« Ces gens-là » :  les polémiques à répétition, signes de l’impuissance ou de l’abêtissement politique? (pour Figaro Vox)

La vie politique française semble poursuivre son inexorable effondrement comme le prouve la dernière grande polémique de l’été. La victime en a été Madame Cayeux maire de Beauvais, venue de LR, ministre nouvellement nommée du gouvernement d’Elisabeth Borne. Ses prises de positions de jadis contre « le mariage pour tous » la rendaient suspecte aux yeux d’une partie de la classe politique, dite progressive, venue de la gauche et convertie au macronisme.

Revenant sur les critiques que lui valait cet engagement, cette personnalité s’en est publiquement démarquée avant de provoquer un tollé en évoquant ses amis parmi « ces gens-là » c’est-à-dire les couples de même sexe, mariés sur le fondement du mariage pour tous.

Cette formule « ces gens-là » a été ressentie comme humiliante voire dégradante par une partie du monde médiatique et politique français. Et l’affaire a pris des proportions démesurées. Une pétition réclamant sa démission a recueilli des centaines de signatures. Plusieurs membres du gouvernement ont condamné ces paroles. Ainsi, comme s’il ne suffisait pas au pouvoir exécutif d’avoir perdu la majorité absolue aux législatives, il aura suffi d’une anecdote pour ébranler la solidarité gouvernementale… tout juste quelques semaines après les élections nationales.

La formule « ces gens-là » mérite-telle en effet un pareil tollé ? Elle renvoie bien évidemment à la célèbre chanson de Jacques Brel qui fustige une famille bourgeoise rancie. A ce titre, elle peut-être en effet taxée de maladresse. Mais qu’une maladresse de langage tourne à l’affaire d’Etat souligne la fébrilité de ce qu’il est convenu d’appeler « la France d’en haut », ou une grande partie d’entre elle et sa dégradation au rang de cour de récréation d’école primaire.

Les mêmes qui jugent cette formule méprisante envers une partie de la population française se sont-ils formalisés quand des chefs de l’Etat ont parlé avec, au moins autant de légèreté, d’une autre partie de cette population avec des mots bien plus explicites : sans dents, gaulois réfractaires, fainéants, illettrés, ceux qui ne sont rien et ne peuvent même pas se payer un costume ou les chômeurs auxquels il suffirait de traverser la rue pour trouver un emploi ?   Non ; alors, pourquoi ce deux poids deux mesures dans l’indignation ?

Pendant ce temps-là, le monde continue d’avancer dans le plus grand chaos. La guerre se poursuit en Ukraine, la paupérisation gagne du terrain en Afrique. En France les classes populaires sont frappées de plein fouet par l’inflation tandis que le chômage continue de toucher plus de 5 millions de personnes selon pôle Emploi, la dette publique poursuit sa vertigineuse progression avec la remontée des taux d’intérêt et une grave récession menace le pays. Dans un climat de banalisation de la violence quotidienne, trois jeunes joueurs de rugby ont été massacrés à Angers, au cœur du « jardin de la France » pour avoir pris la défense d’une jeune fille importunée… Et ce drame fait infiniment moins de bruit…

« Ces gens-là », c’est-à-dire les responsables de la France prétendument d’en haut, politique et médiatique préfèrent sans doute se vautrer dans les indignations successives et les tollés à répétition plutôt que d’ouvrir les yeux sur le monde des réalités et relever les vrais défis de l’avenir. Les cris d’orfraies font plus de buzz que le travail laborieux. Et les polémiques à répétition permettent de couvrir d’un rideau de fumée les échecs et l’impuissance publique. A moins que l’effondrement du niveau scolaire depuis plusieurs générations soit à la source d’un authentique abêtissement du monde politico-médiatique désormais privé de la faculté intellectuelle de distinguer l’accessoire de l’essentiel, ou les tempêtes dans un verre d’eau des vraies tempêtes de l’histoire.

