Professeur décapité: l’effondrement de la France

Un professeur d’histoire géographie a été décapité à Conflans-Sainte-Honorine, à quelques kilomètres de la capitale, pour avoir parlé de la liberté à ses élèves et leur avoir enseigné la liberté d’expression. Nous atteignons le paroxysme de la barbarie islamiste, une terreur sanguinaire à laquelle le nazisme n’a rien à envier. A travers ce crime d’une sauvagerie inouïe, c’est toute la civilisation qui est décapitée, la culture gréco-latine, chrétienne, et les principes de la liberté et de la démocratie française. Nous payons le prix de la bêtise, de la lâcheté, de l’ignominie d’une France dite « d’en haut », politique, médiatique, faussement intellectuelle qui ferme les yeux depuis trop longtemps avec complaisance sur la barbarie islamiste. Ils ont laissé le mal absolu prendre racine sur le territoire français. Les complices de cette tragédie sont tous ceux qui, depuis 2012 et le massacre d’enfants juifs dans une école de Toulouse, puis celui de Charlie hebdo et du magasin casher, puis le Bataclan, Nice, le vieux prêtre de Normandie, les deux adolescentes de la gare de Marseille, aujourd’hui ce courageux professeur d’histoire-géographie, s’emploient à excuser les tortionnaires ou relativiser l’horreur de leurs crimes. Coupables aussi les propos irresponsables sur les « mâles blancs », ou les crimes contre l’humanité » de la France coloniale, des propos qui ont tant fait pour attiser la haine de la France et de ceux qui l’incarnent et perpétuent sa culture, à l’image du professeur d’histoire-géographie. Coupables ceux qui se trompent de guerre, foulent au pied les droits de l’homme au prétexte d’une épidémie, comme don Quichotte et les moulins à vent, mais courbent l’échine face à à la terreur islamiste, en vertu des mêmes droits de l’homme, jusqu’à prôner le rapatriement des tortionnaires de daesh. Coupables enfin les brutes démagogues en tout genre ne songeant qu’à récupérer le fleuve de sang qui emporte la  France comme un bouchon de liège, à des fins électoralistes. Derrière ce crime abominable, le vertigineux effondrement d’une Nation.

Maxime TANDONNET

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

185 commentaires pour Professeur décapité: l’effondrement de la France

  1. JulesXR52 dit :

    « Barbarie islamiste »: « Barbarie islamique » eût été plus adéquat. Quiconque n’a pas compris qu’il n’y a pas de différence « fondamentale » entre islam et islamisme peut vivre dans l’espoir: sa marge de progression vers la vérité est grande.

    Aimé par 2 personnes

  2. Zonzon dit :

    Elle est là, place de la République, au milieu de ses collègues. Une prof d’histoire dans la quarantaine. Elle est quelque peu défaite, apeurée, peu fière. L’Athélée la fait parler. Elle a son moment de gloire.

    Elle explique ; au cours d’une sortie scolaire ( un chef-d’oeuvre du pédagogisme aéré ) elle a emmené sa classe dans la visite d’une église – un monument-vestige de l’Histoire du pays – et a provoqué un clash : plusieurs de ses élèves ont refusé d’entrer !

    Depuis lors elle se tord les mains : a-t-elle commis une effroyable erreur qui pourrait avoir des conséquences dramatiques sur sa personne, sur la paix sociale, sur la République et sur certains de ses apprenants ?
    Elle songe à changer d’établissement, de métier, d’habitat !

    Toute enseignante qu’elle est, elle est ignorante … aucune obligation républicaine à pénétrer dans un lieu de culte !
    Ainsi elle ne sait pas que Michel Charasse, fort républicain s’il en fut (!!) n’a jamais mis les pieds dans une église, même dans des circonstances officielles ; ainsi pour les obsèques de Mitterrand, il resta devant le porche tenant en laisse Baltique …. une belle marque de piété !

    Aimé par 2 personnes

    • cgn002 dit :

      le but ce n est pas de devenir comme nous
      le but est de civiliser
      chose devenu impossible car civiliser c est coloniser…
      le conflit est ainsi inévitable car il s agit d une attaque de la raison par la déraison.
      et pour passer de l un à l autre il y a trop de chemin
      et la déraison n a pas le temps d attendre pour imposer sa façon de penser

      Aimé par 3 personnes

    • cgn002 dit :

      @zonzon
      merci pour ce partage d expérience.
      témoignage personnel :
      dans mes nombreux périples moyens orientaux, maghrébins et africains (ici plutôt de l Ouest), aucun ressentiment ni remou de conscience à chaque fois que j ai été invité à entrer dans une mosquee, bien au contraire.
      La règle de réciprocité est bien évidemment inconcevable, sauf rare exception.
      La non civilisation à mon avis réside dans cette carence à la règle profondément humaine de réciprocité qui n est rien d autre que la reconnaissance de notre humanité et donc de notre solidarité.
      avec les barbares la solidarité ne fonctionne que dans un seul sens, équivalent à celui du prédateur envers sa proie

      Aimé par 2 personnes

  3. Zonzon dit :

    @ roturier
    @Citoyen
    @Sganarelle
    @ Pheldge

    Bien entendu nous sommes pour la « liberté d’expression ».
    Il n’empêche que, plus souvent qu’à notre tour, nous avons envie de vomir !

    Aimé par 1 personne

    • Citoyen dit :

      Euh, Zonzon, si l’on savait ce qui donne envie de vomir, on pourrait peut-être vomir de concert …, mais là ? ….. le sujet est difficile à cerner … faudrait préciser …

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.