Le drame d’un régime politique

Ceci ne concerne en aucun cas la personne du président, et rien n’est, à mes yeux, plus absurde, plus odieux et absurde, que les flots d’insultes et de moqueries qui se déversent à son sujet, au sujet de sa personne, ou celle de ses proches, sur Internet. Au-delà de sa personne, qui n’a strictement rien à voir avec mon propos,  il faut prendre acte de la nuisance intrinsèque d’un régime politique qui empoisonne la France, une Cinquième République dégradée, dévoyée, dégénérée. En l’état actuel des choses, il ne peut que donner le pire, quel que soit le titulaire de l’Elysée.

L’élection présidentielle se fait par une vaste opération de propagande et de manipulation médiatique: ce sont les médias qui choisissent en influençant la foule médiatisée, et qui lui vendent une image. En sublimant un personnage, un acteur, cette élection détruit toutes les sources de vie démocratique, notamment le Parlement qui devient un Parlement croupion. L’élection se fait sur une surenchère de promesses démagogiques et fondamentalement nuisibles pour l’intérêt général, par exemple la suppression de la TH ou la création d’un service national d’un mois, profondément inutile et qui va coûter une fortune. Il faut ensuite les appliquer et les financer, à n’importe quel prix.

L’image narcissique et égotique d’un homme ou d’une femme, n’importe lequel, devient le but absolu du régime, au nom  de « sa trace dans l’histoire » ou de la « dignité de la fonction », notion intrinsèquement ridicule – c’est la France qui compte et non « la fonction » dès lors que tout dirigeant politique, en démocratie, n’est que l’humble serviteur de son pays et de ses habitants. La réélection présidentielle devient le but en soi du système, à n’importe quel prix.

La vie publique se transforme en  spectacle médiatisé et en décors de carton-pâte. Les postures et les coups de menton se substituent à l’action authentique. Au prix d’une formidable mystification, le chaos quotidien, le renoncement et l’impuissance de l’Etat sont vendus à l’opinion comme une « transformation profonde de la France ». La vanité, sous produit de l’impuissance, s’impose dès lors comme le principe fondamental du régime. La fracture démocratique, entre une petite clique influente, totalement déconnectée de la réalité, et la population, plongée dans ses drames quotidiens, ne cesse de se creuser.

Ce régime, qui trahit l’intérêt général au profit de la vanité narcissique, explique en partie la chute de la France depuis plusieurs décennies (niveau scolaire, pauvreté, violence, chômage de masse, écrasement fiscal, dette publique) Mais il convient d’insister sur ce point: en l’état du régime, du système politique, fondé sur un mélange de vanité narcissique et de médiocrité (morale, intellectuelle), rien ne changera jamais, et ceux qui pensent qu’untel ou untel, de l’extrême droite à l’extrême gauche, ferait beaucoup mieux, sont victimes de la même illusion que les idolâtres et les béni-oui-oui  du temps présent. Cela ne me réjouis pas, je ne fais ici que dire ma vérité.

Une prise de conscience, révolution des mentalités, réhabilitation de la démocratie, de la res publica, réveil de l’intelligence collective est le préalable à la réforme nécessaire qui consistera, fondamentalement, à en finir avec le naufrage du pays dans la vanité stérile, la médiocratie, et à réconcilier la France avec la notion d’intérêt général.  Vaste programme…

Maxime TANDONNET

 

 

Publicités

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

37 commentaires pour Le drame d’un régime politique

  1. Brindamour dit :

    Et que proposez-vous? Une nouvelle constitution, mais laquelle?

