Contre les primaires

imagesDans cette tribune au Figaro vox, qui fait suite à l’annonce de leur candidature par plusieurs personnalités politiques, j’explique pourquoi je suis contre les primaires. Sans doute, en l’état actuel des choses, est-il impossible de faire autrement pour éviter la situation apocalyptique  d’un deuxième tour aux présidentielles de 2017 opposant les socialistes et l’extrême droite. Mais sur le fond, sur le long terme, j’y vois la quintessence de la décomposition de notre vie politique. Les primaires sont une absurdité au regard de la Ve République. L’élection présidentielle devrait traduire, dans une vision gaullienne, la rencontre d’un homme et d’une Nation fondée sur la confiance et dans l’intérêt supérieur du pays. Le choix d’une majorité, d’un programme de gouvernement s’effectue lors des législatives. Le quinquennat a tué les législatives et les présidentielles deviennent l’unique réceptacle des passions politiciennes. Ces primaires mettent en lumière le morcellement de la vie politique autour du mirage narcissique d’une poignée de créatures médiatiques. Il ne devrait pas y avoir de primaires si l’intérêt général primait sur la mégalomanie: il conviendrait de s’arranger en faveur du mieux placé, de celui qui entraîne une adhésion, un élan populaire, à l’image de 2007: quand M. de Villepin a senti qu’il était distancé, il s’est retiré, il est passé à autre chose et basta! A court terme, les primaires, dans le climat de folie ambiante, peuvent certes permettre de sauver la mise  en 2017. A long terme, l’effet pour l’image de la politique est détestable. Ma position procède d’un immense respect pour la politique, au sens de la quête du bien commun, par des hommes dévoués à la cause de la Nation, dans un esprit d’abnégation, de dévouement et de discrétion. Voilà pourquoi  je suis tellement écœuré par l’invasion de l’ivresse de soi qu’illustrent si bien les « primaires », fidèle écho « à droite » de l’attitude de la gauche au pouvoir qui n’est pas meilleure. Quant au « culte de la personnalité » qui se manifeste aux deux extrêmes, il n’est autre que la manifestation paroxystique du mépris et du nihilisme actuels qui mènent tout droit au chaos.

Maxime TANDONNET

Advertisements

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

32 commentaires pour Contre les primaires

  1. Pondaven-Menegazzi Vincent dit :

    Chère Maxime,

    Actuellement étudiant, probablement de gauche (je ne souhaite pas me prononcer avant d’avoir une réelle expérience de vie). Je vous lis depuis un an, avec beaucoup d’intérêt. Votre article me fait réagir.
    L’UMP a profondément changé la droite française. On a manié les idéologies, les électeurs et partis gaullistes, libérales, centristes et radicales. Au point que l’UMP, et aujourd’hui les Républicains, se revendique à la fois « gaulliste et européen ». Cette synthèse c’est opérée sur fond de modernisation (sur la forme comme sur le fond), d’européïsation et de mondialisation. Certes, sa victoire fut de créer un réel parti de masse, mais vous mettez en avant une conséquence fâcheuse… Le retour de la guerre des chefs, intrinsèque à la droite, et qui nuance le césarisme gaullien.

    Pourquoi ne pas penser un système politique, qui en finirait avec un système créé « par De Gaulle et pour De Gaulle », que lui seul, objectivement pouvait manier.

    La droite n’avait aucun intérêt, il y a 10 ans à faire ses primaires. Aujourd’hui, Les Républicains sont un parti des masses, avec des sympathisants, des fans… La primaires lui est inévitable.

    De plus, la politique, dans sa globalité s’effondre. 2 idées : d’une part, nous allons probablement voire à ces primaires (gauche et droite), qu’il ne suffit pas d’être un leader, pour gagner. En témoigne la force de Juppé, et la faiblesse du Président Hollande. D’autre part, nous allons probablement voire que notre système d’élections majoritaire, ne fera pas émerger une majorité.

    La politique est en crise, la primaire n’est-elle pas une (parmi d’autres), solution(s) pour renouer le lien entre politiques et citoyens ?

    Merci encore pour vos notes, qui amènent toujours à de bonnes réflexions.

