Guerre d’Ukraine, l’impasse intellectuelle

L’un des grands problèmes de ce conflit tient au déclin intellectuel du monde occidental. Les débats sur les chaînes d’information en sont une illustration. Voyez par exemple la sottise des stratèges de plateau, comme nous avions jusqu’alors des médecins de plateau au plus fort de l’épidémie de covid. Et même parfois les mêmes: ils vont récupérer d’anciens médecins de plateau pour commenter la guerre d’Ukraine!

Tout se passe comme si l’une des causes de l’impasse tenait à l’affaiblissement de la capacité à penser les choses. Il ne se trouve presque personne, ou bien peu de monde, pour réfléchir, apporter une lueur d’intelligence dans ce conflit. Ou alors, ceux qui s’y essayent sont marginalisés, ignorés, insultés.

Depuis le début de cette guerre la position du monde occidental est entre deux chaises. Elle s’éloigne du principe de réalité pour se soumettre à l’émotionnel. Que faudrait-il faire si l’on décidait de mettre fin le plus vite possible à cette guerre? Deux alternatives viennent à l’esprit:

Soit l’occident estime que l’un de ses intérêts vitaux est menacé par l’annexion les 4 régions russophones ukrainiennes par la Russie et il choisit de les reconquérir intégralement – en y ajoutant peut-être la Crimée. Dans ce cas, il doit entrer ouvertement en guerre contre la Russie, former une coalition occidentale pour la combattre (comme contre l’Irak en 1991). Cela revient à assumer que des soldats occidentaux vont mourir pour le Donbass, une déflagration majeure, peut-être à terme la mobilisation des jeunes Français non militaires de carrière qui iront eux aussi se faire tuer, des bombardements de villes (nucléaires ou non nucléaires), de gigantesques destructions et pénuries. C’est un choix qui peut avoir sa justification s’il est avéré qu’aucune autre solution [pour des raisons nous échappant] n’est envisageable pour la sécurité du monde occidental et de l’Europe. Il ne peut pas être écarté.

Soit, l’occident juge que contrairement au cliché habituel, la Russie qui a démontré sa faiblesse ne menace pas sa liberté, l’hypothèse d’un déferlement de l’armée russe sur l’Europe (comme on le craignait du temps de Staline) ou même une politique de reconquête des pays de l’ex URSS par la Russie est rigoureusement inconcevable pour une armée russe qui piétine depuis sept mois face à l’Ukraine, 50ème puissance mondiale. Il se dit qu’il faudra en finir tôt ou tard avec ce conflit car aucune guerre ne dure éternellement et il s’oriente vers une solution de cessez-le feu, de recherche d’un compromis territorial par la négociation – et la quête d’une sortie qui préserve les dignités de tout le monde et le souhait des populations. En tout cas, il n’est pas interdit d’y réfléchir.

Les deux sont possibles, la première comme la seconde. Aucune des deux ne doit être exclue. Mais parfois, il faut faire des choix et les assumer en prenant des risques.

La formule actuelle, entre deux chaises, est signe d’indécision, à l’image du pathétique de M. Biden. Elle consiste à ne pas combattre soi-même, mais à armer l’Ukraine pour combattre la Russie par procuration. Cette logique selon les Ukrainiens qui se battent et meurent pour leur liberté et la nôtre – sans que l’occident ait à verser une goutte de sang – imprègne en ce moment l’état d’esprit du monde occidental et ses discours.

Cette position fait largement consensus mais elle n’a rien d’antimunichois. A Munich, la question était de céder à Hitler ou de prendre soi-même les armes contre lui. En occident, nul ne parle aujourd’hui d’entrer soi-même en guerre contre la Russie – de mourir pour le Dombass – et d’envoyer la jeunesse occidentale (nos enfants) se faire tuer. Non. Le principe est de combattre Poutine avec les armes de l’occident et le sang des Ukrainiens. Rien d’héroïque à cela. C’est tout autre chose que de résister soi- même (c’est-à-dire le premier scénario).

