L’agonie de la liberté

Les grands mots, « dictature, totalitarisme » n’apportent rien de bon dès lors que tout ce qui est excessif est insignifiant, comme dirait l’autre. Pourtant, c’est un fait que la liberté est à l’agonie. Hier, une vidéo montre le président, à Beyrouth, qui hurle contre un journaliste, M. Malbrunot, au sujet d’un article qui lui a déplu. Et la liberté de la presse, la liberté d’informer? Ce qui sidère n’est pas tant la scène, mais la vertigineuse soumission qu’elle suscite. Dans un climat d’apathie générale, de résignation, de peur et même de lâcheté, un énorme couvercle d’indifférence s’est abattu sur cette scène. C’est bien ce qui est terrible: tout se passe comme la chose était normale. La liberté de voyager, de quitter les frontières, de foutre le camp, de s’évader, de se rendre au bout du monde, la liberté la plus chère aux hommes a disparu du ciel, comme suspendue et nul ne sait quand elle reviendra. Le suffrage universel ne veut plus rien dire, trafiqué, corrompu jusqu’à la moelle: à Paris, les Parisiens ne voulaient plus de Mme Hidalgo, Mme Hidalgo est repassée. Les Français (à 80%) ne veulent plus du duo Macron-le Pen: ils auront sans doute le duo Macron-le Pen. A tout moment, comme il l’a fait pendant deux mois, le pouvoir peut assigner les Français en résidence. Le Parlement, symbole de la liberté, est en miettes, les partis politiques aussi. La liberté de la presse est en train de mourir sous nos yeux rongée par l’uniformisme et l’autocensure. La pensée est embrigadée et soumise au grand troupeau bêlant du politiquement correct. Et tout le monde s’en moque éperdument. La liberté va de pair avec l’ordre et l’autorité; elle crève du chaos, de l’arbitraire, de la démagogie. C’est ce qui nous arrive.  Un jour les Français regretteront d’avoir lâchement renoncé à la liberté au profit de l’égalitarisme ou nivellement par  la médiocrité.

Maxime TANDONNET

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

82 commentaires pour L’agonie de la liberté

  1. Ping : Blog a lupus:Articles du Jour : L’agonie de la liberté – Le Totalitarisme nouveau est arrivé ! Par Maxime Tandonnet et Charles Gave – chaos

  2. Citoyen dit :

    « Hier, une vidéo montre le président, à Beyrouth, qui hurle contre un journaliste, M. Malbrunot, au sujet d’un article qui lui a déplu. »
    Que le nuisible de Picardie, s’insurge de la plume pas très complaisante d’un journaliste, quand celui-ci dévoile son attitude de lèche-babouches (pour ne pas dire autre chose) des terroristes libanais, n’est pas très étonnant … Ce malade n’aime pas voir ses délires s’étaler au grand jour …
    Un article donne un éclairage intéressant, ici :
    https://ripostelaique.com/liban-malbrunot-a-revele-des-details-sordides-sur-la-visite-de-macron.html
    ou là :
    https://present.fr/2020/09/04/affaire-malbrunot-la-vraie-raison-de-la-colère-de-macron

    J'aime

  3. Ping : Articles du Jour : L’agonie de la liberté – Le Totalitarisme nouveau est arrivé ! Par Maxime Tandonnet et Charles Gave – Le blog A Lupus un regard hagard sur Lécocomics et ses finances

  4. A reblogué ceci sur brunobertezet a ajouté:
    Je n’ai pas ces conceptions de la liberté mais ne boudons pas notre plaisir, pour une fois que l’on ose en parler …pas d’ennemis dans l’opposition, pas d’ennemis dans le camp de la liberté.

    J'aime

  5. Zonzon dit :

    ÉTÉ 20

    BLASPHÈME
    La liberté de blasphémer : un cri de haine ou une liberté formelle – ou une provocation gratuite – ou n’importe quoi ?

    Ne blasphémer que si le récipiendaire n’est pas (trop) méchant, ou s’il n’y voit aucun inconvénient. S’il lui prend l’envie de vous tuer mieux vaut se retenir ; mort vous seriez sans ressource pour protester convenablement !
    Dans le fond, on ne peut blasphémer qu’avec l’accord tacite de l’agressé.

    Pour blasphémer il faut que le blasphémateur éprouve une véritable satisfaction … sinon c’est nul !

    Celui qui ne blasphème pas ne connaîtra jamais cette intense émotion, quasi divine, de cracher sur le dieu des autres !

    La liberté de blasphémer ? Le débat ne peut s’envisager qu’entre des gens dont le niveau de culture est proche, comparable ; des gens qui, en toute hypothèse n’ont pas autre chose à faire !