    J'aime

  2. Annick Danjou dit :

    « les flots d’insultes et de moqueries qui se déversent à son sujet » je suis d’accord avec vous et si je me laisse aller parfois à dire plus que ce que je devrais, c’est souvent sous le coup de la colère. Cependant quant on ne veut pas être critiqué on se met en retrait et on réfléchit avant de se dévoiler sur le net, en tout cas on fait en sorte de ne pas être à la merci des médias. Aujourd’hui par exemple: Brigitte et Emmanuel ont le même coiffeur pour faire des économies, Brigitte est plus riche qu’Emmanuel, Brigitte est vraiment cachotière, Brigitte s’entend à merveille avec Mélania, Brigitte l’incontournable de l’Elysée, Brigitte et son élégance, Macron est grand et Macron est son prophète, Brigitte reçoit Anne Gravoin à déjeuner, Emmanuel aurait aimé inviter Madonna lors de son éléction, le chêne planté par E Macron et D. Trump a disparu etc…etc…un flot de scoops à en avoir la nausée. Alors que faut-il faire? Qu’il mette toute son énergie à relever le pays et on pourra critiquer positivement. Avez-vous remarqué que depuis qu’ Emmanuel et Donald se rapprochent, on entend de moins en moins de critiques de Donald? Incroyable non?

    J'aime

  3. Frederic_N dit :

    Parler comme vous le faites d’une crise de régime c’est à mon sens lâcher la proie pour l’ombre. Car ce que vous dites – même si vous ne le pensez peut-être pas – c’est que le problème de la France revient à un TEXTE ( la constitution) et l’interprétation erronée que des leaders ont pu en faire. Vous seriez donc le dépositaire de l’esprit de la constitution.
    Mais je trouve cette approche irréaliste : car on a l’impression que vous vivez en Grèce au temps de THUCYDIDE. Vous oubliez que la réalité du pouvoir dans le monde occidental est déterminée par les Etats ( plusieurs millions de fonctionnaires en France quand même ) et que l’ Etat Français a été profondément transformé par 40 ans au moins de crypto socialisme – en remontant jusqu’à Giscard. On peut le voir au travers du pouvoir syndical qui n’a cessé de monter quand son influence sur le terrain diminuait et à la quasi liberté donnée à l’extrême gauche dans l’université – qui est une Université d’Etat que je sache.
    Il n’y a pas si longtemps qu’au lieu de leur faire caresser les cheveux par quelque Monsieur habillé en bleu, on tremblait devant une poignée de lycéens prétendant bloquer leur lycée. Et l’Etat immanquablement cédait..
    Partant de là , vous vous trompez car les travers que vous attribuez au régime politique, doivent être attribués à l’Etat, dont tout le fonctionnement laisse aujourd’hui à désirer
    Seulement voilà: ce serait une erreur vénielle si vous acceptiez de regarder la réalité en face . Car l »analyse que je fais est celle peu ou prou de quinze de millions de personnes à droite. Une majorité de ceux qui répondent aux sondages en tout cas.
    Et sur cette majorité, une majorité encore considère que les choses s’améliorent aujourd’hui : ce dont témoignent la fin des blocages étudiants, et l’échec désormais acquis de la grève à la SNCF . Certes c’est loin d’être parfait.
    Mais vous vous refusez obstinément à reconnaître les progrès : prendriez vous donc ces gens pour des imbéciles ?

    J'aime

    • FredericN, oui, il y a bien une grave crise de régime, qui ne date pas de l’actuel quinquennat, mais qui ne cesse de s’aggraver, même si vous n’avez pas les « outils » pour la percevoir, comme beaucoup de monde d’ailleurs.
      MT

      J'aime

  4. E. Marquet dit :

    Je préfère quand vous parlez de « bien commun » plutôt que d’ « intérêt général ».
    A bien y réfléchir, je me demande s’il peut encore y avoir un « intérêt général » dans nos sociétés telles qu’elles ont évolué. Il n’y a plus aujourd’hui qu’une addition d’intérêts particuliers,
    catégoriels, communautaires.
    Par contre notre bien commun,culturel, spirituel, éthique, patrimonial, institutionnel, fruit d’une histoire de plusieurs siècles est à défendre, et c’est ce que tout citoyen devrait s’atteler à faire et serait en droit d’exiger de ses élus, et notamment de celui qui a dėcroché la fonction suprême.
    Serait-ce donc trop demander à nos représentants que de laisser au vestiaire le temps de leur mandat, leur ego surdimensionné, leur boursoufflure de vanité face à leur ascension politique vers les sommets, et aux pouvoirs dont ils se trouvent détenteurs.
    Est-on capable aujourd’hui de faire consensus sur ce bien commun ? Le Colonel Beltrame nous a montré il y a peu de temps que la France avait en son sein des hommes de valeur.
    Ne désespérons pas de nos concitoyens. Ils savent que : « Quand la France abdique la liberté, elle ne trouve plus le repos et apprend de l’expérience que le sacrifice de la liberté n’a point de dédommagement. » (Rémusat)

    J'aime

    • E Marquet, « demander à nos représentants que de laisser au vestiaire le temps de leur mandat, leur ego surdimensionné, leur boursoufflure de vanité face à leur ascension politique vers les sommets, et aux pouvoirs dont ils se trouvent détenteurs »: comme vous dites juste!!!

