Taisez-vous!

imagesCAGZA3N8L’une des caractéristiques de notre époque politique est la profusion de la parole, le triomphe de la logorrhée. Pour exister, il faut parler, communiquer, s’exprimer. Que font les responsables politiques actuels ? Ils passent leur vie à parler, à blablater, à bavarder. Leur sujet de prédilection? Eux-mêmes.  La parole n’est pas maîtrisée, ni calculée. Ils passent leur temps à se contredire, à prétendre aujourd’hui l’inverse de ce qu’ils disaient hier et de ce qu’ils diront demain. Ils cherchent la provocation, le bon mot qui déclenchera l’attention médiatique. Sur tous les sujets, la cacophonie est absolue. Mais ce gouvernement de la parole est désastreux. Il ne signifie qu’une chose: la disparition de la politique au sens du gouvernement de la cité. Cette profusion est un signe patent: plus ils parlent, moins ils agissent. L’abondance du verbe est destinée à cacher la désertion du monde réel et celui de l’action. Je parle, donc je n’agis pas. Blagasser, du matin au soir, avec la presse et devant les caméras, est le signe du refus de gouverner et de prendre ses responsabilités. En outre, la logorrhée produit un effet quasi automatique: elle entraîne le ridicule et détruit l’autorité. On ne peut réformer un pays, son économie, son système social, son éducation, ses institutions, que dans la discrétion. Chez les hommes de pouvoir du temps présent, le bavardage est une sorte d’ivresse, de fuite en avant pour exister. Mais chaque parole de trop est un abandon de poste, une désertion, le signe d’un refus d’agir et de protéger ceux qui en ont besoin. Bien sûr, notre époque se noie dans le piaillement assourdissant des réseaux sociaux. Mais justement, au cœur de ce vacarme généralisé, la discrétion prend toute sa richesse, toute sa splendeur.    « Rien ne rehausse mieux l’autorité que le silence » écrivait le Général (Au fil de l’épée, 1932). Ou encore, Charles Péguy: « Ceux qui se taisent, les seuls dont la parole compte. » Par ces mots, je songe à l’alternance espérée, en 2017. Au comportement des futurs dirigeants, parler ou gouverner, nous saurons très vite à quoi nous en tenir. 220px-Charles_peguy[1]

Maxime TANDONNET

 

 

 

Publicités

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

32 commentaires pour Taisez-vous!

  1. michel43 dit :

    TIENS…tiens , FILLON a de bonne idée pour NOUS.? le priver ;;fera t »il se que nous voulions faire avec le regretter J.P CHARRIER

  2. Les Gaullistes de Blog-Cabestany, droitistes en résistance en enclave communiste, car le Mur de Berlin n’est pas tombé partout dans les Pyrénées Orientales, ont outrageusement copié votre excellent article sur Karine Tuil, et son non moins excellent roman. En citant nos sources mais était il besoin de le préciser. Dans nos colonnes ne soutiendrons aucun candidat pour notre primaire mais le vainqueur sera notre champion pour 2017. VISA POUR L’IMAGE sera un grand cru. Hélas grâce à des images insoutenables qu’on ne devait pas cacher au citoyen. Au plaisir de vous lire. Amitiéshttps://blogcabestany.com/2016/08/28/linsouciance-de-karine-tuil-le-meilleur-roman-quil-ma-ete-donnee-de-lire-cette-annee-dit-lune-de-nos-amies-a-cabestany/

  3. patrouille perdue dit :

    Je ne pense pas que la faute en revienne principalement aux hommes politiques. C’est plutôt la faute du système médiatique français, qui est de très mauvaise qualité.

    « Mais ce gouvernement de la parole est désastreux. Il ne signifie qu’une chose: la disparition de la politique au sens du gouvernement de la cité. »

    En effet, mais regardons ce que cela donne sur un exemple concret.

    1) Le général de Gaulle, dont vous affichez le portrait, expliquait : « C’est très bien qu’il y ait des Français jaunes, des Français noirs, des Français bruns. Ils montrent que la France est ouverte à toutes les races et qu’elle a une vocation universelle. Mais à condition qu’ils restent une petite minorité. Sinon, la France ne serait plus la France. Nous sommes quand même avant tout un peuple européen de race blanche, de culture grecque et latine et de religion chrétienne. »

    Et c’est sans doute le point de vue de la grande majorité des électeurs de droite.

