Casse d’en bas, casse d’en haut

 

Bien sûr, les images des violences commises à Paris, près de la gare d’Austerlitz le 1er mai par 1500 casseurs qui ont agressé les forces de l’ordre, incendié un Mac Do et saccagé les vitrines des magasins sont une abomination.

Il faut bien voir qu’elles font partie d’un contexte général chaotique et d’une succession d’entraves à l’ordre républicain qui ne date pas d’hier: la « nuit debout », les squats et bidonvilles illégaux, Calais, la Zad de NDDL, les facultés occupées, la grève perlée anarchique et interminable de la SNCF, sans justification, qui n’a pas d’autre effet que d’empoisonner la vie des Français lambda (non des « grands » qui prennent l’avion ou roulent en voiture de fonction avec chauffeur et peuvent tenir ainsi dix ou vingt ans sans problème), le quartier du Mirail à Toulouse. De fait, les violences dans un beau quartier parisien choquent infiniment plus les médias que celles qui surviennent au quotidien dans les cités de banlieue. De même l’occupation de Science po ou de l’ENS bouleverse les consciences alors que celle d’une fac « normale » de province, n’impressionne plus grand monde.

Mais qu’est-ce que cette casse d’en bas sinon l’écho de la casse d’en haut? Un documentaire a fait fureur sur LCI ou BFMTV (?)  intitulé « le casse du siècle », au sujet du déroulement chaotique des présidentielles de 2017, rongées par les scandales et le matraquage médiatique. Il y a eu aussi DSK, Cahuzac, les affaires Hollande (« les sans dents », « un président ne devrait pas dire ça », etc.) une étrange et malsaine tournure de la vie politico-médiatique, qui sombre chaque jour un peu plus dans la névrose obsessionnelle autour de l’image totémique d’un homme qu’on vénère ou qu’on déteste, une sorte de bulle émotionnelle, virtuelle, qui ne cesse fuir la réalité quotidienne.

L’Etat de droit au quotidien n’a de sens que s’il s’appuie sur une légitimité démocratique. L’exercice de la « violence légitime » de l’Etat, pour faire respecter l’ordre républicain, n’est possible qu’adossé à une légitimité, une justification, un pouvoir reconnu par la communauté nationale, voire une exemplarité. Or, la parole et l’action politique sont décrédibilisées par une chute vertigineuse dans le grand-guignol vaniteux qui domine les esprits depuis des années. Il n’est pas d’autorité possible sans l’estime et la confiance.  Vous voyez ce que je veux dire? Au fond, qu’est-ce qui est le pire: saccager un mac Do ou saccager la démocratie? Pour remonter la pente, il faudra d’abord commencer par redresser les institutions, le mode de fonctionnement de la politique, l’état d’esprit et les mentalités d’en haut. Mais qui pour comprendre cela?

Maxime TANDONNET

 

Publicités

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

41 commentaires pour Casse d’en bas, casse d’en haut

  1. Jordi dit :

    Le régime tient, parce que Macron est centriste.

    Les blacks blocs sont des petits privilégiés exécrables, et dans un Etat sur de lui ils auraient été réprimés. Mais voilà, l’Etat est un paquebot à la dérive, qui avance vaguement en ligne droite. Le type dans la passerelle se contente de dire « ca va en ligne droite, sans gros virage, c’est démocratique ».

    On va se prendre l’iceberg. Certains cherchent des canots de sauvetage, d’autres cherchent à sauver le navire, et d’autres à accélérer la chute.

    La décadence de Rome est bien plus facile à comprendre en ces heures sombres.

    J'aime

  2. Colibri dit :

    Détestation d’en bas, détestation d’en haut. Je le savais avant de venir lire régulièrement le blog de Maxime Tandonnet: une partie de la droite française déteste une partie de la gauche qui le lui rend bien. Ce que je n’avais pas bien mesuré, et que j’ai appris en lisant les commentaires à ses blogons publiés par Maxime Tandonnet, c’est qu’une partie de la droite déteste une partie de la droite qui le lui rend bien. Et c’est parail à gauche: une partie de la gauche déteste une partie de la gauche qui le lui rend bien.

    Je ne sais pas où cela va nous mener.

    Je n’ai aucune compétence, aucune qualité, pour démontrer raisonnablement qu’il nous faudrait telle ou telle constitution, tel ou tel régime politique. Il m’arrive de plus en plus souvent de penser qu’il n’y aura jamais d’organisation politique et économique humaine satisfaisante parce que nous sommes des êtes humains fondamentalement « imparfaits ».

