14 symptômes de la médiocratie

Tout laisse penser que la face visible de notre pays, c’est-à-dire politico-médiatique, s’enfonce toujours plus profondément, jour après jour, dans la médiocrité.

  • La totémisation: la vie politico-médiatique s’organise obsessionnellement autour d’un gourou national qui change tous les 5 ans, suivi à la trace et au jour le jour, dont chaque geste ou chaque parole fascine, éblouit, hypnotise, à la fois demi-dieu et gibier de potence, réceptacle naturel de la pire des idolâtries comme des frustrations les plus rances.
  • Le spectacle narcissique: la vie publique s’enfonce dans les combats de titans supposés capter l’attention collective à l’image de la guerre le Pen-Macron qui en est le dernier avatar et le plus caricatural.
  • Le déni de réalité: les sujets qui fâchent, inquiètent ou font mal sont passés sous silence ou réduits au strict minimum: le chômage de masse, l’exclusion des jeunes, la pauvreté,  le repli identitaire, la situation des banlieues, la violence d’une société en décomposition, le déclin de la France dans le monde, etc. La réalité a disparu, comme annihilée…
  • La mort du débat d’idées: il n’est plus question, depuis bien longtemps, de la réflexion et du débat sur les moyens de combattre le chômage, l’insécurité, restaurer le niveau scolaire: les idées sont désormais maudites et le mot même – idée – devenu subversif. Les dogmes ont remplacé les idées.
  • Le culte des apparences: le fond ne compte pas, c’est l’image donnée qui vaut; peu importent l’inexpérience, l’inculture, le manque de jugement et l’absence de tout bilan à faire valoir, tant que la tête du candidat est jeune et belle, télégénique.
  • Le manichéisme/sectarisme: tout est noir ou blanc, jaune ou rouge, jusqu’à la haine, la fureur, l’envie de tuer et de broyer, à l’image du débat européen opposant les lumières fédéralistes aux ténèbres populistes et toute tentative d’instiller un minimum de nuance, de sens des réalités et de perspective est vouée aux gémonies. Le sectarisme triomphe. Impossible dialogue: ce qui s’écarte de la droite ligne est maudit et ostracisé.
  • L’hystérie nationale: à chaque jour son lot d’excitation, d’énervement, d’hystérie autour de polémiques venues de partout, d’autant plus virulentes qu’elles sont dérisoires.
  • Le conformisme: l’air du temps pousse vers un conformisme toujours plus impérieux. Sur tous les sujets, il est de bon temps de penser comme tout le monde: Europe, nation, mœurs, frontières, démographie, autorité, économie… Toute velléité de s’éloigner du droit chemin idéologique expose son auteur à l’ostracisation et au lynchage public.
  • La sublimation du vide et du futile: l’univers médiatique donne une importance disproportionnée à l’accessoire, au secondaire, autour des compétitions sportives ou de divertissement, les polémiques s’enchaînent, toujours les mêmes, nulles, dérisoires, grotesques.
  • L’hexagonisme: nonobstant la mondialisation honnie, accusée de tous les maux, le champ d’intérêt est essentiellement hexagonal ou local, et plus grand chose ne semble exister au-delà des frontières – dans un monde sans frontières. Peu importe les grands mouvements de la planète, seul compte l’anecdotique et le futile à notre porte.
  • La table rase: le passé comme l’histoire sont abolis, on oublie tout au-delà de deux ou trois ans et on repart éternellement à zéro ce qui favorise les pires manipulations de l’opinion, à l’image de ces grandes euphories répétitives qui suivent les élections avant de profonde déceptions.
  • Les fausses valeurs quand les pires farceurs, clowns ou pitbulls (sportifs, acteurs ou animateurs)  se voient érigés en nouveaux maîtres penseurs de notre époque assénant leurs leçons, alors que l’intelligence et la pensée paraissent, sauf exception, mis à l’écart du monde moderne.
  • Le nihilisme: aucune limite aux trahisons, déloyautés, retournements de veste, coups de poignard dans le dos à son bienfaiteur, délation, calomnie et diffamation, tout est permis sans la moindre limite, tout est possible, en dehors de toute espèce de moralité ou éthique, dans l’indifférence et la banalisation, avec un seul repère, une seule éthique, boussole de la politique moderne: le culte du je narcissique.
  • Le mépris: tout est permis pour manipuler l’opinion, faire croire à l’action, au mouvement, et plus rien n’arrête le rouleau compresseur de la mauvaise foi manipulatrice. La politique se réduit toujours davantage à n’être qu’une affaire de communication. Le paraître se substitue au faire. Le mensonge et l’hypocrisie deviennent la norme la plus banalisée et le monde se reconstitue à l’aune de la « vérité virtuelle ». « Plus c’est gros, plus ça passe » pourrait être la nouvelle devise nationale.

