables en premier lieu, il faut arrêter de leur trouver des excuses. On ne les voit pas comme des salafistes en puissance, on les voit comme des citoyens français pour beaucoup, puisqu’ils sont devenus français ou nés français, qui n’ont pas réagi lorsqu’il fallait le faire et qui ont accepté que leur progéniture soit à la charge du pays en ne s’investissant pas eux mêmes dans leur éducation.

      J'aime

    • Pheldge dit :

      l’aveu d’impuissance du recteur de la mosquée de paris : https://www.lepoint.fr/societe/interview-chems-eddine-hafiz-je-ne-suis-meme-pas-un-musulman-aux-yeux-de-certains-20-10-2020-2397364_23.php
      Et je rappelle à nouveau cette phrase « je crains plus le silence des pantoufles, que le bruit des bottes … »

      J'aime

    • Citoyen dit :

      Je vais abonder dans le sens de Pheldge, Maxime.
      Puisque vous en avez une belle brochette sous la main, de ses jeunes d’aujourd’hui, qui sont censés vous écouter (?), vous avez l’opportunité de leur faire comprendre, qu’ils est de leur intérêt de non seulement se désolidariser de la vermine qu’inévitablement ils côtoient, mais surtout, qu’il est de leur intérêt pour leur avenir de le faire savoir, ou de le clamer, chaque fois que possible …
      Bien sûr, pour eux c’est plus facile à dire qu’à faire … Mais c’est à ce prix qu’ils peuvent espérer se bâtir un avenir … Faute de quoi, l’avenir, ils risquent de courir longtemps avant de l’apercevoir …
      Cela dit, Maxime, même si vous arrivez à en convaincre quelques uns, je crains que ce soit un coup d’épée dans l’eau … Mais « Point n’est besoin d’espérer pour entreprendre … « 

      J'aime

  13. Jean-Pierre Fraiche dit :

    J’ai trouvé ce chiffre, est-il réel ? Depuis 2012, 263 personnes sont mortes dans des attentats islamistes en France, et à chaque fois, on a allumé des centaines de bougies, et a chaque fois, on a déposé des monceaux de fleurs, et a chaque fois, on a fait des kilomètres de marches blanches et à chaque fois, on a dit, il faut que cela cesse.
    À chaque fois, des ministres se sont déplacés sur les lieux des crimes, et à chaque fois, ils ont dit, on va prendre des mesures énergiques pour que cela ne recommence pas !
    Mais demain il y aura d’autres Samuel, d’autres Pères Hamel, Xavier Jugelé, Hervé Cornara, Arnaud Beltrame, Aurélie Châtelain, Jean-Baptiste Salvaing et Jessica Schneider, Mauranne Harel et Laura Paumier.
    Il y aura d’autres crimes à Paris, à Saint-Denis, à Strasbourg, à Nice, Toulouse, Montauban, Magnanville, Charlie Hebdo, Montrouge, Hyper Cacher, Carcassonne, Trèbe, Lyon, d’autres églises brûleront si ce n’est des cathédrales ?
    Pendant encore combien de temps les Français vont-ils encore endurer sans broncher, ces égorgements, ces décapitations, ces crimes et tueries ?

    Aimé par 3 personnes

  14. Gribouille dit :

     » Il n’empêche que le djihadisme en France est aussi le fruit d’une partition communautariste qui tient à des décennies de flux migratoires insuffisamment assimilés. Le constat fait mal, intolérable, car il touche au cœur des valeurs contemporaines. »

    Personnellement, ce constat ne me fait aucun mal, car je ne me pique pas de prétendues valeurs contemporaines .

    Ceux qui prétendent avoir de telles valeurs, dont LR et vous-même, sont bien à la source du problème : ils voulaient faire l’ange, et ils ont fait la bête.

    Ce qui est grave, c’est qu’ils s’obstinent : plutôt qu’accepter qu’ils se sont trompés, ils refusent de se déjuger, et qualifient de démagogues de droite radicale ceux qui en sont restés à une conception plus classique, et moins erronée, de la cité.

    Aimé par 3 personnes

    • Gribouille, les valeurs contemporaines dans mon esprit, c’est l’idéologie dominante ou la pensée unique si vous préférez. Quant aux démagogues de droite radicale, je pense qu’il y a un malentendu entre nous et cela ne vise pas ce que vous croyez. Cela vise tous ceux qui ont trempé de près ou de loin dans l’antisémitisme, le négationnisme, le racisme avéré, la complaisance envers l’occupation allemande et la gestapo, etc. Voyez, ne vous inquiétez pas vous n’êtes donc pas du tout concerné sinon vous ne viendriez pas sur ce blog, enfin, je présume.

      J'aime

    • Gribouille dit :

      Je vois que vous réalisez que votre commentaire de ce matin vous menait dans une impasse, et que vous revenez en arrière.

