André Tardieu, homme d’Etat

Ma réflexion sur André Tardieu me ramène toujours à une question centrale: pourquoi le système politique français ne produit plus d’hommes d’Etat, visionnaires, talentueux, engagés pour l’intérêt général? En tout cas, pourquoi ne leur permet-il pas d’accéder au plus haut niveau? Il crée des surdoués de la communication, des acteurs, des manipulateurs de l’opinion publique, mais pas des hommes d’Etat sur le modèle d’André Tardieu. La IIIe République avait de terribles défauts mais elle a su produire une poignée de personnages passionnés de la France et de son destin. Tel ne semble plus être le cas de la Ve dans sa version des années 2010. L’évolution de la société et le déclin de la nation au profit de l’individualisme explique en partie ce  phénomène. Sans doute assistons nous aussi à un recul du prestige de la fonction politique. Qui parmi les plus doués de la nouvelle génération, intellectuellement, moralement, aurait idée aujourd’hui de s’engager en politique? Donc, la place est prise par d’autres, le plus souvent dans le cadre d’une cooptation clanique ou familiale qui n’encourage pas les beaux esprits à suivre cette voie – sauf exception bien entendu. Le régime présidentialiste aggrave le désastre. Largement fondé sur le conditionnement de l’opinion publique par les grandes chaînes nationales de radios et télévisions en faveur d’un personnage qui leur convient ou leur ressemble, par son image et son idéologie, au prix de l’affaiblissement de toutes les autres sources de l’autorité politique (gouvernement, Parlement, collectivités), il favorise tout à la fois la médiocratie et le déchirement de la nation. En tout cas, ma biographie provoque un net frémissement d’intérêt dans la presse et une partie des médias (en dehors de « majors ») qui me réjouit, pour la réussite de l’ouvrage et surtout pour la mémoire si injustement malmenée d’André Tardieu. Après le Point, les Echos, le Figaro littéraire , le Figaro Magazine et le Figaro Vox, France Inter, la chaîne histoire, l’Histoire (« coup de cœur » du mois de mars), Histoire et Civilisation, Sud-Ouest, Radio J, Storia Voce, Radio-Notre-Dame, Radio chrétienne francophone (RCF), et beaucoup d’autres, voici le Monde, par la plume prestigieuse de Gérard Courtois qui rend compte fidèlement de ce livre. Qu’il en soit remercié de tout cœur.

Maxime TANDONNET

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

20 commentaires pour André Tardieu, homme d’Etat

  1. Anonyme dit :

    Ils ne sont plus les représentants du peuple mais plutôt des représentants de commerce .

    J’aime

  2. Isabelle dit :

    Bonjour Maxime,
    J’ai écouté votre émission en replay sur France inter consacrée à André Tardieu. Très belle émission, fort instructive et très agréable à entendre.
    Par contre, je ne vous imaginais pas avoir cette voix.
    Bien à vous.
    Isabelle

    J’aime

  3. michel43 dit :

    de tout temps,, il y a eu des gens formidable, en ce moment nous avons comme Président Macron , il est incroyable ,en l’espace de 18 mois, il a réussie a mettre notre pays, sans dessus dessous ,incroyable,,, ,mais VRAIS

    J’aime

  4. PC dit :

    Monsieur,
    Bravo pour votre livre que je viens de terminer. Tout à fait passionnant, facile à lire, même pour une personne comme moi qui méconnais l’histoire politique de la France de la première partie du XXe siècle. Vraiment je le recommande.
    Bien à vous.