Maxime TANDONNET

Publicités

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

37 commentaires pour 14 symptômes de la médiocratie

  1. Philippe dit :

    Bonjour Maxime, bonjour à tous,
    Je n’en crois pas mes oreilles, tous les matins, pas un politique ne peut s’empêcher de sortir une « connerie ». On trafique l’histoire, on joue sur les peurs, on raconte n’importe quoi. Et ces gens se prennent pour des élites ? La grande mode c’est le nazisme, tout est nazi !
    Que dire de Madame Nathalie Loiseau ? Ses propos inadmissibles, elle dit je cite : « La construction européenne est née en réaction à la barbarie du XXe siècle. Qu’ont donc en tête ceux qui aujourd’hui veulent affaiblir l’UE ? En ce jour de commémoration de la libération d’Auschwitz, n’ayons pas la mémoire courte. ». Plus tard elle tweet : « « Ma grand-mère devait porter une étoile jaune sur son manteau. Moi j’ai la chance d’avoir douze étoiles sur mon drapeau », avec un dessin de l’étoile jaune et du drapeau, elle écrit : « 74e anniversaire de la libération d’Auschwitz. L’étoile jaune fut la honte de l’Europe. Les douze étoiles du drapeau européen nous le rappellent : plus jamais ça. »
    Maxime je ne veux pas vous offenser, mais que cette personne eut à diriger l’ENA, m’effraie, je n’ose imaginer l’état d’esprit des promotions qu’elle dirigea. Le formatage, la lobotomisation ont dû être au firmament !
    Nuñez dont l’intelligence n’est pas sa qualité première, dit je cite : « La loi anticasseurs vise à écarter des adorateurs du régime de Vichy ». Suite aux propos de Charles de Courson qui disait je cite : « De la « pure folie » « On se croit revenu sous le régime de Vichy ».
    Tous les politiciens de tous bords sont dans une logique de bêtise incommensurable. Comment peut-on être aussi stupide ? La malhonnêteté intellectuelle est partout, chez les politiques, les médias, où vas notre belle France ?
    J’ai beau lire les livres d’histoire jamais la crétinerie de masse a atteint un tel niveau.
    Je suis inquiet pour l’avenir, avec la propagande politico-médiatique, LREM gagneront les européennes et les élections de 2022.
    J’ai assisté à un grand débat dans ma communauté de commune, du grand enfumage, 4 thèmes, 30 questions par thèmes. La façon de poser la question dirige la réponse. Une fumisterie, j’ai fait tomber un à un tous les arguments des deux députés LREM, du coup je fus interdit de micro. J’ai pu voir un beau bal des faux-culs où les maires, caressaient les deux députés dans le sens du poil. Seulement deux ont osé s’opposer aux inepties racontées. Mais eux aussi furent écartés du débat. C’est cela le grand débat ! Débat méthode Castro !
    Maxime la bêtise n’a plus de limite.

