Mon article paru dans le Figaro du 1er juillet contre l’idée d’un ralliement de la droite à la majorité présidentielle

La « droite classique » se déchire sur la question de son éventuel ralliement à la majorité présidentielle qui permettrait au chef de l’Etat de retrouver sa majorité absolue perdue à l’issue des législatives. « Si l’on s’en tient aux évidences, oui le président de la République est de droite » pouvait-on entendre sur France Inter le 19 novembre 2021. Ce point de vue, communément répandu, justifierait en soi un tel ralliement. Qu’en est-il en réalité ?

Sur le plan de la posture, les références de droite ne manquent pas. L’image qu’Emmanuel Macron s’est donnée d’un « chef de guerre », d’une autorité verticale ou jupitérienne, lui ont valu d’être plus souvent comparé à Bonaparte qu’à Léon Blum. Dans un pays profondément traumatisé par la vague d’attentats islamistes, la crise des Gilets Jaunes et l’épidémie de covid 19, cette image martiale (nonobstant quelques apparitions plus enjouées) rassure ou séduit une partie de l’opinion conservatrice.

Mais la politique ne peut pas se réduire à n’être qu’un spectacle et un jeu d’illusions. La vraie question qui mérite d’être posée est celle de l’adéquation entre la politique suivie depuis 2017 et les fondamentaux de la droite. Or, les orientations choisies et les résultats obtenus sont plutôt aux antipodes des idées et des projets qu’ont toujours défendus les Républicains et leurs alliés.

Le « quoi qu’il en coûte » du président Macron se présente comme une variante du « c’est gratuit, c’est l’Etat qui paye » prôné par son prédécesseur. La Cour des Comptes a fait état d’une augmentation de 560 milliards € de la dette publique en 2020 et 2021 (dont 140 milliards € seulement dus à la crise sanitaire), portée à 113% du PIB. Cette augmentation vertigineuse de la dette qui pèsera sur les futures générations s’est paradoxalement accompagnée d’une dégradation manifeste des services publics notamment sanitaires, dramatique pour la vie quotidienne des Français.

Sa politique éducative est dominée par une logique de nivellement par le bas : suppression des séries et des mathématiques obligatoires en première et terminale, neutralisation du baccalauréat par l’adoption du contrôle continu et du fumeux « grand oral ». Bien entendu le dernier quinquennat n’est pas seul responsable de l’effondrement scolaire français que révèlent les études internationales (PISA, TIMS), mais il a, de toute évidence, amplifié la pente.

L’effondrement industriel français a de même des causes bien antérieures à 2017. Pourtant, il s’est sensiblement aggravé en cinq ans dans un climat d’impuissance et de résignation. Ainsi, notre déficit commercial était de 109,6 milliards € en 2021, pour un excédent allemand de 179 milliards ou italien de 50,4 milliards € (Eurostat)… Et que dire du bilan social avec plus de 9 millions de pauvres selon l’INSEE, 2 millions d’allocataires du RSA et 5,2 millions de personnes encore privées de travail selon pôle emploi ? 

En deux ans de crise sanitaire, la succession des confinements bureaucratiques, dans un contexte d’état d’urgence permanent, a valu à la France la réputation « d’Absurdistan ». Pourtant, le bilan est loin d’être probant en termes de décès par million d’habitants, au regard de pays qui se sont révélés plus respectueux des libertés (Allemagne, Pays-Bas, Suède). La droite dite libérale peut-elle s’en satisfaire ?

En matière de maîtrise de l’immigration la politique des cinq dernières années, dans la ligne du quinquennat précédent, est marqué par une spectaculaire hausse des arrivées : 270 925 premiers titres de séjour et 121 554 demandeurs d’asile en 2021 (200 000 et 60 000 en 2012). Quant à l’ensauvagement de la société, il se manifeste à travers de multiples tragédies quotidiennes et l’augmentation des coups et blessures (+12% en 2021) comme les violences sexuelles (+33% en partie attribuables à « la libération de la parole »).

