Réflexion sur l’avenir de l’opposition républicaine

Ci-dessous mon dernier entretien pour le site Atlantico, avec M. René Gérard Slama, au sujet de l’avenir de l’opposition républicaine. 

  • Avantage de fait comparativement au PS, les LR disposent désormais d’un chef en la personne de Laurent Wauquiez. Cependant, selon un sondage datant du mois de décembre dernier seuls 12% des Français feraient le choix des LR pour les élections européennes de 2019. La droite est elle en panne d’idées ? A-t-elle encore quelque-chose à dire pour éviter une défaite électorale qui pourrait l’entraîne à la 4e voire à la 5e place des formations politiques lors de ces scrutin ? 

Pour l’instant, ce n’est pas tellement une affaire d’idées, mais d’image. Le débat d’idées n’existe pas. L’équipe au pouvoir n’a pas spécialement d’idées nouvelles, elle met plus ou moins en œuvre les slogans de campagne présidentielle par exemple sur la taxe d’habitation, la CSG ou l’impôt sur la fortune immobilière. Si, dans les sondages, LREM semble avoir toujours le vent en poupe, c’est parce qu’il est encore sur sa lancée de 2017. Le parti incarne toujours aux yeux de beaucoup de Français le nouveau monde face à l’ancien, le renouvellement, la jeunesse et la modernité. Sur les institutions, la démocratie française, la sécurité, l’école, l’immigration, l’Europe, l’économie, le social, les impôts, l’international, il ne propose pas d’idée nouvelle et originale par rapport aux gouvernements précédents. Mais l’image reste plutôt bonne. Elle bénéficie d’un contexte international de croissance et d’optimisme qui est très favorable. Cette relative réussite est surtout fondée sur une double illusion de modernité et d’autorité. Sur le chômage, la désindustrialisation, les prélèvements obligatoires, la dette publique, la violence, les zones de non droit, la liberté d’entreprendre, la maîtrise des frontières, par-delà les coups de menton et les gesticulations, aucune décision ne permet d’espérer une substantielle amélioration. Pour l’instant, la posture triomphe. Dès lors la droite souffre pour l’instant, par rapport à LERM, d’un déficit d’image. Les idées n’ont plus grand rapport avec la politique française, devenue un grand spectacle, un show médiatique et une manipulation de grande ampleur de l’opinion. L’opposition républicaine ne s’en sortira pas, aussi longtemps que la belle illusion va perdurer. Sa mission est triple aujourd’hui : faire prendre conscience aux Français de la réalité, se donner une nouvelle image qui inspire la confiance et enfin, essayer justement de recentrer la vie politique sur le débat d’idées et non plus la posture. Le défi est colossal…

2- Emmanuel Macron parvient peu à peu à gagner des points chez les électeurs de droite, provoquant ainsi une tentation de durcissement du discours à droite, et dont les bénéfices peinent à se faire ressentir auprès de l’électorat. N’est ce pas justement cette attitude de réaction qui pénalise les LR ?

Sur le plan de l’image, puisque c’est cela qui compte avant tout aujourd’hui, c’est tout à fait vrai. L’opinion publique dans sa majorité, n’acceptera jamais une image de droite dure, cassante, autoritaire, radicalisée. Dans la France moderne, on ne peut pas gagner une élection en donnant une image brutale. L’opinion publique est d’une complexité inouïe. Elle veut l’autorité, enrobée dans la douceur, autrement dit une main de fer dans un gant de velours. L’esprit sectaire n’a jamais gagné une élection et les Français ont soif d’unité… La nouvelle équipe de LR n’a pas encore trouvé le ton juste en termes d’image.  M. Wauquiez et son équipe ont pour l’instant une image qui plaît beaucoup aux militants mais qui ne semble pas avoir encore convaincu l’opinion dans son ensemble. La priorité absolue est de la corriger en l’orientant sur l’unité, l’ouverture, le collectif et le dialogue. En revanche, sur le fond de la politique, il est du premier devoir des LR de s’opposer clairement au gouvernement actuel. Justement, l’enjeu aujourd’hui est de dénoncer l’illusion d’un « nouveau monde » qui aurait remplacé l’ancien. Le rôle de l’opposition démocratique est de proposer aujourd’hui une profonde révolution de la politique française. Il faut en finir avec le culte de la posture, de l’image et du « je » nihiliste. L’opposition républicaine doit replacer le débat d’idées, l’intérêt général, et le destin national au premier plan de la politique. Quel est l’avenir d’une Europe en pleine désintégration avec le Brexit, les crises polonaise, espagnole, autrichienne ? Comment concilier les démocraties nationales et la solidarité européenne face au chaos planétaire  ? Que faire face à la montée de l’insécurité et la crise de l’autorité de l’Etat, face aux zones de non droit, aux zadistes, à la montée de la violence notamment contre les policiers ? Comment réduire drastiquement les prélèvements obligatoires  et la dette publique ? Comment sauver le système scolaire, réhabiliter les savoirs fondamentaux, pas seulement dans le discours, mais dans la réalité ? Quelles réponses à apporter sur la question de l’unité nationale face au communautarisme, à l’islamisme radical, la maîtrise des frontières ?  Il faut parler et débattre de ces sujets sans peur ni tabou en vue de forger une ligne réaliste et républicaine.

