Au coeur du volcan

9782081336612Je me permets d’informer les visiteurs, lecteurs ou contributeurs de ce blog de la parution aujourd’hui de mon livre, Au cœur du volcan, aux éditions Flammarion. Cet ouvrage se constitue de mon journal de bord que je tenais au jour le jour pendant mes années élyséennes. Il ne contient pas de message ni de projet, encore moins de leçon, mais témoigne de 5 années d’une richesse exceptionnelle de la vie d’un conseiller directement au service du président de la République de l’époque. Totalement factuel, personnel, il ne vise pas à convaincre ni à démontrer mais à informer. Toutefois, je pense, après l’avoir relu, qu’il reflète fidèlement l’effroyable difficulté, sinon la cruauté, de l’exercice du pouvoir. En cela, il peut contribuer à démystifier les discours simplistes ou extrêmes et les démagogies de tout ordre.

Maxime TANDONNET

Publicités

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

39 commentaires pour Au coeur du volcan

  1. Ping : Cannabis, CDD, allocations : les jeunes valent mieux que ça – MediaVor

  2. Ping : Course aux primaires : le général de Gaulle tué par ses «héritiers» – SITE D INFORMATIONS ET DE SOUTIEN EN ATTENDANT NICOLAS SARKOZY 2017

  3. Annick dit :

    Bonjour à tous,

    L’actualité amène de l’eau au moulin des lois iniques :

    « Une mamie en grève de la faim »

    …Cela fait un an ce mois-ci que le combat a commencé pour Anne-Marie. Son fils et sa belle-fille, parents de 4 jeunes enfants, s’expatrient alors en Allemagne, pour des raisons professionnelles. Et c’est Anne-Marie qui se charge de faire visiter la maison familiale à d’éventuels locataires. Se présente alors le couple qui lui mène aujourd’hui la vie dure. « Je m’en veux terriblement, raconte, désolée, la sexagénaire qui a fait confiance à cette famille. Le monsieur, un quinquagénaire beau parleur me disait qu’il était ancien gendarme. C’était sans doute faux ! Il a deux filles d’une vingtaine d’années et une compagne. Jamais je n’ai imaginé que ces gens pourraient se comporter ainsi. »
    12.000 euros d’impayés de loyer
    Car depuis un an, ni Anne-Marie, ni ses enfants n’ont vu un euro entrer dans leurs poches au titre du paiement du loyer. Bien installé avec ses deux enfants et ses 8 animaux (4 chiens et 4 chats !) dans la maison de la famille d’Anne-Marie, le couple ne paie tout simplement rien. « Toutes les pièces qu’ils ont fournies pour l’examen de leur dossier sont fausses, s’indigne la grand-mère : bulletins de salaire, quittances de loyer antérieures… On ne sait même pas s’ils règlent leurs factures d’eau ou d’électricité. Allez savoir si ce n’est pas un souci et des créances supplémentaires qui échoueront à mon fils et ma belle-fille si nous arrivons à les faire expulser ! » Sans compter les impayés de loyer dont le manque à gagner s’élève à près de 12.000 euros.

    Anne-Marie et ses enfants ont, bien sûr, déposé plainte au civil et au pénal. Le 12 août, une audience a bien eu lieu. Mais comme depuis un an, les demandes de report et autres tracasseries judiciaires permettent aux mauvais payeurs de s’en sortir, la sexagénaire attend avec angoisse la décision du tribunal, qui sera rendue mi-septembre. « Si l’expulsion immédiate n’est pas prononcée, ils demanderont encore des reports et seront là jusqu’au 1er novembre. Et comme il est interdit d’expulser durant l’hiver, ils seront encore là jusqu’en avril »…

    http://lci.tf1.fr/france/societe/une-mamie-en-greve-de-la-faim-et-toute-une-ville-mobilisee-contre-8477831.html

    http://www.ladepeche.fr/article/2014/09/01/1942725-ils-soutiennent-la-greve-de-la-faim-d-une-mamie.html

    Mais, grâce à la socialie, tout va rentrer dans l’ordre en France !

