Avenir de l’opposition républicaine (et de la France)

Voici mes réponses, données à l’occasion d’un entretien croisé avec M. Bruno Jeudy, pour le site Atlantico, concernant l’avenir de l’opposition républicaine – et de la France. Il me semble qu’une course contre la montre s’engage en ce moment. Je doute fort des chances d’un remake de 2017 en 2022. Le modèle du pouvoir en place est extrêmement fragile et précaire. Le pari sur l’image médiatique sublimée, déconnectée de toute base solide dans le pays (élus locaux, parti, France profonde) conduit probablement, en cinq ans, à l’impopularité, à l’usure et au rejet viscéral. Pire: rien ne permet de penser que les grands problèmes du pays (écrasement fiscal, dette publique, communautarisme, immigration illégale, violence, déclin scolaire, pauvreté, chômage de masse) seraient en voie de règlement ou d’amélioration. Il est donc impératif que l’opposition républicaine parvienne à s’organiser en rejetant toute tentation narcissique – qui la conduirait à son tour à l’abîme –  et en se fondant sur le débat d’idées et l’intérêt général du pays. Rien ne serait plus insupportable de bêtise que de vouloir se donner aujourd’hui un candidat à la présidence de la République, qui sera exposé à la vindicte médiatique, à un désastre inévitable, alors que l’expérience montre que la victoire à l’ élection présidentielle se dessine toujours au dernier moment. Et si l’opposition républicaine ne parvient pas à se mettre au travail, et à en donner le sentiment, empêtrée dans ses haines intestines et ivresses de soi, nous aurons en 2022 l’aventure, le chaos, le déchirement et la destruction du pays. La responsabilité qui pèse sur les épaules de l’opposition républicaine, dès aujourd’hui, est colossale.

Maxime TANDONNET

Le parti de Laurent Wauquiez est depuis plusieurs mois dans une situation délicate. Divergences internes, manque de leadership, sondages catastrophiques (Laurent Wauquiez est à 8% dans un sondage Ifop du 18 avril). Quelles conséquences entraîne ce « décrochage » en interne ? Comment un parti comme LR peut-il affronter cette déroute ?

Les causes de cette situation difficile sont multiples. D’abord, elle tiennent au retrait d’une génération de personnalités politique de LR qui n’a pas été remplacée: Nicolas Sarkozy, François Fillon, Alain Juppé… Le vide se fait cruellement sentir. Ensuite, LR subit la conséquence de la recomposition politique. Le président Macron et LREM occupent une place centrale sur l’échiquier politique, à l’image des radicaux-socialistes de jadis, qui séduit la moitié des sympathisants du parti socialiste et la moitié de ceux des Républicains. L’espace de l’équipe dirigeante LR est donc fortement retréci. Entre LREM et le FN, la marge est étroite. Enfin, le plus grave et le plus déterminant tient à l’antipathie des médias envers Laurent Wauquiez. Après une prestation réussie à l’Emission politique en début d’année, le chef des LR a été éreinté, lapidé à la suite de l’enregistrement clandestin de son cours à l’école de commerce de Lyon et de propos tenus en privé. L’occasion était trop belle et nous avons assisté à un lynchage médiatique en bonne et due forme…Passage à tabac, puis effondrement dans les sondages: son compte était bon… Ce décrochage prive LR d’une dynamique interne. Une équipe interne a été désignée pour préparer le « projet », mais pour l’instant, le mouvement est inaudible. Nous ne ressentons aucun effet collectif de mobilisation ou rassemblement autour du leader. Les dirigeants de LR semblent dans l’attentisme et le scepticisme. Le mouvement est pour l’instant privé d’unité, de volonté, d’espérance, « d’envie », comme disait Sarkozy. Oui, il ne faut pas se voiler la face, l’équation politique est extrêmement compliquée.

Quelles sont les répercussions possibles à court terme et à plus long terme sur la vie de ce parti? Notamment dans la perspective des élections municipales, puis européennes ?

