Le sondage interdit

Le sondage CEVIPimagesQ97MTRRDOF de janvier 2017 sur la confiance des Français devrait être le « livre de chevet » de tous les responsables politiques. Pourtant, largement passé sous silence, boycotté par la France dite « d’en haut », tant il dérange ses habitudes de pensée. Chaque année, en janvier, il exprime le sentiment de la majorité silencieuse. En cette période préélectorale, entre les primaires de droite et les primaire de gauche, il souligne que la fracture entre la France dite d’en haut, celle de la politique nationale, médiatisée, et la France dite d’en bas, celle de la majorité silencieuse, ne cesse de s’aggraver, malgré la déferlante de la posture « anti système ». Pour 89% des Français, les responsables politiques nationaux « ne tiennent aucun compte de ce que pensent les gens comme eux ». 64% font confiance à leur maire, mais 25% au président de la République. 70% pensent que la « démocratie fonctionne mal ». 83% font confiance aux hôpitaux,  82% à l’armée, 81% aux PME, mais 24% aux médias et 11% aux partis politiques… La politique inspire à 40% de la méfiance, 28% du dégoût, 10% de l’ennui, 3% de la peur, soit 81% de perception négative. 75% estiment que le notions de droite et de gauche ne veulent plus dire grand chose. 77% jugent les politiques devraient moins communiquer et « prendre des mesures » dans l’intérêt général. 79% pensent que les grandes décisions engageant l’avenir doivent « faire l’objet d’un débat approfondi », et 79% que « les camps opposés devraient s’entendre dans l’intérêt du pays ». 91% sont « attachés à la démocratie » et 62% veulent que « les citoyens participent davantage à la décision ». 32% se sentent « uniquement français, 34% plus Français qu’Européens et 33% autant Français qu’Européens ».

Le spectacle actuel de la politique française, au niveau national, médiatisé, est en effet consternant: obsession carriériste, démagogie forcenée (le revenu universel), exaltation factice de personnages qui n’ont jamais rien prouvé, idolâtrie nihiliste  (Macron, le Pen), culte de la polémique et de la provocation, mépris de la France profonde à travers le déni des sujets fondamentaux, notamment la réforme de la démocratie. Sous l’effet d’une mode idéologique venu d’outre-Atlantique, les candidats se proclament tous « anti système » mais se vautrent dans la routine politicienne sans tenir le moindre compte de l’attente d’une transformation radicale de la vie publique qui  s’exprime des profondeurs de la Nation: démocratie de proximité, recours au référendum, recomposition générale de la politique française, réhabilitation de l’autorité du gouvernement sous le contrôle d’un Parlement représentatif des citoyens, prise en compte systématique de l’avis des Français sur les grands sujets, maîtrise des frontières, l’Europe, l’école, l’autorité, l’économie, la sécurité, etc. La question centrale de la fracture démocratique entre la classe dirigeante, influente, médiatisée et la majorité silencieuse est largement ignorée de la campagne électorale en cours. La fuite dans la logorrhée « anti système », devenue le paroxysme de la banalité,  ni changera rien. La vérité est que les gens ne supportent plus de subir des orientations et des décisions sur lesquels ils n’ont pas le sentiment d’avoir été écoutés. La remise à plat concrète de la vie politique française, du système des partis, des modes de décision, le renforcement de la démocratie de proximité, la sortie de la personnalisation excessive du pouvoir qui corrompt la politique en la soumettant aux passions idolâtres, au détriment de la raison et de l’intérêt public: tel est le sujet fondamental qui détermine tous les autres. Mais le sondage remet en question nombre de rentes de situation et de droits acquis, bouscule trop de rêves narcissiques et mégalomanes. Voilà pourquoi, sans doute, cette enquête passionnante du CEVIPOF, qui n’épargne personne de la politique nationale, médiatisée, de l’extrême droite à l’extrême gauche,  dérange tellement, fait l’objet d’un véritable boycott et d’un enterrement médiatique de première classe…

Maxime TANDONNET

 

 

 

 

Advertisements

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

24 commentaires pour Le sondage interdit

  1. Cyril dit :

    Bonjour, merci Maxime pour l’information de cette enquête cevipof, la méfiance envers la classe politique et les élites n’est pas nouvelle , Cyril

  2. Curmudgeon dit :

    Peine perdue pense que je suis superficiel et ignorant. Il m’est impossible de répondre sans paraître imbu de ma personne (qui osera dire qu’il est profond et érudit ?), donc je n’ai répondre là-dessus.

