Lecture: Saint Pierre, le mystère et l’évidence, Christophe Dickès, Perrin 2021

Ecrire une biographie de Saint Pierre est sans doute un redoutable défi pour l’historien. En effet, en dehors des Evangiles et de quelques témoignages issus des auteurs de l’antiquité, les sources brillent par leur rareté… Pourtant, l’entreprise de Christophe Dickès, spécialiste du Vatican et de la religion chrétienne, est un succès et il en ressort un livre passionnant de bout en bout sur celui qui est considéré comme le fondateur de l’église catholique ou l’initiateur du christianisme.

C’est avec le regard de l’historien que l’auteur s’efforce de reconstituer une histoire en confrontant les récits des quatre évangélistes et les autres écrits dont il dispose. Le Christ, en tant que personnage historique, s’adresse à un très modeste pêcheur sur le lac de Tibériade pour en faire celui qui se présente comme son bras droit et son successeur. « Ayant fixé les yeux sur lui, Jésus dit: « Tu es Simon, le fils de Jean. Toi tu seras appelé Céphas » ce qui s’interprète: Pierre » (St Jean).

Au fil du récit, Pierre donne des signes de faiblesse, d’incrédulité et de défaillance. L’auteur rapporte une scène particulièrement emblématique, après son triple reniement au moment de l’arrestation de Jésus: « Alors que Jésus sort de la cour, les mains liées, il se retourne vers Pierre. Son regard fixe alors celui de son disciple et celui-ci se remémore les paroles de Jésus [avant le chant du coq, tu m’auras renié trois fois] et l’annonce de son reniement, souvenir qui le rend cruellement conscient de sa faute […] Ce regard silencieux n’est évidemment pas un regard de reproche, mais de miséricorde et de pardon. Pierre se souvient-il alors de la réponse du Messie à sa propre question: Seigneur, lorsque mon frère commettra des fautes contre moi, combien de fois dois-je lui pardonner? Jusqu’à sept fois? Et Jésus de réponde: « Je ne te dis pas jusqu’à sept fois, mais jusqu’à soixante-dix-sept fois. » Il n’est évidemment pas indifférent, de nos jours, de se souvenir que le Christ a choisi pour fonder son église un personnage bien loin de la perfection mais représentatif autant des forces que des faiblesses de l’humanité.

Saint Pierre est en effet le personnage clé de l’histoire de la fondation de la religion chrétienne (après Jésus). Cette biographie comporte des passages passionnants sur les débats conflictuels, après l’Ascension entre les disciples du Christ sur l’orientation à donner à l’évangélisation. Certains d’entre eux dont Jacques (que les textes présentent comme le frère de Jésus ce qui signifie son cousin), à Jérusalem, prônent l’observation rigoureuse des rituels de la religion juive. D’autres, comme Paul (Säul), légionnaire romain converti, veulent partiellement s’en affranchir pour mieux porter un message universel. Pierre est dans une position intermédiaire, certes de conviction avec Paul, mais diplomate, désireux de ménager la frange plus « orthodoxe ». Des échanges houleux se déroulent entre Jérusalem et Antioche, l’une des plus grandes villes de l’empire, propice à une vision cosmopolite, avant que Pierre (qui selon l’auteur, aurait peut-être inspiré sinon dicté l’Evangile de Saint Marc dont il était très proche) penche vers la ligne de Paul.

Suit le récit de leur commun périple à Rome, l’œuvre d’évangélisation dans la capitale de l’Empire ou le christianisme commençait à se répandre avant même leur arrivée, et les communes persécutions commises envers les juifs et les chrétiens, surtout considérés par les autorités romaines comme une secte du judaïsme particulièrement dangereuse, puis le martyre de Pierre et de Paul sous Néron ayant accusé les chrétiens de l’incendie de Rome. Une riche biographie que je recommande, où l’on apprend beaucoup sur une période obscure tout en se passionnant pour le récit de la vie d’un homme tout en simplicité et en humilité – en faiblesses aussi – mais fondateur d’une religion qui 2000 ans plus tard, compte plus d’un tiers de l’humanité.

