Pour une révolution copernicienne de la politique

Voici mes deux dernières contributions, pour Atlantico et pour le Figaro Vox. Peut-être reflètent-elles l’inquiétude profonde que m’inspire l’actualité politique. Parfois, le degré de médiocrité et de manipulation qu’elle atteint me laisse sans voix. L’Europe – la France – est confrontée, avec la crise migratoire, à l’un des plus grands défis de son histoire contemporaine, depuis la fin de la deuxième guerre mondiale et de la décolonisation. Mais à quoi assistons-nous? une nouvelle plongée abyssale dans le carriérisme obtus, les querelles de chefs, les manipulations, le grand-guignol médiatique, les pitreries grotesque, le culte du « je » maladif, évidemment de l’extrême gauche à l’extrême droite. A quoi servent les pitreries? A éviter de décider, de choisir, de gouverner, aujourd’hui comme demain. Le drame de la politique française, en incluant les extrêmes: on se moque des gens, on les traite comme des idiots qu’ils ne sont pas malgré le matraquage de la propagande officielle. Le système politique est bloqué, verrouillé: aucun moyen d’engager la responsabilité de ceux qui nous entraînent à l’abîme avant 2022. Et puis quelle alternative? Tout n’est que vanité ridicule, calculs personnels, mégalomanie, manipulations, dissimulations et mensonges, mépris des gens qui atteint un degré sans précédent historique. La France a besoin d’une révolution copernicienne de sa politique: vérité, courage, lucidité, désintéressement, modestie, intérêt général, démocratie, respect, intelligence. Dans une République et aussi dans une bonne monarchie d’ailleurs, les élus, du suffrage universel ou de la providence, ne sont rien d’autre que les humbles serviteurs du pays. Aujourd’hui, en France, il se servent, servent leur instinct de vanité, plutôt que de servir le pays. C’est le monde à l’envers. L’enjeu, c’est de le remettre à l’endroit et de les remettre à leur place: celle d’humbles serviteurs du pays le temps qu’il a besoin d’eux.

MaximeTANDONNET

 

 

Publicités

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

30 commentaires pour Pour une révolution copernicienne de la politique

  1. Janus dit :

    « Le moindre obstrué trou du cul, se voit Jupiter dans la glace. Voilà le grand miracle moderne. Une fatuité gigantesque, cosmique. L’envie tient la planète en rage, en tétanos, en surfusion. Le contraire de ce qu’on voulait arrive forcément. »
    Céline – Mea Culpa.

    J'aime

    • Janus, c’est vrai cette citation? Cela me paraît trop beau, j’ai du mal à croire…
      MT

      J'aime

    • E. Marquet dit :

      Trop beau ? Non, Monsieur Tandonnet. On peut critiquer l’ego et la mégalomanie de beaucoup de nos politiciens, mais pas se servir de ce genre de citation extraite sans explication, d’un pamphlet publié par Céline en 36, après l’insuccès de son livre Mort à Crédit, et un voyage en URSS. Avec son langage peu châtié pour ne pas dire ordurier, il s’en prend au communisme matérialiste, et au monde des écrivains.
      Le paragraphe dont est extrait la citation, tronquée d’ailleurs, commence par : «  La grande prétention aubonheur voilà l’énorme imposture ! C’est elle qui complique toute la vie ! Qui rend les gens venimeux [….] C’est avec les gens heureux qu’on fait les meilleurs damnés. Le principe du diable tient bon. Il avait raison comme toujours, en braquant l’homme sur la matière [….] » et après le passage incomplet que cite Janus, se termine par : « Tout créateur au premier mot se trouve à présent écrasé de haines […..].
      Tous les rapprochements ne sont pas forcément judicieux !