Qui, à droite, aurait intérêt à se solidariser d’un tel bilan, aussi contraire à ses ambitions maintes fois affichées pour le pays, sachant que rien ne permet sérieusement d’envisager un changement de cap radical du président et de ses équipes – bien au contraire ?

Et qui, à droite, partage l’approche présidentielle d’une « souveraineté européenne »? La droite a-t-elle vocation à s’aligner sur une vision de la société fondée sur un élitisme de classe (« des gens qui ne sont rien ») ; une repentance qui voue la colonisation à n’être qu’un « crime contre l’humanité » et l’histoire nationale à la « déconstruction » ou s’indignant de la prétention de « deux mâles blancs » à traiter de la question des banlieues ? 

Par leur vote des 13 et 20 juin, les Français ont clairement refusé au président Macron une majorité présidentielle absolue. 71% des Français, par défiance envers l’exécutif, se déclarent aujourd’hui satisfaits de ce résultat électoral (Elabe). Or, l’idée de « accord de gouvernement » consiste justement à tourner le dos au verdict populaire en reconstituant, par une négociation en coulisse, une majorité présidentielle absolue. Bafouer la volonté populaire par une combinaison politicienne reviendrait à violer frontalement le verdict du suffrage universel et à aggraver encore le discrédit de la parole publique qui déjà, se traduit par une abstention gigantesque.

Face au risque d’une crise financière, sociale et politique d’une extrême violence, dont la poussée inflationniste annonce les prémices, la disparition de la droite « classique » confondue avec le macronisme, priverait la France d’une espérance d’alternance démocratique. Elle ouvrirait sans doute la voie à l’arrivée inéluctable au pouvoir soit du RN soit, plus probablement, d’une gauche radicalisée sur le modèle de la Nupes. Quant à l’argument en faveur d’un accord de gouvernement pour « éviter le chaos », il relève de l’hypocrisie car rien n’empêche une droite libre de soutenir au cas par cas des projets de lois jugés nécessaires à l’intérêt général.

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

29 commentaires pour Mon article paru dans le Figaro du 1er juillet contre l’idée d’un ralliement de la droite à la majorité présidentielle

  1. Pour faire simple, en résumé, Emmanuel Macron devient président de la République grâce aux voix d’électrices et d’électeurs qui ne veulent pas Marine Le Pen présidente. Il est ré élu grâce aux voix des électrices et des électeurs qui ne veulent pas Jean Luc Mélanchon président.

    Aimé par 1 personne

  2. Anonyme dit :

    suite rapport : » Les craintes exprimées par la Défenseure
    des droits au fil de l’année 2021 se sont
    confirmées. Tout en reconnaissant
    l’importance de la vaccination dans la lutte
    contre la pandémie, la Défenseure des droits
    a déploré l’érosion progressive de nos libertés
    et de la cohésion de la société. En parallèle, les
    inégalités sociales et la précarité n’ont fait que
    s’aggraver. »

    J’aime

  3. cyril grataloup dit :

    cf rapport 2021 de la Défenseure des droits Claire HEDON, page 30 / 139 « . Les confinements, le
    port permanent du masque, y compris en
    extérieur, les interactions sociales limitées,
    les apprentissages rendus plus difficiles,
    l’imposition du passe sanitaire pour les
    adolescents de 12 à 18 ans pour l’accès aux
    loisirs et à la culture ont porté atteinte au bon
    développement des enfants, à leurs droits
    à l’éducation et à une vie privée et familiale
    normale, et dans un nombre de cas non
    négligeables à leur santé. La Défenseure des
    droits, chargée de faire respecter les droits des
    enfants, a appelé à ce qu’une étude générale
    soit faite sur l’impact de toutes les mesures
    prises depuis le début de la crise sur les droits
    des enfants »

    Aimé par 1 personne

  4. patricecharoulet dit :