Maxime TANDONNET

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

51 commentaires pour Lecture: Saint Pierre, le mystère et l’évidence, Christophe Dickès, Perrin 2021

  1. Georges dit :

    D’aucuns trouveront cela paradoxal mais moi qui suit sans religion ,et bien la chrétienté ça me botte.

    Aimé par 1 personne

  2. J’ai demandé une fois sur le blog de Maxime Tandonnet si l’Europe pouvait imploser comme l’ex-URSS et l’ex-Yougoslavie. J’avais demandé aussi si la France pouvait se « libaniser ». J’ai eu des réponses que j’ai gardées en mémoire.

    Pourquoi évoquer aujourd’hui ce souvenir? Parce que j’ai l’impression que l’Eglise catholique est en train d’imploser.

    Dès l’élection du Pape François, dès ses premières prises de paroles publiques, il m’a fait penser à Mikhaïl Gorbatchev. Pour les raisons suivantes: il plaisait à quelques catholiques qui voulaient du changement, il déplaisait à beaucoup de catholiques; il plaisait surtout à ceux qui n’étaient pas catholiques. Il voulait réformer le fonctionnement de l’Eglise catholique. Il s’est heurté à une résistance interne.

    Le communisme, le catholicisme sont-ils capables de se réformer le l’intérieur?

    La France peut-elle se « libaniser » ?

    Les catholiques de France ne connaissent pas le sort des chrétiens du Moyen-Orient qui ont perdu leurs protecteurs. Mais en France les partis politiques de gauche s’intéressent peu aux cathos. Les partis politiques de droites guère plus. Il n’y a pas dans notre pays de parti démocrate chrétien de masse. Les cathos n’intéressent pas grand monde sur le plan politique. Parfois quelques candidats leur caresse le poil en période électorale. Mais une fois les élections passées ….

    Benoît XVI, le pape François nous ont montré que les papes ne sont pas infaillibles.

    Les générations futures réinventeront-elles le catholicisme? Le redécouvriront-elles? Le ré-enchanteront-elles?

    Aimé par 1 personne

    • Annick Danjou dit :

      https://www.bvoltaire.fr/une-enquete-ifop-sur-les-atteintes-a-la-laicite-montre-les-ravages-de-lislam-politique-chez-les-jeunes/

      Jfsadys voici une partie de réponse à vos questions. Les musulmans envahissent l’espace et le pays mais les catholiques, comme le pape, continuent à en faire leur credo. Se battre la coulpe et parler de charité chrétienne ne suffisent plus, mais si les chrétiens ne le voient pas et bien nous en souffrirons tous. Les lectures et les bonnes paroles n’auront plus lieu d’être, les livres seront brûlés, les mécréants tués. Qui s’en préoccupe vraiment? Vous avez vu ces vauriens, ces racailles qui ont attaqué une procession en l’honneur de la Vierge? Qui en a parlé? Macron? Pécresse? Darmanin? Et la conclusion de la journaliste est brillante, arrêtons de parler du covid car ce n’est pas le plus dangereux virus. Celui là nous exterminera! Quand aux jeunes, je ne pense pas que sauver le Catholicisme soit leur priorité actuelle. La preuve au lycée et à la fac ils se laissent dépasser, dociles, par ceux qui veulent leur perte.

      J’aime

    • Annick Danjou, bonjour. Merci de votre commentaire.

      Si vous lisez le lien suivant vous verrez qu’il y a des chrétiens lucides sur la situation présente.

      https://aed-france.org/#

      Le monde politique, économique, militaire, le monde dans lequel nous vivons n’est pas gouverné par des cathos.

      Le problème c’est l’Islam ou la déchristianisation de la France? De l’Europe? Notre alignement sur les USA?

      Le problème c’est l’immigration illégale ou les raisons de l’immigration illégale?

      Mon sentiment c’est que le monde d’aujourd’hui ( et d’hier?) ne repose pas sur le « Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimé » mais sur l’instinctif « détestez-vous les autres ». Et si ça va toujours plus mal c’est bien entendu la faute aux autres.

