La crise de confiance (CEVIPOF vague 10)

Le soir de son élection à la présidence de la République le 7 mai 2017, le président Macron déclarait: « Une nouvelle page de notre longue histoire s’ouvre ce soir. Je veux que ce soit celle de l’espoir et de la confiance retrouvée. » 20 mois plus tard, les résultats de l’enquête annuelle du CEVIPOF sur la confiance des Français (vague 10 janvier 2019) sont sans appel: les trois principaux sentiments qu’ils éprouvent sont la lassitude, 32% (+7), la morosité, 31% (+8%), la méfiance, 29% (+4%). Le taux confiance en l’institution présidentielle s’effondre de 10 points en un an pour atteindre 23%. La démocratie « ne marche pas très bien » pour 70% des Français (+9). La politique inspire de la méfiance à 37% et du dégoût à 32% (+7), soit une vision négative à 81% d’entre eux (+5).  72% pensent que les responsables politiques sont plutôt corrompus (+1). Le taux de confiance en les partis politiques est de 9%.

Ce qui est dramatique, dans le régime français, c’est le découplage entre les résultats d’une politique et la notion de responsabilité. Le « nouveau monde » a fait naufrage mais tout continue comme avant et rien ne bouge au sommet de l’Etat. Le président de la République, dans ce système, assume en personne la direction du gouvernement du pays mais il est irresponsable pendant 5 ans. Situation absurde: dans toute démocratie, le responsable personnel d’une politique doit pouvoir être sanctionné en cas d’échec. Or,  les mécanismes traditionnels de la responsabilité – un Premier ministre a la tête du gouvernement et responsable devant le Parlement – ont été annihilés par le régime présidentialiste français. Un tel régime peut fonctionner avec des hommes d’Etat à sa tête. Devant une telle impasse, un aussi vertigineux discrédit populaire, un homme d’Etat (de Gaulle) aurait à cœur de poser la question de confiance au peuple par un retour aux urnes, dissolution ou référendum, et d’en assumer les conséquences en cas d’échec. Mais dès lors que des politiciens sont à la tête du pays, ils ne peuvent pas réagir en homme d’Etat: d’où l’épouvantable fiasco de notre VIe République. Le pouvoir se maintient, droit dans ses bottes, dans l’aveuglement, l’indifférence, l’incompréhension, le mépris du mécontentement et du désespoir populaire croissants. C’est pourquoi la France est entrée dans une révolte qui ne peut hélas que dégénérer.

Maxime TANDONNET

Publicités

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

35 commentaires pour La crise de confiance (CEVIPOF vague 10)

  1. Pascal dit :

    Ah, Macron aurait mis l’idée de quotas d’immigration dans le cadre du grand débat.

    Voilà donc le Figaro forcé d’expliquer à ses lecteurs que les propositions des candidats LR à la présidentielle sur ce sujet étaient de la poudre aux yeux, puisque ces quotas ne pourraient porter que sur une infime proportion des arrivées (vu les traités européens signés, à tort, par les uns comme par les autres, et l’absence de volonté de les remettre en cause).

    J'aime

  2. Desc. direct de St Louis à la 21°génération dit :

    Vous me bassinez avec les mérites de Fillon. Je vous accorde,une qualité à Fillon: il a su tirer sa révérence pour rentrer au conseil d’administration du groupe Ardian, groupe pesant 90 milliards d’euro par ses participations dans des sociétés du monde dont la France bien sûr dont il devient l’ambassadeur hors pair par son carnet d’adresses. Ceci dit, il n’ira pas loin dans sa promotion car il ne parle pas anglais.