LR a des atouts importants en profondeur. Les valeurs du camp des républicains, que LR devrait porter, relatives à l’autorité de l’Etat, la maîtrise de l’immigration, la réduction des impôts et de la dette publique, le renouveau de l’école, la lutte contre le communautarisme, sont largement majoritaires dans le pays. Son implantation locale dans les régions, les départements, les communes, reste significative. La position de force du pouvoir macronien et de LREM est fragile. Elle tient à une étrange sublimation médiatique à la radio et à la télévision, à une conjoncture économique internationale favorable, au relatif succès d’un discours autour de « la transformation du pays », qui de fait, relève en grande partie de la mystification. Malgré ce contexte avantageux, les sondages sont en réalité très mitigés pour le pouvoir en place. Bref, les dirigeants actuels sont eux aussi dans une situation de fragilité. Ils misent sur une image providentielle, ultra médiatisée, au risque d’un basculement et d’un rejet viscéral qui peut se produire à tout moment avec l’usure du pouvoir, la lassitude, l’absence de résultats. La question est de savoir si les LR seront alors présents pour offrir une solution d’alternance crédible aux Français. Il serait absolument suicidaire pour LR de vouloir imiter le succès de M. Macron en cherchant une idole à lui opposer. Les Français, écoeurés par le système du « sauveur providentiel », n’y croiront plus. En outre, les médias ne laisseront pas faire et se déchaîneront une fois de plus contre toute tête susceptible d’émerger du lot. LR doit jouer sur une toute autre carte: non à la guerre des chefs, non à la fuite dans le narcissisme, mais oui à la relance du débat d’idées. LR doit opposer au culte de la personnalité une culture de l’intérêt général, de la vérité, et du bien commun. Pourquoi ne pas réunir ses parlementaires, ses élus régionaux, départementaux et des grandes communes, ses intellectuels, pour mettre en place un parlement de l’alternance? Bref, jouer la République contre l’idolâtrie. Les Français attendent un message de rassemblement et d’unité… Le temps des candidatures viendra, mais avant, il faut reconstruire les fondements de la maison et une crédibilité au service de la France.

Publicités

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

32 commentaires pour Avenir de l’opposition républicaine (et de la France)

  1. anna FJK dit :

    Très cher Maxime,

    je vous laisse mon commentaire d’ex-électeur UMP, ne pouvant le faire sur Atlantico (n’étant pas abonné). Votre analyse, comme toujours, est extrêmement pertinente, (bien plus selon moi que celle de B. Jeudy). Soyez en remercié. Vous pointez exactement les atouts et faiblesses de LR et de Wauquiez, et surtout l’immense potentiel de voix qui dort depuis des années sous des idées que vous listez fort bien : le régalien, la maîtrise de l’immigration, l’école, etc…
    La raison pour laquelle je ne voterai pas Wauquiez ni LR est la suivante : même si son émission politique fut effectivement excellente, et m’avait – je le confesse – « ramené au bercail » (=LR), les fameux enregistrements « à son insu » ont montré que Wauquiez était un… « petit mec » (c’est la façon la plus polie que j’ai trouvé pour le dire) sans envergure. Or, et c’est là le point important, j’ai déjà été trompé par Sarkozy (qui n’a rien fait pour juguler l’immigration), par Fillon (qui – même si bien-sûr les médias, la gauche et les juges s’en sont donné à coeur joie – n’en demeure pas moins quelqu’un qui s’est « goinfré » pendant plus de 10 ans sur le système : épouse confessant n’ayant « jamais travaillé pour son mari », revue des deux mondes, costumes, etc…)… je n’ai pas l’intention de me refaire avoir par Wauquiez.
    Un proverbe (arabe, je crois) dit que l’on peut se faire avoir une fois, deux à la limite, mais pas trois. Je n’ai pas l’intention de me faire avoir par Wauquiez. J’ai déjà donné ma confiance 2 fois. On ne m’y reprendra plus. Jamais.
    L’unique chose qui pourrait éventuellement me faire envisager de peut-être reconsidérer ma position sur cette personne (et sur LR) serait s’il organisait VRAIMENT ce référendum sur l’immigration. Il en a les moyens (185 parlementaires, il les a + 4 millions de français, il les aura)… mais il n’en fera rien, car LR-UMP nous a habitué depuis 30 ans au moins au verbiage creux, aux promesses vides, et pour le dire simplement à la lâcheté politique la plus totale, qui rappelle la fin des années 30.
    Je considère – et l’Histoire me donnera raison, vous le savez – que cette génération politique « Chirac-Juppé-Sarko-Fillon-Wauquiez » a tué mon pays, et je leur en veux plus qu’à la gauche, stupide mais sincère.
    A bon entendeur….

