Cher Alain Finkielkraut, ils ne sont ni cultivés, ni intelligents

« L’élite actuelle est certes intelligente, mais elle est inculte. » La formule d’Alain Finkielkraut ouvre un débat intéressant. Le mot élite est bien sûr à prendre au sens sociologique, celui de caste dirigeante ou influente qui exerce le pouvoir politique ou contribue à façonner l’opinion à travers la parole médiatique (présence sur les plateaux de télévision). AF me semble ici confondre intelligence et désinhibition ou malignité. Ce qui fait la force de l’élite actuelle n’est pas son intelligence, mais son nihilisme. Les représentants de cette élite n’ont généralement aucun scrupule à trahir, à tuer le père, à retourner leur veste dans tous les sens, à se ridiculiser, à se contredire, à mentir et manipuler, ou se vautrer dans le déshonneur. Issus de la génération des enfants-rois, privés de surmoi, ils vivent dans l’auto-sublimation narcissique. Cette aptitude à se livrer aux pires mauvais coups sans le moindre scrupule ni mauvaise conscience pour parvenir à leurs fins est le secret de leur réussite. Rien ne les arrête. L’intelligence est (à mes yeux) une notion bien différente: une sensibilité au monde et à son évolution, à autrui comme à ses propres limites. Or, cette sensibilité est justement la chose qui leur manque le plus cruellement. D’ailleurs, l’idée même d’intelligence inculte qui est au centre du raisonnement d’AF prête à discussion. Ne confond-il pas culture et érudition? Etre cultivé ne se réduit pas à une masse de connaissances accumulées ou mémorisées. L’homme cultivé, ou honnête au sens du XVIIe siècle n’est pas forcément un érudit mais se distingue par son ouverture, sa curiosité, son envie d’apprendre et de comprendre, par la lecture et l’écoute – de nourrir sa sensibilité. Il est à l’écoute du monde, de son histoire politique, littéraire et artistique, à l’écoute des autres au quotidien. Bref, une tête bien faite plutôt que bien pleine. Et c’est là que les deux notions se rejoignent: l’intelligence et la culture dont les élites actuelles sont tout aussi dépourvues, de l’une comme de l’autre, puisque inséparables.

NB: Compte tenu de la recrudescence impressionnante des insultes (sous anonymat ou pseudo) qui me parviennent par la voie des commentaires, je me permets de rappeler que ne sont mis en ligne que les commentaires respectueux d’un minimum de correction (sauf manque de vigilance de ma part).

MT

Publicité

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

57 commentaires pour Cher Alain Finkielkraut, ils ne sont ni cultivés, ni intelligents

  1. Gamain dit :

    J’ignore si Alain Finkielkraut a donné un jour son opinion sur Abdeslam, cet individu dont on vient de se débarrasser promptement.
    Toujours est-il que ce personnage vient d’être renvoyé dans son pays d’origine où la justice belge va s’en occuper.
    Chez nous il a défrayé la chronique pendant 7 ans : il a fallu le rechercher, l’arrêter, le boucler, instruire son affaire, le juger : la Justice s’est prononcée lentement mais fermement : prison à vie … jusqu’à son terme.
    Dans sa déshérence il a montré quelque chose qui ressemble à une sagesse : en ne faisant pas appel il nous a délivré d’un second procès, il a mis un terme à son vedettariat.
    De lui ne reste en doute que le fonctionnement de sa ceinture d’explosifs : a-t-il reculé devant la mort ou bien son dispositif technique était-il défaillant ?
    Au bout de 7 années de son odyssée on croyait en être libéré … c’était ne pas compter sur les judiciens. Ses avocats, en tête, s’offusquèrent du verdict : comment être condamné à la prison à vie !
    Sans retenue ils proclamèrent « qu’il n’y a pas d’honneur à condamner un vaincu au désespoir. »

    On se rappelle le débat sur la peine de mort et l’émotion qu’il suscita dans la Nation … la sanction ultime … sacrée … irréductible qui tenait tout l’appareil de la Justice debout, sans laquelle on pouvait rogner à l’infini les peines appliquées, le premier pas vers la suppression de l’idée même de sanction. [*]
    Aujourd’hui on comprend que les braves gens vont s’attaquer au nouveau sommet : mourir en prison. Ils vont utiliser les mêmes méthodes : culpabiliser le citoyen en postulant que tout criminel est amendable : c’est la faute à la société si les malfrats se conduisent mal, ils sont dans l’ignorance, il faut les éduquer, l’Éducnat, déjà monstrueuse, va être chargée de la tâche … En Marche vers une société parfaite !
    La prison oui, mais à condition d’en sortir un jour !
    Il serait bien étonnant que notre Président ne saisisse pas ce débat pour détourner l’attention des citoyens sur la pitoyable réalité de notre pays.

