Atlantico, Wauquiez, les valeurs « de droite »

1-Dans une interview donnée au Figaro, Laurent Wauquiez a indiqué « Je défends les valeurs de travail, d’effort, les classes moyennes, je refuse le communautarisme et l’intégrisme islamique qui petit à petit ronge notre société. Je considère que l’on a besoin d’assumer notre histoire et nos racines et que la France n’a pas à se renier pour retrouver du souffle et de l’ambition« . Au dela de la personnalité de Laurent Wauquiez. En quoi les « valeurs » énoncées ici sont elles conformes aux attentes des électeurs de droite ? 

Elles correspondent aux attentes d’une grande partie des Français, pas seulement des électeurs de droite. Quand on regarde le sondage annuel de CEVIPOF, on s’aperçoit ce que ces principes sont plébiscités par 70% des Français. C’est tout le problème du décalage entre la France dite d’en bas, la majorité silencieuse, et les élites dirigeantes ou influentes. Ce discours sur la réhabilitation du travail, l’indivisibilité de la République, c’est-à-dire le refus du communautarisme et du repli identitaire, la fierté de la France est largement populaire. En revanche il déplaît profondément au monde médiatique et aux milieux influents, dominés par l’idéologie de l’individualisme total et de la défiance envers la nation. Ceux là n’auront de cesse que de le dénigrer. C’est toute la difficulté de l’exercice.  Ce discours de Laurent Wauquiez avait permis à Nicolas Sarkozy de convaincre les Français et de gagner les présidentielles à une large majorité en 2007.

2-En quoi la prise en compte de ces valeurs de l’électorat peut être jugée suffisante, ou non, à une réelle reconstruction de la droite ? Quelles sont les thématiques sur lesquelles la droite devrait proposer une ligne politique plus affirmée ? En quoi les questions relatives à l’Europe, à la mondialisation, au capitalisme financier, essentielles dans le corps électoral, peinent à trouver une réponse de la part de la droite française actuelle ? Quel pourrait être le positionnement de la droite française sur ces questions ? 

Proclamer des valeurs n’est pas le principal problème de fond. Ce qu’il faut avant tout, c’est regagner la confiance dans le politique. Les Français ont été  trop souvent déçu et sont persuadés que le politiques ne s’intéressent qu’à eux-mêmes et ne respectent jamais leurs engagements. L’enjeu fondamental pour Laurent Wauquiez, est de trouver les mots qui permettront de les convaincre de sa détermination à agir, non par ambition personnelle, mais par engagement en faveur du bien commun. Tel est l’immense défi qui se présente à lui… Sur l’Europe et la mondialisation, ou les frontières, il doit prendre le risque de la vérité quitte à s’attirer les foudres du monde médiatique. Pourquoi l’Union européenne est moribonde aujourd’hui, avec le Brexit, la Hongrie, la Grèce ? Pourquoi le déséquilibre entre la réussite de l’Allemagne et l’affaiblissement de l’Europe méditerranéenne est une menace pour le continent ? Comment faire face à la  crise migratoire ? Quelle politique des frontières ? Toutes ces questions ont sombré dans le tabou absolu. Personne n’ose les affronter.  Il est urgent de les regarder en face et de tenir un discours de vérité.

3-Quelles sont les leçons pouvant être tirées des expériences étrangères, notamment dans l’évolution des différents partis de droite des grands pays industrialisés ? 

Désolé mais je ne trouve pas d’exemple satisfaisant dans l’actualité et transposables en France. Il me semble que la crise politique touche largement le monde occidental. L’expérience Trump aux Etats-Unis ne fournit pas un modèle probant pour la France. Elle est marquée par une fuite dans la communication et la provocation, avec le système des Tweets du président. Cela fait beaucoup de bruit, déclenche de gigantesques polémiques, tempêtes dans un verre d’eau, mais nul ne peut dire où cela mène. Il faut faire le contraire : agir sur le fond des dossiers pour faire bouger les choses en évitant les gestes et les mots qui déchirent. La situation en Grande-Bretagne n’a rien non plus de réjouissant, quand on voit le Gouvernement de Mme May englué dans un processus de Brexit dont personne ne voit l’issue. Le courant républicain français doit réinventer son propre modèle, fondé sur le pragmatisme, une volonté de transformation profonde de la politique, pour la sortir de la crise de défiance, réconcilier les Français avec la vie politique, en la sortant de la logique de la communication narcissique pour la réconcilier avec l’intérêt général. Le chantier est immense…

 

Publicités

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

22 commentaires pour Atlantico, Wauquiez, les valeurs « de droite »

  1. Mildred dit :

    Après Sarkozy, Juppé, Fillon, c’est au tour de Wauquiez d’être attaqué par sa « famille politique » !
    J’ai peur qu’en réalité nous ne soyons en train d’assister, en live, au naufrage du Titanic LR !