    J'aime

  2. Colibri dit :

    Je perçois la situation présente de la manière suivante: il y a des électrices et des électeurs qui ne veulent pas voter Marine Le Pen, et cela de la gauche à la droite. Il y a des électrices et des électeurs qui ne veulent pas voter Mélanchon, et cela de la droite à la gauche. Il y a aussi des électrices, des électeurs de droite qui ne veulent plus de l’UMP et des Républicains. Il y a des électrices et des électeurs de gauche qui ne veulent plus du PS, de la droite UMP, LR, Le Pen. Je ne crois pas pour le moment à une nouvelle union de la gauche et à un nouveau programme commun de la gauche. Je lis le désir parfois à droite d’un programme commun de la droite. Copier les primaires de la gauche n’a pas trop réussi à la droite. Copier l’idée d’un programme commun de la droite je ne sais pas si ça peut le faire. Beaucoup de personnes sont insatisfaites d’Emmanuel Macron mais pour le moment il ne se dessine pas d’alternance et d’opposition à sa personne et à sa politique. L’environnement international n’est pas très rassurant non plus. Je ne sais donc pas où nous allons mais nous y allons…

    J'aime

  3. Jacques Daniel DELAIRE dit :

    LR, mais aussi la « droite soumise » n’ont plus guère d’idées ! Cette fracture entre les « soumis, les compatibles et les irréductibles du camp Wauquiez, ont détruit la lisibilité de la droite républicaine ! Il serait temps que la jeune équipe de Wauquiez se réveille et prépare les arguments de la future campagne des européennes ! D’autant que la décision de Trump devrait les faire réagir, car notre économie et nos industries dépendantes vont souffrir !

    J'aime

  4. De Vos Alain dit :

    Comme vous le voyez bien Laurent Wauquiez avait fait une belle prestation télévisée globalement mais en peu de temps, il a annulé son capital lors de son passage dans une école. Il lui a fallu venir devant les médias pour s’expliquer. C’est toujours plus difficile de remonter une pente. Et c’est difficile de bâtir de nouveau car les médias lui serviront quand ils le jugeront utile.C’est pourquoi cette séquence à l’école était inutile. Vraiment inutile.
    Comme il détient la présidence son absence de crédit retombe sur l’ensemble. Et toute l’énergie que vont mettre les adhérents, les élus sera certainement vain. C’est vraiment dommage d’avoir dilapidé le peu de capital.
    Inaudible et invisible, voilà ce qui se passe. Il faut laisser aux lieutenants les attaques sur tout le front et au président de porter des propositions (sur des sujets qui ne sont pas à la marge) sur des sujets très importants : la construction européenne, l’éradication du chômage, le retour de l’investissement, une imposition équitable, une école soucieuse de la formation de la connaissance et du devenir de ses enfants, le traitement de l’intégration et de l’assimilation des personnes étrangères, la culture, la sécurité sociale et la santé, la sécurité.
    Prendre un mégaphone et rappeler le danger porté par les extrémistes de tout bord. Mais avec des arguments.
    En région et en département, à part ce qu’on lit sur le site LR il ne se passe rien.Rien de fort.
    Il est temps de se faire entendre de belle façon avec des arguments de poids.
    La reconquête, la reconstruction passe par ce chemin : présence, humilité, force.

