Dîner d’hiver

P1180659Un samedi soir de cet hiver, lors d’un dîner au coin du feu, nous avions parmi nos convives une dame dans la cinquantaine, grande, élégante, professeur agrégée des universités. D’origine roumaine, elle avait dû fuir son pays à l’âge de dix-sept ans: son père, avocat d’opposants au régime, venait d’être arrêté par la police de Ceaucescu le menaçant de s’en prendre à ses enfants. Descendante de la noblesse roumaine de tradition rebelle, la famille de cette dame avait été persécutée par le régime d’Antonescu sous la deuxième guerre mondiale puis massacrée par les communistes. Ceauscescu, nous a-t-elle raconté, était un personnage un peu simplet, totalement inculte, écrasé par la personnalité de son épouse. Mon invitée nous disait avec son accent délicieux et le plus grand sérieux que la France d’aujourd’hui lui faisait un peu penser à la Roumanie de son enfance, la Roumanie de Ceaucescu: un climat d’idolâtrie, d’abêtissement généralisé, autour du culte de la personnalité sous toutes ses formes, la sublimation de personnages médiocres; son esprit dogmatique; le climat de manipulation et de mépris des gens; cette impression de sans-titre fracture entre une caste intouchable et le peuple; les interdits qui pèsent sur la pensée et l’expression; le goût du lynchage des dissidents; le règne des passe-droit, du piston, des privilèges, de l’injustice, le sentiment d’une chute sans fin vers l’inconnu… « Vous n’exagérez pas un peu quand même? – Non, non, je n’ai pas dit que tout était pareil, mais que je ressentais un peu le même climat, le même sentiment, la même impression. »  Un Chablis de rêve, il est vrai, sélectionné par mes soins, sublimait le carpaccio de coquilles Saint-Jacques au citron vert, une des spécialités de ma femme. In vino veritas.  Puis mon invitée s’est reprise: « En fait, je crois même que la situation mentale de la France actuelle est pire que celle la Roumanie de Ceaucescu. A l’époque nous avions un espoir, une envie, un désir de liberté. L’amitié, la solidarité et l’humour étaient notre réponse au climat d’oppression. Dans la France d’aujourd’hui, rien de comparable . »

Maxime TANDONNET

 

 

 

 

 

 

 

Advertisements

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

22 commentaires pour Dîner d’hiver

  1. Georges dit :

    comment lutter contre la propagande anglo-américaine si Angelina Jolie ,Jude Law et même le pape Argentin sont utilisés afin d’affaiblir l’Europe .

  2. Turbier dit :

    Peut être est ce un peu excessif de comparer la France à la Roumanie de Ceaucescu mais il est vrai que nos politiques sont plus préoccupés de leur situation personnelle et de leur statut que de l’avenir de la France et des français !! Notre pauvre France est bien congelée, apathique livrée à un dirigeant qui érige le mensonge et l’incompétence en politique d’Etat !! Mais les français ont aussi pour 51% ce qu’ils méritent à toujours croire les sornettes et les promesses intenables et a donc voter pour celui qui en énonce le plus!!: Maintenant quand on est français de base que faire? Comment lutter? Comment savoir si celui que nous allons élire va tenir son programme? Actuellement, j’entends des français, des journalistes, des économistes dresser le portrait souhaité du futur président et je trouve étrange que l’un des candidats à la primaire réponde totalement a ce qu’on pourrait appeler un CV : c’est F. Fillon !! Aura t’il les moyens de faire et d’appliquer son programme? Les français, les syndicats etc.. le laisseront ils le mettre en oeuvre ? Aura t’il le courage d’aller jusqu’au bout ??

  3. ann dit :

    Très amusant ce que vous racontez monsieur Tandonnet. Il m’est souvent arrivée de penser que ce que nous vivons rappelle ce que nous racontaient de l’URSS dans mon enfance les gens qui y avaient séjourné…Et on se demandait comment ces pauvres Russes (Hongrois, Polonais, Tchèques, Roumains…) pouvaient supporter ça….
    Hélas oui c’est pire, j’ai beau être optimiste, je ne vois pas de happy end à la Ceausecu pour Hollande et Juju, ce serait trop beau… Plaisanterie de très mauvais goût bien sûr, je suis contre la peine de mort….mais ces gens qui nous narguent sont tellement immondes.