    J’avoue cependant ma détestation personnelle à l’égard de toute personne qui me traite de veau, de connard, de blaireau, de sans rien, de sans dent (je le suis en ce moment 🙂 etc…etc… et voilà qu’à mon tour je me laisse aller à la détestation de l’autre!!!!

    Ce que je crois aujourd’hui, et c’est volontairement que j’écris « je crois », c’est que, face aux périls qui nous menacent, nous nous sauverons ensemble ou nous périrons ensemble. Car nous avons au fil des siècles bâtie une civilisation où les individus, les personnes, les êtres humains que nous sommes sont en interdépendance.

    Je crois que de grands changements sont en préparation. J’aimerais que l’accouchement du nouveau monde en gestation ne se fasse pas trop dans la douleur. Et que nous n’y perdions pas notre humanité. J’espère que le monde de demain sera sans maître et sans esclave. C’est pas gagné mais je m’accorde toujours le droit de rêver à un monde meilleur. Sinon à quoi bon vivre encore?

    J'aime

    • michel43 dit :

      la droite LR déteste la droite national,,,,OUI les énarques ,qu » en est t « il des adurentes et sympathisants ,eux sont d’accord pour une entente ,donc , dans l’avenir , pour reprendre le pouvoir , il faut un programme commun des droites

      J'aime

    • Astrojournal dit :

      Vous avez raison. LR est un parti mondialiste et européiste. Tant que ce parti n’aura pas fait sa révolution copernicienne, il ne pourra pas constituer un parti d’opposition crédible.

      J'aime

    • Colibri dit :

      Michel43, pour le moment le programme commun des droites a du mal à voir le jour, et je vous souhaite qu’il ne vous conduise pas là où le programme commun des gauches nous a conduit. Mais j’entends bien entendu ce que vous écrivez. L’avenir nous dira la suite…

      J'aime

  3. Fredi M. dit :

    Pour remonter la pente, il faudra d’abord commencer par redresser les institutions

    Pour remonter la pente il faudrait apprendre à se passer de Minc, Attali, Cohn-Bendit, conseillers et faiseurs de princes depuis trop longtemps.
    Allons chercher nos conseillers dans le Cantal !

    Aimé par 1 personne

    • Georges dit :

      Effectivement ,ces trublions soixante-huitards ont réussi à démolir nos identités en faveur de celles qui ne font pas partie de notre communauté historique.La revanche sur l’histoire (pour certains ) et l’opportunisme qui les caractérise permettent à ces fins stratèges toutes les perfidies pour nous diviser .L’antiracisme a été le fer de lance de leur propagande et la lutte des classes semble leur culminante botte secrète pour achever les sédentaires que nous sommes .

      J'aime

  4. Gérard Bayon dit :

    Bonjour à toutes et à tous,
    Au rythme où nous allons, je ne vois pas comment E. Macron pourrait tenir jusqu’en 2022. Bien sûr il n’y a pour le moment, aucune opposition politique crédible et c’est bien là sa chance mais notre pays ne pourra pas continuer à vivre calmement après plusieurs mois de grèves, d’occupations d’établissement scolaires par une poignée de pseudo-étudiants barbares, de violences sous-estimées par l’Etat, de révolte pour le moment contenue du peuple, de faiblesses, de lâchetés et de mensonges continus de nos gouvernants.
    La démission du PDG d’Air France sera-t-elle le détonateur d’un ample mouvement social que le pouvoir en l’état est incapable de gérer ?
    Et ce ne sont pas les imbécilités et les appels à la révolte de la clique à J.L. Mélenchon ni la démagogie de L. Wauquiez qui vont calmer ceux qui hésitent encore manifester.
    Pour ma part, je pense que tout peut basculer d’ici fin juin. J’espère que je me trompe.

    J'aime

    • astrojournal dit :

      Non, je crois que vous avez raison.
      Du temps du blog de M. Desjardins, j’avais écrit que, du fait de l’affaiblissement des partis de gauche et de droite, ceux-ci n’auraient d’autre choix que de former un gouvernement d’union nationale. C’est ce qui s’est passé avec l’élection de M. Macron. La bourgeoisie de gauche et la bourgeoisie de la fausse droite se sont unis.
      Le problème est que si cette alliance ne réussit pas, il n’y a plus d’opposition de gouvernement pour lui succéder. Les gens ne veulent pas des extrêmes. Aussi, quand il n’y a pas pas d’opposition constituée, il ne reste que la rue. C’est ce qui est en train de se passer.
      La sagesse voudrait que M. MACRON lève le pied. Je ne l’en crois pas capable. Trop loin des gens, trop arrogant, trop sûr de sa supériorité intellectuelle, trop sûr de sa légitimité, trop sûr de lui, je le crois capable d’aller dans le mur.