      Je vous propose de jeter un oeil sur le lien suivant:

      http://yallahcastel.fr/Blog/index.php?article617/destruction-de-palmyre

      « Les temps sont mauvais soyons bons ». (Saint Augustin) Et meilleurs que nos ennemis.

      J’aime

  3. goupil dit :

    J’ajoute que Mathieu et Jean, et possiblement Marc, ont connu Jésus. Ils étaient présent lors de son arrestation. Continuer a nier l’existence historique de tous ces personnages est un non sens.

    J’aime

    • Simon dit :

      Bonjour Marc est celui qui, possiblement, a pu connaître Jésus mais Matthieu et Luc et encore moins Jean n’ont pu connaître le Christ. Le premier Évangile date de 70 et celui de Jean d’environ 100. Par contre, nous savons que les 4 Évangiles sont déjà fixés dans la Tradition en 150. Il y a quelques année j’avais lu le « Jésus-Christ » de Petit-fils qui,autant qu’il m’en souvienne, rattachait l’histoire du Christ aux sources qui éclairaient son récit.

      J’aime

  4. goupil dit :

    Merci pour ce commentaire M Tandonnet
    Au sujet de Paul, il n’était pas légionnaire romain mais citoyen romain de part son père. C’est pour cela qu’il a été décapité a Rome et non pas crucifié comme saint Pierre De part sa mère, il était juif et attaché au temple et très religieux, C’est pour cela qu’il a martyrisé les premiers chrétiens

    A Roturier,
    les évangiles pour leurs auteurs n’avaient pas un objet historique mais un objectif de transmission de la foi par leur témoignage afin de remplacer la tradition orale . Et les juifs d’une même tribu s’appelait frère entre eux (et sœur)….

    Aimé par 1 personne

  5. geneadrey dit :

    Bonjour, et merci pour cette référence que j’ai immédiatement commandée (pas chez amazon, mais chez un libraire de ma petite ville). Le sujet m’intéresse, et sur le même thème j’ai lu récemment l’excellent ouvrage de Mme M-F Baslez, « Comment notre monde est devenu chrétien », livre à la portée de tous, et celui de Nanine Charbonnel, « Jésus-Christ, sublime figure de papier », que j’ai trouvé dans les recensions de la revue « Le monde de la Bible », classé « pour lecteurs avertis », et effectivement un peu plus difficile à lire.

    Aimé par 1 personne

  6. H. dit :

    Bonjour Maxime,

    Merci pour cette recension très intéressante. Elle arrive à point comblé pour remplir un petit vide en cette période de fête. Cet ouvrage sera acquis dès demain car je crois qu’il mêle spiritualité et histoire, un vrai roman quoi. Je le destine à un être cher.

    Bon dimanche

    Aimé par 1 personne

  7. Simon dit :

    Bonjour Maxime et vous tous,
    Suite à l’émission « En quête d’Esprit » , où Christophe Dickens présentait son livre, je l’ai acheté pour me l’offrir à Noël.

    J’aime

    • Simon, vous vous faites des cadeaux à vous-même? C’est une bonne idée, je n’y avais pas pensé!
      MT

      Aimé par 1 personne

    • Simon dit :

      Maxime,
      Ayant un époux qui ne sait jamais quoi m’offrir, je l’aide comme je peux pour suppléer à son manque de temps et « d’imagination » ! Je trouve passionnantes ces émissions qui donnent à découvrir de bons livres sur un de mes sujets de prédilection.

      J’aime

  8. Monique dit :

    Bonjour monsieur Tandonnet et tous,
    Une bonne lecture pour Noël, merci pour ce très bel article qui nous rappelle (au cas où nous l’aurions oublié) que nous sommes toujours en terre chrétienne et qu’il sera très difficile, pour les mal intentionnés, de détruire tout ce qui est le berceau de notre religion. Je dis toujours que si je devais emmener un seul livre sur une île déserte, j’emporterais la Bible, la plus grande aventure de tous les temps.
    Les évangiles sont très courts, tout comme nous ne savons pas grand chose des années obscures de Jésus,( titre d’un bon livre de Robert Aron), au fil des siècles les pères et les papes de l’église ont ajouté leur plume et leurs découvertes et aussi leurs enjolivures, pour moi Saint Paul est la plus grande figure du christianisme qu’il a propagé à travers des grandes villes de Grèce et d’Asie mineure..
    Comme on peut le lire, il est plus facile d’atteindre le Pierre de la tradition que celui de l’histoire »
    Une info « découverte il y a un an et surnommée « la comète de Noël », la comète Léonard sera au plus proche de la Terre ce 12 décembre, offrant aux amateurs de spectacle céleste la possibilité de l’observer. « , voilà pour celui qui ne croit pas au ciel mais qui s’intéresse aux comètes.