    Bien cordialement,

    VPM

    • Vincent Pontaven, excusez moi mais d’abord, je suis cher Maxime, pas chère Maxime, ce n’est pas du tout du machisme mais je tiens beaucoup à mon identité sexuelle et à ma virilité, même si je crois, ce principe ,n’est plus très à la mode dans votre école dont j’ai aussi fréquenté les bancs(LOL). Pour le reste, je pense que le choix d’être de gauche ou de droite est un choix de posture aujourd’hui. Quand je demande à mes amis qui se disent « de gauche » pourquoi ils sont « de gauche » ils sont en général dans l’incapacité absolue de me répondre et se contentent d’un « à cause des valeurs ». Des valeurs? Bon, DSK, Cahuzac, la déchéance de nationalité, etc. Des valeurs… Sinon, je suis 100% d’accord avec vous, sur ce qu’est devenue la présidence de la République française aujourd’hui, un costume bien trop grand, taillé pour le général de Gaulle et non pour d’autres…
      Maxime

  2. PhD dit :

    Bonsoir à tous

    @ Philippe : 12 mars 2016 à 10:30

    Je serais assez d’accord avec votre première proposition, à ceci près que des législatives tous les 3 ans et demi me semblent extrêmement rapprochées avec le risque
    – de se trouver en permanence en campagne électorale.
    – d’un vote sanction dû au fait que les réformes courageuses enfin entreprises n’auront pas encore porté tous leurs fruits

    Pour ouvrir les assemblées à Monsieur tout le monde, une solution simple (simpliste ?) tout fonctionnaire d’état ou des collectivités locales élu doit démissionner de la fonction publique avec bien sûr interdiction de se faire réembaucher à l’issue de son mandat comme contractuel dans la territoriale ; avec peut-être une exception pour les mandats de conseiller municipal dans les communes de moins de 500 ou 1000 habitants.

    Je suis opposé à cette idée de commission indépendante qui serait responsable devant qui ?: valider le budget, c’est le boulot du parlement, dont les membres sont sensés se faire virer aux élections suivantes s’ils valident n’importe quoi (du moins dans une démocratie digne de ce nom), d’autant que ces commissions sont susceptibles d’être manipulées.
    Mais oui au référendum d’initiative populaire.

    Par ailleurs, il est indispensable de remettre le conseil constitutionnel à sa place, celle qu’il n’aurait jamais dû quitter : vérification TECHNIQUE de la conformité des lois à la constitution.
    Actuellement, les « sages » sont capables de tordre la DDHC dans tous les sens ou d’invoquer je ne sais quelle tradition législative* pour censurer une loi qui ne leur plaît pas, ce qui est un pur scandale : actuellement, le conseil constitutionnel, c’est le coup d’état permanent comme l’a fort bien dit Eric Zemmour
    * Il me semble que cette mésaventure est arrivée à Nicolas Sarkozy, ou plus exactement à Rachida Dati concernant une loi réformant la justice des mineurs.

    En ce qui concerne les primaires proprement dites, je ne sais pas comment l’UMP peut résoudre autrement son énorme problème, à savoir l’absence totale de leader naturel, reconnu par tous les militants et l’electorat de droite.
    Certes, théoriquement, les primaires, c’est le premier tour (duels Giscard / Chaban, Giscard/ Chirac, Chirac / Barre et Chirac / Balladur). et le gagnant de la primaire de la droite affrontait le gagnant de la primaire de la gauche ou le candidat de la gauche unie au second tour.
    Sauf que là, le gagnant de cette primaire n’est pas du tout certain, mais alors pas du tout, d’être au second tour.