    J'aime

  5. Georges dit :

    Dès 1978 Régis Debray a conclu que mai 68 fut une révolution du narcissisme et nous en subissons encore les effets.Cette période où tout était à jeter fut le début de la fin de l’Europe mais ceux qui en tirèrent bénéfice tiennent depuis lors le monde intellectuel et médiatique donc politique .La chanson française à l’eurovision ,le discours de l’acteur au festival de Cannes sont des exemples de cette connotation gauchiste boboiste bien-pensante.Ajoutez une pincée d’associatif subventionné par ceux cités plus haut et toute la société est muselée.L’Europe ,ce machin artificiel,accentuera le déclin en ouvrant ses portes au pillage et le républicanisme aura du mal à renaître de ses cendres.

    J'aime

  6. Philippe dit :

    Bonjour Maxime, Bonjour à tous et à toutes
    « Pourquoi ne pas réunir ses parlementaires, ses élus régionaux, départementaux et des grandes communes, ses intellectuels, pour mettre en place un parlement de l’alternance? »
    C’est exactement ce que je disais à mon frère maire d’un petit village, nous étions avec des conseillers départementaux. Pour nous c’est la meilleure option possible.
    Vous dîtes : « La position de force du pouvoir macronien et de LREM est fragile. » c’est une vérité.
    Un des conseillers départementaux me l’affirmait et notamment au sein du parti REM. Le député REM de sa circonscription déchante, il n’a aucune marge de manœuvre. Les députés REM doivent filer droit, les initiatives personnelles sont bannies, si elles n’ont pas eu l’accord du groupe. Délations, menaces, intimidations sont la règle. Richard Ferrand et ses sbires leur mettent une pression. Ce député lui confiait qu’il devait se méfier de tout le monde, le moindre mot, la moindre phrase sont tout de suite répétés voir déformés. Les recadrages sont fréquents avec menace d’être exclu des LREM.
    Ce qui est choquant Maxime, c’est le silence des médias, ils ne condamnent pas et ne s’offusquent pas de ces agissements. C’est une atteinte à la démocratie et à la souveraineté du peuple.
    De plus, la majorité de ces députés REM n’ont donc pas de convictions, n’ont pas de patrie, ils sont dans l’asservissement le plus total, et bafouent les valeurs de La République. Ils ne sont pas dignes de l’écharpe qu’ils portent sur l’épaule. Eux aussi sont de vulgaires politicards d’opérette carriéristes.
    Maintenant en ce qui concerne LR tant que des chefaillons, sans envergures jouerons à qui veut « la cape de Zorro », nous n’en sortirons pas. Wauquiez, comme les autres n’ont pas l’envergure, ni l’intelligence pour rentrer dans le vrai débat d’idées. Ils n’ont pas l’étoffe des chefs, des vrais chefs.

    J'aime

  7. François Martini dit :

    « Les Français, écoeurés par le système du « sauveur providentiel », n’y croiront plus. »

    Bien que je sois d’accord avec votre exposé, sur ce point de détail, votre opinion me paraît bien improbable ! L’homme providentiel est une passion française qui doit remonter, si je ne m’abuse, à Clovis…

    J'aime

  8. Mildred dit :

    Monsieur Tandonnet,
    Où avez-vous vu une opposition républicaine à Macron ? Une partie des LR est chez Macron et chante ses louanges autant que faire se peut. Tandis que les autres se taisent tout en continuant à régler leurs comptes en interne.
    Pour ce qui est de l’électorat LR, la plupart a voté pour Macron au moins au second tour et, ma foi, en est assez satisfaite. Ceux des électeurs qui ne le sont pas, rejoindront l’opposition d’une droite patriote, unie sans doute à Marine Le Pen, dont Wauquiez s’est déjà exclu à l’avance. Il ne restera plus aux autres qu’à aller grossir les rangs des abstentionnistes qui sont en constante progression d’élection en élection.

