La crétinisation de la France

« A l’âge de 10 ans, un écolier français a plus de mal à lire que ses homologues européens. Déjà derniers (22e) dans l’Union européenne en mathématiques et avant-derniers en sciences dans l’enquête internationale Timss (Trends in Mathematics and Science Study ) publiée l’an dernier , les écoliers français, en l’occurrence les collégiens de CM 1, partagent le bonnet d’âne européen pour la lecture avec les belges francophones, et la 34e position sur 50 pays dans le monde dans le classement Pirls (Progress in International Reading Literacy Study) réalisé tous les cinq ans et publié ce 5 décembre. 319 000 élèves de 9 à 10 ans, 310 000 parents, 16 000 professeurs et 12 000 écoles de 50 pays ont participé à ce programme mené au cours de l’année 2016 par l’Association internationale pour l’évaluation du rendement scolaire (IAE), qui dépend du Boston College. Les champions internationaux sont la Russie et Singapour. Malgré dix heures d’enseignement hebdomadaire du français du CP au CE 2 et huit heures par semaine en CM 1, les collégiens testés au printemps 2016 comprenaient mal ou pas du tout le texte qu’ils lisaient. Seuls 4% des CM1 ont été jugés aptes  «à comprendre et à utiliser les formes du langage écrit que requiert la société ». Depuis 2001, année de lancement du programme,  les résultats de la France n’ont cessé de décliner, avec 14 points perdus. « 

L’effondrement du niveau scolaire est le phénomène le plus symptomatique d’un déclin général qui se manifeste de mille façons: désindustrialisation accélérée, chaos et violences urbaines, impuissance de l’Etat, endettement vertigineux, renoncement à la maîtrise des frontières, ravage du terrorisme islamiste, esprit de dissimulation et de mensonge, poussée de l’extrémisme stérile, effondrement de la démocratie et de la politique – le choix d’un destin collectif – au profit de la communication et d’un culte de la personnalité qui est le paroxysme du crétinisme contemporain. La réintroduction de la « dictée » n’est qu’un leurre qui ne changera strictement rien à la situation. La chute de la France, à commencer par son niveau intellectuel,  est un phénomène de long terme, qui transcende les majorités. C’est toute l’histoire d’un pays ravagé par l’individualisme et le narcissisme qui se réfugie dans les chimères et n’a plus envie de vivre en tant nation ni de s’instruire.  Parler encore du « génie français » ou du « pays de Descartes » est devenu une aberration. Le redressement est-il mission impossible? Il ne se conçoit que sur le long terme et ne peut venir, à la base, que d’une prise de conscience, totalement absente aujourd’hui.

Maxime TANDONNET

Publicités

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

79 commentaires pour La crétinisation de la France

  1. Theotimedesavoie dit :

    Je viens d’apprendre la disparition du professeur Cabrol. Pas un mot dans les médias à cause de Johnny. Les obsèques de Johnny sont un signe évident de la crétinisation de la France. Certes, l’homme m’était sympathique, sa musique à peu près indifférente mais tout à fait écoutable de temps en temps à la radio. De là à en faire un héros à qui la nation toute entière doit rendre hommage, NON!

    Que la Nation commence à rendre hommage à ses vrais grands hommes comme le professeur Cabrol, premier à réaliser la greffe du coeur puis la greffe du coeur-poumon en Europe, véritable gloire de la France.

    Arrêtons d’être cons!!!!!

    J'aime

  2. Ping : La crétinisation de la France – brunobertez

  3. Sganarelle dit :

    Qui parmis vous a connu l’encre violette et les plumes sergent major pour faire une belle écriture avec des pleins et des déliés ? Qui a utilisé des buvards pour sécher l’encre et le Gaffiot pour ses versions latines? Qui a appris les tables de multiplication les fables de Lafontaine par coeur et les départements ???
    Il y avait des « colles » des bonnets d’âne et des croix d’honneur ….Toute une époque ! C’est vrai
    on savait lire à 5 ans et comme il n’y avait pas de TV et peu de radios on lisait tout simplement en apprenant par coeur les classiques qu’on discutait en classe.