    Un début de solution qui éviterait peut-être le déchirement du parti serait que Nicolas Sarkozy renonce à se présenter et soutienne officiellement François Fillon, qui l’a quand même fidèlement servi pendant 5 ans. Mais ceci n’est qu’un avis purement technique et totalement désintéressé

    Sinon, comme le dit michel43 : belle brochette de clowns sur la photo qui illustre le billet

  3. michel43 dit :

    magnifique PHOTO ;la belle ,bande d » hypocrites qui on ruiner, le pays , fait des Millions de CHOMEURS , des retraiter ,FRANCAIS , qui survives avec 800 euro ,qui sont rester MUET. Lorsque la PATRONNE de l’Europe MERCKEL a inviter ,plus d « UN MILLION d » étranger ,sans demander L.AVIS des 27.. A cause de cette femme ,les Droites National ,sont au porte du POUVOIR ? qu' » en pense le DEFENSEUR DE CETTE EUROPE, qui est , en train d » exploser ;M..MAXIME

  4. infraniouzes dit :

    Les primaires ? Une machine à choisir un candidat « par défaut » dans chaque camp qui fera élire un candidat » par défaut « . Avec ça, on est sûr d’aller loin. Après l’élection, les gros chats politiques vont continuer de ronronner aux frais du contribuable qui adore ça. Et dans 5 ans les Gros Minets ressortiront leurs griffes pour nous faire croire à leur vaillance et leur efficacité. Mais La Fontaine disait ça mieux que moi.

  5. Freederic_N dit :

    Maxime,
    Je ne suis pas de ceux qui vous accusent de rouler pour Sarkozy, même si dans mon esprit ce n’est pas une insulte. Vous n’avez pas à rougir d’avoir été son conseiller. Par contre ce qui me gène dans votre position, c’est que vous ne semblez pas bien tirer le bilan de ce qui a été quand même un échec. Et pour tout dire je trouve votre position abstraite et exclusivement fondée sur l’analyse du fonctionnement du pouvoir.
    Je ne pense pas que ce soit l’essentiel aujourd’hui. D’abord parce qu’il est absolument certain que le pouvoir continuera à dysfonctionner avec la droite. Mais surtout parce que l’enjeu principal est celui de la repolitisation : il est de créer les conditions d’un réel débat, d’une vraie expression publique de l’intérêt général sur laquelle pourra s’appuyer le futur président. Peu importe d’ailleurs qui ce sera : car il sera contraint de s’affronter aux réalités, et son seul appui sera une ( partie) de l’opinion.
    De ce point de vue, ce que vous dites me semble négatif . A quoi sert de tirer comme cela sur les primaires si ce n’est de détourner ceux qui vous écoutent d’un effort d’influence ? Il s’agit d’une sorte d’attitude maximaliste qui ne sert à rien . La question qui se pose est au contraire de s’appuyer sur les primaires pour faire apparaître les vraies questions , les questions sur lesquelles les électeurs de droite ne veulent pas transiger. Et celles sur lesquels il acceptera de transiger .

    J’en cite une tout particulièrement qui est celle de l’éducation . Oui ou non voulons nous la redresser ? Si la réponse est oui, alors cela veut dire en français : faire le ménage . C’est à dire à minima : dissoudre des services entiers du Ministère, créer des critères d’évaluation des Proviseurs ( et non pas s’en prendre aux professeurs comme le créera le corporatisme de la fonction publique) etc…. Tout le monde sait que ces mesures sont impossibles à prendre si on ne les a pas annoncées avant, et tout le monde sait qu’elles vont hystériser les médias contre celui qui les annoncera . Spontanément nul ne s’y aventurera
    C’est cela organiser le débat : créer les conditions pour forcer les candidats – et contre leur volonté – à prendre de tels engagements. Ce n’est pas la panacée , mais les primaires sont aujourd’hui la seule occasion de faire ce mouvement
    Et très franchement , cracher sur les primaires aujourd’hui, même de bonne foi, c’est prendre une assurance tous risques pour l’échec . C’est plaider pour un nouveau Luc Chatel à l’éducation.

  6. Mildred dit :

    Monsieur Tandonnet,
    Merci pour votre réponse à mon commentaire. Je n’épiloguerai pas sur les grandeurs et servitudes de ceux qui sont contraints d’écrire sur commande. Essayons donc d’avancer. Voici comment je vois les choses : nous sommes début 2017 début de la campagne officielle de l’élection présidentielle. Sont alignés sur la ligne de départ, de gauche à droite, avec quelque chance d’être élus pour le second tour : Jean-Luc Mélenchon – François Hollande et/ou Emmanuel Macron – Alain Juppé et/ou Nicolas Sarkozy – Marine Le Pen.
    Cordialement.

