Un discours visionnaire (réception de François Sureau à l’Académie française)

« Je ne sais ce que Max Gallo aurait pensé du moment où nous sommes, où la fièvre des commémorations nous tient, pendant que d’un autre côté le sens disparaît des institutions que notre histoire nous a léguées : une séparation des pouvoirs battue en brèche, les principes du droit criminels rongés sur leurs marges, la représentation abaissée, la confusion des fonctions et des rôles recherchée sans hésitation, les libertés publiques compromises, le citoyen réduit à n’être plus le souverain, mais seulement l’objet de la sollicitude de ceux qui le gouvernent et prétendent non le servir mais le protéger, sans que l’efficacité promise, ultime justification de ces errements, soit jamais au rendez-vous.

Non, je ne crois pas que ce disciple de Voltaire et de Hugo [Max gallo] se réjouirait de l’état où nous sommes, chacun faisant appel au gouvernement, aux procureurs, aux sociétés de l’information pour interdire les opinions qui le blessent ; où chaque groupe se croit justifié de faire passer, chacun pour son compte, la nation au tourniquet des droits de créance ; où gouvernement et Parlement ensemble prétendent, comme si la France n’avait pas dépassé la minorité légale, en bannir toute haine, oubliant qu’il est des haines justes et que la République s’est fondée sur la haine des tyrans. La liberté, c’est être révolté, blessé, au moins surpris, par les opinions contraires. Personne n’aimerait vivre dans un pays où des institutions généralement défaillantes dans leurs fonctions essentielles, celle de la représentation comme celles de l’action, se revancheraient en nous disant quoi penser, comment parler, quand se taire. En un siècle d’histoire constitutionnelle, nous aurons vu se succéder le système des partis, le système de l’État, le système du néant. Gallo l’avait pressenti. Et comme il voyait bien que nous en étions à la fin responsables, et non les seuls gouvernants, il a cru que le patriotisme, dont il s’était proposé de ranimer la flamme, nous garderait d’un tel déclin en nous rendant en quelque sorte à nous-mêmes. J’aimerais pouvoir partager cette conviction. »

Vidéo extrait du discours

MT

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

29 commentaires pour Un discours visionnaire (réception de François Sureau à l’Académie française)

  1. Ping : Macron à 33.5% au premier tour : on est presque rassurés sur l’état de santé vaccinal, moral et intellectuel des Français. Je sais, les sondages sont truqués, sauf qu’il a pour lui les télés, les vaccinés, les attardés, les retraité

  2. Ping : Macron à 33.5% au premier tour : on est presque rassurés sur l’état de santé moral et intellectuel des Français. Je sais, les sondages sont truqués, sauf qu’il a pour lui les télés, les attardés, les retraités, les immigrés (à mort

  3. Pierre-Jean dit :

    @Maxime Tandonnet,
    Marrant ces gens très intelligents qui viennent vous expliquer la bouche en cul de poule qu’ils se sont trompés sur Macron et qu’on ne les y reprendra plus : François Sureau vient allonger une liste déjà fournie. Réfléchir après coup, bon d’accord, mais il aurait mieux valu tout de même réfléchir avant : Épiméthée (epi – metis = celui qui réfléchit après coup, et qui est donc irréfléchi) contre Prométhée (pro – metis = celui qui réfléchit avant). Sureau, ou l’art consommé de donner l’impression qu’on est pas du bon côté du manche.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.