A quoi servent les petites phrases (pour Atlantico)

  1. Interrogé à propos des Uber files, Emmanuel Macron a déclaré «Comme le dirait un de mes prédécesseurs, ça m’en touche une sans faire bouger l’autre». Ce n’est pas la première fois qu’Emmanuel Macron se fait remarquer par des petites phrases qui suscitent la polémique. Quelle est la tactique derrière ces sorties ?

Il y a plusieurs dimensions dans cette déclaration. D’abord la référence à Jacques Chirac, clin d’œil à un certain électorat de droite. Ensuite la tactique est évidente, elle est classique chez lui. Il s’agit de noyer le fond d’une question sérieuse dans la provocation et la polémique qu’elle engendre. Nous l’avions déjà constaté lors de l’affaire Benalla, sur un ton similaire : « qu’ils viennent me chercher ». C’est aussi une manière de rester dans la logique jupitérienne, signifiant qu’il se situe au-dessus du marécage politicien. Enfin peut-être une manière de se rassurer lui-même. Dans sa position de chef de l’Etat, protégé par le mandat de cinq ans, il se considère comme intouchable quoi qu’il arrive. Cette petite phrase le rappelle aux autres et à lui-même… 

2) Quel peut être son intérêt pour lui et pour sa majorité à agir de la sorte ?

L’intérêt pour lui est de noyer le sujet dans l’indifférence et la dérision.  Il laisse ses lieutenants batailler sur le front de la polémique. Et lui montre ainsi qu’il s’occupe des questions sérieuses, en particulier la guerre en Ukraine. L’objectif est aussi politique. Par ce comportement il tend à attiser les clivages entre les partis qu’il considère comme républicains et dignes d’un dialogue, et ceux avec lesquels il exclut de travailler, comme non républicains : RN et Insoumis. En excitant les esprits par cette provocation, il creuse le clivage entre les protestataires qui vont se saisir de ce prétexte pour l’attaquer et les autres, moins enclins à la bataille frontale. Là aussi on est dans une constante du macronisme, opposer les forces du progrès dont il se conçoit comme le champion, aux populismes ou extrémismes…  

3) A quel point cela entretient-il l’image d’un président qui n’accepte pas les responsabilités et qui préfère choquer que convaincre ?

Jusqu’à présent la politique de la provocation lui a plutôt bien réussi. On se souvient de déclarations choc qui ont marqué le premier quinquennat : les Gaulois réfractaires, ceux qui ne sont rien et ceux qui réussissent, les chômeurs qui n’ont qu’à traverser la rue pour trouver du travail. Et même à quelques semaines des élections, sa phrase incroyable pour un président passée à la postérité, « j’ai très envie d’emmerder les non vaccinés », ne l’a pas desservi, loin de là. Cela s’appelle la transgression. Faute de devoir s’expliquer sur le bilan de la gestion gouvernementale de l’épidémie ou sur l’intérêt du passe vaccinal, cette phrase mettait les rieurs vaccinés de son côté et montrait du doigt la petite minorité pestiférée des non vaccinés. Force est de constater que l’esprit critique des Français face à cette transgression habile, ni la solidarité envers les nouveaux parias ainsi désignés, n’ont joué d’une manière ou d’une autre.  

4) Dans quelle mesure ce genre de comportement est-il délétère ?

Il peut le cas échéant se retourner contre lui à plus ou moins long terme. Si la France, comme c’est prévisible, fait naufrage dans le chaos social, économique et politique, sa réputation d’audacieux provocateur et de pourfendeur du populisme sous toutes ses formes peut brutalement se retourner contre lui. Ses petites phrases apparaîtront non comme l’expression de l’audace mais comme celle de l’impuissance et de l’arrogance. En peu de temps, cette image peut se dégrader violemment et définitivement dans un contexte d’usure du pouvoir aggravé, devenue emblématique du malheur collectif. Et alors, plus personne ne contrôle plus rien. Dans l’histoire, les seconds mandats présidentiels se terminent généralement assez mal. Celui-ci pourrait bien ne pas déroger à la règle.