  4. Timéli dit :

    De la justesse de votre billet, je retiens, entre autres choses, Maxime, « le climat d’abêtissement généralisé, autour du culte de la personnalité sous toutes ses formes » que vous évoquez. Ces quelques mots me semblent fort bien résumer la vie politique sous Hollande : des médias, tout acquis à sa cause, l’encensent, endorment et manipulent l’opinion publique. Après tout, « ce qui est cru devient plus important que ce qui est vrai » disait Talleyrand. Je crains le réveil trop tardif des Français… « Quelle époque terrible que celle où des idiots dirigent des aveugles » (William Shakespeare) !!!

  5. Vu du Mont dit :

    Ainsi donc, selon votre invitée (professeur agrégée = ça justifie tout), nous serions :
    – des idolâtres
    – des individus sombrant dans l’abêtissement
    – des personnes dénuées d’intérêt pour l’autre ou les autres, centrées sur nous et que nous
    – des personnes disposant d’un esprit dogmatique, c’est-à-dire borné et non ouvert
    – manipulés, manipulables et que le plus grands mépris règne dans notre pays
    – fractionnés en caste contre le peuple
    – devant l’impossibilité de l’expression de notre pensée
    – la cible d’un lynchage systématiques des dissidents
    – sujets au passe-droit et au piston et que les privilèges bénéficient à certains
    – devant une justice injuste
    – devant un abîme qui nous mène dans une chute sans fin
    C’est vraiment mal nous traiter, c’est désespérant d’avoir une telle pensée.
    Cette personne est probablement en quête de sens bien que professeur agrégée à moins que son propos a pu lui échapper.
    On ne peut nier que notre pays, actuellement, vit une période délicate, difficile (je suis père de 3 enfants, 40 à 25 ans et je connais bien leurs difficultés, mais aussi leur succès et leur plaisir de vivre).
    Je crois que c’est un angle de vision qu’a cette personne, un angle morose. C’est un peu la représentation d’un microcosme, de parisiens bobos, d’un monde qui se décomposent car sans valeurs, sans références. Mais ce n’est pas toute la France, ni tout Paris.
    Notre difficulté majeure et elle ne l’a pas abordé, c’est le travail (eh oui, elle est professeur agrégée, une situation en toute sécurité), l’emploi, l’absence d’un appareil industriel.
    On peut penser qu’elle a vécu des choses tristes et ayons de la compassion pour elle.
    Mais nous avons des zones d’espérance et c’est à cela qu’il faut s’atteler et travailler.

    Monsieur Tandonnet vous êtes surprenant, vous ne pouvez pas douter des forces des citoyens français. Vous n’allez pas à l’église? vous ne vivez pas dans une communauté chrétienne? vous ne croisez pas des gens simples mais forts? Si, probablement. Vous savez bien que ce n’est pas ces gens-là dont parle cette dame!

    • Vu de Mont, non, il ne faut pas le prendre pour vous, ne vous sentez pas visé, cela s’adresse au régime en général, à l’air du temps, aux apparatchiks.
      MT

  6. Gilles dit :

    Bonjour,
    Raveneau, Dauvissat, Droin…?

    Gilles

  7. walter dit :

    Merci Maxime pour la relation de ce précieux témoignage. Je viens de relire Marc Bloch dans « l’étrange défaite ».
    Je ne veux pas voir mes filles porter le voile ni mon pays sombrer dans l’arriération et la barbarie.
    Des citoyens abêtis, des responsables « après nous…. une belle retraite », qui seront les boucs émissaires. Des innocents comme d’habitude, ah quel dégoût!

  8. pier21 dit :

    Les gens ont la vie qu’ils se forgent ou se laissent imposer par des dirigeants qu’ils se sont choisis (ou du moins qu’ils le pensent)!
    C’est pour cela que dans un régime autoritaire il y a toujours une lueur d’espoir qui, hélas, ne se révèle la plupart du temps qu’un mirage!
    Mais nous nous prenons le mirage pour la réalité!

