L’Europe en cinq erreurs et deux réussites

images[4]Le site d’information Atlantico me demandait hier soir qu’elles étaient selon moi les cinq plus grandes erreurs et les deux plus grandes réussites de l’Europe.  Ma réponse n’est pas destinée à plaire et n’est rattachable à aucune sensibilité idéologique, de droite ou de gauche. Elle est extrêmement sincère et personnelle. Aussi tend-elle à ouvrir le débat plutôt qu’à le fermer…  J’ai toujours été sidéré par la capacité des sociétés, de leurs élites et de leurs dirigeants politique à se fourvoyer totalement et à marcher à l’aveuglette vers les pires abîmes. La lucidité, la clairvoyance, la vision historique est d’autant plus précieuse qu’elle est rarissime, presque toujours isolée et incomprise de son époque. Les visionnaires, dans le climat de bêtise généralisée qui règne, sont même une espèce en voie de disparition.

Maxime TANDONNET

Advertisements

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

23 commentaires pour L’Europe en cinq erreurs et deux réussites

  1. maillet dit :

    Bonjour, Je tiens à vous remercier particulièrement pour votre article d’hier le 8 septembre. Je suis rentré lundi moi même dans une grande colère comparable à la votre, mais je me sentais bien isolé, que fait on pour arrêter tous ces conflits. Les dirigeants européens il y a près de vingt ans ont refusé d’inscrire dans la constitution européenne, les racines judéo chrétiennes de l’Europe, le pape François est venu en personne à Strasbourg réexpliquer nos origines et ce que cela implique dans les décisions pour le bien commun des européens. De plus une grande partie des peuples européens laisse faire les états qui par une économie libérale inconséquente prive l’Europe de son avenir. Nous risquons de payer très cher par ailleurs le refus de faire la guerre sur le terrain pour rétablir justice et pays en Syrie et en Irak notamment, car nous sommes pieds et points liés aux décisions américaines (conférés les accords transatlantiques discutés en toute discrétion sans publication), dont les décisions vont ruiner un plus notamment l’agriculture française Ainsi dans moins de 10 ans avec l’affluence de population qui se fait et va se poursuivre sans interruption, nous aurons une guerre civile européenne, sauf si nous acceptons la soumission à une culture autre, l’islam . Merci donc pour votre clairvoyance et pour la qualité, avec des arguments précis, de votre colère inscrite dans votre article. Cordialement

  2. Georges dit :

    L’Europe EST l’erreur.

  3. Georges dit :

    Les visionnaires n’osent plus s’exprimer…

  4. BENTY dit :

    Pro-Européen et Pro-Euro de la première-heure, je n’ai plus qu’une envie : sortir de tout cela tellement c’est un gâchis. Absolument ! Et à tout prix. Vraiment à n’importe quel prix ; c’est vital !
    Concernant la Grèce, les USA pèseront de tout leur poids pour qu’elle reste dans l’Euro. Les grecs se tourneraient alors vers la Russie pour avoir un soutient.

  5. ADB dit :

    Si mon voisin vient me faire les poches, je ne l’admettrais pas, même si son arrière-arrière-grand père a rendu service au mien !

  6. Xavier CORBEAU dit :

    Bonsoir Maxime,

    je ne peu m’empêcher de « collé » dans ce post ma citation préférée (je sais, je vous l’ai déjà mise à mainte reprise). Comme visionnaire ,BOISSY D’ANGLAS se posait là et sa « réflexion » est mise en perspective et n’est pas démentie depuis hier (par exemple :1968, 1981,2012) aujourd’hui et malheureusement demain !!

    « Celui qui parle aux citoyens de leurs droits sans leur rappeler leurs devoirs est un flatteur qui les trompe ou un fripon qui les pille ou un ambitieux qui cherche à les asservir ! « BOISSY D ‘ANGLAS »

    Bien cordialement.

    Xavier

  7. fredi maque dit :

    Les problèmes des démocraties sont assez similaires à ceux des dictatures : une poignée d’hommes qui se croit investie du destin de tous les autres.

