Politique et religion, le débat

Par Annick Danjou: Colibri, j’ai dit: « On peut être non croyant et non pratiquant sans pour autant être ennemi de l’église » ce qui veut bien dire que la religion a sa place évidemment mais ne doit pas se mêler à la politique. Contrairement [à d’autres] je pense que c’est ce mélange et l’importance actuelle de la religion dans tous les pans de la société qui entraînent les conflits et la haine qui s’installe dans notre pays. Pourquoi considérer que la religion, même catholique qui fait partie de notre culture, devrait accompagner les décisions ou les actes politiques? La religion est personnelle et si nous en sommes arrivés là, c’est bien à cause d’une religion qui s’impose dans notre vie quotidienne et qui personnellement m’indispose par ce qu’elle engendre et représente. Lorsque j’étais jeune, nous n’avions pas ces conflits, nous n’y pensions même pas, à l’école nous étions tous mélangés et personne ne parlait religion, je serai incapable de dire si mes amies de l’époque, au lycée, à la fac étaient catholiques, juifs, musulmans ou athées, ce n’était pas le sujet et c’était parfait. Notre vie était plus sereine.

Réponse de Colibri:

Je vais me faire un peu lourd et insistant. Je ne partage pas le point de vue que le fait religieux doit rester du domaine de la vie personnelle. A ce compte là pourquoi la politique ne resterait-elle pas du domaine de la vie personnelle? L’athéisme? La franc maçonnerie? Le sport? La musique? etc…etc… Je pense que la laïcité c’est organiser et codifier l’existence publique des religions et éviter si possible les débordements mais certainement pas les rendre responsables de tout ce qui ne va pas aujourd’hui. Nous vivons un monde sans foi ni loi et c’est sans doute ce qui pousse des millions de personnes à rejoindre des mouvances religieuses. Nombreux sont ceux qui ne se reconnaissent pas dans la société de consommation. Elle ne leur apporte pas le bonheur et nombreux sont celles et ceux qui cherchent ailleurs à combler un vide intérieur que le culte du corps, de l’épanouissement personnel, de la consommation à tout crin ne comble pas. Un dernier point enfin, comme un train peut en cacher un autre, la religion de l’argent se cache derrière l’affirmation que ce sont les religions qui provoquent les guerres et les conflits en cours. C’est mon point de vue mais j’accepte bien entendu que vous ne le partagiez pas du tout.

Publicités

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

32 commentaires pour Politique et religion, le débat

  1. Georges dit :

    La religion catholique fait partie intégrante de notre communauté Historique .

  2. Curmudgeon dit :

    Colibri rappelle que Mitterrand était un « socialiste athée ».

    Mais il consultait une diseuse de bonne aventure. Son savoir n’était peut-être pas à ma hauteur de sa plastique.

    Et il n’était pas le seul.

    Quand on est charitable, on appelle ça « croire aux forces de l’esprit ».

  3. souris grise dit :

    bonjour à tous .

    mon petit grain de sel .

    j’ai lu ts vos commentaires …seulement parler de religion , c’est oublier la foi , la prière , le recueillement , qui doivent rester ds le domaine privé ….

    Mirabeau , se demandait si la religion catholique devait rentrer ds la constitution .il y a eu un débat entre 6 personnes , et ils pensaient que la religion était du domaine privé à condition qu’elle ne soit pas source de trouble .

    dans ma région , il était interdit au sortir de la messe de se réunir devant l’église et ce jusqu’aux années 1900.

    maintenant dire que la religion peut-être source de trouble , évidemment … puisqu’ elle oppose divers courants d’idées … la religion est-elle politique ??? eh oui elle l’est puisqu’à sa tête se trouve un chef , avec des ministres de cultes …

    qu’on tourne qu’on vire pour bp d’entre nous la religion est un bagage culturel , une façon d’être , de vivre , qui n’est plus dans l’air du temps , mais que perso je ne renie pas bien au contraire . mais dans certaines régions du monde on tue pour cela.

    c’est ma petite analyse pas chichiteuse pour deux sous .

