Comment réduire un peuple à l’esclavage (en tout cas essayer)

Réduire un peuple à l’esclavage lentement mais sûrement comment cela ‘est-il possible? Il faut utiliser une combinaison de moyens divers qui vont dans le même sens. La méthode la plus sûre consiste à l’asservir par la peur (lui « foutre la trouille » pour parler en terme trivial). Le covid 19 en a fourni une superbe illustration. Pendant deux ans, les autorités ont terrorisé le pays à travers les oracles de scientifiques fanatisés, des informations apocalyptiques, les prévisions de centaines de milliers de morts prétendument inévitables et une multiplication de mesures liberticides (le célèbre Absurdistan dont l’apothéose fut le passe vaccinal). Aussi efficace que le peur: l’assistanat, ou la distribution à tout va de chèques sans provision (financés par la dette sur les futures génération), à l’exemple des fameux « chèques alimentaires », dont l’effet à terme est de dissuader un peuple de vivre librement par son travail, son initiative et son mérite. Détruire méthodiquement, un à un tous les pans de son instruction publique au prétexte d’égalitarisme autrement dit nivellement par le bas. Une nation est d’autant plus aisément manipulable qu’elle est constituée d’esprit vierges, sans orthographe, sans littérature, sans raisonnements mathématiques, sans connaissance historique. Maudire certains mots ou leur donner une connotation péjorative comme celui de Liberté. Noyer le pays sous les fausses valeurs idolâtres à l’image de la compétition sportive médiatisée (jeux olympiques etc.). Lui infliger du matin au soir un « chef » ou guide national, c’est-à-dire un pitre gesticulant et pérorant sur les ruines de l’intelligence et de l’esprit critique (quel qu’il soit évidemment). Cela marche-t-il? Cela marche assez bien mais pas complètement: la preuve…

MT

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

45 commentaires pour Comment réduire un peuple à l’esclavage (en tout cas essayer)