  4. lisa retter dit :

    @ Annick,

    Merci pour votre reconnaissance et surtout de faire connaître non pas « mon blog » (même si c’est le mien) mais ce scandale absolu ! Je n’ai pas d’autre prétention que de « faire savoir » au plus grand nombre, espérant que cela aidera à faire comprendre à nos députés et sénateurs qui se sont laissés manipulés par une extrême gauche très minoritaire en audience mais très active dans les hautes sphères décisionnelles parce qu’ idiote utile (ou complice) du grand capital, qu’il vaut mieux abroger ce dispositif s’ils veulent continuer leur carrière. Si vous lisez les commentaires d’ailleurs, une personne vivant en Angleterre nous raconte que les Anglais ont un temps « bénéficié » de ce dispositif scélérat mais l’ont abrogé, eux !
    Je me suis permise de squatter un peu le blog de monsieur TANDONNET, personnalité d’envergure non seulement pour l’audience que cela donne à la chose mais surtout pour l’éclairer sur ces « détails » hautement symboliques qui peuvent expliquer l’immense déception qu’a laissé Nicolas Sarkozy (puisque c’est l’objet de ce blog). Imaginons les deux gracieuses d’Envoyé Spécial faisant un reportage sur le phénomène et la loi serait abrogé sans problème. Elle ne l’a pas été parce que des élus de droite négligents ou complices « j’menfoutistes » se sont laissés manipulés par l’extrême gauche….C’est très grave….Mais j’en ai encore sous le pied, j’ai le nom des élus de gauche qui ont empêché le dispositif d’être abrogé, il me manque les complices de droite….. Quand j’ai tout, il leur faudra répondre sils sont oui ou non hostiles à la petite propriété pour les pauvres. Si c’est oui qu’ils l’expliquent aux électeurs même de gauche, si c’est non qu’ils reconnaissent leur négligence…..

  5. cherry blossom dit :

    A ceux qui ont commenté mes propos, pour Annick, tout d’abord, je ne fais pas partie de la catégorie des bobos, et loin s’en faut ! ensuite, ne voulant pas mourir idiote, comme j’étais surprise, voire choquée, j’ai cherché ailleurs, et j’ai pu lire l’article du Figaro qui était quelque peu différent, et j’en ai conclu que les journalistes font passer les messages qu’ils ont envie de faire passer, en fonction de leur idéologie personnelle.
    Il est donc probable que je lirais « au cœur du volcan » pour me faire ma propre opinion ! mais cela aura au moins eu l’avantage de montrer à quel point on peut manipuler l’opinion.

  6. Duff dit :

    Bonjour à tous,

    Livre commandé! J’ai déjà lu les livres de Bruno le Maire (jours de pouvoir), d’Henri Gaino (le jour et la nuit) et les carnets du discret François Barouin. C’est avec impatience que je m’apprête à dévorer le vôtre!

    Merci à vous Maxime pour tenir ce blog et nous confier vos impressions et votre recul.

    Cdlt

  7. Annick dit :

    Bonsoir Maxime,

    Je trouve ça épatant de se fier à la plume d’un journaliste pour juger d’un livre, tel que vient de le faire cherry blossom.
    Les ploutocrates ont encore de beaux jours pour continuer de martyriser les Français : il leur suffit de diffuser leur vérité trop souvent déviée, et les bobos marchent, en tout cas tous ceux qui ont décidé de laisser leurs neurones au placard par paresse ou idéologie, ce qui revient au même, mais aucun de ces bobos, vous le remarquerez avec moi, n’oublie de jouer les Castafiore outragée (à l’exemple aussi de pas mal de politiciens).

    Pour ma part, cher Maxime, je lirai votre ouvrage. D’abord parce que j’ai confiance en vous et ensuite parce que j’aime bien remonter à la source quel que soit le domaine, personne ici ne l’ignore plus.