    Les arrières grands parents sont bien plus devenus des ovnis en terre étrangère que l’étaient leurs aïeux avant eux et cela parce que la technique avance bien plus rapidement qu’autrefois , tout change en rendant inutile ce qui était indispensable la veille si bien par exemple que les jeunes ne savent plus les tables de muLtiplication parce qu’ils sont devenus des mutants qui ne s’en servent pas ..
    Une fabrique de crétins dites-vous? Je dirai plutôt une fabrique d’êtres différents , sorte de robots formatisés et adaptés à un environnement pour films de science fiction.
    Tous semblables dans leurs comportements de base avec les écouteurs aux oreilles focalisés aux mêmes endroits. Tous pareils jusque dans leurs extravagances .
    Adieu la vie en société , on préfère un SMS à une conversation et une BD à un livre. Nos souvenirs de vieux n’intéressent plus personne , de quoi se plaint-on ? Pour la culture ils ont Wikipédia !!! ( sic)

    J'aime

  4. cyril de fayet dit :

    merci philippe pour votre partage d’experience en tant que formateur, cyril de fayet.

    J'aime

  5. John dit :

    Bonjour,

    Maxime, je discute avec des citoyens de différents milieux et de différentes sensibilités.
    Un point comun entre eux: ils sont conscients de tout ce que vous écrivez et ne se sentent pas le moins du monde réprésentés par dans les médias = ils savent que les médias mentent et montrent une réalité inexistante.

    Je reste optimiste. Lorsque le mur des médias tombera, France retrouve le chemin qu’elle connue depuis toujours.

    Cordialement,
    John.

    J'aime

  6. Frederic_N dit :

    On peut bien sûr s’épancher, se plaindre. De toute manière la messe est dite, et tout le monde sait très bien quelle est la cause de ce désastre de l’éducation (avez vous remarqué que Libé ne fait même plus le minimum syndical en défense des pédagogistes « attaqués par la réaction, que Le Monde s’est même fendu d’un article en faveur de Blanquer.. )
    Par contre que fait-on ?
    Je n’en entends pas beaucoup sur ce blog expliquer ce qu’ils font pour transmettre leur langue.
    Et pour tout dire je suis un peu fatigué de ces plaintes permanentes adressées à l’Etat eux politiques aux élites, que l’on ressasse à longueur de colonnes avec la ferme résolution de ne pas lever le petit doigt pour faire quelque chose . par exemple du bénévolat en la matière. C’est une attitude communément partagée pour
    Puis-je rappeler que quand Merkel a accueilli un million de réfugiés, des centaines de millions d’allemands se sont mobilisés y compris pour leur apprendre l’allemand.
    Bon j’ai fini de râler .
    Je ne partage pas le catastrophisme de Maxime, mais sur ces entrefaites je vais donner mon cours de français ..

    J'aime

    • JulesXR52 dit :

      Vous avez raison, et je me sens visé par ce que vous dites (pas pour des articles, que je n’écris pas, mais pour des conversations auxquelles je participe). Mais que voulez-vous, c’est tellement beau de voir tout un ex-grand pays sombrer. L’esthétique du naufrage: il aurait fallu demander aux rescapés du Titanic ce qu’ils en pensaient…

      J'aime

  7. Colibri dit :

    En relisant ce matin le blogon de Maxime Tandonnet et tous les commentaires je me suis demandé si d’autres dangers ne nous menaçaient pas. Voir lien suivant:
    http://paris-international.blogs.la-croix.com/entre-les-etats-unis-et-la-russie-une-nouvelle-guerre-froide-tres-desequilibree/2017/12/04/

    J'aime

  8. Colibri dit :

    Moi instit à la retraite et fils d’instits à la retraite, moi père de quatre enfants, grand-père de quatre petits enfants, je suis « un usé et un usager » de l’Education Nationale ». Moi si demain je deviens ministre de l’Education Nationale voici ma première réforme : pas de réforme pendant 5 ans. Moi je me contenterai de partager avec vous mes chers concitoyens mes convictions, mes rêves, mes désirs.

    Je pense que de la maternelle à la fin du Lycée les élèves devraient porter un uniforme simple peu coûteux.

    J’aimerais bien des journées d’école qui commencent comme en maternelle: par un moment tous ensemble où tout le monde dit bonjour à tout le monde, prend le temps d’échanger quelques mots avec ses camarades et avec les enseignants ; consacre quelques minutes à chanter, à réciter un beau texte, à écouter et méditer une phrase courte proposée par les enseignants . Par exemple « Ecrire est le meilleur moyen de parler sans être interrompu ». (Jules Renard)

    Je pense que les activités scolaires de bases devraient avoir lieu le matin uniquement. Y compris la musique, le dessin, les activités artistiques, le sport.