    amitié à tous .
    Chris

  4. Vu du Mont dit :

    Que de mal, il se dit sur ce blog à propos de la religion et donc de la religion catholique, la plus visible. c’est oublier les protestants, les orthodoxes pour en rester aux chrétiens. Cela est dû probablement à ce qu’elle est dans la réalité quotidienne. Les communautés de paroisses ou les paroisses sont bien vivantes et tournées vers le présent, vers les hommes et les femmes du territoire sans exclusion pour vivre et faire vivre leur foi dans l’Homme qui fut enseignée par le Christ. Ce travail est souvent invisible car il n’y a pas de raisons de le claironner. Comme pour tous les hommes, il y a aussi parmi eux des gens qui doivent se mettre en progrès pour être en phase avec La Parole, il ne s’agit pas d’en disconvenir. Mais plutôt de voir madame Michu qui dit du mal de sa voisine, regardons les chrétiens qui dans les entreprises, dans les partis politiques, dans les associations… agissent pour le bien commun.
    Quant à la connaissance de ce qu’est le christianisme, sa doctrine, son action mieux vaut chercher auprès des paroissiens actifs comment ils portent au quotidien le message du Christ  » Aimez-vous les uns, les autres, comme je vous ai aimés » (Evangile selon St Jean, chapitre 15, 9-17). Critiquer sans connaître et d’en rester à l’écume ne permet pas d’avoir un discernement éclairé.

  5. Annick dit :

    Bonjour Colibri,

    Vous me demandez :
    « L’intériorité et l’extériorité des choses, des situations, est-ce un concept bouddhiste?  »

    Je me fous des concepts tirés de notre savoir extérieur, donc non-acquis par la connaissance intérieure, qui est information divine, en direct de ce « germe divin » que le Père a placé en nous, nous créant dans le souffle (souffle qui est « Esprit »). Malgré la chute, et malgré toutes nos vicissitudes, ce germe est là, bien présent et inaliénable.
    A nous de le faire grandir, d’en devenir conscient. A nous d’aller à la rencontre de cet « enfant intérieur » et de le faire grandir pour passer de « l’image » d’Elohim , tel qu’IL nous a créés, à « La Ressemblance », qui est un travail divino/humain à faire.

    De plus, je n’y connais rien au boudhisme 🙂

    Lorsque je parle de lois ontologiques, ou de la nature ontologique de l’Adam que nous sommes tous (hommes ET femmes) je parle de notre VRAIE nature (celle du 7ème jour de la Genèse, avant la chute), et des lois divines qui ont créé le cosmos et qui s’appliquent toujours, même si nous les ignorons. Nous les appelons alors « hasard » ou « miracle », parce que notre intellect reste collé, prisonnier de nos concepts appris et non acquis par le travail intérieur aidé du Souffle de l’Esprit.
    C’est le « pêché » d’Adam que nous reproduisons : manger le fruit (pour devenir « COMME des Dieux » – voyez la ruse du satan ; « comme », et non des Dieux ) pour en acquérir sans effort la Puissance, La Jouissance, Le Pouvoir, alors que le travail d’Adam est de cultiver ses terres intérieures, pour DEVENIR ce fruit. Lisez la Genèse, tout y est.
    Ne prenez pas la Genèse pour une histoire qui se serait passée dans un temps donné, non elle EST toujours d’actualité, et Adam et Eve ne sont pas de lointains ancêtres, non ! Ils sont chacun de nous, de toute éternité, dans l’ici et maintenant.
    La Genèse décrit notre géographie intérieure (on va le dire comme ça, je ne sais pas comment l’expliquer autrement) et le travail que nous avons à faire pour relier les « eaux d’en haut » (le MI) et les « eaux d’en bas » (le MA) que sépare « une étendue ». Cette étendue est le lien. Là où s’accomplit notre travail.

    Il est bien difficile de parler, ici, d’un tel sujet qui demanderait des jours et des jours d’échanges..
    J’espère par ces quelques lignes vous avoir éclairé et permis de rectifier l’axe de votre chemin.

    La phrase importante de mon 1er post est celle-là :
    « Intérieur et extérieur sont les deux pôles d’une même réalité ». Oui, une « même » réalité.
    Quand Jésus dit « Je ne suis pas venu apporter la paix, mais l’épée », Il ne dit rien d’autre.
    Il s’agit bien entendu de l’épée intérieure afin que nos fassions le « sacré » en nous pour que les « sacrifices » (donc la souffrance) ne se fassent plus à l’extérieur.
    Si le ménage est fait dedans, plus de ménage à faire dehors. Miracle ! Non, loi ontologique.

