Quel Premier ministre? (pour Figaro Vox)

Emmanuel Macron a indiqué, ce mercredi 27 avril, qu’il allait nommer un Premier ministre “attaché à la question sociale, environnementale et productive”, lors d’une visite à Cergy, dans le Val-d’Oise. Que vous inspire ces propos ?

Ma première réaction est de trouver cette déclaration plutôt vague. Quel homme politique n’est pas attaché à la question sociale, environnementale et productive ? Ensuite, elle ne peut concerner qu’un Premier ministre et un gouvernement à titre temporaire. En effet, le choix du Premier ministre doit forcément tenir compte de la composition de l’Assemblée nationale. Or, celle-ci est aujourd’hui aléatoire. Certains experts considèrent que dans la logique pure de la Vème République issue du quinquennat, les élections législatives, comme en 2002, en 2007, en 2012 et en 2017, devraient forcément déboucher sur une majorité présidentielle de soutien au chef de l’Etat. Possible. Mais nous savons que la situation actuelle est très particulière. Le chef de l’Etat a été réélu par défaut face à une candidate repoussoir dont la présence au second tour devait quoi qu’il arrive assurer sa réélection. Au paroxysme de la décomposition politique et de l’effondrement des repères traditionnels de la politique française, une forte majorité de Français estime que la réélection du président Macron est une mauvaise chose. Une très forte majorité des deux tiers ne veut pas qu’il dispose d’une majorité absolue à l’Assemblée. Dès lors, nous sommes aujourd’hui dans le brouillard. La logique autocratique du quinquennat va-t-elle prévaloir ou bien allons-nous vers la situation inédite d’une Assemblée plus diversifiée qui fonctionnera sur des majorités d’idées loin d’une logique de soumission inconditionnelle ?  Nul ne peut le dire aujourd’hui, mais le choix du Premier ministre après juin en dépendra.

 Emmanuel Macron ne semble pas faire des questions sécuritaires et identitaires une priorité de son prochain quinquennat. N’y a-t-il pas un décalage avec le verdict des urnes ?

A ce stade le président est dans une situation où il privilégie la tactique politique justement en vue d’obtenir une majorité absolue aux législatives – ce dont il est loin d’être assuré. Un échec sur ce point serait un désaveu terrible du pays qui aurait pour effet d’annihiler en partie l’effet de sa réélection. Il va donc tout faire pour éviter une situation qui serait vécue comme une grave humiliation et aurait pour effet de l’affaiblir fortement en transformant son étrange victoire des présidentielles en étrange défaite aux législatives… Or, on sent bien que ses craintes en ce moment viennent davantage de la gauche mélenchonniste que de la droite. Il estime que le compte de la droite LR est largement réglé avec l’effondrement de Valérie Pécresse à la présidentielle et les multiples trahisons ou ralliements de la droite en sa faveur qui ont eu pour effet, à ses yeux, d’achever la désintégration de LR qu’il pense avoir cassé. Il ne craint pas non plus la droite lepéniste dont il sait que l’effet repoussoir rend peu probable une poussée en nombre de sièges aux législatives. Dès lors, il se retourne délibérément vers la gauche en laquelle il voit la vraie menace susceptible de le priver d’une majorité absolue. C’est pourquoi il insiste sur des thèmes plutôt connotés de gauche dans le choix de son futur Premier ministre (social et écologie) et fait silence sur les thématiques de droite (sécurité, identité). On peut imaginer que le choix du Premier ministre, acte suprême de communication, se portera dans ce contexte vers une personnalité à image plutôt progressiste.

Pendant l’entre-deux-tours, le président candidat n’a cessé de s’adresser aux électeurs soucieux du changement climatique. Quid des autres ?

En effet, je pense que le chef de l’Etat a constaté comme tout le monde que la grande masse de son électorat est désormais formée des milieux retraités, plus de 65 ans, conservateurs et privilégiés. Cette évolution de son image est liée à l’histoire de son quinquennat. La réélection du Président Macron ne semble pas être liée à une image favorable de son bilan économique, social, sécuritaire, sanitaire ou écologique, mais (outre l’absence de concurrent sérieux) à un réflexe légitimiste de milieux qui votent plutôt à droite en général et qui ont vu en lui une sorte de « sauveur national » dans la lutte menée contre les gilets jaunes, les non vaccinés et autres parias de la société… Mais il est vraisemblable que le président Macron ne peut pas se satisfaire de cette image – d’ailleurs totalement artificielle ou surfaite – de protecteur de la bourgeoisie âgée et privilégiée. C’est pourquoi il a complétement réorienté son discours sur le « climat » qui est de loin la première préoccupation des jeunes. Reste à savoir quel sera le résultat de cette volte-face… L’opération peut réussir mais elle peut aussi avoir pour effet d’indisposer les milieux conservateurs qui ont voté pour lui sans pour autant lui regagner la confiance de la clientèle de gauche qu’il cherche à séduire.