    Mais, en cherchant hier des références sur l’armement dans l’entre-deux guerre, je suis tombé sur cette fiche wiki :
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Justin_Va%C3%AFsse
    avec cette citation : « Selon Justin Vaïsse, la problématique étudiée avec Jonathan Laurence, est cependant plus large, comme il l’affirme dès l’introduction de son ouvrage : « pour la France, s’accepter diverse sur le plan ethnique et religieux ne remet en question son identité que si elle se représente elle-même comme une nation blanche et chrétienne, et non pas comme une nation « idéelle ». En d’autres termes : que si elle trahit ses propres idéaux. » »

    Donc il y a une forte différence de conception, qui est de nature politique, entre les deux.

    2) Or l’une de ces conceptions l’a manifestement emporté dans les politiques mises en place, avec des conséquences absolument considérables, et cela n’a jamais été validé par la nation. Donc le politique a en effet été évacué.

    3) Lorsque vous défendez le regroupement familial (et ce que la plupart des Français y incluent aussi, l’immigration familiale) en argumentant qu’elle marche bien (au niveau des individus), il me semble que vous vous placez dans la deuxième conception, qui n’est pourtant ni celle de de Gaulle, ni celle de la majorité des électeurs de droite.
    En effet, les deux dispositifs doivent faire dans les 70 000 arrivées par an, ce qui représente sur 20 ans 1 400 000 arrivées. Et une part importante de ces arrivées est originaire d’Afrique, qui est l’immigration qui pose des problèmes d’intégration importants en ce moment et sans doute pour la suite, et qui est déjà plus que la « petite minorité » de de Gaulle.

    Vouloir faire revenir la politique au sens de gouvernement de la cité n’implique-t-il pas, en premier lieu, qu’une question aussi fondamentale que la composition de la nation soit décidée en toute connaissance de cause, et qu’elle le soit par la nation ?

    • patrouille perdue, l’idée n’est pas de défendre le RF mais d’expliquer que ce n’est pas un problème aujourd’hui en France et qu’il est déplorable de s’en servir comme d’un chiffon rouge pour exciter la foule. Les problèmes sont réels mais ils sont ailleurs…
      MT

    • patrouille perdue dit :

      Mais les problèmes sont aussi liés au nombre, et le nombre va continuer à augmenter avec ces deux dispositifs.
      C’est pour cela que des propositions de réforme sont avancées, et qu’elles semblent souhaitables à beaucoup de citoyens. Même si j’ai bien noté que la proposition de Sarkozy porte sur le seul regroupement familial et pas sur l’immigration familiale, plus importante.

      Que les US aient un problème avec leurs minorités est une chose, mais au moins certaines étaient là avant même leur création en tant qu’Etat.
      La France, elle, s’est créé de toutes pièces un problème de minorité, avec des aspects religieux et historique. Et elle continue à le faire par sa politique migratoire en laissant la taille de cette minorité augmenter.

      D’ailleurs, même chez les gens bien intégrés il y a parfois un aspect revendicatif. Je me souviens par exemple d’un débat radio entre Malika Sorel et un chef d’entreprise d’origine algérienne sur la discrimination positive sous le mandat de Sarkozy.

      Ce chef d’entreprise, pour défendre la discrimination positive, faisait référence aux différences de statut dans l’Algérie coloniale, et le ton qu’il employait montrait que c’était en partie le ressentiment qui le poussait à défendre cette mesure.

      Faire venir des gens dont une partie, bien intégrée ou pas, nous en veut, c’est quand même une idée pour le moins bizarre. Surtout sans validation des citoyens.

  4. jfsadys dit :

    Grands diseurs petites faiseurs. Grands diseux petits faiseux.

    Le bien ne fait pas de bruit parce que le bruit ne fait pas de bien.

  5. Valsuzon dit :

    Comment se fait il que mon commentaire de ce midi ne figure pas sur ce blog ????

