Sur la liberté d’expression à l’Assemblée nationale (pour Atlantico avec Mme Anne-Sophie Chazaud)

Bruno Le Maire « lâche » et Pap Ndiaye « communautariste » d’après des députés RN, lui même accusé d’être un parti à « l’ADN xénophobe » par une député Renaissance, les hostilités étaient de mise à l’Assemblée Nationale. Ces trois incidents ont eu pour effet un rappel à l’ordre de la présidente, Yael Braun-Pivet. Si l’on peut comprendre la volonté de comportements « respectueux », n’est-ce pas oublier ce que doit être au fond, la liberté d’expression, en particulier dans un contexte parlementaire ?

En vertu des dispositions de l’alinéa 1er de l’article 26 de la Constitution du 4 octobre 1958, « aucun membre du Parlement ne peut être poursuivi, recherché, arrêté, détenu ou jugé à l’occasion des opinions ou votes émis par lui dans l’exercice de ses fonctions ». Le principe est donc celui de la liberté d’expression totale à l’Assemblée nationale. Il n’est évidemment pas interdit au président de l’Assemblée nationale de rappeler des règles de courtoisie. Mais on ne peut pas censurer la parole des députés à l’Assemblée nationale, c’est une règle de la démocratie parlementaire.   

L’Assemblée nationale n’est-elle pas, par excellence, le lieu où doivent pouvoir s’exprimer le plus frontalement et avec virulence les débats politiques comme cela a été historiquement le cas ? 

Si : la violence des attaques personnelles pouvant dégénérer en insultes fait partie de la tradition parlementaire. Le tribun Georges Clemenceau, quand il s’en prenait aux ministres, ne lésinait pas sur les noms d’oiseau du genre « imbécile ». Jules Moch ministre socialiste fut traité « d’assassin des travailleurs, de bas-policier, mégalomane » en 1950 par Jacques Duclos leader du parti communiste. « Taisez-vous donc abruti ! » assenait Gaston Deferre à René Ribière un adversaire politique en 1967. Traître, criminel, bandit, etc. sont des termes qui ponctuent parfois les débats les plus houleux qui dégénèrent… Et pire : fasciste, nazi, collabo, etc. En 1998 Jean-Pierre Chevènement traitait un député de droite de « maurrassien » lors du débat sur la nouvelle loi immigration – avant de s’en excuser il est vrai. L’insulte fait partie de la tradition parlementaire et dès lors que la parole est libre, il est difficile d’éviter le risque qu’elle dégénère dans certains cas de tension ou d’excitation extrême. Faut-il s’en offusquer ?

Dans quelle mesure est-ce symptomatique d’une génération qui croit pouvoir apaiser le débat en ôtant du discours la violence verbale ? Quitte à oublier l’importance de l’exutoire verbal dans le processus de civilisation ?  

Derrière cette question est posée celle du sens de la politique. Jadis, les hommes d’Etat authentiques relativisaient l’importance de ces insultes. Peut-être qu’ils en souffraient intérieurement mais ils ne s’en offusquaient pas ouvertement au point d’en faire une affaire d’Etat. Au pire les échanges d’insultes se finissaient (du temps de Clemenceau) en duels privés généralement plus symboliques que sanglants…  Les insulteurs étaient parfois insultés et puis ils passaient à autre chose. Dès lors que les responsables politiques se comportaient en fonction d’un objectif qui dépassait leur personne, c’est-à-dire l’intérêt général de la Nation, les attaques contre leur personne n’avaient qu’une importance relative. Il en est tout autrement aujourd’hui dans le cadre de la politique hyper-narcissique. Leur image personnelle est l’obsession de la plupart des politiciens. Les paons vivent dans l’obsession de leur plumage. Dès lors que tout est dans le paraître, l’insulte devient insupportable. Mais autant l’invective elle-même que la surréaction des personnes qui en sont victimes donnent une image extrêmement délétère de la vie publique. Confrontés à mille souffrances quotidiennes et inquiétudes pour l’avenir de leurs enfants, les Français ne peuvent que s’indigner de ce piètre spectacle de cour de récréation… D’où la poussée de l’abstentionnisme…