      J'aime

  5. Georges dit :

    Le drame de la nature humaine et son besoin de consommer ,sa peur de manquer , cette manie bizarre d’essayer de maquiller sa profonde bestialité par de subtils artifices sociétaux .

    J'aime

  6. Colibri dit :

    Depuis Valéry Giscard d’Estaing je me suis souvent demandé si la France ne devenait pas à l’insu de son plein gré le 51 ième état des USA. Le phénomène s’accélérant à partir de François Mitterrand. Pour en arriver à la situation présente. 😦

    J'aime

  7. Ghislain dit :

    Charles de Gaulle est à l’origine d’un régime taillé pour lui, et pour lui seul. Il a éprouvé le besoin de confirmer sa légitimité dans les urnes, mais ce n’est pas l’élection au suffrage universel direct qui fonde sa légitimité.
    Vous nous dites que c’est la France qui compte, et non la fonction. Mais c’est que les journalistes assimilent la France à la fonction. La restauration monarchique leur couperait l’herbe sous le pied. Les commis de l’État redeviendraient ce qu’ils n’auraient jamais dû cesser d’être, des serviteurs de l’État en la personne du roi. Entre charge symbolique et effectivité du pouvoir politique, on en demande trop au Président de la République. Il ne sait plus où donner de la tête.

    Aimé par 1 personne

    • Patrick dit :

      En tout cas, on sait où est passée celle de Louis XVI …

      J'aime

    • Sganarelle dit :

      Notre patrie c’est la France et pas la République et ça on l’oublie à force de lavage de cerveaux.
      On n’apprend plus notre Histoire nous parlons et écrivons mal notre langue la mode est à la dérision de ce qui est  » franchouillard » car il faut avoir honte de notre Histoire de ses héros et de notre passé colonial. .
      Mieux vaut parler d’héxagône et ridiculiser le  » patriote » ringard.
      Alors de quoi se plaint-on ? A force de faire  » table rase du passé » et faute de pouvoir en remettre à l’honneur les valeurs on utilise les dorures anciennes et les bâtiments royaux comme écrin pour une doublure passagère et on s’étonne d’évoluer dans un monde d’apparences.
      Vous avez raison Ghislain .

      J'aime

  8. Gérard Bayon dit :

    Bonjour à toutes et à tous,
    Bon, nous allons probablement devoir supporter Jupiter, son arrogance et son mépris pendant encore 4 ans à moins que… Et si le peuple Français se réveillait, s’il décidait, au lieu de jouer les autruches ou les singes de la sagesse, d’aller voter et de prendre enfin son destin en main.
    Il est trop facile d’accuser tantôt Macron, tantôt Mme Le Pen et tous les autres de confisquer le débat politique lorsque plus de 12 millions de Français refusent le principal devoir que nous impose notre République et pour lequel nos anciens se sont battus.
    C’est un peu facile de se donner bonne conscience et d’aller défiler, brailler manifester pour demander plus de congés, plus de droits, toujours plus d’assistance, moins de travail, moins d’impôts etc. Mais lorsqu’il s’agit d’aller voter et de se positionner clairement pour un choix de société, où sont-ils tous ces « Tartuffe » ?
    Que nos pseudo-leaders politiques et leurs médias zélés commencent par faire leur travail et redonnent enfin envie aux Français de retourner aux urnes et à mon avis, l’avenir sera peut-être beaucoup plus clair.

    J'aime

    • G Bayon, pendant 4 ans seulement? Et quand nous aurons le choix, en 2022, entre Jupiter et Mélenchon qu’allons nous faire?