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

22 commentaires pour A quoi servent les petites phrases (pour Atlantico)

  1. Citoyen dit :

     » … protégé par le mandat de cinq ans, il se considère comme intouchable quoi qu’il arrive. Cette petite phrase le rappelle aux autres et à lui-même…  »
    Hé ben !… il essaie probablement de se rassurer … Pourtant les exemples ne manquent pas :
    En 1789, des têtes roulaient au sol … Chez les roumains un certain Ceaucescu a eu un traitement particulièrement adapté au problème qu’il posait … Dernièrement, au Sri Lanka, il y en a un qui a découvert qu’il pouvait courir (pour son bien) plus vite qu’il ne le pensait …
    Et il ne serait pas difficile d’en trouver d’autres …

     » Là aussi on est dans une constante du macronisme, opposer les forces du progrès dont il se conçoit comme le champion, aux populismes ou extrémismes…  »
     » les forces du progrès dont il se conçoit comme le champion  » … Comme par exemple, transformer le château en boite de nuit pour dégénérés !… Là, il n’y a pas à dire, il faut être un champion progressiste pour arriver à y voir un progrès … Sinon on passe à côté sans percevoir ce progrès fulgurant …

    J’aime

  2. Paul Aubrin dit :

    Il essaie de jouer son rôle, mais il sait de moins en moins où il va. Toutes ces petites tactiques politiciennes et ce manque de sincérité sont pathétiques. Au lieu de mimer les grands chefs d’État, il aurait mieux valu nommer comme premier ministre un véritable capitaine, fin manœuvrier, pour affronter les tempêtes qui arrivent.

    J’aime

    • there dit :

      @Paul j’imagine qu’en bon machiavélien il ne se préoccupe aucunement du cap du navire , mais seulement de son maintien en tant que chef. Pour cela il godille activement fier de ses moulinets . Mais le bateau est sorti du port , le vent se lève et il ne pourra guère compter sur son équipage de rufians . Ca va tanguer .

      J’aime

  3. Monique dit :

    Nous avons été les veaux de de Gaulle, les ploucs de Chirac, les sans dent de Hollande, les gens de rien de Macron, ah ! comme il est doux d’être aimés des présidents mais l’essentiel c’est que vive la France !

    J’aime

  4. Pheldge dit :

    « l’esprit critique des Français », euh, comment dire MT, c’est une blague ?

    J’aime

  5. Ping : A quoi servent les petites phrases (pour Atlantico) | Qui m'aime me suive…

  6. nicolasbonnal dit :

    Celine Et les Français sont bien contents, parfaitement d’accord, enthousiastes…Une telle connerie dépasse l’homme. Une hébétude si fantastique démasque un instinct de mort, une pesanteur au charnier, une perversion mutilante que rien ne saurait expliquer sinon que les temps sont venus, que le Diable nous appréhende, que le Destin s’accomplit ».

    J’aime

  7. cgn002 dit :

    Peut être voyez vous une intelligence stratégique alors que nous ne sommes peut etre que sur des réflexes tactiques…

    Aimé par 1 personne

  8. Monique dit :

    Bonjour Maxime Tandonnet toutes et tous,
    Pour une fois, je ne suis pas de votre avis car les petites phrases de Macron, le peuple « s’asseoit dessus » si j’ose dire, il s’en balance, nous aussi nous avons nos petites phrases en préparation comme « rendez-nous notre pouvoir d’achat », « non à la hausse des taxes »jusque « à bas Macron » « Macron démission » (je passe sur les autres pour ne pas aller en prison), parce que dès septembre il se prépare à sa façon a exprimer son ras le bol de la situation actuelle qui va s’aggraver. L’Ukraine sera son talon d’achille, comme c’était souligné hier soir sur LCI chez Darius Rochebin avec entre autres un excellent confrère du Figaro, les Européens (notamment les Allemands) n’ont pas l’intention de payer et subir les sanctions prises à la légère en un mot, payer pour l’Ukraine. On ne veut pas financer une guerre qui n’est pas la nôtre. Des millions d’emplois sont en jeu !
    Monsieur Tandonnet peut être ferez-vous un article sur l’Ukraine, le sujet est délicat, pour le moment c’est l’été, les vacances, mais il faudra bien se poser la question et là Macron, qui souffle l’espoir avec ce qu’il n’a pas et pille « le quoi qu’il en coûte » pour sulfater des milliards, Macron bon seigneur (et saigneur) devant l’Europe, sera jugé sur sa gestion du rôle de la France en Ukraine, comme il a été jugé sur le Covid. Alors les petites provocations par des phrases niveau CM2, ça n’a pas d’importance. Bientôt il doit se rendre au Maroc (je crois) et c’est là qu’il faudra être attentif aux promesses qu’il va faire.

    Aimé par 2 personnes

    • Pheldge dit :

      les petites phrases relèvent de la technique de « l’homme de paille », et permettent de détourner l’attention, de la focaliser sur une question secondaire souvent futile. C’est une technique éprouvée, que tous les politiciens de métier utilisent un jour ou l’autre, et c’est normal. Ce qui l’est moins, c’est la servilité des journaleux politologues de plateaux et autres commentateurs officiels, qui se jettent dessus comme des chiens affamés sur un os, alors qu’il y a matière ailleurs à de vrais débats et de vraies réflexions !