    Une chose encore : j’ai aussi à FAIRE encore un sacré chemin !

    Pour ceux qui parlent de la sexualité : c’est l’énergie divine créatrice la plus puissante, et nous la dévoyons parce que nous sommes dans l’ignorance. C’est elle qui donne « l’Ivresse » (comme Noé après avoir bu le vin de la vigne de ses terres intérieures, fruit de son travail).
    Pour un couple il y a là un fabuleux moyen de retrouver le chemin.

    Amicalement,

    • Colibri dit :

      Question religion et catho plus particulièrement, je suis pas loin d’être analphabète alors je suis preneur de tout ce que vous pouvez m’ apprendre. Merci de votre réponse à ma question.

  6. annick danjou dit :

    @Philippe, « Je me rappelle de mes années d’enfant de coeur, où les personnes les plus méchantes, les plus vicieuses les plus colporteuses de ragots et de diffamations étaient celles qui allaient à la messe deux fois par semaine et se confessaient toutes les semaines.Toujours entrain de faire la morale mais d’une méchanceté incroyable. » Je pense que vous étiez enfant de choeur mais de coeur aussi certainement. J’aurais dit la même chose si j’avais osé, alors merci, car j’ai connu les mêmes que vous. Habitant dans un village, c’était encore plus flagrant.

  7. Philippe dit :

    Cher colibri,
    Nous vivons un monde sans foi ni loi et c’est sans doute ce qui pousse des millions de personnes à rejoindre des mouvances religieuses. dîtes vous
    En fait le terrain de prédilection des religions c’est l’ignorance du peuple, plus un peuple est ignare plus la religion se développe. L’histoire est là pour nous le rappeler. Et si l’on mélange politique et religion, là, c’est la guerre. Rappelez vous l’époque Elisabethaine et bien d’autres encore, l’histoire regorge d’exemple, je pourrais vous en citer des dizaines.
    Et plus nos jeunes seront incultes plus la religion progressera avec tout son esprit inquisiteur.
    J’ai toujours dit, mais cela n’engage que moi: « Lorsque le premier idiot a rencontré le premier hypocrite la religion est née »
    Je me rappelle de mes années d’enfant de coeur, où les personnes les plus méchantes, les plus vicieuses les plus colporteuses de ragots et de diffamations étaient celles qui allaient à la messe deux fois par semaine et se confessaient toutes les semaines.Toujours entrain de faire la morale mais d’une méchanceté incroyable.
    Mon père orphelin eut à faire aux religieux, entre les mots méchants, les sévices corporelles les privations, il se rappelle de leur sadisme et tout cela au nom de dieu!

    la guerre du Golf 1 et 2 et la guerre en Libye ne sont pas des guerres dues aux religions. oui mais admettez quand même que les américains aiment bien foutre le bazar partout « au nom de dieu »
    Le puritanisme américain m’énerve  » avec l’aide de dieu, grâce à dieu etc etc »

    • Curmudgeon dit :

      Contrairement à ce que vous pensez, aux Etats-Unis, l’invocation de Dieu n’est en rien le seul fait des « puritains ». Elle est le fait de toutes sortes de courants très variés.

      A vrai dire, dans le monde, c’est la France qui se singularise comme un pays franchement atypique. par le laïcisme étonnamment sourcilleux de certains milieux. Faut-il en tirer gloire ? L’étroitesse d’esprit est plutôt à déplorer. Chez les bigots comme aussi chez les anti-bigots forcenés.

    • Colibri dit :