      J'aime

    • michel43 dit :

      Allons Maxime , je sais que pour vous , écrire Mme LE,PEN a la place de MELENCHON est impossible ,mais pourtant ,elle sera bien la ,,,

      J'aime

    • michel43 dit :

      A la,,,,très bien ,moi qui suis pour le vote obligatoire

      J'aime

    • Colibri dit :

      Bonjour Gérard Bayon,

      Dans notre pays il y a des personnes qui pourraient être inscrites sur les listes électorales et qui ne le sont pas. D’autres qui ont été radiées pour des motifs justifiés des listes électorales et qui ne se sont pas ré-inscrits. Depuis des années maintenant il y a aussi des personnes qui ne veulent plus voter et qui disent pourquoi si on le leur demande. Ils ont le sentiment que leur vote n’est pas pris en compte et ne sert à rien. Il y a des personnes qui sont déçus de la gauche et de la droite. Maintenant il y a même des personnes qui disent écrivent qu’ils sont déçus de Mélanchon et de Marine Le Pen. Il y a enfin et il y a toujours eu des personnes qui ne sont pas Républicains et qui considèrent que tout va mal en France depuis 1789. Peut-être sommes-nous en train d’assister à la fin de la République comme d’autres avant nous ont assisté à la fin de la monarchie?

      J'aime

    • Gérard Bayon dit :

      Bonjour Colibri,
      Merci de votre commentaire. Pour faire un peu d’ironie : il me semble que depuis maintenant bien longtemps, nous sommes dirigés par un monarque républicain entouré de sa cour, ses favoris, ses mignons, ses fous, ses prétendants…ses sujets !
      Pour en revenir à l’abstention, je pense que parmi les trop nombreux abstentionnistes on doit retrouver un bon nombre d’électeurs écœurés par la non prise en compte des chiffres de l’abstention mais également de leur vote puisqu’une grande partie des Français et de leurs idées ne sont pas représentés dans les assemblées dirigeantes : la proportionnelle reste un vrai sujet à creuser par nos politiques, à eux de rechercher une solution intelligente qui ne crée pas le désordre constitutionnel et l’ingérabilité de la France.
      Cordialement

      Aimé par 1 personne

    • michel43 dit :

      la proportionnelle fait peur a la gauche et a la droite et même a Maxime ,pourtant du temps de Mitterrand ,le FN avait un groupe et cela n’a pas empêcher le gouvernement de gouverner ,tout les pays Européens l » on

      J'aime

    • Colibri dit :

      Entendu à l’instant dans C dans l’Air: « Le roi doit aussi guérir des écrouelles ». 🙂

      J'aime

  9. loonloonychantemerle dit :

    M. Tandonnet, vous avez toujours la hauteur de vue qui convient à de tels sujets et nous vous remercions de nous maintenir éveillés sans succomber à une critique ciblée sur un individu quel qu’il soit. Néanmoins, on ne peut nier que cette image « narcissique et égotique » est incarnée par une personne qui semble très à l’aise dans cette fonction telle qu’elle est devenue…

    J'aime

  10. Ping : Le drame d’un régime politique | Raimanet

  11. Je partage l’idée que notre régime est mauvais mais je ne partage pas du tout l’idée que ce problème soit à la source de tous les autres. Nous avons le régime que nous méritons parce que notre peuple est loin d’avoir atteint la sagesse. Il est trop facile d’accuser quelques individus ou quelque petit groupe d’avoir conduit un peuple à la catastrophe. Quand un peuple se met dans une telle situation, c’est lui qui est responsable. Les grandes figures historiques ne font que légèrement avancer ou reculer l’inévitable.