    Aimé par 1 personne

  9. roturier dit :

    On n’est plus dans la propagande mais dans le prosélytisme.

    « C’est avec le regard de l’historien que l’auteur s’efforce… ». Certainement PAS.
    Il n’existe aucune preuve historique valable de l’existence, et surtout de la geste (miracles… résurrection…), de ces personnages.

    Les évangiles ne sont nullement des témoignages, écrits sans doute par des disciples de disciples, n’ayant eu aucune connaissance personnelle des évènements ni des gens en question.

    Exemple : « …le frère de Jésus ce qui signifie son cousin… ». RIEN ne permet cette interprétation. Qu’un homme dénommé Jésus ait un frère dénommé Jacob fut d’une grande banalité, les deux noms étant très fréquents dans cette population à l’époque (comme aujourd’hui d’ailleurs).

    MAIS apparemment la survie d’un « frère de Jésus », portant le même ADN (et de sa descendance…) pose problème vus certains dogmes chrétiens ; on en fait donc un cousin.

    Cela dit, croira qui voudra.

    Aimé par 1 personne

    • Prosélytisme du seul fait de présenter la biographie d’un saint sur un blog privé? Décidément tous les prétextes sont bons pour cracher votre venin.
      MT

      Aimé par 5 personnes

    • Liber dit :

      @ roturier
      Tout compte fait je préfère nettement un prosélytisme chrétien que « marxiste-léniniste » !
      Et si l’existence de tous ces personnages n’est évidemment pas prouvée celle des Staline, Mao et autre Polpot est par contre certaine !

      Aimé par 1 personne

    • Sganarelle dit :

      Roturier, la foi n’est pas une affaire de raison dépendante de la science humaine même s’il y a des livres qui prétendent affirmer ou infirmer le contraire . La foi est indépendante de la volonté de l’intelligence de la raison ; c’est une grâce une évidence et une chance car on dit qu’elle abat des montagnes et qu’elle aide à accepter la mort. Que ce soit celle du savant ou du charbonnier où celle de Voltaire qui finalement croyait en un horloger… il y a une foule de manifestations et d’exemples . Vous dites «  croira qu’il voudra » Non ..croira qui aura la chance de croire.

      Aimé par 2 personnes

    • Anonyme dit :

      le venin de SATAN,,,,Athée je suis ,mais sur ce coup la, ,Soutiens a Maxime michel43

      J’aime

    • charlymesdoun dit :

      Nos amis black-beurs parlent de leur semblables en les appelant « frères »; ils sont effectivement réellement frères? Vous semblez avoir plus de connaissances historiques que l’auteur de ce livre mais ce que vous écrivez ne le reflète pas!

      J’aime

    • socratedefrance dit :

      Bonjour,
      Vous me faites penser à Onfray et Jovanovic qui ont ce besoin irrépressible de justifier leur atheïsme.
      Pour ce qui est des preuves historiques, vous pouvez donc, également, mettre en doute (leurs écrits voir même leur existence personelle) Socrate, Platon, Aristote, Cicéron, Sénèque, Pline (le Jeune et l’Ancien) etc, toute la littérature antique qui, elle aussi, ne fait l’objet d’aucun témoignage direct: il faut, en moyenne, 5 sources indirects pour établir l’édition « princeps » d’un texte antique que l’on considérera comme l’édition de référence.
      Poser un regard d’historien ne préjuge en rien d’un acte de Foi mais d’une démarche intellectuelle toute humaine…et c’est très bien ainsi.
      Maintenant, à côté de cela, il ne serait pas stupide (peut-être même serait-ce pertinent) que les philosophes mondains et modernes issus de la pensée des lumières se mettent à douter sérieusement de l’inexistence de Dieu….l’atheïsme est un droit, en aucun cas un dogme et encore moins une véirté scientifique….chacun est libre de s’abreuver à la source de connaissance de son choix….l’essentiel étant, selon moi, d’être cohérent (en évitent de se réfugier derrière le positivisme qui rend cohérent à peu près toutes les envies) en ce en quoi l’on croit (ou pas) et ce que l’on fait.

