Monsieur M.

sans-titreMonsieur M., au cœur de l’actualité, n’est rien d’autre à mes yeux que la quintessence de la politique française: popularité artificielle, médiatique, reposant sur sa bonne figure de gendre idéal; propension illimitée à déclencher des polémiques stériles et jouer de la provocation sans suite; vertigineux cynisme. Pure créature du président Hollande, il  profite de la débâcle générale du camp socialiste pour tirer son épingle du jeu et enfoncer un peu plus ce dernier. Comment cela s’appelle-t-il déjà? Comment dites-vous? Ah, oui: une déloyauté, une infidélité, une trahison. Mais qui donc est encore à cela près, dans la belle « France d’en haut »? Monsieur M. n’a rien prouvé, rien démontré, rien réussi. Son unique bilan? Le désastre de l’économie française. Il avait une bonne occasion de montrer un autre visage de la politique nationale, celui d’un haut responsable public, déterminé à faire au mieux son travail dans des circonstances difficiles et dans  l’intérêt général. Les sirènes de la mégalomanie l’ont entraîné dans leur gouffre. Le voici candidat providentiel, lui aussi, en sauveur naturel de la France, après tant d’autres qui ont mal fini et avec tant d’autres aujourd’hui. Lui qui n’a à peu près rien montré ni prouvé, ni décidé, ni choisi, que ferait-il parvenu à l’Elysée, parvenu est bien le mot, avec son petit carton de réformes, face à la rage des syndicats et à la fureur de la rue, dans un pays bloqué, lui qui a validé par sa présence au pouvoir quelques ignominies bien socialistes, telles que  la suppression « du jour de carence » pour les fonctionnaires en arrêt maladie? Lui qui n’a même pas la force de démissionner, il ne ferait rien du tout, il frimerait, poserait, ferait semblant, jouerait la montre pour tenir cinq ans et se représenter. Monsieur M. ne renouvelle rien du tout. Bien au contraire, il incarne et il aggrave la mauvaise pente de la vie nationale, sa fuite dans le délire et l’hystérie. Il ne renouvelle rien du tout, bien au contraire: il est l’archétype du politicien actuel.

Maxime TANDONNETtéléchargement

 

 

 

 

 

Publicités

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

26 commentaires pour Monsieur M.

  1. Eric dit :

    En dehors du fait qu’un minimum de décence imposerait qu’il démissionne de son poste, je suis surpris qu’aucun commentateur/journaliste/opposant politique ne s’étonne que sa charge de Ministre de l’Economie lui laisse suffisamment de temps pour organiser son barnum médiatico-politique.
    Compte tenu de la situation dans laquelle se trouve le pays, on pourrait imaginer qu’un Ministre de l’Economie vraiment impliqué et concentré sur ses tâches n’ait pas le loisir de créer un mouvement politique et de démarrer une pré-campagne présidentielle.
    Après Barroso chez Goldman Sachs, encore un peu plus de grain à moudre pour MLP et sa clique !

  2. Annick Danjou dit :

    C’est un enfant gâté et choyé par sa maman!!!! qui le défend bec et ongles. J’avais déjà dit sur ce blog que son nom rimait avec « petit con », c’est toujours d’actualité. Bon feu d’artifice!

  3. Janus dit :

    Non, votre livre n’est pas ennuyeux , il est terrible pour nous tous qui espérions que l’énergie puisse faire évoluer les choses. Terrible et tragique, tant il apparait que les petites combinaisons, la lâcheté, l’amateurisme, l’absence de prise de risque et le copinage gangrènent durablement le sommet de l’appareil d’état.
    La capacité à trancher le nœud gordien n’est pas donné à tous, Or c’est cela qu’il faut faire, quoi qu’en disent les pleureuses et les conformistes.

  4. Koufra dit :

    Monsieur M. C est Martin president.

    Koufra

  5. Anne-Marie dit :

    A reblogué ceci sur la nouvelle conscienceet a ajouté:
    Un parvenu de plus dans le paysage politique de la France de maintenant.