    C’est parce que Macron sent bien bien qu’il n’est pas un dieu qu’il ne condamne pas le blasphème.

    LES MOTS
    Les combats entre intelauds engagés sont féroces. Entre politiciens [*] c’est une question vitale … si tu perds tu n’existes plus, balayé par le vent de l’Histoire ! Pour subsister tu es obligé de faire la manche, car on ne t’a jamais appris un vrai métier.

    Le combat à la mode oppose Gronounours, le new plug de la Place Vendôme, et Darmanin de Beauvau ! Leur différend porte sur le mot ensauvagement. À mon avis ils ne sont pas au niveau !

    Ce terme, si adéquat aujourd’hui, est en « dynamique » et s’oppose aux termes barbare(ie) ou sauvage(rie), qui sont dans le stationnaire, la statique, la « staticité » … un mot qui manque dans la langue. Deux conceptions/perceptions de l’état actuel du pays.
    Deux volontés opiniâtres d’être des recours en 2022 … si besoin est !

    Du côté de l’ensauvagement il y a le refus massif de voir ce qui nous arrive, de l’avenir radieux qui se prépare, d’être conscient que l’on ne s’engagera pas sur la dernière sortie avant l’autoroute … Gronounours ne changera rien à la politique pénale … il n’est pas là pour ça !

    Du côté de la barbarie le champion est ontologiquement à moitié acquis … l’idoine représentant de l’avenir, l’homme de la synthèse des temps futurs, de l’Humanité informe rêvée par les gens incultes. Il va faire régner l’ordre … statique ! En quelque sorte c’est un Prince Salina !

    [*] Le terme politichien doit être évité, il est méprisant pour nos charmants compagnons, les toutous des villes ! On les salue au passage !

    LE VOYAGE EN ORIENT

    Au XVIIIéme on voyageait peu. On se contentait de faire venir les étrangers sur place : Persans, Turcs, Hurons …

    Ce n’est qu’au siècle suivant que l’on sortit, que l’on commença à aller faire son marché en Orient … la upper class s’entend !
    Découvrir d’autres coutumes, d’autre mœurs …on était attiré par des pratiques qui n’avaient pas bonne réputation chez nous, que l’on pouvait satisfaire sans contrainte, loin des regards. Les écrivains les peintres firent des expériences « aristocratiques » qu’ils relatèrent. Des colosses – Flaubert, Gide – les Orientalistes, rapportèrent des souvenirs chauds, quelquefois des maladies …
    Mais au XXéme on passa à la vitesse supérieure, toute la société s’y mit et après « la libération de 68 » une véritable fringale s’empara des vieux européens … y compris les pères de famille modèle standard ! On poussa jusqu’en Extrême-Orient, les plus chichiteux se contentèrent de l’Afrique du Nord.
    La démocratisation c’est ça : les plaisirs à la portée de toutes les bourses, les raffinements pour les frustes, les paradis artificiels en solde ….

    Quand on eut épuisé tous les « charmes » de cet engouement, que tous les « actionnaires » de cette nouvelle société « mauderne » se furent ficelés/entremêlés, que tout le monde connaissait de quoi faire tomber n’importe quel membre (si j’ose dire), le temps des vengeances arriva, on se liquida, les règlements de compte apparurent dans le milieu politique !
    Tous les détraqués du sexe s’animèrent et il fallut alors compter sur la faction la plus exécrable, celle des bonnes femmes aux goûts extravagants, ce chœur des vierges farouches au sexe approximatif dont le vœu secret est d’imposer leur sexualité hors norme.

    Et c’est ainsi que le malheureux CHRISTOPHE GIRARD tomba dans les griffes de ces donzelles et qu’il chuta : un petit jeune se rappela opportunément 30 ans après les faits qu’il avait subi les derniers outrages de la part de cet immonde individu … du grand classique … à la Weinstein !

    Il faut reconnaître que ce n’était pas un « primo délinquant ». On l’avait alpagué dans une affaire ridicule de pots de vin (au sens propre du terme) où la présence du premier homard venu ne fut jamais prouvée … c’est dire ! Il démissionna !

    C’est cette première affaire qui est véritablement intéressante et non celle du touriste sexuel dont on se bat les flancs. Nous y reviendrons quand nous reparlerons de FILLON !

    Prochain article : C’EST LA RENTRÉE !