    J'aime

  3. Citoyen dit :

     » Le « nouveau monde » a fait naufrage mais tout continue comme avant et rien ne bouge au sommet de l’Etat.  »
    Et ce sentiment de naufrage, est encore pire quand on prend un peu de recul pour avoir une vue plus large, pour apprécier …
    Pour illustrer le naufrage de ce « nouveau monde » à la micron, ce pays se paie le luxe d’être la risée de la planète …
    En effet, la start-up France micronienne, et sa French Tech, s’invitent au CES de Las Vegas, pour montrer qui est qui, à tous ces nains de la High-tech …. Et pour ce faire, amène dans sa besace à peu près tout ce qui se présente, pour impressionner, au point que : « l’Hexagone fournit le plus gros contingent étranger de start-up à Las Vegas », et comble de rigolade, présente plus de start-up que les USA eux-mêmes !!!… Si, si …. MDR …
    Ce doit être une volonté du micron de montrer à Trump, qui il est !…. dans le style, poignée de main virile … ce qui avait impressionné les journaleux (mais seulement eux) …
     » Au point que « la France est la risée du CES », nous a confié un entrepreneur français croisé sur le salon. Difficile de lui donner tort. » ….
    L’article est à lire ici :
    https://www.journaldunet.com/web-tech/start-up/1420503-ces-2019-overdose-de-french-tech-a-las-vegas/
    Comme disait la chanson … « C’est ça la fRance » !
    Le nouveau monde est en marche !…… y ‘a juste un blême … c’est qu’ils ont enclenché la marche arrière …

    J'aime

  4. Raphaël dit :

    Constat très juste sur les conséquences de la présidentialisation du régime avec toutefois un bémol. Ce qui sépare les français des politiques, c’est certes la non prise en compte des demandes des français (justice sociale, lutte contre le chômage et l’insécurité…), mais plus encore l’absence de projet politique et la faiblesse du pouvoir de ces élites. Enfin, j’y vois une faiblesse de la démocratie. Par exemple, lorsqu’on entend les gilets jaunes – même si on ne peut etre insensible à certains constats ou demandes – on voit bien les limites de l’exercice: demande de salaires plus élevés alors que ce qui reste de notre industrie continue d’être délocalisé et qu’on achète de plus en plus du made in china sans que l’UE ni les consommateurs semblent se poser trop de questions. Une demande de baisse d’impôts et taxes diverses (là aussi justifiée) mais avec dans le meme temps la demande d’un maintien voire même d’un renforcement des services publics partout sur le territoire sans se poser la question du coût. Est-ce que le président de la république est le seul responsable de la politique d’aménagement du territoire ? De même, les corps intermédiaires qui se plaignent de ne plus être écoutés. Je pense par exemple à quelqu’un de raisonnable: le secrétaire général de la CFDT. Faut-il leur rappeler les 5 années d’attentisme sous Hollande, un président très IIIe république. De même, les français pensent encore que le chef de l’Etat peut décider de tout ou presque. Mais c’est oublier Bruxelles, c’est oublier l’économie-monde dans laquelle nous sommes imbriqués. Les partisans du Frexit ont au moins le mérite de la cohérence politique, or ils ne sont pas nombreux dans ce pays. Frexit c’est le retour d’une certaine mais aussi le prix à payer pour retrouver cette liberté : politique de réduction de la dette, inflation… Le combat des gilets jaunes, c’est un peu un combat d’arriere-garde façon ligne Maginot avant l’arrivée du Blitzkrieg si on omet la Chine et ses routes de la soie, la Russie, les Etats-Unis, les pays du Golfe… et bien sûr l’Europe inaudible.

    J'aime

  5. Pascal dit :

    Voici une conférence de Pierre Manent (47mn30 à 1h14) :

    https://www.agoravox.tv/actualites/europe/article/le-projet-europeen-de-macron-est-79942

    dans laquelle il souligne que la repentance (ma formulation, pour faire vite) est la cause de bien des problèmes actuels pour l’UE ou pour les nations européennes.

    Lorsque LR, par commodité politique, noircit le comportement de la France dans la seconde guerre mondiale, cela alimente notamment cette repentance. Donc LR ne devrait pas le faire…

    De même, ce sondage :

    https://www.ifop.com/wp-content/uploads/2018/03/3657-1-study_file.pdf

    sur les propos de Macron en Algérie en 2017 distingue, en bas de la page 10, les réponses des Français par acquisition et des étrangers. Et on y voit clairement que l’immigration extra-européenne massive va venir renforcer cette tendance à la repentance.
    Ce qui montre clairement pourquoi l’immigration « raisonnable » n’est en fait pas du tout raisonnable (et ce n’est qu’un argument parmi d’autres).