    Peine perdue pense aussi que (1) je suis un réformateur franchouillard qui veut imposer son ingénierie sociale (2) et cela depuis Paris, et (3) que je suis un admirateur de Nietzsche…

    Peut-être pense-t-il aussi que je fais partie des énarques, bien que ce soit moins clair à la lecture. Il n’en est rien.

    Je suis très exactement le contraire pour (1), (2), (3), et ça ce sont trois faits empiriques froidement objectifs.

    Au passage, l’amusant est que, tout récemment, vers le 15 décembre, j’ai écrit des commentaires insolents à l’égard de Nietzsche, ce qui m’a valu la réprobation de Maxime Tandonnet. Ceci est aisément vérifiable.
    https://maximetandonnet.wordpress.com/2016/12/15/fierte-de-la-culture-francaise/

  3. Georges dit :

    Le phénomène ne touche pas que la France ,il nous faut quelques bons gestionnaires et nettement moins de politiques.

  4. Curmudgeon dit :

    Peine perdue croit que « pays politiquement avancé » est ridicule et marxoïde.

    Un pays est plus avancé politiquement qu’un autre si ses institutions sont meilleures et s’il est mieux administré. Ainsi le duché de Normandie sous les Normands était mieux géré que d’autres pays. La Suisse a un système politique (et des mœurs) supérieure à la Chine.

    Non ?

    L’histoire de France est ce qu’elle est, mais il n’est pas inscrit dans le bronze que les Français doivent vivre dans un système centralisé et parisianisé.

    Si les Français ne doivent absolument pas s’inspirer de ce qui peut être bon ailleurs, on se demande pourquoi ils ont eu le culot, depuis plus de 300 ans, d’essayer d’imposer leur domination, d’exporter leur révolution et leur République, de créer des états satellites au Premier Empire, de s’embarquer dans des aventures coloniales défendues en partie par l’assurance que nous allions civiliser les indigènes. Nous ne voudrions rien devoir aux autres, mais nous aurions la prétention de leur imposer une imitation de notre auto-décrétée supériorité ?

    Lisez sur la France la presse Suisse quand elle est un peu insolente.

    • peine perdue dit :

      Je vous confirme que la Chine n’est pas et ne sera jamais gouvernée comme la Suisse, parce que c’est impossible. Et aussi, que l’éthique confucéenne n’est pas à dédaigner.

      « L’histoire de France est ce qu’elle est, mais il n’est pas inscrit dans le bronze que les Français doivent vivre dans un système centralisé et parisianisé. »

      Assurément, ce n’est pas gravé dans le marbre ; d’ailleurs ce n’est plus le cas. Et on constate que cela marche moins bien qu’avant.
      Il est toujours possible d’imposer à la France des réformes contraire à son organisation historique, mais cela marchera moins bien, et à terme ce ne sera plus la France. C’est exactement ce qui est en train de se passer, et on trouvera toujours des … gens comme vous pour s’en réjouir.

      « d’exporter leur révolution et leur République »

      Eh bien d’une part cela ne leur a pas porté chance, puisque cela a permis à l’Allemagne et à l’Italie de s’unifier, alors que l’ancien régime avait toujours pris garde de maintenir l’Allemagne désunie. Et, d’autre part, votre ami Nietzsche a remarqué dans Par delà le bien et le mal que les idées ainsi exportées ne sont pas françaises mais anglaises. A l’époque, l’anglomane en chef était Voltaire (entre deux séquences de léchages de bottes aux tyrans russes de l’époque, jugés par lui plus éclairés que les monarques français).

      « de s’embarquer dans des aventures coloniales défendues en partie par l’assurance que nous allions civiliser les indigènes »

      Les épisodes coloniaux habituellement cités comme les plus réussis sont justement ceux où les structures du pays d’accueil ont été respectées, comme l’a fait Lyautey au Maroc…

      « Lisez sur la France la presse Suisse quand elle est un peu insolente. »

      Si vous étiez un solide citoyen germanique, allemand ou suisse, vous ne vous laisseriez pas monter la tête par la presse française contre votre propre pays. Ce qui montre assez le caractère incohérent de votre propos. Car vous vous comportez en vulgaire casse-pieds franchouillard, superficiel et ignorant, et qui souhaite imposer à ses concitoyens, depuis Paris, la dernière mode du moment, ici une décentralisation qui ne correspond en rien à l’histoire ou aux besoins du pays et qui détériore son fonctionnement.
      C’est comme ça, les Français ne sont pas les Allemands ou les Suisses. Aussi faut-il réfléchir avant de dire que telle ou telle organisation serait fantastique, car elle marche (ou marcherait) là-bas. Mais réfléchir est ce qui effraie de plus les réformateurs franchouillards, à commencer par les énarques.