Et dans quel but? Les occidentaux comptent sur les Ukrainiens pour remporter une victoire militaire et acculer Poutine à sa perte et à sa chute. Les calculs actuels paraissent fondés sur ce scénario. Mais qu’en est-il vraiment? Le Russes n’ont pas forcément encore perdu la guerre malgré les batailles perdues et disposent du fait de leur immense territoire, de ressources mobilisables – autre que l’usage du nucléaire. Le conflit pourrait tout autant s’enliser durer des années dans une logique de pourrissement. Est cela qui est souhaitable? Une guerre sans fin au coeur du continent? Et qu’est-ce qu’il en sortira?

Car surtout, rien ne prouve qu’à Moscou d’aimables pro-occidentaux s’apprêtent à succéder à Poutine pour rendre tendre les bras à l’occident. L’inverse – le durcissement à l’issue d’une défaite – est tout aussi envisageable. L’idée d’écraser la Russie militairement – avec les armes occidentales et le sang ukrainien – la forcer à reculer, puis détruire son régime peut-être même en allant chercher Poutine jusqu’à Moscou pour le faire juger comme tant de belles consciences le réclament (un peu comme Saddam Hussein), revient à faire fi de l’histoire et de ce qu’il en a coûté à tous ceux qui ont voulu terrasser l’immense Russie dans le passé. Dans l’histoire, bien d’autres stratèges ont parié un peu vite sur une chute d’un régime russe (ou soviétique). Bref, c’est à tout cela, les suites de long terme, qu’en France et en occident, on s’abstient de réfléchir.

MT

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

58 commentaires pour Guerre d’Ukraine, l’impasse intellectuelle

  1. Jean-Luc dit :

    Tout aurait très bien pu se passer si le pouvoir Ukrainien avait respecté la partie majoritairement Russophone de l’est de son territoire aux frontières historiquement très mouvantes, depuis même avant la Russie Impériale.

    Toujours est-il que les Républiques et oblasts du Donbass dernièrement et de la Crimée (en 2014) se sont prononcés à hauteur de plus de 9o% en faveur de leur rattachement à la Russie, ce que confirmaient et confirmeront tous les sondages faits par des organismes indépendants.
    Ne pas oublier que ces régions faisaient partie intégrantes de la Russie Impériale, que les Bolchéviques ont arbitrairement rattachés une partie de ces territoires à l’Ukraine et Khrouchtchev d’origine Ukrainienne, en 1954 a rattaché la Crimée qui redevient République indépendante en 1991 et accepte d’être rattachée en 1992 à l’Ukraine en gardant une large autonomie avec parlement, chef d’Etat….
    Comme tous les peuples du monde ces populations avaient théoriquement le droit à conserver leur culture, leur religion, leur langue maternelle…..
    Mais exacerbées, entretenues et financées par le camp Anglo-Américain qui a toujours eu en tête d’exploser la Russie pour s’approprier ses richesses, faire de Sébastopol une base OTAN….., des tensions racistes anti-Russes se sont développées, renouant avec l’idéologie néonazie vestige d’un passé hitlérien toujours glorifié par une partie de l’Ukraine y compris au sein du pouvoir.
    Ce dernier a fini par décréter l’interdiction du Russe comme langue officielle, l’arrêt des avantages sociaux et du versement des retraites, plus discriminations en tout genre avec bombardements des populations civiles depuis 2014 (14000 morts).

    Ces populations discriminées et bombardées demandaient donc la protection et le rattachement à la Russie depuis plusieurs années mais toujours refusés par Poutine qui souhaitait seulement la neutralité de l’Ukraine, la non intégration dans l’OTAN, l’assurance de la non installation de missiles nucléaires à 5 mn de Moscou, l’autonomie des Républiques du Donbass au sein de l’Ukraine, ainsi que la paix et la non discrimination des populations. (accords de Minsk)

    Cela ne s’est pas réalisé grâce au jusqu’au boutisme Américain et Anglais qui a poussé depuis le début dans le sens de l’affrontement et de la déstabilisation du pays, espérant en tirer les marrons du feu selon leurs pratiques habituelles hégémoniques.

