Espagne: gouverner, c’est choisir

Le gouvernement espagnol de M. Rajoy a cogné vite et fort: mise sous tutelle, destitution, ouverture d’une enquête. Ainsi, en réduisant par un acte d’autorité la sédition de la Catalogne, il a sauvé l’unité de l’Espagne et peut-être, l’existence même de la Nation espagnole. Son bras n’a pas tremblé. Gouverner, c’est faire des choix et les assumer. En toute sincérité, je ne suis pas absolument certain qu’un gouvernement français, n’importe lequel (je ne parle pas spécialement de celui-ci) dans le régime politique dégénéré que nous subissons comme un boulet, fondé sur la personnalisation à outrance et l’exaltation de l’image narcissique, aurait eu la force, le courage et l’audace, de faire acte d’autorité face à la sédition. Il aurait alors fallu tergiverser, négocier, ne pas déplaire à la presse et aux médias « de gauche », ne surtout pas courir le risque d’être traité de réactionnaire, puis capituler en rase campagne en bombant le torse et en annonçant un « grand plan national »: indépendance à titre expérimental, sous réserve de souveraineté copartagée pendant cinq ans, accompagné d’un programme d’aide à l’investissement de 20 milliards, et de préparation de l’adhésion à l’Union européenne, puis d’un référendum populaire, sur le passage à la pleine souveraineté, etc. Mais ce ne sont pas les Français qui sont  coupables de lâcheté et de faiblesse. C’est leur régime politique qui est défaillant, fondé le culte de l’image et la négation de l’intérêt public, dans l’indifférence et l’aveuglement général.

Maxime TANDONNET

Publicités

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

23 commentaires pour Espagne: gouverner, c’est choisir

  1. alexrebelde dit :

    Effectivement, « RAJOY tiene cojones » (il y des couilles) et je pense les gouvernements français sont depuis longtemps composés d’eunuques.
    Les français, et autres pays, voient ce qui se passe en Espagne avec leur filtre ; ils ne sont pas espagnols, n’ont pas leur vécu, leur tempérament, leur fierté, leur(s) mentalité(es).
    Bizarrement, aucun média n’a parlé d’un élément tellement évident…! Et pour le moins, disons, « géostratégique » ; pour l’Espagne, la Catalogne est la principale porte d’accès vers la France et l’Europe. Rien que pour cette simple raison, Jamais, l’Espagne ne permettra à la Catalogne à sortir du royaume d’Espagne. C’est hors de question ! Quel que soit le prix à payer. Quitte à envoyer l’armée et les chars s’il le faut.

    Je suis né dans les Asturies (nord de l’Espagne). « Asturiens » côté maternel, Castillans coté paternel, nous nous sentons, avant tout, Espagnols.
    Cela fait 30 ans que je me sent étranger lorsque je vais en Catalogne. Ca fait mal… Et voir cette volonté de cession, ça fait encore plus mal.

    Oui, Rajoy a eu à faire un choix. Et il a eu le cran de prendre une décision difficile.
    Comme Maxime, je doute (c’est peu dire) que les divers gouvernements français aient eu le cran de prendre ce genre de décision…
    Les français sont des veaux… Quels genre de dirigeants, de politiques, faut-il pour transformer un peuple en veaux ???

    • Anonyme dit :

      Rien a ajouter ,un jours , je reposerais a VALENCIA , la ,,ou se trouve tout mes Amis , Barcelone ou les républicains , on toujours rêver d » indépendance ,mais cela est IMPOSSIBLE

  2. michel43 dit :

    comme vous le savez ,je rentre de mon ESPAGNE ,tout les ESPAGNOLES sont contre l » indépendance , une minorité ,voulait une chose impensable ,la CATALOGNE indépendante, le ROI a annoncer ,que cela était une atteinte a la constitutions , Nous nous somme DE VALENCE, mais ESPAGNOLES donc cette irresponsable doit se retrouver en PRISON ,avec son équipe, de branquignoles , VIVA ESPAGNA

  3. TL dit :

    Ce n’est pas terminé. Un des buts de l’UE est de mettre fin aux états-nations et de les remplacer par des euro-régions. C’est une politique délibérée. Un fait édifiant : la région de France « Occitanie » fait partie de l’euro-région (ou « groupement européen de coopération territoriale » en novlange) nommée Pyrénées-Méditérannée… dont Carles Puigdemont est devenu le président le 23 juin 2017, quatre mois environ avant le référendum pour l’indépendance de la Catalogne. Combien de temps faudra-il avant qu’une Catalogne soit-disant indépendante, et en réalité sous tutelle bruxelloise directe, revendique des morceaux du territoire français ? Et combien de temps nous reste-t-il avant que des indépendantismes factices se manifestent de façon virulente en France ?
    http://www.euroregio.eu/fr/structure-et-organisation

  4. Georges dit :

    La commission européenne estime le dossier catalan de purement judiciaire,faut pas faire de vagues ou ne pas scier la branche sur laquelle on pose confortablement son popotin.Démonstration de l’inutilité du bidule purement artificiel,comme pour les glyphosates ,les illustres s’en battent l’aile.