      Je suis habitué Philippe à ce que vous écrivez et j’en sais la réalité que je ne contesterai pas. J’ai arrêté de me confesser lorsque, enfant, le prêtre m’a posé des questions sur mes parents tous les deux instituteurs. Il se trouve que j’ai grandi et vécu et travaillé avec des communistes, des socialistes, des francs-maçons. J’ai respecté, admiré et pris pour modèle celles et ceux qui l’étaient devenus avant et pendant la seconde guerre mondiale. J’ai du mal avec celles et ceux d’aujourd’hui. C’est sans doute que je commence à dater un peu. Car ce que vous dites avec juste raison des cathos pas très catholiques il est hélas possible de le dire aussi de certaines personne des gauches françaises qui peuvent se montrer très très inamicales entre elles. Pour ne pas dire plus. Je pourrais raconter quelques souvenirs de mes onze ans d’internat dans des établissements publics non confessionnels. Le sadisme n’est pas le monopole des religions !!!! J’ai souvent entendu aussi votre remarque sur le premier idiot qui rencontre le premier hypocrite. Elle est vraie. Le nier serait absurde de ma part. Pour ma part la religion catholique m’attire quand elle nous relie et nous rassemble pour aimer. Elle me repousse quand elle nous divise et nous fait nous haïr les uns les autres. Je partage votre point de vue sur le protestantisme américain. Peut-être même devrions-nous y ajouter les Anglais. Nous avons un problème avec l’islam conquérant et guerrier et avec le protestantisme guerrier et conquérant de Bush père et fils. Je n’ai pas compris d’ailleurs au passage pourquoi le président de la République François Mitterrand, socialiste athée, nous a engagé aux côtés des Américains pour la première guerre du Golfe. Je vous remercie de votre commentaire que je comprends et qui me semble juste et vrai. Simplement j’ai une attirance depuis que je suis enfant pour le catholicisme malgré toutes ses fautes et tous ses crimes. C’est irrationnel je l’avoue. J’essaye de m’intéresser à celles et ceux qui ont fait des choses bien et de les prendre pour modèle. Mais je sais que beaucoup d’horreurs sont et ont été commises au nom des religions. Cela me désole mais c’est hélas ainsi. Beaucoup d’horreurs ont été aussi commises au nom d’idées n’ayant rien à voir du tout avec les religions.

  8. Annick dit :

    Bonsoir Maxime,

    Nous sommes deux Annick sur votre blog et cet échange était, sans doute, entre Annick Danjou et Colibri.

    Certaines réactions sont vives, la religion est quelque chose de très personnel et je comprends leur vivacité.
    Personnellement je ne désire pas qu’une religion, quelle qu’elle soit se mêle de politique.
    Ce n’est pas son affaire, « elle n’est pas de ce Royaume » et elle doit s’attacher à développer et éclairer « le désir de Dieu », cette « vapeur » nous dit la Genèse qui est ontologique à tout Adam que nous sommes. Son rôle est de nous aider à faire grandir le germe divin présent en nos terres intérieures, jusqu’à devenir Fils de l’Homme, puis, de conquêtes en conquêtes, Fils de Dieu.

    Force est de constater que la plupart de nos religieux ont oublié leur mission et se contentent d’aménager comme ils peuvent une vague « moraline » sans saveur, adaptée à la seule réalité de notre espace-temps, ignorant toutes les octaves que le Verbe invite à danser avec LUI et laissant les assoiffés et affamés sur le bord de la route, se débrouiller et se dépatouiller comme ils peuvent.
    Heureusement, l’énergie divine intérieure est information et, si l’on est attentif, on arrive à se détacher de tout ce qui est inutile, parce qu’absurde, et à retrouver Le Sens.

    L’unique rôle de toute religion, c’est de nous faire retrouver le chemin perdu depuis la chute.
    Point final. Et la tache est immense.
    Tout le reste ne sont que traditions, us et coutumes qu’une société partage, mais qui ne participent pas de l’évolution spirituelle. Celle-ci ne s’opère qu’en communion intime avec le Divin intérieur et se vérifie au fur et à mesure de la « montée de l’échelle » dans les comportements dans le monde matériel. Là, nous saurons « rendre à César ce qui lui revient et à Dieu ce qui lui appartient ».

    Les religions qui imposent, obligent, revendiquent, se sont écartées du chemin et se sont emparé des énergies « Puissance, Pouvoir, Jouissance » volées par Adam au jardin D’Éden.
    Elles font de la religion un outil de pouvoir.

    J’ai résumé l’essentiel, chacun approfondira s’il le désire.

    Amicalement

  9. C’est vrai que la sexualité ça reste vachement du domaine privé avec les gosses, la survie de l’espèce, d’une nation, c’est une affaire vachement privée!!!

    Faites le même raisonnement avec le salut du genre humain, question éminemment privée!!!!!

    Que de conneries dites sur ces questions!!!!