  5. Frederic_N dit :

    Bonjour Maxime

    Maintenant que la droite est au pouvoir .. euh pardon .. au gouvernement
    En fait elle y est depuis la victoire de Fillon aux primaires, ce qui ne veut pas dire qu’elle y restera après les présidentielles..
    Maintenant donc que la droite est au gouvernement, il serait quand même temps de regarder les choses en face. Certes le peuple français pense qu’il n’est pas écouté. Mais soyons lucide , vous dites vous même que 77 % des français sont pour des mesures d’intérêt général. Mais vous ne dites pas quelle proportion hurlera à la mort dès que la première mesure d’intérêt général sera prise … A mon avis beaucoup plus que les 23 % restant ..

  6. Curmudgeon dit :

    Pour les amateurs de chiffres sur la délinquance, s’il y en a, une précision numérique.


    Philippe Pascot, qui fut adjoint de Manuel Valls à Evreux, et auteurs de livres sur les élus, s’est livré à un examen de la carrière de chacun des 825 parlementaires. Il a déterminé le nombre de ceux qui ont eu à faire soit à la justice, soit au fisc.

    Qu’a-t-il trouvé ?
Il a trouvé que ce nombre était égal à 270, à savoir environ 30 %. Personne ne lui a intenté un procès jusqu’à ce jour. J’inclinerais donc à penser qu’il n’est pas loin de la vérité.


    Tant qu’on reste au niveau de « tous pourris ! » (propos de bistro), ou de « l’immense majorité des élus est intègre » (langue de bois), on ne dit rien sur le monde réel. On opine, on affirme, on bavarde.

  7. Gérard Bayon dit :

    Bonjour à toutes et à tous,
    Et une enquête CEVIPOF de plus ! Voilà bien longtemps que ce genre d’enquête montre, confirme et amplifie année après année le manque de confiance et de crédibilité des Français vis à vis de leur classe politique et des médias. Pensez-vous que cela ait servi à quelques chose dans leur fonctionnement et leurs analyses ?
    Déjà, plus qu’un doute subsiste quant à la pertinence de ces sondages qui, campagnes après campagnes et quels que soient les sondeurs, montrent le peu de fiabilité qu’il convient de leur accorder.
    Je reste persuadé qu’ils ne servent à rien pour les politiques et les médias trop sûrs de détenir la vérité. Seuls, les quelques chiffres ou éléments favorables à tel ou à untel seront exploités par les personnes, partis et médias concernés, tout le reste sera considéré comme non fiable voire nul et non avenu et caché sous le tapis en attendant la prochaine enquête.
    Les seuls chiffres qui comptent sont les résultats des élections et encore ! Il n’est que de voir ce qu’il est advenu du résultat du « référendum » pourtant organisé par le gouvernement concernant la construction de l’aéroport de ND des Landes !
    Alors comment voulez-vous que les Français accordent un quelconque intérêt à cette classe politique ?
    Un jour, sans doute proche, les 89% deviendront 90 puis peut-être 95%. Et quand tous ces gens-là en auront assez d’être pris pour des imbéciles on verra si les politiques et les médias résisteront à la vague qui se transformera en tsunami.

  8. Bernard dit :

    Bonsoir Maxime,
    Et oui cela confirme ce que nous sommes nombreux à écrire sur ce blog depuis des mois: personne n’est intéressé par ce que pense le Peuple. Et après les hommes politiques tombent de l’armoire lorsque le couperet des élections tombe. Mais comment ont ils pu me faire cela ? Maintenant je ne suis loin de croire que Marine Le Pen pourrait en profiter. Il y a deux autres candidats, peut être trois qui pourraient bien rebattre les cartes. Heureusement pour notre Pays quand bien même dans les trois certains n’ont pas l’heur de me convaincre sur l’absence de programme.