3- De nombreux politologues ont pu faire le constat, au sein des démocraties libérales, de la disparition progressive de la social-démocratie. Si la case vide de l’échiquier politique actuel correspond à celle de la social-démocratie, la droite ne risque-t-elle pas son existence même face à la percée de LREM ?

Le risque existe en effet. Mais c’est à l’opposition républicaine de se resituer dans un nouveau contexte. Si le débat libéralisme/sociale démocratie est dépassé, il faut s’adapter aux circonstances nouvelles. Le véritable clivage qui se présente aujourd’hui est entre la politique spectacle et la politique des réalités. LR ne doit pas cesser de dénoncer les dérives de la politique actuelles dans le culte de l’image, les paroles, le narcissisme. Et surtout, pour exister, LR doit repenser de fond en comble la politique française. Ce qui est en cause aujourd’hui, dans l’aveuglement et l’indifférence générale, c’est un certain modèle politique fondé sur le présidentialisme à outrance, cette idée que l’essence du pouvoir se concentre dans l’image médiatique d’un seul homme au détriment de tout le reste, le gouvernement, le parlement, les collectivités locales, la nation. Cette idée est profondément illusoire. Le culte médiatique du « chef providentiel » sert à dissimuler l’affaiblissement de l’autorité de l’Etat, son impuissance et son renoncement à traiter les problèmes de fond. LR doit fonder son renouveau sur la sortie du schéma de l’ultra narcissisme ou culte de la personnalité, et le retour à la politique en tant qu’action au seul service du bien commun. LR doit lancer une réflexion sur la reconquête de la démocratie française. Comment restaurer la notion de gouvernement, de choix de société, de décision publique ? Quelle place pour le gouvernement et le Parlement en tant que détenteur de la souveraineté ? Quelle place pour la Nation à travers la démocratie directe (le référendum) et la démocratie locale, la liberté communale ? Il est fort probable que d’ici, 2022, les masques vont tomber et le pouvoir actuel, fondé sur l’image, fera l’objet d’un profond rejet de l’opinion publique. La France aura besoin d’une opposition pour accomplir l’alternance. C’est dès maintenant qu’elle se construit.