    Aimé par 1 personne

    • Philippe, propos inadmissibles, certes, d’une bêtise et d’un cynisme incommensurables, mais surtout révélateurs du degré de panique et de désarroi qui dominent dans les hautes sphères du pouvoir.
      MT

      J'aime

    • michel43 dit :

      NON,,,Macron ne peut gagner cette 2lections Européenne , dernier sondage RN en tète ,et l’apport du traite Bayrou ne peut changer cela ,nous ferions près de 12% ,je ni crois pas ,je pense plus a 10% cars Wauquiez a mal choisie sa tète de liste

      J'aime

    • monsieur Cyclopède dit :

      Vichy est un objet de fascination pour la génération du baby-boom, qui l’a utilisé comme une arme pour faire sa petite révolte d’enfants gâtés contre la génération précédente.

      Edouard Husson, membre de LR et historien spécialiste de la période, parle par ailleurs dans cet article de la repentance officielle :

      https://www.atlantico.fr/decryptage/3564918/leur-france-ideale–petit-portrait-de-ce-que-serait-le-pays-sans-ces-facheux-qui-irritent-tant-les-bien-pensants-edouard-husson-christophe-boutin

      et montre que certains ont préféré noircir l’histoire de France pour continuer leurs petites combines européistes. Il ne s’agit pas de « panique et désarroi » actuels, ou pas seulement.

      Une pleine page du Figaro magazine de cette semaine cite par ailleurs avec bienveillance ce livre :

      http://www.editionsdutoucan.fr/livres/essais/france-vendue-decoupe#.XFWY6c3jK1s

      qui décrit, au fond, le résultat des combines européistes, ayant certainement conduit à leur rejet en 2005, puis à leur passage en force en 2008, etc. Encore une fois, il ne s’agit pas d’une configuration qui serait seulement ponctuelle.

      Je ne suis pas du tout favorable au RIC, mais comment s’étonner que les manifestants actuels se méfient de leurs représentants ?

      J'aime

  2. Ping : 14 symptômes de la médiocratie | Boycott

  3. Avec toutes mes excuses, débordé de travail (journées de 14 heures) et de déplacements en province et à l’étranger, je n’aurai pas le temps, à titre exceptionnel de répondre à chaque commentaire et je le regrette beaucoup et prie les intervenants de bien vouloir m’en excuser. Maxime.

    J'aime

  4. Sganarelle dit :

    La médiocratie est l’oeuvre des médias.je suis plutôt dans l’étonnement du bon-sens de la population qui ne se laisse pas manœuvrer sans réactions. Cela autorise à penser qu’Il faudrait instaurer le vote obligatoire car on est tous surpris «  après – coup » du nombre important de gens qui n’ont pas voté pour le guignol élu ..

    la télévision avec ses chaînes dites d’information nous offre le plus bel échantillon d’habitués en boucle qui viennent donner leur avis sur tout et n’importe quoi en meublant d’inepties le temps pour lequel ils sont grassement payés. Il s’agit uniquement d’occuper l’antenne s’urtout lorqu’il n’y a rien à dire. Les révélations sont rares mais les cacophonies où on ne comprend rien résument assez notre époque de touche à tout endoctrinés qui ne maîtrisent rien que leur propre publicité.

    Aimé par 1 personne

  5. jfsadys dit :

    Je re-écris ce matin sur le blog de Maxime Tandonnet
    Non pas ce que nous devons combattre
    Mais ce que nous devons défendre
    Les plaisirs de la vie.
    Le vin qu’on boit avec les camarades.
    L’amour.
    Le feu en hiver.
    La rivière fraîche en été.
    La viande et le pain de chaque repas.
    Le refrain que l’on chante en marchant sur la route.
    Le lit où l’on dort.
    Le sommeil, sans réveils en sursaut, sans angoisse du lendemain.
    Le loisir.
    La liberté de changer de ciel.
    Le sentiment de la dignité et beaucoup d’autres choses
    Dont on refuse la possession aux hommes.