    J'aime

  6. nicolasbonnal dit :

    Tocqueville il y a…190 ans :
    Je vois une foule d’hommes semblables et égaux, qui tournent sans repos sur eux-mêmes pour se procurer de petits et vulgaires plaisirs dont ils emplissent leur âme (…). Un pouvoir immense et tutélaire se charge seul d’assurer leur jouissance, il aime que les citoyens se réjouissent pourvu qu’ils ne songent qu’à se réjouir. Que ne peut-il leur ôter entièrement le trouble de penser ? C’est ainsi que tous les jours il rend moins utile et plus rare l’emploi du libre arbitre, qu’il renferme l’action de la volonté dans un plus petit espace et dérobe peu à peu à chaque citoyen jusqu’à l’usage de lui-même.

    Le pouvoir couvre la société d’un réseau de petites règles compliquées, minutieuses et uniformes, à travers lesquelles les esprits les plus originaux et les âmes les plus vigoureuses ne sauraient se faire jour pour dépasser la foule. II ne brise pas les volontés, mais il les amollit, les plie et les dirige. Il force rarement d’agir, mais il s’oppose sans cesse à ce qu’on agisse. Il ne détruit point, il empêche de naître. Il ne tyrannise point, il gêne, il comprime, il énerve, il éteint, il réduit enfin chaque nation à n’être plus qu’un troupeau d’animaux timides et industrieux dont le gouvernement est le « berger ».

    Aimé par 3 personnes

  7. Coucou dit :

    Bonjour à vous,

    Interdit d’interdire – Et après ? Avec Hubert Védrine Frédéric Taddeï reçoit l’ancien ministre des Affaires étrangères Hubert Védrine pour un entretien autour de son livre «Et après ?», chez Fayard.

    https://francais.rt.com/magazines/interdit-d-interdire/78430-et-apres-avec-hubert-vedrine

    J'aime

  8. Philippe dit :

    Bonjour Maxime bonjour à tous

    Petite histoire,
    Dans les écoles, des mesures contraignantes ont été mises en place COVID 19 oblige.
    Donc masques, barrières et j’en passe.
    Parcourant les petits villages aux alentours et le miens, qu’il est bon le soir de voir les gamins jouer ensemble, pas de masques, pas de distances, des rires, des vélos etc.
    Hier soir au bord de notre étang communal, une bande de jeunes s’amusaient. Et tant mieux pas de répression policière.
    Combien j’ai vu d’enfants pendant ces vacances qui étaient chez papi et mamie dans notre campagne, et des papis et mamies qui faisaient des câlins.
    Alors quand j’entends Castex dire que les papis et mamies ne doivent pas aller chercher les enfants je ris.
    Et bizarrement le taux d’infections et de mortalité n’a pas augmenté dans le département.
    Hier soir encore à la télé la propagande de la secte politico médiatique allait bon train. Peur sur le pays. Ils veulent impérativement une deuxième vague qui ne vient pas.

    Aimé par 3 personnes

  9. Trigwen dit :

    Tant que nous n’aurons pas à la tête de vrais hommes et femmes d’Etat qui seront d’abord des serviteurs du pays, le pays ira mal.
    Tant que nous n’aurons pas des dirigeants qui ont des « cojones » pour ramener l’ordre partout dans le pays, pour mettre au pas ceux qui veulent saper la République nous irons mal.
    Tant que nous n’aurons pas des dirigeants politiques qui aimeront la France, qui parleront sans honte de la Nation, de son Histoire non trafiquée, des dirigeants qui ramèneront l’unicité de la République en ne cédant pas aux minorités agissante et fouteuse de m… Le pays ira mal.
    Tant que les dirigeants politiques ne feront pas de la politique dans l’intérêt général et non pour des intérêts particuliers de certaines castes et communautés, notre pays ira mal.
    Ce qu’il nous faut, c’est un homme ou une femme politique respecté parce qu’il aura parlé de la France aux Français, de cette nation qu’ils forment tous ; un homme politique qui rabâchera les mots France, République, Nation et Patrie aux Français jusqu’à ce que ceux-ci comprennent que c’est tous ensemble, guidés par des dirigeants compétents et au service de la Nation, que nous relèverons notre pays en nous débarrassant des diktats des communalistes de tout poil, en rendant à notre pays sa grandeur politique, économique et diplomatique qui feront de notre pays une nation respectée.

    Aimé par 2 personnes

    • maillliet dit :

      vous dites ce que je pense depuis des années, mais cette femme ou cet homme existe t il à ce jour ? je voudrais bien nos enfants et petits enfants comment feront -ils si rien ne se passe de bon

      J'aime

    • Trigween, oui, c’est ce qu’il faudrait, mais les Français le veulent-ils vraiment?
      MT

      J'aime

  10. alexrebelde dit :

    La France est simplement ce que les français en ont fait. Il est à leur image.