      Aimé par 2 personnes

    • H. dit :

      Roturier,

      De rares fois (très), vous apportez un éclairage intéressant. Généralement, vos propos sont dégoulinant de bêtise et de fatuité sans compter leur inélégance qui confine à la grossièreté et à l’impolitesse. Vous nous rendriez service en vous abstenant et vous gagneriez de précieuses minutes pour votre développement personnel.

      Aimé par 1 personne

    • roturier dit :

      A TOUS.

      La Foi, me dit-on ci-dessus, aide à accepter la mort.
      OUI. Surtout celle des autres ; de préférence ceux qui n’ont aucune foi voire une foi différente.
      Et parfois même la souhaiter voire la faire advenir ; massivement, si dieu le veut.

      Croire en dieu ? Oui ; c’est facultatif et personnel.
      Croire que dieu nous commande de convertir les autres, éventuellement par le glaive ou le bûcher ? Stupidité et superstition.
      Croire que dieu nous interdit de manger du porc ou nous recommande de manger du poisson le vendredi ? Stupidité et superstition.

      MAIS ce qui a provoqué mon ire est surtout la phrase (relisez mon commentaire) « C’est avec le regard de l’historien… ». Cette phrase vide l’article de MT de toute valeur.
      Car c’est FAUX.
      Il s’agit d’une hagiographie, il n’y a AUCUNE « Histoire » digne de ce nom là-dedans.

      La FOI, OK, si vous voulez. Mais PAR DEFINITION ce n’est pas de « l’Histoire ».

      Je maintiens donc, persiste et signe.

      J’aime

    • Roturier, « Il s’agit d’une hagiographie, il n’y a AUCUNE « Histoire » digne de ce nom là-dedans« : il va de soi que pour porter un jugement aussi catégorique, vous avez lu le livre (dès lors que vous n’êtes évidemment pas le genre de crétins qui dénigrent un livre sans l’avoir lu), dès lors, je ne peux que vous féliciter pour cette lecture.
      MT

      Aimé par 2 personnes

  10. Janus dit :

    Merci pour cette recension qui nous éloigne, fort heureusement, des turpitudes et des petitesses, médiocrités et lâchetés de notre époque en espérant que nous ne revivrons pas le temps des catacombes comme tout le laisse penser , y compris par la trahison discrète des hautes instances de l’Église…

    Aimé par 2 personnes

  11. E Marquet dit :

    Lecture bienvenue en ces temps difficiles pour l’Eglise, mais aussi pour la France, fille aînée de l’Eglise, qui, partagée entre Dieu et Mammon s’est laissée séduire par Mammon.

    « Tu es Pierre et sur cette pierre, je bâtirai mon Eglise ». Une construction reposant sur les épaules d’un homme de chair, profondément humain ! « Seigneur vers qui irions-nous ? Tu as les
    paroles éternelles ». Toutes nos grandeurs, nos élans, nos insuffisances, nos faiblesses, nos doutes, nos interrogations, sont résumés dans ce personnage si vivant.
    Le réalisme du visage buriné de Pierre dans « Les disciples Pierre et Jean courant au sépulcre le matin de la résurrection » du peintre Eugène Burnand, m’a toujours fascinée.

    La France qui a le « coq » pour emblème devrait se rappeler que dans la mythologie antique le coq est un symbole de résurrection, de renaissance, de passage des ténèbres à la lumière. C’est ce qu’on lui souhaite en ces temps de campagne présidentielle.