    J'aime

    • Mildred, voyez dans le Figaro de ce matin (numérique), l’excellente interview de mon ami Bruno Retailleau!
      MT

      J'aime

    • Jacques Daniel DELAIRE dit :

      Comme beaucoup je me suis abstenu au second tour ! C’est parmi les électeurs comme moi que Wauquiez à un réservoir de sympathisants et militants !

      J'aime

    • Mildred dit :

      Monsieur Tandonnet,
      Si vous ne mettez pas vous-même en ligne, « l’excellente interview » de votre « ami Bruno Retailleau », il n’y a pas la moindre chance que je puisse la lire. En revanche je retourne souvent au livre de son ancien patron, Philippe de Villiers, pour essayer de comprendre ce qui est arrivé à la France.
      Dès l’introduction de « Le moment est venu de dire ce que j’ai vu, Villiers nous met au parfum : « Ceux qui disaient la vérité sont tous partis. Sur la place publique, répandant leur faconde, ne demeurent que les faussaires et ludions médiatiques, à l’avant du décor…
      J’ai vu de mes yeux vu, rougir les fers dont seraient forgées, au fil de leurs échecs, les tromperies à venir de ces liquidateurs qui ont partie liée. J’ai vu s’agiter la crapaudaille… »

      J'aime

  9. Anonyme dit :

    Désolant de médiocrité
    Si ce parti avait un vrai projet, innovant, ambitieux et mobilisateur, ce sont les médias qui viendraient à lui…
    Ils ont beau dos les médias….et même Macron n’y est pour rien.

    J'aime

    • Anonyme, ce n’est pas vrai, les médias savent très bien ce qu’ils veulent et ils feront le nécessaire pour anéantir un projet ou une personnalité qui leur déplaît.
      MT

      J'aime

    • Michelet Jean Louis dit :

      On ne peut ignorer les médias, c’est entendu mais il est trop facile de leur faire « porter le chapeau »
      Pensez-vous qu’on déplace les foules avec les dernières propositions des deux Chefs LR ?
      1) pour l’un : sur  » la castration des violeurs »
      2) pour l’autre : sur le suivi budgétaire des JO pour 2024
      Voyez-vous, de mon côté, je verrais une proposition du style :Comment faire pour avoir autant de fils/filles d’ouvriers, d’employés, des classes moyennes dans nos grandes écoles que d’enfants des CSP +et d’enseignants..
      Et il y en aurait tellement à proposer.
      On peut rêver…