    J’aurais aimé, quand j’étais en fonction, des vacances plus courtes l’été quand c’est vraiment bien d’aller à l’école et plus longues l’hiver quand les enfants n’arrêtent pas d’être malades. Je pense que le changement d’heure d’été d’hiver perturbe les rythmes scolaires. Je souhaiterais une même heure toute l’année.

    Je pense qu’à l’adolescence il pourrait être bon de séparer les garçons les filles le temps de la puberté pas toujours facile à gérer pour les enfants eux-mêmes, pour les parents, pour les enseignants.

    J’aimerais pour mes petits enfants que dans toutes les écoles un petit peu de la cour de récréation soit dégoudronnée et transformée en jardin « de curé » rempli de légumes, de fleurs, de plantes médicinales. Avec là où c’est possible la plantation de vigne, de cerisiers, de pommiers, de pruniers, de noyers, de pêchers, de cassis, de framboisiers.

    Je suis pour la présence des petits animaux à l’école pas seulement en maternelle mais jusqu’à la fin du Lycée. Vous pouvez embêter un prof et le traiter de tout sans risquer grand chose mais si vous faites de même avec un chat ou chien il y aura une réaction immédiate qui ne vous y fera pas revenir deux fois. Plus sérieusement nous avons beaucoup à apprendre des animaux de compagnie. Il nous révèle beaucoup de nous-mêmes. Ils nous apprennent à vivre en harmonie ou non avec des êtres vivants différents de nous.

    Il faut associer les enfants, les ados à l’entretien des locaux et je pense que cela pourrait se faire aussi en fac. J’ai parcouru des salles de classe d’une fac que je ne nommerai pas : en fin de journée c’était des poubelles.

    Je trouve que les enfants sont élevés hors sol et loin de la nature, de la vraie vie et de ses réalités. C’est dommage.

    Dans les activités d’après-midi je verrai bien de la cuisine pour tous : apprendre à cuisiner, à faire un repas équilibré pour de vrai, à préparer des tisanes, des décoctions de plantes médicinales, des apéritifs sans alcool, des sirops de fruits, des confitures, des desserts, des conserves. Et puis aussi apprendre à gérer une coopérative scolaire, à monter un projet de sortie éducative en groupe.

    Sur le plan purement scolaire, il faut savoir compter de tête, à la main et à la machine. Il faut savoir lire et écrire et donc savoir lire à haute voix et écrire pour être lu. Mais je pense qu’il faut aussi aujourd’hui savoir « lire » internet et écrire sur internet. Savoir créer un blog, savoir faire des recherches sur internet, apprendre à ne pas faire que des « copier-coller ».

    Je crois aussi que tous les matins les élèves devraient déposer leur téléphone portable dans une pièce qui ferme à clé et leur rendre quand ils quittent l’école.

    Je ne serais pas choqué non plus par des remises de prix en fin d’année scolaire aux dix meilleurs élèves d’une classe et à des bourses d’étude aux meilleurs élèves de chaque école. Une saine émulation entre enfants ne me paraît pas être quelque chose d’immoral.

    De la maternelle à la fac, une heure de philo par jour, une heure d’Histoire par jour, cela pourrait faire du bien à tout le monde.

    Il faut faire confiance aux enseignants et aux élèves. Il faut les libérer ; libérer les énergies, les envies de bien faire, de créer. Un peu partout dans notre pays il y a des parents, des profs, des élèves qui font des choses bien. Il faut les mettre en valeur, les faire connaître, les « copier-coller ».

    Une fois par mois, une soirée de formation au métier de parents, au métier d’élèves, au métier d’enseignants pourrait être mise en place dans chaque ville, village. Cela aidera à un meilleur fonctionnement de l’école.

    Pour terminer ma salade de fruits de ministre de l’Education Nationale aux champs, j’aimerais une télé scolaire la meilleure possible et le retour des excellentes émissions scolaires qu’il y avait sur France Musique et sur France Culture pour les maternelles et les primaires.

    « Le pays qui aura la meilleure télé scolaire sera le premier des pays et s’il ne l’est pas aujourd’hui il le sera demain. »

    J’ai plagié une phrase célèbre. Un bon point à qui retrouve la phrase originale et son auteur.