    C Dickès est aussi l’auteur du livre très intéressant « Jacques Bainville, les lois de la politique étrangère ». Ce « cassandre de la politique », analyste hors pair de la politique internationale, considérait que « la politique est régie par des lois et qu’elle est toujours l’oeuvre des hommes. De l’expérience de ceux-ci et des grandes permanences de l’histoire, il est possible de déduire le futur et de se prémunir par l’action des dangers qu’il recèle ».

    Aimé par 3 personnes

  12. Dorine dit :

    J’aime beaucoup Christophe Dickès et sa web radio Storiavoce. je sens que je vais me faire offrir son livre pour Noël. J’aime beaucoup St Pierre, ses faiblesses et sa capacité d’aimer, personnage très attachant. Je l’ai découvert dans le livre d’un cartusien, Don Augustin Guillerand, « Lecture de l’Evangile selon St Jean. Ce dernier livre contient également une explication du prologue de St Jean impressionnante.
    Merci Mr Tandonnet pour ce message sur ce livre.

    Aimé par 3 personnes

  13. cgn002 dit :

    Pour lire un tel travail d’ historien , il faut aimer la recherche de ce réalisme historique et oublier le dogmatisme (du moins symbolique à l’excès) de l’ organisation religieuse qui est ressorti de ce mouvement (qui ne faisait que rechercher un salut pour une humanité bien jeune et fragile sur le plan civilisationnel).
    Intéressant pour se libérer encore mieux de notre trop chère ignorance.

    Aimé par 2 personnes

  14. Mildred dit :

    Monsieur Tandonnet,
    Je ne peux m’empêcher de me poser une question, qui ne préjuge en rien du talent de votre auteur, mais ne croyez-vous pas que les Chrétiens – au sens large – ont à leur disposition tous les textes clairement énoncés qui répondent aux questions qu’ils peuvent se poser pour affermir leur foi ?
    A quoi pourra donc servir ce qui ne pourra être qu’une paraphrase des textes sacrés, agrémentés j’en suis sûre avec talent, de précisions historiques qui sont d’un autre domaine ?
    D’autant qu’au début de votre article, je note une approximation (que vous corrigez un peu par la suite), lorsque vous écrivez que Saint Pierre est considéré comme le fondateur de l’église catholique ».
    Or il suffit d’ouvrir l’Évangile de Saint Matthieu – ch. XVI – v.18 où il est écrit :
    « Et moi je te dis que tu es Pierre, et que sur cette pierre je bâtirai mon église. »
    J’ai aussi relevé que vous écriviez, citant votre auteur : « … lorsque mon frère commettra des fautes contre moi, combien de fois dois-je lui pardonner ? Sept fois ? Et Jésus de répondre je ne te dis pas sept fois, mais jusqu’à soixante-dix-sept fois. »
    Alors que, toujours chez Matthieu – ch. XVIII – v. 21 – relatant la même conversation de Jésus avec Pierre, Jésus lui répondit :
    « Je ne te dis pas sept fois mais septante fois sept fois. »

    Aimé par 1 personne

    • Mildred, c’est tout simple, j’ai bien aimé un livre et je suis heureux de le présenter; après personne évidemment n’est obligé de s’y intéresser et il est de toute façon évident que la lecture d’une biographie ne dispense pas de recourir aux textes d’origine.
      MT

      Aimé par 1 personne

  15. Gerard Bayon dit :

    Bonjour à toutes et à tous,
    Au delà de votre intéressante note de lecture, notre époque se caractérise dans de nombreux pays par la sécularisation aboutie en séparation radicale du politique et du religieux, jusqu’à reléguer ce dernier à une dimension purement privée et intérieure : le laïcisme. qui doit être compris comme autonomie du cadre civil et politique par rapport au cadre religieux et ecclésiastique, mais non par rapport au cadre moral.
    Aujourd’hui, le christianisme de conviction est devenu notamment de la faute des descendants de Saint Pierre, un fait minoritaire, la revendication d’un État catholique, comme le propose encore certains partis politiques, semble bien relever du romantisme ou de l’utopie, voire de l’incantation pathétique.
    Les Administrations des Etats sont sans âme, En Europe, ce sont les mœurs qui font les lois et non l’inverse.
    Il est donc devenu aujourd’hui difficile pour un chrétien de mettre en œuvre quotidiennement les principes de la doctrine sociale de l’Église, à moins de devenir schizophrène !