Publicités

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

18 commentaires pour Réflexion sur l’avenir de l’opposition républicaine

  1. Philippe dit :

    Bonjour Maxime, Bonjour à tous
    Si vous me le permettez j’aimerai intervenir sur votre blog.
    Je suis sidéré par le lynchage collectif de Catherine Deneuve pour sa tribune sur Le Monde.
    Le niveau de crétinerie atteint des summums.
    Ministre, politique, journaliste homme ou femme, et autres individus, se déchainent. Violence verbale, propos orduriers, tout est permis, le grand lynchage public.
    Le débat d’idées n’a plus court dans notre soi-disant pays des droits de l’homme.
    Le droit de s’expliquer librement vous est interdit. Les inquisiteurs, les Torquemada, la police politique contrôle tout. Une minorité de bien-pensants se considèrent comme la conscience de la morale, et seule détentrice de la vérité et qui ne supporte aucune contradiction et ne veulent pas voir la réalité des faits. Ces gens qui traitent ceux qui ne pensent pas comme eux de racistes, de sexistes, de néo-nazis sont en fait des dictateurs en herbe. L’idéologie, l’angélisme ont toujours menés aux dictatures.
    Désormais, la femme est une victime et l’homme est un vilain prédateur et chasseur.
    Dire à une femme qu’elle est jolie devient du harcèlement. Selon les sondages une femme sur deux est victime de harcèlement etc. Internet est devenu le tribunal populaire où l’on désigne tel ou tel et on le condamne aussitôt, la présomption d’innocence est bafouée, ainsi que le droit pour l’accusé public de se défendre.
    Je connais personnellement une procureure, avec qui je conversais sur l’euphorie ambiante. Elle m’a confié que sur l’ensemble des plaintes suite à l’euphorie de la délation publique, elle instruit avec prudence, car en approfondissant, certaines accusations sont diffamatoires ou de simples vengeances.
    Elle me disait que ce genre de réseaux sociaux sont plus dangereux que bénéfiques pour la défense de la femme et des réelles victimes de prédateurs. Qu’elle haïssait les médias qui s’emparent du moindre « on dit » pour faire le scoop et condamne sans avoir de preuves tangibles. Et d’une magistrature qui varie au grès des vents ou selon les pressions politiques.
    De plus elle-même s’insurge contre le blog « balance ton porc », elle est actuellement sur une affaire de viol et il s’avère que le viol eut lieu dans un lieu public, et que plusieurs personnes et notamment des femmes ont passés leur chemin sans porter aide et assistance à la victime. Les caméras situées sur le lieu le prouvent. Il s’avère malheureusement que face à une agression sexuelle publique les femmes n’interviennent pas plus que les hommes lors de l’agression.
    Mais il est tellement plus facile de lyncher derrière un écran d’ordinateur. Effarent non.
    Je n’entends pas non plus la ministre du droit des femmes, s’inquiéter sur les MGF mutilation génitales féminines qui sont normalement interdites, mais qui sont en augmentation, comme me le disait une de mes adhérentes de mon club ; médecin urgentiste.
    Je n’entends pas non plus ces féministes condamner les films pornos que des gamins de 10 ans regardent sur le net où la femme est traitée comme un objet sexuel, les films pornos des années 70 de Brigitte Lahaie sont à côté des films de bisounours pour nourrissons.
    Je lisais que certains voulaient interdire la belle au bois dormant ou blanche neige car le baiser donné par les princes était non consenti.
    Jusqu’à Carmen de Bizet qui tue Don José. Je pense que l’on va pouvoir supprimer et interdire plusieurs milliers de films où les propos sexistes et machistes sont présents. Interdire les histoires grivoises, sexistes qui existent aussi pour les hommes.
    J’ai vu une association créée dernièrement qui veut éduquer les jeunes garçons sur les bonnes manières vis-à-vis des femmes et il s’avère que seuls les hommes sont violents. Lorsqu’ils ont fait le sujet de la violence par jalousie, seul les hommes la pratique. Pas les femmes ce qui est faux, des femmes jalouses tuent chaque année « le crime passionnel » n’est que masculin. Réducteur non !
    Ne copions pas le puritanisme à l’américaine, pays où les viols en série dans les campus sont légions. Je me méfie des puritains, des grands moralistes. Je dis souvent « Les escrocs me dégoûtent, les grands moralistes et bien-pensants me donnent le frisson. »
    Le vivre ensemble, la bien séance, le comportement des hommes vis-à-vis des femmes ou l’inverse, est d’abord une question d’éducation, d’éducation parentale d’abord.
    Mes parents ont veillé à ce que j’ai cette éducation, que j’ai transmise à mes enfants.
    Par contre, intéressons-nous à autrui de façon efficace. Comme je le dis dans mes cours de droit du travail, qu’il s’agisse du harcèlement sexuelle ou moral, intéressez-vous plus à celui où celle qui ne disent rien, restent prostrés et seuls qu’à ceux ou celles qui crient « au loup ».
    Condamnons avec sévérité, les vrais prédateurs et laissons le dragueur gauche et maladroit.
    Comme toujours en France on ne sait pas faire dans le médian, on va d’un excès à un autre, sous la pression d’une minorité de bien-pensants extrémistes. Confortés par une bande de politicards opportunistes, clientélistes, qui se fichent éperdument de l’intérêt général.
    Aujourd’hui, tout est sujet au lynchage, se déguiser en noir, contredire les bien-pensants, voir la réalité des choses, ne pas céder aux illusions médiatiques, à la propagande politicomédiatique.
    Heureusement que les bûchés et les échafauds n’existent plus. Notre pauvre Catherine Deneuve aurait la tête qui roulerait sur le sol, ou serait brûlée vive, ainsi que les cents qui ont signées la tribune.
    Et nous nous disons un peuple plus évolué et civilisé qu’au temps de l’inquisition, les événements me prouvent chaque jour le contraire.