  8. gerard.bayon dit :

    Bonjour à toutes et à tous,
    Maxime, je ne dispose pas de la profonde connaissance historique que vous avez pour avoir un avis « éclairé » sur de telles questions, toutefois, je pense que l’Europe telle qu’elle a été imaginée par ses pères fondateurs après la 2me guerre mondiale avait , à l’origine , l’ambition de mettre fin aux guerres avant de commencer à prendre en compte le volet économique avec au départ la CECA.
    L’Europe et ses dirigeants n’auraient jamais dû oublier le principe fondateur cela aurait peut être permis de ne pas la retrouver depuis des décennies incapable d’intervenir lors de conflits graves et qui vont sans doute nous mener prochainement vers une 3ème guerre mondiale.
    L’Europe actuelle n’est plus qu’un ramassis de technocrates et de politocards recasés dont les seuls objectifs sont de maintenir leurs privilèges sans aucune vision d’avenir et sans se soucier de l’avenir de ce beau projet.
    Lorsque l’on voit que le président de la Commision Européenne (J.C. Juncker) était précédemment le 1er ministre d’un paradis fiscal’ cela en dit long quant aux objectifs que peuvent avoir ces bons à rien !
    Depuis hier soir et le resultat du vote des Grecs, les voilà au pied du mur pour prendre une décision importante….attendons encore quelques heures pour nous apercevoir une fois de plus de la nullité de ces tristes sires !

  9. Stéphane B dit :

    Bonjour

    Vous parlez de qui en tant que visionnaires ? Généralement le « petit peuple » sent arriver la catastrophe dès le départ car non soumis au lobby originel. Les pseudo-élites sont quand à elles aveuglés par le pouvoir, leur Ego et les pressions. Ils veulent plaire à tous et laisser leur nom dans l’histoire. Au final, comme chante le groupe Gold « c’est ceux qui vous critiquent qui tombent les premiers ». Malheureusement une autre catastrophe arrive et vous n’en parlez pas dans votre billet.

  10. michel43 dit :

    une seule ERREUR..être rentrer, dans cette EUROPE, avec aucune, réforme, de nos structures, socialo communiste, cars, nous avions, trop de TAXES ,impôts ,trop de social, trop de charges, pars rapporta d’autres pays, qui produisait ,moins cher que nous..et le pire, est arriver, avec la Mondialisations, qui a remplie, les poches, des Multinationale et fermer, nos entreprises, qui produisait, trop cher,le Foutoir actuel,est du a la droite et a la gauche, et des politiciens, et leurs élites, avec des tètes, grosses, comme une citrouille, et un cerveau, gros comme, un petit pois, le monde du PRIVER. leurs étant, inconnue, Produire en CHINE ou en INDE et importer, c;était se faire des COU…..EN OR.et on fermais nos usines, puis les ouvriers détacher, de leurs pays, plus de frontières et 200 000 étrangers, avec papiers, tout les ans, et L.INVASION ,de gens ,soutenu pars les gauchistes et la MAFIA.. Sans réforme, L.EUROPE va exploser, les peuples en on marre, LES sois disant ,visionnaires, se sont TROMPER. et les peuples, en paye le PRIX.. et si,il sont en voie de DISPARITIONS ,tant mieux, cars se sont EUX, qui on ruiner, notre pays, pars leurs ,mauvaises ,gestions JUPPE cette entreprise ,ne vaut pas UN FRANC et le MONTEBOURG Ministre , qui passe au priver, pauvre FRANCE, avec des irresponsables, pareil. Dans le priver, la JUSTICE se serait occuper de leurs CAS..

  11. simple citoyen dit :

    Cher Maxime,
    En quelques mots, vous peignez l’incurie de nos dirigeants, en ce qu’ils ont toujours préféré ignorer la réalité qui les dérangeait. Réaction d’enfant gâté, habitué à ne pas partager (subir) les conséquences de leurs décisions.
    Quant au versant positif; pour le premier d’entre eux, les dirigeant en question n’y sont pour rien, l’Europe non plus. Ce sont les peuples, qui ne voulaient pas se battre entre eux, qui ont fait la réconciliation.
    Enfin, la réunification n’a de sens que si nous normalisons nos relations avec les deux tenants de la guerre froide. Ce sera sinon également une parenthèse, sinon un échec. Il me faut préciser que lorsque vous avez titré « Réunification », je m’attendais à ce que vous parliez de l’Allemagne, et allais commenter qu’il se pourrait bien que ce soit une erreur. Difficile en histoire comme ailleurs de ne pas obtenir le même résultat lorsque les mêmes conditions d’expérience sont réunies…
    Cordialement

  12. Philippe dit :

    BRAVO! Pour vos deux dernières lignes qui sont d’une vérité absolue.
    Et le visionnaire est malheureusement réduit au silence car il sera traité de fasciste, de FN, de réac, de raciste, et j’en passe par des crétins pleins de certitudes croyant détenir l’unique vérité! Seuls les imbéciles et les incultes croient tout savoir et toujours avoir raison.
    Le bon sens est aujourd’hui une tare et un défaut.

