Barbarie et lâcheté françaises

Depuis la semaine dernière, à Arcueil la cité des examens, à Tolbiac, à Nanterre, à Science Po et dans plusieurs facultés, des étudiants sont empêchés, par la violence, de passer leurs examens.

Il faut comprendre ce que cela représente pour eux: une, deux ou trois années de sacrifices à bosser pour préparer leur avenir dans les privations et l’angoisse de l’échec. Une année intense, de passion et d’engagement personnel, de souffrance aussi, tendue toute entière vers un examen dont le but est de leur ouvrir la porte d’un métier, d’un avenir et d’une liberté. Et vlan, tout un projet, tout un rêve qui s’effondre.

Je connais bien les étudiants, étant enseignant dans plusieurs universités. Je les aime aussi, pourquoi ne pas le dire et j’ai envie de les aider. Je sais ce que représente pour eux cette épreuve initiatique qu’est l’examen final, la récompense d’un travail et pour des jeunes qui ont souvent une vie difficile sans ressources, ou contraints de travailler le weekend et la nuit, un espoir d’entrée dans la lumière d’une profession et d’une liberté.

Etre privé de la possibilité de passer leurs examens, par des groupuscules extrémistes barbares, à l’image du chaos français, est une souffrance, la souffrance d’une injustice qu’il est difficile d’exprimer. Les étudiants sont des personnes qui veulent s’en sortir par le savoir et la culture, par l’intelligence. Les empêcher de passer leurs examens est un acte de violence barbare, criminel, contre les personnes, contre la liberté et contre la civilisation.

Mais le pire peut-être tient à l’indifférence d’une société médiocre et jalouse. Laisser faire une chose pareille est le paroxysme de la lâcheté et de la non assistance à personne en danger.  Lâcheté absolue, indifférence, violence extrémiste, chaos, barbarie: où va la France?

Maxime TANDONNET

Publicités

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

24 commentaires pour Barbarie et lâcheté françaises

  1. Citoyen dit :

    Lâcheté ? …. Non, bien pire, collusion …
    A travers cet épisode, l’état montre qu’il est incapable d’assurer une simple mission, qui lui incombe, et pour laquelle il est payé. Une mission qui consiste à mettre en œuvre tout ce qui est nécessaire, pour que des étudiants qui souhaitent passer un examen puissent le faire sans entrave ni préjudice.
    De fait, par son manquement, l’état se rend complice de la vermine gauchiste.

    J'aime

  2. Fredi M. dit :

    Laisser faire une chose pareille est le paroxysme de la lâcheté et de la non assistance à personne en danger.

    C’est toute la France qui est victime de la lâcheté de nos politiques, de non-assistance à patrie en danger.
    L’entassement des illégaux tout le long du canal Saint Martin, de la porte de la chapelle, les frontières non gardées sauf par de jeunes gens courageux et malheureusement poursuivis, en sont les symptômes les plus criants encore.
    Nos politiques sont interdits, s’interdisent, restent tétanisés devant l’action pourtant nécessaire. Ils ont voulu le pouvoir mais renoncent à l’exercer (comme tant d’autres avant eux), tremblent à l’idée d’une condamnation morale d’un président d’association qui ne représente que lui, d’une sénatrice arrogante et tri-nationale, d’un journaliste en vue.
    En revanche massacrer d’impôts ceux qui peuvent encore les payer, ça ils savent faire et ne s’en privent pas.
    Ce quinquennat prétentieux échouera de n’avoir pas su identifier les vrais problèmes, les vraies attentes.
    Un roi sans son peuple derrière lui n’est rien.

    J'aime

  3. Mildred dit :

    Monsieur Tandonnet,
    Si on en croit Philippe de Villiers, les lâches, ce sont « les gouvernants d’aujourd’hui (s’ils) ne réussissent pas à soigner la crise, c’est qu’ils font semblant de ne pas voir d’où elle vient. Or en réalité, ils le savent bien. La cause, c’est eux. »
    Le moment de dire ce que j’ai vu – Albin Michel éditeur

    J'aime

  4. Sganarelle dit :

    Le réveil va être brutal simplement parce que rien ne dure le bon comme le mauvais et que tout doucement on touche le fond.
    On commence à réaliser le vide des performances artistiques de notre président et de sa cour de favoris. Il ne suffit pas de faire trois ou quatre fois le tour du monde pour obtenir des résultats diplomatiques ni de mettre un treillis en relevant le menton pour obtenir l’ordre , la pagaille est partout à l’hôpital dans la Justice et dans les facs pendant que la télévision nous fait visiter Brégançon prochain week-end découverte de notre président .
    Une bonne nouvelle ? Grand cadeau de l’Etat la disparition des impôts locaux et « en même temps » on nous dit sans rire qu’il faut saluer le fait que le couple Macron en assume le paiement pour l’Elysée. (Est-ce pour ça qu’ils vont disparaître ? )

    Aimé par 1 personne

  5. Colibri dit :

    Le philosophe radical socialiste Alain définissait la démocratie comme «la grève de l’enthousiasme ».

