Le gouffre

Que dire de plus du résultat des élections européennes en France? Ils ne font qu’amplifier la sensation d’impasse ou de chaos inévitable dans lequel le pays s’est engagé: obsession de la réélection élyséenne à n’importe quel prix, y compris celui de tous les désastres, triomphe de l’extrémisme démagogique et sans aucune issue, inconscience des électeurs, bêtise généralisée, conquérante. Démence narcissique, invasion du mensonge, idiotie: que peut-il sortir de l’alliance objective du lepénisme et du enmarchisme, ces deux formes jumelles de l’idolâtrie comme néant politique,  pour se répartir les dépouilles de la politique française? La mauvaise foi ou l’aveuglement triomphent: 21% pour une majorité présidentielle, surtout après un matraquage médiatique sans précédent, c’est un score lamentable (la droite fit 28% en 2009, avant son échec en 2012). Qui pour le dire? Quant au RN ex-FN, à 24%, il ne progresse pas d’un iota en 5 ans. Qui pour le dire? Le chaos politique est en marche, un désastreux néant politique se profile et il faut le craindre, une crise de société. Nous avions une lueur d’espérance autour d’un demi-succès possible de la liste républicaine ouvrant des perspectives, même lointaines, d’une relève, sur la base d’un projet raisonnable. Hier soir, elle a été soufflée par le vent de la bêtise.

Maxime TANDONNET

Publicités

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

53 commentaires pour Le gouffre

  1. Annick Danjou dit :

    En 1981, vous étiez donc plus riche que nous qui avons acheté une mercédes en 2001 à crédit pour nous récompenser de notre travail depuis notre mariage. Nous habitions dans une commune socialiste près de Trappes et comme notre garage était trop petit, nous l’avions garée devant la maison, sur le trottoir, sans gêner personne car le trottoir était large. Le lendemain matin, notre belle mercédes toute neuve était rayée d’un bout à l’autre. C’est ça les socialistes et « le peuple de gauche », incapables d’accepter les biens acquis après de nombreuses années par un travail acharné. Mais comme disait Hollande « il n’aime pas les riches… qui gaghent 4000 euros par mois en bossant » C’est cet endoctriment qui nous vaut actuellement notre décrépitude, notre perte de vitesse, notre économie qui s’écroule et la tête de ces gens remplie de haine pour ceux qui gagnent leur vie honnêtement.
    Contrairement à vous je n’ai jamais adhéré à aucun parti et je ne le ferai pas, ils mentent tous!!!

    J'aime

  2. Philippe Dubois dit :

    Bonjour Maxime

    Entre les Européennes de 2014 et celles de 2019, le FN
    – progresse en nombre de voix : 4.7 millions de voix en 2014, et 5.3 millions en 2019, soit un gain de 600.000 voix.
    – régresse en % des suffrages exprimés -2% environ
    L’augmentation de la participation a donc d’abord profité aux autres listes, essentiellement EELV et Macron
    Macron bénéficie également de la véritable trahison de Bellamy par la bourgeoisie du fric, qui a eu peur pour ses économies et son petit confort.
    Si vous enlevez 4 points à Macron pour les rendre à Bellamy, lre scrore de LREM frôle les 18 %.

    Ce qui veut quand même dire que le FN reste incapable de mobiliser au delà de son noyau dur d’électeurs, malgré des circonstances qui lui étaient encore une fois on ne peut plus favorables.

    J'aime

  3. Mildred dit :

    Monsieur Tandonnet,
    Permettez-moi de vous raconter une anecdote , qui m’est revenue en entendant l’ intervention d’un certain Erik Tegnér :