  1. Philippe dit :

    Bonjour Maxime, bonjour à tous,

    Que ce soit en France ou dans les pays occidentaux, aujourd’hui il faut que le peuple obéisse et croit tout ce qu’on lui dit. Les dirigeants se servent pour cela des chaines d’informations continues. Nous sommes dans un monde de propagande.
    Nous avons aujourd’hui l’application de ce que Jimmy Carter et Ronald Reagan ont créé et mis en place en 1979 et dans les années 80, le « Projet Vérité ». Contrôler l’information tant au niveau national, qu’international, car aux États-Unis, la guerre du Vietnam (1955-1975) posa la question du poids de l’information dans la mobilisation de l’opinion publique, qui évolue sur la durée du conflit. Les téléspectateurs assistent à des reportages sur les bombardements et la multiplication des images façonne la perception de la guerre : propagande de l’État ou au contraire contestation du conflit, la guerre est aussi celle des images. Les dirigeants américains ont pris une leçon lors de la guerre du Vietnam ou l’ouverture de l’information, la liberté de la presse a joué en leur défaveur.
    Dès le 1er juin 1980 fut créé par Ted Turner la Chaine CNN chaine d’information continue avec l’aide du gouvernement américain. Le projet est simple : « Trop d’informations, tue l’information et facilite la désinformation »
    La première condition est de définir le champ d’action du service responsable de l’intoxication et, en particulier, la cible sur laquelle ces actions doivent être concentrées.
    Comme vous le dîtes il faut régner par la peur, Covid, guerre en Ukraine etc. Aujourd’hui politique et médias jouent sur deux leviers. L’intoxication et l’action psychologique.
    L’action psychologique réside dans le fait qu’elles s’adressent à des audiences totalement distinctes. L’action psychologique diffuse, des messages destinés aux couches les plus larges de la population : peu importe qu’une partie de l’audience puisse se rendre compte de l’origine des messages, voire même que quelques privilégiés soient en mesure de reconnaître la manipulation des réalités. L’action psychologique s’adresse aux masses et il est peu probable qu’elle influence la pensée et l’action des échelons les plus érudits, ou de ceux qui font preuve de réalisme.
    L’intoxication agit selon un schéma inverse : ses messages proviennent en apparence de sources multiples, mais visent une cible unique. La tâche essentielle de l’intoxication consiste à dissimuler l’origine de ses messages tout en focalisant ceux-ci sur un point situé à l’échelon le plus élevé, les dirigeants. L’intoxication se soucie peu des pensées et des actions des masses, mais doit convaincre les dirigeants des pays que l’on veut asservir. Les Etats-Unis le font très bien avec les pays de l’Union Européenne actuellement, afin que tous intègrent l’OTAN et soient leurs vassaux. Ils ont bien réussi avec la Finlande et la Suède en leur faisant croire à une invasion imminente de leur pays par les Russes.
    La propagande, l’intoxication est un art et non une science. Cela réclame de la créativité, la capacité de faire quelque chose à partir de rien, d’habiller, de manipuler, ensuite ce quelque chose avec des éléments réels de manière à lui donner le caractère d’une évidence, d’une vérité.
    On va jouer aussi, et vous le dîtes, sur la peur, c’est le cas actuellement avec la phobie, vous avez remarquez le mot phobie est utilisé à toutes les sauces.
    C’est pourquoi la politique de la peur n’implique nullement qu’il existe un danger réel, encore moins que la mort violente rôde à tous les coins de rue. Il suffit de faire croire que toute agression tend vers une mise à mort et que la violence diffuse exprime une guerre à l’état latent, une insécurité généralisée. C’est précisément ce que peut provoquer la phobie, qui n’a aucun besoin d’un objet réel pour exister, à qui il suffit, pour qu’elle apparaisse et se développe, que l’image d’une menace, d’un danger, d’une agression, d’un virus, soit suffisamment prégnante ; elle occasionne alors les mêmes effets et les mêmes comportements que si cette menace, ce danger, cette agression s’étaient réellement produits. On saisit pourquoi politique et médias ne font plus qu’un. Il y a aujourd’hui un ministère de l’éducation du peuple et de la propagande qui ne dit pas son nom. La politique de la peur repose sur un axiome : l’obéissance est d’autant plus facilement obtenue de la part des sujets que ceux-ci pensent pouvoir être débarrassés de leur peur par un pouvoir qui leur accorde protection à proportion de leur accord volontaire. C’est le secret de la servitude volontaire. Le prince est tout-puissant de l’impuissance acceptée de tous. Ce consentement à l’impouvoir est le prix à payer quand la conservation de soi, le narcissisme primaire selon Freud devient le suprême bien.