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

19 commentaires pour Sur la liberté d’expression à l’Assemblée nationale (pour Atlantico avec Mme Anne-Sophie Chazaud)

  1. Anonyme dit :

    A OUI,,le foutoir est partout et dans tout ,,,continuons ,on coule ,on va bientot toucher le fond ,va t  » on vers des élections ? ou des accord RN-LR pourquoi pas michel43

    J’aime

  2. fraternel dit :

    bonsoir,
    un théatre de boulevard notre assemblée nationale faut bien qu’on puisse etre reconnu meme avec des noms d’oiseaux à foison.
    quand j’étais petit on me grondait dès qu’un gros mot sortait de ma bouche.
    messieurs les députés (les dames députées étant un peu moins enclines à utiliser des injures)quand allez vous grandir?
    bref!j’aimerai que ces gens se retrouvent plutot autour d’un verre à la buvette de l’assemblée dans une entente cordiale que de s’invectiver à tour de bras.
    enfin!le peuple se dirait ils sont devenus adultes
    bon week end à toutes et à tous

    J’aime

  3. Anonyme dit :

    Maxime.T, pour vous lire depuis longtemps, vous faites parti de ceux qui se sont toujours insurgé contre les discours clivants, toutes hontes bues, conditions préalables à la contrition, vous venez nous expliquez que le relativisme qui relative la relativité serait un frein à l’expression libre ? Bossuet aurait été fier de vous

    J’aime

    • Anonyme je ne comprends pas où vous voulez en venir mais cela me paraît très subtil!
      MT

      J’aime

    • lob dit :

      Je ne suis anonyme que parce que je n’ai pu faire autrement, que vous me répondiez par « je ne sais où vous voulez en venir », ou « me parait subtil », prouve au contraire-vos réponses étant parcimonieuses- que vous avez très bien compris, parler de liberté d’expression uniquement quand la vôtre risque d’être muselé me semble pourtant totalement inhérent aux estafettes de la vertu (Girard a, parait ‘il, dit un truc dans le genre), vous avez oublié d’être un contempteur, un vrai, et vous retrouvez pile poil dans ce qu’énonçait Bossuet : Dieu se rit des hommes qui se plaignent des conséquences alors qu’ils en chérissent les causes. Je vous tance, avec d’autant plus d’acrimonie, que vous m’aviez semblé dernièrement vous éloignez d’un panurgisme analityque. Un poste en vue ?

      J’aime

    • lob, j’ai passé l’âge d’avoir un poste en vue; pour le reste je comprends à votre deuxième commentaire que vous me reprochez d’être trop policé, prudent ou conformiste mais je ne comprends toujours pas pourquoi: ce que j’écris dans cette tribune est assez violent pour la classe dirigeante…
      MT

      J’aime

  4. Celtapiou dit :

    Bruno Lemaire, avec ses manières de fat, terme signifiant
    « qui montre sa prétention de façon déplaisante et un peu ridicule »,
    finit par nous fatiguer : chaque débaaat, chaque trahison,
    chaque occasion de théâtraliser son « intelligence » supérieure
    (le seul défaut qu’il aura avoué en quelques décennies !)
    nous éloignent des grandes figures qui ont fait la France…

    C’est la raison pour laquelle, justement, il s’apprête à aller rayer
    les parquets de Washington !
    La direction du FMI sera-t-elle à la hauteur de sa prétention ?
    Et puis, notre France va tellement mal que Monsieur Lemaire
    souhaiterait quitter le navire…le plus vite possible !

    J’aime

  5. Stanislas dit :

    Avec ses 280 caractères, touiteur permet des performances gigantesques en qualité de « débats », que ne permet plus l’assemblée depuis 2020 et son état d’urgence télévisuel..

    L’optimisation du temps de parole pour un député et qui veut amèrement éviter de paraître « contre » les néos stalinistes de « renaissance » et ses serviles, comment voudriez vous qu’il exprimât sa pensée profonde autrement qu’en usant d’une liste des noms d’oiseaux sûrs et efficaces, à l’encontre de cibles sans risques, qui vont émouvoir à coup sûr les amateurs de frissons de séries Z ?