    Début 2022 les bombardements redoublés et incessants des civils ont poussé à l’intervention Russe.
    En vertu du droit à l’autodétermination des peuples reconnue par la charte des nations unies, ça ne me choque pas que ces populations malmenées par l’histoire et massacrées par un État corrompu sensé les protéger, retrouvent leur patrie d’origine, la Russie. On peut les comprendre.
    Ce n’est pas contraire au droit international de porter assistance à un peuple en danger d’élimination génocidaire, (confirmée par les récents propos de Zelinski).

    Maintenant, concernant l’armée Russe, c’est faire un très mauvais calcul que de croire à sa défaite dans ce conflit existentiel où pour l’instant elle n’a engagé à peine 10% de ses effectifs, ouvre des couloirs humanitaires, évite au maximum les pertes civiles, fait constamment des propositions de négociations…..
    Il est certain que la France et l’Europe seront à genoux avant la Russie.
    Et quel déshonneur pour notre pays de fournir des canons Ceasars à des Ukronazis qui bombardent des populations civiles, qui maintenant font partie intégrante de la Russie.
    Voulons-nous être cobelligérants?
    La caste fournit les armes, les peuples payent les impôts de la guerre et fournissent les cadavres.

    J’aime

    • cgn002 dit :

      Notre Alsace Lorraine parlait allemand mais avait son cœur en France ( majoritairement)
      Les russophones du Dombass ont le droit de s attacher à une nation qui préfère la liberté occidentale que l oppression russe.

      J’aime

  2. paulaubrin dit :

    La première étape me semble être d’analyser les buts de guerre de la Russie et de l’OTAN, puis de définir ceux que la France s’engage à soutenir, et ceux qu’elle refuse de suivre. La technique de la grenouille, qui consiste à emberlificoter lentement les alliés de l’OTAN pour les engager là où ils ne seraient jamais allés initialement, est très dangereuse.
    Chaque fois que le Président de la République fait des proclamations sans avoir consulté les représentants du peuple, les responsables de groupes politiques devraient le rappeler formellement à l’ordre, même lorsque ces proclamations sont acceptables : ce n’est pas à lui de définir la politique étrangère de la France.

    J’aime

  3. paulaubrin dit :

    Il s’agit depuis 2014 d’une guerre entre la Russie et l’OTAN qui entraîne et arme les soldats ukrainiens.

    J’aime

  4. Nous sommes captifs d’une logique de guerre, pris dans un engrenage que nous ne contrôlons pas. Nous qui faisons sur le blog de Maxime Tandonnet nos commentaires divers et variés.

    Quelques femmes et quelques hommes décident de notre avenir qui nous échappe.

    Pour l’instant les principales victimes, le plus grand nombre de victimes sont des civils. Et quelques chefs d’état: Ceaucescu, Saddam Hussein, Kadhafi etc… que nous n’allons pas pleurer. Les prochains de la liste Poutine? Assad?

    Combien faudra-t-il de morts pour que cette guerre s’arrête?

    J’aime

  5. Monique dit :

    Derrière des Staline, des Poutine, que reste-t-il de l’âme russe ? cette Russie là mérite d’être sauvée, elle est indomptable et éternelle.
    Aujourd’hui il semble que Poutine a perdu sa guerre, lui qui, soi-disant, menaçait le monde, celui qui devait anéantir l’Angleterre en deux minutes, lui, le moraliste, qui est entré en guerre contre cet Occident en déclin et en décadence, dont il condamne les démesures jusqu’à l’absurde (les transgenres, les gay pride, le choix du sexe contre ce que la nature a créé, la dégénérescence des moeurs)
    L’ame russe, elle est aussi ukrainienne, on ne peut pas les séparer, même pas une signature en bas d’un traité, en 1991, l ‘Ukraine a les mêmes origines historiques que la Russie et elle fait partie de cette dernière depuis plusieurs siècles.