      Aimé par 1 personne

  9. Sganarelle dit :

    Les petites phrases quand elles sont répétées sans y apporter une touche d’humour personnel sont des professions de foi de perroquet. Mr Macron nous signifie qu’il est bien virilement pourvu. Tant mieux . Cela n’en fait pas un inventeur de bons mots et le fait de savoir qu’il se moque de ce qui lui est reproché.n’est pas nouveau. Incapable d’auto critique il noie le poisson et s’en tire par une pirouette et le plus étonnant est que ça marche puisqu’on en parle. En bon acteur de film il capte l’attention avec un décalage dans son attitude (Les démonstrations de torse velu font encore parler.) et la vulgarité ne le dérange pas.
    En même temps nos forêts brûlent et les gens se font égorger dans les rues mais tout va bien on a la situation en mains. ( sans jeu de mots)

    Aimé par 1 personne

  10. fraternel dit :

    bonjour,
    pour moi c’est un aveu de faiblesse en envoyant ses ministres au casse pipe et en se glorifiant pour les choses à ses yeux plus importantes comme d’inviter le dirigeant des émirats arabes unis pour parler de pétrole ah bon!
    ben àfroçe de vouloir fanfaronner bientot le boomerang lui reviendra dans la figure je ne lui souhaite aucun mal mais si çà peut lui remettre un peu de modestie dans sa façon de prérorer celà ne lui nuirait pas.
    en attendant çà va etre la chaos à la rentrée l’assemblée nationale ressemble à une cour d’école et çà ne soigne pas notre image en europe et dans le monde.
    bonne journée à toutes et à tous

    J’aime

  11. « Grands diseux petits faiseux » dit-on de certaines personnes dans le Nord de la France.

    Aimé par 2 personnes

  12. charlymesdoun dit :

    Dans la Vème on en a connu 3 des seconds mandats; celui de Charles De Gaulle s’est mal terminé pour lui mais parce que il le voulait bien; les deux autres, celui du calamiteux Mitterrand et celui du roi faineant Chirac se sont mal terminés pour les Français mais pas pour eux; personne n’est venu leur chercher des noises, certains vont même en pèlerinage à Jarnac!

    Aimé par 1 personne

  13. cyril grataloup dit :

    Aux législatives dernières : Manuel Valls a échoué, il se présentait dans la 5e circonscription des français de l’étranger sous la bannière de En Marche, macroniste.
    Aussi, échec de Mjid El Guerrab qui voulait obtenir la 9e circonscription des français de l’étranger, cet ancien deputé a été condamné à de la prison pour avoir frappé très violemment un homme sur la tête avec son casque de moto, cet homme avait failli mourir.

    J’aime

  14. cyril grataloup dit :

    cf Pierre-André Taguieff : « Le macronisme ou le règne du vide »
    Dans un essai sans concession, le philosophe voit un président mi-machiavélien mi-léniniste, qui a enchaîné avec ruse les opérations pour prendre le pouvoir « en douceur ».

    J’aime

    • there dit :

      @cyril en douceur ? il faut se souvenir de la brutalité de la blitzkrieg lancée sur Fillon. On n’en est certes pas aux liquidations physiques mais on a clairement passé un cap .

      Aimé par 1 personne

  15. Anonyme dit :

    Nous attendons Charlotte Corday …

    Aimé par 1 personne

  16. there dit :

    Notre époque est à la segmentation des canaux d’information. Quand je parle avec des électeurs de Macron, je me rends compte qu’ils ne connaissent pas ces petites phrases. Ils n’ont jamais entendu le « gaulois réfractaire » ni « les gens qui ne sont rien » ne sont pas au courant de l épisode gay pride à l’Elysée et donc logiquement n’ont pas écouté cette sortie graveleuse . Cette phrase est donc destinée à ses ennemis, auquel il crache son mépris en toute décontraction. Macron sait que la comm est parfaitement verrouillée , comme la justice et il est convaincu qu’il peut tout se permettre . Ca ne va pas aller en s’arrangeant.

    Aimé par 2 personnes

  17. Gerard Bayon dit :

    Bonjour à toutes et à tous,
    Personnellement, j’y vois également un profond mépris pour le vulgum pecus devenu inculte qui ne serait apte, selon lui, qu’à comprendre la gaudriole et les quolibets.
    Les humoristes outranciers ont toujours été appréciés des Français, ils pratiquent souvent avec beaucoup d’à propos et de talent la dérision et la surenchère. Mais qu’un président de la République s’amuse à vouloir les singer, relève d’un contre-emploi manifeste et de la basse mystification.

    J’aime

  18. zelectron dit :

    il se touche les ersatz ?

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.