La dictature et la vraie liberté, selon Michel Onfray

Voici quelques extraits d’un beau texte de Michel Onfray, publié par Familles chrétiennes, sur la dictature contemporaine et sur la solitude comme ultime liberté. Le dernier paragraphe ci-dessous est profondément troublant.

***************************************************

Pour détruire la liberté, il faut : assurer une surveillance perpétuelle ; ruiner la vie personnelle ; supprimer la solitude ; se réjouir des fêtes obligatoires ; uniformiser l’opinion ; dénoncer le crime par la pensée.

Pour appauvrir la langue, il faut : pratiquer une langue nouvelle; utiliser le double-langage ; détruire des mots ; oraliser la langue ; parler une langue unique ; supprimer les classiques.

Pour abolir la vérité, il faut : enseigner l’idéologie ; instrumentaliser la presse ; propager de fausses nouvelles ; produire le réel.

Pour supprimer l’histoire, il faut : effacer le passé ; réécrire l’histoire ; inventer la mémoire ; détruire les livres ; industrialiser la littérature.

Pour nier la nature, il faut : détruire la pulsion de vie ; organiser la frustration sexuelle ; hygiéniser la vie ; procréer médicalement.

Pour propager la haine, il faut : se créer un ennemi ; fomenter des guerres ; psychiatriser la pensée critique ; achever le dernier homme.

Pour aspirer à l’Empire, il faut : formater les enfants ; administrer l’opposition ; gouverner avec les élites ; asservir grâce au progrès ; dissimuler le pouvoir.

[…] Qui dira que nous n’y sommes pas ?

[…] Notre dictature n’attaque pas les corps, elle broie juste les âmes – ce qui est une autre façon de détruire les corps en les laissant en vie [….]

Je me moque de ce que la presse du pouvoir pense de moi. Elle n’est pas la mesure de ma valeur. Mais j’élargis également ma remarque à toutes les presses, fussent-elles d’opposition. Aucun journaliste ne saurait retenir ma plume ou ma parole – aucun homme de pouvoir non plus. S’il faut payer cette liberté d’une éviction du service public sans qu’aucun journaliste ne s’en émeuve, je viens de le payer, c’est peu cher payé !

La mesure de ma valeur se trouve dans l’avis et le jugement de trois personnes dont une seule est désormais vivante, bien que j’écrive encore sous le regard parti de mes deux morts. Désormais je ne  pense, ne parle et n’écris plus que sous le regard d’une seule personne – c’est le luxe infini de la vraie liberté, j’en ai bien conscience. »

Michel ONFRAY

Publicités

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

34 commentaires pour La dictature et la vraie liberté, selon Michel Onfray

  1. Eric Lemaire dit :

    Que de commentaires haineux pour un aussi joli texte. Cela fait un peu peur. Bon ce n’est pas étonnant à l’heure des réseaux sociaux ou meme l’entrecôte mal cuite du resto du coin peut devenir prétexte à déverser sa frustration en essayant de blesser.

    J'aime

  2. Robert Marchenoir dit :

    Texte extrêmement médiocre et prétentieux, où la formule marketing approximative l’emporte sur la précision du mot et de l’idée — et ne parlons pas de la pertinence d’ensemble du propos.

    Tant qu’a se passer de la pommade comme il le fait, Michel Onfray pourrait au moins nous dire qui sont ces trois personnes qu’il admet, seules, à la hauteur de son incommensurable génie.

    « La mesure de ma valeur »… punaise, il ne se mouche pas du pied, le représentant en lunettes carrées.

    J'aime

  3. dsl dit :

    J’ai peut être mal compris son texte, mais je trouve la posture un peu surprenante de la part d’un des philosophes les plus publiés, les plus lus, et les plus invités dans les médias.

    J'aime

  4. Gilou dit :

    Pourquoi vous ne profitez pas de cet appel à la solitude, pour fermer définitivement votre blog? simple question!… vous avez le même problème que le dernier tête de liste de votre parti, vous essayez de parler un langage conservateur mais vous vous couchez devant les forces du pognons, vous êtes un haut fonctionnaire payer à ne rien foutre (ah oui pour animer un blog), un représentant de la droite homosexuelle qui se prendra bientôt un nouveau scud dans le cul.
    Mes amitiés

    J'aime

    • souris grise dit :

      HO!!!
      Chris.

      J'aime

    • Gilou, dans un climat de poussée des extrémismes et de remise en cause des libertés publiques, ce serait dommage de supprimer un blog de réflexion politique qui intéresse des milliers de personnes (7061 visiteurs hier par exemple). Non? Par ailleurs, franchement, j’ai l’habitude des insultes et des menaces, mais SVP épargnez moi l’hypocrisie (« Mes amitiés »).
      MT

      Aimé par 3 personnes

    • Guérard dit :

      votre réponse est d’une tristesse terrifiante …et mortelle

      J'aime

  5. Anonyme dit :

    👍👍👍

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.