  6. Timéli dit :

    Les politiciens sont tous les mêmes. Seuls, leurs visages changent !
    Ils parlent souvent à tort et à travers, oubliant qu’il y a des silences qui en disent long comme il y a des paroles qui ne signifient rien.
    Etienne Lamy a dit une vérité criante mais trop ignorée de nos politiciens de tout bord : « Le grand art en politique, ce n’est pas d’entendre ceux qui parlent, c’est d’entendre ceux qui se taisent ».
    Quant au Général de Gaulle, son parcours, notamment pendant la seconde guerre mondiale, montre combien la discrétion (entre autres) lui a été profitable.
    N’est-ce pas – comme le prétendait Thomas Carlyle – « le silence qui est l’élément dans lequel se façonnent les grandes choses ». Alors…

  7. drazig dit :

    Son éloquence accorte, enchaînant avec grâce
    L’excuse du silence à celle de l’audace
    En termes trop choisis accusait le respect
    D’avoir trop retardé cet hommage suspect.
    Ses gestes concertés, ses regards de mesure
    Ne laissaient aucun mot aller à l’aventure.
    On ne voyait que pompe en tout ce qu’il peignait,
    Jusque dans ses soupirs la justesse régnait,
    Et suivait pas à pas un effort de mémoire
    Qu’il était plus aisé d’admirer que de croire.

    C’est du Corneille dans Othon et toujours d’actualité.

  8. Dalain dit :

    Que les socialistes bon ton se taisent, que les Républicains se taisent. Ils disent des âneries sans cesse et polémiques sur des sujets annexes et réellement secondaire alors que nous avons toutes les lois pour fonctionner. Non, seules les paroles venant d’un autre monde sont à écouter avec recueillement car elles sont le contenu qui va développer la France et Dupont Aignan peut en être la vraie révélation.

  9. michel43 dit :

    TOUT LES TRAITES ;sont Gaulliste ,pas vrais SARKO .pauvre Maxime , son discours a rendu M.T malade ,

  10. Sergio dit :

    Bonjour a tous

    … »Le Conseil d’Etat suspend un arrêté interdisant le port du burkini à Villeneuve-Loubet… »

    Nous marchons sur la tete,quelle honte..!!

    Sergio

  11. Tracy LA ROSIÈRE dit :

    Le Grand Charles qui ne s’exprimait qu’à bon escient et uniquement dans la langue de Chateaubriand avait dit aussi:
    « Parler, c’est délayer sa pensée, épancher son ardeur, bref c’est se disperser quand l’action exige qu’on se concentre. »
    C’est dans « Le Fil de l’Epee ».
    C’est une grande leçon.

  12. Valsuzon dit :

    Ce que nous dit la culture arabe sur la Parole…
     » On est maître des paroles qu’on n’a pas prononcées, mais on est esclave de celles qui se sont échappées « 

  13. Duff dit :

    Bonjour à tous,

    Le président Hollande incarne cette dérive de façon paroxystique: il est devenu un commentateur parmi d’autres de la scène politique et lorsqu’il tente de lancer une action, celle ci est torpillée par la nuée d’idiots qui grouille autour de lui et qu’il a nommé malgré leur incompétence patente.

    Jamais la parole publique n’a probablement été aussi déconsidérée et les institutions malmenées. Le verrouillage par les partis politiques qui n’ont pourtant presque plus aucun militant va probablement conduire à devoir se prononcer sur les mêmes noms qu’en 2012 ce qui ne fera qu’amplifier la dégradation inquiétante actuelle…
    Bonne fin de semaine,
    cdlt

  14. Mildred dit :

    Monsieur Tandonnet,
    « … nous saurons très vite à quoi nous en tenir », dites-vous. En êtes-vous si sûr, quand dans le même temps, on nous annonce qu’il y aurait aujourd’hui, 14 candidats à la gauche de Sarkozy, à la primaire de la droite ?

  15. M. Tandonnet,

    Vous écrivez : « le signe d’un refus d’agir et de protéger ceux qui en ont besoin. » Ces mots ne sauraient mieux rejoindre une expérience toute récente que j’ai faite auprès d’une ddpp (direction départementale de la protection des populations). Nouvelle désignation kafkaïenne ou orwellienne des ex Services vétérinaires! Sûrement pour que le citoyen moyen n’y comprennent plus rien…

    Rien ne sert de renter dans les détails extrêmement complexes, comme toujours dans les cas agricoles, mais sachez que le fonctionnaire avec qui je suis en contact et à qui je dénonce une situation intolérable de maltraitance animale me menace de porter plainte contre moi!!!