    L’âme russe, on la retrouve quand on se tourne vers ce qui est impérissable malgré les dictateurs et les guerres, sa culture! « ……… Alexeï Tolstoï disait : « Il est triste et joyeux, par une nuit d’été tranquille, parmi une forêt silencieuse, d’écouter une vive chanson russe. Ici la tristesse est sans fin, sans espoir, la force est invincible, le sceau du destin est fatal, la prédestination est de fer, l’un des principes fondamentaux de notre nation, qui peut expliquer beaucoup de choses, est que la vie russe semble incompréhensible. Et que ne peut-on pas entendre dans la longue chanson de la nuit d’été et de la forêt silencieuse ! »
    Dans son livre « l’âme russe », Dominique Fernandez écrit « Ce que l’on éprouve en Russie au milieu des interminables forêts, steppes, tourbières, champs de neige, étendues d’eau glacées, incite à se demander quel mystère se cache derrière ces espaces démesurés. »
    N’étant pas visionnaire, je ne sais pas ce qu’il adviendra de la Russie de l’après Poutine mais j’espère qu’elle ne perdra pas son âme.

    Aimé par 1 personne

    • cgn002 dit :

      La question est de savoir si les gouvernances russes sont à l image de leur peuple…
      Les dictateurs et autres autocrates se servent de l âme russe pour accomplir leurs projets.
      Leurs projets sont ils toujours acceptables pour les russes,… et pour les conquêtes imperialistes russes ?

      J’aime

  6. cyril dit :

    la seule solution possible est le cessez le feu et la négociation ! sinon ce sera le chaos total

    J’aime

  7. Je propose pour celles et ceux qui le voudront et le pourront de ré écouter la deuxième partie de l’émission C Politique sur France 5 du dimanche 2 octobre 2022:

    C POLITIQUE, LA SUITE > 19.55 À 20.45

    Dans cette seconde partie, Thomas Snégaroff est rejoint par Yaël Goosz.

    Faut-il accepter l’annexion des territoires ukrainiens par la Russie ?

    Jean-François Colosimo, essayiste.

    Général Palomeros, ex chef d’état-major

    Gérard Araud, diplomate.

    Bernard Guetta, eurodéputé.

    Laure Mandeville, grand reporter.

    https://www.coulisses-tv.fr/index.php/magazines/item/24824-“c-politique”-dimanche-2-octobre-2022-les-invités-reçus-par-thomas-snégaroff-sur-france-5

    J’aime

  8. Raymond dit :

    Bonjour monsieur,
    Bonjour à toutes et à tous,

    MT.《 … une armée russe qui piétine depuis sept mois face à l’Ukraine, 50ème puissance mondiale.》
    Là, il me semble que vous empruntez ( le taux d’usure ne fait pas encore office en nos mémoires) un raccourci , plus que, très rapide de la situation !
    Vous oubliez, les bénéfices, du soutien logistique et technique ainsi que celui de l’appui financier ~ véritable nerfs de la guerre, comme tout le monde sait ~ que pourtant, tous nos médias narrent depuis des mois maintenant.
    Je ne suis pas spécialiste de l’histoire militaire, mais je ne suis pas sûr, que les prétendants conquérants des terres d’Ivan du passé, aient bénéficié d’autant de moyens (relativement à leurs époque, bien entendu) que notre expendable de Volo ?!?
    Vu mon arrivée tardive, l’ensemble des commentaires a déjà largement balayé le sujet, cela me permet d’aborder le thème des dangers qui nous menacent par un autre face à face beaucoup plus concretpour nous.
    Avant cela, j’ose une légère petite observation. Les vents de l’Histoire tourniquotants, nous ramènent ~ épisodiquement ~ les échos de vieux rugissements, qui nous obligent à entendre que
    « La guerre ! C’est une chose trop grave pour la confier à Chaudard et Pithivier. »  je rajoute que,
    l’odeurs des inutiles charognes, qui parfument ces courants d’air, devraient, quand à eux, normalement nous rappeler, que nous ne pouvons pas plus, confier notre destin à, de stupide, McFly et Carlito ! ?! Mais passons …