    Accessoirement , camarades lectrices et lecteurs, pour donner de la hauteur à ce commentaire qui n’en n’a aucune , je vous laisse méditer ce proverbe polonais :

     » Mieux vaut se disputer à l’air libre que d’être d’accord derrière des barreaux. « 

    Aimé par 1 personne

  6. charles902 dit :

    Bonjour Monsieur Tandonnet

    « Les paons vivent dans l’obsession de leur plumage ». Même s’ils ont une mauvaise haleine qui rend leur prétention à la respectabilité particulièrement ridicule.

    Pour moi, simple quidam, deux réactions à chaud :
    – le brouhaha occulte les vrais sujets. Ceci n’a rien à voir avec le niveau intellectuel que l’on est en droit d’espérer de gens qui nous ont promis la recherche de solutions concrètes aux problèmes du pays. La pétaudière ne serait elle pas le moyen d’éviter la réflexion profonde sur ces problèmes, une sorte de rideau de fumée rendant toute action impossible par occultation de la réalité?
    – si les députés ont le droit de s’éventrer à qui mieux mieux pour défendre les intérêts du peuple de France, il n’est absolument pas tolérable de suggérer au dit peuple, qu’ils représentent, d’aller bouffer leurs morts, ou de se lancer dans une révolution pour tout casser. Ces députés là doivent être exclus de l’assemblée. Manu militari si nécessaire.

    « D’un magistrat ignorant c’est la robe qu’on salue »

    J’aime

  7. Monique dit :

    Bonjour Maxime Tandonnet et tous,

    J’ai toujours considéré que l’AN était un théâtre politique, c’est un peu la revue de presse des Deux Anes mais avec des gens qui n’auraient pas d’esprit, que l’ on paie 7239 euros par mois quand même, ça fait cher pour des clows dont on n’a pas choisi le spectacle…. il y en a même que l’on finit par détester franchement. C’est incroyable le nombre de politiques qui deviennent si antipathiques au point de les mépris et ils nous le rendent bien.
    On a dit qu’il n’y avait plus de grands hommes politiques dignes de ce nom, dans notre société sans morale, sans repère, qui suit des modes plus que douteuses, je ne vois pas comment nous serions des modèles de vertu, mais si on regarde bien, ce sont certains députés de gauche et autres révolutionnaires qui s’invectivent ! ça vole très bas ! ne parlons pas des luttes intestines qui sont les pires et ils s’appellent « famille ». On corrige la violence verbale alors que la société est de plus en plus violente sur tous les plans…. et puis certains politiques sont des voyous mais là aussi, peut on le dire ?
    La parole est libre ? alors qu’on me dise combien de fois E. Zemmour a été traîné devant les tribunaux ?
    Cémenceau a dit : « En politique, on succède à des imbéciles et on est remplacé par des incapables. » il avait vu juste.

    J’aime

  8. Gerard Bayon dit :

    Bonjour à toutes et à tous,
    Il fut un temps où ces échanges de noms d’oiseau entre députés se finissaient le plus souvent à la buvette de l’Assemblée Nationale.
    Je ne suis pas certain qu’il en soit ainsi aujourd’hui.
    Débattre et parlementer nécessite un minimum de culture, de respect et d’honnêteté. Je ne pense pas que la plupart des députés disposent aujourd’hui de ces qualités d’où ces saillies verbales destinées à choquer et à faire comme l’on dit le buzz devant micros et caméras dans un temps réduit.
    On ne demande pas aux élus de la Nation d’être des finalistes des concours d’éloquence ou de défendre leur thèse dans l’entre-soi des politiciens qui se voudrait policé, mais de représenter tous les Français. Or, une majorité des Français en ont assez de cette communauté de politiciens qui leur jouent la comédie soit de l’opposition par principe (on se demande bien lequel ), du fayottage à outrance et de l’emphase des beaux parleurs qui pérorent pour ne rien dire et mieux s’écouter .
    Si le débat politique franc, énergique et noble n’a plus lieu là où il doit être tenu, il ne faut pas s’étonner qu’il ait lieu plus farouchement et violemment dans la rue où dans l’indifférence de plus en plus inquiétante.
    Mme Yael Braun-Pivet bien connue pour son léchage de bottes permanent depuis 2017, n’a visiblement pas la hauteur de vue et les qualités d’un président du palais Bourbon, elle se contente d’aboyer avec les loups et de distribuer des sanctions comme un surveillant de classe d’école primaire.
    Gérer stupidement une bande de sales gosses, voilà ce qu’est devenu la mission d’un des plus importants personnages de l’Etat Français !
    Peut-on tomber encore plus bas ?