    J'aime

  12. Anne dit :

    J’ai entendu sur Arte, dans l’émission 28 mn, un commentateur dire que le sentiment d’illégitimité de Emmanuel Macron était dû au fait qu’il n’avait pas été élu sur un programme, mais sur des sentiments.
    Je trouve cette remarque assez juste.
    Il faut à tout prix adorer le dieu Macron, et c’est une adoration imposée qui me met moi très mal à l’aise. Je n’aime pas la situation politique française actuelle.
    C’est ce qui explique la violence des critiques à son égard, critiques que pour ma part je trouve très modérées compte-tenu de la façon dont il a été élu, qui ne passe pas. Pour la première fois l’année dernière je n’ai pas voté, parce que j’ai eu l’impression irrationnelle que l’élection étaitt truquée

    Aimé par 1 personne

    • Anne, c’est ben cela qui m’exaspère, cette divinisation morbide qui me fait penser à….
      MT

      J'aime

    • Clotilde PSM dit :

      Anne, je vous rejoins tout à fait : je partage ce sentiment de malaise. Les responsables politiques sont là pour permettre aux talents de se déployer. Vouloir parler à la place d’un Professeur au Collège de France, d’un Académicien sous la Coupole, d’un comedien dans Pierre et le Loup, ce n’est pas aimer son pays, ce n’est pas non plus être un démocrate. Je n’avais pas ce sentiment d’asphyxie avec les autres Présidences ni d’illibéralisme, comme ces temps-ci.

      Maxime Tandonnet,
      quelles actions concrètes proposez-vous (outre l’émigration. En 40, le régime était également en cause mais le procès de Riom n’était pas une solution. Le facteur humain a joué.
      En ce qui me concerne, je pense qu’il faudrait déjà demander justice, en commençant par exiger, ce qui est le moindre, le passage devant la Cour de Justice du Ministre de la Justice qui a communiqué des informations confidentielles sur messagerie cryptée. La force doit être rendue au Droit.

      J'aime

    • Clotilde, j’essaye de réfléchir aux causes profondes d’un désastre qui ne peuvent se limiter à une seule petite personne.
      MT

      J'aime

  13. Mildred dit :

    Monsieur Tandonnet,
    On l’aura compris, ce n’est pas ici qu’on se risquera à rire du Président Macron se faisant épousseter les pellicules par le président Trump. Et si la Vème République est  » dégradée, dévoyée, dégénérée », le titulaire de l’Élysée n’y est pour rien.
    Dont acte.
    Mais alors d’autres questions se posent. Qui a obligé les media à choisir Emmanuel Macron pour bénéficier de la manipulation qui a conduit à son élection ? Qui l’oblige à prendre des mesures « fondamentalement nuisibles pour l’intérêt général » ? Qui fait de sa vie publique un « spectacle médiatisé en décors carton-pâte » ? Qui prend des postures ? Qui donne des coups de menton ? Qui vend à l’opinion le renoncement et l’impuissance de l’État comme une « transformation profonde de le France » ?
    Ce mélange de vanité narcissique et de médiocrité morale et intellectuelle, par qui est-il porté aujourd’hui, puisque ce n’est ni par untel de l’extrême droite, ni par untel de l’extrême gauche ?Serait-ce donc par…, mais chut, de peur de verser dans l’odieux ou l’absurde.

    J'aime

  14. Sganarelle dit :

     » la vie publique se transforme en spectacle médiatisé et en décors de carton pattes .. » ( sic)
    oui .. mais de velours …
    Je ne doute pas monsieur Tandonnet de votre sensibilité au décor et un peu d’humour fait du bien

    J'aime

  15. Orage dit :

    « La vie publique se transforme en spectacle médiatisé et en décors de carton-patte. »
    Carton-patte??? Vous pourriez vous relire avant de publier.

    J'aime

  16. michel43 dit :

    réhabilitations de la démocratie ,,OUI avec la proportionnelle de M ,Mitterrand ,comme dans de nombreux pays en EUROPE ,et un mandat de 7 ans ,comme souvent Maxime ,vous ne parler pas de l » immigrations qui avec le chômage ,est le problème numéro u,n de notre pays ,de tout temps ,la haute fonctions publics est au manette ,voyez le résultat catastrophique ,il, y aurait temps de choses a changer dans notre pays a structures socialo-communiste ,que je n’y croit plus depuis longtemps ,

    J'aime

  17. Jean Louis Michelet dit :

    Cela sent l’urgence…
    Mais il en est une qui est des plus urgentes,
    c’est de solder les Rtt, les congés, de planifier les ponts du mois de Mai… et de préparer les vacances d’été… si cela n’est pas encore fait.
    Bon dimanche à tous.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s