    En 1981, après l’élection de Mitterrand, j’ai adhéré au RPR et acheté une Mercédès, histoire qu’on ne me classe pas dans « le peuple de gauche ». Je n’ai renouvelé mon adhésion qu’une seule fois, ce parti ne s’intéressant à ses adhérents qu’en période électorale.
    En 1986, alors que 36 députés FN venaient d’entrer à l’A.N. par la grâce de notre Président, une amie me demanda de l’accompagner à un de ces « déjeuners républicains » dont les notables provinciaux raffolent. Cela se passait dans une auberge de campagne, sous la présidence de Lucien Neuwirth sénateur, et du délégué RPR de la Loire. Au cours du repas copieux et sérieusement arrosé, je remarquai un couple, en face de moi, qui n’avait pas l’air très à l’aise.
    Renseignements pris à sotto voce, auprès des voisins de table, j’appris que pendant le campagne des législatives, ces gens avaient milité pour un rapprochement du RPR avec le FN, et qu’ils étaient sous la menace d’une d’exclusion.
    Puis vint l’heure des discours. Nombreux étaient ceux qui déjà dormaient, quand tout à coup, le délégué RPR, entonna une leçon manifestement apprise par coeur, sans doute à Paris, après le funeste vote, où il fustigea copieusement les deux personnes dont j’ai parlé plus haut.
    N’y tenant plus, je me levai et dis : « Il est vrai que je n’ai pas renouvelé ma carte depuis longtemps, mais je ne peux m’empêcher de me demander si vous ne devriez pas, au lieu de vous pincer le nez chaque fois que vous entendez prononcer les mots : Front – National, plutôt vous demander pourquoi tous ces gens votent FN au lieu de voter pour vous ? »
    L’effet fut extraordinaire. Tous les dormeurs se réveillèrent. C’était à qui voulait m’offrir mon adhésion et à qui voulait m’envoyer à Paris pour « leur expliquer ça ! » Et c’est dans un joyeux brouhaha que nous nous levâmes finalement pour prendre congé. Nous étions debout et discutions encore quand « la Marinette Didier », comme on l’appelait à Saint-Etienne, me prit par le bras et m’entraîna devant son mari, et, toujours me tenant par le bras, dit : « Tu trouves pas, Lulu, qu’elle a raison, la petite ? » Lucien Neuwirth abaissa sur moi un regard bienveillant, me saisit la joue entre le pouce et l’index et la secoua gentiment sans proférer la moindre parole.

    J'aime

  4. Patrice Charoulet dit :

    TROIS ENTRANGETES

    Trois choses, aux européennes, me frappent.
    Un. Le triomphe de la liste gouvernementale à Neuilly, à Versailles, dans le XVIe, très loin devant LR .
    Deux. Le triomphe du parti Le Pen à La Réunion, où j’ai vécu douze ans et où, il y a quelques lustres, M. Le Pen était accueilli à coups de cailloux en descendant de l’avion.
    Trois. Sur le blog de Philippe Bilger, le silence soudain d’habitués de talent, qui semblent gênés, d’avouer (!) qu’ils ont voté soit pour la liste du gouvernement soit pour le parti de Le Pen fille.*
    * J’ai dit et redit, quant à moi, que je votais LR;

    J'aime

  5. artofuss dit :

    Maxime,
    Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit: NON, je ne trouve certainement pas que » les Macron, Le Pen ou Jadot » aient l’instinct de l’histoire ou le sens de l’état, (avec un peu moins de sévérité que vous pour le RN) , et c’est PRECISEMENT POUR CELA que j’attends de ceux qui se prétendent la vraie DROITE, qui est ma famille politique de choix, beaucoup plus que les tergiversations, évitements et autres esquives qu’elle pratique maintenant depuis trente ans face aux VRAIS problèmes de notre pays: IMMIGRATION, ISLAMISATION, INSECURITE, EDUCATION, SOUVERAINETE. Et d’ailleurs les électeurs ont montré qu’ils partageaient largement mon exaspération. Si les Républicains avaient mérité d’être élus, ils l’auraient été.
    Donc, je répète, persiste et signe: rendez-vous dans trois ans pour voir le message sera passé…

    J'aime

  6. Stéphane B dit :

    Bonsoir

    Mon logiciel concernant LR, mais avant l’UMP et encore avant le RPR,est resté bloqué sur l’époque 1990 (états généraux RPR-UDF sur l’immigration), quand ce parti mettait en avant des points sur l’immigration qui sont aujourd’hui des dogmes du RN-FN. Je me permets de les rappeler: fermeture des frontières (aujourd’hui, nous pourrions dire emprisonnement des migrants jusqu’à ce qu’ils se décident à repartir), suspension de l’immigration (aujourd’hui aussi y compris regroupement familial sauf celle qui est choisie et bien sûr, fin du droit du sol), réserver certaines prestations sociales aux nationaux (toujours d’actualité pour moi), incompatibilité entre Islam et nos lois (pour certains chapitres, oui)

    J’appelle ce qui précède les fondamentaux en matière de politique sur l’immigration.