    J'aime

  2. Hurluberlu dit :

    La société française est atteinte depuis longtemps de schizophrénie: ses bases sont entachées depuis la révolution dirigée par les Jacobins, d’une idéologie d’inspiration bolchevique. Des historiens américains ont mis en évidence cette réalité, laquelle est soigneusement occultée depuis plus de 2 siècles. Depuis très longtemps, les dirigeants ont éludé les conséquences en tout genre de cette orientation d’origine.

    J'aime

  3. Niccolo dit :

    « Pas mieux » semblent dire les LR en regardant E. Macron dire ce qu’il fait et faire ce qu’il dit.
    On ne peut pas leur reprocher cet accès de lucidité après avoir tant palabré, abimé l’image de la droite et perdu l’imperdable. La sortie de l’hibernation sera laborieuse.

    J'aime

  4. Patrick dit :

    Bonjour à tous,
    S’il est vrai que l’image est devenue le vecteur essentiel d’une élection et d’un mode , non plus de gouvernement des hommes, mais de gouvernances des choses, alors le combat d’idée passera malheureusement au second plan lors des élections de 2022. Il n’est qu’ à voir la Bérézina médiatique fillonesque pour comprendre, dorénavant, dans quel type de « démocratie » nous sommes rentrés.
    Si Laurent Wauquiez n’a pas payé une amende pour excès de vitesse, s’il a eu le malheur de dire à une femme : « tu as de beaux yeux, tu sais » ou s’il considère que peut être éventuellement, il n’est pas si sûr que l’immigration soit une cause d’enrichissement de l’Europe, on peut deviner la manière dont s’orientera la campagne électorale …
    Alors oui, il est nécessaire de travailler sur le débat d’idées car c’est le sens même de la démocratie citoyenne tout en sachant que l’élection présidentielle est devenue un « spectacle comme un autre » et où le « jeu » est d’anéantir le candidat de l’opposition en lui décochant tous les « pains » possibles afin qu’il reste groggy.
    Quant aux élections intermédiaires comme les européennes, quel crédit auront-elles quand les dernières élections législatives ont mobilisé moins de la moitié des inscrits …
    Commentaire pas très optimiste qui fait écho à votre article précédent, Maxime Tandonnet.

    J'aime

  5. Jean dit :

    Je pense que vous êtes trop pessimiste (ou aveugle ?) et ne voyez pas les changements apportés par macron. La rupture avec nos vieux politicards (et même moins vieux) est totale. Il semble que ENFIN une multitude de dossiers planqués au fond des tiroirs de nos ministères poussiéreux ressortent enfin !. Combien de fois n’avons-nous pas entendu « qu’il fallait changer telle ou telle chose » sans que rien au bout du compte ne bouge d’un iota ? Education Nationale, Code du travail, Fiscalité, Organisation administrative du pays, Sécurité Sociale, Sécurité tout court. Immigration. Réforme du syndicalisme. Logement. TOUS ces secteurs sont en faillite ou obsolètes depuis des décennies. Il n’y a pas un seul domaine dans ce foutu pays où on a pas 10, 20, voir 30 ans de retard. Et pourtant RIEN ne change ! Alors oui, Macron apporte un souffle nouveau et semble (je dis bien « semble ») avec ses ministres, vouloir s’attaquer RÉELLEMENT à pas mal de réformes. Le Figaro lui-même s’en fait l’écho et pour info je ne regarde plus les infos « made in TV » depuis belle lurette)
    Personne ne peut le nier. Le changement est là. J’y crois, et j’attends la suite.
    Bonne année 2018

    J'aime

    • Jean, merci pour la fraîcheur printanière de votre commentaire, mais si je peux me permettre, je vous invite pour la prochaine fois à ne pas utiliser à la légère des mots qui renvoient au handicap ou à une souffrance (« aveugle », « sourd », « schizophrène », « paranoïaque », « nain » etc), c’est une règle à laquelle je m’astreins et vous suggère à faire de même.
      MT

      J'aime

    • Philippe Dubois dit :

      Bonjour à tous

      @ Jean
      « Personne ne peut le nier. Le changement est là. »
      Ah bon ? je n’avais pas remarqué.
      Le changement pour vous, c’est donc :
      – des impôts qui frappent encore et toujours les classes moyennes et populaires, comme cette abomination de taxe carbone qui va permettre aux gens de payer leur chauffage et leur essence 7 % plus cher
      – des coups de menton et effets d’annonce sur l’immigration illégale en reculant très vite dès qu’une assoce de malfaisants subventionnée avec nos impôts fronce le sourcil
      – des réformettes destinées à avantager la caste qui lui a permis d’accéder au pouvoir
      – un état toujours plus tentaculaire et liberticide.