    J'aime

  9. Infraniouzes dit :

    Le problème qui se pose c’est que les générations actuelles et à venir n’arrivent plus à faire le tri parmi ces torrents d’informations et de cancans de ragots qui inondent la société. Comment faire ? Ils ne savent pas. Alors on fait appel au préfabriqué: la culture qui, à ce qu’on dit, permet de s’en sortir dans n’importe quelle situation. Mais la culture ça n’existe pas: piège à c…s. Ce qui il faut c’est des gens qui se cultivent. Mais ça demande des efforts, de la concentration, de l’esprit critique critique, tout ce qui manque. Pour beaucoup, il faudra tout reprendre à zéro. Vaste programme comme aurait dit un certain CdG….

    J'aime

  10. Philippe dit :

    Bonjour Maxime, Bonjour à tous,

    En effet le niveau tombe et de plus la crétinerie s’amplifie.
    Formateur en entreprise, j’ai des stagiaires de 20 à 60 ans et de tout niveaux, d’employés à cadres supérieurs.
    Enseignant le droit du travail; les systèmes de management en sécurité, je suis surpris par les personnes de 20 ans à 35 ans, J’avais pour habitude de faire lire des articles du code du travail par les stagiaires afin d’avoir un débat sur la signification du texte. J’ai arrêté, ils sont incapables pour la plupart de lire une ligne sans butter sur un mot, de plus ils ne comprennent pas ce qu’ils lisent. Lorsqu’un mot leur semble trop compliqué, ils le remplacent par un autre. Et lorsque vous faites le questionnaire de fin de stage, ils ne comprennent pas les questions. Pour la plupart vous devez leur parler simplement, employer le présent et l’imparfait, si vous vous risquez au passé simple et au subjonctif là c’est la catastrophe! Et surtout pas de mots compliqués.
    Vous leur posez une question, lorsqu’ils sont dans ‘l’impasse, ils sortent leur portable et vont sur Google. Pas de réflexion ils sortent tout de suite le portable.
    Une fois, j’avais mis des dictionnaires à leur disposition, ils m’ont dit que c’était une perte de temps.
    Internet.
    Il y a deux semaines j’étais avec des cadres supérieurs, nous sommes venus à parler de la reforme de l’orthographe et de l’écriture inclusive. Lorsque j’ai prononcé des mots comme « Epicène, homographe » Ils m’ont regardé avec des yeux de merlan. Ils ne savaient pas la signification des mots. Et j’ai éclaté de rire lorsque j’ai prononcé le mot « Homophone » Un m’a dit: » que vient faire l’homosexualité dans notre conversation ». D’ailleurs les autres n’en savaient pas plus, ils riaient parce que je riais.
    Au repas du midi j’aime bien parler d’autre chose que boulot, notamment histoire, géographie, littérature, alors là c’est la catastrophe. Une culture ras les pâquerettes, la géographie n’en parlons pas, et l’histoire de France, là c’est du survol.
    Beaucoup vont sur internet prennent pour vérité ce qu’ils lisent, et beaucoup me disent BFM, Cnews, TF1 l’a dit donc c’est vrai.
    J’essai de leur faire comprendre que les médias nous manipulent, jouent sur notre cerveau primaire avec la peur, et le cerveau limbique avec l’émotionnel, et nous gavent d’infos pour nous désinformer, pour nous faire voir la vérité tel qu’ils veulent qu’on la voit et non tel qu’elle est.
    Par contre vous leur parlez foot, sexe, émissions débiles de la télé alors là ils sont champions.
    Ils ont perdus tout libre arbitre, toutes réflexions, tout bon sens, ils réagissent sur l’instant, dans l’émotionnel, sans aucune rationalité.
    Ce sont des pantins extrêmement manipulables, et cela de l’employé aux cadres supérieurs.
    Et ce qui me fait peur, c’est l’arrogance et les certitudes des jeunes cadres supérieurs, qui refusent tout conseil des anciens. Et qui pour beaucoup ont un mépris pour eux.
    Nous même, à leur âges avions une certaine arrogance, nous allions refaire le monde, mais nous acceptions le transfert de compétences des anciens, alors qu’eux non.
    J’ai dit à un jeune cadre supérieur qui savait tout et connaissait tout la phrase suivante:’ C’est fou comme les crétins sont pleins de certitudes et les gens de bons sens pleins de doute! »
    J’ai même lancé cette phrase à une jeune député de la République en Marche qui était entrain de me dire, qu’elle avait fait une école de commerce et qu’elle avait trois ans d’expérience dans la vie et qu’elle en savait plus que moi. A l’entendre, elle avait connu Clémenceau, De Gaulle et peut-être Bonaparte. Par contre lorsque je lui ai demandé qui fut le 1er président de la République et sous quelle République, alors là, un blanc! Elle m’a dit que le 1er président de la République fut nommé sous la première République voyez le niveau de nos jeunes députés.