    Sur l’économie, nous avons eu à choisir entre des collectivistes étatistes et des étatistes collectivistes. Aucune liste ne proposait un autre choix. Il est clair que si les choses ne fonctionnent pas, si l’économie est en berne, c’est parce que l’Etat qui est très présent ne l’est pas suffisamment et qu’il en faut plus. Pour s’en convaincre, il suffit de constater l’excellence venezuelienne ou coréenne du Nord (République populaire ET démocratique pour mémoire, tout comme la France à peu près donc).
    Personne n’a abordé le sujet responsabilité personnelle, le fait d’assumer ses choix, de réduire le train de vie de l’Etat mais aussi et surtout des collectivités en les rendant plus responsables, du moins leurs élus, de leurs décisions. Il y a là une ouverture pour la droite, la vraie, pas celle de RN et consorts LREM avec AGIR, un terrain vierge.
    Mais bon, faut pas rêver, cela n’arrivera pas de si tôt !

    J'aime

  7. Janus dit :

    Le score des républicains n’est que le résultat des atermoiements de la fausse droite depuis Sarkozy, dont vous dites qu’il se tient dans la position du recours en cas de chaos ? Dieu nous en préserve ! Les écologistes font un tabac et les abstentionnistes aussi ! La France a la réputation de n’avoir jamais eu la tête politique mais les élections depuis mai 1981 le prouvent avec surabondance et celle-ci n’ y manque pas.
    Je suis trop vieux et trop français pour foutre le camp, mais c’est aujourd’hui mon grand regret : une telle nation de jean-foutre ne mérite pas qu’on se fasse du mouron pour son destin.
    Ceux qui espèrent une évolution du mode de scrutin vers la proportionnelle ont la preuve grandeur nature du chaos qui en découle dans un pays qui veut tout et son contraire. Finalement, le leitmotiv de Macron « En même temps » est parfaitement adapté à cette nation d’abrutis qui coure toujours derrière les joueurs de flutes
    Exit France !

    J'aime

    • Annick Danjou dit :

      Bravo Janus, j’aprouve totalement votre commentaire et le texte sur le lien que vous proposez. Et si j’osais je rappellerais quelques vers d’une célèbre chanson de J. Brel:
      « Les bourgeois c’est comme les cochons etc…etc… vous connaissez la suite. »
      Il aurait fallu ajouter menteurs, conspirateurs, magoulleurs, profiteurs, bon j’arrête car maxime va me censurer et pourtant!!!

      J'aime

  8. Philippe dit :

    Bonjour Maxime, bonjour à tous,
    Je ne peux que vous approuver dans vos propos. Et comme je l’avais dit, depuis hier soir, on entend tout et n’importe quoi.
    RN, LREM, EELV, chacun y va de sa partition, malgré un fort taux d’abstentions, tout le monde a gagné.
    Et ce qui fut lamentable ce sont les débats qui ont suivis, quel que soit la chaine ou la radio du grand n’importe, la secte médiaticopolitique raconte n’importe quoi. C’est du grand délire. Comme vous le dite la bêtise n’a aucune limite.
    Quant au LR, ils ne peuvent faire un score tant que la tête ne sera pas changée. Les cadres du parti doivent partir, c’est du réchauffé, ils ont eu leur chance en temps voulu, mais ils ont préféré penser à leur carrière, ils en paient les conséquences. Le carriérisme est un fléau en politique, fléau qui met à mal notre démocratie. Aucun de nos politiques actuels ne pensent à l’intérêt général, ils pensent à leurs prébendes. Le pays continue dans son déclin, et ils croient qu’ils sont crédibles aux yeux du monde……..

    J'aime

    • Philippe et le clash Cohn Bendit/ Collard? Hein, vous avez vu?
      MT

      J'aime

    • Stéphane B dit :

      Bonjour

      Je n’ai lu que le compte rendu du fig concernant ce clash avec quelques morceaux retranscrits. Et Collard n’a pas tort de dire que le Khmer rouge pastèque pédophile navigue au gré du vent qui peuvent le mettre en lumière. Le Dany aurait du depuis bien longtemps cesser de faire parler de lui. Mais bon, il retourne sa veste.

      J'aime

    • Philippe dit :

      Oh oui Maxime, j’étais scandalisé, une cour d’école. Comment voulez-vous que les français fassent confiance aux politiques? Jamais la vie politique ne fut aussi pitoyable.
      Je n’aurais jamais imaginé que la vie politique atteindrait un tel niveau de bêtise!

      J'aime

  9. André Lugardon dit :

    Lu sur internet il y a dix minutes:

    http://www.koztoujours.fr/chez-nous

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s