    On se rappelle comment Mitterrand s’est sorti de l’embarras avec l’école privée, et ses successeurs avec le mariage pour tous … et l’avortement de confort : ça peut sauver un quinquennat, même un septennat !

    De ces combats perdus du passé on constate avec effroi les conséquences : on casse à coups de marteau le crane d’un fœtus la veille de l’accouchement … un jeune garçon arrive en jupe en classe sans crier gare … etc.

    Ce qui se prépare donc aujourd’hui c’est la remise dans la société d’individus ontologiquement nuisibles.

    La bataille vient d’être lancée par les avocats d’Abdeslam … superbement !
    « Il n’y a pas d’honneur à condamner un vaincu au désespoir. » ???

    [*] Une majorité de Français est aujourd’hui favorable à la peine de mort.

    J’aime

  2. Stanislas dit :

    De là où je suis, estimer la culture ou l’intelligence des qui peuplent les locaux de la SA France, c’est compliqué ; la seule chose qui soit visible de loin, c’est l’attestation de diplômes qui doit aller de bac + 4 ou 5 à bac +10 et plus…. Il faut d’abord et surtout beaucoup de mémoire.
    Le niveau de diplôme signifie à minima la faculté d’ingurgiter des masses de données et de les recracher à peu près convenablement le moment très court et crucial devant un jury.
    Passer en science dure semble plus simple qu’en science molle , 1+1=2 point barre. (quoique ces derniers temps …..). On crache, on salue, et hop!!! on cherche toute sa vie…

    En science molle, en revanche, il vaut mieux avoir étudié la composition du jury et adopter la posture inverse des temps d’orage, c’est à dire chercher le coup de foudre..
    L’intelligence de la recherche du coup de foudre à bac +10, c’est exactement la culture optimisée de la carrière ; c’est même ce qui reste quand on a tout oublié.

    Reste la culture.
    Il existe aujourd’hui de très bons bouquins « la culture générale pour les nuls », des livres de citation, et des bibles pour rester dans l’axe de ce qui aime très entendu dans le milieu qu’on est amené à rencontrer, surtout quand les gus en face sont assis sur des liasses de billets.
    Devant un micro ou une caméra gaffe à employer des mots bien propres et bien lisses . Les résumés du genre : « Ta gueule », ou « on les aura ces connards », c’est juste pour les coulisses..

    La préoccupation quand on est au sommet ou très proche, et qu »on s’est bien oublié, c’est de faire en sorte d’y rester le plus longtemps possible…
    Reste le cas « des fils et filles de » qui n’ont pas de problèmes, ils ont déjà été éduqué pour faire comme papa ou maman, le problème de l’identité ne se pose pas. On fait comme le vent dicte.

    Les bac +10 qui doivent s’emmerder à avoir rempli leurs cerveaux limités ont eu alors des traits de génie. en groupe. Ils ont dû se dire que transférer leurs cerveaux à des bécanes était encore la meilleure solution pour se dépasser.
    Quand vous avez refilé votre équation lambda à une bécane qui calcule des millions de fois plus vite que vous et que vous êtes en compétition au sommet, vous paraissez de plus en plus génial forcément.
    De fil en aiguille, le passé et le présent ayant été battu en brèche et étant devenu commun, vous finissez par penser que votre équation transmis à la bécane décrit l’avenir comme si c’était la veille.
    Le très court terme, le non débat, les affirmations format télé, sont devenues la pensée aboutie de notre pauvre terre..
    J’espère que mon petit fils va devenir maçon, eux au moins savent que tant que la maison n’est pas finie, elle est en construction

    J’aime

    • Gamain dit :

      Métier superbe que celui de maçon … Bâtir une maison, un pont, un rempart, beaucoup de noblesse.
      Il y faut de l’art, du courage, de l’opiniâtreté … ce qui manque souvent aux intellos !

      J’aime

  3. cgn002 dit :

    comme des signes d intelligence, à mon avis.
    L inverse de l etriquement, la maladresse, et l ego centrisme.
    Un politicien français est obtu, inadapté à la réalité et très fortement ego centré.
    Même avec un diplôme de l ena ou de sciences po. Pour l immense majorité je pense, car je n ai pas l occasion de voir autre chose émerger…

    J’aime

  4. Arnoux dit :

    Intelligence et culture sont des notions relatives, car mouvantes, dépendant essentiellement de facteurs peu, mal, jamais, maîtrisés (époque, environnement, circonstances, climat, croyances,…). Leur appréciation est donc également relative.
    Bon. J’arrête là. On dirait un extrait d’une copie au bac. Désolé.