      J'aime

    • Janus dit :

      Mea culpa Edition 8 2012 Écrits polémiques édition critique établie par Regis Tettamanzi page 10 (Cette édition québecoise sera reprise par Gallimard avec le même appareil critique, mais une préface de Pierre Assouline, si ce que j’ai lu par ailleurs est vrai)

      J'aime

  2. CLAUDE YVES MARECHAL dit :

    La question que pose traditionnellement la théorie politique, « Qui doit gouverner ? », celles-ci appelant des réponses autoritaristes comme « les meilleurs », « les plus sages », « le peuple » ou « la majorité » (la question incite d’ailleurs à formuler des alternatives stupides comme « Qui doit avoir le pouvoir: les capitalistes ou les travailleurs ? », alternative analogue à celle qui demande « Quelle est la source ultime de la connaissance : l’intellect ou les sens ? »). La question politique traditionnelle est mal posée […] et il faudrait lui substituer une question tout à fait différente : « Comment organiser le fonctionnement des institutions politiques afin de limiter autant que faire se peut l’action nuisible de dirigeants mauvais ou incompétents – qu’il faudrait essayer d’éviter, bien que nous ayons toutes les chances d’avoir à les subir quand même ? »
    Karl R. Popper

    J'aime

  3. Georges dit :

    Les extrêmes sont les idiotes utiles du système ,elles sont manipulées afin de les court-circuiter .D’aucuns soupçonnent même la complicité, contrainte ou acceptée ,de leurs dirigeants mais nous risquerions d’etre accusés de tarés du complotismeen affirmant cela.

    J'aime

  4. Mildred dit :

    Ce qui est tout de même exaspérant, c’est que les mêmes qui expliquaient qu’il fallait voter pour un banquier – qui, on le voyait bien, organisait son « Casse du Siècle »- pour toutes sortes de bonnes raisons, en appellent aujourd’hui à la révolution, sans nous en donner les modalités !

    J'aime

    • Mildred, si vous dites cela pour moi, je vous répète que je n’ai jamais appelé à voter pour personne, n’étant pas assez mégalo pour cela, ni pour un banquier narcissique, ni pour une fille à papa simplette.
      MT

      J'aime

  5. E. Marquet dit :

    Excellent article d’Edouard Husson ce matin sur Atlantico (accessible hors abonné) : « Tempête sur une piscine : mais comment expliquer le syndrome Marie Antoinette qui aveugle les élites » ?

    J'aime

    • E. Marquet dit :

      Je voulais le relire avant qu’il ne disparaisse, hélas il est déjà passé en réservé abonné. Dommage.

      J'aime

  6. Citoyen dit :

    Elle a besoin d’être plus que copernicienne, la révolution de la politique, Maxime …
    Avec la dernière ineptie, portée à bout de bras, par l’individu qui squatte Matignon, LR avait un boulevard qui se déroulait devant eux pour être un minimum en phase avec la population … Rien, niet, nada !…. Une occasion manquée …
    Mais il faut dire que le clone de Juppé sort de chez eux …. Suffisant pour résumer le sujet …
    Il serait très intéressant, pour ne pas dire instructif, de connaitre la position de Wauquiez, sur le racket à 80 sur la route (et pas qu’à 80 d’ailleurs), qui vient d’être instauré …
    Curieusement, il ne s’est pas beaucoup mouillé sur le sujet … (un euphémisme) … Ce qui est infiniment regrettable (pour lui) …
    Ceux qui sont éventuellement susceptibles de le soutenir, avant d’en arriver là, seraient très intéressés de connaitre ses positions, sur ce qui est une saloperie, qui plus est débile.
    Faute de quoi, Il ne devrait pas manquer de se souvenir que Sarko s’est fait sortir sur ce thème …
    Et c’est d’autant plus indispensable que la clique de nuisibles en place, à commencer par le clone de Juppé, ne se cache pas de vouloir piller ce pays.
    En fait de révolution, ce pays a besoin d’une guerre civile, comme ultime recours, pour le nettoyer en profondeur de toute l’engeance qui infeste et pollue ses institutions. Ce n’est qu’à cette condition qu’il peut espérer relever la tête, pour éviter de sombrer définitivement …

    J'aime

    • Philippe Dubois dit :

      Bonjour Maxime
      @ Citoyen
      J’ai une autre explication concernant l’affaire des 80 km/h :
      Il n’y a bien évidemment aucun motif relatif à la sécurité routière.
      Contrairement à ce que beaucoup pensent, l’aspect racket des automobilistes est secondaire :
      Le principal est :
      1 – le message subliminal que ce gouvernement veut faire passer par la voix du premier sinistre :
      « J’ai le pouvoir de vous emmerder jusqu’au trognon et vous êtes totalement impuissants en face de moi, vous ne pouvez qu’obéir et vous taire. »
      2 – quand vous transformez la police et la gendarmerie en Gestapo des routes, vous détruisez la confiance qui, dans toute démocratie digne de ce nom, doit exister entre les citoyens et les forces de l’ordre.