    • Georges dit :

      La droite devrait avoir le courage de larguer les amarres du politiquement-correct mais d’ici là les poules auront des dents….

  2. Eliane dit :

    J aurai pu écrire votre article tellement il correspond à ce que je pense.je soutiendrai L Vauquiez n en déplaise à M Juppé et Philipp. La droite a trop longtemps été fagocitée par le centre.il doit tenir le cap fermement malgré les médias.

  3. Sganarelle dit :

    Les grandes décisions politiques ne sont pas le résultat d’un seul pays mais d’une tendance mondiale irréversible et l’immigration est un courant auquel aucun pays ne peut facilement échapper
    Ainsi nos enfants ne nous appartiennent plus, ils sont ceux de leur époque. Les parents ont beau lutter avec leurs » valeurs » tôt ou tard ils nous échappent pour entrer dans une modernité qui nous dérange plus ou moins. C’est imparable .
    La meilleure conduite est d’apprivoiser ce qu’on ne peut combattre.
    C’est valable pour l’immigration et ce que dit Wauquiez sur le porc dans les cantines scolaires est parfaitement approprié.
    Idem pour non pas une discrimination homophobe mais pour une valorisation de la famille traditionnelle
    Enfin il ne s’agit pas d’être fier d’appartenir à un parti. Le doute en la matière est toujours plus gratifiant intellectuellement.
    Ce n’est pas en collant des étiquettes et en humiliant ceux qui pensent et essaient de vivre différemment qu’on peut opérer un changement mais c’est en démontrant par l’exemple qu’une théorie ou idéologie est meilleure et fournit de bons résultats.
    La droite a commis de lourdes erreurs qu’elle paie actuellement et comme la gauche elle n’est pas innocente dans nos problèmes actuels mais il n’y a aucune raison pour que Wauquiez soit ramené au point Godwin et que les valeurs de droite soient moquées ou piétinées davantage que celles de gauche. On n’est pas fachiste si on est patriote et on peut être européen sans adhérer au cafouillage actuel.
    La « mesure » et l’objectivité semblent de loin les deux qualités les moins bien partagées par les partis politiques.

    • Sganarelle, encore faut-il s’attaquer aux vrais sujets sur lesquels il est possible d’agir pour le bien commun, sans se perdre dans des querelles stériles.
      MT

  4. Jordi dit :

    Je prends votre article :Ctrl*-F « migrat » => 1 seul résultat.Insuffisant.

    La droite, pour renaître, doit claquer le museau des centristes. Les centristes sont au milieu de l’échiquier politique, pas au coeur de la droite. Une « alliance » avec eux a trop souvent consisté à leur su… la b… pour en récompense se faire en..f..ler . Il est temps que la droite explore d’autres alliances, plus patriotes.

    Sarkozy a trahi, Fillon a été trahi.

    Quelques mises au point s’imposent : si la droite démocrate persiste à n’être que pédante et pusillanime, elle sera balayée. Au mieux par les fascistes, plus probablement par les islamistes.

    C’est à ceux qui prétendent défendre la démocratie de démontrer que icelle est-à même de défendre les intérêts des citoyens. Sinon, d’autres le feront sans état d’âme (et ils n’ont pas tous la même définition de qui sont les citoyens). Le bilan des centristes dans le domaine est catastrophique, voire criminel. L’allégorie du centriste chèvre-choutiste, c’est Albert Lebrun, alors que la droite c’est De Gaulle (ou à défaut Brasillach). Choisis-ton camp camarade.
    Réponse

  5. Niccolo dit :

    Comme il s’est dit très justement sur ce blog, je pense qu’on ne doit pas attendre d’un homme politique qu’il se pose en guide moral ou incarne des valeurs. Monsieur Wauquiez y va de son couplet et il croit pouvoir convaincre et rassembler avec un discours identitaire et passéiste. Qui veut encore de cette droite ? Il semble être resté sur le quai et son entourage ne semble pas avoir conscience qu’il va mener LR encore un peu plus au fond du fond. Sa prestation du 3 septembre fait peine à voir. Affligeant, et personne pour lui souffler !