    J'aime

  6. Annick Danjou dit :

    http://www.leparisien.fr/paris-75/paris-le-retour-des-campements-de-migrants-dans-le-nord-de-la-capitale-11-01-2019-7986777.php
    et qu’est ce qu’on fait de ce problème? on héberge, les associations le réclament, et ensuite….

    Il parait que E Macron repart à la hausse dans les sondages, qui y croit?

    J'aime

    • jfsadys dit :

      C’est une question intéressante Annick Danjou et qui en appelle d’autres. Votre question pourrait être tranchée par un référendum d’initiative citoyenne et nous pourrions nous demander ce qui se passerait si 51% des Français se prononçaient pour un oui il faut héberger et 49% des Français affirmaient qu’il ne faut pas héberger? Ou si les Français affirmaient à 80% qu’il ne faut pas héberger? D’autres questions encore: parmi les migrants combien souhaitent réellement rester en France? Celles et ceux qui refusent de donner leur vrai nom et leur vrai pays d’origine qu’en fait-on? Les pays qui vont refuser le retour des migrants chez eux que fait-on? Héberger sur l’ensemble du territoire français c’est possible mais le ferons-nous un jour? Ou bien la situation va-t-elle continuer à se dégrader avec un nombre de plus en plus important de personnes « condamnés » à l’illégalité et la clandestinité?

      J'aime

    • michel43 dit :

      commençons part vider nos prisons en les renvoyant dans leurs pays ,15 000 ensuite les sans papiers Africains ,retour chez eux et comme il voyages beaucoup ,nos militaires les déposes au Mali ou Sénégal ,avec l’argent que leurs donne Macron ,EX 50 millions d’euros , il le feront, et Stop a cette immigrations qui engraisse que les passeurs

      J'aime

    • jfsadys dit :

      Bonjour Michel43, quelques remarques suite à votre commentaire. Vider nos prisons soit mais ça ne le fera qu’une fois et 15 000 par rapport à 250 000 d’entrées tous les ans c’est bien peu. Je ne suis toujours pas sûr que les pays vers lesquels nous les renverrons les accepteront. Les migrants que j’ai rencontrés cet été en centre ville de Nantes ne venaient pas du Mali et du Sénégal. Les passeurs qui s’enrichissent sur la misère du monde existent c’est sûr mais il y a beaucoup de personnes qui rentrent légalement en France par avions, par trains, par bus. Ensuite ils restent, ne rentrent pas chez eux et deviennent « sans papiers ». En fait nous ne savons pas exactement combien de migrants sont en France. Pourquoi 250 000 et pas 238 637?

      J'aime

    • michel43 dit :

      Mais que fait l’Etat ,SS 1,8 millions de faux dossier , plus de 150 000 fausses carte Vital , les faux permis de conduire ,les fausses fiches de payes ,pour toucher des aides ,la bigamie et je peux continuer,,,,,,,

      J'aime

    • Pascal dit :

      @auteur du blog

      J’ignore pourquoi vous vous obstinez à censurer le dispositif mis en place par l’Australie à Nauru, qui répond à la question que se pose un intervenant : que faire de ceux qui, entrés en fraude sur le territoire, s’enferment de plus dans une attitude hostile en refusant de donner leur identité ?

      Ce n’est pas à vous, en fonction de vos préférences personnelles, de décider de ce qui se fait ou ne se fait pas en la matière. C’est exactement ce type d’attitude (il n’y aurait que quelques illuminés à souhaiter un changement de politique) qui conduit aux manifestations actuelles.