    Ceci dit ! Bien qu’à une courte distance de vol, l’objet de l’attention qui fait le buzz, ici, reste encore, suffisamment lointain pour avoir une lecture claire, nette et précise des volontés et perspectives de nos frères ennemis du levant.
    A contrario, c’est une certitude, il est des diaphanes événements, sur les trottoirs de nos villes et villages, qui invitent, déjà, les bienveillants à percevoir les effluves de quelques néfastes déstabilisations Franchouillarde.

    https://www.bvoltaire.fr/voitures-incendiees-tirs-de-mortier-drogue-linsecurite-gangrene-les-villes-moyennes/

    Je profite que nous soyons encore à une portée de lance de l’ami Michel, pour humblement demander, non qu’il écarte le mal ~ l’espoir fait vivre mais ne nourrit pas son homme ~, mais que de sa pointe, il titille le popotin des bons citoyens encore endormis ~ les stimulis de  l’info feront l’affaire, je crois! ~
    Je ne vous rappelle pas, l’actu. des forces de l’ordre, spécialisées ou pas, qui peut, à certains moments, ressembler à une précaire ultime ligne de défense de ce qui constitue la Bonté, la Justice et la Vérité de notre Nation.
    Je ne vous parle pas, non plus, de l’émergence encore faible, mais significative d’un malaise sécuritaire amorcé, d’actions de type participatif entre élus locaux, forces de l’ordre et citoyens.
    Enfin, quand on a la prétention de tendre l’oreille à ce qui se raconte aux frontières les plus éloignées de l’Europe, l’on ne peut pas, ne pas avoir entendu les chuchotements de voisinages à peine voilés, qui évoquent l’organisation de regroupement de défense citoyenne ~ auto géré ~ qui refusent l’inéluctable déchéance que la caste leur propose ?

    Monsieur, c’est une évidence, le constat d’une déplorable situation générale, maintes fois évoqué en ce lieu, que je résume sous le terme °d’effondrement societal °, dois maintenant, nous conduire plus loin qu’une quelconque Caliméronesque déploration.
    Nombreux sont, conscient que, d’une manière ou d’une autre, nous allons essuyer une *Tempête*, et avec elle, les pots cassés, mais aussi, qu’après la pluie vient le beau temps !
    Comme à ma très lourde habitude, je me répète ! Quelles perspectives proposez vous, pour redonner la vue à ceux touchés par la cécité de la confiance et la parole aux muets des urnes ?
    Et nous emmener dans les meilleures conditions ~ si l’on peut dire ainsi~ à une digne sortie de crise ?
    Car ne doutons pas, aujourd’hui comme hier, c’est non avec la bave des privilégiés de ses institutions, mais avec la volonté d’unité et, ~malheureusement~  le sang de son peuple, que l’Histoire du pays s’écrit •••▪︎

    À suivre,
    Cordialement

    《 … Deux guitares en ma pensée
    Jettent un trouble immense
    M’expliquant la vanité
    De notre existence
    Que vivons-nous, pourquoi vivons-nous?
    Quelle est la raison d’être?
    Tu es vivant aujourd’hui, tu seras mort demain
    Et encore plus après-demain, lalala …》
    Qui nous dit le Rebroff

    Aimé par 1 personne

  9. MJ dit :

    Bonsoir,
    entierement d’accord avec vous. et j’ajoute que la France aurait pu avoir un grand rôle dans cette affaire eu egard aux liens historiques entre la Russie et la France . la langue française parlée à la cour, le sacrifice russe en 16 puis en 44 pour nous permettre de nous liberer des troupes allemandes.
    l’Europe de Brest à l’Oural, c’est foutu.
    ça me rappelle le sabordage de notre diplomatie lors de la guerre en Syrie. « il faut tuer Bachar » il avait dit. là aussi, grande occasion pour la France d’ouvrir une 3eme voie.
    et maintenant avec le sabotage des NS 1 et 2 , le conflit vient de deborder du territoire d’Ukraine.
    un pas de plus vers plus de problemes..