  9. Freederic_N dit :

    Merci ce ce message qui – je me permets de le rappeler – reprend ce que je disais il y a quelques mois sur ce forum ( je pense par devers moi que la France ressemble plus à la Tchéquie que la Roumanie mais c’est un détail).. Mais croyez moi d’expérience : le plus difficile dans ces systèmes c’est de gagner l’autonomie de pensée
    Et il est temps de mesurer que cela remonte loin . Sans doute n’y avait-il pas d’autres solutions, mais cela remonte à la sainte alliance entre de Gaulle et le PC, et au-delà à notre penchant antilibéral

    • FredericN, de Gaulle s’est allié avec le PC pendant la résistance, ensuite, dès 1947, il dénonçait le parti de l’étranger et de Gaulle était un grand libéral sur le plan économique, avec Pinay, Rueff, puis VGE comme ministres.
      MT

  10. PhD dit :

    Bonjour

    Les dernières phrases de votre billet, qui citent votre invitée, me semblent parfaitement réalistes, du moins dans le milieu qu’elle fréquente habituellement, puisqu’elle est prof agrégée des universités.

    Il faut aussi se rappeler que le communisme est arrivé dans les pays d’Europe de l’Est dans les bagages de l’armée rouge et s’est abattu brutalement comme une chape de plomb.

    En France, la dictature du « politiquement correct » (j’emploie ce terme pour faire simple) s’est imposée de façon sournoise, avec la prise de contrôle en douceur par les gauchistes de tout poil de pans entiers de notre société, selon les principes de Gramsci.
    – Education nationale en tout premier lieu, et sans aucune réaction des ministres « de droite »
    – culture
    – médias.

    Mais le peuple gronde, même si la colère reste sourde et exprimée de façon imprécise : les gens voient que cela ne va pas, mais ils ont encore du mal à mettre les mots exacts sur ce malaise.
    Gare au jour où les mots seront en adéquation avec cette révolte qui gronde

  11. C’est tellement vrai ! depuis 20 ans que j’étudie l’histoire du communisme, des communismes devrais-je dire, je note tellement de similitudes entre ces pays du bloc de l’Est et la France. Hier soir, en lisant La fin de l’homme rouge de Svetlana Alexievitch, p 340, je tombe sur cette phrase prononcée par une Russe : « La liberté, l’égalité, la fraternité … ces mots-là on fait couler des océans de sang .. »;
    N’est-ce pas la devise de la République ? Celle qui éclaire le monde de son savoir, de sons sens aigu de l’exemplarité ?
    Cette professeure agrégée des universités aurait pu pousser les comparaisons en soulignant la coiffure presque identique des deux Nicolas, génie des Carpates pour l’un, génie des Patates (chaudes) pour l’autre, ou la ressemblance d’Elena avec Ségolène quand elle s’habille comme une vielle apparatchik et se coiffe d’un chignon ; Les carnets secrets d’Elena Ceausescu publiés aux éditions Flammarion n’ont rien à envier à la « bravitude » de la ministre de l’Ecologie qui ordonna à une Préfète de porter son sac à main lorsque sa voiture officielle tombait en panne sur une autoroute de la France profonde !
    Il y a beaucoup de dérision dans ce que j’écris mais en même temps, que peut nous inspirer d’autre la classe politique du dernier (vrai) pays socialiste du monde ?
    Benoît de Valicourt

  12. Koufra dit :

    Bonjour Maxime,

    Il y a des similitudes mais aussi des différences.

    On pourrait rajouter aussi une doctrine affichée d égalité absolue, niant le mérite personnel.

    Par contre, on ne tue pas les dissidents en France, on les isole, les traite de fasciste, de complotiste, on les surexpose médiatiquement dans une emission de télé face a une dizaine d intervenant main stream qui essaieront tour a tour de ridiculiser, de faire s enerver, de montrer par le nombre que cette personne a une opinion minoritaire… Et si ca ne suffit pas, on augmente le rythme des questions jusqu a ce qu’il n arrive plus a repondre aussi vite ou simplifie pour repondre.

    C eet plus pervers peut être et efficace.