      J'aime

  5. Ping : « Casse d’en bas, casse d’en haut  : un article sur le Blog de Maxime Tandonnet | «

  6. michel43 dit :

    redresser les institutions ? les syndicats possède des fortunes en châteaux et autre biens, grâce au comité d » entreprises ,et ce depuis toujours et grâce a nous con-tribuables ,depuis le front populaire ,nous somme rester un état socialo- communiste ,et jamais un gouvernement de droite a oser toucher a cela ,mieux Sarkozy n « a pas respecté un référendum ,et de plus a oser annexer Mayotte ,un comble de la bêtise , alors les institutions valent QUOI ? a ce jours ,nous voyons un président qui voyage dans le monde entier ,ce foutoir n » est pas finie

    J'aime

  7. Ping : Casse d’en bas, casse d’en haut | Raimanet

  8. E. Marquet dit :

    Quel sens donnons-nous aujourd’hui au mot démocratie ? On est loin du « gouvernement par le peuple et pour le peuple » d’Abraham Lincoln.
    Théoriquement, le système démocratique est supposé agir dans l’intérêt du peuple. On comprend qu’avec une population nombreuse, la démocratie directe soit impossible aujourd’hui, Il faut des gouvernés et des gouvernants. Mais comment le peuple est-il associé à son propre gouvernement
    Le marketing a transformé le peuple citoyen en public consommateur. Certes, il a une carte d’électeur et un bulletin de vote, mais pour n’être pas que sujet soumis au pouvoir politique, mais aussi souverain, détenteur du pouvoir, il a besoin d’une éducation, d’une information impartiale et non de propagande et de combines électorales !
    Rousseau pensait que le danger majeur était que les représentants du peuple confondent leur intérêt avec l’intérêt public ou obéissent à des intérêts de groupes particuliers. N’est-ce pas le cas aujourd’hui ?
    La conduite des affaires publiques est-elle encore démocratique ? N’est-elle pas devenue «aristocratique », au sens où un gouvernement réunit les soi-disant « meilleurs » et s’entourent d’experts, technocrates, entrepreneurs, politiciens arrivistes de tous bords, hors-sols privilégiés qui ne se sont jamais frottés aux difficultés du commun ? Sans parler du recrutement DRH d’une majorité parlementaire aux ordres.
    Qui sème le vent récolte la tempête……

    Aimé par 1 personne

    • E Marquet, je pense que le régime est plus d’autocratie factice que d’aristocratie avec ce que cela suppose de noblesse…
      MT

      J'aime

    • E. Marquet dit :

      Encore faudrait-il que l’aristocratie eût été vertueuse ! Sa noblesse n’allait pas jusqu’à souhaiter l’émancipation du bon peuple.

      Aimé par 1 personne

  9. Frederic_N dit :

    Excusez moi et sauf votre respect, Maxime, rarement vous n’avez poussé la confusion à ce point entre le Régime et l’Etat.
    Admettons votre thèse, Maxime, admettons que nous soyons dans une crise de régime noire. Cela n’explique ni la perte de légitimité que vous attribuez aux autorités, dans cette affaire. Ni cela ne donne la moindre excuse à l’extrême gauche
    Dans une démocratie ce n’est pas le régime, le Gouvernement, mais l’Etat qui a le monopole de la violence légitime. C’est même la base de la démocratie : l’Etat reste quand les régimes évoluent, et doit être respecté. Et en tant qu’etat il a des missions fondamentales.
    D’ailleurs les français font la différence. Ils considèrent que quelque soit le gouvernement, le maintien de l’ordre, voire la guerre s’il y a lieu doivent être menés de la même manière
    C’est ce qui explique l’attitude de l’opinion dans cette affaire.
    Car quoi que vous en ayez, elle approuve l’action du gouvernement quand il donne les flics contre les manifestants. Car elle considère que le Gouvernement actionne l’Etat de façon assez correcte. Et même si le pouvoir était déconsidéré comme vous le dites – ce qui n’est absolument le cas – cela n’atteindrait pas à la légitimité que l’on accorde à la police pour caresser les zadistes ou les black bocs. Et donc au ministre concerné
    Et dites vous bien que si vous ne faites pas la différence, l’extrême gauche, elle elle le fait. C’est même l’objet de la tension entre Mélenchon et les gauchistes