      Le seule exception : Monsieur Blanquer, qui semble enfin prendre des mesures de bon sens ; j’attends toutefois de sa part le même zèle pour empêcher les fermetures de classes en zone rurale que celui qu’ils déploie pour doubler les CP dans nos banlieues.

      J'aime

    • Vu du Mont dit :

      @jean
      L’illusion est bien là. Il n’y a pas de changement. Le retour à 39 ou 40 h de travail par semaine, là serait le vrai changement. Les ordonnances n’apporteront rien.Education nationale, rien n’est certain car le problème tient dans des classes où des enfants ne souhaitent pas apprendre, pas tous mais beaucoup. En matière d’impôts, ils vont augmenter rien que par la fait de l’augmentation de la CSG et les impôts locaux augmentent. (Si vous êtes mensualisé vous avez déjà reçu les impôts sur le revenus et les impôts locaux on note une augmentation des deux. Donc rien de changer.En matière de sécurité sociale, il n’ y a aucun changement si ce n’est que le déficit s’accroît et que les médicaments sont moins bien remboursés. En matière de sécurité, où peut-on voir un changement? Les actions entreprises par les gouvernements précédents faisaient appel à la loi. Elle est toujours en vigueur et on voit de visu la protection en ville. Rien n’a changé. D’ailleurs il n’y a rien à modifier sur ce sujet. Si ce n’est qu’il faut poursuivre le travail de renseignements.A propos de l’immigration ce sont les lois en vigueur depuis longtemps qui sont à l’oeuvre. En quoi il y aurait un changement? On n’a pas vu de personnes retenues à nos frontières françaises!!! (je précise que je ne suis pas contre l’immigration).Où voit-on une réforme du syndicalisme. Le sujet n’a pas été abordé, la loi gérant ceux-ci n’a pas été modifié. Qu’il y ait un rapport qui se modifie lors des négociations est d’un autre niveau, c’est une acceptation de la part des syndicats. Un exemple illustre leur emprise par exemple chez PImkie).En matière de logement, c’est la législation qui existe depuis fort longtemps qui s’applique. En quoi il y aurait un changement actuel!
      Donc on voit bien que Macron a augmenté la CSG là où Fillon aurait augmenté la TVA.
      Mais cette mesure est une mesure fiscale.Point. Il n’y a pas de réforme fondamentale.
      Ramener l’investissement, créer des entreprises pour réindustrialiser la France. et c’était là le projet de Fillon. Rien en matière de la réduction de la dépense publique qui plombe totalement notre état. Et un taux de chômage à 10% un des plus haut en Europe. La mesure de supprimer l’impôt sur la fortune est faite à moitié alors que Fillon voulait tout supprimé, pour relancer l’investissement.
      Non; nous sommes bien face à l’illusion actuellement. Le projet de Macron est de baisser à 7% le chômage alors qu’il est actuellement de 3% dans d’autres pays européens. Donc c’est un petit objectif et peu ambitieux car les mesures ne sont pas à la hauteur.
      Ce n’est pas parce que la communication est différente que ça change quelque chose.
      Ensuite s’attaquer aux fausses nouvelles n’aura aucun incidence sur nos vies.
      Il faut regarder la réalité en face et s’occuper des vrais sujets. La mesure, c’est la baisse drastique du chômage (disons à 3 ou 4%) qui dira si le pays repart ou pas. Et pour le faire « des pseudo réformes sans issue » n’apportent rien.
      Donc, il s’agit de discerner dans l’ensemble ce qui essentiel de l’accessoire. Ici, actuellement nous sommes dans l’accessoire. Et rien de neuf.