  6. Janus dit :

    Bonjour,
    Intrigué par vos différents billets sur ce blog, je me suis décidé à lire, après avoir lu le livre de Le Gallou sur l’immigration dans lequel vous êtes cité, votre livre « Au coeur du volcan » que je viens de terminer tard dans la nuit dernière : J’en tire comme conclusion que tous les pitres qui nous gouvernent, quels que soient leurs projets initiaux, n’ont jamais réfléchi aux contraintes (Europe, juge administratif, police, conseil constitutionnel, traités internationaux) pour mener à bien leurs réformes et arrivent les mains vides face aux responsabilités du pouvoir. Même pas la moindre idée de ce qu’est la gestion de projet…Rien de semblable aux réflexions amont du général de Gaulle avant son accès au pouvoir. Des nains incapables de se jucher sur des épaules de géant. Vos CR des réunions auxquelles vous avez participé donnent l’image de l’amateurisme le plus effrayant et de la sensiblerie la plus répugnante surtout lorsqu’on connaît les résultats de tous ces efforts supposés pour rétablir l’ordre et un semblant de pragmatisme dans le système. Le livre de Bruno MEGRET montre bien ce qu’il faut faire pour libérer Gulliver : Un peu moins de respect de grands principes et un peu plus de prise en compte réaliste des besoins des braves gens qui font la richesse de la France.
    En tout état de cause, soyez remercié pour cet éclairage au quotidien, sur un thème majeur pour notre pays, de l’impuissance publique.
    Ce pays est foutu, car la probabilité de voir les mêmes ratés se déchirer pour le bout de gras en mai 2017 : Si j’ai échoué avec constance pendant 5 ans, puis 5 ans (Sarko puis Hollande) comment croire, avec les mêmes recettes que je vais réussir ensuite dans un pays dévasté ?
    Le Président de la République française ne peut pas être un vendeur de cravate, ni un président de comices agricoles…
    Je suis trop vieux pour émigrer vers d’autres cieux, mais mes enfants sont déjà partis faire valoir leurs talents ailleurs que dans ce cloaque et je ne fais rien pour les retenir. D’autant que l’un d’eux, polytechnicien, est atterré par la proportion de socialistes étatistes dans les excellents sujets de sa promotion : Pas d’esprit critique et une vision enfantine des moyens du bien commun, pour ceux qui y croient. Bref les meilleurs d’entre nous restent des enfants gâtés dans un monde d’adultes teigneux où seuls prévalent les éléments du « struggle for life ».
    Bon courage à vous et continuez à dénoncer les tares de nos politiques,ça finira peut-être par en faire réfléchir quelques uns…

    • Janus, si vous l’avez terminé tard dans la nuit, c’est que vous ne vous ne vous êtes pas endormi à sa lecture et qu’il n’est pas trop ennuyeux à lire. Pour le reste je suis bien d’accord.
      MT

  7. René de Sévérac dit :

    Monsieur M. est vraiment embêtant pour les deux « bords ».
    Car, il est à la perfection LE candidat UMPS. La synthèse parfaite.
    Sans espoir de succès, je voterai pour le candidat du peuple, Marine !

  8. Bonjour Maxime,

    Monsieur MACRON? C’est une mascarade. Hollande, François du nom, président en exercice l’utilise pour faire polémique…Attendez-vous qu’on lui demande de démissionner, qu’on nomme un socialiste inconnu a sa place, que ce Monsieur M que vous ne voulez pas nommer « retourne » sa veste contre Hollande, et que juste avant les élection en 2017, il se rabiboche avec Hollande en le portant pour un nouveau quinquennat.
    Tous ces acteurs de la politique, c’est a vomir quand le pays est au bout de souffle et cherche désespéramment un chef d’état et un leader pour le diriger.

    Bonne journée.
    Cordialement,

    JdG

  9. Q dit :

    Je trouve assez amusant qu’il se present comme anti-systeme, lui la creature d’Attali & d’Henrot, le candidat de la haute finance.Dingue.

    Si il la joue fine et que Hollande ne se present pas, je ne donne pas cher des candidats droite/gauche, ils ne passeront pas la barre du deuxieme avec que les vieux, lui va avoir les jeunes, moins jeunes et les femmes .Ce sera un Marine/Macron

  10. H. dit :

    Bonjour Maxime,

    Désolé mais je ne vous suis pas. Les dirigeants d’un pays qui payent 10 000 euros/mois un coiffeur ne peuvent être mauvais. Ca m’a ouvert les yeux sur mes errements.
    Au sujet de monsieur M., ce qui m’a sidéré, c’est la vacuité, pour ne pas dire plus, de son discours (visionnez la vidéo de Franck Lepage sur la langue de bois) et les 3000 intelligents présents qui en redemandaient!!!

    Bon 14 juillet quand même.

    • H, ah, oui, les « intelligents qui en redemandent », c’est bien ce qui est extraordinaire…
      MT

    • Dithyrambe dit :

      Bien que je vous suive, je me dois de corriger.
      On ne dit pas « Les dirigeants d’un pays qui payent 10 000 euros/mois un coiffeur »
      Mais les « Les dirigeants d’un pays qui paie 10 000 euros/mois un coiffeur ».

  11. Martin dit :

    Bonjour Maxime,

    Quelques commentaires sur ce Monsieur M.:

    – Il n’a pas l’air très solide. Pas sûr qu’il y ait grand chose sous le vernis. Il semble toujours étonné quand la France rencontrée par défaillance de son service d’ordre diffère de son village Potemkine de Montmartre.