    Dans ce pays, les gens malhonnêtes sont protégés par l’incurie de l’état, les honnêtes hommes sont menacés!

    Tout ceci m’incite à vendre toutes les propriétés qui me restent dans ce pays pourri, et à définitivement tourner la page de la France…

    Aujourd’hui, je préférerais être apatride que Français!

    • Philippe dit :

      Vous avez raison, j’ai connu un bâtonnier malheureusement décédé, qui m’avait tenu les propos suivants; c’était en 1998, « Au train où vont les choses dans 20 ans être voyou et escrocs sera un métier d’avenir être honnête sera une tare ».
      Avec du recul je m’aperçois qu’il avait raison!

  16. Bernard dit :

    Bonjour à tous,
    Oh que je suis content !!! Je trouve dans quelles catégories définies par Charles Péguy et le Général de Gaulle et reprises dans votre billet la plupart des candidats à la Primaire, tant celle de droite et celle de gauche.
    Celui qui nous inonde le paysage depuis quelques jours n’est pas celui qui agira. Il l’a déjà confirmé précédemment. Encore faut il que les Français s’en souvienne.

  17. Gérard Bayon dit :

    Bonjour à toutes et à tous,
    Celui qui donne le « la » en matière de bavardage et notre champion toutes catégories est bien le chef de l’état qui manifestement a passé plus de temps à convoquer et recevoir des journalistes, à commenter son inaction et les réactions de ses adversaires qu’à remplir sa mission. Pas moins de trois livres de « confidences » sortent ou vont sortir incessamment sur ces dizaines d’entretiens, combien encore à venir d’ici la primaire ?
    Même ses allocutions et conférences de presse ne sont que commentaires d’autosatisfaction de ses grandes initiatives, aucun projet visionnaire. Sur ce thème il n’est pas loin de ressembler, toute proportion gardée à Fidel Castro ou à Kim Jong-un.
    Lorsque l’on entend certains ministres se plaindre que le président les rencontre moins souvent que les journalistes cela en dit long sur l’intérêt que porte F. Hollande à sa fonction et surtout au devenir de la France. En fait il n’en a rien à faire, seul l’intéresse le pouvoir et les ors de la République. Sa nouvelle occupation est maintenant de recaser dans des postes bien rémunérés et si possible avec un pouvoir de nuisance à venir, ses copains et cireurs de pompes avant la grande débâcle annoncée de 2017.
    Si le président et sa troupe de ministres « convoquaient » moins souvent les journalistes et leur parlaient un peu moins souvent, tous les autres politiques de la majorité et de l’opposition se trouveraient privés de « matière » à bavasser.
    Mais que dire également des journalistes qui, coincés par la logorrhée permanente et inculte des réseaux sociaux ne veulent pas rester en marge et se sentent obligés de rajouter leurs commentaires débiles aux commentaires rachitiques.
    Comment voulez-vous que les Français submergés de cette propagande puissent réfléchir et se faire une idée sur les programmes et idées de plus en plus fumeux.
    Lorsque le bruit médiatique devient permanent, c’est souvent le dernier qui a parlé le plus fort et qui a été le plus démago qui l’emporte. C’est malheureusement la triste réalité que nous vivons chaque jour et ce n’est surement pas ainsi que la France sera sauvée.
    Se taire aujourd’hui c’est ne plus exister et c’est exactement le contraire de ce que souhaitent tous ces bavards.

  18. Curmudgeon dit :

    Une proportion énorme des propos écrits et oraux en question a été préparée et même rédigée par des « plumes » et conseillers divers, de calibre variable.

    Un profane peut donc être tenté de penser que ceci explique (en partie) certaines caractéristiques de l’expression publique des politiques : superficialité, approximations, ressassement de mots vides, de slogans et d’éléments de langage, variations, mensonges.

    Si je parle à ma manière, je suis responsable de mes paroles, et je fais plus attention. Si on me fabrique mes propos, quelles sottises ne dirais-je pas ?

    De Gaulle parlait de sa voix propre.

