L’effarante crétinisation de la politique française (pour Atlantico)

1-Nathalie Loiseau, tête de liste LREM pour les prochaines élections européennes se trouve fragilisée par des révélations concernant une situation datant de plus de 30 ans. De son côté, François Xavier Bellamy a également pu être attaqué pour des déclarations passées. Dans quelle mesure les Français pourraient-ils plus voter pour ce que sont les candidats que pour ce qu’ils proposent ? Dans quelle mesure ce phénomène est-il nouveau ? 

Ce qui est certain, c’est que cette campagne des Européennes est entièrement axée sur la personnalisation des choses. Il y a le président Macron en arrière-plan. Le vote aura un aspect plébiscitaire : pour ou contre lui. Il sera au centre de la pensée des électeurs. Mais au-delà, la campagne donne une importance considérable aux têtes de liste, que ce soit Mme Loiseau, M. Bellamy, M. Bardella, etc. Le vote semble se focaliser sur des images personnelles. Dès lors, les attaques ad hominem, la fouille méticuleuse du passé des candidats pour en tirer des boules puantes et déstabiliser leur image devient la stratégie de campagne. Le débat d’idées se trouve en revanche totalement annihilé. Il n’existe plus : le chômage, la violence, la pauvreté, l’échec scolaire, la dette publique, les frontières, ont disparu du paysage politique. La vie politique atteint le paroxysme de la politique spectacle. Ce phénomène n’est sans doute pas complétement nouveau. Il y a toujours eu, en politique, des phénomènes d’allégeance et de confiance en des personnalités. Mais ces personnalités incarnaient un projet, une idée. Ce qui est nouveau en France, c’est que ces personnalités n’incarnent plus qu’elles-mêmes.

2-Ce phénomène de l’importance de plus en plus importante de la personnalité des candidats, que l’on peut retrouver également aux Etats-Unis, par exemple dans les cas de Alexandria Ocasio-Cortez ou de Pete Buttigieg, est-il devenu le « nouveau programme » auprès des électeurs ? 

Oui, aux Etats-Unis, c’est un grand classique. On n’oppose pas des projets, ou très secondairement, mais des personnages, des figures. Et l’élection se joue non sur les arguments mais pour l’essentiel sur des sensations qu’inspirent des visages. C’était déjà le cas lors du duel entre Kennedy et Nixon en 1960. Nixon semble avoir perdu car il semblait fatigué, mal rasé, face à un adversaire incarnant la jeunesse et l’énergie. Récemment, le succès d’Obama a tenu sans doute davantage à ce qu’il incarnait, jeunesse, renouveau, diversité, qu’à son programme. Plus récemment encore, la bataille entre Hillary Clinton et Donald Trump fut un combat d’images dominé par les attaques personnelles. Nous sommes en pleine américanisation de la vie politique française. On peut parler de l’ère du vide en politique. Depuis des décennies, les gouvernements échouent à traiter les grands problèmes de la société française. Donc, l’idée que la politique ne peut plus faire grand-chose pour le bien commun finit par se banaliser. On ne parle plus de projets puisque personne n’y croit, mais l’attention politique se focalise sur des émotions d’amour ou de haine autour de quelques individus médiatisés.

 3- De quoi cette situation est-elle le symptôme ? 