    • Curmudgeon dit :

      Votre ironie est parfaitement justifiée.

      Les bons apôtres qui enjoignent à leurs concitoyens de cantonner ceci ou cela à la sphère privée utilisent ce sophisme culotté pour occuper, eux et eux seuls, le domaine public afin d’y exercer leur empire.

    • annick danjou dit :

      Heureusement que vous êtes là pour nous guider et nous monter la voie, theotimedesavoie. Je pense que si dieu, c’est vous, j’irai brûler en enfer!!!

  10. C’est fou comme les hommes font reposer si facilement les abîmes monstrueux de leur propre violence sur la religion… Regardez honnêtement dans vos coeurs et dites-moi en toute vérité si vous n’y voyez que bonté, tolérance, intelligence, cordialité!

    La religion en général, universalisme qui ne veut strictement rien dire! Parle-t-on des religions antiques à mystère, de la mythologie, des religions à sacrifices humains, du bouddhisme philosophie religieuse, de l’islam système politique et de conquête, ou du christianisme, religion de la sortie de la violence mimétique, seule religion dénonçant la violence des violents à l’encontre des victimes (René Girard) seule et unique religion qui répond au problème du mal, de la violence et du sens de la vie…

    Et puis c’est vrai autrefois en République française tout était si apaisé, n’est-ce pas Annick!!!!!
    Sidérant de bêtise, la république maçonne a réussi à faire oublier ses crimes!

    https://www.google.ch/url?sa=i&rct=j&q=&esrc=s&source=images&cd=&cad=rja&uact=8&ved=0ahUKEwjI0ZKOw4TVAhXB2RoKHXGVBckQjRwIBw&url=http%3A%2F%2Fwww.lefigaro.fr%2Fmon-figaro%2F2015%2F01%2F18%2F10001-20150118ARTFIG00156-laicite-quand-la-republique-combattait-l-eglise-catholique.php&psig=AFQjCNFV1SbLdDeQ-se3z5iCRCWPi5apxw&ust=1499975709180680

  11. Olivier dit :

    Quelqu’un peut-il m’éclairer sur les causes religieuses des guerres d’Algérie, d’Indochine, la seconde guerre mondiale, la première guerre mondiale, la guerre de 1870 ? Quant à la période révolution française et napoléonienne, il ne me semble pas que le fait religieux soit au premier plan, même s’il a un rôle (mais comme toute différence pouvant être exploitée en cas de guerre civile).

    • Curmudgeon dit :

      On dispose de chroniques depuis bien 4000 ans, ce qui donne tout de même une base de données respectables.

      On constate que. si certaines agressions s’expliquent par un facteur religieux dominant, la grande majorité des conflits armés sont déclenchés par des instances politiques.

      Le cas particulier est l’islam. En Europe on ignore généralement les effets du jihadisme conquérant en Inde, en Afrique noire notamment entre le XVIIe et le XIXe siècles (les colonialistes européens ont provisoirement stoppé cet élan), et même en Insulinde malgré l’idéalisation d’un aimable soufisme propagé par de paisibles commerçant (en fait ceci s’est accompagné de guerres déclenchés par des sultanats contre les royaumes hindous).

      L’islam est particulier justement parce que, comme je l’ai rappelé, l’islam est intrinsèquement « politique » et conquérant. Il l’est depuis… l’Hégire.

    • annick danjou dit :

      Il y a toujours des contre-exemples pour tout: la grammaire française est terrible pour ça; un exemple parmi d’autres: les mots qui commencent par ap prennent 2 P sauf: apercevoir, apitoyer, apéritif, apaiser, apostropher etc….

  12. Curmudgeon dit :

    En France, ce qui est « laïque », c’est très précisément l’Etat.

    L’Etat n’est pas la nation. L’Etat n’est pas la société.

    Faut-il que la manifestation de la religion soit cantonnée « à la sphère privée », selon l’expression répandue, mais ambiguë ? Tout dépend comment on définit ce qui est « privé ».

    Ensuite, même si la République est laïque, elle ne feint nullement d’ignorer l’existence de certaines religions au moins, appelées « cultes ».