    Aimé par 2 personnes

  10. Berdol dit :

    Votre analyse est intéressante en ce qu’elle met bien l’accent sur les alternatives à la situation actuelle. Toutefois, en bon atlantiste que vous êtes, vous oubliez les causes de ce conflit : La volonté des américains, et plus généralement de TOUS les occidentaux de mettre la main sur les immenses ressources de la Russie. Car cette guerre n’a pas d’autres objectifs : Du coté occidental, l’accès libre aux ressources innombrables du continent eurasiatique dont les russes constituent le seul obstacle à cet accès; du coté russe, à défendre ses richesses contre les prédateurs et aussi son autonomie culturelle contre la culture décadente et woke de cet occident en grave déclin.
    L’occident perdra cette guerre comme il a perdu toutes les autres, avec ce bémol que l’Amérique, comme l’Angleterre du passé est une ile et qu’elle est globalement à l’abri des catastrophes que son imbécilité collective, son gout du massacre des « natives » et son redoutable et insatiable appétit pour les richesses des autres engendrent.
     » Au cours de ses réflexions sur la civilisation occidentale, Levy-Strauss fait des observations qui intéressent notre sujet. C’est un fait historique établi que depuis des siècles, « toutes les civilisations reconnaissent, l’une après l’autre, la supériorité de l’une d’entre elle, qui est la civilisation occidentale ». Il s’agit là d’une adhésion unanime et sans précédent dans l’histoire. On sait que cette occidentalisation générale résulte moins d’un libre choix que d’une décision imposée. « Les sociétés ne se se livrent pas avec une telle facilité » poursuit Levy_Strauss, et seul un rapport de force parfaitement inégal peut déterminer une telle « adhésion ». Comment la civilisation occidentale réussit-elle ce tour de force ? Au lieu de « discuter pendant des volumes sur la nature des valeurs professées par la civilisation occidentale « , Levy-Strauss ramène les caractéristiques de celles-ci à deux traits principaux : Elle cherche d’une part à « accroitre continuellement la quantité d’énergie disponible par tête d’habitant », d’autre part « à protéger et prolonger la vie humaine » (ce qui est une conséquence du premier trait) Leyla Perrone-Moises.Dans « Le voyage de Gonneville 1503-1504 et la découverte de la Normandie par les indiens du Brésil Ed Chandeigne
    Si cette analyse de Levy-Strauss est valide, ce que je crois, nous avons là à la fois les raisons de l’agressivité occidentale animée par les US et les causes de l’effondrement à venir de cette civilisation occidentale.
    Outre que ni l’Amérique , ni l’Europe n’ont de ressources énergétiques suffisantes, leurs rapports à la vie humaine et à la préservation de celle-ci se sont complétement inversés : Avortements massifs, promotion agressive de l’homosexualité, écartement des vieux de la collectivité et extermination discrète de ceux-ci, délires malthusiens avec passage discret à l’acte pour réduire la population de la planète (campagnes douteuses et mortifères de vaccination développées par Bill Gates et sa fondation avec d’innombrables morts dans le tiers monde, distribution massive, unique dans l’histoire d’un vaccin mal conçu, mal produit et mal évalué qui aboutira à une hécatombe dans le monde occidental, etc,etc…
    Poutine a raison de s’arcbouter sur la défense de son monde, de ses richesses (Qu’au demeurant il mettait fort volontiers à disposition de ses clients sans abus de sa situation, tout comme le faisaient ses prédécesseurs soviétiques depuis 1966) et de ses valeurs face à cette vérole prédatrice que représente désormais l’occident, dont je pense que nous entendons désormais son chant du cygne.
    Delenda est América !