    J'aime

    • FredericN, ce que j’essaye de vous expliquer, c’est que le chaos qui se généralise depuis quelque temps dans le pays et nous fait tellement honte aux yeux des autres nations, provient en partie de l’exemple délétère de milieux dirigeants qui n’inspirent plus la confiance ni l’autorité ni le respect.
      MT

      J'aime

    • Anonyme dit :

      D’accord pour l’extrême gauche française.
      Mais vous croyez vraiment que Macron nous fait honte vis à vis des autres Nations ?
      Sur le coup vous seriez complètement à côté de la plaque. C’est la première fois depuis des années que la France est prise au sérieux..
      Et l’emploi de la police n’altère en rien notre image. Tout le monde savait que l’extrême gauche faisait la loi dans les travées du PS : c’est même la raison pour laquelle les Allemands disaient non à chaque initiative de la France .

      J'aime

    • Anonyme! mais non, je me fous de « Macron », cette idolâtrie imbécile dont on nous gave m’est de plus en plus insupportable, sont les grèves, les squats illégaux, les lâchetés à répétition de l’Etat et les pillages à Paris qui font la honte de la France, allez demander aux Japonais et aux Chinois ou aux Américains ce qu’ils pensent de la France, le pays des grèves!!!
      MT

      J'aime

    • Philippe dit :

      Anonyme
      J’espère que vous ne croyez pas ce que vous écrivez !
      A l’étranger nous ne sommes toujours pas pris au sérieux, au niveau diplomatique nous sommes à la ramasse, le théâtre du Moyen-Orient nous le démontre.
      Nous pouvons revenir au-devant de la scène, mais pour cela il faut un chef d’état cultivé qui maitrise parfaitement l’histoire du monde et de la civilisation. Ce qui est loin d’être son cas, il est dans la COM uniquement dans la COM. Les chinois, les russes, les indous, le savent.
      Il n’a pas la carrure pour jouer dans la cour des grands. D’ailleurs l’humiliation subit au conseil européen avec la corde offerte par un député en est l’exemple.
      Tout comme le cinéma fait en Australie, il a oublié une chose fondamentale l’Australie est membre du Commonwealth et jamais ils lâcheront la couronne d’Angleterre ni les 53 pays qui en font partie. Macron à beaucoup à apprendre sur la diplomatie. C’est un financier, il sert et est asservit à une oligarchie qui ne défend que ses intérêts.

      J'aime

    • Astrojournal dit :

      Ne prenons pas MACRON pour un imbécile. Il a parfaitement compris les rapports de force, et il a choisi son camp. C’est celui des Britanniques, des anglo-américains, du Commenwealth. En cas de conflit mondial, nous aurons la Russie et la Chine contre nous. C’est le choix de MACRON, mais est-le choix des Français?
      La responsabilité vient de la campagne électorale tronquée par les journalistes qui n’évoquent jamais les questions d’alliances et de geo-politique, pensant sans doute que les Français sont trop bêtes pour comprendre. Une fois élu, le président fait ce qu’il veut, et c’est trop tard pour réagir.

      J'aime

  10. Thomas R. dit :

    Les responsables britanniques sont responsables (quand les mots ont un sens…) de leur frontière, de leur monnaie, de leurs lois, de leur budget. Et si cette responsabilité réelle leur conférait une légitimité réelle?
    Autrement dit pas de légitimité sans souveraineté. Toujours plus de « souveraineté européenne » comme le veut notre président (notre premier responsable) c’est toujours moins de légitimité au niveau national.

    Merci pour votre blog si intéressant.

    J'aime

  11. Geneviève Boyer dit :

    je renonce.

    J'aime

  12. Infraniouzes dit :

    Et ça casse, et ça casse. Gérard Collomb, ci-devant ministre de l’intérieur et distributeur de sédatifs pour calmer l’opinion, a avoué que, si on avait répondu coup pour coup, il pouvait y avoir des morts. Bagatelles et balivernes, la police a mille moyens pour apporter une réponse graduée à chaque événement. Mais on laisse faire les casseurs comme si ce défoulement allait les calmer et faire rire le bon peuple. Ah! esprit de mai 68 quand tu continues d’embrumer les esprits la France souffre un peu plus chaque fois. Les parlementaires, comme chaque fois que ça chauffe, sont restés prudemment dans leur tanière. Tant qu’on ne parle pas de dissolution, rien à gagner en s’exposant. Pour vivre heureux, vivons cachés.