 Elle est avant tout le symptôme de l’affaiblissement de la culture ou de l’intelligence politique. Elle est le fruit d’un déclin intellectuel qui se retrouve partout mais plus particulièrement dans les élites dirigeantes et médiatiques. La vie politique se réduit à adorer ou haïr des personnages médiatisés, à les admirer ou à les mépriser, à les encenser ou à les dénigrer. Il n’y a plus rien d’autre que cela. La France, et surtout la France d’en haut, celle qui est censée donner l’exemple, ne sait plus rien faire d’autre. Les sujets de fond ont disparu. On est en permanence dans la quête de l’émotion et du sensationnel. L’esprit critique qui devrait fournir une arme de résistance à ce phénomène s’est comme volatilisé. Qui est là pour rappeler que la politique a pour unique objectif de traiter les grands sujets intérieurs et internationaux dans l’intérêt général, et pas d’idolâtrer ou de lyncher telle ou telle icône médiatique ? Personne. La politique française fait naufrage dans le culte du « je » narcissique, dans une culture de soumission à l’idole et de sectarisme haineux (idole contre idole), mais cela n’étonne et n’indigne plus personne. Nous payons là des décennies de renoncement à enseigner correctement l’histoire, le français, la philosophie, ces matières dont le but est de former l’intelligence et l’esprit critique. Cela dit, la majorité silencieuse n’est sans doute pas dupe de cette évolution. La pauvreté du spectacle politique peut expliquer, au moins en partie, pourquoi 58% des électeurs envisagent de s’abstenir aux élections européennes. L’abstentionnisme est certes un drame de la démocratie, mais comment blâmer les abstentionnistes au regard d’une offre politique aussi piteuse ?

 

 

Publicités

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

29 commentaires pour L’effarante crétinisation de la politique française (pour Atlantico)

  1. Citoyen dit :

     » Il y a le président Macron en arrière-plan. Le vote aura un aspect plébiscitaire : pour ou contre lui.  »
    C’est tout à fait ça !
    Et il y aura au premières loges, les rackettés de la route, qui ont des comptes à régler.
    L’occasion s’y prête à merveille. Il ne faut pas la manquer. Et il faut espérer qu’ils seront très nombreux au rendez-vous …

    J'aime

  2. Citoyen dit :

     » On n’oppose pas des projets, ou très secondairement, mais des personnages, des figures.  »
    Et ce n’est probablement pas plus mal, parce que les projets ne sont que du blabla fabriqué sur pièce pour une élection (l’expérience le démontre à chaque fois), ne servant qu’à cet usage, au besoin pour abuser les gogos, le réel reprenant le dessus juste après l’élection ….
    Alors que gratter dans le pédigrée des individus, permet de se faire une idée de ce dont ils sont capables, surtout dans le pire …. Et c’est souvent riche d’enseignement ….

    J'aime

  3. loonloonychantemerle dit :

    Timéli, je ne suis, très cordialement, pas d’accord avec votre désaccord, dans la mesure où je pense que le vote blanc est un signe de protestation, ce qui est plus significatif qu’une abstention, toujours ambiguë (elle peut n’être que paresse ou indifférence).

    J'aime

  4. Timéli dit :

    Pour les Européennes, Macron se la « joue » au Général de Gaulle : moi ou le chaos. En revanche, il est incapable de faire ce que le Général a réalisé il y a juste cinquante ans avec le référendum sur l’Europe. Désavoué par un non majoritaire, le Général a quitté le pouvoir aussitôt. Macron est absolument incapable d’en faire autant si, d’aventure, le non dans un futur référendum initié par ses soins l’emportait.

    Aimé par 1 personne

  5. xc dit :

    Le débat Kennedy-Nixon a été diffusé simultanément à la télévision (c’était une première) et à la radio. Les sondages faits à son issue ont montré que Kennedy avait eu la préférence de ceux des Américains qui l’ont regardé, et Nixon de ceux qui l’ont écouté.

    Pour ce qui est de Nathalie Loiseau, je ne puis m’empêcher de penser que quelqu’un détenait l’information depuis quelque temps dans l’intention de la sortir en temps utile. Finalement, l’attaquant ne vaut pas plus cher que l’attaquée.

    J'aime

  6. Alain De Vos dit :

    Bellamy,ses idées associées à des boules puantes! Que nenni juste des convictions qui font tant défaut au personnel politique.

    J'aime

    • Alain de Vos « a pu être attaqué » écrit le journaliste d’Atlantico. Vous avez mal lu ou ce n’est pas assez clair?
      MT

      J'aime

    • Anonyme dit :

      J’avais bien lu. C’est pour mettre en évidence les convictions de FXB.
      Voilà un chrétien qui pourrait faire revenir tous les gens de droite vers LR.