    • Janus dit :

      Le peuple ne pense rien de tout cela : Le peuple ne compte pas, il veut être remboursé de ses dépenses de santé, mais il se fout totalement de savoir d’où vient l’argent. Le peuple est d’accord sur toutes les aides sociales diverses et variées, mais il se fout d’où vient l’argent. Le peuple se fout de l’Euro (Il trouve pas mal de pouvoir aller en Espagne ou en Italie avec la même monnaie que celle qu’il utilise en France), mais il se fout de savoir que l’Euro ne peut pas fonctionner sans redistribution entre les différents états qui composent l’UE. Le peuple trouve qu’il y a trop d’immigré, mais il ne vole pas au secours de ceux qui veulent expulser le trop plein. Le peuple s’alarme de l’Islam , mais il ne veut surtout rien faire pour le combattre sur son sol. Le peuple est choqué des attentats, mais il ne réagit qu’avec des bougies et des affichettes ridicules et infantiles.. Le peuple n’aime pas les gros riches, mais il pleure des larmes de sang lorsqu’une usine est délocalisée ou qu’ un riche se tire au delà des frontières. Le peuple se fout de la vente de ALSTOM à GE par un quarteron de traitres issus de la droite chiraquienne et avec l’aval de Macron, mais il adule Macron et aimerait bien l’avoir pour gendre etc, etc.
      Ce que nous vivons n’est rien d’autre qu’un sondage grandeur nature avec toutes les incohérences d’un peuple inculte, imbécile et collabo dans l’âme.
      Lorsqu’ un député tripatouilleur est mis en cause par la justice, il ne courre aucun risque : Il sera réélu s’il sait distribuer les prébendes : cf Marseille…
      Bref, nous n’avons que ce que nous méritons. Nous œuvrons tous peu ou prou avec constance pour le grand effondrement , en espérant secrètement qu’il y aura un autre de Gaulle ou un autre Clemenceau pour reprendre la Direction du pays et en attendant nous jouissons…Mais le grand homme sera peut-être Saladin.
      La France est morte de son inculture économique , de sa prétention au magistère intellectuel et culturel, de ses DERRIDA, FOUCAULT, BARTHES, MINC et consorts, de ses journalistes ignares et callipyges et de ses énarques formés au même moule du keynesianisme mal lu et mal compris.
      RIP

  9. H. dit :

    Bonsoir Maxime,

    Je crois que c’est Georges Pompidou qui a eu cette phrase célèbre à l’encontre d’un de ses ministres « Arrêtez d’emmerder les français!!! ». Si la classe politique dans son ensemble faisait sienne de cette phrase, elle serait globalement bien mieux perçue car pour le moment, c’est hélas son passe-temps quotidien. Inventer des machins pour faire c… les citoyens et être aux abonnés absents quand le besoin s’en fait sentir pour résumer lapidairement la situation. Ce billet en parle mieux que moi: http://h16free.com/2017/01/15/56990-redite-comme-une-envie-de-pneus-neige
    Vous avez comme moi constaté que nous sommes en hiver. La classe politique doit être bien être la seule qui l’ignore comme elle doit ignorer qu’en cette saison, il est normal qu’il fasse froid. Pourquoi d’ailleurs se gêner puisqu’on peut proférer les plus grosses c… sans être contredit: http://www.skyfall.fr/2017/01/22/renouvelables-vague-de-froid/
    Aujourd’hui, l’hystérie imbécile atteint son comble avec le fameux pic de pollution. Chaque région y va de sa petite mesure forcément contraignante (et parfaitement inutile au demeurant): Paris (vu son maire, c’est logique), Lyon (même remarque), la Bretagne dans son entier, les Pays de la Loire, la Lorraine, le Sud-ouest, etc,… Déjà que dès qu’il pleut ou qu’il y a du vent ou qu’il fait beau, on a droit aux alertes comme si nous étions des enfants (le pire a été atteint cette semaine en Corse. Pour avoir habité trois ans en plaine orientale à 500 mètres de la mer, pas au sommet du Monte Cinto, je pouffe). Ça en devient proprement insupportable et c’est parfaitement illustré par ce sondage. Dans le même temps, les trains sont de plus en plus souvent en retard (manque de subvention, je suppose), EDF a du mal à fournir du courant au pays (qu’en sera-t-il si les délires escrologiques actuels perdurent?) et le chômage atteint des sommets malgré les pitoyables manipulations statistiques. Ras le bol des délires narcissiques et coûteux (c’est normal, ce n’est pas leur argent) et de l’incompétence érigée en vertu. D’ailleurs, au sujet d’argent, je voudrais qu’on m’explique comment en 30 ans de parasitisme (Si Trump dans ce laps de temps a construit un empire qui fait vivre plus de 22 000 personnes si j’en crois Wikipédia, les nôtres se sont contentés généralement de bien vivre sur la bête tout en endettant le pays pour une centaine d’année!!! Cherchez l’erreur.), on peut accumuler un patrimoine de plusieurs millions d’euros. Personnellement, je n’ai pas trouvé la martingale.