    (1) Le Ministre de l’Intérieur est chargé des cultes

    (2) La République française entretient depuis bien longtemps des relations diplomatiques avec le Saint-Siège. Le Saint-Siège (qui n’est pas « le Vatican », si ce n’est en français courant) est cette entité jouissant du statut de personne en droit international, et qui, du point de vue externe, est le lieu juridique où se situe la représentation de l’Eglise catholique.

    (3) Une partie du territoire continue à être régi par le Concordat.

    (4) L’Etat essaye, gauchement, et dans une remarquable ignorance des réalités, d’organiser l’exercice du « culte » musulman.

    Note – Avec le « culte » musulman, un des problèmes de fond est tout bonnement qu’il n’est pas circonscrit à un « culte », une religion, au sens du catholicisme ou des Églises reformées, ou du judaïsme.

    La doctrine de l’islam, telle qu’enseignée par les « savants de l’islam », est contenue dans le Coran (dont la lecture doit se plier au principe de l’abrogation qui y est contenu comme parole divine ipsissimis verbid) ET dans la Sunna.

    Cette doctrine ne définit nullement l’islam comme une religion pure et simple, mais comme un système hybride qui comprend d’une part ce que nous appelons une « religion », et d’autre part un système socio-juridico-politico-économique visant
    (1) à encadrer au maximum la vie quotidienne du musulman observant (jusque dans des gestes quotidiens qui ne sont pas codifiés dans des religions telles que les différents courants du christianisme) ;
    (2) à établir la domination des musulmans sur les non-musulmans, et, si possible, leur « retour » à l’islam, « dīn » naturel de l’humanité (doctrine de la fitra).

    Les pouvoirs publics, pas plus que la grande majorité des politiques, des journalistes, des intellectuels, des hommes d’Eglise, des responsables associatifs, etc. ne saisissent pas ces faits élémentaires.

    On ne peut pas commencer à résoudre un problème qu’on n’a pas été capable de poser parcé qu’il concerne une entité qu’on ne sait pas catégoriser correctement.

    Si on classe les loups comme des chats, on ne pourra pas comprendre le comportement des loups.

    • xc dit :

      J’ajoute la loi qui punit d’amende les ministres du culte qui célèbrent habituellement des mariages entre personnes non mariées civilement entre elle.
      Comme si la notion de « ministre du culte » était valable pour toutes les religions. Comme si ce qui peut justifier une telle règle ne concernait pas les mariages traditionnels. Alors que le concubinage, qui est, en définitive, l’équivalent pour l’état-civil de la situation créée par un mariage religieux ou traditionnel, est ignoré.

  13. Gérard Bayon dit :

    Bonjour à toutes et à tous,
    Je souhaiterais rebondir aux propos d’Annick.
    Vous indiquez : « Lorsque j’étais jeune, nous n’avions pas ces conflits, nous n’y pensions même pas… ». Je ne connais pas votre âge, mais je peux témoigner que lorsque j’étais jeune et bien que mes parents étaient des catholiques non pratiquant, ils ne me demandaient pas de penser mais m’envoyaient, comme leurs parents les y avaient contraints avant, quand même régulièrement au catéchisme, à la messe y compris pour la servir, chez les scouts de France, il fallait à cette époque être baptisé, puis « faire » sa confirmation et sa communion solennelle, se marier à l’église etc. en pensant simplement que ce modèle d’éducation qui complétait l’éducation laïque, ne pouvait qu’être bien et préparer des adultes respectueux, sociables et aptes à réfléchir.
    La religion s’est donc imposée à moi de manière quasi naturelle comme sans doute à de nombreuses générations pendant toute notre éducation. Je ne m’en plains pas, j’y ai trouvé de réelles valeurs que j’ai conservées mais il faut reconnaître que même si, à l’époque nous n’y pensions pas et que cela ne constituait pas un sujet de discussion, la religion faisait bel et bien partie de notre vie quotidienne et de la vie politique d’alors.
    Depuis 1962, d’autres parents venus d’Afrique du Nord avec une autre religion ont formé leurs enfants de la même manière que nos parents et nos grands-parents…

  14. Colibri dit :

    Merci à Annick de son commentaire qui modère mes propos et m’invite à ne pas me laisser enfermer dans une ou des religions. Merci à Maxime Tandonnet d’avoir mis en ligne nos échanges. Quand nous ne savons pas où nous allons il faut se souvenir d’où nous venons affirme un proverbe africain. Ma participation d’aujourd’hui sera donc le lien suivant:

    https://lagrandemue.wordpress.com/2016/02/23/unis-par-une-pensee-commune/#more-661

    • Annick dit :

      Bonsoir Colibri,

      Je viens de lire le lien que vous nous indiquez.