      J'aime

  10. Frederic_N dit :

    Au moins vous commencez à vous déciller concernant Wauquiez.! Il est temps, Wauquiez est sans doute le pire dirigeant que pouvaient se donner les Républicains ( encore que je ne connais pas tout le monde !).
     1. Parce que Wauquiez est DE GAUCHE. Il est de gauche parce qu’il adhère totalement à la façon de voir de la gauche, en se disant simplement qu’il va occuper le créneau des électeurs de droite. Un exemple : sa récente proposition sur le viol. La seule position qu’il ait prise au moment où nous subissons la plus grave offensive de l’extrême gauche depuis des années .
    Il le fait pour une raison simple : dans la vision de la gauche, la loi et l’Etat n’ont pas de valeur positive . C’est pourquoi elle ne voit les choses que dans une opposition entre les BONS ( eux) qui sont pour l’éducation et la prévention, et les autres qui sont dans la REPRESSION. Eh bien qu’à cela ne tienne , Wauquiez va en rajouter dans le pur répressif en demandant la castration des violeurs ! Ce qui est contraire au principe même du droit ( qui juge les faits et non pas les gens) , renforce la gauche. Mais il est sur son créneau !
     2. Wauquiez reprend à son compte la pire tradition gaulliste : celle qui substitue les coups d’appareils, les coups bas au débat interne et la lutte contre l’adversaire commun. Et cela me rappelle Chirac qui fait voter l’appareil gaulliste pour Mitterrand contre Giscard
    Un exemple ? Le gouvernement est en butte à l’alliance entre l’extrême gauche et les médias bien pensants ( mais où avez-vous vu que les médias soutenaient Macron ? Vous n’écoutez pas la radio publique ? ) . Au lieu de soutenir Macron il se tait et espère que Macron va se planter.
    Pas un mot contre l’extrême gauche . Rien. En France on dit « qui ne dit mot consent »
    A –t-on vu la droite proposer une manifestation de protestation contre les casseurs ?
    De telles attitudes sont catastrophiques . Et je prie pour que vous vous en rendiez compte.
    En fait il y a une chose que ni vous ni M Wauquiez ne comprenez , c’est qu’en soutenant Macron quand il est butte à l’extrême gauche ; en l’aidant concrètement à se débarrasser de la CGT cheminot, vous n’affaiblissez pas la droite , mais au contraire vous renforcez sa position. Parce que le message que vous envoyez aux français est le suivant : le maintien de l’ordre Républicain est possible ! On peut empêcher concrètement l’extrême gauche de nuire dans les facultés ou dans la rue sans attenter à la démocratie. Car voyez vous, les Français en doutent et c’est pour cela qu’une partie ne vote pas à droite… Par contre en cherchant à affaiblir Macron , vous affaiblissez la droite , vous donnez raison à Mélenchon. C’est cela qu’il faut faire : soutenir sans réserve le gouvernement quand il va ne serait qu’un centimètre dans la bonne direction. Et en être solidaire quand la gauche le combat –
    Je termine par un exemple qui m’a fait mal au ventre . L’Uni vient de réussir un coup très important. Elle a réussi à forcer la main au doyen du Mirail Toulouse qui a été obligé légalement de faire évacuer la faculté ( car en réalité il faisait tout pour qu’on laisse les bloqueurs au pouvoir, il l’a même avoué) . Et cela s’est fait sans heurt, certains médias étant même obligés de décrire la réalité C’est un exploit et c’est une des premières victoires qu’ait remporté l’Uni sur les gauchistes depuis 40 ans.
    Que je sache l’Uni a besoin de soutien politique. Car je ne vous dis pas le nombre de ses militants qu’on cherche aujourd’hui à réduire au silence. Logiquement tous les Républicains devraient être vent debout, protéger les étudiants de droite, ils devraient réclamer que le syndicat étudiant Fage – majoritaire – soit reçu par le gouvernement . Bref, ils devraient faire le siège des médias C’est cela concrètement mener une politique d’intérêt général
    Seulement voilà : dans l’idéologie des républicains, comme dans celle des souverainistes cela serait perçu comme un soutien à Macron. Alors on se tait , et on laisse faire les gauchistes

    J'aime

    • FrédéricN, « Wauquiez est de gauche (?] » vous dites des sottises, dans le vertige de votre éblouissement pour le personnage Macron depuis votre spectaculaire retournement de veste (vous étiez pour Fillon avant sur ce blog).
      MT

      J'aime

    • Jacques Daniel DELAIRE dit :

      Ouf Frederic N, vous avez une drôle de vision de la droite et de la gauche et votre perception de Wauquiez est étonnante !

      J'aime

  11. E. Marquet dit :

    LR n’a aucune marge de manoeuvre. Macron occupe la place, il est machiavélique, il est sur tous les terrains à la fois. Wauquiez du coup est inaudible. Comment d’ailleurs lui en vouloir, bien malin qui pourrait dire ce qu’il faut faire. LR doit se réinventer, c’est un gros travail, çà demandera du temps, de la patience et des I-D-É-E-S. En même temps il ne peut s’enfoncer dans le silence, au risque de disparaître complètement. Du coup à chaque fois que Wauquiez tente de s’opposer, il le fait sur des points insignifiants qui ne mériteraient même pas qu’on sy attarde. Et c’est le fiasco garanti.
    Mais qui sait, Macron travaille peut-être pour lui. Les mêmes causes ayant les mêmes effets, en lisant ces jours-ci les mémoires de Charles de Rémusat, je m’amusais de certaines réflexions dans sa relation de la révolution de Juillet 1830 :
    « Pour peu que l’on vive dans les salons, on a une disposition et une facilité singulières à ne se douter de rien de ce qui arrive au public »
    « Le peuple qui ne lit pas l’histoire n’a pas besoin de souvenirs pour improviser ce que lui suggèrent l’instinct et la nécessité »
    Ou Carrel disant :
    « Ce qui est sûr c’est qu’il y a du mouvement. Les passions sont assez excitées pour qu’on en vienne aux coups. Nous ne pouvons l’empêcher. Pour moi je ne suis pas fâché que le gouvernement soit forcé à des rigueurs qui laisseront des souvenirs terribles et le rendront inconciliable avec le peuple ».
    Qui profitera aujourd’hui des résultats de la politique menée par Macron et son équipe ?