      J'aime

    • Alain de Vos, je vous comprends mais pour la politique, le gouvernement de la cité, est-ce vraiment le sujet qu’il soit chrétien ou autre?
      MT

      J'aime

    • Annick Danjou dit :

      Tout à fait d’accord avec votre réponse Maxime. Arrêtons de mélanger politique et religion et trouvons quelqu’un capable de se sacrifier pour diriger le pays.

      J'aime

  7. carlo dit :

    « Cette campagne des Européennes est entièrement axée sur la personnalisation des choses. (…) Le débat d’idées se trouve en revanche totalement annihilé. »
    Cette dérive (dont les hommes politiques ne sont pas les seuls responsables) semble appeler de toute urgence l’instauration d’une procédure référendaire permettant aux citoyens de prendre la parole sur des questions d’intérêt général (et non pas simplement local).
    De ce point de vue, le référendum de 2005 sur la constitution européenne a été un modèle en termes de débat d’idées, bien plus que le (trop) fameux Grand Débat organisé à grands frais par EM.
    Ce débat, exemplaire, de 2005 a d’ailleurs eu l’immense mérite de révéler que le clivage droite-gauche était désormais largement artificiel, ce dont témoignent aussi, à leur façon, l’élection dEM, le mouvement des gilets jaunes, mais également votre propre blog, Monsieur Tandonnet.
    A l’évidence, celui-ci permet de faire dialoguer des contributeurs qui se retrouvent dans vos analyses toujours pertinentes mais qui proviennent d’horizons divers.

    J'aime

  8. IMPETUS 276 dit :

    Bonjour monsieur, bonjour à tous,

    Il y a quelques jours vous acheviez un précédent article par  » Pas question de les approuver, mais comment ne pas les comprendre « . Cette fois, vous concluez avec .  » L’abstentionnisme est certes un drame de la démocratie, mais comment blâmer les abstentionnistes au regard d’une offre politique aussi piteuse ?  » .
    Ah!  » L’ abstention  » vaste et périlleux sujet. Vouloir sérieusement répondre nous demanderait un long étalage de maux et de mots, de causes et d’effets. Certainement, que cela nous amènerait, aussi, à constater l’importance, voir à prendre conscience, de la véritable responsabilité de  » l’acte individuel au sein de l’acte collectif « .
    Nous pouvons, également, incriminer et rejeter la faute sur notre brillante caste politique. Faire cela ne saurait qu’une demi-reponse. Il y a un fait que nous ne pouvons oublier. Nous sommes en démocratie et le peuple a une petite part de Responsabilité.

    Permettez-moi une légère divagation, afin de pouvoir étayer mon argumentation.
    Que ce serait-il passé en Europe, si dans l’Allemagne de 1932 le peuple avait préféré l’abstention à Hindeburg?
    Évidemment nous connaissons la suite de l’histoire et, me direz- vous, c’est aux quelques 65 millions de morts que nous devrions humblement poser cette ridicule question.
    Mais si nous tendons l’oreille à ses mémoires d’outre-tombe, nous entendons peut-être un écho nous dire; Que parfois le principe  » agir dans le non agir  » cher à Lao Tseu n’est, finalement, pas qu’une extraordinaire chinoiserie.
    Et que, s’abstenir de donner sa confiance au premier beau parleur à, parfois, du Bon…

    Dans le fil de cette même histoire, que dire de ce bougre de Général, alors qu’un bon maréchal lui proposait de choisir entre une défaite berlinoise et une collaboration vichyste, pris la Voix de Londres.
    Et que dire, encore, de ces nigaux d’Amoureux de leur Pays qui le suivirent sans conditions aucunes.
    Entendons, monsieur, entendons l’écho nous dire:
     » Les usurpateurs auront un usurpateur comme représentant. Les Amoureux auront un Amoureux  »

    Que ceux qui ont des oreilles entendent.

    Merci pour votre blog.