MT

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

24 commentaires pour « Ces gens-là » :  les polémiques à répétition, signes de l’impuissance ou de l’abêtissement politique? (pour Figaro Vox)

  1. Janus dit :

    « Il est étrange et remarquable que les idées qui ne manquent pas aux français, trouvent en France si peu de crédit, plus de railleries que d’attention et aussi peu d’effets que de durée. Nos lois sont les plus arriérées de l’Europe. Les questions les plus graves pour l’avenir de la race sont négligées ou ne se traitent qu’en paroles.Enfin, il n’est pas de problème ou d’événement qui ne soit, a peine apparu, apprécié selon les coutumes primitives de la politique des partis, saisi comme une arme,utilisé au plus tôt à produire dans la nation une polarisation prompte et énergique des individus, qui convient sans doute à notre humeur, car il semble que nous aimions la division pour elle-même. Cette caractéristique singulière, qui fait, en mainte occasion,notre impuissance, est opposée à la liberté des esprits comme elle contraste, d’autre part, avec le développement de la culture générale.  »
    Paul Valery.
    Nihil nove sub sole

    Aimé par 1 personne

  2. Ping : « Ces gens-là » :  les polémiques à répétition, signes de l’impuissance ou de l’abêtissement politique? (pour Figaro Vox) | Qui m'aime me suive…

  3. Citoyen dit :

    Dans le cas présent, la véritable question intéressante à se poser, consiste à se demander :
    Mais, qu’est-ce qu’elle est allée foutre dans cette galère, avec « ces gens-là » ?!?…
    Une mauvaise interprétation de la fable : « Le Corbeau et le Renard » ? … Allez savoir ….
    Ceux qui se nomment « la France d’en haut », n’occupent plus depuis longtemps que le haut des égouts … Et il faut être vraiment en perdition pour aller se mêler de « ces gens-là », et patauger dans le même marigot, dont la puanteur devrait rebuter les plus aguerris …
    Mais après tout, chacun mène sa vie comme il l’entend …

    « A moins que l’effondrement du niveau scolaire depuis plusieurs générations soit à la source d’un authentique abêtissement du monde politico-médiatique désormais privé de la faculté intellectuelle de distinguer l’accessoire de l’essentiel, ou les tempêtes dans un verre d’eau des vraies tempêtes de l’histoire. »
    Houlala ! vous n’allez pas vous faire que des amis Maxime !
    On entend déjà les cris d’orfraies qui montent du marigot …

    Aimé par 2 personnes

  4. Monique dit :

    Bonjour Maxime Tandonnet, toutes et tous,
    Un article sans complaisance peint au couteau mais véridique hélas pour les Français
    A force de se rouler dans ce qu’il croit être « la France profonde », Macron a voulu leur faire croire qu’il leur ressemblait et qu’il était à leur portée. Comme le dit un paysan ici, c’est pas en marchant dans la bouse de vache qu’on connait la campagne .On peut pardonner à Macron de ne pas aimer les Français puisqu’il n’aime pas la France, c’est logique. Macron ne sait pas, ne connait pas, n’a jamais rien lu, ne s’est jamais arrêté à cette France profonde qu’il prend pour une assemblée de crottés et de culs terreux. (Il n’a pas encore trouvé ces superlatifs !)… et puis pour lui la populace de 1789, se résume à la Marseillaise accouchant de la république.
    Pourquoi traverser la rue pour trouver un boulot puisqu’il y a une allocation de non activité avec le RSA suivi du panier des aides ? c’est Macron qui créé des pauvres, des assistés, des gens qui ne pensent plus en attendant le bon, le chèque, le virement direct. c’est son électorat, c’est son fond de commerce et il vient nous parler de goût du travail et d’excellence…… dans cinq ans, Macron sera le président d’un pays du tiers monde.
    Non, il faut remettre les pendules à l’heure, la France profonde paie beaucoup d’impôts, n’en déplaise à Macron, le paysan endimanché est mort, il a aussi un costume de ville et il est élégant quand il sort, d’ailleurs il ne saurait pas le reconnaitre.
    Jamais, mais jamais les Français n’ont été aussi insultés qu’avec lui, pourtant j’ai vu quelques présidents, jamais la France n’a été autant sous estimée, elle ne méritait pas ce camouflet.

    Aimé par 1 personne

  5. fraternel dit :

    bonjour,
    on aurait aimé entendre les politiques qui en font des tonnes sur les propos maladroits de Madame CAYEUX qui il est vrai uarait du faire preuve de plus de prudence dans ses propos.
    mais bon qui donc parmi nous et j’en fait partie est un modèle de vertu sans défauts
    alors il est temps de cesser cette polémique qu’elle écrive une lettre d’excuses aux organisations conçernées et on en parle plus.
    en ce moment avec le les feux que comattent nos valeureux pompiers la guerre en ukraine le pouvoir d’achat la dette colossale etc.

