L’impasse démocratique

Le déroulement des prochaines élections présidentielles, tel qu’il est promis par les sondages depuis cinq ans, semble en passe de se réaliser. Il est d’une affligeante tristesse. Ce devrait donc être, comme prévu, selon la loi des sondages, le Pen/Macron. Cette affiche de second tour a quelque chose d’invraisemblable. Le jeune sauveur providentiel euphorique de 2017qui promettait un « nouveau monde », un « renouvellement » et une « transformation de la France » présente un piètre bilan: endettement record du pays, accélération du déclin scolaire, banalisation de la violence et de l’insécurité, saccage des libertés (confinements, couvre-feu, passe vaccinal), affaiblissement des services publics (hôpital), chômage de 3,4 à 6 millions de personnes (statistiques pôle emploi), 10 millions de pauvres, perte du contrôle des frontières, corruption (Benalla, McKinsey, etc.). Son projet ne tient plus aujourd’hui que dans une étrange sublimation narcissique matinée de courtisanerie et de félonie. La réélection d’un personnage profondément détesté par une grande partie de la France, déjà rongé par les échecs, les scandales et l’impopularité, ne peut qu’entraîner le pays un peu plus loin dans l’abîme. Mme le Pen ne vaut guère mieux. Elle est l’héritière d’une famille qui pollue la vie politique française depuis un demi siècle par ses excès et ses provocations. Elle n’a pas la moindre expérience de l’Etat, n’a jamais exercé la moindre responsabilité publique. Elle n’a jamais été en situation de prendre une seule décision et de l’assumer. Son regard est vide. Elle ne dispose d’aucun ancrage dans les territoires, d’aucun entourage crédible, d’aucun relai dans l’administration, l’entreprise ou les médias et n’incarne rien d’autre que les violents déchirements d’une nation. Son éventuel mandat ressemblerait comme à un frère à celui de M. Macron: impuissance chronique, vertigineux chaos, gabegie financière pour apaiser les tensions, fuite dans la mégalomanie, la logorrhée et les gesticulations narcissiques pour couvrir l’effondrement du pays. Mme le Pen a quelque chance sérieuse d’être élue au second tour, par rejet de son alter-ego: une chance sur trois environ, ce qui est beaucoup. Et après? M. Macron ou Mme le Pen sont les deux facettes de la même mauvaise pièce, de la même politique spectacle. Les amoureux transis de l’un et les groupies fanatisés de l’autre maudiront mon propos. Pourtant, il ne dit rien d’autre que la sinistre vérité. Vous ne me croyez pas? Vous allez voir… Il est lamentable que les Français n’aient pas trouvé en cinq ans la force collective de caractère et de lucidité pour se débarrasser de l’odieux tandem. La France est plongée dans une impasse démocratique qui ne peut pas ne pas la conduire tôt ou tard à la catastrophe.

MT

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

77 commentaires pour L’impasse démocratique

  1. nicolasbonnal dit :

    Bruxelles menace. Avec Bruxelles et Macron on aura de toute façon la famine, l’inflation, le chauffage à l’éolienne, la guerre incivile européenne, le satanisme woke, le passeport digital et la vaccination bimestrielle pour satisfaire Bourla-Pfizer… Le tout pour COMMENCER.
    https://nicolasbonnal.wordpress.com/2022/04/07/punition-non-pas-du-ciel-mais-des-enfers-et-des-affaires-comment-von-der-leyen-punira-la-france-si-macron-nest-pas-elu-par-eric-verhaeghe-avec-bruxelles-et-ses-sbires-on/

    Aimé par 1 personne

  2. patricecharoulet dit :

    Stupéfiant !

    Sur LCI, quatre jours avant le premier tour de la présidentielle, Pujadas, l’animateur, pose une étrange question aux quatre présents (un sondeur et trois journalistes politiques) : « Sans me dire pour qui vous allez voter, savez-vous aujourd ‘hui pour qui vous allez voter? » Un sur quatre a répondu : « Oui ». Trois ont répondu : « J’hésite. »

    Stupéfiant !

    J’aime

    • Pheldge dit :

      non, c’est classique, c’est le « vote à l’émotion » qui fait qu’un électeur rentre dans le bureau avec un nom en tête, puis se ravise, une fois dans l’isoloir. Pour les journalistes, gens de gauche, j’imagine qu’ils hésitent entre Jadot ou Roussel, vote du cœur, et Mélenchon, vote utile.

      J’aime

  3. Ping : L’Impasse Démocratique – ART MAG

  4. Raymond dit :

    LA BELLE & KEN

    Bonjour monsieur,
    Bonjour à toutes et à tous.