    Les grands médias font de la propagande tous les jours afin que les individus croient et fassent ce qu’on leur dit.
    Cela fonctionne actuellement dans nombre de pays occidentaux car on agit sur plusieurs points :
    – 1. Donner de l’information en continue et répétitive. Cela se base sur un écrit de Goebbels : « À force de répétitions et à l’aide d’une bonne connaissance du psychisme des personnes concernées, il devrait être tout à fait possible de prouver qu’un carré est en fait un cercle. Car après tout, que sont  » cercle  » et  » carré  » ? De simples mots. Et les mots peuvent être façonnés jusqu’à rendre méconnaissables les idées qu’ils véhiculent. »
    – 2. Saturer les cerveaux, saturation cognitive afin d’annihiler le pouvoir de réflexion, le principe du « « Information Overload ou surcharge informationnelle » popularisé en 1970 par le futurologue américain Alvin Toffler.
    – 3. Persuader le public que c’est l’unique vérité. On se réfère à la persuasion de masse
    – 4. Jouer sur l’émotionnel. Le but, manipuler les émotions à des fins de pouvoir. Faire appel à l’émotionnel est une technique classique pour court-circuiter l’analyse rationnelle, et donc le sens critique des individus.
    – 5. Générer de la peur et de la terreur. Depuis Hobbes on sait que gouverner c’est gouverner par la peur, le fondement naturel du Droit et de l’État résidant dans la peur de la mort violente.
    – 6. Baisser le niveau de culture générale des individus. Car l’ignorance mène à la peur et à la servitude. Le savoir rend libre et critique.
    – 7. L’assistanat afin d’avoir un moyen de pression s’il y a rébellion. D’ailleurs pour une partie de la population on gagne plus à rester chez soi qu’à travailler.
    Et si parmi la population des personnes ou élites (professeurs, spécialistes, experts) remettent en cause cette information, ils sont des COMPLOTISTES, des FASCISTES etc. Aujourd’hui on voit des complotistes, des fascistes, des racistes, des homophobes et autres partout. Tout le monde doit rentrer dans le moule. Cela s’appelle du formatage et ce formatage ce fait dès l’école.
    Le Covid fut une expérience grandeur nature pour voir jusqu’où l’on pouvait soumettre le peuple. Mais aussi on a encouragé la délation Castex a même dit que c’était un acte de civisme. La Nouvelle Zélande, l’Australie et la Canada excellent dans le domaine de la délation.
    Et la presse aujourd’hui n’est plus indépendante pour deux raisons :
    – L’information a besoin de financement, ce qui pose le problème de l’indépendance des médias. Aides publiques (exonérations fiscales, souscriptions à des abonnements), subventions, financement par la publicité et investissements de groupes de presse sont autant de contraintes qui influence les contenus. C’est le cas aujourd’hui dans notre société. Sachant que les grands groupes de presse sont détenus par des magnats qui ont des intérêts particuliers, au niveau national comme international. Ce qui a pour effet d’avoir une influence considérable sur la diffusion de l’information.
    – Au XXIe siècle, le circuit de l’information s’est complexifié avec un flux informationnel permanent et accéléré, bousculant le circuit traditionnel de l’information. Le marché des médias est devenu hyperconcurrentiel. L’information originale a une valeur commerciale donc aussitôt publiée, elle est immédiatement reprise par les autres médias, ce qui entraîne l’homogénéisation de l’information. Il faut faire le buzz. Donc on réduit au maximum les investigations afin de faire le buzz. Peu importe si l’information est vraie, fausse ou transformée.
    La manipulation des masses est devenue la règle. La peur est reine, Covid, guerre, variole du singe, bientôt la méningite du maquereau etc. maintenant que l’expérience covid fut une réussite d’asservissement, les dirigeants ne vont pas s’arrêter là. De plus les Etats-Unis ont réussi à faire croire que Poutine allait envahir l’Europe et que la Chine est aussi un ennemi, les pays européens ont perdu toute souveraineté en géo-économie, géopolitique et géostratégie. Nous ne sommes pas au bout de nos surprises.