  7. François Carmignola dit :

    A coté de la plaque moi ? Alors que clairement vous voulez favoriser, dans le long terme, des comportement partisans qui conduisent sous nos yeux ébahis et avec votre recommandation, le parti de l’alternance en France à élire triomphalement et à préparer le programme d’un futur repris de justice, tricheur manifeste à une élection présidentielle ?
    Vous moqueriez vous de nous ?
    Contrairement à ce que vous dites, les primaires sont le seul moyen d’échapper au pire du régime des partis !
    Quand le descendant du parti des gaullistes, dont on changea deux fois le nom pour cause d’affaires se trouve dirigé par un fils d’immigré fondu, qui négocie tout seul avec le pouvoir socialiste une déchéance de nationalité honteuse, vous refusez la seule chose qui puisse nous sauver, la primaire, seul moyen à peu prés digne de maitriser la foire boueuse qui vous désespère?
    Je crois que c’est vous qui êtes à coté. De je ne sais quoi.

  8. PhD dit :

    Bonsoir
    @ Mildred : 13 mars 2016 à 08:18

    Vous en pincez pour Emmanuel Macron

    DEA de philo, Sciences Pipo, ENA, Inspecteur des finances, puis engagé dans une banque d’affaires du capitalisme de connivence sur la recommandation de Jacques Attali, pour faire jouer son carnet d’adresses et ses relations.

    Je ne nie pas ses qualités intellectuelles et politiques, avec ses petites phrases qui font le buzz, mais a-t-il bossé dans une vraie boîte, qui se débat avec la paperasserie et la bureaucratie, se bagarre avec le RSI et l’URSSAF et qui peut utiliser le peu de temps qui reste pour chercher des clients et donner du boulot à ses salariés, avant d’être emm… par les syndicats dits représentatifs et les prud’hommes si ça se passe mal ?
    Quant à la loi Macron, j’ai entendu dire que c’est encore plus de paperasse pour les TPE et PME qui essaient de profiter des opportunités qui seraient offertes par cette loi (ouvrir une ligne de cars).

    Quelle sont ses positions sur l’euro, le bouzin bruxellois (à part de voir qu’il est en danger), l’immigration invasion, le laxisme judiciaire, la déliquescence de notre armée ?

    En résumé, je dirai :
    pure création politico-médiatique de types qui essaient de nous vendre le tandem Juppé/Macron. Deux technocrates pur jus, inodores, incolores et sans saveur, sachant que Juppé est un nuisible absolu, à plat ventre devant le politiquement correct le plus gluant.

  9. Gérard Bayon dit :

    @ Timéli
    Je me permets de rebondir sur votre idée de personnalités de la société civile.
    Parmi toutes celles qui ont été nommées ministres au cours de ces dernières décennies et en dehors de Simone Veil, on ne peut pas vraiment parler d’un vrai succès.
    Qui parmi, H. Curien, A. Decaux, B. Kouchner, L. Schwartzenberg, L. Ferry, C. Haigneré ou F. Mer, a laissé le souvenir d’une personnalité efficace pour la gestion de leur ministère ?

  10. walter dit :

    Merci pour cet excellent article Maxime! Comme vous je trouve les primaires ri-di-cules à droite comme à gauche. Pourquoi cette compétition d’égos si ce n’est pour assouvir l’envie d’écraser puis de dominer les autres? Vous avez raison, l’intérêt général indiffère les candidats à ces primaires.
    Nous tous sommes les victimes de l’erreur de casting porté à la candidature par les primaires du PS puis élu sur le rejet de N.S. et un programme mensonger.
    Je suggère à MM. Valls et Macron, de quitter le porte-poisse en chef avant de sombrer avec.
    Je suggère aux honnêtes gens tels que M. Fromentin, Dupont-Aignan etc… de se réunir et proposer un programme.
    Les primaires sont un leurre et un piège. Encore cette gauche  »sociétale » qui donne le ton quand cette droite stupide court après le train en marche.