    Si comme vous le dites, nous devions rentrer de week-end de campagne dans le camping-car de nos deux comparses, il me serait difficile de ne pas vous rappeler l’une des nombreuses tirades de notre ami, Philippe Bouvard :《 Le public semble plus demandeur de premières idylles que de nouveaux talents.》
    Dans une époque, où il devient assez compliqué de gagner sa croûte, il semblerait que certains aient trouvé le bon filon !?! Ne voyez pas en cette constatation, une quelconque expression d’envie ou jalousie de leur aventure, nous savons, tous, que ces péchés ramènent les consciences à la terre bien avant l’heure et clive toute élévation…
    Mais revenons à nos moutons, nous aurons bien le temps de pointer notre oeil sur notre binôme national et de voir, si la sournoise combine porte ses fruits ? ! ?

    Je ne reprends pas vos écrits, ni celles de certains commentaires (je suis dac.), mais cependant soyons bien clair, alors que, les mélodies de quelques prétendants voudraient attirer nos regards et toutes nos attentions à l’Est et d’autres au sud de Tarra, je me dois (avec une nouvelle lourdeur) de vous mentionner, que c’est bien au sein même de notre maison que s’organise les mouvements de sa déstabilisation, sa dévalorisation et, à terme, de sa destruction. 
    Ce sont les acteurs de terrain, quand ils n’ont pas été virés comme des malpropres, véritables artisans et petites mains du système, qui constatent chaque jour les effets et les dégâts du « reculoir permanent  » enclenché depuis belle lurette, qui en parle le mieux.
    Allez savoir pourquoi ? Personne ou très peu ont d’oreilles pour eux. Bref…

    Pour faire court, précédemment, vous nous parliez du « dernier carré », je crois, que c’est un luxe que nous ne pouvons même plus nous permettre, ce n’est même plus un rempart, mais une ligne qui ne tient que par le fil des bonnes consciences et la force du souvenir de valeurs ancestrales.
    Alors, avant que 《la cabane tombe sur le chien》comme dit l’ami  Albaladejo ! Chaque citoyen a maintenant le nécessaire Devoir de comprendre, (faute de cela, il se condamne, à sa propre mort), que le véritable front de « la » et de  « sa » Liberté se trouve devant sa porte.

    Il est devenu coutumier, chez nos vénérables locataires Élyséens, de noyer les réflexions sous des flots de mensonges et tromperies, de détruire fallacieusement les fondations et les fondamentaux de la Nation, mais aussi et surtout, de casser l’unité de son peuple en montant les citoyens les uns contre les autres.
    Dans cette entre chien et loup du moment, annonciateur des ténèbres qui se préparent à recouvrir le pays, le dégoût et le rejet dominent, très justement, les pensées et façonnent les esprits .
    Pourtant, malgré les apparences, soyons convaincus, qu’ au milieu du nadir se trouve une l’intrépide petite lumière de la raison et de l’âme éternelle du pays. Je le répète, beaucoup ont déjà voulu l’éteindre au temps jadis. Tres peu, dans un premier temps, mais une multitude par la suite, se sont toujours employés à la protéger et la nourrir.
    Et ça ! C’est le truc qui énerve ●●●■

    En son temps le Grand Charles à  dit : NON !
    L’heure est venue pour nous de dire : STOP !
    😉 Clin d’oeil à Cyril, Philippe, Maxime, Lug, Simon, Monique et les tous les autres poètes …

    Respectueusement.

    AH !  J’ALLAIS OUBLIER, ABEL & CAÏN, 
    LE BIEN ET LE MAL NE SONT JAMAIS LOIN L’UN DE L’AUTRE. AINSI VA LE MONDE …

    Aimé par 1 personne

  5. patricecharoulet dit :

    Mon texte a disparu ?

    J’aime

  6. DELIAC PHILIPPE dit :

    Hélas! Trois fois hélas ! ! ! C’est la triste réalité. Mais que faire entre la peste et le choléra?  Bien cordialement.  Ph. Deliac

    J’aime

    • Pheldge dit :

      « entre la peste et le choléra » ? non, entre la peste et l’inconnu, qui a une chance d’être moins désastreux que le choléra, et le sera certainement moins que la peste !
      Cette vision « entre la peste et le choléra », c’est exactement ce qui vous amènera à voter Macron, c’est ce sur quoi il compte d’ailleurs, pour être réélu, et sur quoi il axe ses efforts : « moi ou le chaos » !

      J’aime

    • Pheldge dit :

      j’ajoute que MT ne dit pas autre chose, et que c’est le meilleur argument pour assurer la réélection de Macron : refuser de choisir « entre la peste et le choléra », c’est s’abstenir ou voter blanc, des votes donc non décomptés, qui ne seront pas comptés contre Macron, donc joueront pour lui.

      J’aime

  7. Monique dit :

    A quatre jours des présidentielles, ici nous n’avons que le programme de Zemmour et celui de Mélenchon réduit à une petite feuille recto verso. Les autres sont absents au bataillon. C’est tout de même incroyable, on dirait que ces élections ne concernent pas les Français ou alors qu’elles n’auront pas lieu. Mais que font les préfets chargés de la répartition ?