      J'aime

    • Annick Danjou dit :

      http://www.contribuables.org/2018/01/passage-de-90-a-80kmh-le-changement-des-panneaux-coutera-16-million-deuros-au-minimum/
      voici une autre déviance concernant ce changement de panneaux, comme pour les ronds points, certains vont en profiter allègrement et tout le reste sera payé par les contribuables.

      D’ailleurs qui a payé les 350 000 euros du voyage en avion de ce même ministre qui se fout du peuple comme de sa première chemise!!!

      J'aime

    • Citoyen dit :

      « l’aspect racket des automobilistes est secondaire » ?
      Je crois, Philippe Dubois, que vous sous-estimez largement leur appétence, leur avidité pour l’argent des autres … Même s’ils n’ont aucune retenue à se goinfrer sur la dette, qui justement commence à atteindre les sommets, avec la profusion quotidienne de création de taxes nouvelles, ils démontrent, par le racket sur la route, quel besoin ils ont de trouver des mannes pour combler leur avidité …
      Qu’ils se sentent assez intouchables, juchés sur leur piédestal, est bien possible, sauf qu’ils pourraient avoir des déconvenues …
      Par contre, je ne suis pas sûr qu’ils soient assez stupides pour vouloir détruire la confiance entre la population et les forces de l’ordre … il n’y va pas nécessairement de leur intérêt …. Vous suggérez qu’ils en sont bien capables ? … si vous le dites …

      J'aime

    • Philippe Dubois dit :

      @ Citoyen : 23 juin 2018 à 16:30

      L’aspect racket des automobilistes existe, et est une conséquence heureuse pour les vampires nuisibles au pouvoir, mais la méfiance entre forces de l’ordre et population se cultive déjà depuis quelques temps :
      Quand Valls envoie les CRS gazer les familles avec poussettes (avec des flics infiltrés qui font de la provocation) mais laisse les casseurs agir en toute impunité
      Avec la morgue et l’arrogance de certains gendarmes ou policiers lors de contrôles routiers, avec en retour des comportements insultants de certains automobilistes pris en défaut
      Juste une question : quand vous voyez un véhicule de gendarmerie sur la route : quelle est votre réaction ?
      réponse 1 : tiens, voici de valeureuses forces de l’ordre qui vont nous protéger
      réponse 2 : qu’est-ce qu’ils vont encore aller nous emmerder ces cons ?
      Détruire la confiance entre citoyens et police est un des premiers objectifs des dictatures, les forces de l’ordre, ainsi détachées de la population, ayant moins de scrupules à obéir à des ordres « limites » (cf gazage des poussettes lors des LMPT et les services de police – j’allais écrire « les organes » – ont quand même trouvé des nervis pour infiltrer une manif totalement pacifique et provoquer des incidents)

      L’aspect « Je vous emmerde et vous n’y pouvez strictement rien » reste primordial

      Je ne parle même pas de la confiance entre citoyens et justice

      J'aime

    • Citoyen dit :

      @ Philippe Dubois,
      A votre dernière question, j’aurais naturellement tendance à donner la réponse 2 …
      Pour ce qui est de « la morgue et l’arrogance de certains gendarmes ou policiers lors de contrôles routiers », c’est bien une réalité. Mais il faut la replacer dans le contexte…
      Statistiquement parlant, il est possible d’affirmer sans se tromper, qu’il y a la même proportion d’abrutis, chez les forces de l’ordre, que dans le reste de la population (ce qui n’est pas une mince affaire !) …
      Partant de là, rien d’étonnant que ceux-là fassent du zèle sur le bord des routes. Si vous ajoutez à ceux-là, ceux qui font, là où on leur dit de faire, parce qu’ils n’ont pas d’autre choix, … ça peut faire beaucoup … mais dans ce cas, les premiers responsables se trouvent dans la hiérarchie (qui eux créent cette situation, et sont les véritables nuisibles).