  6. pilou dit :

    Si il « s’inspirait » d’un copié-collé du programme de mars 2017 de François Fillon sur les « valeurs », il devrait l’emporter au moins chez les militants. J’avoue ne pas avoir envie de comparer ces deux programmes; je laisse cela aux « spécialistes ».

  7. Gérard Bayon dit :

    Bonjour à toutes et à tous,
    Personnellement, je suis également favorable à une reconstruction de la droite Républicaine à partir des valeurs soutenues par L. Wauquiez. Il devra convaincre et surtout définir très rapidement et très précisément les limites infranchissables avec les idées du FN. Trop de chapeaux à plumes L.R. influents médiatiquement parlant, en mal de notoriété et de postes à responsabilité l’attendent sur ce terrain et ne manqueront pas de s’opposer à lui voire de quitter ce parti pour lui nuire si la frontière n’est pas claire.
    Les avantages dont il dispose (sa jeunesse, son expérience politique, son ambition et sa probité) doivent être complétés par de vraies convictions que l’on a encore du mal à caractériser chez lui ainsi que d’un bilan argumenté et sans complaisance des 10 dernières années UMP/LR.
    Il ne gagnera que par un discours de vérité mais encore faut-il que cette vérité soit ressentie comme telle par les adhérents et les sympathisants de la droite Républicaine et non comme l’artifice d’une mise en scène pour prendre le pouvoir comme malheureusement nous le voyons trop souvent dans tous les partis. Il devra également annoncer les éléments-clés de son programme électoral pour reprendre le pouvoir et indiquer comment et avec qui ce programme sera élaboré sans sous-estimer et négliger les militants trop souvent relégués aux tâches subalternes et sans oublier de prendre également en compte les idées et avis de la « vraie vie », celle des citoyens et électeurs.

  8. Colibri dit :

    Quelques propositions pour réconcilier les Français avec la vie politique et avec les femmes et les hommes politiques: arrêter de traiter les Français de veaux, d’abrutis, de manipulés par les médias; arrêter de voir tout ce qui ne va pas et s’intéresser en priorité à ce qui va et qui doit devenir exemple à suivre; créer un journal politique quotidien en version papier et en version internet accessible à tout le monde; créer une télé politique sur youtube.

    • Timéli dit :

      Cher Colibri,

      Permettez-moi de vous dire que, si nous arrêtons de dire que « les Français sont des veaux, ou des manipulés par les médias », on va finir par l’oublier. Et ce serait quand même dommage, dans la mesure où c’est vrai (du moins, pour moi).

    • Colibri, manipulés, ils le sont un peu quand même…
      MT

    • Colibri dit :

      Bonjour à toutes et à tous, merci Timéli et Maxime Tandonnet de votre commentaire respectif qui va me permettre de préciser ce que je crois. Je sais bien que sur le fond ce que vous écrivez est vrai mais ce que je cherche en venant vous lire et en lisant les commentaires c’est ce qu’il faut faire pour dépasser le stade du constat et mettre en place ce qui permettra de corriger ce que vous dénoncez non sans raison. Je crois qu’il ne faut plus en rester au stade de la critique et passer aux propositions pour que ça aille vraiment mieux. Si Angéla Merckel fait un quatrième mandat ne faudrait-il pas s’intéresser d’avantage à elle?

  9. Dominique Rembauville dit :

    Envoyé depuis mon appareil Samsung

  10. don Quichotte dit :

    Je trouve au contraire que l’expérience Trump est pertinente pour la France : car sa tactique électorale est, en gros, celle qu’a adopté et que souhaite adopter la droite française (Sarkozy, Fillon, Wauquiez).

    Il s’agit de se faire élire sur la crainte des Français envers la politique d’immigration et des minorités déraisonnable menée par la gauche et la droite ; mais, en réalité, dans le but de mener une politique égoïste et destructrice.