  13. A reblogué ceci sur The international informantet a ajouté:

    Conjuration des imbéciles : de Sarajevo 1914 à Athènes 2015, ces moments où l’Europe s’enferme dans des engrenages absurdes

  14. François dit :

    À mon humble avis, la construction européenne est une incongruité historique.

    1 – À ce ce qu’il paraît, elle nous a offert la paix, mais c’est oublier un peu vite le parapluie nucléaire américain, sans oublier le nôtre (merci qui ? Merci de Gaulle). Depuis que je suis revenu à la vie civile, j’ai appris une chose : la guerre est le moteur de l’économie et il n’y a pas de quartier dans ce domaine. Et sur quoi a-t-on bâti l’Europe ? Le vocabulaire guerrier n’est pas d’abord militaire, il est surtout économique (conquérir des parts de marché, partir à l’assaut de tel segment de la population, etc.) Moi qui pensait benoîtement me reposer, j’ai vite déchanté : Certes, je n’appuyais plus sur une queue de détente, mais le résultat était le même !

    2 – On a demandé à des nations de disparaître, de se dissoudre dans un grand fourre-tout sans frontières. Or, bizarrement, ces nations ressurgissent de toutes parts ! Sous des formes pas forcément souhaitables, mais quand on chasse le naturel, il revient au galop, comme un boomerang !

    3 – La tradition politique du peuple français est un mélange de résilience poussée jusqu’à l’extrême (depuis la mort de Pompidou, nous n’avons eu droit qu’à des politiques de gauche, donc européennes) et une capacité certaine à nous révolter dans une mare de sang. Je suis fermement convaincu que nos derniers jours de concorde sont derrière nous. À moins d’un miracle(*), ce que je n’exclue toutefois pas… Des Français mourront pour une certaine idée de la France, aucun (ou presque) pour une certaine idée de l’Europe !

    (*) Miracle qui ne viendra pas de nos « élites » autoproclamées, tant elles sont obnubilées par la préservation de leurs avantages acquis.

  15. raimanet dit :

    A reblogué ceci sur Raimanetet a ajouté:
    J’ai toujours été sidéré par la capacité des sociétés, de leurs élites et de leurs dirigeants politique à se fourvoyer totalement et à marcher à l’aveuglette vers les pires abîmes.

  16. Bernard dit :

    Bonsoir Maxime, bonsoir à tous
    La décision des grecs n’est pas à critiquer. Pour moi c’est une forme de rejet des structures politiques en place. Pas seulement en Grèce. C’est l’opinion des silencieux ( chez nous les sans-dents) qui en ont assez des diktats des organisations supra-nationales qu’ils n’ont pas choisies et qui prennent trop d’importance. Je pense à ce que nous appelons Bruxelles, le FMI, l’ONU etc… Mercredi mon épouse et moi déjeunions avec un ami australien. Il nous disait qu’en Australie il y avait beaucoup d’interdits. Nous faisions un parallèle avec ce qui s’est développé en France: une société d’interdits. Par exemple manger un sandwich, en voiture coûte, outre le prix de celui-ci, 75 euros d’amende et moi qui adore écouter Johnny fort c’est le même prix. Le commentaire d’Eric Woerth vis à vis du choix des Grecs m’importune. Oui les grecs ont décidés de dire NON. Oui les grecs ne savent pas plus que nous comment sera demain lundi 6 juillet et les conséquences sur leur vie personnel. Oui les Grecs ont exprimés leur ras-le-bol. La révolution silencieuse que nous voyons venir sur ce blog, pour moi c’est cela. La peur de l’inconnu n’existe plus, le rejet des structures que l’on veut nous imposer est en marche. Cela peut être critiquable sous un angle purement économique mais pour paraphraser quelqu’un de bien connu chez nous: ni responsable ni coupable peut être la pensée du Peuple du bas.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s