L’étrange prophétie

sans-titre« Il y a quelques années, un commentateur bourgeois – et colonialiste – pour défendre l’Occident n’a trouvé que ceci : “ Nous ne sommes pas des anges. Mais nous, du moins, nous avons des remords. ” Quel aveu ! Autrefois notre continent avait d’autres flotteurs : le Parthénon, Chartres, les Droits de l’homme, la svastika. On sait à présent ce qu’ils valent : et l’on ne prétend plus nous sauver du naufrage que par le sentiment très chrétien de notre culpabilité. C’est la fin, comme vous voyez : l’Europe fait eau de toute part. » En 1961, Jean-paul Sartre a ainsi prophétisé une situation qui est celle du déclin général de l’Europe comme entité culturelle et historique, rongée par la culpabilité, dans son extraordinaire préface des Damnés de la terre de Franz Fanon. 2015 fut une année d’apocalypse marquée la vague terroriste qui a ensanglanté une France déboussolée et l’arrivée soudaine d’un million de migrants en Allemagne dans des conditions de chaos indescriptible qui bousculent tous les repères classiques de la politique d’asile et d’immigration, un climat d’indécision, d’angélisme et l’effondrement personnel de Mme Merkel. Nous sommes dans une logique de long terme qui semble vouer notre continent à la tragédie. Le retour des démons extrémistes, dans les urnes ou dans la rue, est le fruit de cette déstabilisation. « C’est la fin, comme vous voyez: l’Europe fait eau de toute part. » Sartre avait raison. La tyrannie de l’émotionnel et des polémiques stériles sont le reflet de l’extraordinaire impuissance politique des gouvernements face à la réalité, et d’un  mouvement profond de l’histoire, qui les entraîne comme un courant marin auquel rien ne résiste. Peut-on contrarier ce basculement gigantesque, en moins d’un siècle d’une Europe dominatrice de la planète à sa chute?  Mon sentiment est que la solution nationaliste, en vogue aujourd’hui, au-delà des apparences faciles, est totalement dépassée, inadaptée, comme un remède pire que le mal. L’enjeu fondamental, celui de la survie, du salut de l’Europe, se joue à l’échelle du continent. Que pourrait être un signe d’espoir? Celui de l’émergence de nouvelles élites dirigeantes, l’unité des responsables des grands pays, un discours radicalement neuf, prenant acte de la faillite de la vieille Europe, et d’une volonté de refondation sur des bases nouvelles: la démocratie européenne – au sens du pouvoir de ses peuples – le respect des frontières de l’Europe, la sortie d’un système horriblement bureaucratique et paralysant au profit d’une unification politique, la solidarité et l’unité intrinsèque de ses Nations face à un monde en voie d’explosion, sa capacité de projection militaire pour défendre ses intérêts, contribuer à la pacification et au développement des régions les plus stratégiques pour son destin, la réhabilitation de son histoire et de sa culture. Nous en sommes tellement loin!

Maxime TANDONNET

Publicités

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

24 commentaires pour L’étrange prophétie

  1. Anonyme dit :

    Avant-guerre Sartre signa un manifeste d’intellectuels qui préconisait qu’il valait mieux une France nazifiée qu’une France en guerre,cela en dit long sur le personnage qui démontra effectivement que ses paroles et ses inactions ètaient intimement liées à son tempérament défaitiste.

  2. Un grande Merci à Lisa Retter qui dit avec brio ce que je pense.

    Votre blog pourra bientôt s’appeler Les lamentations de Jérémie sans la qualité poétique!
    Continuez à cracher sur le FN et sur les pauvres et les désespérés qui s’y réfugient, cela fera vraiment avancer la France! Je précise que je n’ai pas voté FN aux dernières régionales.

    Il me semble que vous représentez bien la classe technocratique française, cette haute-administration qui est à l’origine, non qui est l’essence même du déclin français. Cette haute-administration, qui a trahi les intérêts supérieurs du pays en sacrifiant à des modes intellectuelles, à des mots d’ordre vaporeux, au mirage européisme, ose venir donner des leçons aux français, ose mépriser les électeurs du FN alors qu’elle est responsable de leur ruine, de leur abêtissement et de leur désespoir!