  11. Mildred dit :

    Monsieur Tandonnet,
    Je ne voudrais pas être trop désagréable mais il me semble que vous aviez déjà traité ce sujet et que vous et vos commentateurs aviez fait le tour de la question. Alors pourquoi la reprendre aujourd’hui ? Parlez-nous plutôt de ces candidats qui, hors primaires de droite ou de gauche, ont des chances de se trouver devant le peuple le jour de l’élection présidentielle. Je dois vous dire qu’actuellement, comme 51% des Français et 71% des électeurs LR, j’en pince sérieusement pour ce jeune Macron qui énerve tant notre Premier ministre. L’avenir nous dira s’il n’aura été qu’un feu de paille comme on en a tant connu, ou s’il a du fond, ce qui manque singulièrement à la classe politique en général.

    • Mildred, c’est vrai, j’écris en fonction des commandes de Figaro vox et de ma sensibilité du moment, ce qui me conduit à me répéter, mais je retiens votre idée, parler des seconds rôles qui sont peut-être l’avenir politique du pays. Quant à M.Macron, il parle beaucoup et a le sens de la provocation, que ferait-il face au réel, c’est une autre question.
      MT

  12. Timéli dit :

    J’ai déjà eu l’occasion de le dire sur ce blog : et si la solution était finalement de faire appel à une personnalité de la vie civile qui a fait ses preuves ? Il y en a…

  13. René de Sévérac dit :

    Maxime,
    « L’élection présidentielle devrait traduire, dans une vision gaullienne, la rencontre d’un homme et d’une Nation fondée sur la confiance et dans l’intérêt supérieur du pays.  »
    Dans une vision gaulienne et dans « l’intérêt supérieur du Pays », le Peuple, las de la confiance des élites UMPS à Mme Merkel de régler les affaires (et à la ploutocratie les détails), a décidé (malgré les admonestations assorties de l’injure « extrème-droite » rappelant les Heures les plus Sombres) d’investir Marine LePen pour la charge supérieure !
    Alors, les primaires, si ça les amuse …

    • René, ah oui la dame qui a hérité de son père avant de poignarder. Vous trouvez cela gaullien? Moi pas vraiment. La quintessence politicienne.
      MT

  14. Bernard dit :

    Bonjour Maxime, bonjour à tous,
    Ah que ce serait bien si nous avions pas tous ces candidats qui se tirent la bourre à droite. Tous pensent être le meilleur. Comme je l’écrivais il y a quelques jours sur ce blog je regrette qu’il a été décidé d’attendre si longtemps pour organiser ces primaires.
    Bien sûr vous avez raison en écrivant  » le mieux placé « mais chacun est convaincu qu’il est le mieux placé…. !!
    Je pense que revenir à un septennat unique serait une bonne chose : déjà quatre années où il ne s’est rien passé car dès le premier jour de cette mandature Moi Je pensais déjà à sa nouvelle mandature au terme de ces cinq années… nous connaissons malheureusement le résultat, pardon l’absence de à part le mariage pour tous qui est une avancée capitale pour l’Humanité (rire jaune).
    Aujourd’hui je ne vois qu’une solution provisoire faire le dos rond jusqu’au mois de novembre…
    Entre temps et si un « hors du sérail politique politicienne » émergeait ? Je pense par exemple
    au maire de Neuilly qui d’après ce que je lis travaillerait déjà sur le sujet. A gauche quelqu’un qui n’a pas d’attache à un parti et qui semble également en vouloir : Emmanuel Macron.
    Dans les deux cas de figure ce serait un choix mieux que de voir venir Madame Le Pen qui aurait capté tous les votes de rejet vis à vis des pouvoirs de gauche comme de droite.