      J'aime

  7. Ping : Pour une révolution copernicienne de la politique | Boycott

  8. H. dit :

    Bonjour Maxime,

    Voilà ce que je pense du triste spectacle offert. Tout y est dit et ce à quoi nous assistons est parfaitement dépeint: « L’État, ou pour rendre les choses plus concrètes, le gouvernement, se compose d’une bande de types exactement comme vous et moi. Ils n’ont, tout bien considéré, aucun talent particulier pour les affaires du gouvernement ; ils n’en ont que pour accéder à une fonction et la garder. Dans ce but, leur principal procédé consiste à chercher des groupes de gens qui courent désespérément après quelque chose qu’ils ne peuvent pas se procurer, et à promettre de le leur donner. Neuf fois sur dix, cette promesse ne vaut rien. La dixième fois, elle est tenue en pillant A afin de satisfaire B. En d’autres termes, le gouvernement est un courtier en pillage, et chaque élection est une sorte de vente aux enchères par avance de biens à voler. »
    H. L. Mencken (https://www.wikiberal.org/wiki/H._L._Mencken)

    Bonne journée

    Aimé par 1 personne

  9. Gérard Bayon dit :

    Bonjour à toutes et à tous,
    Je viens de lire votre contribution au Figaro Vox que je partage entièrement.
    Je ne vois pas comment L. Wauquiez qui, je le répète, a fait de mauvais choix après son élection à la Présidence de LR en conservant à la tête du mouvement quelques « opposants » pourtant bien identifiés, pourra se sortir du bourbier dans lequel il s’enlise jour après jour sous l’œil amusé des médias qui en rajoutent toujours un peu.
    Ce qui est probable c’est que LREM, malgré son image de « parti de godillots », en tire provisoirement profit puisque E. Macron sait bien mieux que ses adversaires, gérer pour le moment, la totalité de sa communication mais ceci ne perdurera pas.
    Je sens, comme beaucoup d’entre nous, la colère monter parmi « les gens qui ne sont rien » et reste persuadé que ce quinquennat n’ira pas à son terme tant les Français en ont assez de ce paraître, de cette arrogance, de ce mépris, de ces mesquineries, et surtout de cette incompétence et de cette lâcheté affichée à se décider à réformer véritablement l’Etat.
    Les « réformettes » d’E. Macron finiront par lasser les Français lorsqu’ils ouvriront enfin les yeux et s’apercevront qu’il ne s’agit que de la poudre aux yeux.
    Alors viendra enfin le temps du grand coup de balai pour exclure toute cette classe politique de l’extrême gauche à l’extrême droite menteuse, égoïste et narcissique incapable de se confronter à la « vraie vie » et qui ne vit que pour leur gloriole personnelle.
    Nous avons déjà perdu trop de temps à tergiverser et à croire en ces médiocres, les semaines et les mois sont comptés, mais cela ne règlera pas pour autant le problème de leur succession qui demeure pour moi un vrai mystère en l’absence actuelle de personnalités d’Etat susceptibles de les remplacer.
    Peut-être que l’implosion à venir de l’Europe incompétente, pluri-ethnique et pluri-culturelle que l’on veut nous imposer face à tous les problèmes actuels accélèrera le processus !

    J'aime

  10. Oui, c’est désespérant mais le problème est bien pire qu’un problème de classe politique lamentable. En gros le peuple et la classe politique coévoluent (au sens biologique). De temps en temps des politiciens de meilleure qualité tirent le peuple vers le haut, de temps en temps c’est le peuple qui remet les pendules à l’heure mais pour l’essentiel il y a un certain parallélisme selon la vielle formule : le peuple a les dirigeants qu’il mérite. Les évolutions de la société sont lentes et dues à des causes profondes assez mal comprises (les philosophes, historiens et autres penseurs s’y cassent les dents depuis longtemps). Pourquoi le peuple français est il si spécifique ? Pourquoi est t il si peu libéral et si obnubilés par les inégalités. Pourquoi se met il si facilement dans les mains d’un « sauveur ». Pourquoi est il tant porté sur le discours et si peu sur l’action ? Pourquoi croit il encore aux miracles (tout avoir sans effort, consommer plus qu’on ne produit…) etc…
    Pour en revenir aux prochaines échéances, vous n’ignorez pas que les européennes sont pour bientôt. Ce serait une excellente occasion pour signifier que les nations veulent revivre et en particulier défendre leur identité et leurs intérêts face à la crise migratoire et face à un mondialisme plus idéologique que pragmatique. Mais les électeurs vont il se ressaisir et les forces de droite vont elle enfin faire campagne sur les problèmes essentiels ?

