Le visionnaire méprisé

imagesVoici ma tribune publiée hier par le Figaro Vox sur l’abandon des idées de Philippe Séguin par les Républicains. Ma conviction profonde est que notre époque est malade d’avoir méprisé, au début des années 1990, les prophéties de ce grand visionnaire. Paradoxalement, le crime des milieux dirigeants et intellectuels, ces trente dernières années est d’avoir refusé de construire l’Europe, l’Europe qu’il appelait de ses vœux, l’Europe des Nations réunies dans une volonté politique commune, dont nous aurions tant besoin face à la crise des migrants, au terrorisme, au chaos planétaire,  et d’avoir laissé proliférer à sa place un fléau bureaucratique. Si la poussée du vote extrémiste en France est si massive, c’est bien de la responsabilité de tous ceux qui ne l’ont pas écouté ou ont méprisé son message.

Maxime TANDONNET

Publicités

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

20 commentaires pour Le visionnaire méprisé

  1. HerveLe dit :

    Les idées et argument de P; Seguin en particulier celles du fameux discours sont aujourd’hui reprises, dans leur quasi totalité par une formation politique qui s’est hissée aujurd’hui au 6ème rang des partis francais en nombre d’adhérents. Il s’agit de l’UPR, qui a réussi le tour de force de rassembler une base de 50-50% de gens de gauche et de droite sur ce programme souverainiste. Que pensez-vous de cette formation, M; Tandonnet?

  2. Georges dit :

    Q ,le prix européen Coudenhove- Kalergi à été décerné à Merkel et Van Rompuy .

  3. Georges dit :

    Q avec le retournement de veste de Cameron ,l’Union bancaire va nous plumer de plus belle .La création de la CEE est l’acte de naissance de notre déclin .

  4. Robert Marchenoir dit :

    J’ai lu votre chronique du Figaro. Hélas, vous y confirmez votre fascination pour ce que vous dénoncez : les mots creux qui remplacent l’action politique.

    Que rejetez-vous ? La baisse des impôts et du nombre des fonctionnaires, dont vous avez l’aplomb de prétendre qu’elles ne touchent qu’à la surface des choses. Il n’y a pourtant pas plus concret et plus « régalien » que les finances publiques, comme disent les gaullistes ! Et ce n’est pas comme si l’état de nos finances était un problème secondaire…

    Que proposez-vous ? L’Europe des Etats, ce qui ne veut rien dire. C’est un slogan publicitaire. Cela n’a pas plus de sens que l’Auvergne des cantons, l’Afrique des métaphores ou le Valhalla des particules.

    Voulez-vous soustraire la France à la tutelle de l’Union européenne, afin de lui rendre sa souveraineté ? Très bien. Alors, dites-le.

    Mais ça veut dire quoi, exactement ? Voulez-vous que la France quitte l’Union européenne ? Qu’elle reste dans l’UE, mais qu’elle quitte l’euro ? Qu’elle quitte l’Union européenne, sauf si votre programme est accepté ? Et dans ce cas, quel est votre programme ?

    Margaret Thatcher et David Cameron ne se sont pas présentés à Bruxelles en réclamant « l’Europe des Etats », ni même « l’Europe anglo-saxonne » ; ils ont dit ce qu’ils voulaient, et ils ont négocié. En menaçant de partir. C’est peut-être pour ça que la Grande-Bretagne se porte mieux que la France ?

    D’ailleurs même si vous voulez sortir de toutes façons de l’UE pour créer un autre type d’alliance, encore faudrait-il prendre position : pour faire quoi ? sur quelles bases ?

    Si vous voulez « une autre Europe », eh bien il va falloir en discuter avec 27 autres nations — et même si c’est moins, chacune aura sa propre vision de ce que doit être « une autre Europe ».

    Comme tant de gaullistes, vous agissez comme si le monde entier était aux ordres de la France.

  5. Q dit :

    Pour une fois Mr Tandonnet je suis 100% d’accord avec vous, meme jeune je savais que Seguin avais raison.Je ne pardonne pas la traitrise des mecs de droite qui ont cede la souverainete Francaise a l’EU, se sont assis sur un referendum, ont fait de la presidence Francaise le caniche de merkel, ont fait rentrer la France dans l’OTAN.Des traites.

    Seule l’extreme droite a cette reflexion, ce qui reduit malheureusement le debat

  6. JD DELAIRE dit :

    Oui mais il n’a pas su s’imposer et faire passer le message du gaullisme social !

  7. Vu du Mont dit :

    SI Seguin avait été suivi nous ne serions pas où nous en sommes avec l’UE. Il est toujours possible de faire demi-tour. Il y a des voies qu’il faut oser prendre… DLF en est une.
    Juppé, non c’est Hollande dans un autre corps, c’est tout. Fillon a trahi la pensée de son mentor car il sollicite l’UE actuelle, il veut l’accompagner. Ecoutez Juppé et/ Fillon c’est le même discours s’agissant de l’UE, ils se sentent incapables d’avoir une idée pour la changer.
    Hors, avant toute chose, il faut mettre fin à cette UE pour faire gagner notre pays et la véritable Europe, celle des nations.
    D’une Europe nouvelle émergera, une dynamique nouvelle favorable aux peuples la composant.