    J’aime

  5. Lebreton Yvan dit :

    Je crois Alain Finkielkraut assez intelligent pour être d’accord avec votre analyse.
    Pour ma part, je crois que l’intelligence est trop souvent confondue avec les hautes performances cérébrales. Or, l’intelligence dépasse de loin la seule cérébralité, elle implique la mise en harmonie de tous les niveaux de l’être.
    A mes élèves de lycée, y compris les 1eres S, je proposais de réfléchir au dévoiement de l’intelligence cérébrale au service des chiffres, du commerce, du calcul, du pouvoir efficace. Combien de chercheurs sur les questions de croissance, d’investissements, de profits, et combien de chercheurs pour la mise en place des conditions de l’harmonie avec le monde ?…
    Tant de choses encore sur cette « intelligence », tellement habituée à être dominatrice et et prédatrice !

    Aimé par 1 personne

  6. Jean 95 dit :

    j’ai toujours pensé que chaque être humain pouvait tout au long de sa vie et en quelques secondes être qualifié « d’intelligent » puis de « crétin » (ou l’inverse). N’oublions pas que nous sommes tous équipés d’un même cerveau. Moi. j’assume. Pour ce commentaire un « c’est pas con » me satisfera. (Un crétin des Alpes aussi car j’adore le capitaine)

    J’aime

  7. Il ne faut pas s’arrêter à l’élite intellectuelle télévisuelle et politique actuelle.

    Pour se faire une autre idée du monde d’aujourd’hui et de celui qui se prépare:

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Cairn.info

    J’aime

  8. Raymond dit :

    MERCI !

    Bonjour monsieur,
    Bonjour à toutes et à tous.

    Ce nouvel article nous amène, une fois encore, sur des terreaux sémantiques, qui créent le substrat de la compréhension et du rassemblement.
    Je vous en remercie, toutefois, nous serons certainement d’accord pour affirmer que le sujet est bien plus  complexe que cela et mérite plus que quelques lignes de misérables expressions d’égos esseulés.
    Tenez ! Entendez l’ami André《Une civilisation, c’est tout ce qui s’agrège autour d’une religion.》, ça, c’est, encore, une autre réflexion qui tient (normalement) son endroit dans ce papier ou un prochain.

    Je ne m’attarde, donc, pas à revenir sur, les《élites》& leur《intelligence, érudition, culture》vous le faites déjà et, comme beaucoup de crois, je peux (globalement) vous rejoindre sur ce plan.
    Par contre, je reviens ( un cours instant) sur votre《Bref, une tête bien faite plutôt que bien pleine. Et c’est là que les deux notions se rejoignent: l’intelligence et la culture dont les élites actuelles sont tout aussi dépourvues, de l’une comme de l’autre, puisque inséparables.》
    Lorsque vous avancez « qu’ils en sont dépourvues « , je vous avoue coincer !
    Ne peut on pas, plus simplement imaginer ? !
    Qu’ils soient pourvus d’un autre《Truc》?!
    Propre au nouveau peuple :
    Qu’ils l’utilisent à la faveur d’intérêts personnels au lieu de l’intérêt collectif.
    Que la litanie du monologue autoritaire a progressivement remplacé celle du décalogue salutaire.
    Que la raison salvatrice a lentement laissé la place au calcul despotique.

    Monsieur, vous les pensez dépourvus de tout !
    Pourtant l’ami Victor a, lui aussi, déjà gentiment insisté sur la question :
     » Et Caïn répondit :  » Non, il est toujours là. »
    Alors il dit: « je veux habiter sous la terre
    Comme dans son sépulcre un homme solitaire ;
    Rien ne me verra plus, je ne verrai plus rien. »
    On fit donc une fosse, et Caïn dit « C’est bien ! »
    Puis il descendit seul sous cette voûte sombre.
    Quand il se fut assis sur sa chaise dans l’ombre
    Et qu’on eut sur son front fermé le souterrain,
    L’oeil était dans la tombe et regardait Caïn « .