    Aimé par 2 personnes

    • Annick Danjou dit :

      C’est à dire? J’aimerais que vous développiez votre commentaire alexrebelde. Personnellement je ne me sens pas responsable de ce qu’est devenue la France d’aujourd’hui. J’ai essayé d’oeuvrer avec mes petits moyens pour promouvoir ce pays que j’ai aimé et qui me désespère aujourd’hui. Avec mon mari nous avons, par notre enseignement essayé de faire aimer ce pays et avons éduqué nos enfants dans cette optique. Ce pays n’est certainement pas à mon image et ceci depuis des années, il est devenu ce que nos gouvernants en ont fait, hypocritement, insidieusement, malhonnêtement en nous baillonnant et en laissant une frange de la population nous haïr alors qu’elle vit de nos impôts. Ce sont ces gouvernants couards qui n’ont pas voulu freiner cet enlisement et ce nivellement par le bas, par opportunisme et carrierisme, ce sont eux qui ont accepté de subventionner des associations qui sèment la haine de notre pays et de ses habitants et qui ont pris une telle importance qu’on doit maintenant se plier à leur désirs, à leur revendications, et éventuellement mettre un genou à terre pour nous excuser de ne pas en avoir assez fait pour eux, ce sont eux les principaux coupables et les discours de Macron aujourd’hui sont inutiles, il est trop tard.
      Je repense à mes parents qui n’accepteraient certainement pas qu’on leur dise qu’ils ont fait la France d’aujourd’hui. Ils se sont battus pour la France d’avant, mais ça, comme on dit, c’était avant.

      Aimé par 1 personne

    • alexrebelle, tout à fait!
      MT

      J'aime

  11. Furax dit :

    Je ne crois pas les « français » attachés à la Liberté et à l’ensemble des libertés publiques et privées qui font la bonne vie en société civilisée. On leur a volé leur Histoire, leur grandeur, leur droit de propriété que n’importe quel squatteur peur piétiner avec l’assentiment des lois iniques. On leur a même volé leur langue, une langue qui fut celle de la culture, du raffinement, de la diplomatie pour un horrible globish d’anglicisme dénaturé, un sabir, un volapük aurait dit De Gaulle avec mépris. Nous sommes dévalisés, taxés, pressurés par des voyous élus, au rabais mais élus et donc légitimes. Nous voilà réduit au statut de chien couchant, debout pour faire le beau avoir le susucre, et puis à la niche, muselière, chaîne, gamelle si bien sage, bon toutou. j’ai honte et rage contre ceux qui maltraitent les animaux qui n’en peuvent rien. Mais les hommes? en restent-ils qui refuse de vivre couchés? où n’en resterait-il donc que vautrés? « les français sont des veaux » (CDG) on le vérifie chaque jour. Je passe pour un dangereux anarchiste! un comble que j’assume! « anar »? sans doute, mais « de Droite » Monsieur! Quand le drapeau de la Liberté est à terre il nous appartient de le relever! de le brandir!

    Aimé par 5 personnes

  12. Ping : L’agonie de la liberté – "La politique est une poubelle qu’il faudrait vider plus souvent"©

  13. there dit :

    Je rebondis sur votre parole « la liberté c est l ordre et l autorité  » ,les moines ont celle ci assez semblable « la liberté c est la regle » . C est contre intuitif mais exact. Cette sagesse avait été bannie, honnie, haïe. Notre mal est profond mais nous nous réveillons d un long sommeil et avec la gueule de bois . Il est à présent possible de dire ces phrases sans être hué , certains même approuvent. Espérons à présent que nos compatriotes en mal de repères ne se jettent pas aux pieds de l ideologie en vogue et de son carcan de règles : l islam.

    Aimé par 1 personne

  14. Zonzon dit :

    Entendu l’autre soir, d’un derrière distrait, l’honorable Christophe Barbier évoquer les pulsions de R. Dati, laquelle « se préparerait pour Élysée 17 » !

    J'aime

  15. Duff dit :

    Bonjour à tous,

    Je ne l’aurais pas mieux dit. Le pays est dans un état de sidération. Peur du virus, peur des conséquences économiques qu’on masque (elle aussi n’importe comment) à coup de milliards. Ici pour le chômage partiel, par là avec le fameux chèque qui était resté sagement bloqué pour telle ou telle profession etc (à la capacité de nuisance et de braillements supérieurs aux autres).

    Je ne peux pas imaginer un seul instant que cela ne soit qu’un état léthargique. Le réveil risque d’être brutal…

    Bonne fin de semaine,
    cdlt

    Aimé par 6 personnes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.