      J'aime

  7. H. dit :

    Bonjour Maxime,

    Un billet d’une actualité totale à lire: http://h16free.com/2019/01/13/62598-redite-generation-orwell

    Bon dimanche

    J'aime

  8. maguy Guillaud-Bataille dit :

    Bonsoir Maxime
    Je viens de relire votre billet publié le 15 juin 2017 et intitulé « le désastre annoncé » .
    Vous aviez tout prédit de l’histoire actuelle …mais , en conclusion ,vous évoquiez « une poignée de Républicains lucides préoccupés par l’avenir de leur pays ».
    Mais où sont-ils et qu’attendent-ils pour s’exprimer, s’unir et agir . A moins que, à l’instar de Mme Jouanno ,ils préfèrent s’éclipser et battre en retraite avant même de livrer combat !
    Pathétique et désespérant

    J'aime

    • PenArBed dit :

      Régis DEBRAY (propos tenus sur France Culture le 29 mai 2014)
      «Je dirais que la classe dirigeante, et j’entends par là la classe politico-médiatique, je devrais d’ailleurs dire la classe médiatico-politique puisqu’en démocratie de l’opinion, c’est l’opinion qui dirige et la fabrication de l’opinion dirige non seulement la perception des choses mais le gouvernement des hommes.
      La droite a bazardé le gaullisme, avocats d’affaires qui font du business, la gauche elle, elle a bazardé et le socialisme et la République. Qu’est-ce que la gauche ? C’est l’union du populaire et du régalien, le régalien c’est la puissance publique, l’État. La gauche me navre je dois avouer, elle était mariée avec l’Histoire et avec les idées, aujourd’hui elle est mariée avec Voici et avec la «Com», mariée même pacsée au sens conjugal du mot souvent. Les fondamentaux, tant de la droite que de la gauche, ont été perdus, en sorte qu’on a laissé la Nation, idée de gauche, aux nationalistes et on a laissé le Peuple, idée motrice, aux démagogues. Nous n’avons que ce que nous méritons.
      Enfin avouez que ce qui se passe tout de même depuis quelques temps est un peu navrant. Je n’ai jamais vu tant d’inconsistance à la tête de l’État».

      J'aime

  9. E.Marquet dit :

    Art.2 : gouvernement du peuple par le peuple et pour le peuple
    Art.5 : le Président veille au respect de la constitution
    Art.21: le 1er ministre dirige l’action du gouvernement
    Art.68: le Président de la République ne peut être destitué qu’en cas de manquement incompatible avec l’exercice de son mandat.
    Qui donc dans cette constitution aurait le pouvoir de contrer un Président qui agit comme un autocrate, méprise le peuple, ne respectant les institutions qu’en façade, avec un 1er ministre sans aucune autonomie, une majorité parlementaire et des corps constitués aux ordres ?
    Le conseil, dit constitutionnel, n’a que le pouvoir de surveiller la régularité des élections ou des référendums.
    La Vème accorde un pouvoir hors norme au Président de la République Française, qui appelle à ne confier ce poste qu’à une personne valeureuse, intègre, désintéressée, honnête, responsable…
    Nous sommes bien loin du compte. La confiance ne reviendra pas de sitôt.
    EM prêchait la « Révolution » dans son livre publié en 2016. Elle est là, mais ce n’est pas celle dont les élites dirigeantes rêvaient.
    Ce mandat a déclenché un processus de révolte qui va probablement très mal finir.

    J'aime

  10. Citoyen dit :

    Au sujet  » de l’espoir et de la confiance retrouvée. » … Cela montre, s’il en était encore besoin, à quel point cet individu (et toute sa clique) est à coté de ses pompes …
    Eh oui, De Gaulle avait construit une Ve République pour lui, à son image, sans imaginer ce que d’autres pourraient en faire … Le résultat est édifiant …

    J'aime

  11. Sganarelle dit :

    Devant ce gigantesque fiasco j’ai une pensée pour François Fillon qui avait un programme économique sérieux et qui tenait la route et malgré cette chute lamentable je pense encore qu’il était l’homme de la situation. Est -il moins honnête qu’un Ferrand et plus scandaleux dans sa conduite que ne l’est l’actuel président dans ses amitiés ? On sait que la plupart parlementaires sont plus ou moins entachés de népotisme et quant aux emplois fictifs ou de façade ils sont légion.. on peut lui reprocher sa fanfaronnade et une forme de naïveté mais au regard de çe qui se passe actuellement il est permis aussi de se poser des questions en étant moins exigeant .
    En politique l’amateurisme en plus d’un défaut est une faute grave qui entraîne une nation à sa perte.