    • theotimedesavoie, je vous remercie pour votre exquise amabilité mais je me demande bien où j’ai pu « cracher sur les pauvres et les désespérés » qui votent fn, dont vous n’êtes pas comme vous le précisez, des fois qu’on pourrait penser une chose pareille…
      MT

  3. Infraniouzes dit :

    Mais alors, l’homme (femme) providentiel viendra d’où ? Pas du sérail politicien – l’ENA – il serait immédiatement torpillé par la « bande » qui en croque allègrement. D’un syndicat ? Même punition. Un militaire ? L’Armée est affaiblie par des réformes successives. Un religieux ? Je n’en vois pas. Il ne reste que la caste des intellectuels dans ce qu’elle a de grand et de noble. Un grand écrivain serait l’idéal mais ces gens n’ont pas de réseau et ne sont pas fait pour ça. Un artiste renommé ? Pourquoi pas s’il a du charisme et du caractère. Je repense à un homme comme Yves Montand, pétri d’humanité, qui en deux discours serait allé plus loin qu’un Coluche. Mais aurait-il tenu la distance ? Une révolution de velours à la mode hongroise ? Ce n’est pas demain la veille….

    • infraniouze, il ne faut pas confondre le sérail politicien, composé à 99,99% de non énarques et l’ENA je pense, même s’il se trouve qu’il y a des énarques parmi les plus hauts dirigeants qui ne donnent pas le bon exemple…
      MT

  4. luc dit :

    Comme l’explique Florian CHARDÈS, commissaire principal de la marine, « en 2040 la France ressemblera à la Seine-Saint-Denis »

    « Aujourd’hui, la Seine-Saint-Denis est le premier département français dans lequel naissent plus d’enfants d’origine extra-européenne que d’enfants d’origine européenne. Cette situation préfigure celle de l’ensemble du territoire métropolitain à compter des années 2040. »

    Source
    Florian CHARDÈS
    La France multiéthnique de 2030 : force ou faiblesse géopolitique
    http://e-deo.typepad.fr/files/gchardef31031.pdf

  5. noop dit :

    Oui Maxime, je crois que nous nous comprenons. Nous refusons le cynisme, qui semble être devenu le carburant de la sphère politique.

  6. noop dit :

    Bonjour Maxime;
    l’union réelle des européens est un mirage, ou plutôt elle reste entièrement à construire, le nationalisme est une chimère. Pour se rapprocher de la première et éviter le second, il faut prendre le risque de la démocratie, avec tout ce que cela suppose. Nous sommes le produit d’une histoire et d’une géographie. Nous n’effacerons ni l’une, ni l’autre. Nous devons être aussi réalistes et honnêtes, que fiers et ambitieux. Les peuples européens le sont bien plus que leurs gouvernants, que leurs médias, que leurs élites économiques. Ils faut lutter pour leurs redonner la paroles, en espérant que l’on y parviennent pas trop tard. « Trop tard » comme dirait un Emmanuel Todd, désagréable mais lucide.

  7. Mildred dit :

    Monsieur Tandonnet,
    Vous voulez une « refondation radicale de l’Europe ». Mais comment voyez-vous cela ? Chaque fois qu’un défaut de cette Europe devient trop visible ou trop douloureux à assumer, il y a quelqu’un qui vient nous dire qu’il faut « plus d’Europe », et nous nous enfonçons plus avant dans cette construction funeste dont la prochaine étape sera la signature du traité transatlantique dont curieusement on n’entend pas parler.

    • Mildred, aujourd’hui, l’Europe est dominée par les bureaux de la Commission et la jurisprudence des tribunaux, les commission d’un Parlement croupion désigné par les partis politiques (scrutin de liste) et non par les peuples, je pense qu’il faut la refonder en mettant au premier plan la volonté politique, à travers l’union de ses gouvernements.
      MT

  8. lisa retter dit :

    Hallucinant. Je n’étais pas venue sur ce blog depuis longtemps, j’y repasse ( il y avait de la lumière, je suis entrée) et que vois-je ? Toujours, encore et toujours la même chose, lamentations et incantations sur un seul et unique sujet, sujet jamais nommé en fait. Non, on dissèque les conséquences mais nul se se risque à le nommer….. C’est la trahison dont nous avons été l’objet et qui n’en finit pas de nous mener à l’abîme et à l’esclavage…..