  5. Florence dit :

    Très bien vu !

  6. Georges dit :

    Plus l’Europe s’agrandit plus les régions séparatistes prennent de l’ampleur .Rajoy aurait mieux fait d’organiser un référendum afin de forcer (vote obligatoire sous peine d’amende) tous les Catalans à prendre leurs responsabilités et faire leur choix.Les Tchèques et les Slovaques sont parvenus à s’entendre sans que cela pose problème à qui que ce soit.Puisque le référendum sur la constitution européenne n’a pas été entendu pourquoi jouer aux vierges effarouchées dans cette situation .

  7. Timéli dit :

    Je pense que le gouvernement espagnol a bien géré, et même de main de maître, cette tentative d’indépendance catalane. Le problème, me semble-t-il, est que face à la faiblesse et l’échec de l’Union Européenne (donc, à l’échelle d’un continent) beaucoup pense que le populisme, si petit soit-il (en l’occurrence régional), est la meilleure option pour afficher sa force.

  8. Guy dit :

    Cher Maxime, ne croyez-vous pas que vous exagérez un peu? Mr Macron n’a pas fait montre de faiblesse au niveau international jusqu’à présent. Et il est bien presomptueux d’imaginer qu’elle aurait pu être sa réaction face à une telle rébellion. Ou alors vous pensiez à son prédécesseur en écrivant votre texte: dans ce cas, je l’admets, votre scénario aurait pu être le bon….

    • Guy, j’ai pourtant pris de sérieuses précautions de langage:…pas absolument certain qu’un gouvernement français, n’importe lequel (je ne parle pas spécialement de celui-ci) etc…

    • Florence dit :

      On a bien vu que le gouvernement actuel a déserté en rase campagne quant à la sélection à l’université.
      Je pense donc que le scénario de Maxime Tandonnet est tout à fait plausible, voire probable, y compris aujourd’hui.

  9. H. dit :

    Bonjour Maxime,

    Vous êtes un peu pessimiste quant aux atermoiements de notre état. En matière fiscale (et de répression routière), il est redoutablement efficace et sait, quand il le faut, faire preuve d’autorité envers les fauteurs de trouble. C’est bien là une de ses rares qualités. On souhaiterait cependant qu’il sache diriger ses efforts dans des domaines plus importants.
    Le dossier calédonien est un exemple frappant des reculades de l’état français devant un lobby tiers-mondiste. En 1985, lorsque les troubles ont éclaté sur le Caillou, le pouvoir socialiste a cru innocemment que « les méchants blancs » s’inclineraient devant la juste cause des indépendantistes kanaks. Le référendum de 1987, juste sur le fond et la forme, n’a pas donné le résultat espéré. On sait ce qu’il en advint avec la tragédie d’Ouvéa et la palinodie des consultations électorales qui s’ensuit depuis visant à donner coûte que coûte le bon résultat. En son temps, le Gal Michel Franceschi , qui a été commandant des forces armées sur place à cette époque, en a tiré un excellent ouvrage: « LA DEMOCRATIE MASSACREE. Nouvelle-Calédonie, Témoignage » aux éditions Pygmalion: « … En contradiction avec les accords de Matignon de 1988, l’accord de Nouméa du 21 avril 1998 institue à terme l’indépendance de la Nouvelle-Calédonie. Cet accommodement d’appareils politiciens se trouve en totale opposition avec la volonté des habitants de ce territoire de se maintenir dans la République, exprimée sans équivoque à chaque consultation électorale, et notamment à une écrasante majorité, Mélanésiens compris, lors du référendum d’autodétermination du 13 septembre 1987…. » (https://www.decitre.fr/livres/la-democratie-massacree-9782857045526.html).
    Je crois que c’est hélas inscrit dans les gênes de notre appareil politique. C’est bien dommage.

