La sondagite

imagesJe ne sais pas si vous avez remarqué, comme moi, mais chaque jour, en ce moment, les médias sortent de nouveaux sondages. Ils ne portent pas directement sur les futures élections: pas question d’insister sur la faiblesse d’un président-candidat. Mais ils instillent un message constant autour de l’image des personnalités. Le matraquage insiste sur la chute de Sarkozy, et encore et encore, des fois qu’on n’aurait pas bien compris, de même sur la popularité d’Alain Juppé et sur l’ascension de M. Macron. Penser qu’ils sont truqués n’a pas grand sens. Il est trop facile d’applaudir les sondages quand ils vont dans votre sens et de les rejeter quand ils vous déplaisent. Cependant, une puissante logique de manipulation de l’opinion est à l’œuvre. Les sondages ne cessent de transformer des tendances, même éphémères, en normes de penser. Ainsi, à force de se répéter,  ils métamorphosent une vague sympathie envers ce dernier en nouveau culte de la personnalité… Il n’a absolument rien demandé mais le voici en candidat virtuel à l’Elysée!  Quand on regarde les sondages, ils tendent vers le politicien idéal, neutre, aseptisé: style gendre idéal, vaguement libéral dans ses idées économiques, plutôt libertaire – ou indifférent – sur les questions de société, le physique irréprochable, capable d’une petite phrase provocante, mais sans plus, sans aspérité, dépourvu de velléité autoritaire, communicant, propre sur lui, transparent. Dans sa quête de la perfection, le monde médiatique tend vers une image de la gouvernance parfaite: neutre, sans autorité, invisible. Pour lui, un personnage comme Sarkozy qui évoque une forme de volontarisme, de rudesse, et d’autorité est devenu diabolique. Au fond, les sondages tendent vers un idéal qui est celui de la négation du politique, du gouvernement, de l’autorité, de l’Etat. Bien sûr que derrière ce phénomène, c’est le système politique français qui est devenu fou, pas seulement les institutions, mais la culture, la vision de la politique. La politique est devenu un spectacle, un Grand-Guignol vaguement grotesque, dominé par le narcissisme pathologique de personnages qui ne songent qu’à faire parler d’eux à n’importe quel prix, même des pires reniements, une scène débile alors que le monde s’embrase et que la France a besoin d’être dirigée, protégée, gouvernée…

Maxime TANDONNET

Advertisements

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

46 commentaires pour La sondagite

  1. Vu du Mont dit :

    Un premier ministre? Mais le Président fait office de 1er Ministre, la constitution changée pour 5 ans a perverti la fonction du Président et du 1er Ministre. Non, c’est le Président qui donne le ton.
    Il nous est nécessaire d’avoir un Président fort, énergique et humble.
    Et puis le contexte d’évolution c’est l’UE. Or, ils (les candidats) se rendent compte que telle présentée elle ne peut durer. Mais la modifier, ils ignorent comment faire. Donc ce point est grave. Aucune idée ne sort! On ne peut continuer, ainsi! Les programmes des candidats doivent disposer d’un vrai volet de réforme de l’UE si non La France n’avancera pas.

  2. Vu du Mont dit :

    J’espère que vous l’avez lu depuis le Point et de plus vu l’émission avec AF sur France 2.
    Agir oui ce doit être le rôle des politiques mais l’essentiel c’est bien agir et je ne crois pas que AJ soit celui qui saura prendre de vrais décisions.

  3. PhD dit :

    Bonjour Maxime
    Bonjour à tous

    @ Robert Marchenoir : 22 janvier 2016 à 10:07

    Vous écrivez : « Nous avons un Etat fort et stratège »
    Non : nous avons un état obèse, comme vous le soulignez, envahissant, omniprésent mais qui n’est ni fort, ni stratège
    En réalité,
    – l’état est faible dans ses fonctions régaliennes, (défense, diplomatie, justice, police, aménagement du territoire, ..), c’est à dire là où il devrait être fort,
    – l’état est fort et étouffant dès qu’il s’agit d’emmerder le monde

    Pour moi, la définition d’un état stratège est un état qui se pose les questions suivantes
    – Quels sont les intérêts du pays ?
    – Quelles sont les actions que l’état peut initier (favoriser l’investissement, ….) ou à défaut mettre en oeuvre (construire ou réaménager des routes,..) pour favoriser ces intérêts ?
    Le tout de la façon la plus pragmatique qui soit mais avec une vision sur le long terme, ce qui n’est pas forcément évident.

  4. Via dit :

    Le « petit traité de manipulation à l’usage des honnêtes gens » de Joules et Beauvois est une référence en matière de prise de conscience de la propagande que nous subissons de toute part et par mass-medias interposés. J’aimerais relire un ouvrage traitant de la manipulation par les chiffres, pourcentages et statistiques, auxquels on peut faire dire ce qu’on veut. Si quelqu’un peut me rappeler le titre…Pour gagner en lucidité, les deux sont à lire absolument.

  5. Anonyme dit :

    Ces institut de sondage sont financés par qui ?

  6. Robert Marchenoir dit :

    Le volontarisme de Sarkozy, franchement… Velléitaire serait un qualificatif plus approprié.

    Cette vision du politicien idéal comme quelqu’un de lisse qui ne fâche personne correspond certes à une réalité, mais c’est une réalité d’apparence. L’idéal inverse que vous promouvez (restaurer l’autorité de l’Etat, une France qui a besoin d’être dirigée) est précisément ce qui nous affaiblit.

    Prétendre que personne ne veut d’autorité, que le rôle de l’Etat est insuffisant, c’est une plaisanterie. Non seulement l’Etat a un poids excessif (57 % du PIB), mais tous les Français rêvent d’un « homme fort » et d’un Etat « fort et stratège ». Ce que nous avons. Nous avons un Etat fort et stratège, et c’est précisément ce qui fait notre perte.

    Un pays où il est impossible de vivre sans la Sécurité sociale, et où les conflits avec la Sécurité sociale sont jugés par… les tribunaux de la Sécurité sociale, est un pays fasciste. Ou communiste. Ou une dictature africaine, peu importe.

    Si l’Etat pouvait arrêter de nous « protéger » cinq minutes…

  7. Ulysse dit :

    Le site Dreuz vient de décerner, après consultation de ses lecteurs , le prix du journaliste le plus malhonnete (intellectuellement) : le prix revient à Edwy Plenel et à l’AFP
    Ce n’est que justice.
    Félicitations aux vainqueurs
    ..
    Je lis que Donald Trump voudrait faire construire des camps en Syrie pour les réfugiés, camps qui seraient protégés par des troupes payées par les monarchies du golfe ??

    Techniquement c’est peut etre difficile , mais ou va t’on si un clown comme lui veut ne pas proteger les intérêts de la gauche et du patronat migrantophile et autochtonophobe.
    ..
    Si on le laisse faire , il demandera à l’Arabie Saoudite et au Quatar d’accueillir des migrants. Mais ou va t’on ??
    ..
    Encore un triste vestige de l’ Histoire , un plouc qui veut proteger son peuple

  8. yoananda dit :

    La critiquite : Mr Tadonnet vous êtes vous demandez pourquoi tous ces posts qui critiquent ceci ou cela (rien ne sera jamais parfait en ce bas monde) ?
    On dirait que tout vous agace …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s