    Comme d’habitude, je ne vous le demande pas, mais me le permets ! Une fois encore, j’ose imaginer une légèreté gagnante pour un max.
    Nous sommes tous des pauvres et/ ou des malandrins cherchant le manteau de velours pour habiller nos matins. Le vil et la grossièreté est certainement le plus facile des chemins et peut-être, même, le plus emprunté en cette époque. Nous le savons, par essence (de + en + chère,  d’ailleurs.! Mais ce n’est pas une excuse) peu choisissent l’étroitesse du subtil et encore moins de déambuler sur un fil (je vous laisse devinez lequel). ?!?
    Pourtant, mais là encore, je ne vous apprends rien, sous certains effets les choses tournent !
    J’ai, donc, déjà eu l’occasion de vous le mentionner, mais, comme souvent pour ne pas dire toujours, votre référent nous a déjà annoncé tout cela ¡¿¡
    Nous n’avions (peut-être) pas forcément totalement compris, la puissance de son symbole. Évidemment, nous pressentions son hypothétique secret et nous nous éclairerions même parfois, avec un soupçon de niaiserie, aux lueurs de son archétype !
    Mais, dans les conditions qui étaient les nôtres, les nantis que nous sommes, restions jusqu’à présent, trop éloignés des véritables bienfaits de la douce chaleur de son message.
    Pouvons nous, (maintenant), envisager que, dans le froid et l’obscurité des temps qui s’annoncent :
    Le brouhaha de $ Leurs culture, érudition et intelligence $, comme vous dites, ne soient que la voix/e de l’égarement de ceux qui cherchent le veau d’or, qui conduit en réalité à la Ninive des illusions.
    Peut on, dans le même temps, au contraire entendre :
    qu’au-dessus de toutes contraintes, ce froid et cette obscurité, offrent aux sens des bons Franchouillards, l’opportunité de saisir les profondes subtilités du (presque silencieux) grésillement de la flamme. Qu’il se trouve, en son sein, les alchimiques éléments qui réchauffent inlassablement les cœurs des valeurs sacrées de la communauté des citoyens de ce pays et rappelle indiciblement le cap, aux boussoles intérieures, de l’ancestral, véridique et salutaire Éden National.
    Et finit par, tous, nous laver de nos faiblesses et lâchetés intellectuelle, culturelle et cultuelle !
    A suivre …

    Cordialement.

    《Celui-là seul qui combat ses égoïsmes purifie son corps et son cerveau
    Celui-là seul qui agit selon la Lumière se trouve à l’abri de toute déformation. 》
    Je ne sais qui a dit cela, mais je le trouve approprié pour conclure ma bafouille de ce jour •••▪︎

    Aimé par 1 personne

  9. Sganarelle dit :

    J’aurais tendance a penser que si toutefois l’élite est cultivée elle ne fait pas fonctionner son intelligence quand elle en a une.
    Comme vous le dites si bien mr Tandonnet , L’intelligence c’est «  comprendre » avant tout ( si on se réfère aux origines latines du mot.) elle est faite d’impondérables . Nous n’en sommes pas responsables, gênes ou hérédIté ou simple coup du sort c’est une loterie ..pas de quoi se vanter ! en revanche nous le sommes de notre érudition et de notre culture , ce qui peut -être en effet une science de perroquet car il faut sensibilité tact réflexion et l’ analyse que donne l’intelligence pour que le tableau de l’ honnête homme du XVIII ème siècle soit complet.
    La tête bien faite est le résultat de l’intelligence et de la culture. La perfection en somme.
    Actuellement l’élite moderne occupe les postes clés se compose de plus ou moins d’individus ayant de bons résultats obtenus aux examens sanctionnant des connaissances .
    Nous appelons «élite ». ceux qui ont réussi: les têtes d’affiche et les nantis , rien à voir avec « l’ honnête homme du XVIII ème et celui cher à Montaigne qu’on trouve dans tous les milieux sociaux et nous pouvons constater chaque jour les immenses lacunes dont sont pourvues beaucoup de nos «  élites »
    Qu’en pensez vous ?

    Aimé par 1 personne

  10. Monique dit :

    Bonjour Maxime Tandonnet et tous,
    Ils sont incultes, bof, mais ils sont roublards dirait-on, corrompus, sans scrupules, fourbes et sans dignité tout en ayant un orgueil démesuré pour ce qu’ils croient être et ne sont pas. On peut utiliser tous les superlatifs, moi je dirai que les élites sont tous à la même école, celle du profit, de la carrière foudroyante, du placement sûr avec mention pour celui qui saura bouffer l’autre, et même le supprimer politiquement.
    Les journalistes font un travail acharné pour trouver la faille, le grain de sable qui en fera tomber plus d’un dans l’escarcelle de la justice toujours avide d’affaires et de scandales frais.
    Pour ce qui est de l’inculture, je me souviens que N. Sarkozy s’était fait brocarder parce qu’il n’avait pas lu Proust et à l’occasion de vacances, il s’est empressé de le lire pourtant à la rentrée, la France n’allait pas mieux.
    A.F. est un grand intellectuel que j’aime lire, mais il faut garder le sens pratique car les têtes non pensantes qui ont fait des révolutions n’ont écouté que leur colère et leur vie misérable, une tête pleine ne suffit pas à l’estomac vide et il se pourrait bien, qu’avec ou sans Proust, la rentrée soit à l’opposé de ce que nos élites si intelligents n’ont pas prévu….. et puis comme le disait Dumas Fils « Comment se fait-il que les enfants étant si intelligents, la plupart des hommes soient bêtes ? Cela doit tenir à l’éducation…. » … évidemment, il y a bien longtemps que nous n’avons pas un André Malraux comme ministre de la culture.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.