    Aimé par 1 personne

    • cgn002 dit :

      Joli travail !
      J’aurais rajouté l’importance de l’abaissement des valeurs morales. D où la technique de créer une confusion entre le bien et le mal. D où les attaques régulières de tout ce qui se voudrait moralisateur. D où la coolitude qui tolère toute dérive laxiste. D où la nouvelle recherche d impunite à bon compte. D où la répétition « nous ne sommes que des humains ». Perso j interprète plutot cela comme « nous devons écouter l animalité qui est en nous ».
      Bref, en parfait accord avec ce que beaucoup decrivent ici sur l’asservissement par l avènement de la bêtise…en commençant par le triomphe de la médiocrité…la socialie ayant fait le job pendant des décennies…

      J’aime

  2. Anonyme dit :

    Mais si il y avait que cela ? carte Vital ,plus de 150 000 sont fausses ,fausse fiche de paye ,permis de conduire ,j’en passe et des meilleurs , a un moment STOP sinon on va avoir Mme LEPEN présidente michel43

    J’aime

  3. charlymesdoun dit :

    Pour l’instant la preuve est apportée que cela marche! J’attendais, mais sans trop y croire que madame Pécresse nous donne la preuve du contraire.

    J’aime

  4. Ping : Comment réduire un peuple à l’esclavage (en tout cas essayer) — Maxime Tandonnet – Mon blog personnel – La vérité est ailleurs

  5. Dorine dit :

    Mr Tandonnet, en matière d’assistanat, il n’y a pas que l’assistanat financier dévolu aux pauvres ou paresseux comme vous le le dîtes entre les lignes.
    Il y a tout une cohorte de français qui sont des assistés sans le dire. Quand mes malades arrivent sans documents, en me disant qu’ils prennent des petites pilules en forme de coeur ou bien jaunes, qu’ils ne savent pas vraiment pour quelle maladie ils sont traités, qu’ils ignorent tout de leur santé mais qu’ils ont mal là, ce ne sont pas des indigents ou des vieillards, mais des gens qui ont décidé de se remettre entièrement aux mains des médecins en prenant leur santé comme étrangère à eux. Pour mieux s’en prendre aux médecins par la suite et leur faire des procès.
    L’office de tourisme local voit arriver des touristes qui leur demande de composer leur journée. Ils ne savent pas choisir et s’organiser….
    La fleuriste me dit que beaucoup de clients lui demande de composer elle-même les bouquets en lui précisant la couleur du canapé et des murs…..
    Une enseignante à la retraite, croisée en randonnée, nous a expliqué que les enfants n’étant plus notés pour ne pas les traumatiser ni chagriner les parents, on les mets en fichier Excel, envoyé à l’administration à leur insu et qui va les suivre toute leur vie.
    L’indifférence de la population à l’égard de la santé a poussé le gouvernement à créer un logiciel où toutes les informations médicales du patient seront fichées d’un cabinet à l’autre. On pourra ainsi bientôt ne plus soigner ou ne plus rembourser les malades trop lourds financièrement. <Le privé, tenu par des sociétés à but lucratifs commencent déjà à trier les malades. J'en ai un exemple stupéfiant.
    Donc, il ne faut pas accuser ceux à qui on déverse des allocations de dingue, mais une mentalité sournoise qui gagne les français qui n'ont plus de désirs ni de réflexion.
    Souvenez-vous, dans le désert du Sinaï, les hébreux, confrontés à leur nouvelle liberté, à leur libération de l'esclavage égyptien, réclamaient le retour en Egypte plutôt que d'assumer leur liberté.
    La liberté n'est pas une évidence, elle se gagne aussi au prix d'un vouloir et de renoncements. Et cela, la majorité des français ne sont pas prêts à cela, y compris nous tous sur ce blog……

    Aimé par 2 personnes

    • Philippe dit :

      Bonjour Dorine,

      Votre analyse est tout à fait juste et pertinente, je le constate tous les jours dans mon travail de formation. Mais les dirigeants les conditionnent et les formatent pour qu’ils soient ainsi.
      1984 et le meilleur des mondes sont des mode d’emploi pour nos dirigeants

      J’aime

    • Pheldge dit :

      la liberté va avec la responsabilité, et ça, ça effraie, et effraiera de plus en plus des individus habitués à être maternés par l’état.

      J’aime

  6. Léo C dit :

    Il faut toutefois préciser qu’en matière de pitre, on en tient un sévère depuis 5 ans.

    Esprits vierges et manipulables, écrivez-vous ? Pour avoir remis le couvert 5 ans supplémentaires, il faut être méchamment anesthésié.

    La seule consolation que je trouve à la présence LFI (encore plus dangereux, ceux-là) à l’AN est qu’elle a participé à casser le joujou de l’histrion, avec le RN.

    Sinon, je n’aurais sans doute pas eu les mêmes facilités à m’envoler demain matin.

    Bonnes vacances Mr Tandonnet, ainsi qu’à toutes et tous.

    J’aime

  7. Lu ce matin sur Facebook:

    Lettre non datée d’Antoine de Saint-Exupéry au général Chambe, écrite probablement en juin 1943, un peu plus d’un an avant sa disparition, le 31 juillet 1944 (extraits)

    « … En octobre 1940, de retour d’Afrique du Nord où le groupe 2 – 33 avait émigré, ma voiture étant remisée exsangue dans quelque garage poussiéreux, j’ai découvert la carriole et le cheval. Par elle l’herbe des chemins. Les moutons et les oliviers. Ces oliviers avaient un autre rôle que celui de battre la mesure derrière les vitres à 130 kms à l’heure. Ils se montraient dans leur rythme vrai qui est de lentement fabriquer des olives. Les moutons n’avaient pas pour fin exclusive de faire tomber la moyenne. Ils redevenaient vivants. Ils faisaient de vraies crottes et fabriquaient de la vraie laine. Et l’herbe aussi avait un sens puisqu’ils la broutaient.