    J’aime

  5. Philippe dit :

    Bonjour Maxime, Bonjour à tous,
    Vous dites : « pourquoi le système politique français ne produit plus d’hommes d’Etat, visionnaires, talentueux, engagés pour l’intérêt général? »
    Pour une raison toute simple, ils sont formatés, on les conditionne.
    Je le vois en formation lors de mes cours, avec les gens des grandes écoles, ou de jeunes diplômés. Ils partent du principe, qu’ils sont les plus intelligents, les meilleurs et qu’ils savent tout et connaissent tout.
    Pas question d’écouter les gens d’expériences, de prendre du recul, d’analyser. Ils font partis comme ils se plaisent à le dire d’une élite. Des êtres supérieurs. De plus ils sont lâches et faux-culs, ils ne sont jamais responsables de rien, c’est automatiquement de la faute de l’autre. Ce sont des carriéristes, ils ne voient que leur gloire, leur égo. Ils sont d’une arrogance sans limites. Le « moi je » le « je sais tout » dominent.
    Pour eux, les anciens, l’histoire, c’est ringard, ils se croient les créateurs d’un monde nouveau. Combien de sociétés ont viré comme des malpropres des quinquagénaires, pour faire place à cette jeune génération élitiste.
    Moi aussi je fus « un jeune con » qui croyait tout savoir, mais qui eus quand même la sagesse d’avoir le respect de l’ancien, d’écouter les anciens et l’on me fit comprendre que seuls les imbéciles et les incultes croient tout savoir et tout connaitre. Nous étions éduqués avec le sens de la nation et du bien commun ce qui est ringard et considéré comme fasciste aujourd’hui. Je suis aujourd’hui « un vieux con ».
    Je ne suis pas anti jeunes bien au contraire, la jeunesse c’est l’avenir, l’espoir, mais aujourd’hui, nous sommes dans une société permissive, les réseaux twitter et autres conneries n’incitent plus à la réflexion, à l’analyse constructive, au bien commun, mais à l’individualisme, à l’uniformisation, au crétinisme, à la médiocrité. Dans les sociétés on ne vous parle que productivité et rentabilité, l’humain a disparu, l’argent est devenu un but et non un moyen, d’où un individualisme exacerbé. De ce fait une base qui ne voit plus aucun avenir et de moyens d’évoluer, et ceux d’en haut qui ne pensent qu’au prestige, à l’argent et à la gloire au détriment de l’intérêt général. La France dans son histoire sous toutes les dynasties a vécu ce déclin. Un jour cela changera, mais dans l’extrême violence comme cela s’est fait à chaque fois.

    J’aime

  6. Timéli dit :

    Maxime, vous soulevez une question fondamentale au début de votre post : pourquoi le système politique français ne produit plus d’hommes d’État visionnaires et talentueux …?
    Aujourd’hui, à mes yeux, il en est un qui a cette pointure, même s’il n’est pas le Messie attendu. Je veux parler de Bruno Retailleau. Il possède l’expérience du terrain (ce que n’a pas Macron), il analyse clairement la situation (celle de la Droite, par exemple) et fait preuve d’une réelle capacité de réflexion, de jugement et de pensée sur l’avenir. Alors, pourquoi ne pas tenter le pari avec lui… même si ce n’est pas un jeu ! Faute de grives, on mange des merles !

    J’aime

  7. Gerard Bayon dit :

    Bonjour à toutes et à tous,
    J’espère sincèrement que votre excellente biographie d’André Tardieu sera lue par de nombreux politiciens en exercice ou en devenir et surtout leur donnera quelques pistes et les aidera à réfléchir pour améliorer leur exercice de la vie politique Française qui part depuis des décennies à vau-l’eau.
    Toutefois, je ne suis pas très optimiste sur la portée à long terme de ces belles leçons, chasser le naturel, il revient au galop, l’heure n’est malheureusement plus aux leçons de morale du « vieux monde », seul compte pour nos politiciens et nos médias : les réseaux sociaux, le buzz quotidien et les sondages presqu’aussi fréquents, sans eux pas de survie politique possible.
    Je ne partage pas entièrement l’avis de J.C. Barescut concernant le manque de grands capitaines d’industries. Nous venons de perdre à cause de sa cupidité, l’un des meilleurs d’entre eux. Pour la France et le Japon c’est tout à fait regrettable mais nous ne sommes pas dépourvus de grands dirigeants visionnaires dont certains montrent tous les jours leur capacité à créer, innover, exporter, embaucher, d’être d’excellents stratèges…Nos grandes écoles d’ingénieurs nous alimentent encore et je l’espère pour encore longtemps de grands industriels. Bien sûr, parmi eux se fourvoient quelquefois des rapaces, des requins et des financiers sans autres objectifs que l’appât du gain et leur médiocre notoriété. Malgré les dégâts qu’ils causent à nos entreprises et surtout à leurs effectifs et à l’économie française, ils sont généralement, Dieu merci, vite écartés.
    Pour revenir sur le sujet de la politique, il faudrait probablement faire cesser ce système indécent et parfaitement inefficace pour ce qui concerne ce domaine, de cooptation entre anciens élèves de Sciences-Po et de l’ENA tous formés sur un même modèle. qui verrouille l’accès au pouvoir. Sans être passé par ces grandes écoles, point de salut et peu de chance de pouvoir envisager une grande carrière politique (Il existe bien sûr et heureusement quelques exceptions). Même les anciens ministres brillants dits de la société civile ont tous ressenti et d’ailleurs fait savoir cette sensation de mise à l’écart par leurs collègues. Ouvrons les carrières politiques, limitées dans le temps, à tout un chacun en fonction bien sûr de ses capacités, de son engagement, de son charisme, de ses connaissances et surtout de son expérience de la vraie vie, pas uniquement celle apprise dans des livres et dans les cours de scrogneugneux et je suis certain qu’un grand bol d’air frais viendrait changer un peu la pensée unique de nos gouvernants pétris de certitudes et inefficaces comme nous le constatons depuis trop longtemps et qui mènent le pays au chaos actuel.