      L’homme qui arpente le chemin spirituel, celui que le Christ nous donne en exemple, sait que la vérité dépend des différents niveaux de conscience qu’il acquiert au fur et à mesure de son avancée.
      La vérité d’une terre intérieure conquise, est toujours dépassée par la suivante, et ainsi de suite.

      Quel que soit l’évènement extérieur qui se présente à nous pour le vivre, il est toujours en corrélation, et donc la conséquence, de ce qui se passe dans notre intériorité, car :
      intérieur et extérieur sont les deux pôles de la MÊME RÉALITÉ.

      L’auteur de votre lien écrit :
      « On y analysait les causes profondes de la montée des totalitarismes de droite détectées moins dans l’idéologie que dans les lieux communs et l’imagerie des médias de l’époque : grande presse, radio, cinéma. »

      La cause profonde avait pris naissance en eux. Dans le non-travail intérieur, « les terres à cultiver » délaissées et non travaillées, les énergies non retournées et qui dès lors, dévorent l’homme et se répliquent dans la terre extérieure.
      Tous les conflits, toutes les guerres, tous nos ennuis viennent de notre ignorance des lois ontologiques.
      Comprendre le Sens, c’est cela l’éveil, et, il faut bien le constater, les religions ont failli à nous y initier.

      Amicalement,

    • Colibri dit :

      Je viens de lire votre commentaire et je le relirai encore pour bien en comprendre le sens. J’ai participé dans un passé récent à une soirée de réflexion sur les niveaux de conscience de l’être humain. J’ai du chemin à faire! J’ai une question à vous poser. L’intériorité et l’extériorité des choses, des situations, est-ce un concept bouddhiste? Je me sens en accord avec la fin de votre commentaire.

  15. Faudrait surtout pas citer l’affreux catholique qui a eu l’heur de lancer cet important débat !

  16. Stéphane B dit :

    Bonjour,

    Des intelligents ont tagué l’aire de jeu pour enfants chez nous. L’un deux a écrit « religion = fouteuse de merde » A la vision historique du rapport entre la religion et les Etats français, européens, mondiaux, je partage ce point de vue. La religion, ou plutôt ses pseudo-représentants,ont toujours voulu imposer leur point de vue, amenant dans leur sillage esclavage, sacrifices humains pour certaines, guerres, désolation, éradication de communautés ou de gens ayant un autre point de vue.
    Mais attention, quand j’écris religion, je parle de toutes les religions qu’elles soient cultuelles ou culturelles ou laïques. Aussi, cela concerne la religion Inca, Maoïste, communiste, catholiques, protestantes, scientologie, hindou, musulmane, sikh, …
    L’Homme est trop bon (à écrire avec un énorme C) pour s’en passer d’une; il a besoin de montrer qu’il a toujours raison et veut dominer.

  17. Jean-Louis Michelet dit :

    Une religion qui peut tolérer les autres ne songe guère à sa propagation.

  18. michel43 dit :

    pour MOI , athée , les religions ,on toujours poser des problèmes ,toutes les guerres depuis des siècles en sont issues ,d » ailleurs en FRANCE ,en ce moment ,c’est le vrais problème, la religions musulmanes ,est déborder part les islamiques ,pourtant minoritaire ,somme nous vraiment LAIQUE ? je ne le pense pas ,nous payons les erreurs des dirigeants ,qui on voulue dégager le SADAM et le LIBYEN SOIS DISANT pour y mettre la démocratie ,que nous n » avons pas en FRANCE…voyez le résultat….

    • Colibri dit :

      Michel43 toutes les guerres sont pas issues des religions. La révolution française, 1871, 1914/18, la révolution russe, 1939/45, la guerre d’Indochine, la guerre d’Algérie, la guerre dans l’ex-Yougoslavie, ainsi comme vous le signalez vous-même que la guerre du Golf 1 et 2 et la guerre en Libye ne sont pas des guerres dues aux religions.

  19. sigismonde dit :

    la religion et la sexualité sont et doivent rester du domaine privé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s