    @lisa retter,

    Merci pour le lien que vous nous donnez. C’est votre blog, je viens de le découvrir avec un bonheur infini.
    Puisque je parlais de ceux qui martyrisent les Français et leur interdisent, en plus, d’ouvrir leur sifflet pour simplement relater ce que leurs yeux voient et que leurs oreilles entendent, voici une de ces anecdotes gravissime dans une démocratie et un pays qui se veut champion de la liberté :
    J’étais au mois d’août dans un petit village du Nord-Finistère où tout le monde, ou presque, se connaît, et où rien de fâcheux ne se passe habituellement. Jusqu’à ce que, il y a un peu plus de 2 ans, un couple âgé ne ferme pour un long week-end sa maison afin d’aller voir leurs petits-enfants. Une maison bretonne traditionnelle, sans rien de prestigieux, avec un jardin autour bien plus grand que ceux de nos villes.
    A leur retour, ils trouvèrent changée la serrure de leur porte et, installée, dans leur sweet home, une famille turque avec enfants.
    S’ensuivirent 2 ans de procédure judiciaire, avec tous les frais à leur charge, pour retrouver la propriété de leur bien.
    Depuis, les gendarmes du coin font tous les jours une tournée pour surveiller chaque maison vide et s’assurer qu’aucun coucou ne vienne plus occuper le nid des autres.

    En lisant l’article que vous nous indiquez, j’ai compris comment une telle tragédie (car s’en est une pour les victimes totalement démunies face à la loi inique) était possible, et combien nous étions tous concernés par une telle ignominie.
    Et, comme vous êtes trop timide (ou modeste) pour citer ce que vous écrivez, permettez-moi d’attirer l’attention de ceux que ce blog réunit.

    Petits extraits :

    …Parmi ces lois, il y a celles qui remettent en question le droit de propriété. Ce droit est théoriquement reconnu par l’Article 2 de la Déclaration des droits de l’Homme. Mais à examiner de près la législation sur le squat, on découvre qu’il existe une chausse- trappe juridique qui le remet tout simplement en cause sans en avoir l’air. Si le principe est maintenu, le traitement judiciaire des cas où il y est porté atteinte est d’un tel laxisme que cela revient à autoriser le vol de domicile….Et bien sûr, dans les cas où c’est techniquement plus facile, à savoir pour les citoyens les plus modestes dont la maison n’est pas gardée par du personnel durant leurs absences ou la porte de leur immeuble protégée par un digicode…. Nous avons même un cas type de forfaiture législative ouvrant sur une garantie à deux vitesses des droits des victimes selon qu’elles soient puissantes ou pas….
    …En effet, pour être reconnu occupant légal d’un logement, il suffit de prouver qu’on y est installé depuis 48 heures…. Et pour le prouver l’usage juridique admis n’exige que de produire un courrier, adressé à l’adresse de ce logement, depuis 48 heures…

    Un squatter qui entre dans un logement pour s’y s’installer est, durant les premières 48 heures qui suivent son arrivée, un intrus illégal, son cas relève du même statut que le cambrioleur, c’est l’effraction de propriété. Il est -durant ces 48 heures – possible de le faire partir par ses propres moyens ou avec les forces de l’ordre s’il résiste… Mais au delà des 48 heures, il est chez lui légalement ! Ce qui veut dire que c’est devenu son domicile à lui (tant que sa victime n’a pas obtenu de la Justice son rétablissement dans ses droits d’occupant initial) et qu’il est inutile d’aller au Commissariat le plus proche avec les preuves du vol de domicile afin de requérir la force publique pour rentrer chez soi. Désolés les policiers ou les gendarmes, dirigeront la victime du vol vers le Tribunal pour un recours en Justice…. Et en attendant, qu’elle se débrouille ! Dans ce cas, pourquoi ne pas à son tour virer le squatter comme il a procédé, logique non ? …. Et bien non ! Rendre à un squatter la politesse (le virer du logement qu’il occupe après avoir viré l’occupant légal) fait de lui la victime du « vol de résidence »…. C’est lui qui peut porter plainte, et si sa victime s’est montrée « persuasive » (des amis musclés, un aimable molosse… voire poing dans la face et surtout changement de serrure) elle peut être passible de sanctions lourdes….C’est la Justice qui doit trancher….. Et quand le Tribunal a reconnu le vol de domicile par le squatter au bout de quelques semaines -dans le meilleur des cas- il faut en plus un ordre du Préfet pour expulser les squatters….