    Trump fait beaucoup de bruit sur ses mesures symboliques (restriction à l’entrée de musulmans, petites phrases critiquant la gauche dans l’affaire des statues, mur avec le Mexique…) mais en réalité sa grande affaire c’est de démanteler les réformes de santé d’Obama et de baisser les impôts.

    Chacun sait que la droite française n’a voulu, et ne veut, au fond, que cela : mener des réformes économiques détériorant le sort de la majorité des Français, au profit d’une minorité déjà gâtée. Cela sous couvert de prétendue lutte contre l’immigration et le communautarisme, qu’elle n’a en fait nulle intention de mener sérieusement.

    L’exemple de Trump, qui s’ajoute à ceux de Sarkozy ou de Fillon, fait voir encore plus la grosse ficelle utilisée.

    On ne peut que vous mettre en garde : vous avez voulu nous faire ce coup-là avec Fillon, et il a été éliminé au premier tour. Essayez de recommencer avec Wauquiez (ou un autre) et vous risquez d’obtenir le même résultat.
    Est-ce si difficile à comprendre pour les cadres de LR ? Vous n’êtes pas là pour mener des réformes néolibérales suicidaires. Si vous voulez avoir une chance d’être élus, vous devez tout simplement vous engager à rectifier vos erreurs sur la politique migratoire et sur la politique des minorités, avec sincérité, et sans vouloir en fait instrumentaliser ces questions à d’autres fins.

    • Georges dit :

      Le grand capital (tous continents confondus) nomade a avantagé et organisé l’immigration (dumping salarial) avec la collaboration politique notoire à la clef .Ce sont les classes moyennes et ouvrières qui paient la facture économique et sociologique de cette invasion fomentée.Les autorités des états éternellement tiers-mondistes sont également complices de cette organisation ravageuse .

    • Sganarelle dit :

      Eternel conflit de lutte des classes. Gauche ou droite aucune importance il faudra inévitablement gouverner au centre , chacun sait que le produit ne tient jamais les promesses de l’affiche . Alors Waukiez ne fera que traduire une tendance du goût momentané des français et leur besoin de « changement » style « on rase tout et on recommence » .. (Ou plutôt on s’agite mais rien ne bouge.. ) Je lui souhaite bon courage pour un pouvoir éphémère qui dès l’élection repense au vote suivant, des » partis »qui ne savent que démolir sans savoir construire et des idéologies dépassées (comme ouvrir les portes à l’immigration et les fermer à l’Europe !! .. C’est tout le paradoxe que certains prétendants nous offrent depuis des lustres. )
      On compte cinq républiques et des « réformes » sans fin avec toujours une partie de mécontents tant qu’il y aura une cassure droite ou gauche au pouvoir . Jamais personne en tête qui rassemble et représente la France des villes et celles des campagnes , l’ouvrier et le patron l’élève et le professeur. Même de Gaulle en son temps n’était pas l’élu dont tous se gargarise actuellement.
      Conclusion c’est la fable du  » meunier son fils et l’åne » les français ne sont pas faits pour la république.

    • IRIS dit :

      Vous seriez bien inspiré d’aller vendre votre soupe AILLEURS.No comment!

    • Jeeves dit :

      Parler de libéralisme en France m fait doucement rire… Avec 56% du PIB capté par l’Etat, les collectivités locales et les organismes sociaux, cela a tout du gag.
      Un peu de sérieux donc. Il n’y a jamais eu de néo-libéralisme en France,mais un capitalisme de connivence parfaitement malsain dans lequel trempent l’ensemble des « partenaires sociaux » et l’Etat. A cet égard, la préservation du rôle des branches dans la réfore à venir du marché du travail en est une belle illustration : pompe à finance des syndicats et des organismes patronaux, elles sont en outre un instrument particulièrement efficace pour préserver les rentes de situation et empêcher l’apparition de compétiteurs.

      C’est ce capitalisme de connivence et cet étouffement de toute initiative qui doivent être combattus.

      Cordialement

      J

    • Colibri dit :

      Pourquoi Don Quichotte devrait-il aller vendre sa soupe ailleurs? Merci à Maxime Tandonnet de lui permettre de s’exprimer sur son blog.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s