    Aimé par 2 personnes

    • Pascal dit :

      Pourquoi pensez-vous que le programme économique de Fillon était « sérieux » ? Parce qu’il faisait mal ? Il ne faut pourtant pas confondre justesse et sévérité. Sauf à tomber dans l’amateurisme…

      Le programme de Fillon était basé sur des mensonges (faire croire aux Français qu’il est possible de baisser les dépenses publiques sans baisser, en même temps, les dépenses de santé et de retraites) et destiné essentiellement à donner plus d’argent à sa clientèle électorale, qui n’en a nul besoin mais est actuellement sourde à tout autre argument que sa cupidité.

      S’il était arrivé au pouvoir, le sort fait aux gens qui manifestent actuellement aurait été bien pire, donc sans doute les manifestations encore plus nourries.

      J'aime

    • michel43 dit :

      Fillon ou un autre ne peuvent réduire le chômage,, ,,tout les ans rentre dans notre pays plus de 235 000 étrangers avec papiers et autant sans papiers ,plus les travailleurs détacher

      J'aime

  12. carlo dit :

    « Le pouvoir se maintient, droit dans ses bottes, dans l’aveuglement, l’indifférence, l’incompréhension, le mépris du mécontentement et du désespoir populaire croissants. »
    L’aveuglement du pouvoir est surprenant. Comment peut-il ne pas comprendre que les Français ne veulent plus d’un Président de la République qui décide tout seul de tout (même du découpage des régions !), d’un Premier Ministre qui accepte de n’être qu’un simple « collaborateur » et d’un Parlement aux ordres de l’exécutif au mépris du principe de la séparation des pouvoirs ? Vous avez raison : la pratique institutionnelle de nos gouvernants n’est plus conforme à l’esprit de la Vème République.

    Aimé par 2 personnes

    • Carlo, voilà, c’est exactement ça!
      MT

      J'aime

    • Citoyen dit :

      carlo, … « l’aveuglement du pouvoir est surprenant. » … Certes, vous avez raison …
      Mais le triste sire, qui joue actuellement le rôle de premier sinistre, ne peut pas être qualifié de simple « collaborateur » (et c’est bien dommage), puisque l’abruti en question assume sans ambiguïté ses pires inepties, comme celle du racket à 80 sur la route, qui est un des principaux éléments qui ont conduits à la situation actuelle.
      Dans ces conditions, il serait souhaitable qu’il ne soit qu’un simple grouillot … ce qui aurait le mérite d’éviter de gros désagrément à ce pays.

      J'aime

    • carlo dit :

      @ Citoyen
      Le premier Ministre « assume sans ambiguïté ses pires inepties, comme celle du racket à 80 sur la route, qui est un des principaux éléments qui ont conduits à la situation actuelle »
      Vous avez raison. C’est l’une des rares initiatives qu’il ait prises, et celle-ci a sans doute été l’un des facteurs déclencheurs de la crise actuelle.
      A cet égard, on peut sans doute lui reprocher d’avoir manqué de sens politique et de ne pas avoir été capable d’anticiper la réaction d’une majorité de Français.
      Il faut toutefois reconnaître que cette mesure était courageuse, et qu’elle était même justifiée au regard de son objectif proclamé qui était de réduire le nombre des accidents de la route et leur gravité.
      Je vous accorde évidemment que ce n’était sans doute pas son seul objectif, ni même son objectif principal.
      Quoi qu’il en soit, on ne peut pas mettre sur le même plan cette mesure et l’augmentation de la taxe sur les carburants. Tout le monde peut en effet réduire sa vitesse sur la route, mais tout le monde ne peut pas réduire ses déplacements en voiture.