    Et je me suis senti revivre dans ce seul coin du monde où la poussière soit parfumée (je suis injuste, elle l’est en Grèce aussi comme en Provence). Et il m’a semblé que, toute ma vie, j’avais été un imbécile…

    Aujourd’hui, je suis profondément triste. Je suis triste pour ma génération qui est vide de toute substance humaine. Qui n’ayant connu que les bars, les mathématiques et les Bugatti comme forme de vie spirituelle, se trouve aujourd’hui plongée dans une action strictement grégaire qui n’a plus aucune couleur…

    Je hais mon époque de toutes mes forces. L’homme y meurt de soif…

    Ah ! Général, il n’y a qu’un problème, un seul de par le monde. Rendre aux hommes une signification spirituelle, des inquiétudes spirituelles, faire pleuvoir sur eux quelque chose qui ressemble à un chant grégorien. On ne peut vivre de frigidaires, de politique, de bilans et de mots croisés, voyez-vous ! On ne peut plus vivre sans poésie, couleur ni amour. Rien qu’à entendre un chant villageois du 15ème siècle, on mesure la pente descendue. Il ne reste rien que la voix du robot de la propagande (pardonnez-moi). Deux milliards d’hommes n’entendent plus que le robot, ne comprennent plus que le robot, se font robots…

    Il n’y a qu’un problème, un seul : redécouvrir qu’il est une vie de l’esprit plus haute encore que la vie de l’intelligence, la seule qui satisfasse l’homme. Ca déborde le problème de la vie religieuse qui n’en est qu’une forme (bien que peut-être la vie de l’esprit conduise à l’autre nécessairement). Et la vie de l’esprit commence là où un être est conçu au-dessus des matériaux qui le composent. L’amour de la maison —cet amour inconnaissable aux États-Unis — est déjà de la vie de l’esprit…
    Il faut absolument parler aux hommes…

    La substance même est menacée, mais, quand elle sera sauvée,
    alors se posera le problème fondamental qui est celui de notre temps. Qui est celui du sens de l’homme et auquel il n’est point proposé de réponse, et j’ai l’impression de marcher vers les temps les plus noirs du monde.

    Ça m’est égal d’être tué en guerre. De ce que j’ai aimé, que restera-t-il ? Autant que les êtres, je parle des coutumes, des intonations irremplaçables, d’une certaine lumière spirituelle. Du déjeuner dans la ferme provençale sous les oliviers, mais aussi de Haendel. Les choses, je m’en fous qui subsisteront…

    Ce qui vaut, c’est certain arrangement des choses. La civilisation est un bien invisible puisqu’elle porte non sur les choses, mais sur les invisibles liens qui les nouent l’une à l’autre, ainsi et non autrement.

    Nous aurons de parfaits instruments de musique, distribués en grande série, mais où sera le musicien ?

    Si je suis tué en guerre, je m’en moque bien. Ou si je subis une crise de rage de ces sortes de torpilles volantes qui n’ont plus rien à voir avec le vol et font du pilote parmi ses boutons et ses cadrans une sorte de chef comptable (le vol aussi c’est un certain ordre de liens).

    Mais si je rentre vivant de ce « job nécessaire et ingrat », il ne se posera pour moi qu’un problème : que peut-on, que faut-il dire aux hommes ? »

    Aimé par 1 personne

  8. Sganarelle dit :

    Ne pas oublier la pornographie dont parle si bien Soljenytsine et dont il dit qu’elle sert à asservir un peuple dans la facilité
    N’oublions pas non plus «  les pains et les jeux » dont parle Murray et qui sont au cœur de nos belles réjouissances organisées
    .la pauvreté intellectuelle l’enseignement tronqué l’absence de spiritualité …etc etc
    .Tout ce qui tend à abrutir et ramener l’individu au matérialisme primaire en jouant sur ses instincts basiques asservit mieux et plus durablement qu’un banal lavage de cerveau
    La peur de la mort est en chacun de nous et c’est tant mieux pour l’instinct de vie , l’utiliser comme moyen de domination n’est pas nouveau et on ne peut incriminer celui qui s’en sert , en revanche la balle est dans le camp de ceux qui subissent et c’est à chacun de nous de relativiser et d’agir en conséquence.