    Bonne soirée

    • EQUALIZER dit :

      « H » vous ne croyez pas si bien dire ! j’ approuve à 100% ! ahhh ¨Pompidou ! c’ était dans un autre pays qui a disparu ..

      Un commissaire politique avait réuni les paysans du kolkhoze . Il fait un petit discours sur l’ agriculture soviétique … puis il pose une question :
      « camarades paysans! qui peut me citer les quatre fléaux de l’ agriculture socialiste? »
      les paysans baissent la tête .. silence dans la salle . Le commissaire politique toise l’ assemblée et dit « alors? personne ne sait? » .. la salle reste silencieuse .. tout le monde garde la nez baissé pour ne même pas croiser son regard .. alors on entend la voix d’ un vieux paysan qui dit :
      « Moi je sait camarade commissaire! les quatre fléaux de l’ agriculture soviétique sont … le printemps , l’ été , l’ automne et l’ hiver » …

      c’ est pas faux !

    • Curmudgeon dit :

      Le maire de Lyon n’est pas du tout le même genre de socialiste que Mme Hidalgo.

      A Lyon la décision de circulation alternée est prise non pas par le maire, mais par le préfet du Rhône.

  10. peine perdue dit :

    S’il faut préconiser des livres de chevet aux hommes politiques, je leur conseillerais plutôt des livres sérieux (histoire par exemple, notamment industrielle) qu’un nouveau sondage éphémère et imprécis, dans lequel on peut lire comme dans le marc de café ou les entrailles de poulet.

    Par exemple, si le maire est plus populaire que le président, c’est parce qu’il ne prend pas de décisions ayant un impact négatif sur ses concitoyens : ce n’est pas lui qui conduit les réformes qui dégradent la situation des gens.
    Il peut vouloir construire un monument qui ne plaît pas, accueillir des réfugiés dont ses concitoyens ne veulent pas, ou faire des déclarations qui déplaisent. Mais ce n’est pas très fréquent.
    S’il avait plus de pouvoir, comme essaient de le promouvoir ceux qui veulent à tout prix décentraliser (en dépit du contre-exemple de la décentralisation ratée et contre-productive depuis 40 ans), il deviendra lui aussi très impopulaire.

    Quant à la multiplication de la consultation des citoyens, cela ne semble pas très sérieux. Les gens peuvent déclarer qu’ils veulent être plus consultés, sont-ils prêts à passer le temps nécessaire pour bien s’informer, et sur tous les sujets qui seraient mis à consultation ? Evidemment non.

    Au fond, la Ve du début marchait bien, et ce n’est donc pas la peine d’aller, une nouvelle fois, réinventer l’eau tiède. Il faut plutôt que les réformateurs tirent la leçon de leur échec, et nous débarrassent progressivement de toutes leurs cochonneries (décentralisation, UE, privatisations, réformes idéologiques de l’école, repentance, et dispositifs institutionnels ayant conduit au désordre multicul).

    Il n’est point besoin d’aller « emmerder les Français » pour défaire cette vague de mauvaises réformes.
    Par contre, vu que le sinistre Fillon a l’intention d’aller encore plus loin dans cette direction sur la plupart des sujets (y compris lorsqu’il prétend le contraire, sur l’UE par exemple), ce n’est naturellement pas lui qui montrera la voie.

    • Curmudgeon dit :

      Les Suisses acceptent d’être consultés.

    • Curmudgeon dit :

      Un pays politiquement avancé est bien évidemment « décentralisé » (systèmes fédéraux et autres). Tel est le cas de la Suisse, des États-Unis, de l’Allemagne, de l’Australie, etc.

      Si ce n’est pas possible en France, c’est alors que la France est un pays sous-développé, ou peuplé de rebelles et d’anarchistes qui doivent être matés par un autocrate jacobin armé d’un fouet.

      Dans tous les cas, c’est peu flatteur pour notre nation.

    • peine perdue dit :

      Non seulement la notion de pays politiquement avancé est ridicule (et fait penser au sens de l’histoire marxiste), mais en plus les pays que vous citez ne sont pas organisés de manière fédérale suite à une évolution récente mais du fait de leur histoire même.