    – Encore un qui est allé se vendre au plus offrant à Londres. Pourquoi les journaux français n’enquêtent-ils jamais sur cette pratique? Ah oui, c’est vrai, leur survie est entre les mains de la caste…

    – Je le prendrais volontiers comme une marionnette de plus sur le théâtre politique français – un de ces personnages que Saint-Simon expédie en deux ou trois pages dans ses Mémoires. Mais il est un indice d’un phénomène que je trouve très inquiétant et qui s’intensifie chaque mois: la détermination avec laquelle la caste place ses pions avant les élections de l’année prochaine. Restera-t-il une vraie alternative pour les français?

    Bien à vous,

    Martin

    • René de Sévérac dit :

      Martin,
      « une marionnette de plus sur le théâtre politique français »;
      vous n’ignorez pas la forme de notre vie politique.
      Ségolène (candidate en 2007) nous avoue
      « je ne suis pas sotte [dit-elle] comme Cameron, … poser la question au peuple ! »

    • Martin, je pense qu’il ne faut surtout pas réfléchir en termes de présidentielles, car les dés sont totalement pipés.
      MT

  12. Mildred dit :

    Monsieur Tandonnet,
    Vous voilà bien amer et désabusé ! Cependant, n’ayez crainte, je pense comme vous que monsieur Macron – dont j’ose écrire le nom – est une splendide baudruche comme nous en avons connu bien d’autres ! Mais, de grâce, ne nous gâchez pas le plaisir de contempler les réactions de ceux qui sont assurés d’être nos élites. Il y a ceux qui sont verts de rage, comme Valls; ceux qui font la gueule comme Cayrol; ceux qui ont du mal à cacher leur enthousiasme comme Fressoz; ceux qui paniquent comme Le Foll. Liste certainement non exhaustive !
    Et puis il y a cette quarantaine de parlementaires, députés et sénateurs, dont on ne connaît pas encore tous les noms, et qui y croient dur comme fer, à leur « gendre idéal » !
    L’avenir nous dira ce qu’il en sera, mais pour l’instant laissez-nous jouir du spectacle de les voir tous sombrer dans le plus parfait ridicule.

  13. Timéli dit :

    Il manque surtout à Macron le courage politique. Il aurait dû démissionner du gouvernement il y a déjà trois à quatre mois. En désaccord avec lui et, surtout, incapable d’imposer la Loi Travail, dans son texte initial, il devait quitter le gouvernement mais ne l’a pas fait. Il s’est ainsi désavoué lui-même et a perdu sa crédibilité. C’est un pur produit de marketing. Tout simplement.

  14. Infraniouzes dit :

    Le seul homme qui, d’un point de vue technique, devrait être à la tête du gouvernement de la France et tenter de tirer le pays gouffre est … le président de la Cour des comptes, Didier Migaud. Lui seul connaît les maux qui rongent ce pays et le détruisent tel un cancer généralisé.
    Mais qui serait derrière lui si, d’aventure, il lui prenait l’idée de réformer ? Personne ou très peu. Mais contre lui, il aurait les groupements, les partis, les associations, les factions bref tout ce qui fait la pluie et le mauvais temps.
    Autrement dit, la tâche s’avère impossible sauf à l’étaler sur des décennies afin d’attendre, tout doucement, la disparition des bénéficiaires de rentes d’état et des profiteurs d’avantages acquis. On ne contrarie pas les morts.
    Mais, à propos de morts, un sévère conflit aurait les mêmes effets, en plus rapide, sur les instituions de ce pays, le nombre de morts en plus…

  15. Roland dit :

    Monsieur « M » a beau être bardé de diplômes mais pour l’instant du haut de ses 38 ans ses réussites sont bien minces. Si, si, il a côtoyait la pythie des salons parisiens Attali et bien d’autres personnes influentes de cette belle société. Il a aussi « œuvré » je crois pendant environ 4 ans dans une banque d’affaires où il a gravi très rapidement tous les échelons non seulement en raison de ses exploits qui demeurent assez confidentiels, mais sans doute aussi en raison de son beau carnet d’adresses. Quatre dans une banque, quatre ans de « travail » lui confère le qualificatif de « Mozart de la finance » ! Encore une usurpation car Mozart est décédé à l’âge de 35 ans, il était quant à lui très doué dès l’âge de 3 ans et il a laissé pour l’éternité une œuvre impressionnante.

    Il est apparemment aussi très câliné et protégé par Jouyet qui l’a initié à l’art de passer entre les gouttes et à la danse du « cercle sacré des Sioux » mais avec la variante d’un pied dedans et d’un pied dehors, pour in fine trahir s’il le faut.

    Ce monsieur « M » est une mascarade sur pied, son comportement est proprement scandaleux, mais une fois de plus les médias manipulent : c’est le sauveur ! Comment peut on faire croire une telle chose alors que depuis qu’il est au gouvernement son bilan est nul et qu’il n’a fait que de se pavaner devant les caméras et s’afficher dans les revues avec sa dame ! Une belle manipulation de Hollande et le premier ministre accepte tout en bombant son petit torse.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s