    Dieu merci , j’ai donné ce culte de la culture et de la curiosité à mes enfants 31 ans et 24 ans qui eux mêmes sont souvent en décalage avec leur copains, qui ne comprennent pas qu’ils sont peu sur internet et beaucoup dans les bibliothèque à la recherche du savoir.
    Je leur ai toujours dit « l’homme intelligent, le sage, ce n’est pas celui qui sait, ni celui qui croit savoir, mais celui qui cherche toujours à savoir »

    J'aime

    • Colibri dit :

      « l’homme intelligent, le sage, ce n’est pas celui qui sait, ni celui qui croit savoir, mais celui qui cherche toujours à savoir » Clic, copier coller, je garde! 🙂

      J'aime

    • JulesXR52 dit :

      C’est bien de connaître les mots épicène, homographe, c’est mieux de savoir conjuguer le verbe voir au subjonctif: « la vérité telLE qu’ils veulent qu’on la voiE » et, plus haut « j’essaiE ».

      J'aime

    • Philippe dit :

      Merci pour votre remarque Jules XR52 vous avez raison je n’avais pas vu les fautes en relisant.

      J'aime

    • Timéli dit :

      Pourriez-vous nous donner le nom de l’auteur de cette belle citation à laquelle j’adhère pleinement.
      Remerciements anticipés.

      J'aime

    • Philippe dit :

      Timéli
      Cette citation me fut donnée par mon père dès que je fus en âge de comprendre. Et je n’ai pas réussi à trouver l’auteur.
      Mon père était de l’assistance il fut placé dans une famille d’accueil illettrée et dès qu’il fut en âge de lire son père adoptif lui faisait lire le journal tous les jours. Le soir à la veillée il lisait des livres à ses parents adoptifs. Son père adoptif lui disait qu’être inculte était une faiblesse qu’il fallait se cultiver pour évité d’être manipulé et soumis.
      Notre père nous obligea à être curieux de tout, de s’intéresser à tout, afin que nous puissions être des gens « honnête et responsables de nos actes et de garder notre libre arbitre et notre liberté de pensées penser). J’ai transmis cela à mes enfants.

      J'aime

  11. cyril dit :

    les gens s’abrutissent à regarder la TV avec des emissions souvent mediocres, les reseaux sociaux transmettent des infos erronées , non verifiées que certains prennent pour verité , il faut avoir un esprit critique, prendre du recul, reflechir un peu ; le journal le Monde m’aide parfois à lever le niveau de reflexion, meme si Maxime n’aime pas trop ! cyril

    J'aime

    • cyril, ça dépend des articles et des journalistes…
      MT

      J'aime

    • JulesXR52 dit :

      Le Monde est un mauvais journal mais, c’est vrai, même un mauvais journal vous apportera plus qu’une bonne émission de télé. Quoi que vous regardiez à la télé, elle vous abrutit (voir « TV lobotomie », Desmurget).

      J'aime

    • Annick Danjou dit :

      Cyril je ne suis pas d’accord avec Jules quant il dit « un mauvais journal vous apportera plus qu’une bonne émission de télé ». Je ne regarde jamais la télé mais je ne lis surtout pas le Monde, c’est un journal de gauchistes et qui vous embobine insidieusement si vous n’y prenez garde. Un ami socialiste est parti 3 mois en voyage et m’a dit de lire le Monde qu’il recevait chaque jour dans sa boîte aux lettres, je n’en n’ai ouvert aucun!!!