    Robert Desnos.
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Robert_Desnos

    J’ajoute ce matin à mon commentaire ce que Robert Desnos pensait que nous penserions un jour de lui:

    « Ce que j’écris ici ou ailleurs n’intéressera sans doute dans l’avenir que quelques curieux espacés au long des années. Tous les vingt-cinq ou trente ans on exhumera dans des publications confidentielles mon nom et quelques extraits, toujours les mêmes. Les poèmes pour enfants auront survécu un peu plus longtemps que le reste. J’appartiendrai au chapitre de la curiosité limitée. Mais cela durera plus longtemps que beaucoup de paperasses contemporaines. »

    Et pour le mot de la fin parce qu’il aimait Paul Eluard, voici une citation de ce dernier:

    « Il ne faut pas de tout pour faire un monde. Il faut du bonheur, voilà tout. »

    J'aime

    • Coucou dit :

      Le poète est un parasite sacré; semblable aux scarabées de l’ancienne Égypte, il peut prospérer sur le corps des sociétés riches et en décomposition, Mais il a également sa place au cœur des sociétés frugales et fortes.

      N’ ayez pas peur du bonheur ; il n’existe pas .

      Michel Houellebecq

      J'aime

    • jfsadys dit :

      Coucou, je suis en train de lire Houellebecq et en train de lire la vie de Robert Desnos dont je connaissais certains poèmes « pour les enfants ». Vous ne serez pas surpris si je vous dis que la vie et la mort de Robert Desnos m’impressionnent. Et que l’écriture de Houellebecq a du souffle. Pour ce qui est du bonheur, il existe. Il est au fond du pré. Merci de votre commentaire

      J'aime

  6. Janus dit :

    Cf Edward Bernays : Propaganda , bible des publicitaires et des spécialistes de la propagande commerciale et politique…
    L’homme politique est désormais un produit packagé et vendu aux masses avec toutes les techniques décrites dans cet ouvrage. Initialement, ces techniques étaient utilisées en politique aussi discrètement que possible pour ne pas effrayer l’électeur. Aujourd’hui le pékin étant bien préparé, émasculé, atrophié du bulbe par 60 ans de marketing et de publicité sous toutes ses formes et à tous les instants, il n’est même plus nécessaires de dissimuler les techniques utilisées ni de cacher les donneurs d’ordre : Le pékin achète convulsivement la tête de gondole…
    CPEF

    J'aime

  7. E.Marquet dit :

    Le nombre 13 ayant une légende noire, je vous propose de réunir vos treize symptômes de la médiocrité sous l’égide du 14ème, (nombre d’équilibre et de prudence), « le conformisme ».
    Par identification et intériorisation, la plupart d’entre nous sommes devenus des suiveurs, abdiquant devant les gourous de la modernité et du progrès indéfinis. Nous avons renoncé à penser par nous-même.
    Autrefois aussi on se « conformait », tout au moins publiquement, pour préserver de bonnes relations avec le groupe majoritaire. Il y avait a contrario, les originaux, les rebelles, les marginaux, qui exerçaient leur liberté sans imposer leur mode de vie ou de comportement.
    Aujourd’hui, nous avons l’injonction de nous plier aux normes édictées arbitrairement par des groupes minoritaires qui nous prennent pour cibles, et, si nous dévions de leurs diktats, nous classent dans la nouvelle catégorie humaine des « phobes » avec tous les procès d’intentions que cela suppose, et tous les adjectifs ignominieux qui y sont accolés.
    Tous les pans de la société sont atteints par ce cancer destructeur.
    La médiocrité politico-médiatique n’est qu’une des faces les plus visibles de cette décadence.
    Un seul exemple récent : LR présente les têtes de liste pour les prochaines européennes. Cri d’orfraie général, et notamment chez les L.R. eux-même. Pensez donc : le meneur FX Bellamy serait « conservateur », pro-vie, anti-avortement, anti-IVG, anti-euthanasie, et, comble de l’ignominie, proche de la Manif pour tous !
    Je préfère perdre avec Bellamy, que gagner avec Macron ou Le Pen.
    Liberté d’expression contre bienpensance normative.