  15. Philippe dit :

    Bonjour à tous,

    Moi aussi je partage le point de vue au sujet de la fonction présidentielle. Il faut revenir au septennat avec mandat unique. Des législatives au bout de 3 ans et demi d’exercice et si le vote de ces législatives désapprouve la politique menée par le gouvernement en place, le président en place donne sa démission. Cela est une manière concrète de mettre aussi les français devant leurs responsabilités. Mais cela demande aussi aux différents partis d’avoir les même objectifs pour la France. Il y en a assez de ces majorités qui détricotent systématiquement ce qu’on fait les précédents. Car de part et d’autres il y a des bonnes idées. Et il faut redonner aussi aux députés et sénateurs le sens de l’intérêt général. Ouvrir les postes législatifs à Monsieur tout le monde et non seulement aux Enarques, grandes écoles, avocats. Nous sommes le seul pays des 28 où les postes législatifs sont ouverts à une caste. Dans d’autres pays on trouve jusqu’à 122 métiers représentés. Donc des gens qui savent ce que « travailler, prendre des risques » veut dire. Et non pas comme à l’heure actuelle des gens ayant vécu grassement sur le dos du contribuable, et ne devant jamais rendre compte du mauvais usage de l’argent publique.
    Nos politicards de gauche comme droite ont oublié l’article XV de la déclaration des droits de
    l’homme et du citoyens:
    Article XV
    La Société a le droit de demander compte à tout Agent public de son administration.
    Le budget devrait être validé par une commission indépendante constituée de personnes indépendantes des partis et faites de gens choisis sur les listes électorales.
    Mais cela est un rêve car tous les politicards mégalos, carriériste, et vaniteux veulent garder leurs avantages.
    @Laurent Méchant Réac
    Pour moi Sarkozy brasse de l’air. Un chef c’est celui qui parle conformément à ses actions et qui agit conformément à ses paroles, il nous a démontré le contraire lors de son mandat. L’homme d’action c’est celui qui parle peu, mais qui agit.
    Aujourd’hui pas un est capable de sortir la France de l’ornière

  16. François Carmignola dit :

    Je crois que vous avez complètement tort et que vous roulez pour Sarkozy…

    D’abord, on pourrait dire l’inverse de ce que vous dites: soumettre à une approbation
    préalable l’acte de candidature lui même est une forme de renonciation à l’être de l’individu roi destructeur et se trouve donc « éthique ».
    Que susciteraient ces dix démons au premier tour de l’élection ? La tentation, et cela ne
    manquerait pas à droite (j’en serais), d’un vote révolutionnaire qui permettrait enfin de plonger le pays dans des violences dont la nécessité commence à se faire sentir et que vous semblez
    appeler de vos voeux.

    Ensuite que sans cette acceptation au moins de principe, les débiles et les tarés qui font le
    parti croupion tricheur, entubé par tous ses dirigeants, escroqué au delà du possible pendant toute
    la période nous imposerait un nain démagogue désireux d’échapper à la justice.
    Celle ci est conduite et instrumentalisée par son comparse, un autre nain démagogue désireux
    de rejouer le match cauchemardesque que nous ne voulons pas.

    Sachez que si Sarkozy est le candidat nous plongerons tout droit dans la violence.
    La présidence Hollande, toute désespérante qu’elle soit, et bien nous la regretterons amèrement.

    • François Carmignoa, c’est presque incroyable à quel point vous êtes à côté de la plaque et vous vous méprenez sur ma façon de penser et mes motivations. Et je ne peux même pas dire que c’est moi m’exprime mal: vous êtes le seul parmi les intervenants sur ce blog à réagir ainsi…
      MT

  17. Vu du Mont dit :

    Il y a de quoi partager votre point de vue quand à la fonction présidentielle et au mal que produit l’existence simultanée de cette élection et des législatives.
    Par peur d’alternance, les hommes politiques, tous confondus, ont préféré une majorité immédiate et tout au long.
    Alors que leur travail devait être de faire valoir l’intérêt d’une dissociation des 2 élections pour faire vivre la démocratie. Un mandat de sept ans pour le Président et des législatures durant ce mandat.
    Trop de candidats au primaire, c’est évident, l’électeur a besoin de savoir ce qui distingue les uns des autres. Or un projet s’articule sur les points qui sont connus déjà et avec des variantes selon les candidats, c’est pourquoi 4 ou 5 sont suffisants. Le choix doit être clair, multiplier les candidats c’est brouiller le choix qui doit s’imposer à l’électeur. Et puis qui peut penser que cette fonction peut être remplie par n’importe quel personnage? Cela exige du charisme, de l’autorité, du prestige, de la carrure, une capacité de persuasion, d’être un guide, un président. Ce ne peut être un tiède ou un mou. Pour le bien commun, il est grand temps que certains se retirent dès maintenant. Et que les LR et l’UDI soient représentés. Ce n’est pas une bonne chose que ces primaires, cela laissera des séquelles conséquentes. Or, il faut une unité, le temps de recoller les morceaux et il sera trop tard pour porter un message unique.