    Aimé par 1 personne

  16. Alain De Vos dit :

    Jésus a prié toute une nuit pour décider de ses apôtres. C’est dire sa réflexion et l’intervention de l’Esprit saint. Choisir Simon Pierre comme le chef, avec ce caractère qu’on lui connaît et qui est bien à l’image des hommes capables du pire et du meilleur, voilà ce qu’a voulu Dieu. Dieu qui s’est fait homme pour que les hommes se fassent Dieu. Le projet du divin est esquinté.! Pourquoi cette société française lui tourne le dos alors que le Christ tend toujours sa main? Redresse-toi France et crois en Dieu, celui qui te pardonne et qui t’aime. Que sa volonté soit faite!
    Le christianisme est la plus haute des religions car Dieu s’est fait homme, plein de miséricorde et d’amour.. Que le Seigneur bénisse cette France qui a perdu ses repères spirituels et fondamentaux incarnés par les trois vertus : la foi, l’espérance et la charité. Il n’y a rien de plus fort pour conduire une vie intérieure.
    Merci aux Apôtres d’avoir évangélisé le monde.

    Aimé par 2 personnes

  17. Sganarelle dit :

    On a beau dire et faire, «  À l’inverse de César et de Vercingetorix Jesus Christ est toujours d’actualité »

    Aimé par 2 personnes

  18. Stanislas dit :

    Il y a des érudits ici, petit déjà, je me suis souvent posé la question si c’était de l’histoire ou de la légende, je n’ai toujours pas la réponse (je n’ai pas insisté non plus)…

    Bon !! si c’est de l’histoire on voit le changement avec notre époque, St Pierre, modeste pêcheur, est devenu 1er ministre, ce qui n’arriverait plus aujourd’hui…
    Quant au reniement, s’il regarde notre pauvre terre de là haut, il doit se sentir moins seul, Pierre en ce moment ; le pêcheur qu’il était, doit bien se rendre compte que les tanches ne sont plus au fond de l’eau…

    Ma mère était une fervente admiratrice de tous ces sujets, elle m’a légué tous ses bouquins, faudrait peut être que je commence à lire avant d’être mis au goulag…

    Aimé par 1 personne

    • Stanisla, ah oui, il faut que vous les lisiez et en fassiez une recension pour ce blog!
      MT

      Aimé par 1 personne

    • Stanislas dit :

      Mr Tandonnet

      Je me suis mis à lire des passages il y a quelques années, j’ai eu l’impression qu’il s’agissait d’allégories, c’était trop fort pour mon esprit petit format. Si une éclaircie apparaissait, je vous promets de vous faire profiter de mon nouveau statut d’apprenti Saint.

      J’aime

  19. Je croyais que le personnage clef de la construction du christianisme était plutôt Paul. Les autres personnages sont mineurs ou mythiques.

    J’aime

  20. socratedefrance dit :

    Bonjour,

    Merci pour cette « escapade » historico-spirituelle….Une bouffée d’air frais dans cette période à l’ambiance irrespirable.
    On présente (à raison) souvent Pierre comme celui qui a renié le Christ.
    Le paradoxe est là: pour être en situation de Le renier, il a dû Le suivre jusqu’au Temple (avec Jean).
    Les autres disciples ne pouvaient renier personne, la peur les avaient fait fuir comme des lâches.
    C’est bien le courage de Pierre qui a révélé sa perfectibilité.
    J’en conclu qu’il est bien préférable d’être courageux (ce qui est à la portée de l’homme) que de chercher à être parfait ou exemplaire (la perfection n’étant pas prévue pour nous ici bas).
    Comme le disait Saint Augustin qui fait dire au Seigneur (Les Confessions) s’adressant à l’homme pécheur: « Aime moi tel que tu es. Si tu attends d’être un Saint pour m’aimer, alors, Je te le dis, tu ne M’aimeras jamais ».

    Aimé par 2 personnes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.