Les récentes déclarations d’Emmanuel Macron posent, aussi, la question du rôle du premier ministre

Encore une fois, on est dans l’incertitude. Les élections présidentielles se sont déroulées d’une manière que de nombreux Français ont ressentie comme peu démocratique : cinq années de conditionnement intense des esprits au duel le Pen Macron et à la réélection inéluctable de ce dernier, occultation complète des débats sur le bilan du quinquennat, absence de toute réflexion sur l’avenir de la France, avalanche de trahisons et naufrage de cette élection dans une logique purement plébiscitaire… Le taux d’abstentionnisme et de vote blanc a atteint un niveau record de près d’un tiers. Le déroulement assez indigne de cette élection souligne les limites de la présidentialisation outrancière du régime. Dans l’hypothèse de l’élection d’une Assemblée suffisamment hétérogène pour conserver son libre arbitre, il est possible que la fonction de Premier ministre redevienne centrale dans les institutions. L’élection d’une Assemblée nationale qui serait autre chose qu’une assemblée godillot asservie à l’Elysée, déboucherait forcément sur la nomination d’un Premier ministre de caractère qui serait amené à gouverner la France de manière plus autonome par rapport au chef de l’Etat, c’est-à-dire en parfaite conformité avec la lettre de la Constitution (articles 20 et 21) et la tradition républicaine antérieure aux années 2000 et au quinquennat.

MT

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

48 commentaires pour Quel Premier ministre? (pour Figaro Vox)

  1. Anonyme dit :

    Fraternel ,je déconne pas .La soumission est un état d’esprit inné.

    J’aime

  2. Jusqu’à maintenant la violence dans la rue n’a pas fait tomber Macron. Elle a même conforté dans leurs certitudes celles et ceux qui votent Macron. Le jour où les forces de l’ordre mettront la crosse en l’air alors là oui il pourrait bien se passer quelque chose d’imprévu. Pour l’instant rien ne change vraiment. Nous continuons aujourd’hui et demain comme hier et avant-hier.

    J’aime

  3. Sganarelle dit :

    Macron n’est pas assez fort pour nommer NKM au poste de premier ministre. Dommage ..car son caractère bien trempé s’accommoderait mal de celui du président. Pourtant elle aurait le profil demandé et c’est une bosseuse. II va plutôt nous trouver un ou une inconnue islamo socialo écolo compatible et manipulable.sans envergure et sans personnalité ce qui lui permettra de briller sans trop se fatiguer.

    J’aime

  4. Monique dit :

    Les voilà les mariages hors nature, les verts se sont laissés tentés par les rouge de la Bastille, alors que c’est son président qu’il faudrait embastiller avant qu’il ne mette la France à feu et à sang.
    Les heurts du 1er mai, appelés pudiquement « tensions » par les journalistes, montrent vien qu’il y a une gauche puissante, qui peut tout se permettre, même contre les lois, encore que la lloi ne veuille plus rien dire ! voilà un authentique « che » qui veut voir de près les vrais sillons de la Marseillaise couler dans les caniveaux de Paris. J’ai vu ses sbires en noir, venus même de l’étranger, incontrôlables, on a les mêmes commandos en Ukraine. Comment, mais comment est-il possible que l’on puisse frapper un pompier qui fait son boulot, éteindre le feu que ces incendiaires ont allumé, et les policiers, uniquemednt autorisés à parer les pavés avec des boucliers, comme à l’époque sumérienne, le progrès c’est le recul à III millénaires av-JC., on en revient aux hordes et on appelle cela démocratie et liberté.
    Les revendications des manifestants, syndicats, ça ne veut plus rien dire quand on livre le pavé à de pareilles fripouilles, des casseurs et des pilleurs. Admirons le calme d’un petit Darmanin, qui a toujours les bons mots sauf qu’à part condamner fermement n’a aucun ordre de la part d’un président de la république qui serre les fesses pour avoir une large majorité aux prochaines élections. Il peut les serrer, car si c’est un Mélenchon qui avait une majorité………..

    J’aime

    • Madzi dit :

      Madame, puis je me permettre de vous donnez un conseil, si par hasard vous voulez vous promener dans Paris, évitez le quai des orfèvres ( 1er arrondissement ) notamment la nuit, même recommandation aux touristes étrangers.

      J’aime

  5. nicolasbonnal dit :

    Bavardage oiseux. Plus personne ne veut être premier ministre (RTL) ! Situation désespérée mais pas grave en somme.
    https://www.rtl.fr/actu/politique/edito-pourquoi-le-poste-de-premier-ministre-n-attire-plus-7900150325

    J’aime

  6. Mildred dit :

    Monsieur Tandonnet,
    Si je puis me permettre, tout le monde se fiche de savoir qui pourrait être la prochaine potiche nommée par Macron à Matignon : masculin, féminin, neutre, écolo, LGBT… le choix est grand !
    En revanche, alors que Mélenchon vient de faire main basse sur la gauche, il semble de plus en plus évident que la seule manière d’empêcher l’arrivée d’un majorité de godillots à l’AN, serait que Marine Le Pen – qui a tant souffert des « mots d’esprit » des son père – oublie le « trois fois hélas » de Zemmour, pour faire cette Union des Droites qui est à sa portée, et dont les Français ont été si longtemps privés, depuis qu’un Mitterrand a été élu par deux fois à la présidence en dépit de son rôle sous le gouvernement de Vichy.

    Aimé par 1 personne

    • Sganarelle dit :

      @Mildred
      le RN et Reconquête seraient l’union de la tête et des jambes ..pour faire le corps complet dont on aurait bien besoin. Mais difficile pour MLP d’accepter une tête qui n’est pas la sienne, (Marion en sait quelque chose ) il faudra attendre sa retraite ..
      les égos et leur appétit sont les pierres d’achoppement des partis .

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.