    J'aime

    • Anonyme dit :

      Bonjour, JP Barescut, voici un lien vers un texte qui tente de répondre à vos questions sur le caractère français :
      https://www.quora.com/Why-when-did-Europe-become-so-left-leaning
      En résumé, ce qui différencie l’Europe des USA, pour l’auteur, c’est que l’excédent démographique à certaines époques, les guerres, etc, ont créé des anxiétés et de l’appétit pour l’interventionnisme et l’aide sociale, pendant que la petitesse des pays les rendaient plus faciles à mettre en œuvre. L’auteur parle pour l’Europe en général. Evidemment la France y ajoute ses composantes propres. Plus que les autres, la France s’est construite autour d’une monarchie fédératrice, de droit divin. Elle en garde certainement des traces. Il n’y a pas si longtemps, on croyait encore que le roi pouvait guérir par le toucher certaines maladies. De là à auréoler nos présidents…
      Quant à la question de Maxime sur la crise migratoire, il est évident qu’il s’agit d’un tabou. Il est à peine permis de parler de crise. Vous êtes bien courageux, Maxime ;-).

      J'aime

  11. Colibri dit :

    Un détail de rien du tout: « Aujourd’hui, en France, il se servent,  » il manque un s à il. 🙂

    J'aime

  12. E. Marquet dit :

    Votre lien Atlantico malheureusement ne nous donne pas accès à votre article, réservé aux abonnés. Je me contenterai du Figaro Vox. Nous sommes nombreux, je pense, à partager cette profonde inquiétude qu’inspire l’actualité politique.
    LR est en plein maelström, comme ce trou noir de l’océan, puissant tourbillon créé par des courants de marée. Que cherchait Mme Calmel, jupéiste, en se ralliant à Wauquiez ? Que cherchent les Pécresse, Bertrand, Retailleau, Estrosi, et autres, en créant leurs propres mouvements, et en lavant publiquement leur linge sale ? Et quel jeu joue Sarkozy dans tout çà ? N’alimente-t-il pas (volontairement ?) les divisions ? Est-ce vraiment son rôle puisque, soi-disant , il est passé à autre chose ? Quel jeu jouent les Maires de droite (comme de gauche), sollicités par E Philippe ou Castaner, prêts à s’acoquiner avec LREM pour les municipales pour garder leur siége lors des municipales ?
    Vous avez raison de parler de rėvolution copernicienne, au sens où nos politiques devraient enfin pratiquer comme discipline intellectuelle et morale un décentrement d’eux-même. Tant qu’ils se prendront pour le centre du monde et s’arrogeront une supériorité sur les autres, ce qui est parfaitement illégitime, il n’y aura pas de changement.
    Imaginons, c’est d’actualité, un match de football où chaque joueur aurait son ballon et jouerait perso ? C’est ce qui se passe chez LR actuellement.
    On souhaite que ce parti retrouve une capacité d’invention, de renouvellement contre l’immobilisme, et que chacun de ses chefaillons fasse cette expérience de décentrement.

    Aimé par 1 personne

    • E Marquet, j’aime votre image des 11 footballeurs avec chacun leur ballon! Peut-être que cela pourrait aider ces esprits simples à comprendre…
      MT

      J'aime

    • Eric dit :