      J'aime

  12. Je rencontre de plus en plus régulièrement en Suisse de jeunes français venus chercher du travail, souvent originaires de régions non limitrophes avec la Suisse. J’essaie d’échanger quelques mots avec eux sur les raisons de leur départ de France et sur leur ressenti vis à vis de leur nouveau pays. Les réponses sont unanimes, au-delà de la qualité des outils de travail, indéniable en Suisse, et de la bonne ambiance entre collègues, ce qui les frappe le plus, c’est l’atmosphère cordiale qui règne entre les Helvètes. Moins de stress, beaucoup plus de respect dans les relations interpersonnelles. Le rythme de travail, tout en étant plus calme, est plus soutenu…Paradoxal non!

    Ce midi même, j’ai discuté avec un jeune serveur originaire de la région parisienne. Il avait son restaurant si j’ai bien compris mais a fui l’ambiance délétère de la région parisienne, mettant en cause le terrorisme, les médias, les incivilités.

    Hier, discussion avec une magnifique jeune femme dans une librairie de La Chaux de Fonds. Originaire de Bourgoin-Jallieu, elle avait fait un burn-ut dans un de ces horribles centres commerciaux vendant soi-disant des biens culturels. Elle aussi m’expliqua qu’elle revivait et était toute étonnée d’être respectée dans son travail de libraire et de rencontrer des gens moins stressés et moins méprisant.

    L’atmosphère en France est délétère et frise l’hystérie collective.

    Lecteurs de ce blog, vous en rendez-vous seulement compte?

    J'aime

    • patrice dit :

      J’habite un petit village de Bourgogne ou sont venus s’installer des Anglais , des Suisses , des Hollandais , des Canadiens , des compatriotes Corses . Il n’y a pas d’atmosphère délétère je me rends compte que vous généralisez.

      J'aime

    • Tant mieux pour vous. Il existe encore des coins en France où il fait bon vivre. Mais je réitère mon diagnostic : l’ambiance générale en France est délétère ! Venez passer quelques jours en Suisse, dans le canton du Jura, tout proche de la Bourgogne! Vous verrez.😉

      J'aime

    • Colibri dit :

      La remarque de Patrice s’applique aussi au Tarn, au Lot-et-Garonne et à la Dordogne.

      J'aime

    • Aveuglement ou impossibilité de se rendre vraiment compte de la situation car trop proche, trop impliqué, je ne sais.
      Mais votre inconscience me laisse perplexe.

      J'aime

    • Colibri dit :

      Non théotimedesavoie ce n’est pas de l’aveuglement ni de l’impossibilité de se rendre compte de la situation, c’est juste que nous essayons de vous dire avec bienveillance et respect de vos convictions que toutes les anglaises ne sont pas rousses. Toute la France n’est pas délétère et ne frise pas l’hystérie. J’ai fait jadis un court séjour dans un quartier de Zurich « rempli » de toxicos. C’était dur à voir, à vivre. Mais je sais bien que toute la Suisse n’est pas comme ça.

      J'aime

    • Si vous trouvez que la France va bien, tant mieux pour vous.

      J'aime

    • Vous êtes un ancien instit!!!
      Tout s.éclaire enfin pour moi!
      Tendance communiste ou socialiste?

      J'aime

    • Colibri dit :

      Bonsoir théotimedesavoie, j’ai vécu mon enfance dans un tout petit village qui votait majoritairement socialiste. Il y avait un noyau communiste minoritaire mais actif dans les luttes syndicales des métayers gemmeurs puis au moment de la guerre d’Indochine, d’Algérie, au moment de la mise en place de l’Europe. Ensuite je suis parti pour la ville et j’ai été l’adolescent et le jeune homme de l’union de la gauche. J’ai alors rencontré souvent des responsables communistes, socialistes, radicaux de gauche; locaux, départementaux, régionaux et nationaux. Et pour répondre sans détour à votre question j’ai été plus proche des communistes que des socialistes et des radicaux. J’ai aussi fréquenté des anarchistes espagnols réfugiés en France. J’ai donc été le témoin et l’acteur involontaire de l’effondrement des gauches de notre pays et je l’ai vu venir sans me voiler la face. J’avais un peu pressenti l’effondrement de la droite mais sans avoir imaginé un instant l’ampleur que ça prendrait. Ensuite enfin je suis retourné terminer ma carrière d’instit dans des postes de campagne avec des municipalités de gauche ou de droite selon mes nominations. Depuis 1996 je suis ce que Koz appelle un sans abri politique. J’ai découvert votre blog en lisant celui de Maxime Tandonnet. Une ou deux fois par mois je viens vous lire. Je ne commente pas parce que je n’ai pas la culture pour le faire et parce que je trouve que vos blogons sont plus à méditer qu’à commenter. J’ai noté que dans l’un d’entre eux vous évoquez Jacques Ellul dont je n’ai lu aucun livre mais dont j’ai lu régulièrement les articles de presse dans le quotidien « Sud-Ouest » et son supplément « Sud-Ouest Dimanche ». Je me suis intéressé aussi à des articles de son ami Bernard Charbonneau. Je découvre en lisant votre blog Saint François de Salles. Je ne connaissais de lui jusqu’à maintenant que la phrase suivante: « Partout où il y a de l’homme il y a de l’hommerie. » Je suis à la retraite. Je suis resté bénévole dans 5 associations, deux d’entre elles ont une colonne vertébrale catholique. Depuis la 6 ième j’ai toujours été en contact et je suis toujours en contact avec des catholiques pratiquants engagés ou non dans la vie de tous les jours.