    J’aime

  8. Carole B dit :

    Jour après jour vous nous commentez le désastre à venir et du choix non cornélien qui nous serait proposé entre la peste et le choléra, puisque choix il n’y a pas. La débâcle est à venir quoi qu’il advienne, ce serait oublier que, mois après mois et indépendamment de votre plein gré, vous nous avez expliqué, en substance, que c’était la seule qui pourrait s’imposer à nous, puisque les seules alternatives qui nous étaient proposées auraient été celles des extrêmes, et qu’elles étaient inenvisageables. Bref vous entérinez le fait que de ne pas opter pour des porteurs de mesures « radicales », ce que vous vous êtes toujours refusez de faire, va nous conduire dans un statuquo délétère. Je vous propose d’étudier la définition de la dissonance cognitive, vous ne devriez pas être loin d’en être un parfait exemple

    Aimé par 1 personne

  9. geneadrey dit :

    Le seul espoir est peut-être dans le rééquilibrage par les législatives deux mois après.

    Aimé par 1 personne

    • Pheldge dit :

      si Macron est réélu confortablement, il aura sa majorité de godillots, et les LR iront à la gamelle – dans l’intérêt général, bien sûr -, s’il repasser ric-rac, les LR feront monter les enchères, mais se vendront tout de même, parce qu’il faut bien vivre toujours au nom de l’intérêt général.

      Et même si MLP est élue – ce dont je doute – LREM et LR s’entendront pour former une « coalition républicaine » et cohabiter. Ce sera un peu moins facile, mais ça donnera le même résultat, avec une politique social-démocrate, plus sociale que démocrate d’ailleurs, comme celle qu’on vient de subir pendant cinq ans. Donc désolé, mais pour l’espoir, il faudra repasser !

      Et si vous cherchez les responsables de cette impasse, un indice, ils ont leur siège rue la Boétie, ce qui est dune curieuse ironie d’ailleurs …

      J’aime

    • Gerard Bayon dit :

      On ne peut exclure en effet cette possibilité et on peut même la souhaiter en cas de duel Le Pen/Macron bien que la dyarchie soit une incongruité de ce qu’ont souhaité les initiateurs de la Vème République.
      Depuis la faute impardonnable du quinquennat de J. Chirac (2002), l’élection législative qui suit l’élection présidentielle a toujours donné une large majorité au nouveau président.
      « Même sans espoir, la lutte est encore un espoir ».

      J’aime

    • M charles Michel HEYD dit :

      Vous voulez peut-être dire 2 ans après, car si vous vous parlez des prochaines législatives, 2 mois après le 24 avril, elles donneront le même résultat qu’en 2017! Si les Français selon la formule consacrée « Il est lamentable que les Français n’aient pas trouvé en cinq ans la force collective de caractère et de lucidité pour se débarrasser de l’odieux tandem. », pourquoi voulez-vous qu’ils élisent mieux leurs députés?

      Aimé par 1 personne

    • fraternel dit :

      en espérant ras le bol de voir l’assemblée nationale ne devenir qu’une chambre d’enregistrement pour le pouvoir
      alors oui à un équilibre sain

      J’aime

  10. Monique dit :

    ,@ Gérard Bayon, vous avez raison la dignité et la modestie, la pudeur ne sont plus des valeurs de nos jours, que ferait Napoléon à notre place, ce ne sont plus « du haut de ces pyramides quarante siècles vous contemplent » mais cinq années de désastre, de chaos (sûrement) de précarité, d’insécurité vous attendent, c’est bien plus long que la bataille des Pyramides ! bien sûr que le gagnant va plastronner et ne sera pas regardant sur les voix qui l’ont élu toujours par défaut, comme d’habitude. Nous ne sommes plus dans une impasse où l’on peut faire marche arrière mais dans un cul de sac et tous ensemble, ceux qui s’en fichent comme les combattifs qui manifestent toutes les semaines ! Il y a cinq ans on entendait « Macron destitution ou démission », mais quelle rigolade comme quoi les leçons d’hier et la situation qui en découle ne changent rien. C’est décourageant pour l’avenir. Cordialement

    Aimé par 1 personne

  11. Etienne Tarride dit :

    Cher Maxime Tandonnet
    Chers Amis

    Même réponse qu’au texte précédent. Pour réaliser où nous en sommes, du fait, d’abord, d’Emmanuel Macron,il faut lire et relire Daniel Cordier

    J’aime

  12. E Marquet dit :

    Vous êtes admirable ! « Sans perdre courage, vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage »…..
    Vous convaincrez les convaincus. Vous ne changerez qu’à la marge les hésitants.
    Cette élection, comme la précédente, nous mène dans une impasse.