    J’aime

  6. Etienne Tarride dit :

    Cher Maxime Tandonnet,
    Il est bien vrai que l’expression  » Ces gens là » n’est en rien scandaleuse et que la référence à Jacques Brel ne saurait suffire à exclure du vocabulaire une expression parfaitement correcte. Quand au fond du problème, il m’apparait évident qu’il existe un danger à faire appel à des individus qui tournent leurs vestes, et,surtout à faire appel à ces individus parce qu’ils tournent leurs vestes. Quand on les encourage, il ne faut pas s’étonner qu’ils continuent. Ils continueront d’ailleurs

    J’aime

  7. Berdol dit :

    Oui, nous sommes en pleine décadence et cela sous les yeux de tous et personne de réagit. J’ai lu les amendements du sénateur Bas à la loi qui tente de réinstaurer le pass sanitaire : Ce pauvre Bas se comporte comme l’ancien haut fonctionnaire de la santé qu’il fut avant sa prébende de sénateur . Ce type, qui était passé pour être un défenseur des traditions françaises vient de montrer son vrai visage : Un affidé de big pharma, plein de sollicitude pour notre santé , mais surtout intéressé par les remerciements que les grands laboratoires ne manqueront pas de lui manifester de façon tangible.
    Aussi, ou que l’on se tourne on ne voit que des corrompus, des crétins et des étatistes devenus hystériques. Par profession, vous avez fréquenté toute cette engeance et je me demande comment vous avez pu conserver un peu de sens commun ?
    Pour conclure, rien de positif ne pourra sortir de cette « droiche » LR qui n’a de cesse que de trahir une fois de plus et à chaque occasion. Et celui qu’on croyait pur montre qu’il est seulement plus discret que ses compagnons de luxure !

    Aimé par 1 personne

  8. E Marquet dit :

    On n’entre plus en politique comme on entre en religion !
    Il semble que de plus en plus ce ne sont plus les convictions, les idées ou l’envie de faire bouger ou avancer les choses qui font entrer en politique. On fait de la politique pour avoir ou garder un statut, un titre, une rémunération. Ce devrait être une profession de foi, on en fait un métier comme un autre.
    Pour durer, certains politiques sont prêts à renoncer à tout sauf à la tentation de suivre l’air du temps, et pour faire bonne mesure, à s’agenouiller devant des idéologies toujours plus progressistes et destructrices, ou, a contrario, plus rétrogrades et obscurantistes, et à renoncer à leurs idéaux, si toutefois ils en avaient.
    Nous vivons actuellement sous la domination de minorités très agissantes qui étouffent toute liberté d’expression et toute divergence de vue, et qui phagocytent tous les cercles de pouvoir, qu’ils soient politiques, culturels, médiatiques….

    Ces joutes lamentables qui occupent le discours politique, les médias et les réseaux sociaux au détriment des problèmes essentiels, me rappellent certaines répliques du célèbre film « Ridicule » de Patrice Lecomte :

    « Sachez qu’on juge un homme sur ses fréquentations » dit l’Evêque
    « On a tort, Monseigneur, Judas avait d’excellentes fréquentations » répond Ponceludon.

    Sur le mépris de nos élites envers « les petites gens » dont on semble moins s’offusquer que de l’expression « ces gens-là » quand elle s’applique à la minorité LGBTQI…
    A propos des paysans de la Dombes :
    «  Je suis ici pour vous parler des gens qui habitent le marais, il en meurt chaque jour. Pauvres gens…Et comme un malheur n’arrive jamais seul, leur simple évocation provoque l’ennui ! » dit l’Abbé de Villecourt.
    « Le problème, monsieur, c’est qu’ils ne nourrissent pas seulement les moustiques, ils nourrissent aussi les aristocrates » répond Ponceludon.

    Aimé par 4 personnes

  9. Nouille dit :

    Ces gens là n’aiment pas qu’on les désigne par « ces gens là »
    Mais par contre ces gens là eux memes n’hésitent pas
    A appeler « ces gens là » les gens qui appellent ces gens là
    Entre ces gens là et ces gens là
    Difficile de faire un choix
    Si quelqu’un y comprend quoi que ce soit
    Merci de me laisser un message sur mon blog
    Qui d’ailleurs n’existe pas

    Aimé par 1 personne

  10. Pheldge dit :

    « pourquoi ce deux poids deux mesures dans l’indignation ? » parce que cela touche des minorités, et que désormais, grâce à Mitterrand, il n’y a plus de peuple français, mais une juxtaposition de minorités vociférantes, qui exigent, qui réclament, et qui se prévalent de droits … On leur offre donc un traitement différent, une sorte de « discrimination positive 2.0 ».
    Et cette situation est autant l’oeuvre de la gauche que de la droite, qui depuis quarante ans, avale toutes les couleuvres progressistes, de peur d’être assimilée à qui vous savez !