    Assemblée

    Je ne souhaite pas voir en France à l’Assemblée nationale le silence et la soumission qui règnent dans les assemblées politiques de Corée du Nord, de Chine ou de Russie.
    Je ne suis pas un perdreau de l’année. Je me souviens donc des cris, des insultes, des claquements de pupitre que l’on a pu voir à l’Assemblée natuonale, que la droite ou la gauche dirigent notre pays ,
    il y a plusieurs décennies.
    Cela dit, je n’ai pu voir et écouter le discours de la Première ministre hier à parit de 15h et pendant
    une heure et demie sans malaise. Selon qu’on est plutôt favorable au gouvernement ou plutôt dans l’opposition, on a réagi différemment, dans son fauteuil de téléspectateur. Nul ne peut donc se dire objectif et impartial. Quels que soient les propos de Mme Borne, j’avoue avoir été incommodé par le comportement de certains députés. J’observe au demeurant que les porte-parole de chaque groupe parlementaire ont pu s’exprimer ensuite à la tribune. Pour ma part, j’estime qu’au Parlement français, on devrait écouter chaque orateur, sans faire de raffut, même si l’on ne partage pas ses opinions.
    On écoute celui qui a la parole, puis on parle en étant écouté.
    Tout cela ne peut se concevoir que dans un pays prrofondément civilisé. Ce que j’ai vu et entendu hier me prouve qu’en matière de civilisation , des progrès sont encore à espérer.

    Aimé par 1 personne

  5. AP dit :

    https://www.bvoltaire.fr/leurope-fait-la-promotion-de-ses-initiatives-pour-la-jeunesse-avec-une-jeune-fille-voilee/

    Voici un danger qui nous guette qui s’élève contre parmi les LR? Voilà aussi où va notre argent.

    J’aime

  6. nicolasbonnal dit :

    Krach de l’euro. L’Allemagne n’en peut plus. Ruine des Européens. Tueries des paysans aux Pays-Bas. Grand retour de la tyrannie sanitaire en France.
    https://nicolasbonnal.wordpress.com/2022/07/06/le-krach-de-leuro-est-bien-confirme-lallemagne-le-lache-quitter-les-banques-guerre-civile-aux-pays-bas-crise-energetique-et-inflation-formidable/

    Aimé par 2 personnes

  7. Ping : Maxime Tandonnet. Contre l’idée d’un ralliement de la droite à la majorité présidentielle - Citron IL

  8. Ping : Maxime Tandonnet. Contre l'idée d'un ralliement de la droite à la majorité présidentielle - Tribune Juive

  9. charlymesdoun dit :

    Je vous trouve un peu amnésique et faux cul sur certains points;
    1- » La Cour des Comptes a fait état d’une augmentation de 560 milliards € de la dette publique en 2020 et 2021 (dont 140 milliards € seulement dus à la crise sanitaire), portée à 113% du PIB »; lors du débat &avec MLP il, Macron, a assuré que 600 milliards de dettes ont été créées par le seul effet du covid (me contredire si j’ai mal entendu notre président);
    2- la souveraineté: « Et qui, à droite, partage l’approche présidentielle d’une « souveraineté européenne »?; qui à droite ne la partage pas? Mme Pécresse?

    J’aime

  10. cgn002 dit :

    Lrem : L étouffement radical en marche…De tout ce qui s oppose aux volontés autocratique d un Jupiter pseudo democrate

    J’aime

  11. Pheldge dit :

    « Qui, à droite, aurait intérêt à se solidariser d’un tel bilan » ? ils ne manquent pas, et vous expliqueront que c’est au nom de l’intérêt général etc. parce que ce sont tous des étatistes convaincus, persuadés tous, que l’état est l’alpha et l’oméga, qu’il est au dessus de tout et doit tout diriger ! A partir de là, vous comprenez aisément qu’ils sont tous plus ou moins socialistes, et ardemment constructivistes, et que donc ça ne les dérange pas de travailler ensemble à la gloire de l’état !