      J'aime

  6. Jean-louis Michelet dit :

    Parti politique recherche idées nouvelles.
    Je ne sais plus si c’est Einstein qui disait qu’inventer, innover, c’est penser à côté …mais ce qui est certain, c’est que la nouvelle équipe dirigeante des LR n’a pas croisé cette pensée …c’est le moins que l’on puisse écrire.
    Au delà des postures, des formules incantatoires, de quelques banderilles adressées au gouvernement ou de lancer une pétition, voyons-nous un réel projet innovant, interrogateur, perturbateur même mais surtout mobilisateur et rassembleur pour cette France qui n’est pas d’en Haut et notamment sa Jeunesse oubliée chez les LR. Bref, un projet du genre de JFK en 1962 qui disait aux américains : Go to the Moon !
    Ce genre de projet « qui fait qu’on fait » des choses extraordinaires avec des hommes ordinaires.
    Ce genre de projet qui transforme la résignation en une réelle espérance, qui fait pétiller les yeux et marcher la tête haute en regardant droit devant et mobilisant les énergies….Mais a t- on jamais vu des idées novatrices sortir de l’ENA…..
    Sans un grand projet fédérateur pour la Nation, les meilleures énergies se perdent et se perdront dans la vacuité du quotidien…ou dans les ambitions personnelles.
    En résumé, revenir aux fondamentaux du Gaullisme.
    A suivre.

    J'aime

    • Jean-louis Michelet dit :

      Président des LR aujourd’hui – « Leader » demain ?
      Permettez-moi de vous relater une histoire bien ancienne et pleine de réflexion.
      C’est l’histoire d’un religieux, au 15ème siècle, qui voyait une foule d’hommes transporter des briques sous le soleil dans un énorme chantier.
      Il demanda à l’un deux ce qu’il faisait. L’homme lui répondit que cela se voyait : qu’il charriait des briques et que c’était épuisant !
      Le religieux posa la question à un autre ouvrier qui répliqua qu’il construisait un mur.
      Un troisième ouvrier, relevant la tête, annonça avec fierté : « Nous bâtissons une cathédrale ! ».
      Ces trois personnes faisaient exactement la même chose, mais leurs perspectives étaient totalement différentes.
      Aujourd’hui, dans cette France qui n’est pas d’en Haut,, cette France des Oubliés, cette France populaire, cette France de Johnny et de tant d’autres, majoritaire sans l’ombre d’un doute, tous ne veulent pas construire des cathédrales mais tous veulent construire « leur quelque chose » pour eux, leur famille, leurs enfants, leur pays, la France et aussi pour l’Europe, notamment chez les jeunes.
      Oui, comment réveiller leur courage et leur énergie parce qu’ils en ont beaucoup, réveiller leurs rêves endormis, réveiller leur espérance disparue, réveiller leurs valeurs, leur culture et leur fierté en berne, réveiller leur sens des responsabilités, réveiller leur sens de l’engagement, réveiller leur envie d’entreprendre et pour d’autres créer et embaucher, réveiller leur envie d’apprendre et de monter en compétences, réveiller leur envie de vivre décemment…. Bref, tout cela existe mais tout cela ressemble actuellement beaucoup plus à une friche qu’à un beau champ de blé prêt à moissonner….
      Parmi toutes les inspirations humaines, peu sont aussi intenses et aussi enrichissantes pour l’esprit et le cœur quand elles sont satisfaites ainsi que le sentiment d’appartenir à une nation, à une communauté et d’être reconnu individuellement par elle, comme une valeur.
      Oui, comment réveiller cette France de partout et pour bientôt de plus nulle part ?

      Comment faire comprendre aussi à cette partie de la France d’en Haut, celle qui va bien ou pas trop mal, de tendre la main à cette autre France plus populaire afin qu’elle revienne prendre sa place au plus vite dans le giron de la collectivité nationale ?
      Oui, comment montrer et démontrer que « toutes ces France » ont beaucoup plus de points de convergence que de divergence pour partager un bien commun et défendre l’intérêt général (au-delà des caricatures grotesques qu’on prête à cette France d’en bas).
      Deux impératifs pour ce leader, sortir du conformisme de pensée et développer de grands projets enthousiasmants et surtout ne pas encore et encore proposer quelques euros de plus en fin de mois, une nouvelle allocation par ci, retirer une taxe par là ou de continuer à laisser envoyer leurs enfants « bacheliers » dans les voies de l’excellence que sont nos universités…. Bref, jouer « petits bras » et les confiner encore et toujours dans des voies sans issue comme l’ont tous fait ou le font si bien nos politiques de tous bords, cela ne conduisant qu’à conforter les partis extrêmes qui ne demandent que cela.
      Pour quand un « Nouveau contrat social » avec la France d’en bas ? Ce ne sont pas les projets qui manquent à cette France d’en bas. Nous en avons les moyens sans creuser encore et encore la dette publique.
      Sans cela, on ne voit pas comment le locataire de l’Élysée ne doublerait pas la mise en 2022 et d’autres après lui tant l’écart ne cesse de se creuser. Pour cela, il est indispensable qu’il prenne conscience des immenses inégalités des chances que vit cette « France d’en bas ».
      Il est toujours préférable de faire le monde plutôt que de le refaire, c’est moins frustrant et moins fatiguant. Et pour qui l’aurait oublié, le succès n’est pas un but mais un résultat.
      Quel beau challenge à relever pour un leader qui se dit gaulliste !