    Aimé par 2 personnes

  9. cgn002 dit :

    Cette chronique (ci-dessous) est un bon résumé de la période covid et de l » effet du couplage Macron avec son conseil scientifique ( à savoir que l ‘AN ne pouvait pas objecter quoi que ce soit lors de ce premier quinquenat).
    On peut retenir que quand un chef ne comprend pas un sujet, il devient incapable de pondérer tout compromis entre la politique et la science.
    Il en en est de même sur bien des sujets comme l’ énergie par exemple. Et j » en passe.

    https://www.lefigaro.fr/vox/politique/le-conseil-scientifique-compose-de-gens-brillants-a-mis-a-mal-nos-principes-democratiques-20220722?utm_source=app&utm_medium=sms&utm_campaign=fr.playsoft.lefigarov3

    J’aime

  10. lambrays dit :

    Je suis d’accord à 100 %, mais comment se faire élire en annonçant aux électeurs en mal de pouvoir d’achat qu’ils vivent au dessus de leurs moyens et qu’ils doivent travailler au moins jusqu’à 65 ans. Pour se redresser il faudrait aussi alléger la charge que représente un assistanat débridé et celle constituée par le coût d’une caste politico administrative et d’une fonction publique pléthoriques, correspondant à la noblesse à la veille de la révolution, qui était de plus en plus nombreuse et de moins en moins utile. Cela fait beaucoup de monde à mécontenter.

    J’aime

    • Iris dit :

      […Je suis d’accord à 100 %, mais comment se faire élire en annonçant aux électeurs en mal de pouvoir d’achat qu’ils vivent au dessus de leurs moyens et qu’ils doivent travailler au moins jusqu’à 65 ans…]
      Hé bien , vous avez la réponse cela fait 4,7 % à l’élection présidentielle…

      J’aime

  11. PLC dit :

    Bonjour, il faut aussi enseigner dès le plus jeune âge que l’État vous veut du bien :
    https://www.sarthe.fr/actualites/un-programme-sport-sante-pour-les-collegiens

    J’aime

  12. E Marquet dit :

    Ne sommes-nous pas tous, à quelque niveau que ce soit des esclaves consentants ?
    Et pourtant, l’Histoire de l’humanité n’est-elle pas justement de toujours tenter de rompre avec ce qui réduit l’humain à n’être qu’un esclave consentant, ou un bon élève obéissant ?
    « Il est temps pour chacun de nous de se débarrasser de l’esclave qui est en nous » écrivait Tchékov.
    Goethe pensait que « Personne n’est plus en esclavage que celui qui croit à tort qu’il est libre ».
    Quand au révolutionnaire, Pierre Victurnien Vergniaud, porte-parole des Girondins, il disait dans un discours en 1792 : « Ils ne sont grands que parce que nous sommes à genoux : levons-nous », mais il avait aussi conscience que « La Révolution est comme Saturne, elle dévore ses enfants ». Il avait répondu à Robespierre en 1793 : « On cherche à consommer la Révolution par la terreur, j’aurais voulu la commencer par l’amour ». Il cherchera à sauver Louis XVI, mais
    finalement, le 15 janvier 1793, il votera la mort du Roi…..et ironie du sort, c’est lui qui prononcera le verdict.
    Plus proche de nous, dans « Le Meilleur des Mondes » d’Aldous Huxley, l’auteur annonce une société du spectacle où le bonheur est obligatoire, une société régressive et infantilisante qui mène au totalitarisme absolu, ses esclaves ayant l’amour de la servitude, l’individu abandonnant son libre-arbitre, ainsi que la quête de la beauté et de la vérité.
    La pire ironie n’est-elle pas d’appeler ses esclaves « des citoyens » ?
    Pour s’en extraire méditons ce : « Ils ne sont grands que parce que nous sommes à genoux : levons-nous », non pas par esprit de revanche, mais par esprit de responsabilité envers notre commune humanité.