      Tony Blair, entre les nombreuses dérives qu’il a impulsées, s’est sans doute imaginé être dans le sens de l’histoire quand il a donné plus de pouvoirs à l’Ecosse (et au pays de Galles). Mais aujourd’hui, c’est le Royaume-Uni qui est menacé d’explosion.

      Enfin, les Français feraient mieux d’arrêter de vouloir singer telle ou telle partie des institutions de tel ou tel pays, après les avoir idéalisées en toute méconnaissance de cause. Si les Français étaient suisses, suédois, allemands ou américains, cela se saurait. Mais ce n’est pas le cas et c’est très bien comme ça.
      Le dernier exemple en date, les primaires importées des US, n’ont d’ailleurs pas fini de faire la preuve de leur nocivité (en plus de la servilité qu’elles dénotent face au prétendu modèle américain).

  11. DID63 dit :

    Monsieur,
    Je ne vous suis pas complètement dans votre raisonnement.
    Que la classe politique soit engluée dans le narcissisme et l’impuissance, c’est une évidence. Mais c’est le résultat de l’évolution de la société vers la médiatisation à outrance et le politiquement correct. Pour se démarquer entre eux, les politiques n’ont plus que le paraitre. Alors ils en rajoutent dans ce registre et ensuite gouvernent avec des écrans de fumée pour faire illusion. Car ce qui importe, c’est d’être réélu à n’importe quel prix ! Une voie royale pour la démagogie comme le montre la campagne actuelle en vue des présidentielles.
    Vous semblez fasciné par cette enquête du CEVIPOF ? Les Français voudraient que les politiques tiennent compte de leur avis. Mais s’il fallait intégrer toutes les idées contradictoires du peuple, personne ne prendrait plus aucune décision. Savez-vous ce que veut le peuple ? Moi non. J’ai pris note de ce qu’il ne voulait pas (Sarkozy, Hollande et consorts). Le mandat impératif n’existe pas en droit français, et c’est tant mieux. L’intérêt de la France n’est pas la somme des intérêts individuels. Il faut laisser faire les gouvernants en choisissant celui qui parait le plus apte. Et si le peuple se trompe, tant pis ! Aujourd’hui, seul FILLON a un programme et énonce des idées de bon sens qui passent par des mesures sévères pour revenir à l’équilibre. Et que l’on ne me parle pas de casse sociale.
    Je suis au moins d’accord là-dessus avec le peuple : un peu moins de comm, et un peu plus d’actes réfléchis.

  12. CLAUDE MARECHAL dit :

    « Dans ce monde qui se voudrait cynique à force de réalisme, un des moteurs principaux de la politique est l’irrationnel désir de ne pas perdre la face. »
    Robert Escarpit

    Claude Yves

    • colibri dit :

      Voilà un homme dont j’aimais bien lire les billets d’humeur. Dans le Monde que De Gaulle appelait « L’immonde ». 🙂

  13. Jean- Louis Michelet dit :

    Heureux ces 11 %.
    Ne pourraient ils pas donner aux 89 %  » des gens pas comme Eux » leur mode d’emploi?
    Pour quand un autre sondage du Cevipof sur leur recette du bonheur?
    Avec couverture médiatique en rapport, cela va de soi et avant le 23 Avril.
    Je piaffe d’impatience au regard du temps que j’ai perdu…

  14. Q dit :

    2005 a laisse des traces qui l’eut cru.

    Les Francais veulent des politiciens qui defendent leurs interets, pas l’ideologie libre echangiste du mois, pas ceux de la Chine, de l’EU ou de l’Allemagne.

    Tous les votes democratiques sont maintenant ingnores, les peuples ne sont pas demandeur de plus d’accords de libre echange, de plus d’europe, de plus de precarite, de plus d’austerite sur les jeunes, pourtant c’est ce qui est impose, quoi qu’ils votent.

    Il n’y a plus de democratie.

    Cela va mal finir

    Je suis pour le vote obligatoire, cela pousserait les politiciens a devoir ecouter les jeunes&ceux qui travaillent, au lieu de favoriser les vieux ( la quasi totalite de la difference entre les depenses publiques Francaises et Allemandes tient aux 8% de plus depenses en France pour les retraites et la sante de retraite, vouloir l’austerite sur les jeunes est ridicule (FF ne sera pas au deuxieme tour))

  15. Midred dit :

    Monsieur Tandonnet,
    En tous les cas il y en a une (horresco referens) que ce sondage ne gênera pas, c’est Marine Le Pen !
    C’est du moins ce que j’ai compris quand je l’ai entendue l’autre matin sur Radio Classique!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s