    Nous y sommes?

    .

    J'aime

    • Colibri, oui, mais n’oublions pas que le philosophe radical-socialiste Emile Chartier (de son vrai nom) a été un pacifiste et un traître pendant la seconde guerre mondiale.
      MT

      J'aime

    • Colibri dit :

      Oui je sais et je dirais aussi qu’il était « prisonnier » de ses convictions et sans doute diminué par son avc. La vieillesse est parfois un naufrage. 😦

      J'aime

  6. Ping : Barbarie et lâcheté françaises | Raimanet

  7. E. Marquet dit :

    Parents ou Grands-Parents ayant des jeunes en fac ne peuvent qu’être désolés de voir ce qui se passe actuellement, et la démission des pouvoirs publics face à la violence d’une minorité épaulée par des syndicats bien connus, et les partis de gauche qui n’ont jamais leur deuil du grand soir et des lendemains qui chantent.
    La jeunesse qui s’investit dans son travail scolaire, est prise en otage par celle qui s’imagine qu’on peut tout obtenir sans s’investir, et que le refus de la sėlection, ou la discrimination positive, résoudra leurs problèmes. Ils ne réalisent donc pas que la sélection de toute façon aura lieu, mème si on la retarde.
    On sait que la jeunesse est irréfléchie, s’imaginant toujours que le monde commence avec elle. Mais il est déplorable que les adultes en charge de cette jeunesse, se détourne de leurs responsabilités.
    Un Président d’Université n’a donc aucun pouvoir pour assurer la protection de ses étudiants et de ses locaux, pour organiser une consultation à vote secret ? Est-ce le rôle des enseignants, ou au moins de certains d’entre eux, de soutenir les trublions au détriment de ceux qui ne viennent pas en fac pour faire de la figuration ?
    Jusques à quand aura-t-on sur nos universités l’emprise de cette gauche communo-trotsko-mao-chaviste.
    Le gouvernement actuel sous ses airs de matadore, recule dès qu’il faut vraiment prendre des responsabilités, soutenu par sa main désarmée, une Justice instrumentalisée.
    Il a reculé pour la ZAD NDDL. Il n’a rien fait face aux casseurs du 1er Mai. Il ne fait rien pour libérer les facs. De quelles autres démissions allons-nous encore être les témoins ?

    J'aime

  8. Niccolo dit :

    Insupportable, ulcérant ! Le sentiment d’impuissance et d’inaction rajoute à notre malaise. On rêve d’arrestations musclées et de sanctions exemplaires. Merci pour ces mots justes qui soulagent quelque peu.

    J'aime

    • Niccolo, hélas, il ne soulage pas les pauvres gars et filles qui ont bossé pendant un an pour sortir de la galère et se retrouvent tout seuls avec leurs larmes. Et je dis cela en connaissance de cause!
      MT

      J'aime

  9. Philippe dit :

    Bonjour à tous, et à toutes,
    Cela me rappelle, la fermeture décrétée par 150 étudiants sur 2000 majorité absolue, lors de la loi Pécresse dans une fac. Ma fille en a fait les frais, les sbires de Bruno Julliard veillaient au grain. Ma fille fut menacée et sa voiture rayée.
    Force est de constater, que dans notre société les minorités ont tous les pouvoirs, ils font ce qu’ils veulent quand ils le veulent. Et pour acheter la paix sociale on « baisse son pantalon ». Par contre on n’hésitera pas d’envoyer des forces de police sur les pompiers qui manifestent ou des infirmières. Manifestations justifiées.
    Ce n’est pas aux minorités d’imposer leur loi, leurs exigences. Quant au crétin qui parle « d’égalitarisme » a-t-il conscience de la signification de ce mot, que signifie ce mot réellement. A-t-il parcouru les livres d’histoire pour voir ce que sont devenues les sociétés qui se voulaient égalitaristes !
    Nous sommes effectivement vers la régression, une société où la médiocrité devient la règle. Nous avons la démonstration que l’état n’est plus légitime, il n’est pas fort. Un état fort est un état garant de la démocratie, de la liberté, capable de dominer les intérêts et les rivalités sinon c’est une menace pour la liberté des individus.
    La démonstration est encore faite que l’état n’est plus légitime, ni ce gouvernement de fantoches.