    Aimé par 1 personne

    • Mon poing de vue Phelge c’est que les droites françaises ont une responsabilité dans la situation présente. La première fois Macron a été élu avec des voix de gauche qui ne voulait pas Marine Le Pen. Cette fois-ci il est réélu avec des voix de droite qui ne veulent pas Mélanchon. Les écolos perdent les élections car ils font trop de scénarios catastrophes, leurs positions sont souvent perçues comme « punitives ». Le c’est notre faute notre très grande faute ne passe pas chez beaucoup de personnes. Quant aux droites françaises de mon point de vue elles font trop dans les paniques morales. Cela ne plaît pas non plus à beaucoup de monde. Macron semble décidé à continuer à faire du Macron. A suivre…

      J’aime

    • point bien entendu et pas poing il n’y avait aucune intention consciente de ma part de chausser des gants de boxe pour vous commenter 🙂

      Aimé par 1 personne

  11. Impuissance politique ou abêtissement politique? Ou tout simplement une technique pour ne pas traiter des vrais problèmes?

    Une bonne nouvelle ce matin:
    https://www.lemonde.fr/economie/article/2022/07/20/apres-plusieurs-annees-a-l-arret-canadair-va-relancer-sa-ligne-de-production_6135546_3234.html

    Une nouvelle aussi qui mériterait d’être plus précise:
    https://www.huffingtonpost.fr/entry/incendies-en-gironde-macron-promet-un-grand-chantier-pour-replanter-la-foret_fr_62d818c0e4b06e213fb9bfb9

    Que va-t-on replanter? Que faut-il replanter? Comment replanter?

    Un voeu personnel : ne pas refaire à l’identique.

    J’aime

  12. Gerard Bayon dit :

    Bonjour à toutes et à tous,
    La dernière phrase de votre billet résume et entérine les causes de la médiocrité et l’obscurité actuelles.
    Les leçons de moralité et de probité que voudraient nous donner nos « élites » souvent plus véreuses que la moyenne, ne trompent plus personne et surtout pas les électeurs.
    Je passerai sur les propos d’untel ou d’unetelle qui relèvent de l’écume de la politicaillerie et qui occupent des heures entières nos journaleux car, ce qui se passe en ce moment parmi les puissants de ce monde est tout simplement scandaleux, écœurant et ignominieux.
    Pour eux, « la fin justifie les moyens » et cet adage digne d’un Machiavel est devenu leur mantra.
    Voir et entendre J. Biden tenter de dealer avec le boucher Saoudien, U. von der Leyen se déplacer à Bakou pour lécher les bottes du dictateur de l’Azerbaïdjan qui massacre les Arméniens et le qualifier : « d’un des fournisseurs les plus fiables et dignes de confiance » en échange d’un peu de gaz à 20% Russe….ou encore E. Macron dérouler le tapis rouge et la vaisselle dorée du château de Versailles pour recevoir le président des Emirats arabes unis, me révulse.
    A quand les honneurs militaires et les décorations pour les présidents Iraniens et Vénézuélien ?
    F. Hollande nous avait déjà habitué au déshonneur et à l’ignominie en remettant subrepticement la légion d’honneur en 2016 à un prince Saoudien en échange d’accords commerciaux et de vente d’armes.
    Voilà ce que nos folliculaires, nos politiciens et nos philosophes de salon devraient dénoncer publiquement, s’ils avaient une once de courage et d’honneur.
    Mais tous « ces gens-là » qui se gargarisent des fameux « principes démocratiques » préfèrent perdre leur âme et ne sont que les piètres descendants d’Esaü.