    J’aime

  9. Liber dit :

    Mr Loubet a parfaitement raison, mais il a été bien « tendre ».
    Mr Lemaire est non seulement un lâche, mais plus surement un traitre !
    Je n’ose imaginer l’indignation surjouée de nos petits « macronistes » et de la surveillante générale de l’AN si Mr Loubet avait employé ce terme.
    « il n’y a que la vérité qui blesse »
    Quand à Lemaire il vient de confirmer ce qualificatif de lâche en lâchant ce matin en « rase campagne » l’entreprise Total face aux totalitaires de la CGT !

    Aimé par 1 personne

    • jean claude fraternel dit :

      @liber
      totalitaires de la cgt qu iest sortie de la fédération syndicale mondiale pour rejoindre la confédération européenne des syndicats
      je pense que le moit totalitaire est mal choisi avec tout le respect que je vous doit
      bonne soirée

      J’aime

  10. Mildred dit :

    Monsieur Tandonnet,
    Je me permettrais d’ajouter à vos remarques extrêmement judicieuses que, par ces temps où les distractions se font rares, il serait inhumain de vouloir nous priver du seul spectacle vraiment comique auquel nous avons encore accès !

    J’aime

  11. Ping : Sur la liberté d’expression à l’Assemblée nationale (pour Atlantico avec Mme Anne-Sophie Chazaud) – Qui m'aime me suive…

  12. Jacques Lebigre dit :

    Le rappel de l’Histoire parlementaire ne fait pas suffisamment état de l’interpellation continuelle d’une partie de l’opinion publique par les médias spécialisés en information continue et les réseaux dits sociaux…

    J’aime

  13. Raymond dit :

    Bonjour monsieur,
    Bonjour à toutes et à tous,
    (Hors sujet)

    @Lug.

    Nous serons nombreux ~je crois~ à rejoindre votre affirmation finale,
    《Le temps des Oradour sur Glanes et des Guernicas est revenu et je n’aime pas ça du tout.》
    Mais, ne croyez vous pas, que ceci soit toujours de l’ordre du constat ?  Par habitude et pour des raisons pratiques, je classe toutes les bonnes intentions à l’encontre de l’amie Marianne ~ dans le tirroir~ sous l’intitulé  » retour des Vandales  » !
    Tout aussi désagréable qu’elles soient, elles ne révèlent en fait qu’une condition générale d’évolution et (en finalité) un niveau sécuritaire individuel.

    De même, si votre impression 《 … que les USA et le Royaume Uni nous laissent tomber.》se révèle exacte, ~ont-ils un jour réellement tenus à nous (comme vous pouvez l’imaginer) ? ~ ne pensez vous pas, que lorsque vous proposez,
    《… que la France se cherche de nouveaux alliés.》
    cela  soulève un vaste débat prématuré pour un   » jour d’après  » ?

    Dans un pays à bout de souffre ou le mercure monte chaque jour et finit par défaire le sel de l’avis,
    ne devrait on pas, commencer par se connaître soit même, ~connaitre sa nature &sa composition ~afin de savoir avec qui l’on pourrait éventuellement essayer de ~se rapprocher ~ s’entendre ?
    Nous savons ~même si nous refusons de le croire~ que le jour d’après, ne sera plus comme le jour d’avant, le ☆!BOUM !☆ ayant fait son oeuvre !
    Comprendre ce qu’est cette France « du jour d’après  » dans son âme, son corps et son esprit pour envisager ce qu’elle peut/veut devenir, engage des Diagnostics, des Réflexions et ~certainement ~ des Transformations profondes ! ?
    Un chimiste pédagogique ~&poète ~ pourrait éventuellement, faire un papier pour vulgariser, les amours et désamours des molécules, et rappeler ainsi à chacun que le chemin de la poussière à l’étoile est court une fois la vanité écartée ¿¡¿