    J’aime

    • G Bayon, sujet complexe, ce que vous dites est assez juste mais les personnalité publiques recrutées en dehors de la pépinière ena ne donnent pas des résultats très convaincants non plus: Taché, Schiappa, Benalla, Grivaux, Loiseau + la masse des députés LREM… C’est même pire il faut bien le dire.
      MT

      J’aime

  8. H. dit :

    Bonjour Maxime,

    Nicolas Baverez dans son ouvrage « Violence et passions » (éditions de l’observatoire) avance une explication quant à l’évolution malsaine du régime politique français:
    « Les démocratures…constituent un mode de gouvernement original qui se revendique comme plus stable, plus efficace et en prise plus directe avec le peuple que la démocratie…elles se caractérisent par le culte de l’homme fort, par un populisme virulent qui mêle exaltation nationaliste et religieuse, par le contrôle de l’économie et de la société. Elles s’adossent au suffrage universel qu’elles manipulent par un vaste effort de propagande relayé par les médias et les réseaux sociaux. Elles s’appuient non pas sur la terreur de masse comme les totalitarismes du XXème siècle, mais sur la répression ciblée de toute forme d’opposition politique. »

    Dans sa définition, qui sonne juste, il faut juste remplacer « exaltation nationaliste et religieuse » par « exaltation européenne ».

    Bonne journée,

    J’aime

    • H, moi aussi je cherche un mot pouvant définir le régime actuel, celui de « démocrature » ne me convient qu’à moitié, dans un système qui n’est ni démocratie ni dictature mais tient plutôt du grand-guignol permanent…
      MT

      J’aime

  9. carlo dit :

    « Ma réflexion sur André Tardieu me ramène toujours à une question centrale: pourquoi le système politique français ne produit plus d’hommes d’Etat, visionnaires, talentueux, engagés pour l’intérêt général?  »
    L’une des raisons pourrait être que la politique est devenue un (simple) métier que l’on exerce, ici ou là (par exemple en France comme député ou à Barcelone comme maire), pour gagner sa vie le mieux possible. Or, il y a d’autres activités plus rémunératrices, lesquelles peuvent d’ailleurs « justifier » aux yeux des intéressés qu’ils abandonnent le mandat qui leur a été confié par le peuple (par exemple celui de conseiller de Paris) pour s’y livrer.

    J’aime

  10. Il n’y a pas seulement déficit de production de grands hommes politiques. On manque aussi de visionnaires industriels capables de bâtir de grandes entreprises innovantes (il ne reste que des financiers !). La grande saga des scientifiques français s’est aussi terminée entre les deux guerres. Bref tout va mal. Je ne sais pas si c’est une coïncidence ou une cause profonde mais le déclin a vraiment commencé quand le pays ne s’est plus considéré avec fierté comme une force motrice mondiale mais a commencé à être rongé par le doute et la repentance pour des crimes imaginaires.

    J’aime

    • JC Barescut, je suis assez d’accord, a défaillance de la responsabilité dans le secteur privé est moins visible qu’en politique, mais médiatisée, mais tout aussi dramatique.

      J’aime

  11. Aux fidèles lecteurs, participants et amis de ce blog: pendant quelques jours, jusqu’au milieu de la semaine prochaine, je ne serai pas en état de traiter les commentaires. Je les prie de bien vouloir m’en excuser très sincèrement. Amitiés. Maxime Tandonnet.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.