    Aimé par 1 personne

    • Pheldge dit :

      au risque de vous décevoir, les autres pays producteurs d’hydrocarbures ne sont pas exactement de paradis ni des modèles de démocratie … Et on l’a vu avec l’Irak ou la Lybie, renverser des dictateurs pour y « apporter la démocratie » n’est pas vraiment une réussite.
      A moins, pour être cohérent avec des idéaux élevés, de s’abstenir de consommer des produits pétroliers, là encore bonne chance …

      J’aime

    • Gerard Bayon dit :

      Je sais tout cela @Pheldge mais je persiste à croire que « faire du commerce » ne justifie pas trahir et se déshonorer en vendant son âme en allant par exemple se prosterner à grand renfort de publicité médiatique, devant un minable dictateur assassin comme le fait Mme von der Leyen qui, par son attitude, humilie 27 chefs d’Etat de pays démocratiques.
      Bien sur, la France est habituée depuis des décennies à ces fourberies amorales, ce n’est pour autant la raison de baisser les bras et de considérer que tout cela est une fin en soi.

      J’aime

    • Pheldge dit :

      le problème est que Mme von der Leyen est une personnalité non élue, au mieux cooptée, qui n’a pas de compte à rendre aux populations qu’elle prétend représenter.

      J’aime

  13. Sganarelle dit :

    On ne peut plus rien dire et surtout rien concernant les «  minorités » qui loin d’être intégrés continuent à se différencier en exigeant des égards particuliers comme on peut en avoir pour le minus habens qui est déficient. Style faussement charitable : « Attention ces gens là n’étant pas comme nous il faut se mettre a leur portée car ils ne comprennent pas tout » À force de précautions on augmente les différences et l’attitude envers les minorités pourrait être taxée de «condescendante. » en accentuant le clivage.
    Ce serait pitoyable si ce n’était pas autant ridicule.
    Quand on étale et pavoise fièrement son intimité il ne faut pas s’étonner qu’elle soit discutée moquée critiquée et faire partie d’une catégorie revendiquée implique fatalement une réaction de l’opposition. Mme Cayeux a le droit de penser et la liberté d’expression lui permet de l’exprimer si elle en ressent le besoin. «  ces gens là » c’est vrai a un côté méprisant qui est pire qu’une pensée négative et son erreur et son tort est d’enfoncer le clou en voulant s’excuser, on sait tous que vouloir réparer une gaffe est un exercice périlleux , à plus forte raison quand il ne s’agissait pas d’une gaffe mais de convictions personnelles qui en leur temps étaient encore audibles.

    J’aime

  14. Stanislas dit :

    Faites comme moi, je ne fréquente pas :
    – la télé passée par la fenêtre depuis un moment :
    – les médias des proprios cotés à plusieurs zéros
    – les applis qui exprime une pensée en 20 mots..

    Quand un politique remue les lèvres pour débiter un truc important pour le pays (pas la dernière connerie insignifiante sortie d’un cocktail de préfecture ou dans un dortoir territorial ) devant une caméra ou un micro, il ne faut pas plus de deux heures, en cherchant un peu pour comprendre qu’il a fait un résumé choisi d’un tableau d’un rapport de 40 à 120 pages, qui, de fait devient une connerie par raccourci.

    Il devient nécessaire de s’habituer aux saillies dégradantes des individus ayant acquis un poste de « pouvoir » ; ce n’est pas nouveau, c’est même humain. Une bonne partie des promus se font de melon au moment même de leur nomination.
    En moins de deux ans, les médias sont désormais des accès directs aux salons ou aux cuisines des consommateurs de télés pour les insultes, les menaces, le chantage, et les saloperies ordinaires d’une bande de larbins dégénérés aux ordres de la finance internationale dans les coulisses. Cà peut faire mal sur le coup, mais un exercice de respiration permet de shooter dans le leurre probablement recherché pour cacher l’important. Ca met le vertige à la population et c’est voulu.

    Le fait est que pour accéder au sommet par les temps qui courent, en particulier depuis deux ans , le nommé, masculin et féminin, doit se préparer à ramper en accédant à son bureau.
    Une vacherie émise à 20 centimètres du sol ne s’élève pas, selon les meilleures études randomisées ; par conséquent elle ne peut atteindre que la cheville ou le mollet de la personne qui reste debout, même au fond du bled …

    Aimé par 1 personne

  15. solminique dit :

    BonjourMerci pour vos réflexions toujours pertinentes qui font du bien dans un monde politique où je ne me reconnais plus.Ne changez rien.Belle journée.Dominique SolnaisCauderan 1956😉Envoyé depuis mon appareil Galaxy

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.