    J'aime

  12. Toute tête de droite qui émerge prématurément sera forcément la cible des médias et des juges. Seul le débat d’idées peut sauver la droite mais il faut à la fois être simple et fortement argumenté. La simplicité c’est de se focaliser sur les deux sujets qui comptent et qui sont la protection de l’identité occidentale et la libération des forces productives. Sur l’identité il faut dire franchement que l’on ne veut pas que l’Europe se dilue dans l’Afrique et qu’il faut donc soit maitriser vraiment les frontières de l’Europe, soit se résoudre à l’épreuve de force avec Bruxelles pour maitriser les seules frontières de la France. Sur les forces productives, il faut expliquer sans cesse que le niveau de vie général ne pourra s’élever que si on laisse vivre les entrepreneurs imaginatifs. Macron a la réputation usurpée d’un libéral alors que ni le poids des impôts ni l’interventionnisme de l’état ne diminuent. La droite doit expliquer que l’économie administrée (directement, par des actions mixtes ou par une sur réglementation) est inefficace. Il ne suffit pas de mettre quelques pour cent de taxes en plus d’un coté et quelques pour cent en moins d’un autre pour changer la situation. Ce qu’il faut c’est la réduction du poids de l’état tant par la dépense publique que par l’intervention sur tout.
    Si la droite ne se décide pas à mettre franchement ces sujets au cœur du débat elle est condamnée.

    J'aime

  13. Janus dit :

    En un mot, il faut non plus combiner, mais TRAVAILLER ! Je suis d’accord avec votre analyse , mais tout aussi perplexe quant aux capacités des pitres piètres dirigeants actuels des républicains

    J'aime

  14. Gérard Bayon dit :

    Bonjour à toutes et à tous,
    Analyse parfaitement claire et lucide de la situation dramatique notamment chez LR.
    Voilà bien longtemps que nous sommes un certain nombre à réclamer, en vain, que LR lance des débats d’idées, ce ne sont pourtant pas les sujets qui manquent !
    Mais tant que qu’un arbitre non contesté ne sifflera pas la fin de la récré dans cette pétaudière il est à craindre que rien ne change et que les chefaillons continueront encore longtemps à se quereller pour le grand bien de Jupiter et des médias.
    Il y a des fois où je me demande à quoi servent tant de têtes bien faites pour des résultats si minables.

    J'aime

  15. michel43 dit :

    LR a encore quatre ans ,et au final ,les droites doivent se rassembler pour battre Macron, c »est ce que veut les adhérents et sympathisants de droite , avant ,il va y avoir les élections Européenne ,la encore il faut un front des droites ,Wauquiez doit choisir son camps ,de toute façons ,les électeurs, le feront pour lui, ,le peuple de FRANCE ne veut pas de cette Europe la ,,remercions encore Sarkozy ,un président dictateur ,qui na pas aimer ce NON du référendum,il s’est assis dessus ,comme pour Mayotte ,et désormais lèche les botes a Macron ,priorité pour le vote des Européenne ,et après ,nous verrons bien ,LR décimer ,il va falloir donc des alliances ,puisque les centristes ,on préférer Macron

    J'aime

  16. drazig dit :

    Laissez mourir en paix le LR de même que le PS, et passez aux choses sérieuses.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s