    J'aime

    • Philippe, c’est ce que je dis toujours, les gens sont prêts à payer des impôts, mais pour un Etat qui fait son boulot de protéger les citoyens et les libertés.
      MT

      J'aime

  10. Doran dit :

    une course à l’abîme. La vague nihiliste ravage tout sur son passage . Il faut aller jusqu’au bout de ce système « républicain et démocratique  » qui désintègre année après année la société française et qui détruit consciemment la Nation… Au bout la barbarie, la violence .. La révolution culturelle est « en marche » . Il faut tout détruire . Tout avec la bénédiction des institutions étatiques…..

    J'aime

    • Doran, vous êtes dans l’erreur (de mon point de vue), le problème n’est pas le système républicain et démocratique, mais bien au contraire sa trahison au profit du despotisme de la vanité.
      MT

      J'aime

  11. Gérard Bayon dit :

    Bonjour à toutes et à tous,
    J’entendais ce matin un représentant des étudiants qui bloquent les centres d’examen affirmer qu’il avait « pour la première fois l’impression de lutter pour une cause juste : l’égalitarisme ! ».
    Parions que ce petit crétin écervelé et fainéant finira dans quelques mois et provisoirement, puisque le métier va disparaître, derrière une caisse d’un supermarché à se morfondre de ses âneries.
    Le pire dans cette affaire est qu’encore une fois, par lâcheté, par pusillanimité, J.M. Blanquer, F. Vidal et G. Collomb laissent faire sans réagir ni empêcher l’occupation des universités et centres d’examens par une infime minorité d’étudiants et autres adultes imbéciles et violents qui en plus d’empêcher l’organisation des examens, dégradent volontairement les locaux sans aucune conséquence judiciaire et financière pour eux puisqu’encore une fois ce seront les impôts des contribuables qui serviront à leur remise en état.
    Que dire de la présence d’un député des insoumis parmi ces bloqueurs ? Quelle légitimité a-t-il pour soutenir ces potaches insensés ?
    Et si les étudiants, les vrais, ceux qui travaillent ardemment pour obtenir leur diplôme et qui sont agressés physiquement et verbalement par ces neuneus incultes réagissaient et demandaient massivement au gouvernement d’assurer leur sécurité et le fonctionnement normal de leurs universités et écoles, on verrait bien si la veulerie ambiante gouvernementale est la seule réponse au bon droit.
    Qu’attend également le 1er ministre pour affirmer haut et fort devant l’assemblée Nationale que la réforme des universités ne sera pas remise en cause et que toutes les mesures de sécurité seront prises localement pour que les examens prévus soient organisés dans de bonnes conditions ?
    Puisque l’Etat est si faible, peut-être faut-il s’attendre à voir dans quelques semaines le blocage des épreuves du bac par ces mêmes sinoques !

    J'aime

  12. Jacques Daniel DELAIRE dit :

    Nous sommes dans une société d’hypocrites et de décalés, où pour une parole déplacée on en fait tout un plat, voir on va jusqu’aux tribunaux, alors que pour des faits gravissimes comme d’empêcher par la force des étudiants à passer leurs examens, les « biens pensants » s’en fichent !De plus l’état qui se veut lisse comme une savonnette mouillée ne remplit plus son rôle…! Ce pays est décadent, l’ordre républicain n’existe plus !

    J'aime

  13. Je partage totalement cette analyse . La responsabilité incombe en premier lieu à la lâcheté des responsables politiques. Le 8 mai sous l’Arc de Triomphe, E. Macron a invité un porte drapeau qui lui demandait d’être ferme vis à vis de ces agitateurs délinquants, à le regarder: «  Regardez moi, je ne commenterai pas. »
    Alors je regarde.
    Et que vois je? Des étudiants empêchés de passer leurs examens, NDDL toujours occupée , les blacbock du 1 mai relâchés avec les excuses des magistrats et de la presse.
    Et en même temps les thuriféraires macroneux se déchaînent pour anesthésier les français.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s