      J'aime

    • Merci cher Colibri de prendre le temps d’aller sur mon blog dédié à St François de Sales et à certains thèmes théologiques qui me sont chers.
      St François est reconnu unanimement comme le premier grand auteur spirituel en langue française. Peu de Français savent qu’à côté des auteurs de la Pléiades, le français littéraire fut fixé en Savoie! Avec trois grands noms : St François, Vaugelas, un des premiers grands grammairiens du Français, et Honoré d’Urfé, auteur du premier roman en langue française. Ces trois là étaient de nationalité savoisienne et non française. Ils se sont retrouvés dans l’Académie Florimontane, fondée par François à Annecy, académie qui inspira l’Académie française à Richelieu et que Vaugelas rejoignis comme membre fondateur.

      Quant à Jacues Ellul, il est tout simplement pour moi un des plus grands intellectuels français du 20ème siècle. Méconnu en France, comme toujours, mais traduit, étudié, lu et relu dans toutes les universités américaines.
      Ellul fut d’abord connu pour sa critique du marxisme, sa conversion au protestantisme n’y est sûrement pas pour rien. Mais il restera surtout connu dans l’histoire des idées pour sa critique systématique de la technique, c’est à travers ses livres sur ce sujet que je l’ai rencontré.
      Même si j’ai pris du recul avec certaines de ses thèses, son idée centrale que la techno-science est un système technicien, c’est-à-dire un tout organique et systémique qui a sa propre vie, ses propres règles de développement sur lesquelles l’homme ne peut presque rien m’apparaît encore aujourd’hui comme fondamentale.
      Je l’ai surtout étudié pour cette autre thèse non moins fondamentale que l’excès de technique nourrit l’irrationnel de nos sociétés développées.
      Il fut également un critique féroce de l’islam dans son oeuvre théologique.
      Bref, c’est un des penseurs français majeurs à lire et à relire.
      Il a critiqué trois totalitarismes qui nous guettent toujours :
      – marxisme
      – technicisme
      – islamisme

      J'aime

    • Colibri dit :

      théotimedesavoie bonsoir, des trois personnages de savoie que vous me citez je ne connaissais pas du tout le dernier, assez peu le premier, et un peu Vaugelas. Je ne veux pas abuser du blog de Maxime Tandonnet pour des échanges entre nous. Je prends note de votre dernier commentaire et de ses remarques. Je vous joins un lien que vous connaissez sans doute: https://www.jacques-ellul.org/compagnonnage/bernard-charbonneau. J’ai les mêmes lieux de vie que Bernard Charbonneau et Jacques Ellul. J’aime chez les deux le fil conducteur de leur vie: résister pour exister.

      J'aime

  13. Georges dit :

    La langue française dans son sens le plus noble ,me parait en totale opposition avec cette société de con -sommation et de destruction d’identité fomentée .

    J'aime

  14. Cyril45 dit :

    Bonsoir à tous,
    Voici quelques mois j’ai retrouvé des livres à la belle couverture reliée, illustrés de beaux dessins, ceux que mon grand-père paternel avait gagné à l’école. En ce temps-là, fin XIXème et début XXème il existait la distribution des prix aux élèves méritants (j’ai encore connu cela à la fin des années soixante).
    Mon grand-père avait dix / onze ans, mais je suis bien certain que nos chères têtes blondes d’aujourd’hui auraient du mal à les lire, encore plus à les comprendre.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s