    Aimé par 1 personne

    • Tracy LA ROSIÈRE dit :

      « Je préfère perdre avec Bellamy, que gagner avec Macron ou Le Pen ».
      Ça s’appelle le Panache !

      Aimé par 1 personne

    • michel43 dit :

      c’est votre choix,,,,,,,pas le mien ,depuis toujours de ma droite molle ,je vais lui faire une infidélité,,Merci a Wauquiez

      J'aime

    • E Marquet, oui, vous avez raison, je retiens votre excellente idée. Ce n’est pas me renier dès lors que nous sommes sur un blog participatif! Délaissons donc 13, le chiffre maudit pour passer au 14, qui renvoie aux 14 points du président Wilson! Et va pour le conformisme qui manquait évidemment à mon énumération.
      MT

      J'aime

    • Citoyen dit :

      « Je préfère perdre avec Bellamy, que gagner avec Macron ou Le Pen ».
      Il y a une autre option, qui consiste à faire perdre le micron ….

      J'aime

  8. Allouche Véronique dit :

    Je crois me souvenir que les approximations de langage ont commencé sous la présidence de Nicolas Sarkozy avec entre autres son célèbre « Casse-toi pauv’ con ».
    Depuis lors les dérapages vont bon train chez les politiques de tous bords. Ils ont compris que la petite phrase de trop vaut mieux qu’un long discours et que le bon mot du moment sera aussitôt repris par les journalistes en quête de buzz. L’inconsistance, rien que l’inconsistance….avec au bout la déchéance d’un pays.
    Merci pour votre article, reflet de la société actuelle.

    J'aime

  9. Liber dit :

    Parfaite énumérations des syndromes qui nous rongent. Mais avec Macron, Castaner and Co nous avons dépassé le stade de la médiocratie. Nous arrivons de plein pieds dans la dictature, certes encore « soft », mais bien réelle, qui se nourrit d’ailleurs de cette médiocratie.
    Etant d’un âge certain je l’ai souvent redouté de la gauche. Elle n’y est jamais vraiment parvenu malgré toutes ses espérances et ses tentatives. Mais elle a, il faut le dire, bien préparé le terrain.
    Et voilà qu’un chef de clan et son mouvement qui se décrivent comme des « libéraux » sont en train d’y parvenir.
    C’est là, la grande manipulation.
    Encore une foi, c’est à (aux) l’ idéologie(s) qu’il faut s’attaquer et non pas à ces dérives individuelles ou collectives que vous décrivez parfaitement, mais qui n’en sont que les conséquences..

    Aimé par 1 personne

  10. E.Marquet dit :

    Le nombre 13 ayant une légende noire, je vous propose de réunir vos treize symptômes de la médiocrité sous l’égide d’un 14ème, (nombre d’équilibre et de prudence), le « conformisme ».
    Par identification et intériorisation, la plupart d’entre nous sommes devenus des suiveurs, abdiquant devant les gourous de la modernité et du progrès indéfinis. Nous avons renoncé à penser par nous-même.
    Autrefois aussi on se « conformait » , tout au moins publiquement, pour préserver de bonnes relations avec le groupe majoritaire. Il y avait a contrario, les originaux, les rebelles, les marginaux, qui exerçaient leur liberté sans imposer leur mode de vie ou de comportement.
    Aujourd’hui, nous avons l’injonction de nous plier aux normes édictées arbitrairement par des groupes minoritaires qui nous prennent pour cibles, et, si nous dévions de leurs diktats, nous classent dans la nouvelle catégorie humaine des « phobes » avec tous les procès d’intention que cela suppose, et tous les adjectifs ignominieux qui y sont accolés.
    Tous les pans de la société sont atteints par ce cancer destructeur.
    La médiocrité politico-médiatique n’est qu’une des faces les plus visibles de cette décadence.
    Un seul exemple récent : LR présente les têtes de liste pour les prochaines européennes. Cri d’orfraie général, et notamment chez les LR eux-même. Pensez donc : le meneur FX Bellamy serait « conservateur », pro-vie, anti-avortement, anti-IVG, anti-euthanasie, et comble d’ignominie proche de la Manif pour tous !
    Je préfère perdre avec Bellamy, que gagner avec Macron ou Le Pen.
    Liberté d’expression contre bienpensance normative.