    J'aime

  9. Gerard Bayon dit :

    Bonjour à toutes et à tous,
    De fait, nos politiciens se comportent comme nos chaînes d’information : perpétuellement la recherche du buzz, qu’importe le sujet pourvu que l’on parle d’eux mais également du mode de vie d’une majorité de nos concitoyens qui ne vivent plus maintenant que dans l’immédiateté, les yeux rivés sur leur téléphone portable à la recherche de la dernière information.
    Ce qui me parait incompréhensible c’est que l’opposition ne profite absolument pas de la mégalomanie exacerbée du pouvoir pour la pointer du doigt au lieu de vouloir y répondre et l’imiter bêtement.
    Alors qu’E. Macron a eu droit pendant toute la période du grand débat à des dizaines d’heures d’émissions en direct relayées par plusieurs médias, jusqu’ à la lassitude, il est inenvisageable que ces mêmes médias accordent le dixième de ce temps à de vrais débats d’idées qui de toute manière n’intéressent qu’une minorité de Français. La majorité n’attendant que des réponses simples ou plutôt simplistes à leurs questions

    J'aime

  10. michel43 dit :

    Franchement Maxime ,vous me faites sourire ,,,cela fait plus de 50 ans que notre pays est très mal gérer ,plus de 2350 milliards de dette et 50 milliards les intérêts ,on y ajoute a cela le commerce extérieur et les trous partout ,qui a fait cela ? nos élites ceux ,qui sont charger de conseiller nos politiciens ,dans le priver, c’est gens serait virer immédiatement ,pour mémoire ,j’avais sur le cite de notre Maxime ,dit a notre Ministre des finances a l’époque ,nous étions rue de Rivoli ,que c’est haut fonctionnaires ne colle pas a la vie réel , de ceux du milieu et d »en bas ,sa réponse fut celle ci , vous voulez me mettre mal avec la haute administrations ,Qui osera s’attaquer au intermittent du spectacle ,un réel scandale ,qui osera s’attaquer au casseur de gauche ,bien connue des responsables de notre police ,la politique a toujours été un spectacle ,seulement les politiciens n’assume pas ,seul les imbéciles ne change pas d’avis ,tout le monde peut faire des erreur, mais faut assumer c’est tout ,nous savons que le partis de la Lepen va gagner ,et LR redresse un peut la tète ,le principal battre Macron ,,,,

    J'aime

    • michel43, ravi de vous avoir fait sourire, le problème c’est que la lepen, comme vous dites, et aussi épouvantable que Macron et que tout l’enjeu est d’arracher la France de ce détestable tandem.
      MT

      J'aime

  11. E.Marquet dit :

    La personnalisation n’est pas une tare en soi. On a besoin d’incarnation. Tout groupe, pour s’identifier à un projet quel qu’il soit, doit être représenté par quelqu’un qu’il va adouber comme son interprète. Que l’on s’intéresse à la tête de liste n’est donc pas condamnable. D’autant qu’aux élections européennes les listes sont, pour la plupart des électeurs, composées d’illustres inconnus. C’était le cas en 2014 où la France était divisée en huit grandes circonscriptions, ce l’est encore plus en 2019, avec des listes nationales.
    Ceci étant, l’électeur est en droit d’attendre que chaque « Tête de Liste » soit sincère sur le projet pour lequel on sollicite son vote. Il n’est donc pas anormal qu’il cherche à connaître son pedigree, ses engagements, ses écrits, ses accointances. Que certains, dans un but politicien ou idéologique, se prêtent à des dénonciations ou des dérives malsaines, c’est regrettable, à chacun d’essayer de rétablir l’équilibre entre réalité, calomnie, pure méchanceté etc…

    Le premier péril aujourd’hui vient du mouvement « en Marche » qui a porté E.M à la Présidence, car il est hétéroclite, composé de transfuges des partis socio-démocrates et républicains, et de personnes de la société civile plutôt connotées « business », sans convictions partagées ni projet pour la France, ni pour l’Europe par voie de conséquence. E.M après avoir laminé toute opposition, impose au Pays le jeu mortel du « Moi ou le chaos » qui enferme, semble-t-il, beaucoup d’électeurs.