    Aimé par 2 personnes

    • Pheldge dit :

      ne pas oublier la Boétie et son « son Discours de la servitude volontaire » qui doit être à peine abordé dans les lycées …

      J’aime

  13. C’est exactement cela. Je ne suis cependant pas sur que notre classe dirigeante ait vraiment conceptualisé tout cela. A t elle d’ailleurs des moyens intellectuels exceptionnels pour cela ? Je pense plutôt que c’est au moins en partie l’effet d’évolutions spontanées selon la plus grande pente. Les masses préfèrent être flattées et assistées plutôt que faire des efforts vers de véritables progrès. Je ne suis cependant pas complètement pessimiste car même si la nature humaine change peu au fil des siècles, il y a quand même de temps en temps des progrès incontestables. D’où viennent ces progrès ? Sans doute de crises majeures. Mais sommes nous actuellement en état de crise « majeure » ou de crise « ordinaire » ?

    J’aime

    • Pheldge dit :

      tout à fait, c’est l’illustration du « théorème de Madelin » : « Entre le machiavélisme du pouvoir et la connerie, considérez toujours que la connerie est l’hypothèse la plus probable »

      J’aime

  14. Gérard Bayon dit :

    Bonjour à toutes et à tous,
    « Asservir le peuple par la peur » : depuis la gestion lamentable du covid, le gouvernement actuel n’a cessé de maintenir ce climat anxiogène :
    – « C’est moi ou le chaos » brayait E. Macron lors de l’élection présidentielle.
    – aujourd’hui c’est le conflit Ukrainien : ll faudra faire des sacrifices concernant le chauffage et le carburant.
    – la forte inflation mondiale galopante amplifie à dessein cette peur de demain .
    – Le pic de la 7ème vague du covid est à peine passé que déjà nos médecins « enfermistes » nous prédisent un automne et un hiver « difficiles ».
    – Notre système de santé que nos politiciens ont savamment détruit mandat après mandat fait déjà craindre le pire dès cet été avec l’augmentation des accidents de vacances et une nouvelle hypothétique canicule estivale. (campagne publicitaire du « 15 »).
    Nos médias, toujours aux ordres, entretiennent à merveille du matin au soir ce climat d’angoisse quand ils n’en rajoutent pas une dose….dernier exemple : Taiwan et le risque d’intervention Chinois qui déclencherait un conflit mondial.
    Que faudrait il de plus pour ne pas sombrer dans la paranoïa ?
    Quant à la distribution de chèques d’argent magique, je me souviens qu’en 2017 nous étions nombreux à nous moquer gentiment de la proposition farfelue d’un revenu universel par le candidat B. Hamon .
    Cinq années plus tard, c’est E. Macron, qui relance l’idée lors de la campagne présidentielle . A y regarder de près, n’en prenons nous pas tout droit le chemin ?
    M. Houellebecq avait il tout simplement anticipé dès 2015 le décadentisme que nous vivons avec son roman de politique-fiction : Soumission ?
    Une chose est certaine : « Les jours heureux » sont bel et bien derrière nous.

    Aimé par 2 personnes

    • fraternel dit :

      @bayon
      à nous le peuple de vouloir retrouver les jours heureux en arretant de nous laisser manipuler
      l’assemblée nationale aura cette fosi çi son mot à dire (meme si tout n’est pas parfait dans cette institution) et notre vulcain des forges a tout intéret à mettre des gants s’il ne veut pas se bruler les doigts.
      quant au nouveau comité théodule qui s’est msi en place c’est le remake du conseil scientifique.
      ce n’est qu’un avis personnel
      bonne journée!

      J’aime

  15. Paul Aubrin dit :

    L’absence de culture scientifique et technique est inquiétante. La technique, comme les couteaux, peut servir au pire comme au meilleur, mais la régression technique est la garantie de l’échec. Or nos amis les écologistes sont le plus souvent des technophobes forcenés (et des menteurs invétérés).

    Aimé par 1 personne

  16. Paul Aubrin dit :

    On peut craindre beaucoup du futur « conseil scientifique » qui remplacera celui présidé par Delfraissy.
    Aux USA, le président Biden a réussi à mettre en place une taxe sur le méthane pour financer la « justice environnementale ». Les produits d’origine animale, viande, produits laitiers… seront taxés pour financer les campagnes des associations woke.