    Aimé par 2 personnes

    • Janus dit :

      Et on n’a pas fait mention encore de la dette accumulée sous le quinquennat du brillant Sarkozy, aussi Erostrate que Macron. Ce n’était pas mal non plus.
      De 1996 à 2007, la dette en % du PIB a faiblement évolué à la hausse.
      A partir du quinquennat de Sarkozy, la dette s’est envolée, passant de 67-68% du PIB à plus de 90% du PIB. Le point d’inflexion est bien le quinquennat de Sarkozy, les successeurs n’ayant fait que suivre la même politique suicidaire d’endettement, facilitée par les taux bas voire négatifs, Macron réalisant une sorte d’exploit dans le domaine. Des incompétents, des escrocs, des nuisibles qui n’ont que faire des intérêts fondamentaux de la France qu’ils ont ruiné de TOUTES les manières.
      https://france-inflation.com/dette_publique_france_1950.php

      J’aime

    • Freddie dit :

      Je pense aussi comme vous que le service de l’Etat pousse fondamentalement à des positions de gauche. Déjà, à la base, l’impôt, c’est de gauche : collectiviste, et portant atteinte à la propriété privée. On peut le trouver nécessaire, mais il faut regarder en face le fait qu’il est assez illusoire d’attendre beaucoup de « droite », concrètement, de la part des gens qui œuvrent pour l’État, même si leurs goûts personnels ne les poussent pas vers le socialisme.

      J’aime

    • Citoyen dit :

       » et que donc ça ne les dérange pas de travailler ensemble à la gloire de l’état !  »
       » à la gloire de l’état  » … vraiment, Pheldge ?… Comme c’est beau dit comme ça …
      Et moi qui pensait qu’ils travaillaient avant tout au remplissage de leur gamelle !…
      Je dois avoir mauvais esprit …

      J’aime

    • Pheldge dit :

      Non Citoyen, et c’est toute la perversité du système : nombreux sont persuadés d’œuvrer pour le bien commun – ou tout autre expression creuse équivalente – parce qu’ils sont persuadés que l’état est tout, et doit tout contrôler, et qu’ils en sont le clergé !
      J’ai déjà raconté, être passé par une célèbre école formant des ingénieurs d’yn grand corps de l’état, avec des profs, qui à l’époque gravitaient autour du gouvernement Mauroy, et c’est l’esprit qui était enseigné : la mission de l’état et de ses serviteurs, était de guider le peuple, voire de décider à sa place. Ayant vécu le truc de l’intérieur, je suis d’autant plus critique envers les écoles dispensant ce genre d’enseignement, ENA comprise.

      J’aime

  12. Monique dit :

    Rétrospective accablante de la situation actuelle et de la dégradation de toutes nos institutions. Il n’y a pas de droite macroniste, Macron ne saurait représenter une droite, ne reste qu’une droite classique, ceux qui sont restés fidèles à leurfamille, et ils sont peu nombreux, c’est le problème.
    Peut être que cette droite refera surface, mais ce n’est pas pour maintenant, on peut donc être certains qu’à la fin du quinquennat de Macron II, il ne restera plus rien de la France.
    Une seule question, le peuple va-t-il tenir longtemps devant une telle politique ? avez-vous noté tous ces gens qui quittent la France, pas des riches, mais des retraités essentiellement, et aussi ceux qui sont allés chercher du travail à l’étranger et s’y sont établis.

    J’aime

  13. Citoyen dit :

     » « Si l’on s’en tient aux évidences, oui le président de la République est de droite » pouvait-on entendre sur France Inter  »
    C’est plutôt comique comme constat, mais assez logique en réalité …
    Vu que fRance Inter est situé à l’extrême-gôche du panel, il n’y a rien d’étonnant à ce qu’ils perçoivent que le micron soit situé à leur droite !… Le contraire serait étonnant …
    Vu d’une autre position, le constat n’est semble-t-il pas du tout le même …
    C’est une occasion de se poser la question de savoir : Dans ces conditions, est-il bien normal que ce fRance Inter soit financé par les contribuables ?

    Sinon, s’agissant du billet, le constat que vous livrez Maxime est bien réel et sans appel …
    Quant à l’idée saugrenue que les LR viennent s’acoquiner avec le micron … Affaire à suivre …

    J’aime

  14. Mildred dit :

    Monsieur Tandonnet,
    Qui est tombé dans le piège que lui a tendu « la gauche », si ce n’est cette « droite classique » qui dès 2017 a vu dans cet histrion séducteur multisex – ministre et traître au président Hollande – cette « autorité verticale ou jupitérienne » à la Bonaparte, que Jacques Attali avait sorti de sa manche ?
    Mais s’il est avéré que la politique de Macron a toujours été « aux antipodes des idées et des projets qu’ont toujours défendus les Républicains… », que les 62 rescapés du désastre électoral nous disent pour qui ils ont voté au second tour des présidentielles de 2017 et 2022.
    Cela pourrait nous aider à y voir plus clair au cours des séances de cirque qui se préparent à l’Assemblée Nationale.