      J'aime

  7. Gérard Bayon dit :

    Bonjour à toutes et à tous,
    Les « anciens » partis politiques ne semblent nullement avoir pris conscience du besoin de renouveau exprimé par les Français au printemps dernier. En effet à quoi a servi d’avoir exclu violemment F.Hollande, N.Sarkozy, F.Fillon, M.Valls, B.Hamon etc. puisque les vieux partis n’en ont tiré aucune leçon et sont de nouveau prêts à se livrer des guerres intestines pour reproduire les organisations inefficaces du passé
    A quoi assistons-nous depuis quelques semaines : LR ont nommé un chef qui n’est pas reconnu unanimement parmi son état-major fortement divisé (Raffarin, Pécresse, Estrosi…) et le PS persiste à vouloir croire que son score minable au 2ème tour de la Présidentielle ne constituait qu’un incident de parcours. « Il faut tout changer pour que rien ne change » voilà bien la devise de ces partis plus préoccupés par les égoïsmes internes que par le changement de la Société.
    Je ne parle même pas du FN qui continue de croire que la contre-performance et l’incompétence notoire de sa dirigeante n’est aussi qu’un « détail » de la vie du parti.
    Comment voulez-vous que LR devienne une vraie opposition lorsque certaines demi-mesures stupides ou « mesurettes » prises par le gouvernement actuel pour faire illusion sont applaudies par les membres de ce parti qui reconnaissent même face aux médias que leur parti aurait dû les soutenir ? Pourquoi ces politiques-là n’ont-ils pas le courage d’argumenter, de prouver et de dire haut et fort que le gouvernement d’E.Macron mène les Français en bateau et leur font prendre des vessies pour des lanternes ? Il est pourtant très facile à mon avis de démontrer que les mesures fiscales tambourinées pour faire croire que le pouvoir d’achat des Français va augmenter n’est qu’une imposture et une contre-vérité lorsque l’on additionne toutes les hausses de taxes et augmentations diverses mises en place depuis le début de l’année 2018.
    Pourquoi L.Wauquiez pourtant investi patron de L.R. depuis près d’un mois est-il toujours absent du débat public ; dans les 60 mois d’un quinquennat, les mois passés à ne rien faire et ne rien dire sont des mois définitivement perdus et voilà déjà huit mois complètement gâchés sans opposition forte et constructive. Ce n’est surement pas ainsi que LR va retrouver sa force d’opposition y compris pour les prochaines élections Européennes de 2019 et les municipales de l’année suivante. A force de se regarder le nombril, de réfléchir, de se questionner, on laisse passer les opportunités de se faire entendre et de convaincre. E. Macron a bien compris cela et pour le moment il enchaîne rapidement, sans état d’âme et surtout sans la moindre opposition, ses pseudos réformes qui font croire à la majorité des Français de plus en plus béats qu’ils ont maintenant un vrai chef.
    Il serait grand temps que L. Wauquiez fasse son travail de véritable opposant et, pour ne pas reprendre une expression un peu trop triviale, se bouge les fesses au lieu de penser à son avenir en 2022 !

    J'aime

  8. Anonyme dit :

    La tâche apparaît déjà comme ardue étant donné le matraquage médiatique qui dénie tout esprit critique , seule la constatation des faits pourra redonner toute crédibilité à l opposition L R .