    Que demain se lève en Europe un chef, quel qu’il soit, Français, Allemand, Italien, Espagnol … ou Hongrois (tiens Hongrois c’est une bonne idée…ou Polonais comme le Pape qui a fait tomber le communisme) pour dire « amis Européens, suivez moi, virons tous les dirigeants qui vous conduisent à l’abattoir » et vous pourrez la voir se faire en un clin d’oeil cette Europe. Oui mais, une Europe des peuples, frères par leur culture et leur religion, pas besoin d’une langue commune pour qu’ils se comprennent (elles ont d’ailleurs presque toutes la même racine)….. Souvenons nous des débuts de l’aventure quand on nous promettait en apparence une Europe toute autre, quand les jeunes de tous les pays européens se rencontraient pour des échanges linguistiques, il n’y avait pas de problèmes, on rigolait bien ! Oublié Jeanne d’Arc ou les panzers. …. Et même encore si nos frères Allemands avaient besoin d’aide pour virer la Merkel qui a introduit le poison final ( on pourrait même dire la solution finale…. ) au coeur de l’Europe, vous savez bien que ça viendrait de toute l’Europe. Pourquoi croyez-vous qu’on a jamais prévu une protection mutualisée de la frontière extérieure et préféré laisser ce soin aux pays limitrophes (les frontières les plus exposés étant celles des plus petits et des moins riches) si ce n’est pour favoriser notre submersion, et ce afin de nous appauvrir assez pour faire de nous les esclaves de la finance mondiale que servent nos dirigeants ? .
    Quand un gouvernement italien propose de l’argent à ses retraités pauvres pour qu’ils acceptent de loger chez eux ces « migrants » qu’il va chercher au large de ses côtes au lieu les protéger comme c’est le rôle d’une marine, où sommes nous ? Ne voyez-vous pas où est le problème ? Pire, quand les autorités allemandes, devant les agressions de Cologne (et dans toute l’Allemagne d’ailleurs sait-on depuis) n’a que le souci d’éviter une montée du rejet de ces hordes qui se sont jetées sur Germania, retrouvent leurs forces de Police mais pour contrer ceux qui ont encore des couilles pour manifester et réclamer le départ de cette indigne chancelière, où sommes nous ? Quand en cette Espagne qui a payé un prix si lourd pour retrouver le reste de l’Europe dont elle a été séparée en un raid éclair au VIIIe siècle, PODEMOS l’extrême gauche déclare vouloir s’excuser auprès des Arabes pour la prise de Grenade, personne en France ne soulève l’aberration qui consiste à accorder officiellement tant de crédits à ces imbéciles (alors que les mouvements patriotes sont couvert d’opprobre), mais où sommes nous ? Et quand après les attentats dont nous avons été victimes, les autorités n’ont de cesse que de vouloir neutraliser… le FN, n’avez-vous pas un peu honte d’avoir servi ces sinistres scélérats qui se réclament de « valeurs de la République » et de l’Europe ? Quelle Europe? Cette Europe là n’est pas l’Europe c’est une merde, il faut le dire ! Plutôt être d’extrême droite -si tant est qu’extrême droite il y ait …- que volée, violée, spoliée de mon héritage, étrangère sur ma terre, esclave des Américains…

    Qu’on ne vienne pas me parler de valeurs de la république , Vive le Roy, vive l’Empereur, vive le Tsar (tiens le Tsar, ce type ne peut être complètement mauvais qui a restauré le Christianisme en Russie quand notre « président » n’a de cesse d’offenser les Catholiques, vive n’importe quel homme européen digne de ce nom qui rappellera aux jeunes hommes de ce continent ce qu’ils ont été et doivent redevenir : des hommes, des hommes qui se tiennent droit et ne se prosternent pas comme des esclaves devant un Dieu sanguinaire pour prier, des hommes propres qui ne détournent pas pas la tête quand on viole leurs soeurs, des hommes qui pissent debout ( Belkacem tient absolument à ce qu’on éduque les petits loups à pisser assis… entre autres)…..

    Réveillez moi quand les Allemands auront sorti leur grosse Bertha de la Chancellerie et arrêtez de pleurer ! J’accours dès que ça se soulève.

  9. H. dit :

    Bonsoir Maxime,

    Maurice Garçon, dans ses mémoires 1939-1945, souligne à plusieurs reprises que lorsqu’un pouvoir ou un état est faible, il multiplie à l’infini les lois et les règlements. À cette aune, le nôtre et ses dirigeants sont dans un état pitoyable. L’Europe suit hélas la même pente. Une bonne partie du malaise vient de là. Le problème, et c’est bien cela qui m’inquiéte, c’est que plus le temps passe et plus nous approchons d’un point de rupture qui libérera, à n’en pas douter, des forces considérables que rien ne pourra arrêter. Sauf à ce qu’une réelle prise de conscience ait lieu, je vois de plus en plus difficilement comment nous pourrons échapper à ce drame programmé.