    Aimé par 2 personnes

  15. Raymond dit :

    DRAMATIQUE POUR LA DÉMOCRATIE FRANÇAISE !
    A OUI ! EN ÊTES-VOUS SÛR ?
    (Encore une pierre deux coups)

    Bonjour monsieur,
    Bonjour à toutes et à tous.

    Il est drôlement bizarre, (comme, chez tout bon Franchouillard qui se respecte et que nous sommes), quand les choses ne vont pas dans le sens que nous souhaitons (le bon), elles atterrissent toujours, je ne sais par quel truchement de l’esprit, « Napoléoniennement » classées dans le tiroir du dramatique (le pas bon).
    Peut-être, une faiblesse du discernement ou/et une difficulté (d’acceptation) de voir les choses telles qu’elles sont et non telles qu’on voudrait qu’elles soient.
    Nous ne sommes que des hommes, après tout !?

    Je vous cite, dans votre avant dernier article, vous nous disiez -《En outre cette affaire donne une image particulièrement glauque de la politique et elle donne même raison aux 54% d’abstentionnistes.》

    Malheureusement, et nous allons bientôt nous en apercevoir, rien n’est gratuit au niveau du sol et si il y a quelque chose de《Donné》cela vient que du ciel, et encore, seulement si nous avons fait le premier effort.
    De ce fait, suite à la lecture de votre article, je suis amené à donner une interprétation un tantinet différente à votre écrit.

    R.-《En outre cette affaire RÉVÈLE l’image particulièrement glauque de la politique et elle RAMÈNE même 54% des électeurs à la raison, en s’abstenant de se déplacer pour des mecs pareils? Quoi !》

    Mais en Vérité, je vous le dis (et le répète), Monsieur, je n’ai que faire de ces ersatz politiques, ils n’ont et/ou n’auront que, ce que le sort réserve à pareils énergumènes. Les images et les hommes seront (comme toujours) balayés par les vents de l’Histoire.

    Pour faire suite, à l’article de ce jour. Bon nombre  de personnes, d’horizons totalement différents, s’accordent maintenant, sinon dans les causes, tout au moins (surtout), dans les conséquences, pour décrire un dernier trimestre (2022) perturbé préfigurant lui-même un début d’année suivante compliqué.
    Nul besoin de revenir sur l’état de délabrement, conjoncturel et structurel, du pays. Multe commentaires le traduisent régulièrement.
    Toutefois, je me permets, encore, d’attirer votre attention sur le fait que « Discordance » & « Dissonance » soient les échos dominants de notre système de gouvernance. Qu’il me suffise de faire, uniquement, mention du jeu de chaises musicales du gouvernement pour vous démontrer les difficultés à composer une équipe de virtuoses qui ne craigne la partition.

    Bref ! Dans un excès de prévention, nous pouvons envisager, que dans les conditions qui s’annoncent et comme à chaque moment similaire de notre histoire, la cohorte de rentiers, (de peu de consistance, de constance et de foi), s’effaceront comme ils sont apparus.
    Soyons (également) certains, que (dans l’ombre) les loups attendent patiemment l’épuisement et, en final, l’effondrement de Marianne, pour une perspective, que je n’ose étaler ici.
    Partant de ce constat, une fois que vous aurez dépassé le cap de l’espoir, quelle étoile du salut proposez vous, pour conserver la Nation chère à votre référent.
    Si comme lui vous avez compris, que l’avenir du pays n’est pas dans les corbeaux qui jacassent et pérorent à longueur de journée, pour dire tout et son contraire, mais dans le rassemblement d’une France,《de Gauche & de droite》, silencieusement et respectueusement amoureuse de sa culture et de sa terre, que préconisez vous ?