    Bonne journée

  10. Colibri dit :

    Nous vivons une époque insolite. Je suis curieux du présent et de l’avenir. Chez nous et autour de chez nous.

  11. gregoire dit :

    gouverner c’est laisser le peuple décider de son avenir, Rajoy ne sortira pas grandit de cette forfaiture, vous vous fourvoyez totalement

    • Sganarelle dit :

      « Il est à propos que le peuple soit guidé et non instruit » disait Voltaire en son temps et que dire lorsqu’il n’est pas même « instruit » ? Les gens savent-ils a quoi et vers quoi les entraîne une indépendance , on en doute quand ils prétendent rester dans l’Europe .
      Tout le monde voudrait être autonome tout comme le jeune ado qui prétend à une vie d’adulte tout en tendant la main aux parents dont il veut s’affranchir. Croyez-vous que la province veut payer pour Paris et ses jeux olympiques par exemple?
      Quelle  » forfaiture » ? … Il me semble qu’elle est du côté de la Catalogne.
      Quand on est de gauche il me semble aussi qu’on prêche pour le partage des richesses donc dans un pays les riches se doivent de payer pour les pauvres et la généreuse Catalogne ne saurait se dérober à ses devoirs.
      Par contre si on est anarchiste alors c’est une victoire de la pagaille et d’autant plus réjouissante pour certains qu’elle arrive chez les autres. Mais ne vous y fiez pas, beaucoup manient la liberté comme un outil de chantage pour obtenir plus de privilèges et pour un petit pays l’indépendance est un leurre qu’il utilise à son profit.
      A une époque où les grandes puissances ne pensent qu’à avaler les petites ce n’est pas le moment de se retrouver amputé et isolé sur la scène internationale.
      Et enfin qui vous dit que tout le peuple de Catalogne veut son indépendance?

    • Colibri dit :

      « Et enfin qui vous dit que tout le peuple de Catalogne veut son indépendance? » Bonne question je trouve qui aura en principe sa réponse le 21 décembre. Le non au référendum sur la constitution européenne, le brexit, le résultat des présidentielles chez m’ont donné l’impression que voter parfois ça a un côté surprenant et inattendu.

    • Colibri dit :

      chez nous

    • michel43 dit :

      c »est tout le contraire ,tout les partis le soutienne ,RAJOY a très tenue son rôle, contre ce type frapper du cerveau, l » ESPAGNE est UNE et indivisible

  12. Vu du Mont dit :

    N’allons pas très loin, Notre Dame des Landes est un vrai cas d’école et montre la faiblesse des décideurs français.
    Actuellement la médiation ne se passe pas bien et pour cause, pour faire une médiation, il y a plusieurs conditions à remplir dont celle d’avoir des parties qui acceptent de communiquer, échanger, partager pour arriver à un accord.
    Il est idiot d’avoir mêlé des médiateurs à une telle mascarade. Cela donne une pauvre idée de la médiation en France qui pourrait être un atout. Ici , c’est beaucoup trop tard. Et il est inacceptable d’avoir reculer en permanence et mettre en doute un référendum qui s’est prononcé pour la réalisation de l’aéroport NDL. Je ne juge pas si cela devait se faire ou pas, j’apprécie la lâcheté et les reculades successives de notre Etat, alors que des décisions avaient été prises et les recours utilisés. Ceci pour illustration au cet article, gouverner, c’est choisir et que le bras ne tremble pas.
    Nous verrons l’avatar qui sortira de NDL, sous peu.

    • Gerard Bayon dit :

      @Vu du Mont
      Le cas de Notre Dame des Landes confirmera sans absolument aucun doute les hypothèses du billet du jour de M.Tandonnet.
      Ce projet pourtant voulu par une majorité de citoyens concernés sera bel et bien abandonné pour sauver le soldat Hulot et ne pas déplaire à la gauche. La concertation en cours est un exemple de mascarade et de supercherie comme nous en avions encore peu vu. Je ne parle pas des millions d’euros perdus, gaspillés comme ceux de l’eco-taxe, après tout, les contribuables paieront sans barguigner comme d’habitude.
      Personnellement je ne sais pas si ce projet d’aéroport est nécessaire ou pas mais ce que je sais c’est que nos gouvernants vont une nouvelle fois montrer au monde entier la lâcheté dont ils sont capables. Honte à eux.

  13. Sganarelle dit :

    Ne tenons pas pour négligeable que l’´Espagne soit un royaume et le roi garant de son unité.

  14. Tarride dit :

    Il n’y a rien à dire de plus ou de mieux.

    Etienne Tarride

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s