Lecture: Mousseline la sérieuse de Sylvie Yvert

41EBeKjQKnL._SX332_BO1,204,203,200_Voici un bel ouvrage à la fois littéraire et historique qui donne un aperçu nouveau sur l’histoire de la Révolution. Sur la base d’une documentation inédite, d’archives auxquelles elle a eu accès, l’auteur, Sylvie Yvert, reconstitue le journal intime de Marie-Thérèse, Charlotte de France, la fille de Louis XVI et de Marie-Antoinette. Nous assistons ainsi, au jour le jour, à la tragédie d’une famille martyrisée. Le récit de la souffrance endurée par deux enfants qui voient leurs parents emportés par le flot de l’histoire est extrêmement poignant. Nous découvrons ainsi une autre facette de la Révolution vécue à travers l’émotion de la fille aînée de Louis XVI. Il est impossible de résumer ce livre qui se présente comme une narration à la première personne. J’en citerai un passage particulièrement révélateur de ses qualités littéraires et de l’atmosphère envoûtante qui s’en dégage:

« Il avait neigé durant la nuit; un drap blanc semblait façonner le linceul de la monarchie. A l’aube brumeuse de ce fatal 21 janvier 1793, nous entendîmes une grande agitation. Des pas résonnaient. A six heures, on vint brutalement s’emparer d’un missel de ma tante pour la dernière messe du condamné. Puis les battants se refermèrent lourdement. Le roi, mon père, qui venait de lire une dernière fois le récit de la décapitation de Charles Ier, n’avait plus que quelques heures à vivre […] Au loin, le martèlement des sabots des chevaux, le brut des armes, le transport des canons et les roulements de tambour se rapprochaient pur nous l’enlever à jamais. A neuf heures, le bruit augmenta encore, des portes s’ouvraient avec fracas. Puis le son des trompettes s’éleva. Cette fois, mon père s’éloigna dans le brouillard et la boue sans que nous ayons pu le revoir. Il paraît qu’il a longuement regardé par deux fois dans notre direction avant de disparaître pour toujours […] Les sinistres roulements de tambours se firent de nouveau entendre, puis s’éloignèrent lentement; le silence, atroce, revint […] Les Français allaient-ils se montrer indifférents? Les monarchies européennes s’opposer? Nous ne pouvions croire que, sans même sembler s’émouvoir du danger, tous laisseraient un tel crime se commettre de sang-froid. Hélas, nous ignorions combien une minorité déterminée peut l’emporter sur une majorité terrorisée […] L’impuissance dans laquelle nous étions confinés ajoutait encore à notre lamentable état. Nous étions plongés dans une terrible attente. Mais à dix heures et dix minutes le son du canon signa son exécution. Il y eut un instant de consternation. Incrédules, nous ne pouvions nous représenter que le régicide était consommé. Seuls les cris de joie nous le confirmèrent […] Ma mère étouffait de douleur, mon frère éclata en sanglots, tandis que je jetai des cris de désespoir d’un accent tel que l’on crut que j’avais également trépassé.  On venait d’assassiner le roi, mais aussi le meilleur des pères. »

Sylvie Yvert, Mousseline la sérieuse, éditions Héloïse d’Ormesson 2016.

Advertisements

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

9 commentaires pour Lecture: Mousseline la sérieuse de Sylvie Yvert

  1. Ysengrin dit :

    « Hélas, nous ignorions combien une minorité déterminée peut l’emporter sur une majorité terrorisée »

    Cela dure depuis 1789 !

    (Au hasard : Juppé, Bayrou, les verts à 2/3 % à chaque élection mais qui dirigent le pays comme s’ils représentaient 20-30 % du pays, d’autres qui représentent entre 25/30 % et qui n’ont strictement rien (qu’on les aime ou pas, cela reste un fait), la CGT qui représente entre 2/3 % des salariés mais qui agit comme si elle en représentait la majorité, j’arrête, la liste est trop longue et on la connaît)

    C’est le plus grand drame de la France : d’être dirigée par une minorité d’extrémistes et de terroristes abjects, mais hélas rusés et courageux, auxquels une majorité trop couarde et terrorisée se soumet

    C’est d’une âme bien trempée, façon Trump, dont nous avons le plus grand besoin.