  8. Freederic_N dit :

    Bonjour Maxime?
    je trouve que votre article est unilatéral , et pour tout dire qu’il verse dans la facilité. C’est devenu un must désormais , et il faut que le lecteur ait sa dose d’anti élite, d’anti politique. De tous pourris ou presque. C’est d’ailleurs ce que recherche Hollande. Qu’on dénigre les autres autant que lui, s’il n’en reste qu’un il sera celui- là. On se demande si vous ne cherchez pas à désespérer Billancourt !
    Car ce que vous dites n’est pas exact et vous sombrez dans le procès d’intention. Certes on peut penser ce qu’on veut des dirigeants de la droite républicaine – rassurez vous ce ne sera pas pire que ce que j’en pense. Mais vous ne voyez pas que la situation objectivement est à la politisation. Or désolé, les débats ils existent au sein des républicains. Et il n’est pas vrai qu’on propose uniquement du rafistolage . Ce que propose Fillon sur le plan économique est un vrai programme de redressement.
    Seulement voilà : un programme de droite ne vaut que par l’image que l’on s’en fait. Alors à force de dire qu’il n’y a rien vous allez aboutir exactement au pire. L’arrivée de la droite sur un vrai programme , dans un contexte ou on aura répété à foison que la droite ne veut rien changer sur le fond. Alors à la première mesure on dira qu’on a été trahi et grand branle bas de combat, ce seront grèves et manifestations contre le président élu, au nom de la démocratie …
    Alors que si on discutait sur le fond, le président de droite pourrait avoir au moins la légitimité d’un programme affiché
    Et devinez qui sera en tête des manifs quand il s’agira de tout bloquer…

    • FrédéricN, il y a toujours des programmes, d’alternance en alternance, mais depuis 42 ans (1974), personne n’a rien réglé, le chômage, l’insécurité, les banlieues, l’affaiblissement du pays, le déclin industriel, le communautarisme. Je pense que ce sont les règles du jeu qu’il faut changer…
      Maxime

  9. noop dit :

    J’aouterai aussi que cette Europe des Nations après avoir été l’étendard des souverainistes, est aujourd’hui préemptée par le Fn … S’aventurer sur ce chemin est périlleux en terme d’image médiatique et de communication.

    • Noop, « préempté par le FN » car le système médiatique met ce parti en avant pour diaboliser les vraies questions et interdire la réflexion. Mais cela fonctionne de moins en moins et le jour où le FN disparaîtra, explosera, la France s’éveillera enfin… .
      MT

  10. noop dit :

    Bonjour Maxime,
    vous êtes (un peu) dure avec Fillon lorsque vous dites dans votre tribune du Figaro que pas un des candidats à la primaire ne réclame un retour vers une Europe des nations. Mais sinon je souscris à votre propos. En particulier lorsque vous pointez du doigt cette sorte d’injonction paradoxale (en apparence) entre le désir des Français d’apaisement d’une part et de retour à l’autorité d’autre part. Je crains fort que l’apaisement jusqu’au comas soit l’issue. En effet il me semble impossible de rétablir l’autorité de l’État puis le principe même de violence légitime (y compris juridique) est définitivement enterré… (voir par exemple le débat sur la déchéance de nationalité)

  11. koufra dit :

    Je suis justement en train de lire un de ses livres: « Louis napoleon le grand ».

    Amitiés

    Koufra

  12. Gérard Bayon dit :

    Bonjour à toutes et à tous,
    Je me souviens très bien de ce fameux débat de septembre 1992 au cours duquel P. Seguin n’a pas osé / voulu, sans doute en raison de l’état de santé de F. Mitterrand) porter le coup de grâce au projet de l’Europe de Maastricht malgré tous les bons arguments dont il disposait.
    La signature de ce traité aura été le début du déclin de l’Europe.
    Le « roi fainéant » Chirac, aura commis deux erreurs majeures lors de son 1er mandat présidentiel
    – celui de ne pas avoir nommé en 1995 P. Seguin 1er ministre alors qu’il l’avait pourtant largement soutenu lors de sa campagne et de lui avoir préféré Juppé. Je reste persuadé que ce septennat ne se serait alors pas terminé avec la montée du FN que nous avons connu.
    – celui de ne pas lui avoir permis de devenir maire de Paris pour lui avoir préféré protéger son escroc d’ami Tibéri.
    Reste aujourd’hui F. Fillon qui, pour avoir été l’un de ses proches, devrait s’en souvenir et se « séguiniser » un peu plus !

  13. Georges dit :

    La lucidité et la prévoyance taxées d’extrémisme par ceux qui ont permis l’apologie d’une nouvelle forme d’extrémisme d’importation …y en a qui ont de la gueule tout de même …

  14. Tracy LA ROSIÈRE dit :

    Je ne sais pas quels sont les cons qui assimilent la pensée de Séguin à l’extrême droite…? Qui sont ces « certains » ?
    Loin de moi la volonté de donner des leçons mais Séguin n’était-il pas plutôt un Gaulliste « de gauche » – dans le sens le plus noble – dans la lignée de Chaban-Delmas ou de Boulin, et dont Fillon serait le fils spirituel (exception faite pour sa colonne vertébrale ) ? Chacun pourra rectifier. Quoiqu’il en soit Séguin était un homme d’Etat dont l’action, l’intégrité et la mémoire sont éminemment respectables. Cherchons actuellement un animal politique de cette carrure… Il n’y en a pas un seul ! Au temps de Maastricht sa voix avait un sens, une logique, une cohérence, une rare épaisseur. Il voyait – et si je me souviens bien, ils n’étaient pas nombreux – l’ambiguïté de ce miroir aux alouettes. Il avait raison sur la monnaie commune ! J’ajoute que pour l’avoir entendu à cette époque, la chaleur de sa voix avait quelque chose d’envoûtant.
    Le paradoxe actuel est que cette pensée « de gauche » soit incarnée par des gens comme Juppé. Il ne s’agit plus d’une idée originale mais d’un copier-coller du socialisme.

  15. berdepas dit :

    Seguin : parmi les rares, -sinon le seul – Hommes d’Etat de cette génération politique.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s