    Je vous invite tous à lire l’article dont je redonne le lien :
    http://defenseflorentine.wordpress.com/2013/07/12/lesprit-des-lois-squat-et-droit-de-propriete/

    Et, la cerise sur le gâteau, le mode d’emploi du « bon squatter » fourni par les assoces payées par nos impôts ! Les rusés dévoilés ! On ne sait plus si on doit en rire, en pleurer ou aller mettre le feu aux mairies, au parlement et à tous ces sanctuaires du diable !

    Que font nos politiques ? Rien ; des sourd-muets qui cachent la poussière sous le tapis !

    Merci Lisa pour ce lien. Je ne vous cacherai pas que j’ai parcouru toutes les autres pages et que je vais en envoyer l’adresse à tous mes contacts.

    Amicalement à tous,

  8. Coriolan dit :

    @cherry blossom

    Ce livre se veut une chronique qui n’a pas à etre enjolivée ou tronquée à la manière d’une hagiographie entretenant une flatteuse légende, car il n’y a aucune infaillibilité sarkozyste, mais seulement les hauts et les bas d’un quinquennat. L’auteur étant bien placé aux premières loges pour décrire cette présidence, que l’on pourra regretter comme inachevée, mais certainement pas considérer comme parfaite. L’éviction imméritée de Mr TANDONNET, que N.S. n’a pas empechée, ne milite pas en faveur de l’indulgence et ce n’est pas l’objet de son récit qui dévoile les coulisses du pouvoir, qu’elles soient baignées d’ombre ou de lumière. La France Forte qui prétendait qu’Ensemble tout est possible doit voir aussi la France en Face, comme les imperfections d’une femme. Quand on n’a rien à se reprocher, on n’a rien à cacher, cet ouvrage contribue à la transparence du personnage, qui est le meilleur (communicant) à droite, mais qui n’a pas convaincu en 2012, meme face à un rival de gauche terne et médiocre. Avant un éventuel retour, son portrait s’impose, pour éviter de reproduire les memes erreurs. Sous cet angle, l’aspect didactique de ce type de restitution sera très utile aux électeurs de droite et aux militants de l’UMP, avant l’heure du choix qui s’offre à eux. Une seconde chance? Oui, mais pas sans conditions et en maitrisant toutes les données de son passé, notamment les ressorts de son mandat, que seul un collaborateur proche peut nous faire connaitre, pour ne pas voter les yeux bandés. Et si les affaires judiciaires ne le rattrapent pas d’ici là…

  9. François dit :

    Maxime,

    Je viens de lire un extrait de votre livre dans le « Figaro Magazine » de cette semaine. Belle mise en bouche !
    Maintenant, ce que j’y ai lu ne n’étonne guère et conforte ma position de ne plus jamais voter pour notre ancien président.
    En effet, au fil des lignes, on découvre un NS qui s’énerve lors de réunions, qui tance vertement ses collaborateurs, mais qui ne prend aucune sanction envers ceux qui ne lui obéissent pas (enfin, c’est ce que j’ai cru lire entre ces quelques lignes). Travers d’ancien militaire sans doute, mais ceux qui ne se contiennent pas font de bien piètres chefs. Le B.A.-BA de tout responsable, c’est d’engueuler ses subordonnés le moins possible et jamais en public. Ensuite, il faut que les choses soient bien claires, tout écart avec les exigences du chef doit être sanctionné (encore ne faut-il pas en avoir des milliers). Il n’est pas besoin de pendre les gens pour une bouteille d’eau oubliée sur la table, mais « dura lex, sed lex ! ». La contrepartie, parce qu’il faut une contrepartie, c’est que tous les subordonnés sachent que le chef ne les abandonnera pas en rase campagne à la moindre difficulté (ce qui ne fut visiblement pas votre cas après le discours de Grenoble).
    Bonne soirée

  10. cherry blossom dit :

    Vu l’article de présentation de votre livre sur le site du Point, aucune chance que je dépense un centime pour acheter un livre dont l’auteur respecte si peu celui qui lui faisait confiance. C’est petit.