  2. goupil dit :

    « nous ignorions combien une minorité déterminée peut l’emporter sur une majorité terrorisée »

    Comme c’est d’actualité …
    Salutations à toutes et tous

  3. H. dit :

    Bonjour Maxime,

    Un beau livre pour l’été qui s’annonce. Je vais peut être me laisser tenter.
    Sinon, dans le même ordre d’idée, je ne peux que recommander la lecture des aventures de Nicolas le Floch (collection 10/18) afin d’approfondir sa connaissance de la société de l’Ancien régime. Autrement plus intéressant à lire que bon nombre de livres d’histoire officiels où l’idéologie tient lieu de discours historiques.

    Bon dimanche

  4. Gomez Yves dit :

    Merci d’inciter le lecteur de votre blog à lire ce livre. Je l’ai lu dès sa parution et en ai fait sa promotion dans mon petit cercle. C’est superbement écrit, très bien documenté. La révolution française vu par une victime et pas n’importe laquelle :la fille de Marie Antoinette et de Louis XVI.
    C’est une plongée cauchemardesque dans cette France révolutionnaire, conduite par des fous sanguinaires, ivres de tout détruire, hérauts de » l’humanité « , les bons sentiments toujours en bandoulière et néanmoins inventeurs des massacres de masse, du premier génocide moderne, et surtout théoriciens et praticiens du totalitarisme contemporain.

    Un livre à méditer, car il est d’une actualité brûlante . C’est une descente aux enfers . La France ne s’en est jamais relevée. Yves

  5. souris grise dit :

    bonjour Maxime , bonjour à tous .

    j’ai en ma possession le livre : les derniers jours à la prison du Temple .
    ce sont les mémoires de Mousseline .
    Journal de Marie Thérèse de France duchesse d’ANGOULEME .
    5 octobre 1789 _ 2 septembre 1792…..
    elle a 13/14 ans et écrit ses mémoires , mais rien ne lui est épargné , car on confisque ses crayons et papiers ..cependant grâce à des complicités elle va réussir à écrire 18 pages dans un français de l’époque …
    le livre n’est absolument pas romancé , il est laissé dans l’état , avec virgule , il n’y a que l’orthographe qui est corrigée pour la compréhension des lecteurs …
    le livre est préfacé par Monseigneur le prince Louis de Bourbon duc d’Anjou chef de la Mison de Bourbon .
    un exemplaire de ces feuillets est conservé à la bibliothèque nationale .

    c’est très émouvant de lire ces feuillets , car ça nous donne une idée des vrais tourments de cette famille et des gens qui étaient autour d’elle car il y avait du monde …et le peu de nouvelles qui arrivaient au Temples n’étaient pas positives loin de là …

    voilà ma petite contribution sur ce pan de l’histoire …et je me réjouis de lire le livre dont vous parlez

    amitié Maxime , amitié à tous .
    Chris .

  6. cet acte ignoble fut et restera une des nombreuses tragédies de la France.

  7. Gérard Bayon dit :

    Bonjour à toutes et à tous,
    En lisant l’extrait du livre que vous citez, je ne peux m’empêcher de penser qu’outre le Robespierriste Mélanchon, un grand nombre de Français, sans le dire ouvertement, rêvent sans doute d’une mise à l’écart irrévocable (sans aucune possibilité de retour) de nos leaders politiques pour les remplacer par des têtes nouvelles plus vertueuses.
    L’heure n’est plus aux trompettes, aux roulements de tambour et surtout pas aux solutions définitives de la Terreur mais je fais partie de ces Français qui aimeraient voir écarter définitivement de toute activité publique, déchus des honneurs honteusement obtenus et autres avantages pécuniaires garantis à vie, ceux qui nous ont conduits à la situation actuelle de chaos depuis 4 décennies.
    Au moins cela servirait de leçon aux prétendants et ferait mentir La Fontaine ! (selon que vous serez puissant ou misérable…)

    PS: la lecture de cet extrait montre, comme vous le rappelez, une grande qualité littéraire de Sylvie Yvert, devenue hélas, de plus en plus rare.

    • Lucas dit :

      Bonjour,
      Merci à Maxime Tandonnet de nous recommander cet ouvrage.Sincères compliments pour votre commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s