    Comme on donne la parole au dissident, on est inattaquable puisqu on respecte la pluralité…

    Amitiés

    Koufra

  13. Gérard Bayon dit :

    Bonjour à toutes et à tous,
    Je ne connais ni la Roumanie ni le régime de Ceaucescu. Il ne me reste en mémoire que les tristes images du « procés » et de l’exécution expéditifs de ce couple le jour de Noël 1989.
    A la différence de ce sinistre communiste, nos « élites » ne sont pas incultes, certaines ont même ce qu’on appelle: « une tête bien faite ». Le problème est qu’elles sont tellement certaines de détenir la « Vérité », puisqu’on leur a dit dès leur entrée dans les grandes écoles, qu’elles faisaient partie des élites de la nation, qu’elles ne doutent jamais même dans l’erreur avérée !
    Un être normalement constitué s’interroge, réfléchit, écoute, compare avant de prendre une décision importante, pas elles puisqu’elles sont sures d’avoir raison ! et l’on voit où cela nous mène.
    Le problème s’est accentué ces dernières décennies avec l’accès en plus grand nombre à ces grandes écoles, et à l’extension de cette mentalité à des écoles ou des facultés un peu moins prestigieuses comme par exemple certaines écoles de commerce et celles qui forment les journalistes et politiciens professionnels.
    Lorsque je vois le spectacle donné cette semaine par le jeune W. Martinet, leader de l’UNEF qui, a 27 ans (soit bac + 9) est encore en préparation d’un master qu’un élève moyen peut obtenir en 5 ans, je me dis que ce jeune là qui va très probablement « atterrir » prochainement dans un ministère ou dans les services d’une grande ville va faire partie des personnes qui vont nous pourrir la vie de sa suffisance et de son incompétence.
    Nous sommes maintenant cernés par une palanquée de personnages de ce genre qui se croient intelligents alors qu’ils ne sont qu’un peu plus instruits que la moyenne mais qui surestiment leurs capacités intellectuelles et sont capables de nous mener dans le mur en affirmant jusqu’au bout qu’ils avaient pourtant pris la bonne décision.
    Lorsque j’étais un peu plus jeune, les cadres, certains chefs d’entreprise et même nos politiques savaient prendre un peu de temps et écouter ce qu’on appelait alors « le bon sens paysan » et Dieu sait qu’il faudrait un peu plus l’écouter aujourd’hui !

  14. H. dit :

    Bonjour Maxime,

    Carpaccio de Saint-Jacques au citron vert et son Chablis, j’avoue que vous me tentez. Votre hôte a été gâtée.
    Ce qui est tristement notable dans vos propos, c’est que ce que vous dénoncez sur votre blog et ce que nous sommes nombreux à constater ets bien perçu par des étrangers (je dis ça bien que j’ai compris que votre invitée vit depuis longtemps en France). La comparaison avec Ceausescu est certes sévère pour le principal concerné mais emprunt d’une grande justesse.
    Chaque jour nous apprenant une nouvelle lâcheté (la dernière en date est celle portant sur le côté par 11 députés seulement du texte portant sur les nouvelles conditions d’acquisition de la nationalité, texte dont on se demande dans quel esprit malade il a pu naître), mon optimiste naturel recule de plus en plus. Nous nous rapprochons doucement mais sûrement du point de rupture. Celle-ci sera d’autant plus violente qu’elle aura été retardée.

    Bonne journée.

  15. Philippe dit :

    Bonjour Maxime,

    Je crois que votre invitée à parfaitement analysé la France d’aujourd’hui. Je suis tout à fait d’accord avec elle.
    Il est vrai lors des discussions que j’ai moi-même avec des clients ou des amis, j’entend toujours le même langage du genre: »Mais que veux-tu qu’on fasse? c’est comme ça! Tous pourris! »
    Je leur dis pourtant que le changement ne se fera que par la volonté du peuple.
    Mais le peuple est trop penché sur ses Ipads et à regarder des émissions débiles à la télé et surtout se laisse manipuler, par les médias.
    D’ailleurs notre éducation nationale favorise le nivellement par le bas car il est évident que l’ignorance du peuple assure sa soumission.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s