    • Cherry Blossom,
      Votre largesse d’esprit me frappe. Peut etre qu’en lisant ce fameux livre, votre commentaire sera plus clair.
      Cordialement,
      de Guise

  11. Longfellow Deeds dit :

    Je viens d’en terminer la lecture et vous remercie profondément, M. Tandonnet, pour ce témoignage aussi passionnant que décourageant. Je ne vous cacherais pas que certains moments de la présidence de M. Sarkozy me laissèrent navré, mais je comprends bien mieux dorénavant son déroulement et les aléas qui la parsemèrent.
    Je retiens à titre tout à fait personnel votre action en faveur des familles irakiennes et la haine intolérable, car je l’explique comme cela mais peut-être est-ce une erreur de ma part, que leur venue provoqua.
    Je fus également très friand des petits passages plus personnels, ils apportent l’oxygène nécessaire à la survie au cours de cette lecture étouffante. Car le climat que vous décrivez à l’Elysée se ressent admirablement et transperce le lecteur. Les cigares, vos promenades, vos furetages au rayon musique classique, votre passion pour la langouste, on peut même noter que, bien que bordelais d’origine, vous ne refusâtes pas un côte-de-nuits. 2011 semble avoir été une année triste et sordide, j’en suis désolé.

  12. Coriolan dit :

    J’ai également lu attentivement l’entretien de Mr TANDONNET au Figaro à propos de son dernier ouvrage, qui sort à un moment crucial dans l’existence de l’UMP, avec un probable retour de N.S. Outre son caractère historiographique et pédagogique, et à l’instar de tous les contributeurs réguliers de ce blog qui apprécient grandement son courage intellectuel, il faut aussi reconnaitre la valeur de ses analyses pertinentes. Son acuité à déterminer les failles du système institutionnel a certainement indisposé nombre de courtisans, ce qui explique son limogeage, regrettable pour son role de vigie, qui sait prendre du recul et réfléchir profondément au sens de l’action publique, y compris dans son propre camp.

    Il est navrant que N.S. n’ait pas eu le courage de le maintenir à son poste et la détermination d’aller au bout des réformes entreprises. Je ne fais pas spécialement allusion au coup d’éclat formel visant à déchoir les criminels étrangers de la nationalité française, car ce n’est qu’une mesurette vite balayée par la censure du gouvernement des juges du CC. Cet appendice juridique, meme adopté, ne modifiant en rien les flux migratoires et les chiffres de la délinquance en général. Les juristes affectionnant le symbolisme et les apparences trompeuses (N.S. est avocat), alors que c’est le rétablissement de la peine de mort qui s’impose pour tous les assassins et quelle que soit le statut de la victime visée. C’était surement un message de fermeté interne adressé aux forces de l’ordre par un ancien ministre de l’Intérieur emblématique, devenu président réputé sécuritaire. Cela illustre une vérité d’évidence énoncée par l’enseignant Lionel BELLENGER, auteur de plusieurs ouvrages sur les techniques de tractation:  » La démocratie n’est qu’une grande parlerie. ».

    Nous n’avons plus qu’à espérer que certaines leçons seront enfin apprises et que notre hote sera enfin reconnu à sa juste valeur en occupant une fonction directrice, comme un ministère, pour pouvoir y appliquer ses nobles préceptes qui nous réunissent tous autour de ses billets, qui sont autant de signaux d’alarme. I Want To Believe!

    Cette tartufferie est patente aussi en politique étrangère, les détails croustillants étant livrés dans l’émission « Rendez-vous avec X » des 14 et 21 septembre 2013, que l’on peut réentendre en podcast sur France-Inter: « Intervention en Libye: précipitation et approximations. ».

    – Charles ZORGBIBE. Histoire politique et constitutionnelle de la France. Ellipses.

  13. LE PETIT PRINCE ET LE CRABE dit :

    J’ai hâte de découvrir votre livre

  14. Ribus dit :

    Très bien votre interview au Figaro sur votre bouquin. Vous assurez la continuité des grands serviteurs de l’Etat ; tout n’est donc pas perdu….

  15. de Guise dit :

    Je viens de commencer votre livre que j’ai téléchargé sur ma tablette. me demande si votre livre rejoindra celui de Camille Pascal…

    Je vais pouvoir comparer ce que vous écrivez avec les mémoires de certains secrétaires d’Etat américains, canadiens et mexicains.

    Cordialement,

    de Guise

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s