    • Vu de Mont, oui, c’est bien mon avis, à court terme, les primaires peuvent avoir un avantage, mais à long terme, elle contribuent à la catastrophe de notre vie politique.
      MT

  18. Gérard Bayon dit :

    Bonjour à toutes et à tous,
    En voulant copier les bêtises du P.S, la droite et le centre vont continuer de se ridiculiser un peu plus. Tous ces partis politiques qui ne fonctionnent pourtant qu’ à grand renfort de sondages quasi hebdomadaires n’ont-ils pas encore pris conscience du rejet de ces clowns de plus en plus massif par les Français face au spectacle et à l’image qu’ils donnent ? A 8 mois des primaires de la droite et peut-être du centre, l’U.D.I. et le Nouveau centre ont déclenché les hostilités. De là à voir réapparaître le traitre Bayrou au 1er tour de la présidentielle, nous n’en sommes plus très loin. Audacieux 1er et l’égérie du FN doivent se désopiler de ce triste spectacle.
    L’organisation de ces primaires étant maintenant et malheureusement acquise pour la prochaine élection présidentielle avec les conséquences que l’on a déjà longuement évoquées dans ce blog, il ne reste plus qu’à travailler pour 2022.
    Il faut absolument supprimer ces primaires qui ont permis d’amener à la magistrature suprême le pire président de la République et je crains que 2017 ne reproduise le même résultat.
    L’exemple des Etats Unis aurait pourtant du servir de leçon à nos politiques , que ce soit l’élection d’Obama qui aura été lui aussi, leur plus mauvais président puisque pour ne prendre qu’un exemple les noirs sont plus stigmatisés aujourd’hui qu’avant son élection et le minable spectacle donné en ce moment par Trump, Rubio , H. Clinton et les autres ne laisse rien présager de bon pour ce grand pays.
    Chez nous, le fonctionnement des partis politiques devrait se concentrer sur la préparation sérieuse et sans démagogie d’un programme de gouvernement, chiffré, détaillé et argumenté qui servirait de base indiscutable et non négociable aux candidats qui se réclameraient de ce parti. Par ailleurs, il convient de redéfinir les conditions d’accès au 1er tour de l’élection présidentielle qui devraient être beaucoup plus sélectives de manière à éviter les candidatures fantaisistes qui polluent le débat politique et n’apporte rien au pays.

  19. Pourquoi ne pas être candidat ? C’est un excellent moyen de
    tenir par la barbichette le candidat élu (Valls est premier ministre en ayant rassemblé que 5% des voix). Et ainsi, on négociera le perchoir, un ministère, une place au soleil… A côté de ce « Yalta » post-primaire le candidat élu de la droite présentera un message brouillé et confus. Bref l’inverse de ce qu’attendent les Français et de ce dont à besoin notre pays.

    La primaire est une erreur. C’est une violation de la Constitution de la Vème République où le rôle de « primaire » est tenu par le premier tour.

    Il faut revenir à la raison. Notre pays a besoin d’un chef, d’un leader charismatique, doté d’une forte expérience d’homme d’état d’envergure internationale : Nicolas Sarkozy !

    Méchant Réac ! le blog

    • Laurent Méchant, je le pense aussi, en s’adressant à une partie du peuple contre une autre, les primaires violent la Constitution et le principe d’indivisibilité de la République française.
      MT

  20. Michel Bont dit :

    Je suis écoeuré, démocratie oui, mais sans pantalonnade., merci pour cet article Maxime Tandonnet. Sent from my WIKO PULP 4G

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s