    J'aime

  9. Colibri dit :

    Personnellement je trouve qu’il manque aux gauches françaises et aux droites françaises une étincelle, un petit quelque chose qui fasse rêver, qui nous transporte, nous transcende, nous exalte. Il y a eu des époques où se sont construits des canaux de Panama, de Suez, des tunnels et des ponts grandioses. Et là plus rien de collectif, de mondial. Pourquoi pas par exemple un plan Marshall pour l’Afrique qui permettrait l’électrification de l’Afrique, l’accès à l’eau potable pour tous, aux soins médicaux de base pour tous, pourquoi pas un tunnel de Gilbratar, un train Paris-Le Cap?

    J'aime

    • Gérard Bayon dit :

      @Colibri
      Vous avez raison: plus de grands projets fédérateurs mais pour imaginer et réaliser de grands projets il faut de l’argent, beaucoup d’argent ou des emprunts d’Etat ou bien de grandes Entreprises Internationales prêtes à investir des milliards de dollars sans espoir de retour sur investissement, accessoirement il faut aussi un peu de stabilité politique dans les pays concernés et lutter contre toute forme ou idée de colonialisme déguisé comme nous l’avons déjà entendu avec le lancement du plan « Borlot ». Il faut nous rendre à l’évidence ni l’Europe ni aucun Etat ni aucune Entreprise n’a l’envie ou n’est aujourd’hui en mesure d’investir le moindre dollar ou de s’endetter complémentairement pour aider au développement de certains Etats Africains qui montrent également plus de passivité et d’attente d’aide extérieure que de volonté à faire réellement évoluer la situation chez eux.
      D’ailleurs pourquoi les Etats très riches du golfe qui auraient la capacité financière et les moyens d’investir sur leur continent ne se pressent-ils pas pour aider leurs compatriotes et préfèrent développer le tourisme local et les relations avec les pays riches à ‘extérieur de l’Afrique ?

      J'aime

    • Colibri dit :

      @Gérard Bayon, L’époque ne s’y prête pas, désenchantement, désillusion, repli sur soi mais il n’est pas dit que ça ne se fera pas demain ou après-demain. Ici et là il y a des initiatives individuelles ou collectives qui montrent la voie d’avenir. Lire le point de vue de Jean-Louis Michelet sur ce blog me réconforte et me conforte dans cette espérance que reviendra le temps des projets fous comme celui par exemple de Pierre Paul Riquet qui se ruine à construire le canal latéral à la Garonne, le canal qui réunit l’Océan Atlantique à la mer méditerranée. Il voulait prouver au Roi de France que c’était « rentable ». Cela ne l’a pas été pour lui. Il n’a pu en faire qu’un morceau mais plus tard d’autres sont venus et ont terminé l’ouvrage. C’est encore aujourd’hui un endroit magnifique où rêver à un demain meilleur. Merci de votre commentaire.

      J'aime

  10. michel43 dit :

    le jours ou LR ,aura compris que courir âpres le FN ,ne sert a rien ,mais lorsque ce FN dit la vérité ,sur les hausses de prix ,sur l’immigration illégale ,sur le chômage , sur Bruxelles qui veut tout nous imposer ,LR doit comprendre , que SEUL,,,,il n » arrivera a rien ,contre Macron ,seul ,le rassemblement de toute les droites sur un vrais programme commun ,peut battre MACRON a la prochaine présidentiel , que cela plaise ou NON a certains rêveur solitaire ,je rappelle que la LE,PEN a fait prés de 11 millions de bulletin ,notre droite éliminer ,donc le seule solutions ,il faut se rassembler pour VAINCRE ,,

    J'aime

    • Colibri dit :

      J’ai été un adolescent et un jeune homme enthousiaste de l’union de la gauche. Après deux mandats de François Mitterrand j’ai bien déchanté. Je n’ai pas participé aux primaires de la gauche. Je ne suis pas convaincu que la droite a eu une bonne idée de « copier-coller » les primaires de la gauche. Alors si demain il y a union de la droite tout le mal que je vous souhaite c’est que ça ne se termine pas pour vous comme ça c’est terminé pour l’union de la gauche.

      J'aime

    • Jean Louis Michelet dit :

      Bonsoir Colibri,
      Merci pour votre lecture.
      Ce qu’il faut bien comprendre de mon commentaire, c’est qu’il s’agit de faire revenir  » cette France d’en bas » dans la collectivité nationale.
      C’est pourquoi je parle d’un  » contrat social »
      Je pourrais le décliner mais il me semble fort que cela n’intéresse pas grand monde….
      Quoique mon propos semble être repris…. ici et là, mais bon…

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s