      Mais, même ici, je ne suis pas d’accord : la pensée unique, c’est aussi celle qui prétend faire des critères que vous citez un absolu, et qui conduit à des réactions hystériques à la moindre accusation de « dérapage » d’un propos.
      C’est cette pensée unique, qui visiblement vous influence en partie, qui est la grand-mère de l’accusation d’islamophobie, reprise par le père d’élève dans sa vidéo.

      Par ailleurs, vos critères ne sont pas fiables.
      Je vous ai montré à plusieurs reprises que les propos auxquels vous faites allusion ont été montés en épingle, mais je n’y reviens pas pour diverses raisons.
      Je vous donne toutefois un autre exemple expliquant pourquoi votre critère ne peut pas être retenu (notamment car son appréciation varie selon les personnes) : Charles de Gaulle, dans ses carnets, a écrit des choses au moment de la campagne de Pologne que certains ne manqueraient pas de qualifier d’antisémites. Au moment de la guerre des six jours, on l’en a également directement accusé. Y compris Raymond Aron, qui s’est ensuite en partie rétracté.
      Vous voyez donc bien que votre critère ne tient pas la route.

      Dans la conception classique de la cité, si la cité est en danger c’est sa survie la priorité, et s’il faut s’allier avec des gens qu’on n’approuve pas (Sparte, le Grand Turc, etc) pour l’assurer on le fait.
      Si vous voulez jouer les postmodernes échevelés et donner la priorité absolue à autre chose libre à vous, mais soyez conscient que vous n’êtes plus suivi par beaucoup et que vous le serez de moins en moins.

      Aimé par 2 personnes

  15. Un ringard gaulliste dit :

    Bonjour monsieur Tandonnet, et merci pour votre site toujours intéressant. Je vous ennuie encore une fois (et promis, la dernière) avec mes comparaisons entre France et Royaume-Uni.
    Vous notez l’absence d’un débat sérieux et contradictoire concernant les sujets importants du moment en France. La Chambre des Communes a débattu pendant des ANNEES du maintien du Royaume-Uni dans l’Union des Républiques Libérales Européennes, après que le peuple ait choisi le brexit. Puis une décision fut prise et l’exécutif gère les conséquences de ce choix. Je ne rentrerai pas dans le fond du sujet, je considère simplement que le peuple britannique a rejeté, non pas « l’Europe », mais ce « machin » à visée fédéraliste.
    Quelles conséquences pour ce pays?
    Naturellement les Britanniques ne sauront pas tisser des liens économiques avec le monde entier, comme le prouve des siècles d’histoire . De même l’utilisation de cet outil économique majeur qu’est une monnaie ( depuis la création de l’euro, combien de dévaluations de la livre sterling ) constituera une tragédie pour ce peuple qui en est déjà réduit à sucer des cailloux. Alors que l’industrie française connaît la plus forte croissance de son histoire depuis l’utilisation d’une monnaie sur-évaluée et la malheureuse Allemagne connaît un déficit commercial abyssal. Les Britanniques -peuple depuis toujours replié sur lui-même et intolérant -pourra mener une politique d’extrême droite en contrôlant TOTALEMENT sa politique migratoire.
    Mais je veux parler de ce dont vous parlez : le blocage des leviers d’action de l’exécutif français. Au Royaume-Uni l’élite tient compte, de gré ou de force, de l’opinion de son peuple. Tous les juges « Européens  » de toutes les cours de justice possibles et imaginables n’existent plus pour un citoyen britannique. Seul compte les lois de son pays débattues publiquement au parliament. Le Royaume-Uni est donc un Etat-Nation souverain.
    Suis-je un fou où un extrémiste si je préfère une confédération d’Etats plutôt que l’URLE?
    Si depuis 1957 ( de Gaulle arrive après en 1958 ) l’Europe s’était construite pas à pas, avec l’accord des peuples et non au forceps fédéraliste ( une commission indépendante des États, un parlement pour finir par dépasser à l’usure les parlements nationaux, une cour de justice qui produit du droit… supranational ) et en se fixant des objectifs réalistes ( harmonisation fiscale progressive, constitution de géants économiques concurrents des Boeings, une réussite car réalisée par une coopération d’Etats, et autres GAFA ,…, ) l’Europe obtenue depuis donc 60 ans serait-elle si ridicule par rapport à l’URLE?
    En m’excusant pour ce trop long message mais qui imagine le Général de Gaulle rester indifférent aujourd’hui…

    Aimé par 3 personnes

  16. Gribouille dit :

    C’est toujours le même refrain : votez LR, et on s’occupera des problèmes « d’intégration » (à grands coups de discrimination positive et de suppression de la double peine).

    On fera du bon boulot sur l’immigration (qui aura consisté à quasi doubler les entrées légales).

    Et, si un quidam dit qu’on serait quand même bien mieux sans, on le considérera avec dédain et on le qualifiera de démagogue droitard.

    Votez LR (NDLR : ou pas…), il y a des impôts à supprimer.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.