    Aimé par 2 personnes

  11. Philippe Dubois dit :

    Bonjour Maxime

    Vous écrivez :
    « Le déni de réalité: les sujets qui fâchent, inquiètent ou font mal sont passés sous silence ou réduits au strict minimum: le chômage de masse, l’exclusion des jeunes, la pauvreté, le repli identitaire, la situation des banlieues, la violence d’une société en décomposition, le déclin de la France dans le monde, etc. La réalité a disparu, comme annihilée… »
    A mon humble avis, vous avez oublié le principal sujet qui fâche :
    L’immigration
    Même camouflée sous le vocable « droit d’asile », sur lequel macron et sa clique refusent de débattre, puisqu’il est, selon eux, hors de question de le remettre en cause.
    Dois-je rappeler que le droit d’asile a été créé pour les mathématiciens soviétiques, les écrivains argentins et éventuellement pour Maître Juan Romano Chucalescu
    Sûrement pas pour accueillir chaque année une centaine de milliers d’individus désireux de venir vivre à nos crochets, et, le cas échéant, de nous imposer leurs moeurs et leur religion.

    Aimé par 3 personnes

    • jfsadys dit :

      Oui il n’y a pas à avoir peur d’un vrai débat sur l’immigration. Un débat qui aborde tout: le bilan des interventions militaires en Afhganistan, en Irak, en Libye; la malgouvernance de certains pays pauvres et de certains pays riches, le poids des religions dans les conflits passés et présents, sunnite/chite, protestantisme nord américain, judaïsme israélien; bouleversements climatiques; ré-organisation de l’ONU, les bouleversements géopolitiques du monde de l’après Yalta, de la fin de la guerre froide; les conséquences du Brexit qui vient etc… etc… je laisse à chacun le soin de compléter la liste des sujets à aborder liés aux phénomènes migratoires d’hier, d’aujourd’hui et de demain. Oui il n’y a pas à avoir peur d’un vrai débat sans tabou sur l’immigration.

      J'aime

    • le loup et l'agneau dit :

      @jfsadys

      Vous me faites penser à une célèbre fable de la Fontaine, dans laquelle le loup ne cesse de trouver de nouvelles raisons à sa ligne de conduite.

      De fait, contrairement à ce que vous vous plaisez à imaginer, vous n’êtes pas du côté des faibles (pas plus que le pape François) : vous êtes du côté du rouleau compresseur de ceux qui veulent nous imposer leur raison, qui est naturellement toujours la meilleure.

      Aucune des questions que vous soulevez ne justifie ce qui est en train d’être commis. Même si toutes ces raisons (vous avez oublié le réchauffement climatique, entre autres…) ont en effet été invoquées à l’appui du rouleau compresseur.