    Aimé par 1 personne

    • cgn002 dit :

      Pas d accord sur l hypothèse de votre présentation.
      Les US ne montrent pas le souhait de s accaparer des richesses russes.
      Avez vous des signes concrets de cette volonté ?

      J’aime

  11. aurélien dit :

    Bonjour, je souscris entièrement à votre analyse.
    Par ailleurs, vous évoquez Mr Biden; et il y a une chose qui me frappe de plus en plus :
    je ne peux que constater que cet homme a un syndrome Parkinsonien : marche a petit pas, faciès figé…c’est un véritable modèle sémiologique.
    Or, je n’ai vue a ce jour aucun médecin de plateau l’évoquer.., et avoir un syndrome Parkinsonien c’est soit prendre des médicaments qui interfèrent lourdement sur votre raisonnement, soit avoir une maladie de Parkinson qui peut laisser votre intellect intact mais reste très épuisante au quotidien. Aussi un homme diminué, très diminué est sensé dirigé la premiere puissance mondiale : il y a très gros soucis, il serait urgent d’en prendre conscience, chez nous Mr Mitterrand aurait vraiment mieux fait de ne pas faire son deuxième mandat.Dans une démocratie on ne doit pas laisser un homme malade au centre du pouvoir, le peuple doit le savoir impérativement et le parlement l’écarter du pouvoir.

    Aimé par 3 personnes

    • Mary Preud'homme dit :

      Ce que vous dites de Biden est aussi valable pour Poutine.
      Et c’est ainsi que deux homme manifestement « diminués » et voulant à tout prix se maintenir, s’emploient à détruire ou faire n’importe quoi pour simplement continuer à « exister dans leurs délires respectifs de magalomaniaques », se donnant ainsi l’illusion d’être les maitres du Monde et de l’Horloge.
      Aucune autre issue à cette situation de plus en plus tragique, dangereuse et qui pourrait même aller jusqu’à l’acopalypse nucléaire que de dégager, fissa, ces deux nuisibles. Sans oublier dans la foulée de renvoyer Zelenski à son rôle de comédien qu’il n’aurait jamais dû quitter et pour lequel il semble essentiellement doué !

      J’aime

    • cgn002 dit :

      Il faut nous dire comment trouver un président non mégalomane par les temps qui courent !

      J’aime

  12. Bernard GERY dit :

    Monsieur Tandonnet,

    Je récuse le choix que vous proposez pour la simple et bonne raison que cette guerre n’aurait jamais dû avoir eu lieu.
    Elle a été voulue, organisée et dirigée par les mêmes qui ont voulu, organisé la crise covid et oeuvrent à la destruction de l’Europe, avec la terrible complicité de nos dirigeants.
    Tout observateur attentif aux discours de Poutine depuis bientôt 15 ans ne pouvait ignorer que la patience russe aurait des limites et qu’on ne pouvait indéfiniment contraindre la zone de sécurité de la Russie.
    Volontairement, nous avons sciemment ignoré tous ces avertissements jusqu’à trahir nos engagements dans les accords de Minsk.
    Le respect de ces accords aurait vraisemblablement évité le conflit actuel.
    Pourquoi la France et l’Allemagne ont-elles renoncé à leurs responsabilités ? Pourquoi les Etats-unis ont-ils sabordé l’exécution de ces accords ?
    A qui profite cette crise ?
    Malgré la foule de questions qui peuvent se poser, je terminerai mon propos en regrettant, encore une fois, que les vrais responsables de cette crise ne soient clairement identifiés et en constatant, encore une fois, la nullité crasse de quasi- totalité la classe politique de notre pays.
    Sincères salutations

    Aimé par 2 personnes

    • cgn002 dit :

      Vous prenez parti pour la victoire d influence de la Russie et condamnez son empêchement par les US.

      J’aime

    • Bernard GERY dit :

      Bonjour,
      Trouvez- vous normal et acceptable qu’un pays organise la destruction d’un autre pays?
      Quelle a été la réaction des EU quand l’URSS a déployé des missiles à Cuba?
      Combien de bases américaines autour de la Russie?
      Combien de bases russes dans le monde?
      Qui a conduit des guerres en Irak, Lybie, Syrie ?
      Qui exerce une écrasante influence sur le monde ?