    Aimé par 1 personne

  17. pierre guillez dit :

    Correction : vous oubliez l’ennemi, qu’il soit…

    J’aime

  18. pierre guillez dit :

    Bonjour merci pour ce bon article.
    Vous oubliez l’ennemi, qu’il 1 personne ennemi public numéro 1, ou une ethnie, ou un groupe politique religieux ou social. L’agressivité naturelle doit s’exprimer et d’extérioriser de manière dirigée, conduite dans le droit chemin. Les sports militaires avec parades sont là très utiles.
    Aussi il faudrait inventer une pseudo religion, qui remplace les mythes existants, et les règles ou codes qui régissent la vie en société. Il est important que le sens des textes soit obscur, permettant plusieurs interprétations, pour que chacun y trouve à manger et à boire, et pour que le chef ait le pouvoir surnaturel de choisir l’interprétation adéquate. Le Coran est un excellent exemple.
    Un moustachu utilisait très bien ces 2 leviers.
    Par contre la creation de castes semble une erreur, car cela conduit à des guerres civiles et à une forte diminution de l’usage des capacités humaines, qui fragilisent le pouvoir.
    Les esclaves ont souvent été les traitres, l’Espagne musulmane était en permanence en guerre civile, et Rome augmentait sa puissance en donnant la citoyenneté aux peuples conquis.

    J’aime

  19. Simon dit :

    Bonjour Maxime,
    Oui, les peurs sont une manière de gouverner : la maladie, le climat, la guerre…Même des gens éduqués abdiquent toute réflexion et discernement. La deuxième manière est l’obligation. Démarchés pour changer de voiture, on nous impose la voiture électrique, voiture de citadin bobo, pour parcourir nos campagnes, on ne prenant en compte ni la possible pénurie d’électricité, ni sa cherté ou encore l’équipement en « station » en France et au-delà. Imaginez le chassé-croisé en juillet/août ! Par ailleurs, ces voitures sont inamortissables !
    C’est l’obligation de changer de moyen de se chauffer, dès les prochains hivers… Tout sur l’électricité ! Dans nos campagnes, la plupart, dans les vieilles maisons, ont un chauffage au fioul et l’hiver dernier ont fait l’amère expérience de chauffer a minima, le fioul étant passé de 80 centimes à 1,60 € !
    « Winter is coming » ! « Invités à changer de système de chauffage, l’installateur de chaudière à pellet nous a dit que le système était loin d’être efficace, redoutable en terme d’équipements (silo à pellet, livraisons) et que déjà Total rachetant toutes les entreprises produisant du pellet. Les panneaux photovoltaiques coûtent chers (1000 €le panneau environ), ont une durée de vie de 10 ans et ne sont efficaces que l’été.
    Ce sont encore les éoliennes qui sont de vrais dommages écologiques ne serait-ce que par la base en béton et que ce gouvernement pourri, frétillant de bêtise, installe, coûte que coûte en baie de St Brieuc et estuaire de la Gironde…
    Je ne parle pas de la guerre en Ukraine, qui fait du mal à notre économie. Je suis plutôt d’accord avec les propos de François Asselineau.
    Que pouvons nous faire ? Rien, c’est cela qui est dramatique. J’ai un nouveau neveu, élu LR, avec lequel j’ai abordé la question de la déliquescence de notre pays, qui a abondé dans notre sens et a parlé aussi du manque de courage de nos élus, édiles. Que faire ? Vous-même, Maxime, soulignez jour après jour cet effondrement, sans jamais proposer de solutions. Cet effondrement va de pair avec la déchristianisation de notre pays, l’abandon de notre civilisation. Ainsi Aldo Sterone parlait des milliardaires américains qui voudraient nous faire manger des excréments pour sauver la Terre, Gaïa, quoi ! Ou ce Suédois qui considère que nous devons revenir au cannibalisme !
    Je termine avec ce triste anniversaire où nous aurions consommé tout ce que Gaïa avait à nous donner pour cette année. Oublié le recul de la faim dans le monde ces 60 dernières années alors que nous sommes passés de 3 à 8 milliards d’êtres humains.

    J’aime

  20. Ping : Comment réduire un peuple à l’esclavage (en tout cas essayer) | Qui m'aime me suive…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.