    @MT,

    Vous l’aurez compris, depuis un certain temps, maintenant, mes gros et lourds sabots de jardinier venaient piétiner votre jardin pour susciter une quelconque réaction quand aux éventuels paisibles ~tout au moins pacifiques~ perspectives possibles, qui aurez pu fertiliser.
    Le risque d’un ☆!BOUM!☆ sociétal, semble être le seul bouton, que vous laissiez aujourd’hui percevoir à nos sens les plus aigus. Il est vrai, qu’à l’heure actuelle, nous ne pouvons dire, si les mauvaises odeurs sont les résultats, d’une surabondance d’épendage nocif et inconsidéré de la part de certains petits malins ou celui d’une profonde et fortifiante putréfraction du grain de blé enfouis en terre ?!?
    C’est donc avec tout autant de désinvolture, qu’aujourd’hui, mes brodequins de vieux grognards  viennent à votre rencontre pour vous inviter  à identifier et éclairer toutes les pistes susceptibles de ramener le plus grand nombre de l’erreur à la vérité, de la discorde à l’union et des ténèbres à la lumière.

    Nous savons que la tâche n’est pas aisée, ~votre référent a déjà tout expliqué ~ pour le moment la somme des croix dans la colonne des moins est plus importante que dans celle des plus.
    Mais, il y a dans le froid sec de l’hiver et dans la chaleur humide du printemps tous les ingrédients utiles et toutes les énergies nécessaires pour faire de très belles nouvelles moissons estivales …

    Avant de vous quitter,  ~je sais, je sais qu’il ne faut pas, mais la tentation est trop forte et bonne~ un beau pavé dans la vitrine des apparences. Monsieur, désolé mais, le monde ne nous à pas attendu?! Tout est dit depuis longtemps !?
    Nous sommes ~peut-être ~ plus instruits que nos aïeux, mais pas plus intelligents,
    * L’arrogance précède la ruine & L’orgueil précède la chute *  nous prévient le vieil adage, qu’il nous suffise de regarder autour de nous pour comprendre. Et oui ! La connerie Humaine tourne en boucle et c’est même certainement la seule chose qui évolue. Bref !
    Enfin, si comme vous le dites les événements devaient nous conduire à quelques frictions, n’en doutons pas ! ~ C’est phallique, une amie spécialiste des boyaux de la tête (dixit Coluche) me rappelle régulièrement, que la Vie n’est qu’un concours de B – – e !~ Les circonstances apocalyptiques (que vous envisagez) pousseraient naturellement certains à se révéler.
    Donc, ne doutons pas & N’ayons pas peur ! Dans les bêlements du troupeau, prudence, tempérance, force et justice guideront les pas d’un berger 2.0.

    Et si humblement, nous nous employons, ici, à dépolluer, unir et éclairer, le chemin •••▪︎

    À suivre,
    Cordialement

    PS : Le secteur de l’énergie semble touché par multe convulsions aux ternes répercussions dur/pour le pays. Sauf lâcheté,  complicité ou incompétence ; peut-être est il intéressant de,~regarder derrière le voile des illusions ~, s’interroger à qui profite réellement le crime?!
    Je dis ça, je dis rien …

    Aimé par 1 personne

    • Raymond, bonjour. Merci de votre commentaire.

      Aux questions que vous me posez j’ai envie de répondre que les réponses sont dans le contenu de vos questions.

      J’aurais pu écrire aussi que nous sommes comme des bouchons de liège au milieu du Golfe de Gascogne en pleine tempête.

      Nous flottons, nous ne coulons pas mais nous ne maîtrisons rien.

      Nous subissons en attendant que la tempête s’arrête.

      Pourvu qu’elle s’arrête vite…

      Alea jacta est.

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.