    J'aime

    • Infraniouze, pire que mai 68, au moins ce fut une explosion une fois pour toute mais là, une situation délétère, un délitement progressif et sans fin.
      MT

      J'aime

  13. astrojournal dit :

    Attention au vocabulaire utilisé. Le mot « abomination » est très exagéré pour un incident, certes grave, mais qui, au demeurant, n’a fait que des dégâts matériels. Car, au rythme où vont les choses, des évènements beaucoup plus dramatiques pourraient arriver dans un avenir pas si lointain. Et là, quels mots utiliserez vous ?
    Sur le fonds, je partage entièrement votre point de vue. L’état possède la force légitime, mais le gouvernement n’a pas de légitimité suffisante pour imposer ses vues. Lorsque l’on ne représente que 15% des Français, il conviendrait d’écouter chacun pour trouver une politique équilibrée, et non de foncer, tête baissée, pour appliquer des directives qui viennent de l’étranger. Car le problème central est là. Le président de la France n’est plus à l’écoute des Français qui l’ont élu, mais prend ses ordres auprès de hauts fonctionnaires européens et non élus.
    Dans ces conditions, il ne faut pas s’étonner qu’à ceux qui utilisent la force légale et illégitime, se voit opposé une force illégale mais légitime. Action >>> Réaction.
    Les forces de l’ordre ont réussi à éviter le pire, à savoir des morts et des blessés. Mais qu’en sera-t-il une prochaine fois ? Le président, je le crains, ne changera pas. Il a été désigné pour un boulot de destruction massive, il ira jusqu’au bout, sans état d’âme. Les mêmes causes produisant les mêmes effets, attendons nous à une fin de printemps et un été particulièrement chauds.

    J'aime

  14. Jean-louis Michelet dit :

     » Mais qui pour comprendre cela ? »
    Beaucoup plus qu’on ne pourrait le penser mais depuis Mai /Juin 2017, une grande majorité de français se sont mis  » hors – jeu  » , inutile de reprendre les données chiffrées.Ces aquabonistes qui pensent sans le dire  » faites sans nous  » et ce n’est pas  » les réformes coperniciennes  » de qui vous savez ou les propositions de l’opposition, comme par exemple la dernière de ce matin par l’homme du Puy en Velay qui, fidèle à son habitude, tire sur tout ce qui bouge et suggère une loi pour imposer la castration chimique aux violeurs….qui déplaceront les lignes d’un iota.
    Quant aux extrêmes, si vous connaissez leurs propositions sérieuses, j’entends, merci de m’en informer, je suis preneur.

    J'aime

  15. Mildred dit :

    Monsieur Tandonnet,
    On ne pourra pas « remonter la pente » avant d’avoir compris comment nous y avons dégringolé. Comment nos institutions permettent qu’une une minorité soit présentée comme la majorité. Comment tout ce qui est favorable à la France est soumis à un « plafond de verre ». Et comment notre Pouvoir n’est qu’un faux Pouvoir construit par l’étranger.
    C’est ce que Arnaud Upinsky explique dans cette vidéo :

    https://www.tvlibertes.com/2018/05/02/22879/arnaud-upinsky-president-ventriloque

    J'aime

  16. Colibri dit :

    Aujourd’hui: https://fr.wikipedia.org/wiki/Black_Bloc
    Hier: https://www.retronews.fr/node/143108
    « La violence n’a pas de langage » ni d’époque… 😦
    La violence, pêché originel de l’Homme?