      J'aime

    • jfsadys dit :

      Le loup et l’agneau, je ne viens rien imposer du tout. Et je ne suis pas en mesure d’imposer quoique ce soit. Et je me garderai bien d’affirmer que j’ai raison et que les autres ont tort. S’il y a un débat un jour sur l’immigration et si je suis invité à y participer je témoignerai de ce que j’ai appris sur les migrants d’ici et de là-bas en tant qu’ancien instit, en tant que bénévole du CCFD Terre Solidaire et de l’asso « Aux captifs la libération ». Pour ce qui est du pape je ne sais plus qui a dit « Combien de divisions? » Je crois que lui aussi est dans l’incapacité d’imposer quoique ce soit et je crois qu’il le sait. Et que ça libère sa parole. Pour ce qui est du réchauffement climatique vous avez raison de souligner que je n’ai pas utilisé cette expression car je me sens climato-septique mais si nous nous rencontrions un jour pour de vrai je pourrais vous montrer dans la forêt landaise et dans la partie Lot-et-Garonnaise de la Garonne que je fréquente depuis que je suis enfants des modifications concrètes bien dues à un changement climatique bien réel. Il y a eu depuis la nuit des temps des changements climatiques. Même quand l’homme n’existait pas alors lui attribuer ceux en cours je reste sur ma réserve. Après la question de fond auquel je n’ai pas de réponse catégorique et définitive est pour moi la suivante: allons-nous vers une civilisation d’humains aux coeurs de pierre? Je vous remercie de votre commentaire et d’avoir prêté attention à ce que j’ai écrit.

      J'aime

    • jfsadys dit :

      Le loup et l’agneau, je ne veux rien imposer du tout et en plus je n’ai aucun moyen de le faire. Je ne suis pas en mesure d’imposer quoique ce soit à qui que ce soit. Je me garderai bien d’affirmer que j’ai raison et que les autres ont tort. S’il y a un débat un jour sur l’immigration et si je suis invité à y participer je témoignerai de ce que j’ai appris sur les migrants d’ici et de là-bas en tant qu’ancien instit, en tant que bénévole du CCFD Terre Solidaire et de l’asso « Aux captifs la libération ». Pour ce qui est du pape je ne sais plus qui a dit « Combien de divisions? » Je crois que lui aussi est dans l’incapacité d’imposer quoique ce soit et je crois qu’il le sait. Et que ça libère sa parole. Pour ce qui est du réchauffement climatique vous avez raison de souligner que je n’ai pas utilisé cette expression car je me sens climatoseptique mais si nous nous rencontrions un jour pour de vrai je pourrais vous montrer dans la forêt landaise et dans la partie Lot-et-Garonnaise de la Garonne que je fréquente depuis que je suis enfant des modifications concrètes dues à un changement climatique bien réel. Il y a eu depuis la nuit des temps des changements climatiques. Même quand l’homme n’existait pas alors lui attribuer ceux en cours je reste sur ma réserve. Après la question de fond auquel je n’ai pas de réponse catégorique et définitive est pour moi la suivante: allons-nous vers une nouvelle ère d’humains aux coeurs de pierre? Je vous remercie de votre commentaire et d’avoir prêté attention à ce que j’ai écrit.

      J'aime

  12. Ping : 13 symptômes de la médiocratie | Raimanet

  13. jfsadys dit :

    « Si Dieu n’existe pas alors tout est permis ». (Dostoïewsky)

    J'aime

  14. amike dit :

    Le « bien commun » (res publica) est devenu virtuel (les valeurs, ou payé par une dette sans fin).
    Je ne comprends pas l’hexagonisme : le parisianisme oui. Les régions s’en sortiraient mieux sans ce centre qui défend ses intérêts et oublie d’autant ceux du pays entier.
    D’ailleurs, comment appréhender le reste du monde en n’ayant que l’illusion d’être une nation ?
    De toute façon, qu’importe puisque l’UE – empire décide…

    J'aime

  15. Gerard Bayon dit :

    Bonjour à toutes et à tous,
    Bravo docteur, les symptômes de la médiocratie sont bien identifiés. La difficulté est maintenant de trouver le traitement le plus approprié et le plus efficace. Le grand cirque du « grand débat » n’est qu’un placebo qui ne calme même pas provisoirement l’infection ni l et se révélera sans doute à terme qu’un traitement inefficace et retardateur de la gravité du mal.
    Le bon remède ne serait-il pas tout simplement d’utiliser l’ancien traitement prescrit pendant tant d’années par les professeurs De Gaulle et Debré, cela s’appelait la Constitution de la Vème République qui avait fait ses preuves avant qu’elle ne soit traficotée et édulcorée par des imposteurs et des charlatans.