    Comme je vous l’ai déjà dit, la route (du tout est possible dans le nouveau jour) reste ouverte et nous réserve encore bien des déconvenues, mais de cela, nous avons été prévenu. Et donc, surprises elles ne sont plus !
    La flamme ne s’éteindra pas •••▪︎

    Cordialement.

    《L’espérance est une détermination héroïque de l’âme, et sa plus haute forme est le désespoir surmonté. L’espérance est une vertu héroïque.
    On croit qu’il est facile d’espérer. Mais n’espèrent que ceux qui ont eu le courage de désespérer des illusions et des mensonges où ils trouvaient une sécurité qu’ils prennent faussement pour de l’espérance.
    L’espérance est un risque à courir, c’est même le risque des risques. L’espérance est la plus grande et la plus difficile victoire qu’un homme puisse remporter sur son âme.
    On ne va jusqu’à l’espérance qu’à travers la vérité, au prix de grands efforts. Pour rencontrer l’espérance, il faut être allé au-delà du désespoir.
    Quand on va jusqu’au bout de la nuit, on rencontre une autre aurore.》
    Georges Bernanos

    J’aime

  16. Gerard Bayon dit :

    Bonjour à toutes et à tous,
    Après les piaulements moralisateurs et débiles des ténors de Renaissance et de certains LR pour faire croire aux Français qu’un front républicain et que des compromis étaient indispensables pour gouverner la France, ces fossoyeurs professionnels ont fini par apprendre qu’une poignée de politiciens un peu moins lâches et fayots qu’eux ont décidé de respecter leurs idées et le vote des Français.
    Vouloir s’acoquiner avec le parti du président de la République aurait été tout simplement un suicide politique organisé, c’eut été vouloir partager le bilan catastrophique et l’effondrement inéluctable dans bien des domaines du pays.
    Laissons à E. Macron ses piteux résultats , son obsession du déclin culturel, ses moulinets superfétatoires, ses logorrhées stériles et son mépris des gens qui ne sont rien.
    Il semblerait que même face au constat implacable de l’imbécilité de la distribution quasi permanente d’argent magique, le gouvernement actuel s’apprêterait à reconduire la politique du carnet de chèques, mesure qui lui permettra pense-t-il d’atténuer le choc frontal à venir.
    Il ne faut absolument pas s’associer à ce rafiot en perdition où la piétaille est tenue d’écoper alors que la barque coule et que nos soi-disant élites tambourinent pour faire croire qu’elles dirigent encore.
    Je m’étonne d’ailleurs qu’une personne sensée et empirique comme la première ministre, qui n’a rien à attendre de la politicaillerie, se laisse manipuler et enfumer par cette clique de bons à rien. Une démission résonante lui aurait fait honneur.
    Ce qu’il reste de la droite républicaine doit rester ferme et imposer tant que faire se peut, les décisions pragmatiques et efficaces qui certes, ne seront bien sur pas retenues par les branquignoles au pouvoir, mais montreront et attesteront que des solutions existent pour rétablir ce que plus de 40 années de médiocrité intellectuelle et de lâchetés auxquelles elle a hélas participé, ont savamment détruit.
    Le désastre annoncé est devenu inévitable mais il faut maintenant commencer à préparer demain.

    Aimé par 1 personne

    • Pheldge dit :

      les LR n’ont eu aucun scrupule à voter les lois liberticides, et la gabegie du quoiqu’il en coûte, que vous faut-il de plus ?

      J’aime

  17. Ping : Mon article paru dans le Figaro du 1er juillet contre l’idée d’un ralliement de la droite à la majorité présidentielle | Qui m'aime me suive…

  18. DELIAC PHILIPPE dit :

    Bien lu. Hélas il n’y a que trop de vrai dans cet article! Pauvre République française! Bien cordialement. Ph. Deliac

    J’aime

  19. artofuss dit :

    A reblogué ceci sur MEMORABILIAet a ajouté:
    On s’apprêterait à nous faire sur plan intérieur le même coup qu’avec le référendum sur l’Europe ?????????

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.