    J'aime

  17. Philippe dit :

    Bonjour Maxime, Bonjour à tous.
    Vous parlez de légitimité démocratique. Il faudrait pour cela que l’état soit légitime, ce qui n’est pas le cas. L’Etat est légitime s’il a la confiance du peuple. Mais les politiques n’ont plus la confiance du peuple.
    Un président élu avec 19% des voix ne peut avoir de légitimité. Une assemblée élue avec un taux d’abstention record ne peut être légitime. Des députés « moutons béni oui oui » obligés de voter oui à toutes propositions de loi, sinon ils sont exclus du parti LREM ne peuvent être légitime. Il y a confiscation définitive de la souveraineté du peuple.
    Des institutions et leurs représentants qui ne sont plus respectées (Enseignants, policiers, gendarmes, pompiers etc.) font que l’état n’est plus légitime.
    Un état démocratique, légitime, c’est la reconnaissance de la liberté, de l’égalité des citoyens et leur participation suivi d’un contrôle par ces derniers des pouvoirs de la nation ce qui est loin d’être le cas aujourd’hui.
    Pour assoir sa légitimité l’état doit être capable de faire respecter ses décisions, et les règles élémentaires de notre Républiques, et ne pas s’agenouiller devant des minorités qui imposent leurs règles, au détriment de la majorité des citoyens.
    Pour assoir sa légitimité l’état doit faire respecter l’état de droit, les lois, et ne pas s’abaisser, je dirais aussi « baisser son slip », afin d’acheter « la paix sociale ».
    Pour être légitime, l’état doit bannir le communautarisme.
    Pour être légitime, les représentants de l’état, ses titulaires, doivent commander et faire respecter les règles de la République, et le citoyen a le devoir d’obéir et respecter les décisions prises par les gouvernants.
    Pour résumer, l’état et ses représentants sont au service de la grandeur de la France, l’état a obligation d’être légitime, démocratique, respecté et fort !
    Connaissant les pays nordiques j’ai pu constater que les monarchies constitutionnelles sont cent fois plus républicaines et leurs états largement plus forts et légitimes que notre république où nos soi-disant « républicains » se comportent comme des monarques, des seigneurs. Nous sommes en fait une monarchie déguisée, qui vire au totalitarisme. Avec des médias rois de la propagande mensongère.
    Aujourd’hui, j’ai pu voir notre premier ministre dans notre village du Cher. Qui a simplement dit aux élus, dites-moi ce dont vous avez besoin, je vous dirai comment vous en passer.
    Il a évité tous les sujets qui fâchent et a fait simplement du tourisme. A la maison de santé pluridisciplinaire de la commune de Sancoins, les échanges sur le plan d’égal accès aux soins avec le personnel soignant et les acteurs départementaux de la santé, furent passés rapidement, les personnels étaient écœurés.
    Avec des médias qui nous assènent qu’il vient faire de la pédagogie, car vous comprenez Maxime ; nous sommes des débiles incultes, à qui il faut tout expliquer.
    Il a passé son temps à expliquer que -12+10 = +2, je pense que nous n’avons pas eu les mêmes professeurs, ou bien je n’ai rien compris aux mathématiques. Pour un gars qui devait rencontrer la réalité des habitants, je puis vous dire qu’il n’a pas vu grand-chose de cette réalité. Ou dixit les médias : « se confronter aux Français et aux questions qu’ils se posent dans les politiques gouvernementales ». En fait juste une opération de COM coûteuse et inutile, du pipo, de la flûte à 27 trous !
    Cependant les quelques personnes venues avec des banderoles pour manifester leurs désaccords furent vite évacuées par les forces de l’ordre. A Henrichemont, interdiction de stationner, route barrées, CRS, gendarmes, une débauche de moyens, pourquoi ? Pour rien ?
    Comme vous le dites si bien nous sommes dirigés par des grands guignols.

    Aimé par 1 personne

    • Philippe, je dirais une monarchie dégénérée…
      MT

      J'aime

    • Infraniouzes dit :

      Je trouve votre texte intéressant mais rien ne changera tant que les Français ne comprendront rien au système électoral en vigueur – qui fait la joie et le bonheur des politiciens en recherche de mandat – et aussi longtemps qu’aucun homme d’état n’osera changer radicalement le système. Quand l’électeur comprendra qu’un député peut être régulièrement élu (au second tour) avec 10 voix contre 9 et 99,99 % d’abstention, alors il se réveillera peut-être.

      J'aime

  18. Lecteur attentif dit :

    Oui, qui pour avoir la hauteur d’esprit et l’honnêteté ( pas seulement intellectuelle !…) nécessaire à cette analyse ? L’occident « qui compte » offre en ce moment, des deux côtés de l’Atlantique, le spectacle affolant d’une chute, au moins morale, aux abîmes. Les marchands du temple et les saltimbanques ont vent en poupe, la civilisation et la démocratie vent debout. Paraphrasons Churchill: « Never so few people did so little for so many »….

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s