    J'aime

    • Tracy LA ROSIÈRE dit :

      Ce serait la réponse à donner au lourd déficit existentiel dont souffre le pays le retour aux institution du DÉBUT de la Ve République : un Président au dessus de la mêlée et un premier ministre, manches retroussées et le tète sous le capot. Mais c’est sans compter sur l’esprit d’imagination de notre énarchie et sa propension à vouloir notre bonheur coûte que coûte. Rassurons-nous, ils vont nous trouver quelque chose de nickel avec des tuyaux dans tous les sens. Et ça va coûter un pognon dingue !
      Amis Gilets Jaunes : rendez-vous au mois de septembre.

      J'aime

  16. Jean-louis Michelet dit :

    En résumé
    On vit une époque formidable …qui ne fait que commencer.

    J'aime

    • Timéli dit :

      Tout dépend de votre définition du mot « formidable », m’est-ce pas…

      J'aime

    • Jean-louis Michelet dit :

      Bonjour Timéli
       » Formidable  » était et est peut être encore le mot favori d’un  » célèbre  » ministre de la culture d’un ancien ministre de la IV ème république….je vous laisse deviner…
      Bref, nous sommes dans la continuité de ces années la et savoir ce qu’il ressortira de tout ce maelstrom sociétal et médiatique actuel , relève plus du don de voyance …
      Je laisse cela aux experts en tous genre.
      Bien à vous

      J'aime

  17. michel43 dit :

    obliger de sourire ,,,vous devez savoir qu » un pays ne tourne que part le priver qui remplisse les caisses de l’Etat, la Belgique plus de 18 mois sans gouvernement ,et Alors,,,,la France a deux problèmes ,le chômage ,comment le réduire ,alors que tout les ans ,nous donnons des papiers a plus de 230 000 étrangers ,Sarkozy 1millions en cinq ans , autant sous Hollande et Macron pareil , plus les sans papiers qui sont dans toutes nos villes ,ensuite les faux papiers , carte vital ,faux permis ,fausses fiches de paye ,j’en passe et des meilleures ,nous somme un pays socialo- communiste depuis la fin de la guerre, et notre droite molle a jamais oser réformer cela ,nous avons aucune place de prison , et on expulse pas les 15 000 étrangers qui si trouve ,mais nous allons accueillir plus de 200 Français islamique plus leurs famille, sur notre sol ,alors vos 12 résolutions ne peuvent que nous faire sourire ,les dettes augmentes , la contestations avec et nous devons attendre la fin du mandat de Macron ,

    Aimé par 1 personne

  18. Oui bien sûr mais il faut aussi reconnaitre une certaine responsabilité à la population du pays. Même si l’on changeait les institutions, je n’ai aucun doute sur le fait que les médiocres que vous dénoncez à juste titre chercheraient à les utiliser à leur profit. Il faut donc attaquer le problème par l’autre bout à savoir expliquer inlassablement au peuple qu’il a des moyens et qu’il peut les utiliser. La réflexion n’est pas à réserver aux « élites » et la délégation en système démocratique représentatif (le seul raisonnable) ne devrait pas signifier un blanc-seing entre deux élections. Des débats actifs suffiraient à ramener les élus dans le droit chemin entre deux élections qui sont relativement fréquentes. Le « grand débat » est clairement une manœuvre de diversion et ce serait une erreur d’y rentrer dans les formes prescrites par Macron mais on peut faire nos débats sous bien d’autres formes. Votre blog en est un exemple. Je viens d’ailleurs d’attraper le virus et ai commis un texte sur celui que je viens d’ouvrir. https://jcbwordpresscom.wordpress.com/2019/01/26/contribution-au-grand-debat/

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s