  19. Infraniouzes dit :

    Vous écrivez que les politiciens bavardent et jacassent à nous en fatiguer les oreilles. Ils parlent, perlent mais surtout reprennent la même chose en cœur ce qui prouve qu’ils n’ont plus la capacité de réfléchir aidés en cela par la presse qui va à la soupe.
    Dans l’affaire du burkini, aucun n’a évoqué (il me semble) le cas de la femme musulmane revêtue de sa burqa son niqab son hidjab ou son tchador (le voile n’existe pas chez elle) qui s’apprête à prendre le métro, le bus ou le train. Dans quelle catégorie classe-t-on ces moyens de transport et qua doit faire la femme musulmane ? Sera-t-elle interdite de transport au nom de l’espace public, de la laïcité ou que sais-je encore ? Une réponse de tous ces sauveurs de la patrie en danger me ferait bien plaisir…

    • Suzanne dit :

      Je ne sais pas vraiment répondre à votre question, trop vaste en fait.
      Je pourrais répondre : que doit faire la femme chrétienne en Arabie saoudite, au Qatar, lorsqu’elle sort en ville?
      Eh bien idem pour la musulmane en France : s’adapter aux moeurs et coutumes.

      Je pourrais aussi dire :
      1/ Elle est étrangère, donc non française : alors oui, elle peut -nous sommes tolérants- monter dans ce transport en commun, en acceptant une fouille au corps pour être sur (nous sommes en état d’urgence, il me semble) grâce à cette vérification, que c’est bien une femme et que sa burqa ou ses voiles ne cachent pas machette, couteau ou autre objet « décoratif » et particulièrement vivrensemblesque.

      2/ elle est française : auquel cas, sauf le jour du mardi gras, elle se devra de respecter les coutumes françaises à savoir respect des croyances de la majorité (athée ou chrétienne) – c’est ça la démocratie. Sinon amende à payer sur le champ et toutes allocations supprimées pour outrage à la culture française. Et, cerise sur le gâteau, petit stage d’intérêt public à faire (le ménage dans une salle de sport de foot, ou dans une ferme bretonne avec tous les animaux de la ferme représentés, me paraîtrait fort enrichissant pour comprendre la culture française, au sens propre et figuré).

      3/ elle est bi-nationale. Auquel cas, se rapporter au 2/ et si refus, suppression de la nationalité française.

      Bon, j’avoue, j’exagère (bien que je n’aille pas jusqu’à la lapidation et la prison… comme dans les pays cités plus haut).

      Néanmoins, tout cela commence à m’agacer sérieusement.
      Il me paraît invraisemblable que nous puissions nous laisser nous envahir, nous imposer des coutumes moyenâgeuses au prétexte qu’un individu barbare et vraisemblablement schizophrène à tendance paranoïde aurait prétendu que le temps devait impérativement s’arrêter au 7eme siècle, et décidé que la planète entière devait être tolérante à sens unique.

      Tout comme, en tant que femme, il me paraît invraisemblable que le machisme reprenne ainsi vigueur au point que tous les machos de service prennent comme alibi une religion (qui ne relie strictement rien d’autre que les éléments d’une communauté sur un plan horizontal) afin de reprendre l’autorité sur le sexe dit faible, sous les applaudissements de femmes soumises ou idiotes au point d’oublier le combat de nos mères, grand mères et arrières grands mères!

      Alors :
      –Oui la patrie est en danger, puisque sa culture, ses mœurs, sa cuisine, ses racines, ses lettres et sa musique, son éducation aussi, jusqu’à son calendrier… sont en passe d’être interdits (c’est déjà préconisé par certains « représentants » de la diversité enrichissante dans leurs prêches paisibles et tolérants)
      — par contre, que faire à l’encontre de la bande de soumis à l’argent du pétrole? Je n’en sais strictement rien. Et ça me désole.

      Mais comme le dit si bien M Tandonnet : beaucoup de paroles (dites au gré des résultats des sondages, pourtant la plupart bidon), beaucoup de vent brassé, mais, nous le savons tous, aucune action à espérer de la part de ces comédiens.

  20. Philippe dit :

    Bonjour Maxime,

    Vous avez raison ils parlent beaucoup et pour ne rien dire, dans les propos il n’y a aucune conviction, cela tourne autour de « Votez pour moi, car je suis moi et je suis beau (ou belle) »
    C’est pour cela qu’aujourd’hui aucun, je dis bien aucun n’est apte à la fonction suprême.
    Pour moi l’homme ou la femme d’état est celui ou celle qui parle conformément à ses actions et agit conformément à ses paroles. Mais aujourd’hui nous sommes face à une bande de fumistes incultes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s