    Les mots galvaudés de démocratie et d’humanisme, ne sont aujourd’hui pour les politiques qu’une valeur refuge pour essayer de donner du sens à leur action.
    Notre société individualiste et matérialiste, dont chaque groupe revendique sa morale et ses valeurs propres, souffre d’une perte de sens, perte de confiance dans l’Etat, dilution du lien social, affaiblissement de la solidarité interpersonnelle et intergénérationnelle, instabilité des institutions…
    L’intérêt général ne peut pas résulter de la somme d’intérêts particuliers et contradictoires, il disparait forcément pour satisfaire les intérêts d’une minorité.
    Tous ces mots en « isme » nous tuent : que ce soit le déterminisme socio-économique ou état-providence du socialisme d’inspiration marxiste, l’écologisme politique qui prône une Nature supérieure à l’Homme, le libéralisme sans frein, le nationalisme, le populisme ou toute forme d’intégrismes …..
    La surenchère électorale de promesses, de mensonges, de dénis de réalité, ronge ce pays. Mais il semble qu’une grande majorité d’électeurs, loin de privilégier liberté et responsabilité personnelle et collective, préfèrent s’en remettre aux tenants des formes « autoritaires » de pouvoir. Ils viennent pourtant de s’en prendre pendant cinq ans et ils en redemandent !
    Macronisme, Lepenisme, Mélanchonisme, Zemmourisme, pour ne citer que les premiers de cordées, espèrent que leurs fans seront dominants pour attraper la queue de Mickey, pour un tour de manège de cinq ans. Mais quelles valeurs collectives vont-ils arbitrer ? Ils ne précisent pas. Le savent-ils eux-mêmes ?
    On nous demande une fois de plus de voter au doigt mouillé ……..

    Aimé par 1 personne

    • cgn002 dit :

      Je pensais plutôt à la roulette russe !
      L’ensauvagement général étend son empreinte. Retour à notre primarité originelle : La loi du plus fort, de la matérialité, de l’imediatete, de l’ego centrage, etc
      Bref la remise à zero de milliers d’années d’évolution civilisationnelle.
      Je plains les nombreuses générations à venir de ce qui les attend, …si Poutine nous prête vie…
      Autant apprendre le chinois dès maintenant…si on veut bien voir encore loin…
      Notre démocratie agonisait, Macron lui portera un dernier coup fatal. C’est chaque français et la France toute entiere qui en partiront. Pas lui, of course, le navire qu il quittera n a jamais été le sien…et il dispose de tous les canoës de sauvetage…

      J’aime

  13. Stanislas dit :

     » L’impasse démocratique »

    Vous êtes un positif Mr Tandonnet ; une impasse a une entrée qui peut devenir une sortie, si on pense à se retourner et repartir à l’endroit qui était initialement une entrée..

    L’entrée c’était mars 2020 et en avril 2022 il n’y en n’a pas un en position de gagner qui propose que l’entrée soit la sortie..(j’espère être compréhensible c’est vachement technique mon truc) donc on n’est pas dans une impasse mais dans un camp de concentration juridique et constitutionnel à ciel ouvert dirigé par des évadés d’hôpitaux psychiatriques
    Les goulags ressemblaient un peu à ça finalement , les pensionnaires politiques ou non conformes étaient enfermés dans des cabanes derrière des barbelés où les droits communs faisaient leur loi. On n’est pas loin..
    Les conformes et bien sages vivaient en liberté avec la peur au ventre d’entendre une voiture s’arrêter à leur porte pour être embarqué à cause d’une médisance d’un torturé…

    Alors voilà l’observation que je fais de l’impasse sans entrée et sans sortie…

    Les candidats en possibilité de gagner ne seront que des remplaçants chefs matons en poste. TOUS…

    J’attends donc que quelqu’un me dise ici ou est la lueur possible parmi les autres candidats en position de gagner, parce que moi, je ne vois pas plus de lumière chez les autres que Marron ou Le pen..
    Et attention hein !!! pas des phrases pour enfants de maternelle à qui on promet un bonbon s’il écoute ; je veux du solide pour me décider à mettre un nom dans une enveloppe…

    Critères de l’élu qui va susciter une introduction de nom dans l’urne

    – ne chassera pas les non injectés à la courre jusqu’au fond des chiottes et arrêtera ces conneries débiles pour se remplir les poches de liasses de billets..
    – jette les lois des deux dernières années pour arrêter l’apartheid, la discrimination à mort et autres saletés sous jacentes pour demain…
    – reprend la constitution et rapatrie des clés de pouvoir transférées aux strates au essus dont Bruxelles et l’OTAN.
    – Nettoie la pourriture au sommet des bureaucraties et ferme les portes tournantes;..

    pour commencer….

    C’est pas joué hein ?

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.