      Bonsoir,
      En fait, il me semble que les différents ténors LR ont le même problème que l’ensemble des représentants du monde médiatico-politique, à savoir qu’ils n’arrivent pas à prendre en compte la volonté du peuple quand elle est contraire à leur point de vue (on pourrait même dire leur dogme ou leur pensée unique).
      En effet, les électeurs de la primaire ont donné une majorité sans ambiguïté à François Fillon, la différence avec ses opposants étant essentiellement due à ses positions souverainistes (légères il est vrai) et sur les aspects régaliens.
      Le même Fillon, malgré l’incroyable campagne médiatique de destruction massive, a quand même dépassé les 20% de votant et aurait pu être au second tour si, par exemple, les électeurs de NDA avaient fait un autre choix.
      Enfin, avec une ligne plus proche de celle de FF que de celle d’AJ, LW a gagné la présidence des LR.
      On peut donc clairement se poser la question de savoir pourquoi des V. Calmels, V. Pécresse, C. Estrosi ou autres de même tendance, restent aux LR alors qu’ils ne sont plus en phase ni avec la majorité de ses militants ni surtout avec ses électeurs. Finalement, le seul à être cohérent est Xavier Bertrand qui a quitté le parti (sans toutefois avoir le courage de remettre son mandat en jeu, mandat pour lequel son appartenance aux LR n’a probablement pas été neutre).
      J’ai du mal à comprendre, pour bon nombre des LR qui contestent LW, ce qui les sépare des E. Philippe, B. Lemairre ou G. Darmanin qui ont rejoint E. Macron.
      Et dans le même ordre d’idée, si il était plus jeune, c’est A. Juppé qui serait à la place d’E. Philippe.
      Alors ne devons nous pas considérer ce départ de VC comme une opportunité de clarifier, de « faire le tri » pour repartir sur une base cohérente.
      Il est louable de vouloir rassembler, mais pas à n’importe quel prix et pas si cela a pour conséquence un flou sur le positionnement propice aux divisions internes. Il n’y a qu’à voir ce qu’est devenu le PS à force de vouloir marier la carpe et le lapin.
      Et finalement, cela reviendrait à faire ce que Maxime réclame de façon récurrente depuis longtemps, d’abord travailler à un programme et rassembler sur ce programme.
      LW en a défini une première base qui le différencie clairement d’EM.
      Elle a été approuvée par les militants.
      Que ceux qui ne sont pas d’accord en tirent les conséquences.
      Il sera temps, avec ceux qui restent, de la compléter et de chercher à rassembler en priorité les français, à défaut de rassembler les potentats locaux qui vont finir par ne représenter qu’eux mêmes.
      Bonne soirée,
      Eric

      J'aime

    • Jordi dit :

      J’aime beaucoup de post d’Eric, qui cerne bien mieux le problème que vous.

      Il y a un désaccord de fond entre ce que veulent une partie des élites LR et ce que veulent leurs électeurs. La ligne voulue à droite, c’est le projet politique énoncé par François Fillon.

      VC (elle porte bien ses initiales) s’est fait dégager, et il y a d’autres arrivistes minables à purger. Il y a des alliances à faire avec LREM ou le FN, sur des bases de compromis, de partages de circonscriptions, … Celà fait partie du jeu politique. Mais aucune subordination, aucun rapprochement.

      Sans vouloir ressortir la phrase sur la lune et le doigt, je pense que vous vous focalisez sur une question de « Ressources Humaines » de la politique alors que le problème est profondément doctrinal. Les classes sociales actuellement au pouvoir imposent, et souhaitent continuer à imposer, une politique migratoire ou pénale contraire aux voeux et aux intérêts des Français.

      La mégalomanie est un problème très secondaire, ce qui compte c’est l’offre politique. La Hongrie a un pouvoir très incarné par la personne de Orban, la Pologne est dirigée par un parti de droite décomplexé sans dirigeant réellement connu. Mais ces deux pays conduisent un politique en attente avec les demandes de leurs électeurs. Ce que les Républicains (aux premiers rang desquels Sarkozy, entouré de quelques NKM) se sont toujours refusé à faire.

      J'aime

  13. Mildred dit :

    Monsieur Tandonnet,
    Combien de fois avez-vous déjà écrit ce même article ? Dix fois ? Vingt fois ? Et toujours vous vous interrompez précisément au moment où on croit que vous allez enfin sauter le pas, nous donner la méthode apte à nous débarrasser de tous ces carriéristes obtus qui ont fait main basse sur la République.
    Mais peut-être aussi, que depuis le temps que vous tergiversez, les choses vont mieux que vous ne le pensez ? Peut-être que la révolution est déjà en marche ? Peut-être que ce peuple d’idiots a déjà une petite idée de la manière dont il pourra remettre à leur place tous ces carriéristes arrogants qui n’ont que mépris pour lui ? Peut–être…

    J'aime

  14. michel43 dit :

    BIEN,,,nous allons attendre encore quatre ans ,avec le Macron ,ensuite une alliance des droites,LR avec 8% doit y penser sérieusement ,sinon de nouveau le Macron,,,

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s