    Notre Président essaie d’étouffer de facto le débat d’idées. Mais ce débat n’est pas encore mort, certaine personnalité nous le prouve. Je ne ferai pas de prosélytisme, je ne suis pas encartée, mais j’ai mon poulain !

    Le deuxième péril est l’indifférence de beaucoup d’électeurs qui, malgré toutes les sources crédibles d’information dont on dispose, consacrent peu de temps à comprendre les enjeux de ces élections européennes qui pourtant engagent la vie du Pays tout entier. La faute en incombe à tous ces députés européens qui, une fois élus, ne sont jamais revenus devant les électeurs pour les informer du travail effectué !

    J'aime

    • E Marquet, l’excès de personnalisation n’est pas une tare, c’est la tare suprême, quand tout doit se soumettre à la démence vaniteuse d’un seul: Robespierre, Lénine, Staline, Mussolini, Hitler, Mao, Pol Pot, et tous les affreux petits bonshommes qui encore aujourd’hui confondent leur destin personnels et celui du pays.
      MT

      J'aime

    • E.Marquet dit :

      Cher Maxime,
      Vous me pardonnerez cette familiarité, mais cela fait trois fois qu’on « s’accroche »…cela crée des liens !
      Si l’excès de personnalisation est la tare absolue, le manque de nuance est très préjudiciable à la réflexion. Nous n’en sommes pas encore à voir se dessiner de façon formelle et évidente des clones de la brochette d’ « affreux petits bonshommes» que vous énumérez. Plût au ciel que ce ne soit pas ce que l’avenir nous réserve. Je n’ai guère de sympathie pour la vanité mégalomaniaque de certains de nos dirigeants et politiciens, mais de là à les assimiler à ces figures funestes de l’Histoire, il y a un pas que je ne franchirai pas ….pour l’instant.
      Pourquoi le pire serait-il plus sûr que le meilleur ?
      Et si de temps en temps, vous positiviez ?
      Bonne soirée.
      Elisabeth Marquet

      J'aime

    • Chère Elisabeth, ce n’est pas la pensée unique ici, il est bien que chacun dise ce qu’il pense et je n’ai pas pris cela comme un accrochage. Il n’y a pas « d’assimilation » ou d’amalgame de ma part mais le constat que chaque fois dans l’histoire que la vanité d’un individu l’emporte sur le sens de l’intérêt général, cela conduit à des désastres. C’est une loi de l’histoire. Vous pouvez trouver que mon point de vue n’est pas assez nuancé, mais c’est juste ce que je pense, alors pourquoi nuancer ma conviction?
      MT

      J'aime

  12. martin colmet daage dit :

    Excellente analyse. Cordialement.

    J'aime

  13. loonloonychantemerle dit :

    vous avez tellement raison ! je suis décidée à voter pour le parti animaliste – au moins, le programme est clair, la personnalité/personnalisation des candidats n’est que très secondaire et quand on pense que près d’un million d’espèces, oui, un million, est en voie de disparition avant le milieu du siècle…Tout en ayant conscience que c’est plus un baroud d’honneur qu’autre chose, dans la mesure où l’humanité se fiche complètement des autres habitants de la planète… C’est toujours mieux que l’abstention (l’indifférence) ou le vote blanc (la révolte impuissante).

    J'aime

    • Loon, « décidée », ah vous êtes donc une Dame, je vous croyais un Monsieur.
      MT

      Aimé par 1 personne

    • Timéli dit :

      Je ne partage pas votre point de vue quand vous écrivez que « c’est toujours mieux que l’abstention (l’indifférence) ou le vote blanc (la révolte impuissante) », parce qu’on peut s’abstenir volontairement si aucun candidat ne vous convient et, dans ce cas, inutile d’aller perdre son temps en se rendant à un bureau de vote. Quant au vote blanc, il n’a aucun poids car pas pris en compte à sa juste valeur. Ceci dit, je comprends votre désespoir, même si je ne le partage pas. Bon courage !

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s