      J’aime

  13. Mary Preud'homme dit :

    « Le principe est de combattre Poutine avec les armes de l’occident et le sang des Ukrainiens. »
    Eh oui ! Pas très glorieux tout ça ! Avec du fric ponctionné sur le péquin de base qui n’y voit que du feu et des armes livrées à gogo, les têtes pensantes des Occidentaux, le vieux Biden et consorts en tête s’achètent juste de la bonne conscience ! De sorte à masquer leur manque de courage et à garder leur prè carré en plumant tous les neuneus qui pensent dur comme fer aider l’Ukraine avec des bouts de ficelle ! Alors que ces irresponsables pourvoyeurs d’armes et encourageant l’escalade sans jamais se mouiller directement, ne font qu’agraver le problème, d’une autre manière mais pas mieux que Poutine, se montrant non moins vicelard, déloyal et tortueux que lui.

    Aimé par 3 personnes

  14. Charles4 dit :

    3éme possibilité, fournir à l’Ukraine des missiles à tête nucléaire, et là…l’agresseur va commencer à réfléchir.

    J’aime

    • Sganarelle dit :

      @charles4
      «  l’agresseur va commencer à réfléchir »
      Et nous on n’aura même pas le temps….

      (A jouer à se faire peur en menaçant il n’existe pas de diplomatie positive mais en revanche une escalade infantile a l’issue fatale. )

      Aimé par 1 personne

    • Sganarelle dit :

      @charles4
      «  l’agresseur va commencer à réfléchir »
      Et nous on n’aura même pas le temps….

      (A jouer à se faire peur en menaçant il n’existe pas de diplomatie positive mais en revanche une escalade infantile a l’issue fatale. )

      J’aime

    • Monique dit :

      @Charles4 Vous faites le jeu de Biden, c’est qu’il la veut sa guerre froide, anéantir la Russie c’est un vieux rêve américain, c’est aussi la volonté de Zelensky, la vengeance à tout prix….. Livrer des armes à l’Ukraine (ce que nous faisons puisque nous envoyons de nouveaux CAESAR) c’est entretenir la guerre, un bourbier dans lequel s’enfonceront toutes les populations, dans laquelle des civils, des enfants périront tout cela parce que des petits dictateurs ont des rêves de puissance. Vous avez vu notre puissance nucléaire ? pas plus de 280 missiles alors que la Russie en possède près de 6000. Ceux qui devraient commencer à réfléchir, c’est l’Europe, la discorde a déjà commencé. La fin de la guerre passe par des négociations autour d’une table, ensuite on verra. Si vous êtes partant pour mourir pour l’Ukraine, alors allez-y tout seul ! demandez aux anciens de 39-45 s’ils ont envie d’essuyer une autre guerre.

      Aimé par 2 personnes

    • cgn002 dit :

      Je ne crois pas au vieux rêve US.
      Je crois cependant qu apres l agression d un voisin occidentalisé, néanmoins souverain et partisan de liberté, tout l occident devrait en réaction chercher à isoler la Russie.
      Surtout ne pas l aider à alimenter son effort de guerre.

      J’aime

    • artofuss dit :

      Fournir des ogives nucléaires à un batteur d’estrade comme Zelensky?

      J’aime

    • Charles4 dit :

      Pour faire simple, extrait Wikipédia…

      – La dissuasion nucléaire se fonde sur la peur, dans les deux camps, du recours par l’autre à l’arme nucléaire. La dissuasion consiste à prévenir un acte en persuadant l’acteur concerné que les coûts d’une telle action excèdent ses bénéfices. Le fait que deux adversaires se dissuadent ainsi dépend avant tout de la capacité de l’agressé à conserver les moyens de frappe nucléaire contre l’agresseur après avoir subi une première frappe atomique –

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.