      J'aime

  13. michel43 dit :

    et OUI plus de 300 députes ,le président Macron est bien LA,,,et jusqu’à 2022 ,que vous soyez content ou pas ,alors ce qui prête a sourire ,,,DICTATURE ? non DEMOCRATIE ET oui POUR RAFRECHIR LA MEMOIRE A CERTAINS ? qui a supprimer la proportionnelle de Mitterrand ,droite et gauche pour empêcher le FN d » avoir plus de 90 députes,,,

    J'aime

  14. Bernard dit :

    Bonjour Maxime,
    Ce n’est pas à publier mais faut il lire janvier 2019 et cinquième république ?
    Bon weekend
    Bien à vous

    Bernard

    J'aime

  15. Timéli dit :

    Macron sait pertinemment que la France, aujourd’hui, ne dispose d’aucun homme providentiel susceptible de le remplacer à la tête du pays. Sans solution de rechange, il profite donc allègrement de la situation.

    J'aime

  16. Mildred dit :

    « Dans une telle impasse, un aussi vertigineux discrédit populaire, un homme d’État aurait à coeur de poser la question de confiance au peuple par un retour aux urnes, dissolution ou référendum, et d’en assumer les conséquences en cas d’échec. »
    C’est exactement ce que demandent les Gilets Jaunes, et voilà ce qu’on leur a proposé en lieu et place :

    J'aime

  17. artofuss dit :

    A reblogué ceci sur MEMORABILIA.

    J'aime

  18. Gerard Bayon dit :

    Bonjour à toutes et à tous,
    Une consolation de taille dans cette vague 10 : la confiance que les Français ont dans leurs maires, confiance qui perdure de sondage en sondage ce qui est rassurant et montre que nos édiles, eux sont proches des habitants, les écoutent et sont en mesure de régler un grand nombre de leurs problèmes du quotidien. L’efficacité, l’écoute, le travail sans compter son temps, une certaine forme d’humilité, le dévouement pour la plus grande partie d’entre eux, voilà ce que les Français apprécient et qu’ils ne peuvent pas retrouver chez les autres politiciens jacobins.
    Pour le reste rien d’étonnant que le pouvoir actuel commence à se rapprocher du fond de l’abime. Est-il capable d’analyser sereinement la situation et d’en tirer les conséquences : surement pas.
    Voir depuis plusieurs semaines tous ces ministres y compris le 1er d’entre eux et des députés stupides et fayots se bousculer dans les médias et sur les réseaux sociaux pour morigéner les factieux, menacer leurs sympathisants ou faire de la propagande, quelle image dégradante et minable de la politique !
    Comment ces gens-là peuvent-ils imaginer que les Français puissent leur faire confiance ? Ils ne provoquent que rejet et rancœur quand ce n’est pas du dégoût.
    Demain ce sera l’acte 9 du mouvement des gilets jaunes avec plusieurs appels à la violence sur les réseaux sociaux…maintenant que le dentifrice est sorti de son tube, il n’y retournera pas et rappelons nous que ce ne sont que quelques milliers de Français qui ont engendré la Terreur en 1793. L’insurrection actuelle dégénérera-t-elle dans le chaos ?

    J'aime

  19. BOIS dit :

    Hélas, je crains l’avenir proche comme vous,M. Tandonnet et beaucoup de mes relations: il est déplorable que le président Macron ne traite pas politiquement la crise mais il va y être contraint.

    J'aime

  20. H. dit :

    Bonsoir Maxime,

    La vidéo à la fin de l’article est à voir. L’article, lui, est à lire:http://fboizard.blogspot.com/2019/01/saint-thomas-daquin-aussi-un-avis-sur.html

    Bonne soirée

    J'aime

    • jfsadys dit :

      J’ai regardé la vidéo et je l’ai partagée autour de moi.

      J'aime

    • Freddie dit :

      Bonsoir H, à propos de l’article au sujet duquel vous mettez un lien, le problème est que tout le monde ne s’entend pas sur la définition du bien commun. Je connais des gens qui soutiennent les gilets jaunes parce qu’il leur semble qu’ils défendent le bien commun. J’en connais d’autres, plus « légitimistes », qui pensent qu’il est dans tous les cas scandaleux de manifester contre un gouvernement élu, supposé être l’expression de la majorité. Inutile de dire que les uns comme les autres sont indignés par l’opinion de ceux qui ne sont pas d’accord avec eux.

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s