    Bonne soirée

  10. Mildred dit :

    Monsieur Tandonnet,
    Devant cette « Europe qui fait eau de toute part », comment pouvez-vous continuer à vous accrocher à cette nouvelle religion où, comme le dit Chevènement, par son invocation à « l’Europe notre avenir », Mitterrand a renvoyé la France au passé ?

  11. Bernard dit :

    Maxime,
    Je pense que nos représentants politiques n’ont pas pris ou n’ont pas su prendre la dimension de l’Europe économique que les fondateurs avaient voulu donner. La volonté d’une croissance désordonnée du nombre de pays membres est un des problèmes. Dans aucun corps une assimilation aussi rapide n’est possible. Ceci sans parler de la différence de situations économiques entre ces 28. La nature ayant horreur du vide, et devant le désintérêt porté par les représentants du Peuple, et bien c’est la bureaucratie qui a pris le pouvoir. N’y voyez pas de péjorative dans le mot bureaucratie, je veux simplement parler des fonctionnaires désignés et auto-désignés. Je ne me souviens plus le nom de l’homme politique qui suggérait de reconsidérer une organisation de l’Europe à plusieurs vitesses. Cela n’arrangerait pas les intérêts de lobbies ou de grands intérêts internationaux mais je ne vois pas aujourd’hui comment sortir autrement du m….r dans lequel nous sommes englués.
    A partir des diktats de normes, règles etc édictées par BXL nous rencontrons des oppositions de plus en plus dures qui se traduisent soit par des gestes tragiques (agriculture par exemple) soit par des levers de bouclier et un tournant vers les extrêmes par dépit pour trouver une sortie – illusoire je le pense – à ce m…r.
    De cela je n’ai entendu aucun de nos candidats supputés à la primaire à droite en parler. A gauche à part tirer sur les voiles qui recouvrent les plaques commémoratives, je n’espère rien de leur part car depuis 3 ans et demi Normal 1 er et ses sbires auraient pu faire quelque chose. Non c’est tellement confortable de dire ce n’est pas moi c’est à cause des autres. Une illustration: la Loi Macron 1 et l’ouverture du dimanche. Laisser le dernier mot aux syndicats fossoyeurs de l’économie française de concert avec les hommes politiques depuis plus de trente ans en est le triste exemple.

  12. Gerard Bayon dit :

    Bonjour à toutes et à tous,
    Tous ceux qui, comme le FN pensent encore que la France est un grand pays et que la solution de repli sur soi est la bonne se trompent complètement.
    Depuis 1969, la France se rabougri au point de devenir aujourd’hui une minuscule province du monde avec de moins en moins d’aura.
    Dès 1945, Churchill tentait déjà d’exclure la France, pourtant encore à l’époque grande puissance coloniale, des négociations de sortie de la guerre et sans la personnalité et l’autorité du Général de Gaulle, nous serions devenu depuis bien longtemps un petit pays soumis.
    L’Europe telle qu’elle existait il y a cinq ans encore est à l’agonie malheureusement tous les parasites qui en vivent directement ( élus et fonctionnaires) feront tout pour la maintenir le plus longtemps possible sous perfusion jusqu’à sa fin inéluctable lors d’une prochaine crise.
    Aujourd’hui qui peut se charger de rebâtir une Europe économique et militaire de l’Atlantique à l’Oural ? Je n’ai pas la réponse à cette question.

  13. alexrebelde dit :

    Bonjour,
    effectivement, « nous en sommes tellement loin…! »
    Hors, il y a urgence. Extrême urgence !
    Et continuer avec tous ces guignols qui font semblant de gouverner ou de réfléchir et n’apportent aucune réponse concrète, est suicidaire !
    J’ai la certitude que des militaires au pouvoirs (en France) auraient de meilleurs résultats, et dans tous les domaines (social, emploi, immigration… (pour quelqu’un qui n’a pas voulu faire son service parce qu’il n’aime-pas recevoir d’ordres, dire ça, c’est un peu paradoxal, mais c’est l’évidence même tellement la situation est catastrophique).
    Le reste n’est que du vent et perte de temps. Chaque jour qui passe nous enfonce un peu plus dans le trou..

  14. Willy dit :

    Bonjour Maxine,
    Je suis frappé par le temps perdu (pas pour tout le monde) depuis 2005 à débattre de ce qui fut présenté comme une question majeure pour la France, celle de l’identité nationale. N’est il pas temps de consacrer la même énergie pour expliquer d’abord qu’il s’agit d’un débat sans fin, illusoire, tactique même, puis en tirer la conséquence? A savoir, faire reculer cette question dans la hiérarchie des sujets par choisis par les merdias.
    Bien à vous

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s